Navigation – Plan du site
Recensions et notes de lecture

Christelle Avril, Les Aides à domicile : un autre monde populaire, Postface d’Olivier Schwartz, La Dispute, coll. « Corps, Santé, Société », 2014

Danièle Linhart
Référence(s) :

Christelle Avril, Les Aides à domicile : un autre monde populaire, Postface d’Olivier Schwartz, La Dispute, coll. « Corps, Santé, Société », 2014

Texte intégral

1Comme le souligne Olivier Schwartz dans la postface, une des richesses de ce livre provient de la combinaison de plusieurs méthodes d’enquête. Il y a d’abord un important travail de reconstitution historique, notamment de la façon dont l’aide à domicile s’est constituée autour du travail matériel mais aussi d’un rôle sanitaire et social tantôt légitimé et tantôt récusé, pour aboutir à la définition de la mission par défaut, puisque les aides sont censées accomplir les tâches que les personnes âgées ne peuvent plus assumer à leur domicile.

2Il y a également une enquête statistique réalisée à partir des données des dossiers du personnel de l’association dans laquelle l’auteure a enquêté, augmentée d’une analyse secondaire d’enquêtes de l’INSEE.

3Il y a enfin ce qui est au cœur de ce livre, à savoir une enquête par immersion active (de deux ans) et observation participante de longue durée (trois ans) en tant qu’aide à domicile et étudiante stagiaire.

4Il faut ajouter à cette démarche méthodologique particulièrement poussée, la mobilisation d’approches sociologiques plurielles qui couvrent les sociologies du travail, des classes populaires, du genre et des relations interethniques.

5Les aides à domicile (qui représentent 535 000 individus en 2011) sont des femmes qui travaillent au contact direct des personnes âgées (quatre ou cinq différentes par jour), en leur présence pendant environ une heure et demie. Les aides à domicile assument trois types de tâches : le ménage, le soin apporté aux personnes âgées et la satisfaction des demandes de ces personnes. Elles sont la plupart du temps à temps partiel et donc des travailleuses pauvres (elles ont gagné en moyenne 839 euros nets mensuels en 2011). Ce sont des travailleurs à 36 % dépourvues de diplômes, ont en moyenne 45,7 ans, et à 17 % sont nées à l’étranger. La moitié des aides à domiciles travaille pour des associations et 14 % pour des collectivités territoriales ou l’État. Cela implique qu’elles s’inscrivent dans des interactions avec le personnel de bureau de ces instances, où elles se croisent aussi entre elles, ce qui confère une dimension plus collective à ce métier très individualisé pour lequel elles reçoivent aussi une formation. Voilà ce qui caractérise ce groupe professionnel bien particulier.

6Mais ce groupe est loin d’être homogène. Sur la base de sa très belle enquête, l’auteure propose une analyse problématisée particulièrement intéressante qui fait apparaître deux types de rapport au travail bien distincts. Une partie des aides à domicile entretient un rapport plutôt positif, valorisant les aspects les plus rebutants et parvient à se constituer une identité professionnelle dotée d’une finalité sociale qui fait sens. Pour ces femmes l’aide à domicile constitue une opportunité qu’elles saluent. L’autre partie vit mal les spécificités de ce travail qui évoque certains traits de la domesticité et menace en permanence la dignité. Ces deux groupes se distinguent par leurs biographies sociales et professionnelles. Dans le premier, Christelle Avril identifie des femmes qui viennent de milieux très populaires et qui sont elles-mêmes prolétarisées, en ce sens qu’elles n’ont jamais occupé jusque là d’emplois stables, qu’elles n’ont pas de diplômes, n’ont pas d’appuis familiaux ni de réseaux ; elles sont souvent étrangères, ou filles d’immigrées. Christelle Avril les nomme « les promues ». Dans ce même groupe, il y a aussi des femmes provenant des DOM-TOM ou d’Afrique qui ont suivi des cursus scolaires complets, ont obtenu des diplômes, mais qui n’ont pas réussi à les faire valoir sur un marché du travail bien difficile, ce sont « les déclassées mobiles ».

7Dans le deuxième groupe, il y a des femmes de couches populaires mais pourvues auparavant d’emplois stables (ouvrières, employées) ou même de couches populaires moyennes (patronnes de petits commerces) et bien enracinées localement. Elles sont connues et reconnues dans leur quartier et disposent d’un capital social de respectabilité. Elles sont « les déclassées autochtones »

8Une partie stimulante du livre est ainsi consacrée à l’analyse du discours sur le travail comme des pratiques de travail qui diffèrent selon les groupes ; à l’analyse également des attitudes des membres du deuxième groupe (femmes blanches et françaises,) à l’égard du premier groupe (plus souvent femmes maghrébines et africaines, ou noires des DOM-TOM), autour notamment de la question de la féminité et de la « virilité au féminin ».

9Ainsi dans le premier groupe on valorise la dimension du soin à la personne avec la part d’affectif et d’empathie que cela implique et qui permet de dépasser les aspects dérangeants physiquement et psychiquement. Dans ce groupe, on est compréhensif, indulgent, et on investit le relationnel, cela fait partie du soin. On fait état de ce type de tâches avec fierté. La partie ménage est moins évoquée. Dans le deuxième, à l’inverse, on insiste sur la dimension physique et manuelle du travail, on fait les courses, la cuisine, on nettoie, on range. Quand certaines (du premier groupe) se voient comme des soignantes, d’autres (du deuxième groupe) se voient plutôt comme des ouvrières qui déploient une certaine dose de virilité pour tenir le coup, mais une virilité au féminin comme l’écrit l’auteure, car cela ne les empêche pas « d’exprimer un souci de paraître féminine » (p. 141). C’est par le biais de cette féminité qu’elles s’opposent aux femmes de l’autre groupe, à l’égard desquelles elles développent par ailleurs des attitudes racistes. Elles stigmatisent en effet des femmes qui se trouvent souvent en situation de « chef de famille » et qui se révèlent moins soucieuses des tâches domestiques dans leur propre domicile, moins soucieuses de leur apparence et plus enclines à « se faire plaisir ».

10Grâce à son matériau d’enquête d’une très grande richesse, Christelle Avril développe ces aspects avec une foison d’extraits d’interviews, de restitutions de situations observées ou vécues qui alimentent ses analyses et sa problématique de façon toujours pertinente et éclairante.

11En choisissant d’imbriquer les divisions de classe, genre et race dans l’analyse de ce groupe professionnel particulier que constituent les aides à domicile, Christelle Avril nous entraine dans un voyage passionnant au sein d’un monde populaire plein de contradictions.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Danièle Linhart, « Christelle Avril, Les Aides à domicile : un autre monde populaire, Postface d’Olivier Schwartz, La Dispute, coll. « Corps, Santé, Société », 2014 », La nouvelle revue du travail [En ligne], 6 | 2015, mis en ligne le 30 avril 2015, consulté le 19 septembre 2017. URL : http://nrt.revues.org/2222

Haut de page

Auteur

Danièle Linhart

CNRS – Laboratoire Genre, travail et mobilité (GTM)

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo La NRT est soutenue financièrement par
  • Logo CNRS INSHS
  • Logo Centre Pierre Naville - Université d'Evry
  • Logo Laboratoire Printemps (professions, institutions et temporalités)
  • Logo Centre Emile Durkheim
  • Logo Laboratoire lorrain de sciences sociales - Université de Lorraine
  • Logo IRISSO - Dauphine université Paris
  • Logo Multidisciplinaria de Estudios sobre el Trabajo (UMEST) - Universidad Autónoma de Querétaro
  • Logo La NRT est aussi reconnue et soutenue par
  • Logo HCERS
  • Logo Fondation Maison des sciences de l'homme
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org