Navigation – Plan du site
Recensions et notes de lecture

Bénédicte Vidaillet, Évaluez-moi ! Évaluation au travail : les ressorts d’une fascination, Paris, Le Seuil, 2013, 224 p.

Lionel Jacquot
Référence(s) :

Bénédicte Vidaillet, Évaluez-moi ! Évaluation au travail : les ressorts d’une fascination, Paris, Le Seuil, 2013, 224 p.

Texte intégral

  • 1 Zarka Y.-C. (dir.) (2009), « L’idéologie de l’évaluation. La grande imposture », Cités, n° 37.
  • 2 Abelhauser A., Gori A. & M.-J. Sauret (2011), La Folie évaluation. Les nouvelles fabriques de la se (...)
  • 3 Del Rey A. (2013), La Tyrannie de l’évaluation, Paris, La Découverte.
  • 4 Manière dont Frédéric Lordon empruntant à l’anglais caractérise l’imaginaire néolibéral. Lordon F. (...)
  • 5 La Boétie É. ([1549] 2002), Discours de la servitude volontaire, Paris, Éditions Petite Bibliothèqu (...)

1Comment ne pas s’intéresser à l’évaluation, qui est partout et qui a gagné toutes les fonctions et tous les domaines d’activités en trente ans, si l’on s’accorde sur le constat liminaire de l’ouvrage de Bénédicte Vidaillet, psychanalyste et maître de conférences à l’université de Lille I ? Qualifiée d’« imposture »1, de « folie »2, de « tyrannie »3…, l’évaluation a donné lieu récemment à de nombreuses critiques dénonçant l’usage qui en est fait dans les organisations contemporaines. Elle n’en continue pas moins de se propager. Aussi peut-on caractériser l’idéologie de l’évaluation de pervasive4. Cette capacité qu’elle a de s’infiltrer dans tous les coins et de se répandre partout est fonction de sa puissance normative, de sa force à prescrire et encadrer les subjectivités au travail, de son pouvoir à pénétrer loin dans l’esprit des salariés demandant à être évalués. L’auteure nous invite alors « à prendre au sérieux le fait que nous voulons être évalués » (p. 25). Sa thèse tient dans la proposition injonctive du titre – Évaluez-moi ! – et tente de mettre au jour les ressorts psychiques sur lesquels l’évaluation au travail joue pour nous séduire. Elle soutient donc que nous ne faisons pas que la subir, mais que nous y adhérons, voire même que nous l’appelons de nos vœux. Le désir d’être évalué, mais aussi d’évaluer, est dans cet essai au cœur de la problématique du développement de l’évaluation. « L’enjeu essentiel d’un point de vue critique est alors non plus de montrer les effets délétères de l’évaluation telle qu’elle est pratiquée aujourd’hui, mais de comprendre pourquoi, malgré ces effets délétères et la plainte qu’ils engendrent, la plupart des personnes ne s’y opposent pas et même souhaitent son développement. » (p. 25). Dans cette perspective, il s’agit de déconstruire l’idéologie de l’évaluation pour « faire cesser l’enchantement » et « favoriser la distanciation psychique » (p. 208), comprendre comment par les croyances sur lesquelles elle s’appuie, le discours qu’elle porte et les dispositifs qui la diffusent, elle « parvient à nous faire avaler, sans répugnance, l’amer venin de la servitude »5.

  • 6 Belorgey N. (2010), L’Hôpital sous pression – enquête sur le nouveau management public, Paris, La D (...)
  • 7 Monchatre S. (2011), « Ce que l’évaluation fait au travail – Normalisation du client et mobilisatio (...)
  • 8 Information récoltée sur son blog : http://b.vidaillet.free.fr/index_m.html
  • 9 Viallet J.-R. (2009), La Mise à mort au travail, Yami 2 Productions.
  • 10 Dejours C. (2009), Travail vivant. 1 : Sexualité et travail, Paris, Petite Bibliothèque Payot, 14.

2Bénédicte Vidaillet s’y emploie dans un opus de plus de 200 pages en mobilisant différents types de matériaux. Elle illustre déjà son propos par des études de cas qu’elle a elle-même réalisées (ou dirigées) ou qu’elle emprunte à d’autres chercheurs – les sociologues tiennent une bonne place dans sa démonstration (par exemple, N. Belorgey sur l’hôpital à l’épreuve du nouveau management public6 ou S. Monchatre sur les pratiques d’évaluation dans les chaînes hôtelières7). Elle se base aussi sur des observations liées à sa pratique clinique, i.e. celles faites – faut-il sans doute comprendre – lors des consultations qu’elle propose en psychanalyse et en clinique du travail8. Elle démontre l’emprise de l’évaluation par des « exemples de tous les jours que chacun peut remarquer » – l’émission culinaire télévisuelle Masterchef vient ainsi exemplifier la « promesse narcissique » que contient l’évaluation en mettant en scène des candidats qui, certes n’ont pas tous gagné, mais qui auraient changé de vie après cette mise à l’épreuve. Elle se sert aussi des documentaires portant sur le monde du travail – la série de Jean-Robert Viallet La Mise à mort du travail9 est abondamment utilisée. Elle a enfin recours à des cas de jurisprudence dans lesquels l’évaluation a fait l’objet de litiges. Bien qu’elle puise dans différentes disciplines, c’est avant tout en clinicienne du travail et en psychanalyste lacanienne que Bénédicte Vidaillet cherche à « comprendre comment l’évaluation agit sur nous, d’où elle tire sa puissance d’évocation, sur quels ressorts psychiques elle agit et ce qu’elle remue en nous pour que nous la souhaitions alors qu’elle contribue grandement à détruire notre désir de travailler, notre relation à l’autre et notre environnement de travail. » (p. 27). Pour saisir les subjectivités au travail confrontées à l’évaluation sont convoquées la définition lacanienne du sujet et la conception clinicienne du travail. La première considère le sujet par son « manque-à-être », par le non-accomplissement de soi qui l’oblige à se coltiner cet inconfort d’être agi en permanence par ce qui échappe à sa prise. La seconde renvoie à l’intelligence du sujet au travail qui « doit ajouter aux prescriptions pour pouvoir atteindre les objectifs qui lui sont assignés »10, autrement dit, qui fait face à la résistance du réel pour résoudre les problèmes que le travail pose chaque jour. L’évaluation, qui offre l’illusion de maîtriser le manque, désapproprie bien au contraire le travailleur de son pouvoir d’agir à l’instar de la « folie taylorienne » et empêche le travail bien fait. Ce fait jour ici un « étrange paradoxe » : cause d’une impossibilité à bien travailler, l’évaluation devient prétexte à son maintien, voire son renforcement… elle « apparaît comme le remède pour améliorer le système en place » (p. 75).

  • 11 Lordon F. (2013), op. cit.

3L’ouvrage est structuré en huit chapitres. Le chapitre 1 – « Les méfaits bien réels de l’évaluation » – commence par rappeler quelques « effets globalement néfastes et très préoccupants » : production de contre-performances et d’effets absurdes, masquage des résultats réels par une mal-mesure, encouragement à la simulation, développement de stratégies de contournement, enjeux en termes de coûts, baisse de la motivation, remise en cause de la dimension altruiste du travail et dislocation des liens, dégradation de la santé, etc. Malgré ces résultats négatifs, « les sirènes de l’évaluation » continuent d’attirer. Pour en comprendre les raisons, le chapitre 2 – « Évaluation et renoncement » – revient sur ce que travailler veut dire. Le recours à la clinique du travail sans orientation exclusive – psychodynamique du travail et clinique de l’activité sont ainsi réunies – permet de rendre compte de la dimension pathogène de l’évaluation qui empêche le « bien travailler » et altère le sens du travail en cherchant à le normaliser et le standardiser. Mais paradoxalement, alors qu’elle réprime le désir, l’évaluation participe de l’enrôlement des salariés dans un régime d’affects joyeux intrinsèques11. Le chapitre 3 – « Homme normal, héros et bon perdant » – s’attache à comprendre comment, bien qu’elle crée des « gagnants » et des « perdants », elle produit cette joie intransitive de l’engagement dans le travail en promettant à tous ceux qui acceptent de s’éprouver la possibilité de « s’améliorer », de « se surpasser », d’« être parmi les meilleurs ». La place de l’autre est centrale dans l’évaluation puisqu’il s’agit de se mesurer à lui, de se situer par rapport à cet autre perçu comme rival et modèle. Le chapitre 4 – « L’autre et son indispensable jouissance : la supprimer, la contrôler, se l’approprier » – se penche sur cette centralité pour dévoiler qu’« on demande l’évaluation pour s’accaparer ce “quelque chose en plus” que l’autre est supposé détenir et qui le rendrait meilleur que soi, plus performant, plus désirable » (p. 127). Évaluer qui consiste avant tout à hiérarchiser et classer les personnes permet, en instillant la rivalité, d’évacuer le conflit et de le remplacer par la compétition. C’est ce rôle de « grand pacificateur » qu’entend jouer le système d’évaluation qui est analysé dans le chapitre 5 – « Se débarrasser de l’autre ». Le chapitre 6 – « L’évaluation et la reconnaissance impossible » – interroge le lien entre le besoin de reconnaissance et la demande d’évaluation : le premier serait à l’origine de la seconde mais l’offre d’évaluation ne saurait combler le manque de reconnaissance, elle contribuerait même en amplifier la plainte sur ce registre. Les outsiders, plus enclins à réclamer l’évaluation puisqu’ils ne sont pas reconnus professionnellement et socialement comme les established, participent à remplir « le tonneau des Danaïdes de la reconnaissance » : « plus on prétend évaluer au plus près, a posteriori, ce qu’a effectué l’individu et le récompenser en fonction, plus on élargit le trou ; plus on crée une instabilité identitaire qui ne peut qu’alimenter la demande sans fin d’être “reconnu”. » (p. 174) Il y a un autre plus extérieur qui intervient dans le succès des systèmes d’évaluation et qui tient aussi une place essentielle dans le discours de justification. Le chapitre 7 – » Un client à faire jouir » – traite de la figure du client qu’il faut servir au mieux. Comment refuser de s’améliorer lorsque le résultat affiché est la jouissance du consommateur, la satisfaction de l’usager, le bien-être du patient ? On ne peut se soustraire à la demande évaluative même si celle-ci est justifiée in fine par la figure abstraite d’un citoyen parfaitement au fait de ses besoins. Et quand on y a goûté, on ne peut plus s’en passer ! C’est « L’engrenage de l’évaluation » dont on peine à se dépêtrer qui est l’objet du dernier chapitre. Tous alors participent à « la gigantesque partouze de l’évaluation » où les rôles d’évaluateurs et d’évalués peuvent permuter. L’hypothèse alors formulée est que « les pratiques contemporaines se déploient parce qu’elles promettent à chacun de se faire à son tour évaluateur en laissant croire que les compétences pour évaluer seraient données à tous et que les conditions organisationnelles seraient sans impact. » (p. 197)

  • 12 Clot Y. (2010), Le Travail à cœur. Pour en finir avec les risques psychosociaux, Paris, La Découver (...)
  • 13 Pinard R. (2000), La Révolution du travail. De l’artisan au manager, Rennes, Presses universitaires (...)

4L’ouvrage se referme sur quelques propositions pour « résister aux sirènes de l’évaluation ». La critique livrée qui se situe sur le terreau psychique parie sur la capacité de chacun, pour peu qu’il soit aidé, à faire « déjouer » le chant de l’évaluation afin de ne pas s’y laisser prendre. Plus forte sera la conviction qu’elle n’est qu’un leurre incapable de résoudre les difficultés et les problématiques que le sujet rencontre dans le cadre de son travail et qu’elle est bien au contraire la cause d’un certain nombre de maux qui l’éprouvent, plus celui-ci la combattra. Ce sont les travailleurs eux-mêmes qui détiennent les clefs, car ils peuvent s’en détourner, comme ils peuvent – rappelle Yves Clot dans Le Travail à cœur12– « détourner » la situation dégradée dans laquelle ils agissent malgré tout. La résistance passe déjà pour Bénédicte Vidaillet par restituer à l’autre sa subjectivité, i.e. – pour prolonger avec le chef de file de la clinique de l’activité – son pouvoir d’agir. L’idéologie de l’évaluation n’est pas inébranlable pour autant que nous refusions de nous y soumettre et on peut, en la matière, s’inspirer des pionniers et s’appuyer sur les instances collectives légitimes comme les CHSCT et les CE, encore faut-il ne pas se laisser, individuellement et collectivement, absorber par la logique gestionnaire et le modèle managérial du travail qui paralyse notre capacité d’agir comme sujets sociaux, qui est au fondement du politique13.

  • 14 Voir Jacquot L. (2014), L’Enrôlement du travail. Comprendre la machinerie managériale, Nancy, Press (...)

5La critique de l’idéologie de l’évaluation est stimulante et percutante. Comment ne pas souscrire à cette entreprise de déconstruction de la gouvernementalité managériale qui foisonne de dispositifs pour enrôler le travail14 ? Toutefois, on pourra s’étonner que, dans cette approche clinique et psychanalytique, la parole ne soit pas plus donnée à ceux qui sont évalués et à ceux qui évaluent. Un usage plus important de matériaux de première main n’aurait-il pas permis d’évaluer les nombreuses hypothèses qui scandent le texte ? Des résultats empiriques de la sociologie sont effectivement mobilisés pour faire l’administration de la preuve, mais on pourra regretter que l’auteure ne tire pas davantage profit des grilles d’analyse théorique que la discipline sociologique a forgées récemment pour saisir l’emprise de l’idéologie gestionnaire. Toutefois, on conseillera surtout de lire Évaluez-moi !

Haut de page

Notes

1 Zarka Y.-C. (dir.) (2009), « L’idéologie de l’évaluation. La grande imposture », Cités, n° 37.

2 Abelhauser A., Gori A. & M.-J. Sauret (2011), La Folie évaluation. Les nouvelles fabriques de la servitude, Paris, Mille et une nuits.

3 Del Rey A. (2013), La Tyrannie de l’évaluation, Paris, La Découverte.

4 Manière dont Frédéric Lordon empruntant à l’anglais caractérise l’imaginaire néolibéral. Lordon F. (2013), La Société des affects. Pour un structuralisme des passions, Paris, Le Seuil.

5 La Boétie É. ([1549] 2002), Discours de la servitude volontaire, Paris, Éditions Petite Bibliothèque Payot, p. 23. http://classiques.uqac.ca/classiques/la_boetie_etienne_de/discours_de_la_servitude/discours_servitude_volontaire.pdf

6 Belorgey N. (2010), L’Hôpital sous pression – enquête sur le nouveau management public, Paris, La Découverte.

7 Monchatre S. (2011), « Ce que l’évaluation fait au travail – Normalisation du client et mobilisation différentielle des collectifs dans les chaînes hôtelières », Actes de la recherche en sciences sociales, n° 189, septembre 2011, 42-57.

8 Information récoltée sur son blog : http://b.vidaillet.free.fr/index_m.html

9 Viallet J.-R. (2009), La Mise à mort au travail, Yami 2 Productions.

10 Dejours C. (2009), Travail vivant. 1 : Sexualité et travail, Paris, Petite Bibliothèque Payot, 14.

11 Lordon F. (2013), op. cit.

12 Clot Y. (2010), Le Travail à cœur. Pour en finir avec les risques psychosociaux, Paris, La Découverte.

13 Pinard R. (2000), La Révolution du travail. De l’artisan au manager, Rennes, Presses universitaires de Rennes.

14 Voir Jacquot L. (2014), L’Enrôlement du travail. Comprendre la machinerie managériale, Nancy, Presses universitaires de Nancy.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Lionel Jacquot, « Bénédicte Vidaillet, Évaluez-moi ! Évaluation au travail : les ressorts d’une fascination, Paris, Le Seuil, 2013, 224 p. », La nouvelle revue du travail [En ligne], 5 | 2014, mis en ligne le 08 novembre 2014, consulté le 16 octobre 2017. URL : http://nrt.revues.org/2056

Haut de page

Auteur

Lionel Jacquot

Directeur du Laboratoire lorrain de sciences sociales (2L2S) – Université de Lorraine

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo La NRT est soutenue financièrement par
  • Logo CNRS INSHS
  • Logo Centre Pierre Naville - Université d'Evry
  • Logo Laboratoire Printemps (professions, institutions et temporalités)
  • Logo Centre Emile Durkheim
  • Logo Laboratoire lorrain de sciences sociales - Université de Lorraine
  • Logo IRISSO - Dauphine université Paris
  • Logo Multidisciplinaria de Estudios sobre el Trabajo (UMEST) - Universidad Autónoma de Querétaro
  • Logo La NRT est aussi reconnue et soutenue par
  • Logo HCERS
  • Logo Fondation Maison des sciences de l'homme
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org