Navigation – Plan du site
Recensions et notes de lecture

Dominique Méda, Patricia Vendramin, Réinventer le travail, Paris, PUF, coll. « Le lien social », 2013, 258 p.

Salvatore Maugeri
Référence(s) :

Dominique Méda, Patricia Vendramin, Réinventer le travail, Paris, PUF, coll. « Le lien social », 2013, 258 p.

Texte intégral

1Dominique Méda n’est pas de ces sociologues qu’on a besoin de présenter. Son intérêt pour le travail (et l’emploi) est ancien, connu et d’une grande prolixité1, en particulier quand il faut questionner sa place, sa valeur son avenir, son adaptation vis-à-vis des aspirations humaines et sociales des travailleurs de notre temps. Sa coauteure, Patricia Vendramin, bénéficie d’une moindre notoriété et on peut noter à son propos qu’elle est également sociologue, directrice de recherche à la fondation Travail-université à l’université de Louvain. Elle a notamment signé, avec G. Valenduc, de nombreux textes sur les rapports entre travail et NTIC. Sa « belgitude » explique sans doute en partie qu’elle est habituée des programmes de recherche lancés par la Commission européenne. Cette fréquentation des grands dispositifs de recherche communautaires ou européens n’est pas étrangère à la trajectoire de recherche de Méda et de précédentes collaborations ont déjà eu lieu entre les deux auteures.

2Ce passé commun explique sans doute l’intention qui préside à cet ouvrage : partir d’une série d’enquêtes quantitatives (surtout) et qualitatives, nationales et internationales, issues de programmes européens ou communautaires, consacrées au travail, pour en extraire une image fidèle du travail contemporain et des relations que les Européens entretiennent avec lui, sa conception, sa valeur, les aspirations qui lui sont liés, etc. On est donc confronté à une démarche de recherche à double détente : s’inspirer de travaux conduits par d’autres pour élaborer une interprétation complète des données auxquelles ils donnent accès. Il s’agit d’enquêtes réalisées par voie de questionnaires (jusqu’à 100 questions) auprès parfois de larges échantillons de personnes (jusqu’à 10 000), dans un nombre de plus en plus grand de pays et conduites sur plusieurs années, ce qui permet des comparaisons dans l’espace et dans le temps. À cette approche par le nombre, s’adjoint l’examen du volet qualitatif de l’enquête européenne SPReW fondée sur des entretiens semi-directifs (163 entretiens narratifs individuels).

3L’ouvrage s’ouvre sur un rappel salutaire de l’instabilité spatio-temporelle de la définition du travail. Il est toujours bon de se souvenir que chez les Grecs il n’existait pas de terme synthétique évoquant notre notion du travail, que celui-ci était réservé aux esclaves et, de ce fait, entaché d’une connotation négative. Ce rappel se poursuit par l’évocation du long parcours vers la dignité du travail et du travailleur, jusqu’à l’acception actuelle du terme, où le travail est à la fois source de la richesse matérielle, devoir moral, moyen d’expression de notre humanité, et, avec l’emploi salarié, système socialisé de distribution des revenus, des droits et des protections, indexé, il faut le rappeler, sur un abandon de la liberté du travailleur sur l’organisation de son travail. On reconnait là la définition « fordienne » du travail, méthodiquement remise en cause depuis les années 1980. Ce sont ces différentes dimensions du travail, dimensions « instrumentales » et non « instrumentales », lieu de l’exercice de notre force de production collective en même temps que de réalisation de soi, d’aliénation et de soumission, mais aussi de créativité, d’expression et de développement personnels qui sont, au fil des chapitres, passées en revue. Des questions, autrement dit, relatives à la finalité et au sens du travail.

4Le chapitre deux (« Des attentes immenses posées sur le travail ») souligne la permanence de la centralité de la valeur travail chez les Européens et dégage les deux grandes dimensions qui caractérisent leur rapport à celui-ci : instrumentales (salaires, sécurité de l’emploi, etc.), expressives/relationnelles (réalisation de soi et investissement social), soulignant au passage le « paradoxe français », pays dans lequel la relation au travail est la plus ambiguë, située entre attachement affectif et répulsion. Un approfondissement des données fait apparaître les nuances entre les pays et souligne certaines évolutions, le déclin relatif de l’éthique du devoir, par exemple, la persistance des dimensions instrumentales malgré la montée des attentes de réalisation de soi et la valorisation de l’ambiance de travail…

5Le chapitre 3 (« Des attentes qui se heurtent aux bouleversements du travail ») analyse les difficultés qui s’opposent à la satisfaction des attentes des travailleurs, à partir de la critique des nouvelles formes d’organisation du travail (NFOT), centrées sur la flexibilité (interne comme externe) et un marché du travail très fragmenté : les externalisations productives, les délocalisations du travail, les nouvelles flexibilités contractuelles, l’invasion des TIC, etc., bouleversent complètement notre rapport au travail. Celui-ci devient plus incertain, entretenant une insécurité économique plus grande, surtout pour les plus jeunes et les moins qualifiés, mobilise plus qu’avant la subjectivité des travailleurs dans un rapport salarial de plus en plus individualisé. La régulation par les qualifications est questionnée, tandis que la référence aux compétences modifie les règles de l’employabilité. Surtout, les promesses d’épanouissement ne sont pas tenues, au grand dam des nouvelles générations de travailleurs plus qualifiées et plus féminisées, tandis que les risques psychosociaux se font plus prégnants, en raison des nombreux dysfonctionnements organisationnels et de l’intensité de l’insatisfaction des travailleurs. Ces constats ouvrent la voie à une interrogation conclusive sur la qualité du travail et de l’emploi et sur le sens du travail, soulignant ce qui est sans doute le paradoxe central des NFOT : la performance exige des travailleurs qualifiés, compétents, motivés, curieux, ouverts à l’innovation et jouant collectif, alors que dans le management des hommes, tout semble favoriser l’inverse.

6Le chapitre 4 (« La signification du travail au prisme des générations ») pousse plus loin l’analyse en s’intéressant aux sens, attitudes et comportements relatifs au travail selon la classe d’âge des travailleurs. La motivation initiale de cette approche comparative était le soi-disant fossé générationnel largement évoqué par les plus âgés à propos du rapport au travail des plus jeunes. Une justification de cette approche générationnelle ouvre le chapitre, qui opte ensuite pour une analyse typologique des orientations à l’égard du travail. L’opposition attentes instrumentales versus attentes expressives/relationnelles et ses répercussions en terme de « parcours de vie » constitue le pivot de l’analyse. « […] ensemble de règles qui organise des dimensions essentielles de l’existence » (p. 155), le parcours de vie constitue un axe structurant du rapport au travail dans ses dimensions centrales. Il s’en dégage quatre « modèles types de rapport au travail ». Un tableau à double entrée distinguant « parcours de vie standardisé » vs « individualisé » et « engagement pragmatique dans le travail » vs « engagement expressif » permet de déployer les types. Dans le premier groupe, le plus nombreux, le moins différencié en termes d’âge, de qualification ou de genre, le travail est vu comme une « contrainte à vivre positivement » ; c’est une obligation sociale et une source de revenus, on y adhère « pragmatiquement » : il est un moyen pour autre chose. Le salaire importe, mais ce qui compte avant tout, c’est la stabilité dans l’emploi et le caractère agréable du travail, qui doivent être marquée par des relations cordiales avec les collègues et la hiérarchie. Certaines dimensions symboliques (pouvoir être fier de son travail) ne sont pas absentes. Dans le type deux, le plus petit et le plus masculin, le travail est avant tout « un moyen de gagner de l’argent » et concerne un groupe très hétérogène d’individus selon l’âge, la qualification, la situation familiale, etc. L’attitude est toujours pragmatique, mais la séparation vie professionnelle / vie privée est nette et catégorique. Le travail est subi pour l’argent qu’il procure et les facultés qu’il donne de satisfaire ses besoins personnels et familiaux. Les attentes expressives/relationnelles sont faibles ou inexistantes. L’usage « instrumental » du travail domine. Dans le type trois, le travail est à l’inverse le « support au développement personnel ». Le travail n’est plus une contrainte, c’est l’occasion de « découvrir ses capacités et ses aptitudes personnelles » (p. 162). Le travail doit être cependant compatible avec les exigences familiales, offrir une stabilité et un salaire raisonnables. Ce groupe est plus dense que le second, il est fait de plus de personnes d’âge moyen, de femmes et de qualifications moyennes et élevées. Pour le quatrième type, le travail est vu comme « la pierre angulaire de l’identité ». Il s’agit du groupe le plus « individualiste », confiant quant à son avenir et prêt à prendre tous les paris professionnels. Le diplôme n’est pas nécessairement le sésame de la réussite, l’ingéniosité peut y palier. La prise de distance avec les règles sociales est affirmée (le travail au noir par exemple peut être valorisé s’il permet un avancement de carrière). Les besoins expressifs sont très élevés et la stabilité de l’emploi leur est toujours sacrifiée. L’autonomie, l’attitude critique dominent leur rapport au travail, marqué par une négociation permanente du salaire ou des privilèges attachés à la fonction. Il s’agit d’un groupe restreint d’individus, comportant plus souvent des jeunes et s’il n’y a pas de différence de genre, les niveaux de qualification sont élevés.

7En conclusion, la typologie permet de révéler que l’âge n’est pas un facteur discriminant des attitudes et attentes vis-à-vis du travail. Il faut associer l’âge au genre et à la qualification pour faire apparaître des relations claires. Les jeunes (moins de 30 ans et à quelques nuances près selon les pays) se distinguent seulement en ce qu’ils accordent une importance égale aux différentes facettes du travail : instrumentalité, expressivité/socialité. La « génération y » est un fantasme de consultant, bien fait pour vendre du « conseil », mais qui ne repose sur aucune base scientifique sérieuse. L’enquête de Méda et Vendramin permet tout au plus de souligner la complexité plus grande de l’intégration des jeunes en entreprise, compte tenu de ce que sont aujourd’hui l’économie, le marché de l’emploi, les exigences des entreprises, etc. Il n’y a nulle « spécificité culturelle » des jeunes qui entraverait leur intégration professionnelle et compliquerait leur rapport aux plus anciens. Plus déterminant s’avère être la féminisation et la plus grande qualification des jeunes générations, dessinant un nouveau modèle de rapport au travail, marqué par une place importante de l’instrumentalité, mais à l’égal d’autres dimensions de l’existence (la famille, le temps libre, l’engagement social, etc.). Un rapprochement de vue entre les genres caractérise aussi ce nouveau rapport au travail qui est moins marqué par les « valeurs masculines », où les besoins d’expressivité et de socialité étaient peut-être moins prégnants.

8Le chapitre 5 approfondit cette question de la « coexistence des générations au travail » et analyse plus en détail ce que peut être la spécificité des jeunes dans leur rapport au travail. Les auteurs concentrent d’abord leur attention sur les usages rhétoriques de l’âge dans le règlement des conflits intergénérationnels : l’argument « âge » n’entre en scène que quand des tensions apparaissent et des menaces pèsent sur les travailleurs. Les « jeunes » sont accusés de manquer de « motivation » par les plus âgés, qui se voient reprocher leur attitude « blasée » et leur « usure » par les premiers… Des stéréotypes réciproques sont construits qui permettent aux différentes générations d’imputer les difficultés organisationnelles, sans doute dues aux pressions managériales, à l’autre « bord », tandis que la génération du « milieu » (les 30 à 50 ans) semble invisible et muette dans ces polémiques. Le texte se poursuit en essayant de caractériser précisément le rapport des jeunes au travail en explorant les dimensions concrètes du travail et de l’emploi, concluant sur le besoin de changer le travail pour l’adapter aux attentes d’expressivité et de socialité des nouveaux travailleurs, plus qualifiés et plus féminisés, sans négliger la dimension instrumentale du travail, gage de sécurité économique.

  • 2 Mercure D. & M. Vultur (2010), La signification du travail. Nouveau modèle productif et ethos du tr (...)

9En conclusion, on dira que l’ouvrage offre un panorama particulièrement fouillé du rapport au travail des Européens, selon ce que les bases de données utilisées permettent de révéler. Il est en outre très riche et stimulant du point de vue conceptuel. Il reste néanmoins purement incantatoire quant à ce que son titre laisse entrevoir. Méda et Vendramin sont particulièrement conscientes de ce qu’il faudrait engager comme réforme du travail pour lui restituer la place et la valeur qui devraient être les siennes dans le fonctionnement social. L’introduction comme la conclusion de l’ouvrage rappellent comment la société salariale, associée à la mise en place de l’État providence, ont pu sceller le pacte social des « Trentes Glorieuses » : le salarié abandonnait sa liberté d’homme et de citoyen en entrant dans l’entreprise, en échange de quoi on garantissait au plus grand nombre l’accès aux biens de consommation et la vague promesse que son avenir et celui de ses enfants iraient en s’améliorant. Ce pacte social a été rompu par la crise des années 1970/1980, et le capitalisme a basculé dans une nouvelle ère, celle de la financiarisation, de la flexibilité et des délocalisations tous azimuts. Les travailleurs du monde entier ont été entraînés dans cette bourrasque, qui n’en finit pas de déchirer le corps social européen, obligé d’inventer les solutions de fortune qui sont à sa portée en fonction des capacités et possibilités de chacun. Les entreprises de leur côté ont manqué à toutes leurs promesses : elles se sont montrées, de l’aveu même des auteurs, incapables d’offrir les emplois, les revenus et les satisfactions au travail qu’elles promettaient si les travailleurs les suivaient dans leur politique d’adaptation permanente aux « exigences du marché mondial ». Aussi les auteurs, en appelant les responsables politiques, les dirigeants d’entreprise et les managers à écouter enfin les salariés dans leur triple demande en faveur d’un travail répondant à leurs attentes instrumentales, expressives et sociales, ne font-ils que réitérer les recommandations que la recherche en sciences humaines et sociales ne cesse de professer depuis Elton Mayo et le courant des relations humaines aux USA, dans les années 1920/1930. En vain, ou presque. En dehors de quelques périodes historiques où des amorces de réflexion alternative à l’organisation taylorienne du travail ont eu lieu, la manière dont on conduit les hommes dans les organisations et, surtout, la fonction sociale dévolue aux entreprises et l’objectif productiviste et de profitabilité imposés au travail restent inchangés. Incantations donc que ces appels à une nouvelle conception de l’entreprise, à un rééquilibrage des pouvoirs entre les directions, le top management et les salariés, à une redéfinition du sens du travail, à la fois en faveur d’une plus grande capacité d’expression de soi et d’une production socialement utile et respectueuse des hommes et de l’environnement. On ne voit pas dans l’analyse statistique réalisée par les deux auteurs où est la base sociale, où sont les masses d’« Européens, notamment les jeunes et les femmes », portant de telles revendications. Ce hiatus provient probablement 1) de la méthode retenue (utilisation d’enquêtes qui n’étaient pas conçues initialement pour appréhender ces questions de portée anthropologiques et politiques) ; 2) des limites intrinsèques des enquêtes par voie de questionnaire, soulignées par les auteures elles-mêmes qui ont cru pourtant pouvoir s’en affranchir. La course universelle à l’emploi reste la seule réponse massive, stable et permanente dont semble capable le corps social. En cela, le livre de Mercur et Vultur2, consacré aux valeurs que les Québécois accordent au travail, souvent cité par Méda et Vendramin, semble plus proche de la réalité, quand il affirme voir émerger dans la réalité sociale du Québec « deux types “d’éthos au travail” cohérents avec les nouvelles normes managériales », portés par « des individus hautement éduqués, prêts à s’investir dans le travail, attendant de celui-ci des possibilités de développer leur personnalité et des retours individualisés, et en accord avec les modalités de flexibilité exigées avec lesquels ils trouvent leur compte » (p. 240). Ce qui se profile chez nous c’est bien aussi quelque chose comme une société duale : d’un côté, une minorité d’emplois flexibles, hautement qualifiés et rémunérés, plutôt masculins et entre deux âges ; de l’autre, une majorité d’emplois abandonnés à une masse de vieux, jeunes, hommes ou femmes, peu ou pas (assez) qualifiés (selon les employeurs), qui devront apprendre à se battre pour des contrats de travail à 0 heure ou des emplois payés à 1 euro de l’heure… Il ne semble rien y avoir de mieux à attendre des décideurs – qu’ils soient économiques ou politiques. Si un changement doit avoir lieu, il ne pourra venir que des travailleurs eux-mêmes.

Haut de page

Notes

1 Voir son (pléthorique) CV (http://irisso.dauphine.fr/fileadmin/mediatheque/irisso/documents/CV_D._MEDA_2013.pdf)

2 Mercure D. & M. Vultur (2010), La signification du travail. Nouveau modèle productif et ethos du travail au Québec, Québec, Presses de l’université de Laval.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Salvatore Maugeri, « Dominique Méda, Patricia Vendramin, Réinventer le travail, Paris, PUF, coll. « Le lien social », 2013, 258 p. », La nouvelle revue du travail [En ligne], 5 | 2014, mis en ligne le 17 novembre 2014, consulté le 23 mars 2017. URL : http://nrt.revues.org/2047

Haut de page

Auteur

Salvatore Maugeri

Vallorem – Université d’Orléans

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo La NRT est soutenue financièrement par
  • Logo CNRS INSHS
  • Logo Centre Pierre Naville - Université d'Evry
  • Logo Laboratoire Printemps (professions, institutions et temporalités)
  • Logo Centre Emile Durkheim
  • Logo Laboratoire lorrain de sciences sociales - Université de Lorraine
  • Logo IRISSO - Dauphine université Paris
  • Logo Multidisciplinaria de Estudios sobre el Trabajo (UMEST) - Universidad Autónoma de Querétaro
  • Logo La NRT est aussi reconnue et soutenue par
  • Logo HCERS
  • Logo Fondation Maison des sciences de l'homme
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org