Navigation – Plan du site
Recensions et notes de lecture

Salvatore Maugeri, Gouvernance(s), Dunod, coll. « Les topos », 2014, 185 p.

Dragoş Zelinschi
Référence(s) :

Salvatore Maugeri, Gouvernance(s), Dunod, coll. « Les topos », 2014, 185 p.

Texte intégral

1La publication de cet ouvrage est particulièrement bienvenue dans la mesure où il apporte, à travers une mise en perspective économique, politique et social, un éclairage très complet sur une notion d’actualité. La dimension critique y occupe une place importante et l’auteur y recourt pour déconstruire le concept, en montrant notamment qu’il est profondément enraciné dans l’idéologie (néo) libérale.

2L’originalité de l’ouvrage est de dépasser la vision assez consensuelle, favorablement biaisée et ancrée dans la rationalité économique, qui prédomine dans la littérature sur le sujet. Ici la présentation est équilibrée, l’auteur prenant soin de développer le pour et le contre des différentes définitions de l’objet, afin de laisser au lecteur la possibilité de se faire sa propre opinion.

3En introduction, le détour étymologique et historique est particulièrement utile pour déployer les différentes facettes de la notion. Ainsi, sa dimension politique transparaît clairement à travers l’analyse de ses liens avec le mot « gouvernement ». On apprend également que loin d’être un néologisme, le terme gouvernance existait déjà dans le vocabulaire français, qu’il a connu une éclipse de plusieurs siècles, pour revenir à la mode à la fin du xxe siècle, importé de l’anglais – ce qui met en évidence l’influence de la pensée anglo-saxonne sur la pensée politique et managériale.

4Structurée de façon chronologique, la première partie explique l’évolution des théories et des pratiques de gouvernance dans la sphère économique en faisant entrer en scène successivement les différents acteurs sociaux engagés dans la promotion de ce qu’on peut envisager comme une idéologie pratique. Les prémices de son usage se situent dans les années 1970, aux États-Unis, et sont étroitement liées aux objectifs de maximisation du profit des entreprises et à la domination exercée sur celles-ci par les marchés financiers. L’emprise anglo-américaine reste forte pendant longtemps, par exemple dans la prolifération, à partir des années 1990, des codes de bonne gouvernance issus des associations sectorielles ou des grandes entreprises anglo-saxonnes elles-mêmes. Les États – à commencer par l’Angleterre et les USA – s’impliquent dans la régulation seulement à partir du début des années 2000, contraints par la crise économique. Parallèlement à ces développements, une approche plus critique s’affirme, prônant la prise en compte de l’ensemble des parties prenantes. L’optimisation économique et financière, certes toujours présente, est désormais complétée par des aspects humains, environnementaux et sociaux : c’est l’émergence de la RSE, la responsabilité sociétale des entreprises, et des divers concepts qui s’y rattachent. Des éléments relatifs à l’histoire des ISR, les investissements socialement responsables, corrélatifs de la montée en puissance des normes RSE viennent compléter ce tableau instructif.

5Dans la deuxième partie, l’auteur sort de la sphère de l’entreprise pour parler de gouvernance à une échelle plus large, à savoir dans le monde politique, institutionnel et social dans son ensemble. À ce niveau, l’Union européenne joue un rôle certain, mais l’acteur central semble être la Banque mondiale, qui est à l’origine de l’introduction du concept dans les relations internationales. Disposant d’une grande influence, mais aussi de sources de financement importantes, elle tente de promouvoir, de façon assez autoritaire, sa propre vision néolibérale de la gouvernance à travers le monde. Le contre-pouvoir qu’essaient de constituer les citoyens se met en place difficilement, en raison, sans doute, des difficultés rencontrées par la société civile pour se constituer en sujet historique.

6La dernière partie de l’ouvrage détaille les critiques de la gouvernance mondiale pour ensuite discuter les conceptions alternatives de celle-ci, conceptions s’appuyant sur la volonté de participation active exprimée par certaines organisations de cette société civile. Absence de démocratie, opacité, ancrage libéral, ce sont quelques-unes des tares du système actuel, qu’il faudrait réformer en profondeur, sans qu’aucune proposition concrète ne recueille encore l’adhésion générale.

7La qualité du travail de documentation et d’analyse est indiscutable, mais nous pensons que l’auteur aurait pu se servir davantage de l’histoire pour nourrir ses réflexions, d’autant plus qu’il s’agit de problématiques qui aujourd’hui sont souvent au centre de débats passionnés, débats qu’il serait particulièrement intéressant de confronter aux évolutions passées.

8En guise de conclusion, et malgré les limites que nous venons de souligner, nous conseillons chaleureusement la lecture de cet ouvrage d’une grande rigueur scientifique, qui réussit l’exploit de saisir les phénomènes et les concepts liés à la gouvernance dans toute leur complexité, tout en restant clair et pédagogique. Soulignons, à cet égard, la présence de nombreux encadrés qui viennent illustrer des points de discussion importants tout au long du texte et la présence, peu courante dans des livres de ce format, d’un large appareillage de renvois webographiques et de notes explicatives, qui renforce encore la qualité didactique de ce livre.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Dragoş Zelinschi, « Salvatore Maugeri, Gouvernance(s), Dunod, coll. « Les topos », 2014, 185 p. », La nouvelle revue du travail [En ligne], 6 | 2015, mis en ligne le 30 avril 2015, consulté le 25 avril 2017. URL : http://nrt.revues.org/2238

Haut de page

Auteur

Dragoş Zelinschi

LEMNA, IEMN-IAE, Université de Nantes

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo La NRT est soutenue financièrement par
  • Logo CNRS INSHS
  • Logo Centre Pierre Naville - Université d'Evry
  • Logo Laboratoire Printemps (professions, institutions et temporalités)
  • Logo Centre Emile Durkheim
  • Logo Laboratoire lorrain de sciences sociales - Université de Lorraine
  • Logo IRISSO - Dauphine université Paris
  • Logo Multidisciplinaria de Estudios sobre el Trabajo (UMEST) - Universidad Autónoma de Querétaro
  • Logo La NRT est aussi reconnue et soutenue par
  • Logo HCERS
  • Logo Fondation Maison des sciences de l'homme
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org