Navigation – Plan du site
Recensions et notes de lecture

Bernard Friot, Émanciper le travail. Entretiens avec Patrick Zech, La Dispute, coll. « Travail et Salariat », 2014, 151 p.

Salvatore Maugeri
Référence(s) :

Bernard Friot, Émanciper le travail. Entretiens avec Patrick Zech, La Dispute, coll. « Travail et Salariat », 2014, 151 p.

Texte intégral

  • 1 Cf. La recension de L’Enjeu du salaire par J.-L. Metzger dans le n° 2 de la NRT (http://nrt.revues. (...)
  • 2 Cf. J. Gadret, http://alternatives-economiques.fr/blogs/gadrey/2013/08/28/retraites-les-curieuses-t (...)

1Avec ce nouvel opuscule, Bernard Friot aura signé à ce jour cinq ouvrages à La Dispute1. Le premier, Et la cotisation sociale créera l’emploi, en 1999, a fait connaître l’auteur au public, inaugurant ce que d’aucuns baptiseront les « curieuses thèses de B. Friot »2. Et, à n’en pas douter, l’appareillage théorique de l’auteur, la transmutation conceptuelle qu’il propose de la notion de valeur économique en particulier, sont de nature à susciter quelques perplexités, sinon embarras chez le lecteur non coutumier de son œuvre. Livre d’entretiens thématiques réalisés avec un militant de Réseau salariat, Émanciper le travail se présente comme une synthèse de la pensée de Friot tendue par une même intention : souligner le caractère anticapitaliste, et donc proprement révolutionnaire, de certaines institutions imposées par le salariat au capitalisme durant le xxe siècle. La période 1945-1962 est conçue par l’auteur comme la période de la plus grande expression du caractère révolutionnaire de cette classe – relais de la bourgeoisie dans le mouvement historique –, que les années 1980 ont bloquée dans son essor. Cette classe doit reprendre conscience de ses aptitudes et réalisations passées pour se remobiliser et, en quelque sorte, poursuivre le programme politique et social qui est le sien et qui a été laissé en jachère ces quarante dernières années. L’ouvrage se présente ainsi d’abord comme un appel à reprendre la lutte, en prenant ses distances avec toutes les fausses solutions réformatrices, issues d’une lecture erronée – imposée par le capital – de la définition de la valeur et de la dynamique de sa production/répartition. L’écriture et la pensée de Friot peuvent provoquer quelques agacements initiaux, tant sa réflexion ressemble d’abord à un exercice de définition terminologique, une démarche purement nominaliste, où il s’agirait simplement d’inverser la polarité des concepts, opposant ainsi la définition et la pratique capitalistes de la valeur à sa définition et pratique salariales. Le propos de l’auteur véhicule également quelque chose de messianique qui surprend, en ce qu’il voit l’avenir lourd de potentialités révolutionnaires, à rebours des constats souvent pessimistes, sinon catastrophistes de certains analystes du capitalisme contemporain. Sans jamais le dire explicitement, Friot fait le pari de l’homme et de sa nature généreuse contre les représentations négatives, mesquines, bassement utilitaristes de l’homo economicus, qui constitue l’arrière-plan des conceptions libérales de l’ordre social. Pour l’auteur, le salariat n’a pas encore donné la pleine mesure de sa puissance dans la construction de la justice et le meilleur est à venir.

2Il est difficile – et c’est quasiment s’exposer à redoubler les difficultés inhérentes à la compréhension du système Friot – que de chercher à expliquer pas à pas son échafaudage théorique. Mieux vaut sans doute partir de la société salariale que sa critique de la société capitaliste permet de construire pour présenter son projet de société et évoquer les points d’appui principaux de sa pensée.

3À l’écouter, les mesures à prendre ne sont pas si nombreuses et hors de portée qu’il y paraît. La première est d’instituer un salaire à vie, dès l’âge de 18 ans, d’un montant de 1 500 euros/mois, indépendamment du fait d’avoir ou non un emploi, car ce qui fait le producteur, chez Friot, ce n’est pas qu’il vende sa force de travail sur un marché, faisant du salaire la pseudo reconnaissance de la valeur économique produite par le travailleur dans le cadre de l’accumulation capitaliste, mais bien qu’il soit vivant et membre de sa société. À ce titre, il remplit une fonction sociale, il accomplit des activités utiles, productives, quelles qu’elles soient, qui justifient un salaire – c’est par ce type d’exemple qu’on peut approcher la notion de pratique salariale de la valeur chez l’auteur. À ceux qui s’étonneraient d’une telle proposition, il rappelle ce qu’il en est du salaire à vie versé aux fonctionnaires ou de la pension versée aux retraités du privé. Il s’agit là de conquêtes révolutionnaires, qui ne doivent en aucun cas être comprises comme une ponction prélevée sur le travail et les profits, pour le premier, ou du salaire différé, constitué par le biais des mécanismes de prévoyance et de solidarité intergénérationnelle, pour le second. Tout au contraire, elles sont l’expression de la reconnaissance jusqu’à la mort de la qualification acquise par l’individu au cours de son existence et du travail effectué non seulement dans l’emploi, mais aussi en dehors – la retraite ne signifiant en aucun cas un arrêt de la contribution sociale de l’individu à la production de valeur (on aura compris que la notion même d’emploi n’a plus de sens chez Friot, elle est la forme patronale de la pratique de la valeur). S’agissant encore du salaire, celui-ci serait borné à l’intérieur de quatre niveaux de qualification, le premier étant acquis à la majorité, et le dernier ouvrant droit à un salaire limité à 6 000 euros/mois. La qualification est irrévocable, ouvre droit à un niveau de rémunération jusqu’à la fin des jours de l’individu, quelle que soit l’activité accomplie. Pour en changer, l’individu doit se soumettre à des épreuves. Des jurys de qualification paritaires seraient constitués pour certifier ces qualifications et permettre la carrière professionnelle des individus. Il n’est que d’évoquer le mécanisme actuel de la validation des acquis de l’expérience pour comprendre ce qu’un tel système de qualification a déjà de réaliste (même si la VAE délivre un diplôme et que Friot parle, lui, de qualification). Ajoutons pour finir que les salaires sont versés non pas par l’entreprise, sur la base de ses résultats, mais par des « caisses de salaire » indépendantes, abondées au niveau national par une cotisation-salaire proportionnelle à la valeur ajoutée produite par l’entreprise. L’auteur rappelle à ceux qui s’étonnent d’une telle proposition que 45 % du salaire (la part dite indirecte) est déjà concernée par un système de ce type, avec les cotisations vieillesse, santé, famille et emploi. Le salaire est socialisé aussi à travers l’impôt (p. 85-86). Il existe donc déjà des dispositifs qui permettent d’imaginer ce que peut être une pratique intégrale de la valeur salariale, c’est-à-dire « que le « “salaire direct” disparaisse et que 100 % du salaire aille à une cotisation » (p. 71). Selon les propres calculs de Friot, une telle mesure couterait 1 250 milliards d’euros, soit environ 60 % du PIB actuel (sur la base d’un salaire moyen annuel de 25 000 euros et pour une population estimée à cinquante millions de personnes âgées de plus de 18 ans) (p. 85). On comprend que dans un tel système, la valeur ne se calcule pas à partir des échanges micro-économiques, mais à un niveau macro-économique, par le biais de mécanismes qui sont plus politiques qu’économiques (ce qui suppose au passage de définir le périmètre de validité du système et ses ayants droit, ce que ne fait pas explicitement Friot). Voilà, très rapidement ce qu’il en est du salaire et des carrières professionnelles, que Friot résume par la phrase : « sortir du capitalisme, c’est supprimer les employeurs et le marché du travail » (p. 25) – ce qui ne peut se faire qu’en apportant un autre changement de fond à notre économie. Et pas des moindres.

4L’autre institution salariale, antithétique de la pratique patronale de la valeur, concerne en effet la propriété. Il faut abolir la propriété lucrative, c’est-à-dire la possibilité de posséder un bien pour en tirer un revenu, et lui substituer la propriété d’usage, c’est-à-dire le droit, pour les travailleurs, d’utiliser à leur guise l’outil de production, selon des procédures de direction et de gestion placées sous le sceau de la démocratie intégrale des travailleurs, associés à l’ensemble des parties prenantes : institutions politiques locales et nationales, fournisseurs, clients, riverains, comité de consommateurs, etc. Les dirigeants sont élus, les orientations stratégiques décidées collectivement, les investissements soumis au vote, etc., par ces instances décisionnelles pluripartites. L’exemple des coopératives est là pour montrer qu’une telle conception de l’entreprise n’est pas aberrante (du moins pour ce qui est de la démocratie interne). On peut évoquer aussi l’exemple de la gouvernance des ports pour illustrer ce que pourrait être une gouvernance « ouverte » de l’entreprise. Il s’agit simplement d’affiner et d’étendre ces principes démocratiques, en usage aujourd’hui dans certaines organisations, à la totalité des entreprises et de ses parties prenantes. On comprend que cela signifie exproprier les classes possédantes ; la propriété privée, on le sait depuis Proudhon, étant l’accaparement par une classe d’un bien collectif, il faut rendre à la communauté les biens de production qui – patrimoine commun d’une collectivité – ne peuvent être gérés que collectivement… On comprend ce que les propositions de l’auteur ont de révolutionnaire, mais aussi de problématique. Ajoutons ici que l’analyse de Friot gagnerait vraisemblablement à se rapprocher des travaux sur les communs, popularisés par le prix Nobel E. Ostrom, car, si j’ai bien compris, la propriété d’usage promue par Friot semble vouloir signifier que tous les biens de production, la terre, les usines, les machines, etc., doivent être considérés et gérés comme des (biens) communs.

5Le troisième pilier de la pratique capitaliste de la valeur à abattre est la mesure de la valeur par le temps de travail, modalité métrologique mortifère qui débouche sur le productivisme échevelé qui est le nôtre, avec son lot de surintensification et d’aliénation au travail, mais aussi à la dévastation de la nature, Friot se montrant très sensible à cet argument dans cet ouvrage. Je dois dire que cet aspect du fonctionnement de l’économie est sans doute le moins bien abordé par l’auteur. Comment se fixeront les normes de productivité, comment sera évalué un « bon travail », une « honnête journée », ces questions auxquelles le taylorisme a donné une réponse qui continue de prévaloir dans l’organisation des activités, Friot ne les développe pas. Tout juste nous dit-il qu’il n’y a pas lieu de s’inquiéter sur le niveau d’engagement des travailleurs libérés du joug de la propriété lucrative. Coresponsable de leur outil et de leur production, Friot affirme que la motivation, l’implication des salariés seront au rendez-vous. C’est assurément ici que sa foi dans l’être humain s’exprime le plus manifestement. « Dire que le salaire à vie conduit à la culture du hamac fait partie des âneries de la religion de l’Emploi et du Crédit et de la prédication de ses économistes télévangélistes. Ce qui nous empêche de travailler aujourd’hui, c’est la pratique capitaliste de la valeur » (p. 91), tel est la réponse de l’auteur à la question de son partenaire d’échange quand il lui objecte que le salaire à vie risque d’être un frein à la mise au travail et à l’implication salariale. Il ajoute un peu plus loin « Ceux qui craignent que l’on travaille moins lorsque l’on se sera libéré du carcan du capital me font rire. Qu’ils restent dans leur hamac, les directeurs des ressources humaines, les conditionneurs du Médiator, les juristes d’optimisation fiscale, les professeurs de mathématiques financières… » (p. 92). Si l’on peut adhérer à cette conviction que la course au profit, la production de biens toxiques pour la santé et l’environnement, la surexploitation de la force de travail qu’elle encourage, doivent être combattus, on voudrait tout de même en savoir un peu plus sur l’organisation de cette « lenteur retrouvée pour un travail bien fait » (ibid.), inhérente à l’abrogation de la mesure de la valeur par le temps de travail.

6La dernière mesure révolutionnaire à introduire concerne le crédit : le financement de l’investissement ne passera plus par les banques et la propriété lucrative. C’est contre la classe des propriétaires qui accapare une large part de la valeur ajoutée et du PIB que Friot se lève à nouveau, dans la mesure où cette classe se dresse devant le travailleur comme les prêteurs en dernière instance de tout l’investissement économique. « Sur les 2 000 milliards de valeur ajoutée du PIB en France, nous dit-il, 700 vont à des propriétaires lucratifs qui s’approprient ainsi 35 % de ce que nous produisons » (p. 29). Sur les 400 milliards qu’ils vont réinvestir, ils exigent de surcroît un fort retour sur investissement. « Le crédit lucratif à l’investissement est [ainsi] la conséquence nécessaire de la propriété lucrative » (ibid.). En supprimant la propriété lucrative, en abrogeant la création monétaire par le crédit bancaire et en instituant une caisse de l’investissement, abondée par une cotisation économique versée par l’ensemble des entreprises (Friot évoque le chiffre de 15 % de la valeur ajoutée, ce qui représenterait un pactole de 300 milliards d’euros [p. 74]), le financement de l’économie est totalement revu. L’argent collecté par la caisse de l’investissement serait redistribué aux entreprises, après un examen des demandes de subventions qui parviennent à la caisse et un arbitrage entre les projets examinés. Cette caisse pourra aussi créer de la monnaie, par le financement de projets excédant les capacités de sa réserve, comme c’est le cas aujourd’hui des banques. La différence vient de ce que les crédits alloués sont des subventions et n’ont donc pas à être remboursées. Elles vont à la création de valeur future… Les banques et toute l’activité spéculative qui leur est liée disparaissent. Ne subsiste que la banque pour le prêt à intérêt aux ménages pour les achats exceptionnels (maison, voiture). Nous comprenons à l’évocation de ces questions combien le système Friot est perturbant vis-à-vis de nos modes de pensée habituels, complètement pollués, affirme-t-il, par la conception capitaliste de la valeur. Il faut encore ajouter le fait que dans ce modèle socio-économique révolutionnaire, le marché des produits à prix subsiste, la monnaie est conservée et garantit l’indépendance des individus les uns vis-à-vis des autres, tandis que la gratuité du logement, des transports et des premières consommations vitales (eau, électricité, chauffage, etc.) sera progressivement mise en place, ce qui limitera le poids de l’échange marchand dans la vie sociale.

7Inutile de dire que la lecture de cet ouvrage ouvre des abimes de questionnement. À chaque page ou presque, on a envie d’objecter un fait, une question, un doute à l’auteur, ce qui fait de ce livre un livre passionnant, mais ô combien dérangeant. Certains passages nous laissent pantois, entre l’envie d’applaudir et celui d’appeler l’auteur à plus de précision pour s’éviter le risque d’être taxé de doux dingue, voire d’escroc intellectuel. Il y a beaucoup à dire, déjà, sur les chiffres, les agrégats comptables qui sont mobilisés et que les spécialistes de la matière ne devront pas manquer de clarifier. C’est le cas, notamment, du mécanisme de formation des prix, de la concurrence entre les entreprises, du devenir de celles-ci dans le cas où leurs produits ne se vendraient pas, alors que ses membres percevraient un salaire – ce point paraît particulièrement problématique, car rien n’est dit de la connexion entre la production et la vente des produits : la valeur ajoutée n’est que virtuelle jusqu’au moment où elle se « réalise » dans la vente, autrement dit, si les produits ne se vendent pas, il n’y a pas de valeur ajoutée et il n’y a pas de PIB. L’économie est un circuit qui demande à se boucler sur lui-même, et la vente des biens à prix sur un marché qui reste concurrentiel dans le modèle de Friot, est le moment de ce bouclage. L’auteur est totalement muet sur ce point. Il faut également approfondir la question de l’envie de travailler et de la motivation du travailleur, plus postulée par Friot que démontré3, etc. Enfin, a-t-on envie de rétorquer au fur et à mesure de la lecture : tout cela est trop simple, ça ne peut pas marcher. C’est de l’utopie. Je crois que Bernard Friot partagerait cette opinion, en la nuançant. Nous sommes bien dans l’utopie, mais une « utopie réaliste », de celle dont on peut dire qu’elle est fondée sur des éléments déjà là, qui ne demandent qu’à s’épanouir, à la condition que les hommes le veuillent. Or, c’est précisément sur ce point que la proposition de Friot est peut-être la plus fragile finalement : la société imaginée par l’auteur est une société avant tout politique, où la valeur, par exemple, n’est en rien le fruit d’un rapport obligé de grandeurs soumises à des lois immuables, mais le résultat de conventions politiques, par définition polémologiques et conflictuelles. La réflexion de Friot a ceci de séduisant aussi qu’elle ne remise pas dans l’ombre le fondement politique de tout ordre social et les luttes que la production de celui-ci suppose fatalement. Mais on peut douter, contrairement à ses convictions, qu’il y a aujourd’hui une classe capable de se lever pour défendre un projet de société communiste inspiré de celui que propose l’auteur (sans même parler du fait que tout en reconnaissant le fondement conflictuel de tout ordre social, l’auteur n’a pas un mot sur les mécanismes de résolution des conflits et de coercition que suppose – désolé de revenir sur terre – le maintien de l’ordre, fût-il salarial). Mais au-delà de cet aspect, on reste sceptique. Quand on constate que la quasi-totalité de notre classe politique, formée dans les meilleures écoles de la République, ENA, écoles d’ingénieur diverses ou même HEC, n’a de cesse, avec les gestionnaires des grandes entreprises souvent issus des mêmes écoles, de vouloir démanteler l’État social, en vertu de la supériorité supposée de la régulation marchande ; quand on enregistre, effaré, ce qu’on est en train de faire de notre école, en particulier des universités, devenues le laboratoire externalisé de l’innovation marchande, mutation opérée avec le consentement ou dans l’apathie quasi générale ; quand on sait ce qu’il en est des injonctions aux partenariats public/privé qui sont adressés aux grands organismes de recherche et la collaboration active des chercheurs à cette soumission aux intérêts économiques ; quand, encore, on assiste médusé aux dégâts idéologiques engendrés par la guerre économique que livrent les grands organes d’information, réduits à n’être plus que des supports publicitaires, abreuvant leurs publics de contenus ineptes, ingérés passivement sinon avec une délectation écœurante ; quand on souligne, enfin, la faiblesse des mobilisations sociales et le triomphe universel des valeurs marchandes, on peut se demander où est la classe capable de porter un tel projet de changement, où sont les forces sociales prêtes à livrer le combat politique qu’exige la transformation du monde. Qu’il y ait des individus scandalisés par l’horreur capitaliste, c’est une certitude. Qu’il y en ait assez pour entraîner une remise en cause aussi radicale de l’ordre social que celle proposée par Friot, on peut en douter.

Haut de page

Notes

1 Cf. La recension de L’Enjeu du salaire par J.-L. Metzger dans le n° 2 de la NRT (http://nrt.revues.org/680), et l’entretien réalisé avec l’auteur dans ce numéro 6 de la revue. Voir la rubrique Controverses.

2 Cf. J. Gadret, http://alternatives-economiques.fr/blogs/gadrey/2013/08/28/retraites-les-curieuses-theses-de-bernard-friot-1/

3 Sur ce point particulier voir le débat entre B. Friot et F. Lordon : http://www.reseau-salariat.info/4f9a7517838cedbfdda5d3e6156b8147?lang=fr

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Salvatore Maugeri, « Bernard Friot, Émanciper le travail. Entretiens avec Patrick Zech, La Dispute, coll. « Travail et Salariat », 2014, 151 p. », La nouvelle revue du travail [En ligne], 6 | 2015, mis en ligne le 30 avril 2015, consulté le 23 mars 2017. URL : http://nrt.revues.org/2227

Haut de page

Auteur

Salvatore Maugeri

Université d’Orléans — Vallorem

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo La NRT est soutenue financièrement par
  • Logo CNRS INSHS
  • Logo Centre Pierre Naville - Université d'Evry
  • Logo Laboratoire Printemps (professions, institutions et temporalités)
  • Logo Centre Emile Durkheim
  • Logo Laboratoire lorrain de sciences sociales - Université de Lorraine
  • Logo IRISSO - Dauphine université Paris
  • Logo Multidisciplinaria de Estudios sobre el Trabajo (UMEST) - Universidad Autónoma de Querétaro
  • Logo La NRT est aussi reconnue et soutenue par
  • Logo HCERS
  • Logo Fondation Maison des sciences de l'homme
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org