Navigation – Plan du site
Recensions et notes de lecture

Francesca Scrinzi, Genre, migrations et emplois domestiques en France et en Italie construction de la non-qualification et de l’altérité ethnique, Paris, Pétra, 2013

Cristina Nizzoli
Référence(s) :

Francesca Scrinzi, Genre, migrations et emplois domestiques en France et en Italie construction de la non-qualification et de l’altérité ethnique, Paris, Pétra, 2013

Texte intégral

1À travers une étude comparative sur les pratiques de placement et de formation professionnelle des employées domestiques, Francesca Scrinzi apporte un éclairage important sur les mutations sociales à l’œuvre dans les sociétés européennes contemporaines. En s’appuyant sur les résultats d’une recherche ethnographique menée dans les villes de Paris et de Gênes, elle montre les dynamiques qui concourent à la construction de la non-qualification dans les emplois domestiques d’aide aux personnes âgées, en France et en Italie. La construction de la non-qualification correspond à un processus symbolique de dévalorisation sociale des emplois occupés de manière massive par des femmes. Cela passe par la naturalisation des rapports de travail et l’invisibilisation du travail féminin. Cette problématique est inscrite de manière très pertinente dans un contexte jalonné par les effets des politiques publiques en matière d’emploi et de migration et par les phénomènes qui distinguent chaque société quant aux processus de production de l’altérité. Rendre compte des pratiques sociales à l’œuvre dans la formation des employé·e·s domestiques (en France) et dans la confrontation de l’offre et de la demande de travail (en Italie) permet à l’auteure d’éclaircir le processus de reproduction des représentations essentialistes qui confortent la féminisation et la racisation des rapports de travail.

2Le premier chapitre montre de quelle manière les politiques publiques, en régulant les migrations et l’emploi selon des modalités sexuées, contribuent à définir une division internationale du travail domestique. Ce phénomène est par ailleurs à l’œuvre dans un contexte européen fortement marqué par le racisme. Un racisme différentialiste qui se distingue des formes modernes de racisme en concevant « les individus non pas comme des producteurs de culture, mais comme des êtres surdéterminés par leur culture » (p. 50). Le concept de racisme différentialiste est fécond pour comprendre la naturalisation de la xénophobie, l’idée selon laquelle il est dans la nature des êtres humains d’éprouver de l’hostilité à l’égard des individus appartenant à une culture donnée qui seraient donc incapables de s’intégrer à une autre culture. La dernière partie du chapitre, en traitant de l’invisibilisation du travail émotionnel dans les emplois domestiques, montre que la construction de la non-qualification du travail s’appuie sur des croyances en des supposées qualités féminines et sur les constructions de l’altérité ethnique.

3C’est avec le deuxième chapitre que l’on prend connaissance des spécificités nationales (française et italienne) concernant l’organisation des emplois domestiques d’aide aux personnes âgées. L’auteure analyse les facteurs institutionnels et les cadres normatifs soutenant la division internationale du travail domestique dans ces deux États. On comprend comment l’offre de services à la personne a subi un glissement vers le marché et vers le domicile, avec des spécificités selon les pays. En France, bien que les politiques publiques visent explicitement la professionnalisation et la promotion de la qualité des services, l’absence de filière spécifique de formation conduit à faire de la vocation féminine au travail domestique gratuit et à celle du bénévolat féminin un fondement de ces emplois. En Italie, la plupart de l’offre de travail se traduit par des embauches directes de la part des employeurs/ses clients. Les structures prestataires d’aide à domicile, souvent des coopératives sociales à but non lucratif, n’arrivent que partiellement à pénétrer ce marché. En Italie, l’offre de services publics est limitée et l’État social repose sur d’importants transferts monétaires aux familles, le recours à l’emploi direct et au marché informel des aides à domiciles migrantes est ainsi privilégié.

4Les deux chapitres qui suivent conduisent le lecteur au cœur des pratiques de formation et de placement des employées de maison en Italie (chapitre 3) et des pratiques de formation des aides à domicile en France (chapitre 4).

5L’enquête de terrain s’est déroulée à Gênes où l’auteure a, entre autres, participé aux cours de formation organisés par une paroisse. Les interactions entre formatrices et futures employé·e·s montrent que la naturalisation du travail des employées domestiques, renvoyant à l’idée du « travail d’amour » féminin, est aussi racisée. En présence d’une forte communauté de candidates issues d’Amérique latine, les bénévoles-formatrices identifient « la déférence, l’humilité et la prédisposition au travail d’aide à la prétendue “tradition culturelle sud-américaine” » (p. 108). La « tradition sud-américaine » est ainsi valorisée car elle aurait l’avantage de préserver les valeurs familiales et une certaine division du travail entre les sexes, idéalisée en tant qu’élément culturel de l’Italie d’antan. La construction culturaliste de l’altérité des employé·e·s migrant·e·s agit également sur les employés hommes. Apprendre aux hommes à assurer la propreté des personnes âgées est présenté, par les bénévoles, comme une étape dans le processus d’adaptation au contexte de vie dans le pays d’immigration. Dans une société caractérisée par la criminalisation des hommes migrants, ces tâches domestiques permettraient à ces migrants de se distinguer d’autres groupes de migrants, notamment des « mauvais immigrés ».

6Le racisme s’exprime aussi dans les requêtes des employeurs/ses. Ces derniers peuvent demander explicitement des employé.e.s ayant un corps avec des caractéristiques spécifiques (« solide, forte, des mains habiles, propre, ordonnée, etc. ») ou à ne pas avoir affaire à des immigré.e.s. Les pratiques des bénévoles chargées du placement valident dans une certaine mesure les préférences racistes des employeurs, tout en mettant parfois en place des stratégies de contournement du racisme. L’activité de placement conduit alors les bénévoles à instrumentaliser les assignations ethniques selon les exigences du moment, ce qui ne les empêchent pas de partager avec les employeurs une vision paternaliste vis-à-vis des employé·e·s domestiques. Les employées migrantes plus dociles, ne se plaignant pas des conditions de travail, sont privilégiées. Les bénévoles ont le sentiment de bien accomplir leur travail lorsqu’elles sont confrontées à des femmes qui coïncident aux représentations valorisées de la femme migrante : modeste, indigente et méritante.

7La dernière partie du chapitre 3 est consacrée aux bénévoles migrantes. D’ailleurs, on peut regretter de voir apparaître cette analyse qu’à la fin du chapitre. On aurait peut-être mieux compris les questions posées par la présence de cette catégorie de bénévoles, si leurs profils et leurs trajectoires avaient été présentés en lien avec ceux des bénévoles italiennes (qui d’ailleurs ne font pas l’objet d’une analyse très approfondie tout au long de l’ouvrage). Les bénévoles migrantes, tout en partageant en partie la logique des bénévoles italiennes, questionnent les stéréotypes racistes sur l’aptitude des employées de maison migrantes. Ces femmes migrantes chargées du placement considèrent avant tout l’emploi domestique dans une logique utilitariste, comme un moyen pour des migrantes de gagner leur vie.

8En ce qui concerne la France (chapitre 4), l’enquête ethnographique menée lors des formations adressées aux aides à domicile souligne que cette formation se fait essentiellement dans le cadre du secteur associatif formel. L’analyse des cours adressés aux candidates aux emplois d’aide à domicile montre bien qu’ici le projet de formation se caractérise par la volonté affichée de dissocier l’activité de travail de la référence domestique et des constructions naturalisantes sur les « qualités féminines ». L’idée centrale est que pour professionnaliser ces emplois, il faut parvenir à les détacher du travail domestique gratuit. Toutefois, ici aussi les activités de formation reposent sur une renaturalisation des « qualités féminines » dans le registre « ethnique ». La représentation du domicile et les pratiques domestiques reposent sur une vision culturaliste par laquelle l’espace domestique demeure la reproduction de l’espace national. La relation entre employeurs/ses-client·e·s et aide à domicile est représentée comme un conflit entre « cultures » ayant lieu dans l’espace domestique. Les formatrices invitent les stagiaires à remettre en question leurs représentations des personnes âgées en s’adaptant, même lorsque ces dernières tiennent des propos ouvertement racistes.

9Les formatrices considèrent l’emploi et le salaire comme des éléments capables d’améliorer les équilibres de genre dans les familles de ces migrantes. Cette insistance sur la prise d’autonomie des femmes est liée aux finalités du travail social des formatrices, qui se traduit dans l’accompagnement des personnes considérées comme « en difficulté ». Ces logiques se reproduisent aussi dans les pratiques de recrutement. Pour rendre « employables » ces femmes, les formatrices dispensent des conseils cherchant à modifier la personne de la candidate, devant apparaître comme modeste, propre et d’une féminité désexuée. Toute dimension appréhendée par les formatrices françaises comme « ethniquement marquée » doit être neutralisée. Des « conseils » peuvent alors être dispensés quant à la manière de s’habiller ou de cuisiner des futures employées migrantes. Mais, cette demande de s’ajuster à la norme dominante reflète aussi les « préférences » racistes des employeurs/ses. Pour faire face aux pressions de ces derniers les associations sont partagées entre la volonté de protéger leurs salariés et l’exigence de conserver leur clientèle, ce qui les conduit selon les cas à exercer une discrimination dès le recrutement. Ces discriminations à l’embauche sont justifiées par un argument de rationalité économique. Néanmoins, certaines responsables d’association ont tendance à sanctionner les demandes des client·e·s jugé·e·s « trop racistes ». À cet égard, il aurait été intéressant d’apporter plus d’éléments sur les trajectoires des responsables d’association pour essayer d’appréhender les dynamiques qui conduisent à de telles différences de comportement.

10Le chapitre 5 de l’ouvrage reprend les principaux résultats de l’enquête en les inscrivant dans un cadre d’analyse comparative. L’auteure souligne que les catégories de l’altérité ethnique et de genre ne sont pas utilisées par les bénévoles italiennes et les formatrices françaises de la même façon. Cet usage distinct serait lié aux différences de modèles d’intégration et de production de l’altérité ethnique, ainsi qu’aux modes d’organisation des emplois domestiques entre les deux pays. En France, la racisation s’inscrit dans le registre de l’universalisme cherchant à effacer toute différence culturelle. En Italie, elle s’exprime dans un contexte où la différence culturelle est valorisée au sein des formations en tant qu’élément marquant une plus grande « aptitude » des femmes migrantes latino-américaines à s’occuper des personnes âgées.

11Ce qui est commun aux deux contextes tient au fait que les formations ont pour objectif la normalisation de ces femmes, en se proposant de changer la personne. Cet apprentissage déborde donc largement la vie professionnelle en se proposant de transformer les femmes migrantes en « Sud-Américaines authentiques » ou en « femmes modernes », selon les cas.

12On peut alors observer deux représentations opposées de la migration féminine. En Italie, les pratiques des centres de formation, qui prétendent normaliser les femmes, rappellent celles du xixe siècle quand l’Église catholique gérait les enseignements des écoles pour domestiques destinées aux femmes des classes populaires. Inscrites dans un autre contexte sociétal, les formatrices françaises voient la migration féminine comme une opportunité d’évolution des rapports hommes/femmes. Insister sur la transformation de la personne renvoie alors à une vision psychologisante des rapports sociaux à l’œuvre dans le marché du travail, ainsi qu’au stigmate qui pèse sur les femmes migrantes, considérées dans le discours dominant comme dominées par leurs hommes (à savoir leurs maris ou tout homme que la pensée dominante associe au même groupe ethnique). Pour résumer, l’universalisme républicain en France et le différentialisme en Italie constituent les contextes d’inscription des pratiques de formation, de placement, de recrutement et de gestion des employées domestiques. Ces pratiques renvoient à une même vision de la migration qui demeure fondée sur des binômes tradition/modernité, irrationnel/rationnel, etc.

13Cet ouvrage permet de mieux comprendre les phénomènes concernant le travail de prestation de services en questionnant la relation privé-public à la lumière des processus de construction de l’altérité. Des altérités qui s’avèrent par ailleurs fonctionnelles aux politiques d’immigration « utilitaristes » visant l’identification de « bon.ne.s immigré·e·s », pouvant être utiles à la société d’immigration, par opposition aux « mauvais·e·s immigré·e·s », considérés comme difficiles à employer.

14La richesse des analyses contenues dans ce livre démontre à quel point une approche capable d’articuler des questions relevant de l’action publique, du travail, de l’emploi, des phénomènes migratoires et de racisation des rapports sociaux de sexe est féconde pour apporter de nouvelles connaissances sur des dynamiques sociales contemporaines. Toutefois des questions restent ouvertes quant aux stratégies et aux trajectoires des migrant·e·s et à l’utilisation de la comparaison internationale. Sur le premier point, des éléments plus précis sur la position des migrant·e·s dans les rapports de classe du pays de départ et sur leur trajectoire migratoire auraient permis d’enrichir le cadre d’analyse à travers la prise en compte de la posture des migrant·e·s dans le processus de construction de l’altérité. Sur la comparaison internationale, le passage du contexte local au contexte national n’est pas toujours questionné de manière structurée et il se fait sans que les spécificités des cas locaux apparaissent de manière claire. Il ne s’agit pas de remettre en question la valeur de l’étude ethnographique dans la comparaison internationale, mais de donner plus d’importance aux spécificités locales dans la compréhension du phénomène étudié.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Cristina Nizzoli, « Francesca Scrinzi, Genre, migrations et emplois domestiques en France et en Italie construction de la non-qualification et de l’altérité ethnique, Paris, Pétra, 2013 », La nouvelle revue du travail [En ligne], 6 | 2015, mis en ligne le 30 avril 2015, consulté le 25 avril 2017. URL : http://nrt.revues.org/2229

Haut de page

Auteur

Cristina Nizzoli

Chercheur associée au LEST, Aix-Marseille Université

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo La NRT est soutenue financièrement par
  • Logo CNRS INSHS
  • Logo Centre Pierre Naville - Université d'Evry
  • Logo Laboratoire Printemps (professions, institutions et temporalités)
  • Logo Centre Emile Durkheim
  • Logo Laboratoire lorrain de sciences sociales - Université de Lorraine
  • Logo IRISSO - Dauphine université Paris
  • Logo Multidisciplinaria de Estudios sobre el Trabajo (UMEST) - Universidad Autónoma de Querétaro
  • Logo La NRT est aussi reconnue et soutenue par
  • Logo HCERS
  • Logo Fondation Maison des sciences de l'homme
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org