Navigation – Plan du site
Recensions et notes de lecture

Guy Jobert, Exister au travail. Les hommes du nucléaire, Toulouse, ÉRÈS, 2014, 408 p.

Alexandre Largier
Référence(s) :

Guy Jobert, Exister au travail. Les hommes du nucléaire, Toulouse, ÉRÈS, 2014, 408 p.

Texte intégral

1Les hommes dont il est fait mention dans le titre sont les agents de conduite des centrales nucléaires d’EDF. Des travailleurs singuliers à plus d’un titre qui interviennent dans un univers à haut risque, hyperprocéduralisé, où les dispositifs de sauvegarde et les automatismes qui pallient les défaillances humaines sont légions. Les conditions de travail sont particulières (horaires décalés, activité en grande partie de « surveillance » et d’exécution de consignes) et, de prime abord, les agents paraissent être choyés et bien rémunérés par leur employeur. Pourtant, cette population se caractérise par une plainte lancinante qui perdure et se traduit parfois en conflit social. Cette plainte – difficilement compréhensible pour un observateur extérieur et peu audible par les directions – est le point de départ du travail mené par l’auteur. Travail réalisé pendant plus de trois années durant lesquelles l’auteur a partagé le quotidien de ces agents. Si l’enquête date d’une vingtaine d’années, les sujets abordés, tels que la reconnaissance au travail ou la place du don dans l’entreprise, n’en restent pas moins d’actualité : le premier a connu avec A. Honneth (2000) un renouveau important et un ouvrage récent de N. Alter (2009) a été consacré au second, poursuivant l’effort théorique entrepris par le MAUSS il y a plus de 25 ans maintenant.

2L’ouvrage comporte cinq chapitres qui suivent les étapes de la « quête de compréhension [de l’auteur], chaque élément résolu ouvrant sur une nouvelle énigme » (p. 17).

3Le premier est consacré à la définition de l’objet de recherche. La demande initialement formulée par une direction de site en 1994 concerne le suivi du déploiement d’un changement organisationnel visant les agents de conduite. La traduction de cette demande par l’auteur met en évidence l’existence d’un groupe social « énigmatique », pouvant « faire obstacle aux changements managériaux et gestionnaires […] qui ne cessent de se plaindre alors qu’ils sont privilégiés » (p. 43). Il s’agit alors d’écouter « ce que les agents disent de leur condition au travail, pour que leur plainte puisse se dire et se penser » (p. 45).

4Le deuxième chapitre aborde le cadre conceptuel auquel se réfère l’auteur et développe plus particulièrement celui proposé par la psychodynamique du travail (Dejours, 1993 ; Davezies, 1993). Le travail est ici l’expérience de l’échec (de ses savoirs, des procédures et autres guides de l’action) qui ne peut être dépassée par l’acteur que par l’investissement de sa subjectivité, celle-ci permettant une double production : production d’objets ou de services qui ne pourraient exister par la simple application des consignes et production de soi. En outre, « il est nécessaire que les “autrui”, nombreux et significatifs, dont le sujet fait lui-même partie, reconnaissent que la réussite est due à la contribution personnelle d’ego » (p. 84). Le travail est central dans l’analyse parce qu’il permet le développement du sujet dans sa confrontation au réel sous le regard d’autrui.

5Le troisième chapitre présente l’analyse du bilan rétribution-contribution et de son déséquilibre. L’auteur revient sur l’activité des agents de conduite et montre que ceux-ci, outre la part visible de leur contribution (« exécution du travail prescrit et contrainte du travail posté » p. 121), ont une part importante de contribution masquée (« une charge psychique qui désigne l’engagement émotionnel dans l’action » [p. 140], composée par la peur, l’anxiété et l’angoisse). La rétribution est composée d’un salaire nominal, la rémunération de base situant les agents au niveau supérieur de la catégorie ouvrière, et de primes. À ceci s’ajoutent le « grappillage » (les pratiques qui consistent « à utiliser pour son compte personnel des outillages ou des fournitures professionnelles, ou a bénéficier d’indemnités compensatrices de dépenses non effectuées » [p. 177]) et la possibilité de faire des heures supplémentaires via un système de remplacements entre équipes de conduite. Selon l’auteur, seules la réalisation du travail prescrit et les contraintes de quart sont réellement rétribuées dans ce système. La charge psychique constitue une contribution « en plus », éventuellement rétribuée par le « grappillage », qui n’est pas reconnue par la hiérarchie. En effet, la reconnaître supposerait d’admettre l’incomplétude des prescriptions de sûreté et l’imperfection de l’organisation du travail et des dispositifs techniques. La reconnaissance est alors bloquée. Il s’agit là pour l’auteur de « la source majeure de la plainte continue exprimée par les agents » (p. 189).

6Le quatrième chapitre, partant du constat précédent de l’asymétrie entre contribution et rétribution, s’intéresse aux éventuelles « ressources de subjectivation et de réalisation personnelle qui viendraient compenser le déséquilibre » (p. 195). Pour ce faire, l’auteur montre, en se référant aux travaux d’Hannah Arendt, que le travail des agents de conduite est un labeur qui ne peut se muer en œuvre qui serait « soumise au jugement d’autrui et pourrait leur valoir en retour une reconnaissance » (p. 208). De même, à travers un cas passionnant, on mesure qu’il est difficile pour les agents de faire la démonstration de leur virtuosité dans cet univers hyperprescritif où les risques majeurs sont une préoccupation centrale. Ce constat amène l’auteur à se poser une nouvelle question : comment les agents font-ils pour continuer à travailler avec conscience et à s’investir dans cette activité dont une part importante n’est pas reconnue ?

7Pour répondre à cette question, l’auteur mobilise le modèle du don/contre-don. En effet, pour l’auteur, c’est du côté du don que se trouve l’explication de l’engagement dans le travail de ces agents de conduite. Après un détour instructif par l’ethnologie, l’auteur explique que si les agents de conduite (se) « donnent », c’est parce qu’ils « doivent », dans le sens du devoir et de la dette. Le devoir de fournir « l’énergie vitale » et la sûreté à la Nation et le remboursement d’une dette envers l’entreprise « à qui ils doivent la position qu’ils occupent dans la société, la trajectoire qui les a conduits d’une position ouvrière à une position professionnelle experte » (p. 335).

8Les écrits sur les travailleurs du nucléaire sont peu nombreux. Certains auteurs se sont intéressés aux agents de maintenance ou plus largement aux acteurs des « arrêts de tranches » (par exemple : Doniol-Shaw, 1993 ; Grusenmeyer, 1995 ; Bourrier, 1999 ; Largier, 2008 ; Stoessel, 2010). Moins nombreux sont ceux qui ont écrit sur les agents de conduite (Lhuilier, 1990 ; Journé, 2001). De ce point de vue, cet ouvrage est d’un très grand intérêt. L’analyse extrêmement fine du travail des agents de conduite est, pour le lecteur, passionnante et dépasse largement le périmètre de l’industrie nucléaire. L’auteur lui-même renvoie au ferroviaire (p. 259) lorsqu’il aborde les possibilités de l’investissement subjectif de l’agent dans son action. La conduite d’un train n’est effectivement pas sans rapport avec celle des centrales nucléaires, toutes proportions gardées. Le caractère procédural de l’activité, la place des dispositifs de sauvegarde, le statut dont jouissent les acteurs, etc., les similitudes sont nombreuses. De même, l’auteur fait œuvre d’une grande pédagogie lorsqu’il mobilise des théories dans sa démonstration. Les concepts empruntés à la philosophie, l’ethnologie, l’économie sont expliqués de manière didactique. Le lecteur profane retirera beaucoup de la lecture de ces passages. Enfin, certains développements théoriques sont très intéressants, par exemple, celui sur le bricolage et les arènes de la virtuosité (chapitre quatre).

9En revanche, il nous semble que si la réflexion sur le don est intéressante, l’absence d’une analyse équivalente du contre-don (succinctement évoqué page 368) affaiblit le propos de l’auteur. En effet, le don des agents de conduite qui se fait en paiement de la double dette évoquée plus haut (envers l’entreprise d’une part et la société tout entière d’autre part), est, selon l’auteur, une explication de leur investissement dans un travail qui ne semble être qu’un labeur mal rétribué. Le don, ici, vient renforcer l’asymétrie contribution-rétribution dont parle l’auteur et ceci d’autant plus qu’on peine à savoir ce que reçoivent en échange les agents de conduite.

10Cela renvoie à l’analyse du bilan contribution-rétribution que fait l’auteur. Alors même qu’il évoque le « prestige » et la « considération » dont jouissent les agents de conduite au sein des centrales nucléaires et au-delà, cette rétribution symbolique n’est pas prise en compte dans le bilan contribution-rétribution (p. 183). Ne considérer que les éléments pécuniaires ou matériels (salaires, primes, heures supplémentaires et « grappillage ») en compensation d’une contribution qui mobilise une charge psychique importante (p. 140 et suivantes), pose question. Ne pas approfondir le statut social accordé par les autres acteurs, y compris la direction du parc nucléaire qui avait déployé les slogans « la conduite propriétaire » et « la conduite au centre » (note de bas de page, p. 180), nous paraît être une limite dans le raisonnement où la rétribution très majoritairement pécuniaire ne semble correspondre qu’à l’activité contractuellement définie.

11Enfin, comme le mentionne l’auteur, « d’autres critères de classement social interviennent également, conférés par les activités sociales ou politiques dans lesquelles les agents de conduite investissent leur temps. Sans être équivalentes au travail, elles peuvent procurer des compensations au déficit d’œuvre et d’action de l’activité professionnelle » (p. 275). Ces pratiques ne sont ni anodines ni marginales (l’implication dans la vie associative ou politique locale peut prendre une part très importante dans le quotidien de certains agents). Et il est possible qu’elles apportent plus que de simples compensations, mais qu’elles rendent possible un engagement « continu » ou « normatif » (Meyer et Allen, 1997) dans l’action, sorte de mobilisation minimale requérant un faible investissement subjectif.

12Hormis ces quelques remarques, Exister au travail est un ouvrage passionnant dont la lecture apportera tout autant par la description fine de l’activité des agents de conduite qui dépasse largement le cadre de cette industrie, que par les développements théoriques.

Haut de page

Bibliographie

Alter N. (2009), Donner et prendre : la coopération en entreprise, Paris, La Découverte.

Bourrier M. (1999), Le Nucléaire à l’épreuve de l’organisation, Paris, Presses universitaires de France.

Davezies P. (1993), « Éléments de psychodynamique du travail, Comprendre le travail », Éducation permanente, 3, 116, 33-46.

Dejours C. (1993), Travail : usure mentale. De la psychopathologie à la psychodynamique du travail, Nouvelle édition augmentée, Paris, Bayard.

Doniol-Shaw, G. (1993), « Sous-traitance et maintenance des centrales nucléaires », Travail, 28, 53-64.

Grusenmeyer C. (1995), « De l’analyse des communications à celle des représentations fonctionnelles partagées : une application à la relève de poste », Thèse de doctorat en psychologie cognitive, Paris 5.

Honneth A. (2000), La Lutte pour la reconnaissance, Paris, Éditions du Cerf.

Journé B. (2001), « La prise de décision dans les organisations à haute fiabilité : entre risque d’accident et risque bureaucratique », dans Organisation et stratégies industrielles, Cahiers de l’Artémis., 3, 101-126.

Largier A. (2008), « Cultures de sûreté et logiques d’acteurs », Actes du Colloque Lambda mu 16, Avignon.

Lhuilier D. (1990), « Psychopathologie de la peur au travail : le cas des opérateurs de conduite de centrales nucléaires », Psychiatrie Française, 21(4), 7-12.

Meyer J.P. et N.J. Allen (1997), Commitment in the work place : Theory, research and applications, Thousand Oaks (CA), Sage.

Stoessel C. (2010), « Décisions risquées et organisations à risques : autonomie au travail et reconnaissance sociale dans la conduite d’une industrie de process », Thèse de doctorat en sociologie, Conservatoire national des arts et métiers-CNAM.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Alexandre Largier, « Guy Jobert, Exister au travail. Les hommes du nucléaire, Toulouse, ÉRÈS, 2014, 408 p. », La nouvelle revue du travail [En ligne], 5 | 2014, mis en ligne le 08 novembre 2014, consulté le 21 juillet 2017. URL : http://nrt.revues.org/2043

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo La NRT est soutenue financièrement par
  • Logo CNRS INSHS
  • Logo Centre Pierre Naville - Université d'Evry
  • Logo Laboratoire Printemps (professions, institutions et temporalités)
  • Logo Centre Emile Durkheim
  • Logo Laboratoire lorrain de sciences sociales - Université de Lorraine
  • Logo IRISSO - Dauphine université Paris
  • Logo Multidisciplinaria de Estudios sobre el Trabajo (UMEST) - Universidad Autónoma de Querétaro
  • Logo La NRT est aussi reconnue et soutenue par
  • Logo HCERS
  • Logo Fondation Maison des sciences de l'homme
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org