Navigation – Plan du site
Recensions et notes de lecture

Ertul Servet, Melchior Jean-Philippe et Widmer Éric (dir.), Travail, santé, éducation. Individualisation des parcours sociaux et inégalités, Paris, L’Harmattan, coll. « Logiques sociales », 2013

Adeline Gilson
Référence(s) :

Ertul Servet, Melchior Jean-Philippe et Widmer Éric (dir.), Travail, santé, éducation. Individualisation des parcours sociaux et inégalités, Paris, L’Harmattan, coll. « Logiques sociales », 2013

Texte intégral

1Cet ouvrage collectif, issu du colloque international « les parcours sociaux entre nouvelles contraintes et affirmation du sujet » qui s’est tenu au Mans en novembre 2010, prolonge la réflexion sur le concept de parcours social engagée dans trois précédents livres. Le premier, Les Parcours sociaux à l’épreuve des politiques publiques (Ertul, Melchior, Warin, 2012), interroge les injonctions à l’autonomisation inscrites dans les politiques publiques. Les ouvrages suivants, Les Dynamiques des parcours sociaux (Caradec, Ertul, Melchior, 2012) et Parcours sociaux et nouveaux desseins temporels (Burnay, Ertul, Melchior, 2013), analysent la transformation des cadres temporels et la relative pluralisation des parcours sociaux inscrits dans des contraintes structurelles depuis les années 1970. L’ouvrage actuel, pluridisciplinaire mais à dominante sociologique, rassemble 18 chapitres (hors introduction, conclusion et ouverture) répartis en cinq parties d’importance volumique variable qui interrogent les inégalités liées à la mobilité et la transition, dans l’occupation du travail, les parcours de santé, l’enseignement secondaire et l’enseignement supérieur.

2Ce travail collectif ambitionne de transformer la notion de « parcours social » en concept sociologique pour analyser les inégalités à l’échelle des groupes sociaux et des individus. Dans la préface, Vincent Goueset rappelle les cadres généraux de la réflexion : les territoires sont inégalement dotés en termes d’emplois, de soins, de parcours éducatifs. Aussi, on peut se demander comment les inégalités se construisent et se reproduisent dans la trajectoire sociale des individus et leurs pratiques spatiales. Il souligne que la notion de parcours, avant tout spatiale, renvoie aussi aux trajectoires sociales vécues par les individus. C’est pourquoi l’ouvrage interroge l’individualisation des parcours sociaux dans nos sociétés contemporaines marquées par des inégalités socialement construites « au moment où l’activation de l’autonomie des individus singuliers tente de faire oublier les inégalités des ressources et des positions sociales » (p. 12). Après l’institutionnalisation de la sécurisation des parcours sociaux dans le cadre de l’État providence, la mondialisation et la crise de l’État social au nom de l’autonomisation et de la responsabilisation des individus fragilisent une partie de la population.

3Deux chapitres théoriques éclairent le concept de « parcours social », au cœur de l’ouvrage. Entendu comme mouvement et développement, il correspond à l’histoire de vie d’un individu dont la quête d’autonomie s’inscrit dans une dimension intergénérationnelle et un contexte singulier. L’ouverture de Philippe Corcuff invite le lecteur à explorer les parcours sociaux individualisés par les contraintes sociales et les subjectivations grâce à une relecture des travaux de Marx et Foucault. L’auteur rappelle que les contraintes les inégalités sociales et les asymétries de ressources entre individus et groupes pèsent sur les parcours. Il propose ainsi une lecture sociologique critique et compréhensive du lien entre contraintes sociales et singularisations individuelles, les pistes non déterministes permettant, selon lui, une meilleure compréhension des parcours sociaux individualisés. Bénédicte Zimmermann analyse quant à elle l’étymologie du « parcours » comprenant trois dimensions (historique, réflexive et relationnelle). « Concept trait d’union » (p. 52), il ne doit pas être confondu avec la trajectoire (chemin prédéterminé dont le cap est maintenu par des dispositions s’actualisant au fil du temps), la carrière (qui intègre le temps biographique et les changements selon un modèle séquentiel et hiérarchisé), ou encore l’itinéraire (qui indique le chemin qui mène d’un endroit à un autre et la description des lieux traversés). Le parcours suggère au contraire une continuité de l’expérience sans linéarité ou direction prédéterminée. Son caractère interactif révèle un travail de production de sens, de mise en cohérence et de justification. Les temporalités renvoient à la structuration interne de l’expérience et aux formes de sa valorisation sociale, certains individus étant incapables de formuler des projets. Ainsi, « si la logique de parcours peut être source de latitude d’action pour certains salariés, elle est source de marginalisation renforcée pour ceux qui n’accèdent pas à une prise suffisante sur leur environnement. » (p.61)

4Les autres chapitres, plus empiriques, font le lien entre l’individualisation des parcours et les inégalités. La première partie rassemble deux contributions transversales sur les mobilités et transitions en Suisse dont la progression régulière du « destin social » des générations tranche avec les autres pays européens. Elle confirme d’abord que le niveau d’éducation, le genre et l’origine sociale conservent un rôle majeur dans l’accès aux classes moyennes et supérieures. Julien Chevillard mesure ainsi les inégalités générationnelles et intergénérationnelles d’accès à ces classes sous l’angle du genre à partir de données biographiques rétrospectives du Panel suisse des ménages. Si peu d’inégalités intergénérationnelles sont constatées, les chances de changer de statut social diminuent au fil du temps et des transformations structurelles jouent (accès massif des femmes au marché du travail et élévation du niveau d’éducation). Des différences de genre apparaissent en outre, lors de la mise en couple et la transition à la parentalité où les inégalités sociales perdurent. Grâce à une enquête longitudinale, Jacques-Antoine Gauthier et Lavinia Gianettoni montrent que durant cette transition, l’identité sociale et les représentations sociales des rapports sociaux de sexe évoluent, ce qui permet d’éviter leur essentialisation. L’analyse met en relation le degré de légitimation apporté aux stéréotypes de genre, l’évolution de la division sexuelle du travail domestique et les trajectoires d’activité professionnelle des femmes. Au-delà des facteurs structuraux (niveau de formation, revenu avant la grossesse et nationalité), les dimensions psychosociales, notamment le sexisme masculin, expliquent le positionnement en retrait des femmes sur le marché du travail à partir de la primomaternité.

5La seconde partie de l’ouvrage qui porte sur les inégalités dans l’occupation du travail et les parcours professionnels montre que les individus ne mobilisent pas les mêmes ressources pour accéder à l’emploi ou se maintenir dans celui-ci. En effet, certains professionnels ne disposent pas de la compétence sociale pour affronter la déstructuration du marché du travail comme le souligne le chapitre de Bénédicte Zimmermann, précédemment évoqué, qui étudie les parcours professionnels des salariés de groupes d’employeurs. « L’idéologie de la mobilité, de l’employabilité et de la compétence que subsume la logique de parcours n’abolit en rien les inégalités dans et par le travail. Elle les déplace et les requalifie » (p. 61). Il existe en outre des modes différenciés d’appropriation des actes de procréation temporellement structurés, liés à l’appartenance et l’origine sociale comme le conclue Bertrand Geay à propos des parcours d’entrée dans la vie de jeunes picards aux faibles ressources économiques et/ou culturelles dans un contexte d’accroissement de la précarité et de désindustrialisation. L’auteur identifie cinq configurations typiques qui lient les dynamiques biographiques et l’espace social et économique, avec une distance plus ou moins importante aux normes sociales et familiales. Des contradictions traversent les stratégies de reproduction et les représentations de l’avenir des différentes populations. Les parcours de précarisation dans l’emploi sont ensuite analysés comme expérience de « souffrances et d’injustices » alliant perspective compréhensive, dimension temporelle et relationnelle du travail et de l’emploi. Myriam Thirot s’intéresse ainsi au processus de construction des parcours professionnels de travailleurs atypiques et aux significations données aux expériences. Elle rappelle que « les modèles d’intégration professionnelle du Québec se diversifient et évoluent vers plus d’autonomie dans le travail, mais aussi plus d’instabilité d’emploi, plus de responsabilisation vis-à-vis des résultats mais plus d’individualisation des relations d’emploi. » (p.77) Son modèle dynamique identifie trois parcours (aménagés, rompus, circulaires) compris dans des rapports de domination, d’appropriation, d’exclusion et d’infériorisation. Malgré des rapports sociaux inégalitaires, certains individus résistent pour donner un sens à leur emploi. Emmanuel Lescure clôt cette réflexion sur les inégalités dans le travail sur un paradoxe : l’univers professionnel non sécurisé des formateurs d’adultes, confronté à un marché de formation pourtant fortement institutionnalisé (la formation professionnelle serait un moyen de rendre autonomes et responsables des individus en quête d’emploi ou de mobilité professionnelle). L’institutionnalisation de ce marché n’a néanmoins pas sécurisé et professionnalisé le métier (forte hétérogénéité des parcours).

6La troisième partie de l’ouvrage explore les inégalités dans les parcours de santé des individus. Elle rappelle d’abord que la prise en charge hospitalière reste discriminante. L’approche inductive au sein d’un service hospitalier réunionnais permet à Sandra Bouscougnano d’identifier les parcours thérapeutiques des malades porteurs du VIH, conditionnés par l’appartenance à des catégories « stigmatisées et stigmatisantes » (homosexuels, toxicomanes, africains, etc.) (p. 104) qui génère des traitements spécifiques. Le diagnostic, le protocole de soin et l’accompagnement des individus sont fortement individualisés. La transition à la maternité dans les milieux populaires montre en outre des inégalités de parcours, de traitement et de modes de nourrissage du nouveau-né comme le soulignent Jérôme Oria et Nathalie Camus. Ces derniers montrent l’importance de la socialisation antérieure à la maternité et l’appropriation des bonnes conduites proposées par l’institution hospitalière avec laquelle les femmes occupant les positions les plus dominées entretiennent un rapport de soumission. Sandrine Knobé étudie quant à elle les parcours militants des malades et anciennes malades atteintes du cancer du sein à travers l’organisation de réseaux d’entraide. Elle montre comment certaines femmes françaises, du fait de leur cancer du sein, passent à un militantisme actif en faveur d’un accompagnement des parcours de soin. Cette partie s’achève sur la construction de normes alimentaires. La démarche anthropologique de Chantal Crenn permet de décrire les inégalités des modes alimentaires de travailleurs immigrés-émigrés sénégalais partageant leur vie entre la France et leur pays d’origine.

7Les deux dernières parties s’intéressent aux inégalités dans les parcours d’éducation et de formation dans l’enseignement secondaire (partie 4) et dans le supérieur (partie 5). Robin Cavagnoud étudie la diversité des mécanismes de déscolarisation des adolescents de Lima, au Pérou. Les typologies de parcours vont au-delà des modèles déterministes. Les spécificités du système scolaire jouent dans l’expérience de l’inégalité. C’est ce que montre Johanna Contreras qui analyse les parcours de formation de jeunes au Chili (choix entre écoles publique et privée conditionné par les déterminismes sociaux) et en France (irréversibilité des parcours scolaires liée à une hiérarchie entre les filières). La pluralité des parcours éducatifs ne dépend toutefois pas uniquement des inégalités sociales mais aussi des formes de « persévérance », comme le souligne Pierre Doray dans le contexte québécois. La diversité des ressorts de l’action et des expériences scolaires mènent à des parcours de formation différents. Quelle place occupent les dispositifs de soutien des jeunes des milieux défavorisés ? C’est ce qu’Emmanuelle Leclercq cherche à comprendre en comparant les parcours universitaires des jeunes qui ont bénéficié ou non du dispositif « les Cordées de la réussite » à la fin de l’année de seconde, qui a théoriquement vocation à les mener vers des filières d’excellence du supérieur. Sa conclusion en demi-teinte montre que le dispositif n’amène pas à davantage de performance au niveau du baccalauréat même si certains s’inscrivent dans lesdites filières. La dernière partie de l’ouvrage poursuit la réflexion en se penchant sur les inégalités dans l’enseignement supérieur en mutation (concurrence entre les établissements, privatisation, soumission aux ressources de l’entreprise) qui engendre de nouvelles contraintes et des difficultés d’insertion professionnelle. Comment expliquer l’échec ou la réussite du retour aux études ? C’est ce que l’équipe québécoise (Benoît Plante, Canisius Kamanzi, Constanza Street, Pierre Doray et Stéphane Moulin) cherche à éclairer en analysant les facteurs favorisant ou pénalisant les reprises d’études au collège universitaire québécois (capital culturel des parents, structure familiale et durée du travail occupé). Or les déterminants sociaux ne sont pas les seuls à agir sur les parcours scolaires. La situation du marché du travail et le maillage territorial des offres de formation jouent sur les parcours des sortants des universités de l’Ouest de la France étudiés par Servet Ertul et Jean-Philippe Melchior. Le niveau d’étude ne garantit pas plus une insertion stable sur le marché du travail. Julien Calmand et Jean-François Giret montrent bien les difficultés des docteurs dont les parcours sont de plus en plus longs et précaires. Neuf types de trajectoires professionnelles plus ou moins stabilisées sont ainsi identifiés selon le type de doctorat suivi mais aussi le genre et l’origine sociale. Dans une perspective compréhensive, Servet Ertul clôt cette partie en analysant les perceptions des discriminations, de la lutte de reconnaissance et de la justice sociale par les étudiants d’une université de l’Ouest de la France.

8Si cet ouvrage est susceptible d’intéresser les chercheurs en sciences sociales travaillant sur la construction des inégalités des parcours sociaux et territoriaux, on peut toutefois, à sa lecture, regretter deux points. D’abord, comme dans de nombreux ouvrages collectifs, le découpage thématique ne sert pas la cohérence de l’argumentation. Malgré un effort de synthèse au début de chaque partie, le fil directeur entre les chapitres et les domaines étudiés n’apparaît pas clairement. Ensuite, une confusion sémantique traverse de nombreux chapitres qui utilisent tantôt le terme de trajectoire, tantôt celui de parcours pour analyser les inégalités alors même que l’ambition collective est d’analyser le concept de « parcours social ». La conclusion de l’ouvrage permet heureusement de reboucler sur le « potentiel sensibilisateur » du concept. Elle rappelle d’abord que les inégalités d’accès aux ressources sont liées à la position sociale et que le processus d’individualisation des parcours, présenté « comme un processus d’autonomisation », « conduit davantage à leur atomisation » (p. 256). La construction sociale des inégalités évite toute forme d’essentialisme de la condition féminine, d’ethnicisation des rapports sociaux de domination ou de réification. Le concept de parcours social permettrait ainsi d’éviter la généralisation, de déceler le degré de cohérence des parcours et de favoriser la réflexivité des individus à l’égard des inégalités qu’ils subissent ou génèrent.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Adeline Gilson, « Ertul Servet, Melchior Jean-Philippe et Widmer Éric (dir.), Travail, santé, éducation. Individualisation des parcours sociaux et inégalités, Paris, L’Harmattan, coll. « Logiques sociales », 2013 », La nouvelle revue du travail [En ligne], 6 | 2015, mis en ligne le 30 avril 2015, consulté le 23 mai 2017. URL : http://nrt.revues.org/2219

Haut de page

Auteur

Adeline Gilson

Université François Rabelais de Tours, Université d’Orléans – Vallorem EA 6296, Tours

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo La NRT est soutenue financièrement par
  • Logo CNRS INSHS
  • Logo Centre Pierre Naville - Université d'Evry
  • Logo Laboratoire Printemps (professions, institutions et temporalités)
  • Logo Centre Emile Durkheim
  • Logo Laboratoire lorrain de sciences sociales - Université de Lorraine
  • Logo IRISSO - Dauphine université Paris
  • Logo Multidisciplinaria de Estudios sobre el Trabajo (UMEST) - Universidad Autónoma de Querétaro
  • Logo La NRT est aussi reconnue et soutenue par
  • Logo HCERS
  • Logo Fondation Maison des sciences de l'homme
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org