Navigation – Plan du site
Recensions et notes de lecture

Claire Thébault et Jens Thoemmes, L’Industrie à la campagne – 50 ans de mémoire ouvrière d’une usine de pâte à papier dans les Pyrénées, Toulouse, Octarès, 2014

Mélanie Roussel
Référence(s) :

Claire Thébault et Jens Thoemmes, L’Industrie à la campagne – 50 ans de mémoire ouvrière d’une usine de pâte à papier dans les Pyrénées, Toulouse, Octarès, 2014

Texte intégral

1Ce beau livre, composé de 72 pages et de 41 photographies, relève d’un travail sociologique sur la mémoire ouvrière. Il est consacré à une entreprise de fabrication de pâte à papier dans la Haute-Garonne. Une mémoire approchée sous l’angle des relations sociales dans l’usine et autour d’elle. L’usine était, assurément, bien plus qu’un lieu de travail, elle représentait un lieu de vie à part entière, et c’est de cette réalité que veut aussi parler cet ouvrage.

  • 1 Membres de l’amicale des retraités.

2Ce travail émerge à l’occasion d’un évènement singulier, le cinquantenaire de l’entreprise où chercheurs, retraités1 et direction ont collaboré à la réalisation de ce volume. Son socle se compose de trente entretiens d’anciens salariés et de l’exploitation d’un fonds documentaire et photographique relatif à l’usine. Les obstacles qui y sont liés – on pense au risque de reproduire des stéréotypes classiques sur la nostalgie des solidarités d’antan – ne sont pas mis de côté et font d’ailleurs l’objet d’un sixième et dernier chapitre intitulé « La différence entre les générations : tout était mieux avant ? » Dans ce passage, les auteurs font part de remarques exprimées par les acteurs qui tendent à montrer qu’ils ne sont pas complètement dupes de ces représentations mythifiées du passé. Pour exemple, ils évoquent des savoir-faire nécessitant un temps long d’apprentissage, des conditions de travail plus nocives et des relations entre jeunes et anciens, loin d’être simples – à l’époque déjà... Ils exposent également leurs inquiétudes face à l’érosion d’équilibres antérieurs pouvant nuire à l’avenir de l’usine, tel l’affaiblissement de la réciprocité entre solidarité – une solidarité massive – et investissement en faveur de l’établissement. D’un point de vue économique et social, cette entreprise est nécessaire au territoire, à Saint-Gaudens (aujourd’hui encore des centaines d’emplois directs ou indirects), d’où les témoignages d’un certain attachement de la part d’anciens ouvriers : « L’usine, il faut qu’elle fume encore longtemps. » (p. 58). C’est cet attachement qui sera présenté tout au long du développement de cet ouvrage au travers des expériences de ces salariés.

3Le premier chapitre – qui fait également office d’introduction – plante le décor de cette aventure industrielle en pointant du doigt les dernières difficultés auxquelles fait face l’entreprise au moment du cinquantenaire, la crise de 2008. Il avertit aussi le lecteur des choix d’écriture opérés par les auteurs, afin d’ouvrir ces expériences à un large public, notamment en mettant de côté le jargon académique des sciences sociales et en se posant comme les porte-parole des anciens salariés, accordant ainsi une place prépondérante à leurs témoignages du début à la fin du récit. Les photos, quelquefois complexes à décrypter, concourent à ce parti pris.

4Le deuxième chapitre est consacré aux événements marquants de l’histoire de l’entreprise : sa fondation, en 1957, avec un petit nombre de salariés entraînant une augmentation de la population de Saint-Gaudens, puis la succession de différentes crises, en 1968, en 1981 et en 1993. La crise de 1968, avant tout sociale, est mémorable pour les rassemblements festifs qu’elle a suscités, contrairement à celles qui suivent et qui relèvent de problèmes d’ordre économique. Après une décennie d’accumulation de richesses, faisant de l’usine de Saint-Gaudens le fleuron de l’activité économique de la région, les premiers nuages apparaissent. Les problèmes d’investissements, de rentabilité, les difficultés du marché de la pâte à papier, adossés au plan de restructuration de l’industrie française par le Premier ministre Raymond Barre, en 1979, génèrent une crise majeure qu’aucun témoin n’a omis d’évoquer. Fin 1980, l’entreprise se trouve en situation de redressement judiciaire, occasionnant chômage technique et l’annonce de la fermeture prochaine du site. Janvier 1981, le ciel s’éclaircit pour les salariés avec la reprise du site, mais aussi l’annonce de la suppression de plusieurs postes – annonce faite par haut-parleur (170 postes en moins dans cette entreprise qui comptait à ses heures de gloire 650 salariés et comptabilise encore 280 emplois aujourd’hui). S’enchaîne alors une mobilisation de la quasi-totalité du personnel et, par delà les murs de l’usine, de toute une population. Début 1982, les salariés remportent ce bras de fer et parviennent à faire réembaucher une partie des licenciés (majoritairement du service recherche). Malgré cette victoire, le personnel est affecté par cette épreuve qui signe le début d’une trajectoire plus incertaine et d’une série de rachats successifs. La crise de 1993 est également un événement mémorable, mais, au contraire de celle de 1981, elle marque le délitement des liens sociaux de par sa faible mobilisation salariale. Le dégraissage des effectifs, avec l’évolution des technologies, ainsi que la montée de l’individualisation des parcours, en ces temps incertains, amoindrissent la solidarité entre travailleurs. C’est désormais l’heure des négociations, des plans de départs anticipés en retraite pour adoucir les licenciements.

5Le troisième chapitre présente des « crises plus localisées qui mettent en jeu le corps des travailleurs » (p. 32) via des questions sur les conditions de travail tels les accidents, la pénibilité du travail, ou l’automatisation, sans ignorer la question des salaires et des relations hiérarchiques mouvantes en fonction des époques.

6Le quatrième se centre sur les figures historiques constitutives de la mémoire locale, plus particulièrement celle d’un syndicaliste, au plus près des moins qualifiés, ne faisant pas l’unanimité, mais reconnu pour sa capacité à défendre les ouvriers, et d’un directeur qui, comme eux, était un produit du cru (ancien ingénieur de La Cellulose – nom de la société à ses débuts et encore présent dans l’appellation de l’entreprise jusqu’en novembre 2000), estimé de tous, avec des dispositions à l’apaisement des tensions.

7Le chapitre suivant revient, quant à lui, sur le cadre mentionné dans l’introduction qui fédérait l’identité collective de l’entreprise. Cette identité s’est construite par le partage d’un territoire rural et d’une origine sociale liée à la petite paysannerie. Les recrutements sont des recrutements de proximité via l’interconnaissance (que les clubs sportifs, les liens familiaux forment), le village voisin… Les frontières entre vie privée et professionnelle sont de ce fait poreuses. Les fêtes célébrées au sein du village, comme Saint-Éloi (la fête des chaudronniers), renforcent ces sentiments. Les sens même, comme l’odorat, malmené en effet par les émanations de l’usine, participent à cette construction.

8Aujourd’hui (en 2009, date anniversaire), avec l’évolution des technologies et les crises successives qui ont occasionné un dégraissage progressif des effectifs, ainsi qu’une diminution des activités extra-professionnelles, les liens entre salariés et l’attachement à l’usine sont mis à mal, tout comme la mémoire : « L’absence des engagements individuels ou collectifs rend difficile la transmission de la mémoire et du vécu des situations exceptionnelles ou quotidiennes de l’activité de l’entreprise. » (p. 60)

  • 2 Delhaye Odile, avec la collaboration de Pascal Crépin, Mémoire d’oubliés, Amiens, édité par Mémoire (...)
  • 3 Roussel Mélanie (2011), Les Temps de la vie quotidienne chez les ouvriers de Saint Frères. Flixecou (...)

9Ce livre, conçu d’abord comme un ouvrage de vulgarisation, offre donc au grand public un bel aperçu du monde de la pâte à papier. Un aperçu guidé par la mémoire des anciens ou, plutôt, d’une certaine catégorie d’anciens, ceux enclins à partager cet anniversaire événementiel pensé et construit avec eux. Le spécialiste, le sociologue peuvent rester un peu sur leur faim, mais cet ouvrage peut revêtir, en compensation, une fonction de point de départ à plusieurs questions de recherches, tout comme le film documentaire d’Odile Delhaye, Mémoire d’oubliés2, a pu le faire pour certains travaux consacrés au paternalisme industriel3. Il invite à explorer par exemple des thématiques comme la recomposition territoriale des emplois aux prismes des mutations économiques. Il présente en cela un intérêt académique évident pour tous ceux qui découvrent la sociologie du travail.

Haut de page

Notes

1 Membres de l’amicale des retraités.

2 Delhaye Odile, avec la collaboration de Pascal Crépin, Mémoire d’oubliés, Amiens, édité par Mémoires vives & CRDP Académie d’Amiens, 1997 (version cassette VHS), puis L’Empreinte de Saint Frères. Mémoire d’oubliés, film documentaire, 90’, comprenant des films d’archives 1940-1950, le métier circulaire, des témoignages et un exemple de production textile actuelle (« Saint Frères confection-Le dernier bastion »), 2009 (version DVD).

3 Roussel Mélanie (2011), Les Temps de la vie quotidienne chez les ouvriers de Saint Frères. Flixecourt 1930-1945, doctorat de sociologie, sous la direction de Lebaron Frédéric & Alain Maillard, Amiens UPJV.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Mélanie Roussel, « Claire Thébault et Jens Thoemmes, L’Industrie à la campagne – 50 ans de mémoire ouvrière d’une usine de pâte à papier dans les Pyrénées, Toulouse, Octarès, 2014 », La nouvelle revue du travail [En ligne], 6 | 2015, mis en ligne le 30 avril 2015, consulté le 29 mai 2017. URL : http://nrt.revues.org/2235

Haut de page

Auteur

Mélanie Roussel

Centre universitaire de recherches sur l’action publique et le politique, Épistémologie et sciences sociales

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo La NRT est soutenue financièrement par
  • Logo CNRS INSHS
  • Logo Centre Pierre Naville - Université d'Evry
  • Logo Laboratoire Printemps (professions, institutions et temporalités)
  • Logo Centre Emile Durkheim
  • Logo Laboratoire lorrain de sciences sociales - Université de Lorraine
  • Logo IRISSO - Dauphine université Paris
  • Logo Multidisciplinaria de Estudios sobre el Trabajo (UMEST) - Universidad Autónoma de Querétaro
  • Logo La NRT est aussi reconnue et soutenue par
  • Logo HCERS
  • Logo Fondation Maison des sciences de l'homme
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org