Navigation – Plan du site
Recensions et notes de lecture

Alina Surubaru, La Fragilité des liens marchands. Sociologie de la sous-traitance internationale, Paris, éditions Petra, 2014, 221 p.

Nicolas Jounin
Référence(s) :

Alina Surubaru, La Fragilité des liens marchands. Sociologie de la sous-traitance internationale, Paris, éditions Petra, 2014, 221 p.

Texte intégral

1Les recherches sociologiques sur la sous-traitance internationale sont suffisamment rares, en regard de l’ampleur du phénomène, pour être lues avec intérêt. Les chercheurs manifestent aujourd’hui un engouement (suivant avec un peu de retard celui des entreprises) pour le détachement, qui est un mode de sous-traitance internationale pariant sur le déplacement contrôlé des travailleurs plutôt que sur celui des marchandises. Mais cela ne doit pas escamoter la forme de sous-traitance qui consiste à faire produire ailleurs que là où l’on vend. C’est à cette forme plus classique que s’intéresse Alina Surubaru qui montre, à travers le cas de la Roumanie et au moyen d’une mise en perspective historique et d’une mobilisation des cadres théoriques de la sociologie économique, que les sentiers qu’elle emprunte ont été tracés il y a déjà plusieurs décennies.

2L’enquête empirique, menée entre 2005 et 2008, n’a pas été sans mal. Puisqu’il était difficile d’obtenir l’accord de donneurs d’ordres d’Europe occidentale, Alina Surubaru, forte de sa maîtrise de la langue, a « décidé de changer de stratégie d’enquête et d’accorder davantage d’importance aux expériences des sous-traitants » (p. 17), c’est-à-dire aux dirigeants d’entreprises roumaines de confection travaillant pour le compte de marques de l’Ouest. Au-delà des donneurs d’ordres, on comprend plus loin dans l’ouvrage qu’il a été difficile également d’approcher les intermédiaires de ce marché. Cette série d’obstacles explique peut-être en partie que le projet théorique de l’auteure, relatif à un approfondissement de la compréhension de la nature du « lien marchand », paraisse inabouti ; mais elle est compensée par l’utilisation d’autres sources, notamment les archives du Parti communiste roumain et de la presse professionnelle, qui donnent au propos une épaisseur historique passionnante.

3La Roumanie, toujours peu industrialisée après la Seconde Guerre mondiale, n’a pas de tradition particulière dans l’habillement. Mais les autorités communistes croient à un développement par l’industrie, ne se résignant pas à occuper la place que l’URSS assigne au pays dans la division du travail entre démocraties populaires. Alors que la Roumanie est, dans ce schéma, vouée à produire des céréales, les autorités roumaines entendent développer l’industrie du textile et de la confection et, puisque le marché intérieur ne suffit pas à en absorber les produits, lui cherchent des débouchés. Dès la fin des années 1960, les autorités roumaines nouent donc des contacts avec les pays capitalistes. Ne pouvant imposer leurs produits et leurs marques, les entreprises roumaines deviennent des façonniers, dont les rapports avec l’Ouest passent par l’intermédiaire de sociétés d’import-export dédiées et encadrées par les autorités.

4La révolution de 1989 apporte son lot de ruptures, mais conserve au final la place de ces entreprises dans la division internationale du travail. L’auteure livre ici des pages très instructives sur le processus hésitant de privatisation : tandis que certaines entreprises sont vendues aux enchères, celles de l’habillement sont plutôt rachetées par leurs salariés. Les directions d’entreprises, souvent nouvellement élues par le personnel à la faveur de la Révolution, pilotent alors une reprise qui contribue à « consolider leur position […], les salariés intervenant peu au cours du processus de privatisation » (p. 81). La toute nouvelle liberté d’entreprendre ne menace pas véritablement ces entreprises installées, les petits producteurs de l’habillement qui apparaissent venant plutôt satisfaire la demande intérieure, tandis que les établissements issus de l’ère socialiste demeurent ceux qui traitent avec l’étranger.

5En effet, les exportations ne cessent pas, puisqu’au contraire les frontières s’ouvrent encore plus largement aux marchandises. Mais « la disparition des institutions socialistes du commerce extérieur a entraîné une perte de repères objectivés concernant les marchés à l’Ouest (annuaires, rapports officiels, etc.) » (p. 86). Sont ainsi passés par pertes et profits les investissements de forme qui permettaient de fabriquer un peu de certitude sur l’état du marché. Certains donneurs d’ordres sont restés les mêmes. Mais le risque de la concurrence est plus fort, par exemple, quand les intermédiaires ou les clients décident d’installer ou racheter des unités de production en Roumanie. Pour les entreprises roumaines, c’est donc le retour aux tâtonnements, à la recherche de nouveaux clients et d’intermédiaires, sans jamais réussir à sortir du rôle de sous-traitant. Ces efforts sont menés par les entreprises de manière essentiellement individuelle ; elles bénéficient peu du soutien de l’État, et se coalisent difficilement dans l’organisation patronale nouvellement créée. Le discours de cette dernière à l’égard de la sous-traitance est en effet mitigé, en raison de la cohabitation dans une même structure des entreprises de l’habillement, qui traitent souvent avec des clients ouest-européens, et des entreprises du textile hostiles à la sous-traitance, car elles voient s’évanouir leur débouché lorsque c’est le donneur d’ordres qui apporte le tissu à son façonnier.

6« L’histoire de l’habillement roumain est traversée de manière récurrente par le débat sur la viabilité du choix de la sous-traitance internationale, c’est-à-dire par le débat sur les fondements de l’ordre sur ce marché », écrit Alina Surubaru (p. 182). Les perspectives qu’elle trace en fin d’ouvrage indiquent plutôt que l’industrie périclite. La concurrence chinoise guette, comme le rappellent les donneurs d’ordre allemands. Le taux de change, longtemps favorable, l’est moins depuis quelques années. La main-d’œuvre fuit des conditions de travail difficiles et des salaires bas. Enfin, ce sont les dirigeants eux-mêmes qui songent à se reconvertir et qui, tirant un dernier profit du legs de l’organisation socialiste du secteur, cherchent à valoriser le patrimoine immobilier d’usines installées en centre-ville.

7L’enquête montre que la Roumanie n’est pas qu’un pays à bas coût qui s’est ouvert au commerce international avec l’effondrement d’un régime autoritaire, mais qu’il y avait déjà des échanges institués. Le lien marchand n’est plus organisé de la même manière, mais il est là, avant comme après. Cependant, de cette plongée documentée dans un univers peu connu, l’auteure remonte avec des énoncés synthétiques qui aplanissent curieusement les relations marchandes qu’elle a décrites.

8Le projet théorique de l’auteure est de s’attaquer à une « sur-socialisation » (p. 13) du lien marchand par la sociologie économique, qui ne s’intéresserait à ce lien qu’en tant qu’il est encastré dans d’autres relations sociales qui en renforcent la consistance. Ici, en s’intéressant à des liaisons ténues, instables et révocables, Alina Surubaru veut analyser l’échange marchand comme « une forme particulière d’échange social, une forme qui nécessite une attention soutenue aux incertitudes d’interprétation des intentions d’autrui », ou encore comme « un consensus a minima entre des acteurs ne partageant pas la même sociabilité » (p. 14). Le projet est intéressant, mais il semble se prendre au piège du mythe égalitaire qui accompagne l’idéologie marchande. Dans l’ouvrage, entre les donneurs d’ordre d’Europe de l’Ouest et les façonniers roumains, il est question de « recherche mutuelle et d’apprentissages réciproques, qui varient en fonction du contexte historique » (p. 208). Ce sont toujours « les acteurs » en toute généralité qui sont évoqués, donneurs et preneurs d’ordre mélangés, pour dire par exemple que « l’éventualité d’une rupture des liens représente une contrainte (et une ressource) particulièrement importante des activités économiques, les acteurs ne pouvant jamais l’occulter de manière définitive », ou encore pour demander : « Dans la mesure où la substituabilité des acteurs est importante (faible investissement technologique, faibles coûts salariaux, etc.), l’engagement à distance (entre un donneur d’ordre et un sous-traitant, entre un client et un fournisseur) peut-il être autrement que fragile ? » (p. 210).

9L’auteure avance que son analyse « met en lumière la capacité des acteurs à choisir, à la fois en fonction des opportunités qui se présentent à eux et selon les expériences du passé » (p. 211). Il est certes toujours bon de rappeler que tout le monde est capable de rationalité stratégique ; mais il est rare que tout le monde ait les mêmes atouts et les mêmes chances de faire triompher sa stratégie. Au moment de plonger dans les eaux glacées du calcul égoïste, certains ont des combinaisons plus protectrices que d’autres (qu’il s’agisse d’une assise financière, du monopole sur une ressource ou une marque, du soutien de l’État...). Ainsi, la « substituabilité des acteurs » n’est-elle pas une menace qui pèse plus fortement sur les entreprises roumaines que sur leurs clients ? Les façonniers peuvent-ils changer de client aussi facilement que leurs donneurs d’ordres changent de sous-traitant ? Le cadrage théorique du lien marchand est prometteur mais demeure donc frustrant, car il n’intègre pas la structure des rapports de force au sein desquels s’insère un tel lien, sur laquelle l’approche historique de l’ouvrage a pourtant fourni des éléments empiriques.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Nicolas Jounin, « Alina Surubaru, La Fragilité des liens marchands. Sociologie de la sous-traitance internationale, Paris, éditions Petra, 2014, 221 p. », La nouvelle revue du travail [En ligne], 5 | 2014, mis en ligne le 08 novembre 2014, consulté le 20 juillet 2017. URL : http://nrt.revues.org/2052

Haut de page

Auteur

Nicolas Jounin

Université Paris VIII – Laboratoire URMIS

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo La NRT est soutenue financièrement par
  • Logo CNRS INSHS
  • Logo Centre Pierre Naville - Université d'Evry
  • Logo Laboratoire Printemps (professions, institutions et temporalités)
  • Logo Centre Emile Durkheim
  • Logo Laboratoire lorrain de sciences sociales - Université de Lorraine
  • Logo IRISSO - Dauphine université Paris
  • Logo Multidisciplinaria de Estudios sobre el Trabajo (UMEST) - Universidad Autónoma de Querétaro
  • Logo La NRT est aussi reconnue et soutenue par
  • Logo HCERS
  • Logo Fondation Maison des sciences de l'homme
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org