Navigation – Plan du site
Recensions et notes de lecture

Régine Bercot (dir.), La Santé au travail au prisme du genre. Épistémologie, enquêtes et perspectives internationales, Octarès, 2014, 130 p.

Rémy Ponge
Référence(s) :

Régine Bercot (dir.), La Santé au travail au prisme du genre. Épistémologie, enquêtes et perspectives internationales, Octarès, 2014, 130 p.

Texte intégral

1Les sciences sociales ont depuis longtemps mis en évidence le rôle du genre dans la construction de multiples différences et inégalités, notamment au travail, où les femmes se trouvent davantage en situation de subordination, avec des salaires plus bas et dans des emplois précaires et non qualifiés. Toutefois, malgré le fort développement des connaissances sur le thème de la santé au travail, la question du genre et de ses effets sur la santé des travailleuses est un sujet resté relativement dans l’ombre. Tâchant de pallier ces manques, l’ouvrage dirigé par Régine Bercot, La Santé au travail au prisme du genre, issu des actes d’un colloque qui s’est tenu en 2013, propose une série de questions comme autant d’éclairages sur le sujet : les femmes sont-elles davantage exposées que les hommes à des conditions de travail « pathogènes » ? Réagissent-elles de la même manière aux difficultés auxquelles elles sont confrontées en situation de travail ? Souffrent-elles de maux spécifiques ? Comment « s’articulent » les contraintes du travail avec celles de la sphère familiale ? Aussi, l’enjeu de cet ouvrage vise à montrer, tant d’un point de vue théorique que méthodologique, l’intérêt d’étudier la santé au travail dans une perspective de genre.

2Sans restituer l’intégralité des apports de l’ouvrage, nous présenterons quelques-uns de ses principaux résultats avant de nous attarder sur les pistes de recherche dégagées par les auteur·e·s.

  • 1 L’enquête EQCOTESST est une enquête nationale, conduite entre 2007 et 2008, par questionnaire télép (...)

3En introduction, Régine Bercot identifie deux angles morts récurrents dans les enquêtes sur la santé au travail liés à une double invisibilisation : celle des « discriminations et rapports de force dont les femmes sont l’objet dans le travail » et celle de l’articulation travail-hors travail et de ses effets sur la santé. Or, le « mal-être » ne se construit pas dans les mêmes situations et selon les même processus pour les hommes et les femmes nous dit l’auteure. Il convient alors, d’une part de prendre en compte les rapports sociaux dans lesquels sont prises les femmes et qui les placent bien souvent dans une position dominée. D’autre part, de considérer ce qui se joue en dehors du travail, particulièrement les contraintes liées au travail domestique, et la manière dont elles s’articulent avec les contraintes propres au travail. Suivant cette approche, Karen Messing, professeur émérite de l’université du Québec à Montréal, montre dans sa contribution basée sur des données issues de l’enquête québécoise sur les conditions de travail, d’emploi et la santé et la sécurité au travail (EQCOTESST)1, combien les femmes occupent des emplois précaires, ont une « latitude décisionnelle » plus faible (« avoir moins de contrôle sur le travail et moins de possibilité de développement ») et une moindre capacité à influer sur leur cadence de travail que les hommes. Fortement présentes dans le secteur des services, elles se déclarent plus souvent en situation de devoir gérer des « tensions » relatives aux sollicitations des clients ou usagers et de faire un travail « émotionnellement exigeant ». L’étude fait apparaître que les femmes sont davantage exposées à des contraintes « psychosociales », qu’elles rapportent plus de dépressions et de troubles musculo-squelettiques (TMS), tandis que les hommes souffrent davantage de contraintes physiques. Toutefois, hommes et femmes réagissent de la même manière à des « conditions d’emploi et de travail problématiques » (p. 41) et la prévalence de la « détresse psychologique » observée chez les femmes s’expliquerait par leur exposition plus fréquente à des conditions de travail « difficiles » auxquelles s’ajoutent parfois des « responsabilités familiales élevées ».

4À partir d’une enquête du même type, conduite au Chili, Elisa Ansoleaga, chercheuse au département de l’université Diego Portales, compare et prolonge ces résultats. On observe en effet au Chili le même phénomène d’intensification du travail que celui mis en évidence par les enquêtes conditions de travail en France, lié à l’accroissement des tâches, des délais de production à respecter et à la soumission à une demande extérieure (du client, du public). Plus intense et plus complexe, le travail implique aujourd’hui une « augmentation significative de la charge psychique » (p. 54). Or, selon l’auteure, l’intensification du travail n’étant pas répartie de manière équitable entre les hommes et les femmes, il est essentiel d’en analyser les effets pour penser l’articulation du triangle travail/santé/genre. Dans cette optique, elle s’appuie sur le modèle de Siegrist qui s’intéresse aux effets sur la santé des déséquilibres entre les efforts consentis par les travailleurs et les « bénéfices sociaux et salariaux qu’ils retirent dans l’organisation » (p. 56). Les femmes chiliennes apparaissent alors davantage sujettes au stress et au développement de syndrome dépressif (environ 15 % contre 9 % d’hommes au Canada et 5 % au Chili) lié aux « hautes exigences », notamment émotionnelles, dont elles font l’objet et à un manque de « latitude décisionnelle » et parfois de « soutien social ». Mais à la différence du Québec, les chiliens sont deux fois plus nombreux à signaler un déséquilibre effort-réponse (50 % de la population). Cette différence s’expliquerait par la plus grande « reconnaissance » dont bénéficie les canadiens dans leur travail (meilleures stabilité et perspectives de promotion, salaire, « estime », « respect »). À ces éléments s’ajoutent l’inégale répartition des tâches domestiques maternelles, que les femmes assument très largement seules au Chili, comme ailleurs.

  • 2 Mesurés à l’aide des questions : « je ne pense pas du tout à me suicider ; il m’arrive de penser à (...)

5 La contribution d’Angelo Soares, professeur à l’université de Québec à Montréal, propose de s’intéresser plus spécifiquement à la formation des « idéations suicidaires » en lien avec les conditions de travail et l’organisation du travail. Pour l’auteur, ce qui importe ce n’est pas tant d’identifier des groupes professionnels ayant les taux de suicides les plus élevés (selon la PCS, le sexe, le statut d’emploi, etc.), que de comprendre les facteurs qui entrent en compte dans la formation des « pensées et des désirs de suicide »2. Pour ce faire, à partir d’une étude par questionnaire conduite auprès de 4 390 travailleurs répartis dans trois groupes professionnels (ouvriers, professionnels de l’éducation et de la santé), l’auteur propose de mesurer le lien entre les « idéations suicidaires » et les facteurs organisationnels. Il en dénombre neuf : la charge de travail, le contrôle du travail, la « reconnaissance », la « cohérence des valeurs », la « justice organisationnelle », la « communication », la « supervision » et le développement des compétences. En considérant les trois groupes professionnels, les cols bleus étant dans l’ensemble deux fois plus touchés (22 %), les femmes ont moins « d’idéations suicidaires ». La charge de travail (quantité de choses à faire et le temps pour le faire) et le manque de coopération entre travailleurs apparaissent fortement corrélés avec les « idéations suicidaires ». Lorsque l’on entre dans le détail des groupes professionnels, on s’aperçoit que les hommes et les femmes ne pensent pas à s’ôter la vie pour les mêmes raisons. Par exemple, chez les professionnels de l’éducation les « idéations suicidaires » sont corrélées à un défaut de « proximité », de « soutien » et de « coopération » avec les collègues pour les femmes, alors que chez les hommes elles sont corrélées à un décalage entre leurs valeurs et leurs objectifs et ceux de l’organisation.

  • 3 L’auteur rappelle ici la spécificité du marché du travail portugais  qui a un des taux les plus éle (...)

6S’écartant d’une approche en termes de facteurs de risques, Marianne Lacomblez, professeur de psychologie du travail à l’université de Porto, regarde comment s’articulent les contraintes propres à la sphère familiale avec celles du travail. S’appuyant sur une enquête qualitative auprès des chauffeur·se·s de bus portugais, elle remarque que, dans un climat de vive concurrence, leurs horaires de travail sont marqués par une importante irrégularité, une forte « amplitude temporelle » et une désynchronisation par rapport aux temps domestiques. Si les hommes s’en plaignent et le dénoncent, les femmes font tout pour les maîtriser et répondre à leurs obligations domestiques en négociant, par exemple, de longues plages horaires sans travail en milieu de journée afin de s’occuper des enfants. Ces stratégies d’adaptation, qui augmentent l’amplitude des journées de travail et l’irrégularité des horaires, ont des conséquences sur leur santé, entraînant stress, anxiété et fatigue généralisée. Or, leur apparent succès en termes de conciliation famille/travail tend à invisibiliser leurs effets néfastes. En outre, après le premier enfant, la poursuite de l’activité devient plus importante, ces stratégies se complexifient et l’état de santé se dégrade3.

  • 4 Enquête de la Fondation européenne pour l’amélioration des conditions de vie au travail.

7En conclusion Nicky Le Feuvre, professeur de sociologie à l’université de Lausanne, suggère de s’intéresser à ce que les souffrances disent de la division sexuelle du travail et des normes de genre qui les sous-tendent. Car n’est-ce pas s’interdire de comprendre ce qui fait souffrir les femmes que de ne pas tenir compte des injonctions normatives en matière de division sexuelle du travail, de leurs évolutions et de leurs effets, potentiellement variables selon les PCS ? Sa contribution s’attache alors à discuter plusieurs « tensions qui caractérisent le rapport actuel des femmes au travail et qui constituent » autant de « défis à l’appréhension sociologique de la souffrance sous l’angle du genre » (p. 108). La première est la tension entre souffrance et émancipation qui sont, selon l’auteure, les deux pôles d’un continuum qui traverse toute expérience de travail. Critique d’une vision mécaniste des effets des conditions de travail, qui seraient nocives ou positives, N. Le Feuvre propose de penser cette dialectique qui fait toute la complexité du rapport au travail. Elle apporte ici un utile contrepoint en soulignant les limites des approches quantitatives, appuyées sur des modèles épidémiologiques, de certaines contributions de l’ouvrage. Deuxième tension, en appréhendant le travail comme unique source de souffrance, on passe sous silence un des « acquis majeur de la sociologie féministe du travail » : « l’importance de l’articulation production/reproduction dans la compréhension des expériences sexuées de travail » (p. 109). Faisant écho à l’introduction, elle défend donc qu’on ne peut éclairer l’expérience de travail sans tenir compte des effets des facteurs « extra-professionnels » sur la manière dont les caractéristiques de l’activité (intensité, pénibilité, complexité etc.) sont vécues. Comme le montre par exemple une enquête suisse, il y a une nette corrélation entre la perception d’un déséquilibre vie professionnelle/vie privée et la survenue de TMS4. Toutefois, on n’observe pas de lien entre le sexe et la perception de ce déséquilibre contrairement au Québec et surtout au Chili et au Portugal.

  • 5 On pourrait ajouter la question de savoir comment sont fixés les seuils au-delà desquels on considè (...)

8Au terme de la lecture de cet ouvrage, il semble que sa principale faiblesse tienne au format court des contributions qui ne laisse pas toujours aux auteur·e·s la possibilité d’entrer plus avant dans l’élaboration des données et des analyses. Or, la mesure des phénomènes étudiés est complexe, comme l’illustre Karen Messing en montrant les résultats contradictoires des études sur les TMS, et la question centrale des indicateurs. Aussi, le fait de ne pas systématiquement décrire les populations étudiées, détailler les concepts et les indicateurs mobilisés ou préciser ce que recouvrent des notions telles que « estime », « respect », « charge émotionnelle », « détresse psychologique » suscitent parfois des réserves face aux résultats5. Néanmoins, plusieurs contributions rappellent les limites des approches quantitatives de la santé au travail qui ne permettent pas de voir les différentes réalités de travail que peut recouvrir une même catégorie et peinent à saisir les formes de souffrance « masquées par les processus de défense ou de banalisation » (p. 16). Le recours aux méthodes qualitatives permet alors de penser plus finement le rôle que jouent les normes de genre dans la perception et la verbalisation des maux du travail. On regrette également que la question de l’articulation travail/famille, présentée comme un point nodal des inégalités de genre face à la santé, ne soit pas davantage explorée. Enfin, si les auteurs appellent tout au long de l’ouvrage à développer une analyse qui va au-delà du constat des inégalités et pense les processus de construction des différences genrées au travail, ils vont eux-mêmes rarement plus loin empiriquement. En définitive, souvent stimulé le lecteur pourra parfois avoir le sentiment de rester sur sa faim à la lecture de cet ouvrage qui a néanmoins le mérite de développer un champ de recherche encore peu exploré en France et d’introduire aux nombreux enjeux de la prise en compte du genre dans l’étude de la santé au travail.

Haut de page

Notes

1 L’enquête EQCOTESST est une enquête nationale, conduite entre 2007 et 2008, par questionnaire téléphonique auprès d’un échantillon aléatoire de 2 439 travailleuses et 2 632 travailleurs, de 15 ans ou plus ayant travaillé au moins 15 h par semaine durant 8 semaines avant la passation de l’enquête. Les réponses sont ensuite pondérées selon la composition de la population

2 Mesurés à l’aide des questions : « je ne pense pas du tout à me suicider ; il m’arrive de penser à me suicider, mais je ne le ferai pas ; j’aimerais me suicider ; je me suiciderais si l’occasion se présentait. » (p. 75)

3 L’auteur rappelle ici la spécificité du marché du travail portugais  qui a un des taux les plus élevés de conjoints travaillant tous deux à temps plein et où le taux d’emploi des femmes augmente avec la maternité alors qu’il tend à diminuer dans la plupart des pays d’Europe.

4 Enquête de la Fondation européenne pour l’amélioration des conditions de vie au travail.

5 On pourrait ajouter la question de savoir comment sont fixés les seuils au-delà desquels on considère « élevé » un « niveau de détresse », « une demande psychologique » ou des « responsabilités familiales ». (p.36, 38-39)

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Rémy Ponge, « Régine Bercot (dir.), La Santé au travail au prisme du genre. Épistémologie, enquêtes et perspectives internationales, Octarès, 2014, 130 p. », La nouvelle revue du travail [En ligne], 6 | 2015, mis en ligne le 30 avril 2015, consulté le 19 septembre 2017. URL : http://nrt.revues.org/2232

Haut de page

Auteur

Rémy Ponge

Doctorant au laboratoire PRINTEMPS – Université Versailles St-Qentin-en-Yvelines

Articles du même auteur

  • Les ressorts ambivalents de l’institutionnalisation de la négociation collective en entreprise
    Paru dans La nouvelle revue du travail, 8 | 2016
Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo La NRT est soutenue financièrement par
  • Logo CNRS INSHS
  • Logo Centre Pierre Naville - Université d'Evry
  • Logo Laboratoire Printemps (professions, institutions et temporalités)
  • Logo Centre Emile Durkheim
  • Logo Laboratoire lorrain de sciences sociales - Université de Lorraine
  • Logo IRISSO - Dauphine université Paris
  • Logo Multidisciplinaria de Estudios sobre el Trabajo (UMEST) - Universidad Autónoma de Querétaro
  • Logo La NRT est aussi reconnue et soutenue par
  • Logo HCERS
  • Logo Fondation Maison des sciences de l'homme
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org