Navigation – Plan du site
Recensions et notes de lecture

Dominique Méda, La Mystique de la croissance. Comment s’en libérer ?, Flammarion, 2013

Jean-Luc Metzger
Référence(s) :

Dominique Méda, La Mystique de la croissance. Comment s’en libérer ?, Flammarion, 2013

Texte intégral

1En une vingtaine de chapitres, distribués en trois grandes parties (Comprendre, Changer, Mettre en œuvre) et 230 pages, Dominique Méda propose des principes méthodologiques et un cadre d’action pour échapper à la mystique de la croissance, cette focalisation obsessionnelle sur la transformation perpétuelle du monde et des sociétés. Pour élaborer ce cadre, l’auteur mobilise les œuvres d’un large éventail d’auteurs, souvent bien connus – elle revisite ainsi des grands anciens comme A. Smith, E. Durkheim, M. Weber –, et se réfère abondamment à des chercheurs plus contemporains, comme Pierre Rosanvallon, Jean Gadrey, Alain Desrosières, Hans Joas, Tim Jackson, Gøsta Esping-Andersen, etc. On lui reconnaîtra le mérite de nous faire (re)découvrir les fondateurs de l’écologie politique, comme Bertrand de Jouvenel, amplement cité.

2Dans un style accessible, elle propose une brève généalogie des systèmes de pensée ayant conduit à la croyance selon laquelle « la production est devenue la fabrique du lien social. À la fin du XIXe siècle, qu’il s’agisse de Durkheim ou des économistes, la messe est dite : la production et la consommation […] remplissent une fonction de cohésion sociale et sont une des modalités déterminantes du processus de civilisation. » (p. 61-62) Dominique Méda souligne ainsi, en empruntant à de nombreuses recherches philosophiques, historiques, économiques, combien, depuis plus de deux siècles, de nombreuses sociétés accordent à la production industrielle et à l’impératif de croissance, un rôle démesuré, adoptant vis-à-vis de ces derniers une attitude de dévotion bornée, empêchant que l’on puisse en remettre en cause les fondements.

3Pour inverser cette tendance mystique et mystificatrice, Dominique Méda ne se contente pas de présenter un tableau des constats les plus indiscutables concernant les effets délétères de la course infinie à la croissance. Cette petite encyclopédie des dégâts du progrès a le grand mérite de ne pas privilégier un aspect de la destruction provoquée par l’industrialisation du monde et sa « mise en coupe réglée ». Plutôt que de choisir entre les ravages environnementaux, la dégradation des conditions de vie sur toute la planète, ou les maux liés à la rationalisation gestionnaire du travail, l’auteur s’efforce de tenir ensemble toutes ces dimensions. Toute alternative crédible est durable doit proposer des améliorations agissant simultanément dans ces trois grandes directions.

4Mais pour élaborer de telles alternatives, que l’on pourrait qualifier de totales, encore faut-il s’accorder collectivement – idéalement à l’échelle du monde – sur une manière de discuter, de débattre, de prendre la mesure des faits et de leurs conséquences, souligne Dominique Méda. La démocratie, représentative ou participative, est-elle une modalité du vivre ensemble si répandue ? Serait-elle la plus adaptée, la plus légitime et aux yeux de qui ? La communication authentique dont parle Habermas est-elle à l’œuvre dans les institutions supposées incarner la volonté du peuple ? Avant de songer à aménager rationnellement le monde, avant de proposer « une nouvelle grille d’interprétation de la réalité » (p. 100), encore faut-il savoir qui sont les acteurs les plus légitimes pour participer à ce travail de refondation : les experts scientifiques sont-ils les plus à même d’y contribuer ? Sont-ils indépendants des intérêts politiques, économiques, disciplinaires, de carrière, etc. ? En prolongeant les interrogations salutaires de l’auteur, ajoutons que le fonctionnement du champ académique est loin de se caractériser par la transparence et l’adoption d’attitudes attentionnées, respectueuses vis-à-vis des différents points de vue.

5Les prétentions des scientifiques à présenter une vision objective de la réalité se heurtent au doute, parfaitement rationnel, des populations qui subissent les conséquences de la mise en œuvre de la rationalité instrumentale. Comment faire confiance à ceux dont les résultats de recherche se basent sur les principes, méthodes, croyances, qui ont engendré la destruction progressive de pans entiers de la nature ? Que le climat soit durablement modifié et que ces modifications résultent de l’activité humaine depuis les débuts de l’ère industrielle, il n’est bien sûr pas question, pour Dominique Méda, de le remettre en cause. Mais il s’agit de souligner l’opacité croissante des instruments de mesure sur lesquels les spécialistes s’appuient pour intervenir dans l’espace public.

  • 1 Groupe d’experts intergouvernemental sur l'évolution du climat, créé en 1988.

6Dit autrement, tant que les démarches scientifiques demeureront opaques, inaccessibles pour le plus grand nombre, comment des milliards de terriens pourront-ils s’approprier les projections inquiétantes des spécialistes et accepter de modifier leurs modes de vie ou de renoncer à leurs aspirations matérialistes ? Qui peut intervenir dans les débats fondés sur l’interprétation d’indicateurs toujours plus sophistiqués et masquant les rapports de pouvoir entre disciplines, pays, laboratoires, chercheurs ? Qu’il s’agisse des rapports du GIEC1 sur le climat ou des prévisions économiques sur la croissance, au-delà du consensus de façade entre experts, le caractère abscons des outils de connaissance, non seulement écarte le plus grand nombre de l’accès aux choix structurants, mais favorise les interprétations les plus radicales, béatement optimistes ou exagérément catastrophistes, empêchant ainsi le recul réflexif nécessaire pour sortir de la croyance en la toute-puissance du progrès technique.

7Le ménage doit donc d’abord être fait dans le champ scientifique (sciences physiques, mais aussi sociales), traversé de rivalités et de compétitions, où l’élaboration de dispositifs de recherche tient parfois moins à la nature même de l’activité qu’à l’exigence de trouver des sources de financement et où le souci d’intéresser le grand public emprunte souvent aux techniques manipulatrices de la publicité commerciale, du marketing et de la communication stratégique.

8La défiance vis-à-vis du champ scientifique est d’ailleurs d’autant plus légitime que les critiques adressées par une partie des chercheurs eux-mêmes vis-à-vis de l’hubris productiviste sont anciennes et n’ont jusqu’ici pas été entendues. Pour ne prendre que l’exemple du PIB, la dénonciation des mensonges inscrits dans le calcul même des indicateurs de croissance était déjà bien argumentée dans les années 1950 : le calcul du PIB ne tient pas compte des dégradations provoquées par la production industrielle, aucune destruction d’espèce n’est défalquée, pas plus que la dégradation de la santé des travailleurs (l’auteur s’appuie ici sur les études critiques de François Fourquet et André Vanoli portant sur la comptabilité nationale).

9Ces critiques, on le sait, ont été reprises par de nombreux auteurs, économistes, ingénieurs, spécialistes de gestion, militants, en Europe, aux États-Unis, jusqu’à la fameuse commission dirigée par Amartia Sen, Joseph Stiglitz et Jean-Paul Fitoussi, dont l’auteur dénonce au passage la faible légitimité de la constitution. Mais ces critiques du PIB sont restées jusqu’ici sans aucun effet. Et cela provient, notamment, des efforts consacrés par la fraction dominante du champ académique à occulter, de façon tout aussi rigoureuse, les effets dramatiques de la croissance. « Tout se passe comme si la transposition des phénomènes naturels dans le langage économique et mathématique constituait une vaste entreprise de déréalisation au terme de laquelle une sorte de monde parallèle était édifié. » (p. 79)

10Serions-nous pour autant démunis de pistes pour changer ? Certes, il existe des propositions d’indicateurs alternatifs prétendant tenir compte des inégalités de revenu, de la soutenabilité du développement, défalquant les dégradations de l’environnement, etc. Mais, après examen, Dominique Méda pointe leur inaptitude à sortir de la mystique de la croissance : « Cette représentation […] consiste, d’une part, à donner une valeur monétaire à des éléments qui ne sont pas marchands […] et d’autre part, à considérer comme parfaitement remplaçables l’un par l’autre, les trois types de capitaux [humain, naturel, technique].  […] Ainsi, selon cette perspective, il y aura toujours suffisamment de capital humain et de capital technique […] pour fabriquer l’équivalent du capital naturel. » (p. 106-107)

11L’auteur dénonce ici la stupéfiante – et ignorante – confiance (d’une partie) des experts, fussent-ils hétérodoxes, dans la capacité du progrès technique à remplacer tout ce qu’il détruit. Ce remède est tout compte fait bien pire que les maux qu’il entend soigner : il légitime la marchandisation radicale de toute chose, la destruction de tout le patrimoine naturel et son remplacement par des succédanés artificiels. La nature n’est envisagée qu’en termes d’utilité économique, sa réalité intrinsèque et multidimensionnelle est niée. Cette voie est une impasse : « le risque pris est immense et l’humanité joue à pile ou face : si le progrès technique n’est pas au rendez-vous, elle risque simplement de disparaître ou d’être confrontée à des conditions de vie indignes. (…) Nous avons affaire à une véritable manifestation d’hubris aux conséquences catastrophiques : car il ne s’agit rien moins que d’engager l’éventuelle destruction du capital naturel au nom du flux d’utilités que nous devons pouvoir continuer à retirer de la nature. Une telle conception trahit un utilitarisme radical. » (p. 107-108)

12L’auteur passe ainsi au crible de son analyse un large spectre de propositions d’alternatives au mode de production capitaliste fondé sur la croissance et la destruction. Les théories de la deep ecology, les courants de l’éthique de l’environnement, le modèle de l’évaluation contingente, les thèses de Jacques Richard sur une comptabilité tenant compte des dommages créés par les entreprises, la croissance verte, etc. Mais, note Dominique Méda, le défaut de tous ces modèles réside dans leur propension à n’envisager la valeur de la nature qu’en termes monétaires. C’est là manquer l’essentiel qui consiste à déterminer « quel est ce patrimoine que nous devons transmettre dans une relative intégrité à nos successeurs » (p. 120). Faute de quoi nous allons « priver les futures générations, non seulement d’éléments et de fonctions [liées à la nature et à l’organisation sociale] qui se révèleront essentiels à leur vie, voire à leur survie, mais aussi de perceptions, d’émotions, de sensations physiques, esthétiques, corporelles, intellectuelles, que nous serions alors les derniers à connaître. » (p. 123)

13Et pour sortir des visions purement utilitaristes, elle propose de raisonner en termes de patrimoine (naturel, social, culturel, humain), incluant l’idée de préservation et de diversité des formes de relation. Ce qui amène Dominique Méda à souligner l’importance de procéder à l’inventaire des vecteurs de cohésion sociale, d’identifier tout ce qui empêche l’isolement, le communautarisme, les rapports de domination, la lutte de tous contre tous. Si la préservation de la nature constitue la part la plus importante de son propos, l’auteur n’en oublie pas pour autant les dégâts causés au travail humain, aux travailleurs. Elle voit même dans la très lente émergence d’un droit du travail, contre lequel les entrepreneurs se sont tant mobilisés, un modèle pour élaborer un « droit d’usage de la nature ». Symétriquement, renoncer à marchandiser la nature implique de renoncer à la marchandisation du travail humain, mais aussi de démocratiser le pouvoir de gestion dans les entreprises. Sortir de la mystique de la croissance devrait aussi conduire à privilégier la résolution des inégalités par des redistributions massives.

14Critiquer la mystique de la croissance constitue donc bien une œuvre d’ambition globale, qui passe par une mutation cognitive : pour que vienne le jour où les économistes – et les gestionnaires – ne seront plus consultés pour éclairer les décisions, il faut élaborer une science interdisciplinaire, collaborative et engagée. Face à l’ampleur des enjeux, changer d’indicateur (synthétique) ne suffit pas, il faut d’abord retrouver un mode de raisonnement débarrassé de la prégnance des nombres et se débarrasser de la croyance qu’ils sont synonymes d’objectivité.

15Au-delà de cette révolution copernicienne, l’auteur examine, non sans se répéter et perdre parfois le lecteur, différentes actions qu’il faudrait entreprendre conjointement : rapprocher les préoccupations salariales des syndicats et les considérations environnementales des associations écologistes ; repenser les modalités de reconversion des salariés et leur transfert d’un secteur à l’autre ; réduire le temps de travail et les gains de productivité ; civiliser le processus de transition énergétique ; renverser les hiérarchies entre institutions internationales (l’OMC et le FMI subordonnés à l’OIT) ; refonder le Traité européen ; s’engager à n’avoir des relations commerciales qu’avec les pays qui s’engagent à privilégier le plein emploi ; se soucier de façon inconditionnelle des autres, des générations futures ; « éradiquer totalement la financiarisation qui s’est emparée du monde depuis 1980 » (p. 225), etc.

16Il n’est pas certain que le tableau pointilliste qui s’en dégage aide à préparer l’avenir souhaitable, mais il a le mérite de donner à voir un ensemble de pistes assez concrètes pour sortir de la mystique de la croissance, pistes que seule la résistance des dominants empêche d’emprunter.

Haut de page

Notes

1 Groupe d’experts intergouvernemental sur l'évolution du climat, créé en 1988.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Luc Metzger, « Dominique Méda, La Mystique de la croissance. Comment s’en libérer ?, Flammarion, 2013 », La nouvelle revue du travail [En ligne], 6 | 2015, mis en ligne le 30 avril 2015, consulté le 27 mars 2017. URL : http://nrt.revues.org/2228

Haut de page

Auteur

Jean-Luc Metzger

Sociologue, chercheur associé au centre Pierre Naville et au CNAM - LISE

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo La NRT est soutenue financièrement par
  • Logo CNRS INSHS
  • Logo Centre Pierre Naville - Université d'Evry
  • Logo Laboratoire Printemps (professions, institutions et temporalités)
  • Logo Centre Emile Durkheim
  • Logo Laboratoire lorrain de sciences sociales - Université de Lorraine
  • Logo IRISSO - Dauphine université Paris
  • Logo Multidisciplinaria de Estudios sobre el Trabajo (UMEST) - Universidad Autónoma de Querétaro
  • Logo La NRT est aussi reconnue et soutenue par
  • Logo HCERS
  • Logo Fondation Maison des sciences de l'homme
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org