Navigation – Plan du site
Recensions et notes de lecture

Patrice Jalette et Linda Rouleau (dir.), Perspectives multidimensionnelles sur les restructurations d’entreprise, Québec, Les Presses de l’université Laval, 2014, 358 p.

Marcel Faulkner
Référence(s) :

Patrice Jalette et Linda Rouleau (dir.), Perspectives multidimensionnelles sur les restructurations d’entreprise, Québec, Les Presses de l’université Laval, 2014, 358 p.

Texte intégral

1Les restructurations d’entreprises n’ont rien d’un phénomène nouveau, mais la crise qui s’éternise ajoute à leur ampleur, au point où elles semblent être devenues un mode de gestion pour les entreprises. Qu’ils s’agissent des restructurations de crise, dites défensives, ou des restructurations de compétitivité, dites offensives, aujourd’hui comme hier, leurs conséquences sur les salariés, les régions et les collectivités locales, interpellent les acteurs directement concernés et les institutions de régulation du travail et de l’emploi. La dimension structurelle des restructurations et leur récurrence justifient que l’on s’y attarde à nouveau. L’ouvrage piloté par Patrice Jalette et Linda Rouleau arrive donc au bon moment.

2Malgré le fait que les restructurations présentent des formes multiples (fusion, acquisition, délocalisation, externalisation), que les acteurs concernés soient nombreux (dirigeants, syndicats, salariés, autorité locale, administration publique), que les dispositifs d’accompagnement des salariés soient complexes (soutien à la formation, mesures de reclassement, compensation financière, etc.), et que leurs effets affectent différemment les salariés, les communautés locales et les entreprises, l’ouvrage a choisi d’aborder les restructurations dans leur complexité. Son ambition est grande. Il veut expliquer les dynamiques organisationnelles des restructurations, comprendre leurs enjeux, décrire le jeu des acteurs et celui des instances de régulation, mesurer leurs impacts sur les salariés, mais aussi sur les collectivités locales et les territoires susceptibles d’en sortir affaiblis. Son angle d’approche est celui des défis qui confrontent l’entreprise et les restructurations qu’elle effectue pour s’adapter au contexte concurrentiel et accroître sa performance conformément aux attentes des actionnaires et des marchés financiers.

3Quatorze articles le composent et traitent des transformations organisationnelles qui ont cours au Mexique, en Australie, au Canada, au Québec et dans l’Union européenne, ce qui favorise un croisement des regards et une lecture multidimensionnelle des restructurations, conformément à l’objectif de l’ouvrage. Certains articles abordent les aspects économiques, financiers et commerciaux des mutations industrielles, alors que d’autres s’attardent sur les facteurs susceptibles d’en modifier le cours et les conséquences. Les cadres juridique et politique des régimes de régulation du travail et de l’emploi sont pris en compte, et l’importance du dialogue et de la concertation sociale comme moyen de régularisation des restructurations et de stabilisation des compromis est également soulignée. Enfin, le partage des responsabilités qui incombent aux entreprises et aux communautés locales quand les restructurations les confrontent dans leur participation au développement économique et social est abordé dans plusieurs articles.

4L’ouvrage se divise en quatre parties. La première aborde les restructurations sous l’angle des tensions qui les annoncent et des crises qu’elles engendrent. Il se dégage de ces premiers travaux que les restructurations obéissent à différentes logiques d’action et qu’elles ont pour but de répondre aux tensions que les entreprises subissent sur les marchés, à la concentration des capitaux et de la propriété, aux exigences de performance à court terme, et à la nécessité de rejoindre le peloton de tête dans la course à la concurrence. Une première lecture de l’évolution récente des emplois au Québec permet à P. Jalette de souligner l’ampleur des restructurations. Mais, au-delà du fait que les restructurations touchent tous les secteurs économiques et qu’elles affectent toutes les régions, l’auteur souligne qu’elles répondent à des logiques contrastées qui vont de l’adaptation défensive des entreprises aux crises conjoncturelles à la recherche de gains de productivité et d’une performance améliorée, conformément aux prescriptions d’un actionnariat plus actif. D’où le lien que D. Peetz et G. Murray établissent entre la financiarisation du capital industriel et les restructurations des entreprises à partir d’une analyse comparative de l’évolution de la propriété aux États-Unis et au Canada. Ils démontrent que la concentration de la propriété et du capital financier s’est même accentuée depuis la crise de 2008 et qu’elle est corrélée avec la suppression des emplois, ou est au moins associée négativement à la croissance de l’emploi.

5En distinguant les sociétés selon que la concertation sociale est encadrée par un régime de négociation ou un régime de marché, la deuxième partie de l’ouvrage est probablement la plus riche en ce qu’elle aborde le rôle des institutions de régulation et les forces qui les activent. Ainsi, V. Pulignano et V. Dekocker démontrent que l’action des institutions nationales du marché du travail de sept pays européens exerce une influence particulière sur la manière dont les restructurations sont effectuées et sur les mesures d’aide apportées aux salariés. Autrement dit, si les contraintes financières et la concurrence commandent les restructurations, elles ne déterminent pas totalement leur mise en œuvre ni les efforts pour accompagner les salariés. Le droit du travail et les politiques d’adaptation de la main-d’œuvre sont également à prendre en compte, de même que les caractéristiques des entreprises et la force des acteurs. Or, dans les pays où l’encadrement réglementaire est insuffisant, ou lorsqu’il est plus favorable aux projets des entreprises qu’aux besoins des salariés, un déséquilibre se creuse entre les intérêts économiques des employeurs et la protection du travail. G. Bensusán et J. Carrillo démontrent que c’est le cas au Mexique où le manque de soutien institutionnel contrecarre les efforts des syndicats à protéger efficacement les salariés. À cet égard, le contexte législatif canadien semble paradoxal aux yeux de M. Coutu et J. Bougault qui constatent que les normes applicables en cas de restructurations reconnaissent aux employeurs le droit de décider de l’avenir des entreprises, et que ce n’est qu’en mobilisant d’autres dispositions que les salariés et les syndicats parviennent à infléchir le cours des restructurations et à en atténuer les effets. Bref, tant au plan des restructurations qu’à celui des mesures d’aide aux salariés, plusieurs scénarios sont possibles, et les sociétés ne sont pas condamnées à choisir uniquement entre la sauvegarde des emplois et le développement économique.

6La troisième partie développe davantage l’idée que les acteurs, sans être tout-puissants, ne sont pas totalement dépourvus de moyens par rapport aux restructurations et qu’ils peuvent en influencer le cours, ou même en prendre l’initiative. Deux exemples français témoignent de la pertinence de ce point de vue. Dans le premier cas, l’annonce par un groupe industriel de la fermeture d’une entreprise a forcé le directeur de l’unité visée à jouer le rôle d’intermédiaire entre les salariés et le groupe et à miser sur sa formation en gestion et en droit pour négocier un compromis qui s’est avéré acceptable aux deux parties. Mais, aux dires de R. Beaujolin-Bellet et de L. Rouleau qui en ont fait l’analyse, l’intervention du directeur n’aurait pas été aussi déterminante sans un engagement fort de sa part à l’égard des salariés et sans un ancrage dans la communauté qui lui ont permis de jouer sur plusieurs registres à la fois et de négocier un compromis satisfaisant. Dans le deuxième cas analysé par M.-F.  Khalidi, le compromis trouvé résulte d’une négociation à deux niveaux entre le syndicat et l’employeur. Le premier niveau de la négociation, officiel et formalisé, mettait en scène le traditionnel rapport de force, alors que le deuxième niveau, informel et se déroulant en coulisse, permettait au syndicat de faire avancer les demandes des salariés. Ce va-et-vient entre la négociation officielle et la concertation en coulisse a ainsi permis aux négociateurs de bonifier le plan social initialement prévu, de le rendre plus acceptable aux parties concernées, et de préserver leur crédibilité auprès de leurs mandants respectifs. Mais les syndicats ne peuvent pas toujours contrer les effets des restructurations comme en témoigne l’étude de la fermeture de deux usines d’une multinationale américaine qui opérait dans une communauté mono-industrielle du Québec. Selon P. Bergeron, T. Claes, M. Coutu et G. Rocher, les dispositions du régime québécois en matière de licenciements n’ont pu empêcher les mises à pied ni le cycle infernal de la pauvreté, des problèmes sociaux et de la disqualification sociale.

7Enfin, la quatrième partie de l’ouvrage traite des politiques de soutien à l’emploi et au développement local que certaines grandes entreprises mettent en œuvre afin de contrer les effets des restructurations sur les salariés, les territoires affectés et le déroulement même de leurs propres activités. Un premier article de M. Raveyre analyse l’accompagnement social territorial des restructurations préconisé par un grand groupe industriel français et le déploiement d’une stratégie de soutien au reclassement des salariés et à la revitalisation des régions touchées. En favorisant la concertation entre les acteurs économiques et politiques et en faisant naître de nouveaux réseaux d’échanges, cette stratégie s’est avérée particulièrement efficace pour réduire l’impact des restructurations sur le tissu industriel, pour soutenir les entreprises susceptibles d’embaucher les salariés licenciés, et pour réduire les coûts économiques et sociaux des restructurations. Or, même si cette stratégie a facilité le reclassement de plusieurs centaines de salariés, son déploiement soulève plusieurs questions. En effet, on pourrait penser que sa mise en œuvre vise à reporter sur les collectivités locales le poids des responsabilités sociales du groupe et à socialiser la charge de ses licenciements. Ce faisant, les autorités locales entérinent, involontairement peut-être, la politique d’externalisation et de flexibilisation du travail menée par le groupe et légitiment indirectement sa gestion de la main-d’œuvre. En tout état de cause, on peut au moins conclure que l’investissement des grandes sociétés dans l’espace social accroît leurs moyens d’action, mais que les nouveaux lieux d’échanges interorganisationnels qu’il génère ont le défaut de diluer l’action syndicale et d’éloigner les salariés des centres de décisions.

8L’ouvrage se termine par l’article de P. Barré qui traite de la transformation des districts industriels italiens dans le cadre des stratégies de développement des grandes entreprises industrielles. Initialement composés de petites entreprises dont les expertises se complétaient, ces districts ont dû s’adapter à l’arrivée de grandes sociétés dont les interventions ont profondément transformé les anciens rapports de coopération interorganisationnels. En fait, cette transformation résulte de deux facteurs. Le premier réside dans le développement inégal des entreprises et leur différenciation selon leur spécialité et leur taille. Le deuxième consiste en l’ajout de nouveaux partenaires dont les intérêts ont forcé l’intégration des districts à des chaînes de valeur qui opèrent maintenant à l’échelle internationale. En conséquence, Barré soutient que l’ancien concept de district industriel est maintenant insuffisant pour analyser ces nouveaux systèmes industriels, et que celui de « cluster » est plus en phase avec la différenciation et l’internationalisation des entreprises qui les composent, et qu’il est mieux à même d’en explorer les interfaces et les dynamiques.

9On le voit, les ambitions de cet ouvrage sont variées et nombreuses. De plus, il souhaite attirer notre attention sur le fait que les restructurations ne pas sont pas uniquement des tentatives d’adaptation des entreprises, et que les salariés et les régions ne sont pas nécessairement condamnés à les subir. En effet, plusieurs articles suggèrent que les entreprises sont quelquefois tentées de miser sur leurs ressources pour transformer les contraintes qu’elles subissent en opportunités. Il arrive aussi que la mobilisation des acteurs de première ligne infléchisse le cours des restructurations et que leur action en atténue les effets. Même quand les interventions des directions et des syndicats sont conditionnées par un environnement hostile, il n’en demeure pas moins que dans certaines circonstances le dialogue social et la négociation collective ont encore un rôle à jouer dans la mise en œuvre des restructurations. La variété des compromis sociaux et des mesures d’accompagnement des salariés témoigne de cette liberté d’action et illustre que la mobilisation des acteurs, et au premier chef celle des salariés, est un facteur non négligeable.

10Malheureusement, ces cas sont trop peu nombreux et ne doivent pas occulter le fait que, là où la loi le prescrit, les entreprises doivent tenter de concilier la logique des rendements avec celle de l’accompagnement des salariés. Cela n’est pas sans les placer en situation de tenaille entre les objectifs qu’elles poursuivent, les restructurations qu’elles souhaitent mener à terme, les coûts associés aux transitions professionnelles et les charges afférentes à la réorganisation de leurs activités post-restructuration. Les conflits d’intérêts inhérents à de telles situations permettent de comprendre que les autorités publiques invitent les entreprises à plus de retenue et qu’elles atténuent les effets les plus négatifs de leurs projets, voire qu’elles en assument les conséquences. Si les appels à la responsabilité sociale des entreprises sont souhaitables, leurs effets restent à mesurer. En tout état de cause, leurs bonnes intentions paraissent bien faibles, sinon dérisoires, eu égard aux contraintes qui pèsent sur les entreprises et aux enjeux des restructurations.

11Même dans les pays où le Code du travail et la réglementation en matière de licenciement et de protection des emplois sont favorables aux salariés, les obstacles à l’anticipation des restructurations, tant au niveau du territoire qu’à celui de l’entreprise, sont encore nombreux, et la mise en œuvre d’un plan de sauvegarde de l’emploi comme celui que la loi française prescrit n’est pas facile. Par exemple, la prise de décision en matière de restructuration échappe totalement aux salariés et à leurs représentants, et les informations pertinentes aux projets des entreprises sont rarement acheminées en temps opportun aux instances de consultation prévues par la loi. La course contre la montre laisse ainsi peu de temps aux représentants des salariés et aux comités d’entreprise pour étudier les projets de restructuration, et encore moins pour explorer des solutions de rechange moins dommageables socialement. La plupart du temps, ces consultations se limitent à définir les termes des licenciements, à en fixer le nombre et le calendrier, et à amener les salariés à accepter des compromis qui ne correspondent pas toujours à leur qualification et qui sont susceptibles d’affecter leur famille. Dans le meilleur des cas, elles servent à planifier les mesures de transitions professionnelles et permettent aux salariés de monnayer leur accord.

12Relativement à la perspective d’analyse déployée par l’ouvrage, il nous a semblé que l’approche institutionnelle et quelque peu formaliste qui inspire une bonne partie des textes laisse peu de place à la conflictualité qui pourtant accompagne souvent les restructurations. Non que cette approche ignore le conflit, mais l’angle d’analyse choisi par la majorité des articles met davantage l’accent sur le rôle des entreprises et leurs stratégies que sur la dynamique de la régulation sociale dont la conflictualité est le moteur. À l’évidence, le principal acteur est bien ici l’entreprise, et ses projets de restructuration sont analysés du point de vue des stratégies qu’elle adopte pour les mener à terme, ce qui condamne les autres parties prenantes, y compris dans une certaine mesure les instances de régulation, à prendre acte de sa logique. Une meilleure prise en compte des enjeux de tous les acteurs concernés et de leurs intérêts respectifs aurait enrichi l’ouvrage et montré en quoi les restructurations sont aussi l’occasion d’un conflit de normes entre la recherche d’une performance dictée par les intérêts financiers et la protection des emplois dans une perspective socialement responsable.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marcel Faulkner, « Patrice Jalette et Linda Rouleau (dir.), Perspectives multidimensionnelles sur les restructurations d’entreprise, Québec, Les Presses de l’université Laval, 2014, 358 p. », La nouvelle revue du travail [En ligne], 6 | 2015, mis en ligne le 30 avril 2015, consulté le 19 octobre 2017. URL : http://nrt.revues.org/2276

Haut de page

Auteur

Marcel Faulkner

Sociologue, retraité de l’enseignement

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo La NRT est soutenue financièrement par
  • Logo CNRS INSHS
  • Logo Centre Pierre Naville - Université d'Evry
  • Logo Laboratoire Printemps (professions, institutions et temporalités)
  • Logo Centre Emile Durkheim
  • Logo Laboratoire lorrain de sciences sociales - Université de Lorraine
  • Logo IRISSO - Dauphine université Paris
  • Logo Multidisciplinaria de Estudios sobre el Trabajo (UMEST) - Universidad Autónoma de Querétaro
  • Logo La NRT est aussi reconnue et soutenue par
  • Logo HCERS
  • Logo Fondation Maison des sciences de l'homme
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org