Navigation – Plan du site
Varia

Injonction comptable et révolution culturelle à l’Université

Accounting requirements and culture revolution in a university environment
Conminación contable y revolución cultural en la universidad
Frédéric Lebaron

Résumés

Dans cet article, il s’agit d’examiner, en s’appuyant sur des analyses relevant de la sociologie économique et la sociologie des politiques publiques, certains processus assimilables à une forme de « financiarisation » de l’enseignement supérieur et de la recherche (ESR). Tout en rappelant la singularité du monde de l'enseignement dans lequel la monétarisation est par définition problématique, nous montrons que des processus de croyance, liés notamment au rôle moteur de la science économique dans l’ordre social contemporain, contribuent à faire entrer ce secteur dans le cadre de logiques plus larges, qui apparaissent bien comme caractéristiques du capitalisme financier, sans pour autant que celui-ci les absorbe dans leur totalité.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Dans quelle mesure la financiarisation affecte-t-elle directement l’enseignement supérieur et la recherche ? Cette question apparemment simple et familière, par exemple au discours syndical, ne trouve pas de réponse si évidente au premier abord. Le secteur de l’enseignement supérieur et de la recherche (ESR) est, et reste, relativement spécifique, en tant qu’univers social essentiellement voué à la production et à la diffusion de connaissances, qu’elles soient « pures » ou « appliquées », qui relèvent d’une économie des biens symboliques éloignée de l’économie financière (Bourdieu, 2001 ; Gingras, 2012).

  • 1 Voir en particulie, en langue française, les travaux menés autour d’Annie Vinokur. Par exemple, Vin (...)

2S’il est affecté depuis de nombreuses années par des transformations institutionnelles très profondes dans la plupart des pays du monde, désormais bien documentées1, leur lien avec l’emprise croissante du secteur financier au sein des économies n’est pas établi de façon aussi directe qu’il peut l’être dans le cas d’entreprises industrielles ou de services marchands de grande taille. Pour celles-ci, les critères financiers pèsent directement sur la définition de la performance, les choix d’investissement, etc. (Aglietta & Rebérioux, 2004 ; Ertürk et al., 2008).

3Les entreprises classiques (industrielles ou de service) agissent en effet dans des secteurs fortement structurés à l’échelle du marché mondial (Chesnais, 1994) et sont soumises à des mouvements intenses de fusion, acquisition, restructuration, relocalisation, etc. Elles font l’objet de stratégies prédatrices de la part d’actionnaires ou groupes d’actionnaires, visant le plus souvent, de façon explicite, un objectif quantitatif relativement clair, que l’on peut caractériser comme la maximisation du profit « pour l’actionnaire », la « shareholder value » (Ertürk et al., 2008). Elles sont donc soumises à des impératifs de rentabilité à la fois relativement explicites et contraignants, qui sont objectivés sur les marchés financiers, et se manifestent de façon plus visible à l’occasion de la publication des résultats (annuels ou semestriels). Bref, elles sont soumises à un ensemble systémique de contraintes qui les rattachent étroitement aux logiques financières dominantes (pour une synthèse récente, voir Boyer, 2012).

4Dans le cas de nombre d’institutions d’enseignement supérieur et de recherche, en particulier les universités publiques ou privées « à but non lucratif », l’enjeu du profit financier à court terme des organisations est, au moins à première vue, beaucoup moins manifeste ; il ne se traduit en général ni par une pression quotidienne sur la rentabilité monétaire de l’organisation telle qu’elle peut s’objectiver dans des résultats trimestriels ou annuels, ni par des variations visibles au jour le jour de la valorisation financière de l’entreprise, ou par l’existence de métrologies financières aussi évidentes que celles qui ont cours dans l’univers financier, qui est aussi un univers très fortement quantifié.

  • 2 Ce désengagement prend des formes très variées, comme le montrent en particulier les travaux d’Anni (...)

5Structures juridiques spécifiques, poids encore important du secteur public et maintien d’une forte spécificité professionnelle que l’on peut caractériser en premier lieu comme l’attachement à l’autonomie intellectuelle et scientifique, une forme d’éthos particulier (Merton, 1997), contribuent à préserver ces organisations des formes les plus évidentes et immédiates de la financiarisation, en en faisant au contraire des champs relativement à l’abri des conséquences les plus directes de la pression à la performance financière. Cela ne signifie bien sûr pas que celle-ci ne pèse pas, selon une métaphore courante, sur les logiques propres au monde universitaire en lui imposant de se soumettre à des critères financiers. C’est le cas, ne serait-ce qu’à travers les contraintes budgétaires liées au désengagement progressif de l’État du financement de l’enseignement supérieur et de la recherche, qui conduit de fait à une forme de financiarisation au sens – que l’on pourrait dire wébérien – d’expansion des logiques de calcul et de réduction des coûts2. Quelques travaux pionniers mettent aussi en avant la dynamique particulière d’insertion de l’économie de l’enseignement supérieur dans des recompositions capitalistiques de grande ampleur qui bouleversent les frontières entre secteurs public et privé, en favorisant l’apparition d’établissements explicitement tournés vers la conquête du marché (Vinokur, 2004). Ce processus marquerait le début d’une tendance à la substitution des logiques marchandes ordinaires à celles qui caractérise un secteur longtemps soutenu essentiellement par l’État, après avoir été, des siècles durant, lié au champ religieux (Charle & Verger, 2012). Cela dit, le mouvement de concentration du capital ne concerne pas l’ensemble des établissements d’enseignement supérieur et de la recherche, mais seulement des segments les plus rentables de celui-ci.

  • 3 Voir en particulie, Soulas (2010), sur la construction d’un marché à travers la mobilité étudiante
  • 4 Voir par exemple en France le rapport Lesourne et Randet (dir.). La caractéristique principale d’un (...)

6Ces changements affectent l’ESR à l’échelle mondiale, et se traduisent par le développement progressif d’un grand marché de l’enseignement supérieur et de la recherche et de l’innovation, au sein duquel des organisations rivalisent de plus en plus pour conquérir un public constitué comme une clientèle potentielle plus ou moins solvable3. Avec l’avènement de l’« économie de la connaissance », les établissements universitaires, grandes écoles et institutions de recherche sont désormais, il est banal de le rappeler, placées au cœur d’un « capitalisme cognitif » valorisé par les décideurs et objet de toutes leurs attentions4.

7En tant que source importante, voire principale, de l’innovation, l’ESR est, en particulier, au centre d’un modèle intellectuel (parfois qualifié de néo-schumpeterien), qui fait de l’innovation la source ultime des profits et de la croissance économique. La nécessité de « valorisation » (un terme particulièrement ambigu qui s’est diffusé dans les années 1990) est officiellement inscrite au cœur des finalités mêmes de l’institution. Dès lors, ce secteur n’échappe évidemment pas aux pressions exercées sur l’ensemble du système économique et social par des logiques proprement financières, ne serait-ce qu’à travers la contrainte budgétaire déjà évoquée. Encore faut-il déterminer par quels processus celles-ci se manifestent et comment cette dynamique se réalise concrètement.

8Nous commencerons par examiner, dans une première section, l’enjeu général de la production et de la mesure de la valeur au sein de l’ESR et sa reconfiguration actuelle sous l’effet de l’imposition de nouvelles normes de quantification de l’activité, liée à la réussite d’entreprises métrologiques particulières. Puis sera présentée, dans une deuxième section, la contribution de trois processus distincts à la transformation de la définition sociale de la valeur : la déconstruction et la reconstruction progressive par les politiques publiques des entités constitutives de l’ESR (établissements, laboratoires, départements, etc.), en tant qu’organisations tournées vers la production de valeur monétarisable, dans une nouvelle architecture générale ; la multiplication des dispositifs visant à créer des quasi-marchés par la mise en concurrence de ces mêmes entités (processus dits de « mise en marché ») ; enfin, phénomène central et conditionnant l’ensemble, la transformation symbolique de l’univers de l’ESR autour des catégories de l’entendement économique et managérial, qui contribue à réduire sa différence avec le reste du champ économique et à légitimer – à rendre en quelque sorte naturels – les processus de monétarisation et de mise en marché.

9Dans chacun des cas, nous expliciterons et illustrerons l’hypothèse selon laquelle le rôle moteur du changement passe par la promotion d’une culture organisationnelle issue des sciences économiques et de gestion. Celle-ci est portée par des acteurs particuliers, économistes et gestionnaires ou détenteurs plus ou moins autoproclamés de cette culture de marché, qui ont un rôle clé dans le succès et la légitimation de ces changements. C’est sur ce plan que nous apporterons quelques éléments empiriques, illustratifs, issus de recherches menées depuis plusieurs années sur la discipline économique et ses enjeux sociaux.

La construction sociale de la valeur marchande des biens académiques

10Plutôt que fondée sur une base objective, quelle qu’elle soit (rareté, temps de travail social moyen, utilité), la valeur économique est avant tout le résultat d’une construction sociale, dont la nature a été soulignée dans les premiers textes économiques de Durkheim et des durkheimiens. Durkheim écrit en particulier, au cours d’un débat avec Paul Leroy-Beaulieu publié dans Le Journal des économistes : « la valeur des choses, en effet, dépend non pas seulement de leurs propriétés objectives, mais aussi de l’opinion qu’on s’en fait » (Durkheim, 1908).

La valorisation comme lutte de croyance

11Rappelant à quel point il entre de l’évaluation sociale dans l’estimation d’un prix, entité collective qui dans de nombreux cas s’impose aux acteurs économiques comme une force externe et contraignante, Durkheim intègre ainsi la valorisation monétaire dans un ensemble plus large de processus évaluatifs (donc cognitifs), parmi lesquels il compte les jugements esthétiques et moraux.

12Nous ajouterons, dans une démarche plus marxiste, que ceux-ci relèvent d’un rapport de force socio-économique – toujours en partie cognitif et moral – entre divers agents sociaux, qui sont aux prises pour attribuer une valeur qui n’est jamais immédiatement donnée en nature ou par un quelconque référent absolu.

13L’expression monétaire de la valeur n’est dès lors qu’un cas particulier des formes prises par un processus plus large de valorisation sociale. Dans le monde contemporain, une grande partie de ce qui vaut pour les individus est relatif à des univers sociaux différenciés, que l’on peut appeler après Pierre Bourdieu des champs, au sein desquels les valeurs prennent des sens de plus en plus spécifiques au fur et à mesure de leur processus historique d’autonomisation (Bourdieu, 1992 ; pour une autre conception du champ, Fligstein & McAdam, 2012). La valeur esthétique est ainsi de plus en plus définie par des instances de consécration relativement autonomes, mettant aux prises un ensemble de professionnels de l’évaluation esthétique qui, avec les producteurs eux-mêmes, sont directement impliqués dans ce que l’on peut appeler les luttes sociales évaluatives. La valeur esthétique n’est pas directement ou immédiatement monétaire, même si divers processus de conversion existent bien sûr entre valeur esthétique et valeur monétaire, ne serait-ce que du fait de la dynamique du marché de l’art (elle-même liée à la financiarisation, en particulier à travers la hausse des très hauts revenus).

  • 5 Voir ici Stiglitz, Sen & Fitoussi (2009), qui reviennent sur les limites, bien connues, de la compt (...)

14De même, la tendance à la valorisation monétaire liée à l’extension des logiques de marché n’a pas supprimé, bien au contraire, l’existence de sphères de valorisation sociale indépendantes du marché, comme l’univers familial et, plus largement, affectif, sources d’un ensemble de processus d’évaluation et de valorisation propres, fondés sur des critères essentiellement non marchands5 et, en général, rétifs à toute quantification systématique. Il en est de même pour l’univers de la fonction publique traditionnelle où priment des critères d’évaluation propres, à première vue non marchands, tels que l’intérêt général, l’intégrité, etc., secteur dont la production est également mal mesurée du point de vue monétaire (Stiglitz, Sen & Fitoussi, 2009).

  • 6 L’usage du terme « crédit » n’est évidemment pas indifférent.
  • 7 Voir également Saint-Martin (2013).

15Dans le cas de l’enseignement supérieur et de la recherche, on est confronté à un univers de valorisation sociale spécifique, où l’activité évaluative est extrêmement développée au quotidien (dans l’enseignement, avec la notation des étudiants, l’attribution de « crédits »6, et dans la recherche, à travers l’évaluation par les pairs dans les revues et les institutions de gestion des carrières), mais n’est pour l’essentiel pas de nature monétaire. Elle est avant tout fondée sur des procédures techniques de validation scientifique ou intellectuelle (les « normes techniques » évoquées par Robert K. Merton [1997])7, associées à des normes sociales (éthiques) spécifiques.

16La domination de la sphère financière dans la société contemporaine exprime d’abord l’expansion d’un univers de normes évaluatives particulières, où la valorisation monétaire est omniprésente et prend des formes elles aussi spécifiques, qui radicalisent en quelque sorte la logique décrite par Durkheim, comme le montre André Orléan (2011). Les travaux sur l’évolution des normes comptables (notamment Capron et al., 2005 et Chiapello & Gilbert, 2013) font en particulier apparaître le fait que la généralisation de la « fair value » accorde aux prix de marchés tels qu’ils sont observés à tout moment un rôle central dans la définition de la valeur comptable, donc financière : l’immédiateté de la mesure du prix sur le marché des actions est supposée intégrer l’ensemble des variations futures (selon une logique impliquée par les techniques d’actualisation et rendue possible par l’existence des marchés à terme). La valeur d’une entreprise cotée est donc une sorte de paradigme de la mesure des valeurs contemporaines. Elle est aussi une référence pratique et une source de croyance collective efficace. L’importance sociale, en particulier médiatique, prise par les variations de la valeur moyenne d’un ensemble de grandes sociétés (les indices financiers) illustre ainsi le poids relatif de cette définition particulière de la valeur dans le quotidien de nos sociétés.

Vers une protofinanciarisation symbolique de l’enseignement supérieur ?

  • 8 Sur l’enjeu général de la mesure, des métriques et métrologies, voir Vatin (2009).

17Dans le cadre d’un ensemble de logiques de juxtaposition concurrentielle entre des sphères sociales particulières de valorisation, les rapports de forces sont d’abord des rapports entre croyances collectives concurrentes, qui entrent en tension permanente et ne s’équilibrent que de façon provisoire. Qu’en est-il des entreprises de l’ESR ? L’ESR, en tant que secteur reposant sur des champs scientifiques relativement autonomes et continuant de préserver une forme d’autonomie pédagogique (notamment dans l’évaluation interne des performances), oppose une forte résistance structurelle à la généralisation de la valeur de marché dans son sens le plus strictement financier : la valeur d’une université est à la fois potentielle (elle repose en particulier sur le capital humain des étudiants formés, qui ne sera valorisé aux conditions du marché du travail qu’à leur sortie du système) et très incertaine (la valeur future des recherches actuellement menées ou celle des innovations les plus récentes, qui ne peuvent également être mesurées en unité monétaire que lorsqu’elles seront mises sur le marché, si elles le sont, sous la forme de produits innovants). Dans ce contexte, l’économie de la connaissance est au cœur d’une tension fondamentale : la valeur qu’elle produit, potentielle et incertaine, est mal mesurée (convertie) dans des prix de marché, ce qui suscite un surcroît de mesure interne fondamentalement inapte à capter l’essentiel de la valeur, faute d’une métrique commune directement convertible en valeur monétaire8.

18Le rapport de force entre les diverses croyances collectives qui fondent des univers de valorisation autonomes est donc une guerre de croyances (au sens wébérien de « guerre des Dieux ») qui portent sur les principes mêmes de définition de la valeur. La pénétration de la valeur de marché dans le monde de l’ESR ne peut donc s’effectuer que sur un mode particulier, qui s’appuie au moins en partie sur les valeurs (au double sens, des évaluations et des normes éthiques) propres à cet univers.

19La transformation de ce que signifie la valeur au sein des universités repose sur une série de processus de construction sociale : la valeur d’un bien scientifique fait l’objet d’une standardisation croissante à travers l’usage de métriques communes, avec les outils de la bibliométrie, qui permettent d’assurer une mesure de la « productivité » scientifique (mesurée par l’impact des publications) ; la valeur d’un enseignement fait l’objet de procédures de plus en plus bureaucratisées d’évaluation (par les étudiants et à travers les indicateurs d’insertion) ; l’innovation est mesurée par la propension à transformer les découvertes en brevets et par les contrats avec des partenaires extérieurs.

20Faute de mesure objectivée à court terme en unité monétaire de la valeur de l’activité scientifique, s’est en effet développé un ensemble de procédures internes de quantification de l’activité, qui se substitue à l’absence de prix de marché pour envoyer un signal à l’ensemble des acteurs externes. Un système de quasi-prix permet désormais d’assurer la comparabilité généralisée des performances et fournit un instrument possible d’objectivation pour les acteurs extérieurs, même si la conversion monétaire de ces grandeurs demeure incertaine et incomplète. Cette logique évaluative ne remet pas fondamentalement en cause les instances de consécration et d’évaluation traditionnelles du champ scientifique : le système des prix (avec au sommet le prix Nobel, la médaille Fields), les revues et l’évaluation par les pairs, etc. Il le met en forme et le constitue comme un univers hybride entre les logiques internes d’évaluation scientifique qui ne se modifient pas de façon radicale (même s’il y entre de plus en plus de processus de mesure quantitative) et des mécanismes d’objectivation de la performance immédiatement « reconnaissables » dans les mondes économique et politique. On peut donc parler d’une protofinanciarisation symbolique.

21Dans ce processus, la science économique joue un rôle symbolique moteur, comme on le voit avec l’exemple de l’encadré 1. L’on y voit un ranking banal tel qu’il est pratiqué quasiment au jour le jour dans les institutions de la science économique, avec un indice numérique synthétique, et un nombre d’auteurs représentés en fonction de leur classement. Moins que les particularités du calcul mené, c’est le principe même de construction de ce type de tableau, et surtout sa routinisation comme opérateur symbolique de calcul de la valeur, qui nous paraît central. Les résistances à ce type d’opération procèdent d’ailleurs d’un rejet de la mise-en-forme autant que des opérations concrètes de mise-en-équivalence.

22Linguistiquement unifié, le système des revues disciplinaires se présente aussi en économie sous un aspect fortement hiérarchisé et standardisé. Des outils de mesure y complètent la constitution d’un système d’information uniformisé autour d’un cadre balisé. La propension particulièrement forte des économistes à adopter des palmarès renforce la légitimité de ce mode de hiérarchisation professionnelle standardisé, qui repose sur des procédures de socialisation elles-mêmes relativement homogènes. Renforcée par sa présence dans l’espace public, cette domination symbolique constitue un système de repères structurant, particulièrement performatif.

  • 9 IDEAS est une archive de textes et une base de données bibliométrique hébergée par une banque centr (...)

Tableau 1 – Le classement des départements d’économie en décembre 2013 (IDEAS9)

Rank

Institution

Score

Authors

Author shares

1

Department of Economics, Harvard University

Cambridge, Massachusetts (USA)

1.17

65

51.56

2

Economics Department, Massachusetts Institute of Technology (MIT)

Cambridge, Massachusetts (USA)

2.49

41

32.55

3

Department of Economics, University of Chicago

Chicago, Illinois (USA)

3.94

41

34.3

4

Department of Economics, Oxford University

Oxford, United Kingdom

4.12

168

130.69

5

Department of Economics, Princeton University

Princeton, New Jersey (USA)

4.33

48

35.34

6

Department of Economics, University of California-Berkeley

Berkeley, California (USA)

4.85

43

33.65

7

Department of Economics, New York University (NYU)

New York City, New York (USA)

7.75

54

40.2

8

Paris School of Economics

Paris, France

9.4

211

131.72

9

Department of Economics, School of Arts and Sciences, Columbia University

New York City, New York (USA)

9.55

52

40.82

10

Department of Economics, Stanford University

Stanford, California (USA)

10.3

56

44.64

11

Toulouse School of Economics (TSE)

Toulouse, France

11.51

147

122.9

12

Barcelona Graduate School of Economics (Barcelona GSE)

Barcelona, Spain

12.25

152

115.83

L’enseignement supérieur et la recherche saisis par la croyance économique : dynamique managériale et montée des professionnels de la « valorisation marchande »

23La transformation interne au secteur de l’ESR, comme plus largement celles qui affectent l’Etat et la plupart des organisations, est le produit complexe de la montée en puissance de diverses formes de valorisation, qui sont portées par des groupes professionnels particuliers : managers, économistes, comptables et financiers. Ces groupes sont en particulier représentés au sommet, parmi les acteurs des réseaux de politique publique qui ont eu un rôle clé dans les réformes récentes de l’ESR, comme nous l’illustrons brièvement à l’aide de quelques éléments biographiques dans l’encadré 2.

24La transformation des rapports de force entre croyances collectives est ainsi le résultat de plusieurs processus sociaux, décrits dans un nombre important de travaux, souvent de façon indépendante. On insistera d’abord sur la transformation organisationnelle de l’ESR, puis sur la mise en concurrence (notamment via la multiplication des outils de classement) et enfin sur la dimension culturelle plus globale de cette transformation.

Encadré 1 – Les acteurs clés des réformes ou l’affirmation des valeurs « économiques »
Fille d’un économiste-gestionnaire académique (HEC, doctorat et agrégation de gestion, Dauphine), Dominique Roux, attaché à la promotion de sa discipline et à sa très grande proximité avec les pouvoirs économiques (il devient président de Bolloré Telecom en 2007), Valérie Pécresse, ancienne élève de l’ENA et de HEC, conseillère d’État, incarne bien la montée des valeurs économiques au sein de la droite française, qui s’est imposée surtout depuis la révolution néolibérale des années 1980. Ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche avant de devenir ministre du Budget, elle a appliqué la « grande réforme » du quinquennat de Nicolas Sarkozy, l’autonomie des universités et diverses réformes radicales affectant l’ESR entre 2007 et 2012.
Le président de la République a bénéficié au sein de son cabinet des conseils de Bernard Belloc, professeur d’économie, qui est l’un des acteurs idéal-typiques de la révolution néolibérale au sein de l’Université française. Auteur du rapport Belloc de 2003, inspirateur du projet de « modulation des services des enseignants-chercheurs », celui-ci n’a eu de cesse de faire de l’ESR le terrain de la mise en œuvre des théories d’économie industrielle qu’il a enseignées à l’université de Toulouse, puis appliquées partiellement en tant que président de cette même université et président de la conférence des présidents d’universités.
Autre personnage clé dans le contexte franco-européen, Philippe Aghion, professeur à Harvard et à l’école d’économie de Paris, est un économiste international reconnu (« nobélisable »), spécialisé dans l’économie de la connaissance. Membre de la commission Attali mise sur pied par Nicolas Sarkozy et sollicité par Valérie Pécresse pour la conseiller sur les réformes universitaires, il est aujourd’hui un conseiller de François Hollande, sans aucune rupture de continuité.
Une analyse prosopographique en cours fait apparaître le rôle particulièrement décisif des experts de l’ESR qui mobilisent la culture économique, à côté d’acteurs classiques de la fonction publique rompus aux modèles et discours managériaux dans un contexte de prégnance des enjeux budgétaires au sein de l’État (voir Bezès & Ciné, 2011).

La transformation des entités universitaires vers le modèle de l’entreprise

25Le premier facteur de changement résulte de la transformation des politiques publiques dans le sens d’une pression externe à la performance de l’ensemble du système (voir notamment Bezès & Ciné, 2011). Il se traduit par la montée en puissance du contrôle managérial (central ou local selon les cas) des organisations constitutives de l’enseignement supérieur et de la recherche. Ce phénomène se manifeste par l’apparition d’une élite managériale liée au champ politique, dont les critères d’évaluation (ainsi que les catégories d’action et de perception) sont fortement déterminés par des catégories comptables et des indicateurs économiques, dans un contexte de pression budgétaire.

26L’économie de la connaissance exprime ainsi avant tout l’avènement d’un nouveau groupe, aux caractéristiques sociales encore peu étudiées, dans les institutions d’enseignement supérieur et de recherche, tournée vers le monde extérieur et chargée en quelque sorte d’hybrider les logiques externes, issues des champs politique et économique, et les logiques internes, héritières de l’histoire d’un espace social relativement autonome.

27Parmi les critères qui s’imposent « de l’extérieur », les catégories comptables (budgétaires) pèsent fortement dans le sens de la recherche de « l’équilibre » (qui suppose en général la réduction des coûts), à côté d’indicateurs de « performance » tels que les données sur l’insertion professionnelle des étudiants, les indicateurs de « valorisation » comme le nombre de dépôts de brevet. Dans un contexte de recomposition de la carte universitaire, comme dans la France d’aujourd’hui, cette élite managériale est conduite à déployer des stratégies institutionnelles complexes, avec en arrière-plan la recherche de meilleures places dans les classements internationaux.

28Des transformations organisationnelles d’ampleur découlent de ce changement managérial global. L’autonomie budgétaire des établissements sur fond de réduction des budgets publics s’accompagne de nombreux changements organisationnels : pression à la hausse sur les droits d’inscription, sur la recherche de financements « propres » à travers la marchandisation de divers services éducatifs, la recherche partenariale, la mise en place de fondations, et de à travers la création de nouveaux mécanismes de financement interne et de rémunération (avec la généralisation des « incitations » individuelles ou collectives à la performance).

29On observe un processus de rapprochement entre les normes comptables dominantes dans le monde de l’entreprise et celles qui régissent les activités étatiques, le périmètre et la définition même des États (Eyraud, 2013). Dans un contexte de convergence des systèmes comptables au niveau mondial, le cadre cognitif qui régit le fonctionnement interne de la mesure monétaire à l’intérieur des universités publiques ou à but non lucratif tend donc lui-même à ressembler de plus en plus à celui qui caractérise les entreprises du secteur marchand. On évoquera à ce propos le récent succès de la notion de « centre de profit » appliquée aux établissements d’enseignement supérieur, promue par la ministre de l’ESR de l’époque, G. Fioraso. Ce processus de convergence des mesures monétaires, souligné par Corine Eyraud, contribue à rapprocher symboliquement des univers de valorisation qui étaient en apparence maintenus jusque-là plus éloignés. La mise-en-relation entre ces univers s’opère notamment à travers la généralisation de la nouvelle gestion publique qui impose des techniques de management issues du monde de l’entreprise, notamment les pratiques de benchmarking, mobilisant la quantification des performances individuelles et collectives de façon systématique (Bruno & Didier, 2013).

30Les économistes dominants ont fortement contribué à légitimer l’ensemble de ces transformations organisationnelles, usuellement associées à la « nouvelle gestion publique » et à l’application de la théorie de l’agence, y compris en les mettant en œuvre dans de nouvelles entités. On le voit particulièrement bien en France, où l’école d’économie de Toulouse, parmi d’autres, illustre la nature des innovations organisationnelles apparues depuis 2004-2005, et qui se sont accélérées plus récemment avec notamment les « investissements d’avenir » (voir ici l’enquête journalistique de Mauduit, 2012). La montée en puissance de nouvelles institutions et de nouveaux acteurs, les changements d’échelle qui les caractérisent modifient l’ensemble des équilibres et des flux financiers dans le sens d’une visibilité et d’un poids accru de certaines institutions dites d’excellence qui attirent les financements les plus divers, et travaillent à maintenir leur position concurrentielle dans les classements mondiaux, dans une logique de plus en plus oligopolistique.

La mise en concurrence à l’échelle mondiale

31À côté du changement organisationnel décrit plus haut, c’est l’ensemble du pilotage du système qui se modifie de façon graduelle. À travers la généralisation des pratiques de benchmarking des établissements, mais aussi des départements, laboratoires, etc., s’opère simultanément la construction, à la fois organisationnelle et symbolique, d’un quasi-marché de plus en plus concurrentiel, avec pour horizon l’utopie jamais achevée du marché mondial : celui des chercheurs-innovateurs en compétition (schumpéterienne) entre eux, celui des étudiants les plus « brillants » susceptibles d’être à leur tour les « innovateurs » du futur.

32Cette dynamique de mise-en-concurrence s’opère grâce à la généralisation des métriques relativement standardisées qui tendent à unifier les conditions d’activité au sein du secteur. La généralisation du financement contractuel de la recherche au détriment des gros budgets récurrents d’entités stables, illustre ce phénomène d’intensification de la concurrence et de recomposition des unités productives, à travers la multiplication des dispositifs d’évaluation flexibles et la mise en compétition des « jeunes talents » qu’elle implique.

33Le classement de Shanghai, souvent décrit comme une manifestation caricaturale ou pathologique de ce nouveau système, n’est en fait que le symptôme d’un processus structurel qui consiste à créer un équivalent général à l’échelle mondiale pour l’ensemble des établissements. Il est intéressant de noter que ses auteurs sont des consultants privés engagés dans la construction symbolique d’un marché mondial de l’enseignement supérieur et la recherche.

34La mise en concurrence s’appuie sur l’effet palmarès généralisé, mais suppose une construction sophistiquée qui unifie les activités et les critères de leur évaluation. Ce travail symbolique reste en arrière-plan des processus organisationnels, et mérite une attention particulière.

L’unification symbolique, sa contribution et ses limites

  • 10 Voir par exemple Guilbert (2011) ; voir aussi Barats (2013), pour des exemples d’imposition de caté (...)

35On décrit de façon souvent un peu anecdotique la transformation linguistique qui affecte aujourd’hui en profondeur la façon de décrire l’activité au sein de l’ESR. Le fait même de développer un vocabulaire et une rhétorique managériaux n’est évidemment pas anodin et contribue à imposer un ensemble d’évidences discursives, qui déploient diverses techniques langagières pour s’imposer10.

36Peu étudiée, la domination de la langue économique et gestionnaire, liée à la domination de l’anglais dans le champ international, est pourtant un phénomène culturel central qui n’est pas sans lien avec son hégémonie dans le secteur financier. Il repose sur la montée en puissance de la culture économique et gestionnaire au sein du système éducatif et sur l’adhésion d’un grand nombre d’acteurs aux formes d’objectivation (notamment financière) de la réalité qu’elle suscite.

37Ce processus culturel est une forme de révolution symbolique qui constitue le soubassement des transformations institutionnelles et juridiques évoquées plus haut. Porté par un groupe professionnel déterminé, centré sur le monde des économistes et des gestionnaires, ce processus consiste d’abord en une unification symbolique autour des catégories d’appréciation et d’action orientées vers l’ordre économique, et, en son sein, par le monde financier.

38Le lien entre montée de la science économique et gestion et financiarisation est plus étroit qu’il n’y paraît. En effet, la culture économique et managériale dominante, notamment celle qui se déploie autour de la notion d’efficience des marchés financiers, tend à exprimer la montée en puissance des conceptions de la valeur portées par la sphère financière. La shareholder value du monde réel est aussi l’expression d’une doctrine académique issue de travaux fondés sur l’hypothèse d’efficience des marchés financiers.

39Ce lien est pourtant relativement ambivalent, dans la mesure où toute la science économique est loin d’adhérer aux valeurs du monde financier et, parfois, les conteste même avec force. Dans le contexte postérieur à la crise financière de 2008, ce lien est même l’enjeu d’un conflit symbolique important au sein du monde des économistes internationaux, que révèlent notamment les préoccupations déontologiques au sein des associations professionnelles, ou encore le succès des travaux qui font apparaître les conséquences dévastatrices de la financiarisation des économies, en matière de stabilité, d’inégalités, de démocratie, etc. Le triomphe éditorial de Thomas Piketty, auteur d’un ouvrage prophétique sur la montée des inégalités (Le Capital au xxie siècle), en est aujourd’hui la traduction la plus évidente.

Conclusion : quels effets de la révolution managériale et de la financiarisation ?

40Faute de signal objectivé sous la forme de prix instantané, même pour les innovations et applications les plus tournées vers la sphère économique, le monde de l’ESR est donc soumis à une pression externe et interne à l’objectivation, qui vise à la mise-en-équivalence généralisée des performances dans un contexte de concurrence scientifique et technologique mondiale.

  • 11 On peut aussi se référer ici à la « singularité » des biens et services produits au sein de l’ESR, (...)

41Les effets de ce processus, aux formes et aux manifestations différenciées, sont profondément ambigus : rien ne garantit en effet que la mise en place de mécanismes de quasi-marché plus formalisés et objectivés soit plus efficiente (du point de vue des critères internes : production de connaissances, transmission pédagogique – et mêmes externes au champ : innovations rentables) que la concurrence régulée et relativement floue, faute de procédures d’objectivation standardisée, qui régissait le champ scientifique jusqu’à cette révolution managériale11.

42En revanche, ses effets sur la nature de la concurrence et du travail scientifiques commencent à être bien documentés et vont plutôt dans le sens d’une dégradation de la norme professionnelle garante de l’accumulation des savoirs et des innovations (Charle & Soulié, 2008). L’univers financier n’a pas le monopole de la pression de la performance quantitative à court terme, qui crée un univers où les hiérarchies s’affirment plus que jamais sous une forme explicite, et où « le capital va (toujours plus) au capital », renforçant les polarisations entre disciplines, marginalisant les moins dotés, créant d’un côté du burn-out, de l’autre de la relégation et de la souffrance au travail.

  • 12 Faute d’enquête, il est difficile de caractériser les contours de cette nouvelle élite mondialisée, (...)

43À l’élite managériale qui se constitue dans les établissements est associée une nouvelle élite scientifique qui agit dans un champ mondialisé et voit ses ressources (individuelles et collectives) s’accroître rapidement, surtout sous la forme de primes et de financements massifs12. Ce processus contribue très vraisemblablement – faute ici d’enquête systématique – à un creusement rapide des inégalités, y compris monétaires, au sein de l’ESR, alors même que, parallèlement, les conditions du travail scientifique et de l’accès à l’emploi se dégradent pour le plus grand nombre. Les pathologies sociales spécifiques du monde du travail se développent parallèlement à la pression intégratrice de la concurrence mondiale. On retrouve ainsi le lien étroit, désormais bien établi, entre financiarisation et inégalités de revenus et de patrimoines (Piketty & Saez, 2006 ; Godechot, 2011 ; Stiglitz, 2012).

  • 13 Comme par exemple le statactivisme (Bruno & Didier, 2013), c’est-à-dire l’utilisation de la statist (...)

44L’ESR devient donc dès lors un terrain de choix pour étudier les dynamiques inégalitaires et pathogènes du capitalisme financiarisé, en adoptant le point de vue d’une sociologie du travail scientifique et pédagogique, qui doit aussi être simultanément une sociologie politique et une sociologie économique, et tenir toujours compte de la nature spécifique de la valeur des biens symboliques qui y sont produits et échangés, ce qui suppose de ne jamais abandonner le cadre d’une sociologie de la culture. C’est en effet cette spécificité qui rend aussi possible de multiples formes de résistance, pratiques et symboliques, à l’emprise cognitive de la finance13.

45Finalement, on peut répondre de façon positive à la question initiale : oui, la financiarisation affecte l’enseignement supérieur et la recherche. Mais elle le fait à travers un ensemble de processus sociaux au sein desquels la dimension symbolique (simultanément institutionnelle, organisationnelle, culturelle et linguistique) revêt une importance centrale. Ces processus sont dès lors très éloignés d’une détermination mécanique simple, et ne peuvent être compris sans faire intervenir l’ensemble des chaînes d’interdépendance, groupes et acteurs, mais aussi conflits et tensions multiples, à travers lesquels ils se réalisent dans chaque contexte local ou national.

Haut de page

Bibliographie

Aglietta Michel et Antoine Rebérioux (2004), Dérives du capitalisme financier, Paris, Albin Michel.

Bezès Philippe et Alexandre Siné (dir.) (2011), Gouverner (par) les finances publiques, Paris, Presses de Sciences Po.

Bourdieu Pierre (1992), Les Règles de l’art. Genèse et structure du champ littéraire, Paris, Seuil.

Bourdieu Pierre (2001), Science de la science et réflexivité, Paris, Raisons d’agir.

Boyer Robert (2012), Les Financiers détruiront-ils le capitalisme ?, Paris, Economica.

Bruno Isabelle et Emmanuel Didier (2013), Benchmarking. L’État sous pression statistique, Paris, La Découverte.

Capron Michel (dir.) (2005), Les Normes comptables internationales, instruments du capitalisme financier, Paris, La Découverte.

Barats Christine (2013), « Diffusion d’un raisonnement économique et du dire managérial : le cas des TIC dans l’enseignement supérieur français », in J. Angermüller, M. Temmar et F. Lebaron, Les Discours sur l’économie, Paris, PUF.

Charle Christophe et Daniel Verger (2012), Histoire des universités, Paris, PUF.

Charle Christophe et Charle Soulié (dir.) (2008), Les Ravages de la « modernisation » universitaire en Europe, Paris, Syllepse.

Chesnais François (1994), La Mondialisation du capital, Paris, Syros.

Chiapello Ève et Patrick Gilbert (2013), Sociologie des outils de gestion, Paris, La Découverte.

Desrosières Alain (1993), La Politique des grands nombres, Paris, La Découverte.

Durkheim Émile (1908), « Les valeurs économiques sont choses d’opinion », Journal des économistes, t. XXVIII, avril, p. 113-115.

Ertürk Ismail, Froud Julie, Johal Shudev, Lever Adam et Karel Williams (2008), Financialisation at Work, Abdington, Routledge.

Eyraud Corine (2013), Le Capitalisme au cœur de l’État. Comptabilité privée et action publique, Bellecombe-en-Bauges, Croquant.

Fligstein Neil et McAdam Doug (2012), A Theory of Fields, Oxford, Oxford University Press.

Gingras Yves (2013), Sociologie des sciences, Paris, PUF.

Godechot Olivier (2011), « La finance, facteur d’inégalités », La Vie des idées, avril 2011. [En ligne] http://www.laviedesidees.fr/La-finance-facteur-d-inegalites.html

Guilbert Thierry (2011), L’« Évidence » du discours néolibéral. Analyse dans la presse écrite, Bellecombe-en-Bauges, Éditions du Croquant.

Karpik Lucien (2007), L’Économie des singularités, Paris, Gallimard.

Laroche Josepha (2012), Les Prix Nobel. Sociologie d’une élite transnationale, Montréal, Éditions Liber, 2012.

Lebaron Frédéric (2013), « La formation des économistes et l’ordre symbolique marchand », in P. Steiner, F. Vatin (dir.), Traité de sociologie économique, Paris, PUF, 2e édition.

Leclerc-Olive Michèle, Scarfo Ghellab Grazia et Anne-Catherine Wagner (dir.) (2011), Le Monde universitaire face au marché, Paris, Karthala.

Lesourne Jacques et Denis Randet (dir.) (2008), La Recherche et l’innovation en France, Paris, Odile Jacob.

Mauduit Laurent (2012), Les Imposteurs de l’économie, Paris, Jean-Claude Gawsewitch.

Merton Robert K. (1997), Éléments de théorie et de méthode sociologique, Paris, Armand Colin.

Orléan André (2011), L’Empire de la valeur. Refonder l’économie, Paris, Le Seuil.

Piketty Thomas et Emmanuel Saez, « The evolution of top incomes : a historical and international perspectives », American Economic Review, vol. 96, no 2, 2006.

Quemin Alain (2001), Le Rôle des pays prescripteurs sur le marché et dans le monde de l’art contemporain, Paris, Ministère des Affaires étrangères. [En ligne] http://www.diplomatie.gouv.fr/fr/IMG/pdf/Le_role_des_pays_prescripteurs_sur_le_marche_et_dans_le_monde_de_l_art_contemporain.pdf

Saint-Martin Arnaud (2013), La Sociologie de Robert K. Merton, Paris, La Découverte.

Stiglitz Joseph, Sen Armatya et Jean-Paul Fitoussi (2009), Performances économiques et progrès social, 2 tomes, Paris, Odile Jacob.

Stiglitz Joseph (2012), Le Prix de l’inégalité, Paris, Les Liens qui libèrent.

Vatin François (dir.), Évaluer et valoriser : une sociologie économique de la mesure, Toulouse, Presses universitaires du Mirail, coll. Socio-logiques, 2009.

Vinokur Annie (2004), « Public, privé... ou hybride ? L’effacement des frontières dans l’éducation », Cahiers de la recherche sur l’éducation et les savoirs, ARES, n° 3-2004, p. 13-33.

Vinokur Annie (dir.) (2007), Pouvoirs et mesures en éducation. Qui paye décide ?, Paris, L’Harmattan.

Haut de page

Notes

1 Voir en particulie, en langue française, les travaux menés autour d’Annie Vinokur. Par exemple, Vinokur (dir.) (2007), ou encore Leclerc-Olive, Scarfo Ghellab & Wagner (dir.) (2011).

2 Ce désengagement prend des formes très variées, comme le montrent en particulier les travaux d’Annie Vinokur (notamment Vinokur, 2007) : s’impose pour les institutions d’enseignement supérieur un modèle de cost-sharing combinant des droits d’inscription plus élevés pour les familles, des prêts étudiants, et la mise en concurrence des établissements.

3 Voir en particulie, Soulas (2010), sur la construction d’un marché à travers la mobilité étudiante

4 Voir par exemple en France le rapport Lesourne et Randet (dir.). La caractéristique principale d’un « système de recherche et d’innovation » est d’être de rentabilité « risquée », et donc de financement « par des dons ou des contributions d’investisseurs prêts à prendre des paris risqués. » (p.17)

5 Voir ici Stiglitz, Sen & Fitoussi (2009), qui reviennent sur les limites, bien connues, de la comptabilité nationale sur ce plan.

6 L’usage du terme « crédit » n’est évidemment pas indifférent.

7 Voir également Saint-Martin (2013).

8 Sur l’enjeu général de la mesure, des métriques et métrologies, voir Vatin (2009).

9 IDEAS est une archive de textes et une base de données bibliométrique hébergée par une banque centrale étatsunienne : https://ideas.repec.org/. On y trouve la définition des critères utilisés pour aboutir au score présenté, complété ici par le nombre d’auteurs et par un indicateur reliant la performance au nombre d’auteurs.

10 Voir par exemple Guilbert (2011) ; voir aussi Barats (2013), pour des exemples d’imposition de catégories managériales.

11 On peut aussi se référer ici à la « singularité » des biens et services produits au sein de l’ESR, qui rend les outils d’analyse standards inappropriés (Karpik, 2007).

12 Faute d’enquête, il est difficile de caractériser les contours de cette nouvelle élite mondialisée, dont les prix Nobel ne sont qu’une fraction (Laroche, 2012). L’élite est largement anglo-saxonne, concentrée dans les institutions dominantes (Ivy League aux Etats-Unis, quelques institutions prestigieuses en Europe), mais la tendance est, conformément à une dynamique mondiale, à la montée des chercheurs asiatiques et issus des pays émergents.

13 Comme par exemple le statactivisme (Bruno & Didier, 2013), c’est-à-dire l’utilisation de la statistique et des nombres à des fins militantes.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Frédéric Lebaron, « Injonction comptable et révolution culturelle à l’Université », La nouvelle revue du travail [En ligne], 6 | 2015, mis en ligne le 01 mai 2015, consulté le 22 novembre 2017. URL : http://nrt.revues.org/2177 ; DOI : 10.4000/nrt.2177

Haut de page

Auteur

Frédéric Lebaron

PRINTEMPS – Université Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo La NRT est soutenue financièrement par
  • Logo CNRS INSHS
  • Logo Centre Pierre Naville - Université d'Evry
  • Logo Laboratoire Printemps (professions, institutions et temporalités)
  • Logo Centre Emile Durkheim
  • Logo Laboratoire lorrain de sciences sociales - Université de Lorraine
  • Logo IRISSO - Dauphine université Paris
  • Logo Multidisciplinaria de Estudios sobre el Trabajo (UMEST) - Universidad Autónoma de Querétaro
  • Logo La NRT est aussi reconnue et soutenue par
  • Logo HCERS
  • Logo Fondation Maison des sciences de l'homme
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org