Navigation – Plan du site
Corpus : Temps professionnels éclatés, TIC et urgences

L’appel du travail. Technologies et mobilisation subjective d’intérimaires « non-qualifiés »

The call of work. Subjective mobilisation of “unqualified” temporary workers
El llamado del trabajo. Tecnologías y movilización subjetiva de trabajadores temporales “no calificados”
Philippe Rosini

Résumés

Cet article traite de la mobilisation de travailleurs temporaires au travers des propositions de missions qu’ils peuvent recevoir, à tout moment, sur leurs téléphones portables. Il s’agit de montrer comment les intérimaires composent avec ces offres d’emploi en fonction de leurs positions sociales et du rapport qu’ils entretiennent à leur condition de « temporaire ». Il ressort que ces sollicitations soudaines et irrégulières contribuent à intensifier la disponibilité des candidats à l’embauche temporaire autant que la concurrence entre eux. Ce dispositif managérial s’appuie largement sur l’insécurité temporelle inhérente à ce régime d’emploi dont la plupart des intérimaires (« non qualifiés ») souhaitent se détacher. À travers l’usage d’un objet technique, l’auteur examine certains mécanismes qui participent à la mobilisation numérique (obtenir le nombre d’intérimaires nécessaire) mais également subjective des salariés.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Ces agences, définies par l’article L 124-1 du Code du Travail, ont pour activité « de mettre à dis (...)

1Dans le secteur du travail temporaire, la gestion du temps vise à coller au plus près des variations des carnets de commandes des entreprises. La réactivité est ici la pierre angulaire d’un système d’emploi où la force de travail circule aux rythmes des flux tendus. Les agences d’intérim1 sont sollicitées par des entreprises afin de disposer de travailleurs dans de brefs délais. Depuis une dizaine d’années, les commerciaux d’intérim mobilisent la main d’œuvre nécessaire en appelant les intérimaires sur leurs téléphones personnels. Avec la diffusion de cet objet, devenu bien de consommation à la fin des années 90, les entreprises de travail temporaire disposent de nouveaux moyens pour organiser cette mise à disposition. Les employés des agences peuvent notamment envoyer des propositions de missions par SMS à l’ensemble des travailleurs temporaires disponibles par l’intermédiaire d’un logiciel informatique. Cet usage massif des TICs correspond à l’urgence inhérente d’une production qui fonctionne sur le modèle du « juste à temps ». Cet article vise à décrire comment l’usage d’un objet technique (le téléphone portable) contribue, non seulement, à la mobilisation numérique (obtenir le nombre d’intérimaires nécessaire) mais également subjective des salariés. Il s’agit de montrer combien les effets de ces messages varient en fonction des usages que les intérimaires font de cette forme d’emploi.

  • 2 Principalement comme manutentionnaire ou manœuvre, mais aussi comme agent de nettoyage ou de produc (...)
  • 3 Cette contribution s’inscrit dans le cadre d’une thèse de doctorat en ethnologie, réalisée sous la (...)

2L’analyse s’appuie principalement sur des données ethnographiques obtenues à partir d’une démarche d’immersion de plusieurs années (de 2003 à 2008) en tant qu’intérimaire. Lors de ce terrain mené dans le Sud-Est de la France (Grasse, Alpes maritimes), j’ai occupé plusieurs postes de travail2. Au cours de ces diverses missions, j’ai côtoyé plus d’une centaine d’intérimaires, principalement de jeunes hommes (entre 20 et 30 ans) et, dans une moindre mesure, des femmes et des travailleurs plus âgés (entre 42 et 58 ans). Au cours de cette recherche, j’ai pu nouer des relations prolongées avec certains d’entre eux et suivre leurs trajectoires sur une longue période. Avec d’autres, je n’ai eu que de brefs échanges durant les quelques heures que nous avons partagées sur le terrain. J’ai mené une quarantaine d’entretiens (enregistrés pour la plupart) avec divers travailleurs temporaires et quelques titulaires. Les propos figurant dans cet article proviennent principalement de témoignages en situation de travail et durant les pauses mais également d’entretiens plus ciblés sur les usages du téléphone portable3.

  • 4 Je rappelle ici que les intérimaires dont il est question dans cet article ne disposent pas de qual (...)

3Dans un premier temps, je poserai quelques bornes théoriques issues de courants qui, en ethnologie, ont interrogé les articulations entre la technique, son cadre social et ses effets sur les sujets. Puis, une revue de la littérature visera à présenter certains dispositifs qui ont participé à assurer la disponibilité des travailleurs temporaires. Je me pencherai ensuite sur les appels et les « textos » que peuvent recevoir, à tout moment, les intérimaires sur leurs téléphones personnels. Nous observerons comment les travailleurs temporaires composent avec ces offres d’emploi soudaines et irrégulières. Enfin, nous verrons que l’efficacité de ce dispositif managérial s’appuie largement sur l’insécurité temporelle inhérente à ce régime d’embauche dont la plupart des intérimaires4 souhaitent se détacher. Ainsi, j’analyserai les mécanismes qui, par le biais de ces technologies, participent à produire des modes d’existences marqués par l’incertitude et la vulnérabilité tout en imposant une perception concurrentielle de l’emploi aux travailleurs temporaires. Nous verrons en quoi l’introduction d’un élément technologique renforce ces tendances qui préexistaient

Le téléphone portable : instrument technique et processus de subjectivation

  • 5 Cependant, certains travailleurs ne disposent pas d’un téléphone personnel. Ce qui, selon ces intér (...)

4En quelques années, le téléphone mobile est devenu un objet accessible et quotidien5. Au travers de cet objet, que l’on porte le plus souvent sur soi, les intérimaires restent disponibles pour les éventuelles missions que leur proposent les entreprises de travail temporaire. Le téléphone portable sera envisagé dans cet article comme un instrument technique afin d’observer comment des éléments matériels participent à la production de rapports sociaux et à la constitution de sujets moraux. Ce questionnement, somme toute classique en ethnologie des techniques, permet également de mettre en évidence les articulations entre l’objet et l’institution sociale dans laquelle il s’inscrit. Robert Cresswell (1991, 700) écrit à ce sujet :

Pour comprendre les rapports de la technologie avec les autres domaines de la recherche anthropologique, il importe de mettre en évidence les relations que les techniques entretiennent avec les autres phénomènes sociaux. En elle-même, la technique ne saurait être une production sociale : la société ne produit pas une technique pas plus qu’une technique ou un ensemble de techniques ne suffisent à produire une société. En revanche, les éléments d’une structure technique sont à la fois « techniques » et « sociaux ». L’agencement, l’architecture interne, le mode de fonctionnement d’un système technique sont des productions sociales, autant que le sont les buts visés par toute opération relevant du domaine social, qu’il s’agisse d’un groupe pratiquant la chasse et la cueillette ou d’une société à technologie dite avancée.

  • 6 La notion de « système technique », impulsée par B. Gille, se révèle également heuristique pour étu (...)
  • 7 Je renvoie évidemment aux travaux de Michel Foucault sur ce point (1975, 175-183).

5L’auteur souligne qu’il est important d’observer les divers contextes et les rapports sociaux de production dans lesquels les pratiques s’inscrivent6. Cette citation permet de poser les jalons d’une réflexion qui n’est pas uniquement centrée sur l’« objet » ou sur la « technique » mais bien sur le cadre social dans lequel se déroulent les pratiques des sujets. L’articulation sujet-objet constituera la matière principale de cet article. Pour cela, je m’appuierai également sur l’outillage conceptuel développé par le collectif de recherche « Matière à penser » (Julien & Rosselin, 2009). Ces auteurs insistent sur le fait que les liens qui existent entre les sujets et les objets participent à des « processus de subjectivation » : c’est-à-dire que le « matériel » contribue à la « production des sujets, confrontés à leurs passions, aux autres et à la morale, tout en étant assujettis à une souveraineté », pour reprendre les termes de Jean-Pierre Warnier(2004, 9). Ce type d’analyse interroge l’action technique sans la dissocier de ses effets sur les sujets qui l’effectuent. Ainsi, les usages du téléphone portable et la diversité des pratiques seront analysés par rapport à un système d’assujettissement7.

6Enfin, je n’écarterai pas les rapports de force et la dimension politique que les technologies médiatisent. Car comme le souligne Madeleine Akrich (1987, 49) : « les objets techniques ont un contenu politique au sens où ils constituent des éléments actifs d’organisation des relations des hommes entre eux et avec leur environnement. » C’est-à-dire que ces éléments matériels définissent des acteurs, un espace et influent sur les cadres de pensée (ibid.). Ces différentes dimensions seront analysées pour rendre compte des dispositifs qui contribuent à intensifier la disponibilité des intérimaires et qui entretiennent la concurrence entre eux.

Disponibles et joignables

7La disponibilité est un thème omniprésent dans la « carrière » (Hughes, 1996) du travailleur temporaire. Dans son article, « Jeunesse sans avenir et travail intérimaire », Michel Pialoux (1979) met en corrélation le travail intérimaire avec le mode de vie des bandes de jeunes des cités, potentiellement délinquants. L’auteur précise, qu’à cette époque, les entreprises ont un intérêt croissant pour l’intérim afin de disposer d’un volant externe de travailleurs polyvalents affectés aux travaux les plus ingrats. La rotation permanente de la main d’œuvre est alors un moyen d’introduire de la « souplesse » dans l’organisation du travail. Bien que les employeurs (et les autres salariés) dénigrent ces ouvriers peu qualifiés, ils manifestent de plus en plus d’intérêt à disposer de travailleurs flexibles et de « touche-à-tout » plutôt que de les former à un métier. Outre une analyse très fine des représentations du travail dans les quartiers stigmatisés, l’auteur aborde la question du rapport au temps et à l’avenir des jeunes sous-prolétaires. Ainsi, Michel Pialoux qualifie le « goût pour l’intérim » comme un « réalisme du désespoir » développé par ces jeunes désarmés face à la vie active qui, pris dans une période d’oisiveté (généralement entre sortie du système scolaire et départ à l’armée), sont prédisposés à cette formule d’emploi qui s’accorde à leurs conditions d’existences marquées par l’incertitude et l’irrégularité. Il postule que « l’intérim renforce un système de dispositions qui préexistait » (Pialoux, 1979, 45). Michel Pialoux écrit :

Ce système de dispositions et d’aspirations élaboré au cours de l’histoire scolaire des jeunes issus des familles ouvrières est en résonnance avec ce qu’on pourrait appeler l’idéologie de l’emploi développée autour des nouvelles formules de travail intérimaire qui « donnent le temps d’attendre » et font de la disponibilité, du goût du changement et du désir de « goûter à tout », des vertus professionnelles. (Pialoux, 1979, 34-35)

  • 8 Il ne s’agit pas pour autant d’occulter les « prédispositions » des intérimaires, liées à leurs usa (...)

8Tout en affirmant la pertinence et l’actualité de ces analyses qui ont plus de trente ans, le travail que je propose part d’un point de vue sensiblement différent. Dans cet article, je souhaite observer quelques uns des dispositifs qui contribuent à faire intérioriser certaines dispositions, telles que la disponibilité, l’imprévisibilité et la vulnérabilité, aux travailleurs intérimaires8.

  • 9 Sur cette question, élargie aux lieux des missions dans le BTP, voir Jounin (2008).

9Plus récemment, Catherine Faure-Guichard a analysé les usages de cette forme d’emploi et les trajectoires de plusieurs « types » de travailleurs temporaires (Faure-Guichard, 2000). En isolant des « séquences typiques de trajectoires » (ibid., 27), elle identifie trois catégories d’intérim que l’on peut résumer brièvement par : l’intérim d’insertion qui concerne les individus qui font leur entrée sur le marché du travail par le biais de l’emploi intérimaire, l’intérim de transition de ceux qui ont été écartés du salariat classique et qui travaillent temporairement en attendant de trouver un poste moins incertain ou de prendre leur retraite et enfin l’intérim de profession réservé à une minorité qualifiée qui en fait un usage stratégique ou fonctionnel car ces travailleurs bénéficient de par leurs métiers d’une situation confortable sur le marché du travail. L’auteure liste les qualités de l’intérimaire attendues par l’agence : « Il doit être disponible à toute heure de la journée, joignable à tout moment, posséder un véhicule en bon état de marche, il doit être prêt à accepter n’importe quelle durée, ne jamais interrompre une mission avant sa fin » (ibid., 98). Les intérimaires qui se conforment à ces normes pourront bénéficier de quelques avantages par la suite. La joignabilité, la disponibilité et la malléabilité sont des vertus centrales que les employés de l’agence tentent d’obtenir auprès de la main d’œuvre temporaire. Catherine Faure-Guichard et Pierre Fournier (2001, 26-46) ont montré comment les entreprises de travail temporaire s’appuient sur un vivier d’intérimaires fiables, efficaces et surtout disponibles dans les plus brefs délais afin de satisfaire les demandes des entreprises utilisatrices (Faure-Guichard & Fournier, 2001, 39). En analysant les relations qui se nouent entre ces différents protagonistes, ils soulignent que si les conditions de mobilisation du candidat s’appuient sur ses compétences, « il s’agit, de part et d’autre, de fabriquer de la loyauté, de la fidélité, de l’assurance, de la stabilité dans un univers où l’incertitude est préjudiciable aux deux parties en même temps qu’elle fonde leur existence9 » (ibid., 28). Leurs observations ont été menées dans une petite agence spécialisée dans le bâtiment où les employés nouent des relations privilégiées avec des intérimaires aux compétences recherchées par les employeurs et dont ils connaissent les habitudes. À partir d’une « sociologie du travail de responsable [d’agence] », Catherine Faure-Guichard et Pierre Fournier montrent que ces relations de familiarité contribuent à faire de l’intérimaire « un obligé » et à s’assurer de sa disponibilité (ibid., 49).

  • 10 Sur ces expériences décrites par un intérimaire, voir le témoignage de Daniel Martinez (2003).
  • 11 Terme régulièrement utilisé par les salariés de l’agence.

10Les intérimaires dont il est question dans cet article présentent des profils très différents : plus nombreux, moins qualifiés, plus facilement interchangeables. À chaque mission, ces travailleurs sont confrontés à des substances, des milieux et des organisations de travail différentes, mais leurs profils de postes restent souvent similaires : manutentionnaires ou manœuvres10. Contrairement à leurs collègues qualifiés, ils disposent de moins de ressources pour maîtriser leur temps d’activité et les périodes chômées. La plupart de ces travailleurs temporaires devront se conformer aux sollicitations irrégulières des employés de l’agence et se montrer disposés à les « dépanner11 » afin d’effectuer un contrat qui débutera quelques heures plus tard.

11Dans le cas de l’intérim français l’attente d’une mission est vécue individuellement et dans la sphère privée, contrairement aux journaliers américains étudiés par Sébastien Chauvin (2010). Ce dernier nous décrit des « salles de dispatch » où les travailleurs attendent d’être envoyés sur un « ticket », c’est-à-dire un travail de quelques heures. Pour les journaliers de Chicago, l’attente est spatialisée, stabilisée sous le mode de la liste d’attente et l’auteur souligne les dimensions biopolitique de cet usage managérial du temps (Chauvin, 2009). Il montre ainsi que l’incertitude est le levier du dispositif de rétention et que le contrôle de la mobilité des travailleurs par ces agences s’appuie sur le modèle du stock. L’analyse de Sébastien Chauvin peut être en partie reprise pour les intérimaires français. En partie seulement car la rétention est ici plus diffuse et s’appuie sur les nécessités (économiques) et les aspirations des intérimaires. Nous allons voir que les temporaires sont dispersés pour attendre leur « ticket » qui se matérialise, sur leur téléphone mobile, par une annonce de mission à laquelle ils ne sont pas sûrs d’être affectés. Le « stock » se constitue à partir du texto et la force de travail s’accumule au fil des minutes. Les retardataires sont éconduits (ou placés dans d’autres missions) lorsque le nombre de salariés est atteint. Les nouvelles technologies, plus particulièrement le téléphone mobile, lient les intérimaires à leurs agences et, indirectement, les intérimaires entre eux.

Quand répondre c’est (presque) accepter

  • 12 Jérôme (26 ans) déclare : « J’y vais tous les jours, ils me disent qu’ils m’appelleront s’il y a un (...)

12Les travailleurs temporaires ont plusieurs possibilités pour accéder à un emploi. Généralement, ils se rendent physiquement dans leur(s) agence(s) afin de s’enquérir des missions potentielles12. Les intérimaires peuvent également téléphoner à l’entreprise de travail temporaire pour éviter de se déplacer. Plus rarement, certains consultent les offres sur Internet : sur les sites des agences ne figurent que quelques annonces pour des postes nécessitant des qualifications précises et ciblées qui ne concernent pas la grande majorité des intérimaires. Enfin, les travailleurs temporaires ont la possibilité d’attendre un appel téléphonique et de répondre aux messages qu’ils reçoivent sur leurs téléphones portables signalant une offre d’emploi.

13Pour l’entreprise de travail temporaire, le téléphone mobile est devenu un appui logistique afin de mobiliser rapidement une main d’œuvre dispersée. Cet usage du téléphone fait partie des processus pratiques qui visent une utilisation « maximale » de ce que le management moderne nomme les « ressources humaines ». La souplesse organisationnelle exigée par ce mode de production s’exprime pour l’intérimaire par une convocation soudaine et une injonction rigide : celle de répondre au plus vite à l’annonce pour avoir la « chance » de travailler. En effet, pour s’ajuster aux demandes des entreprises utilisatrices, les salariés de l’agence appellent directement les intérimaires pour les affecter sur les contrats du moment. L’appel est généralement masqué. Après s’être présenté, l’employé(e) de l’agence s’assure que l’intérimaire contacté n’est pas déjà en mission. Puis il lui propose un contrat et demande ainsi à l’interlocuteur de donner rapidement sa réponse. Les agences exigent une réaction quasi-immédiate des intérimaires qui doivent les informer de leur intérêt et de leur disponibilité vis-à-vis de cette offre d’emploi.

14Pour le travailleur temporaire, se déclarer disponible au moment de l’appel revient généralement à accepter une mission avant même de connaître son contenu et sa durée. Ce qui fait courir le risque de devoir effectuer un travail peu valorisant et court, donc mal payé. A contrario, refuser d’emblée contient l’écueil de passer à côté d’une « bonne mission », c’est-à-dire la possibilité d’accéder à un emploi qui dure et qui peut ouvrir sur une formation, voire une embauche. Florent (intérimaire de 28 ans) décrit, non sans ironie, cet instant :

Lorsque l’agence t’appelle pour savoir si t’es libre. [Il s’interrompt pour mimer une goutte de sueur sur son front et reprends timidement] Tu réponds « oui ». Et là, c’est pour un déchargement de camion de 4 heures. Alors t’es dégouté mais c’est trop tard. Tu ne peux plus dire : « Non, finalement j’ai des trucs à faire ». [Rires] À chaque fois, c’est le suspense. Alors je ne réponds plus et j’attends le message, mais ils te disent une fois sur dix ce qu’ils te réservent. Ils ne comprennent pas si tu refuses, tu devrais les remercier de t’avoir trouvé une mission de merde où tu vas être payé 4 heures. Tu passes pour un ingrat. Une fois il y en a même un qui m’a dit que si je ne voulais pas travailler, il y avait beaucoup d’autres gens qui voudraient ma place. C’était pour décharger des palettes une matinée… C’était seulement la deuxième fois que je refusais. »

15Matthieu (26 ans) tient un discours similaire et précise que lorsqu’on est intérimaire :

« Il faut être dispo et pas refuser. Ce qui les embête quand tu refuses c’est qu’ils doivent passer un autre coup de fil. Je pense qu’ils t’en veulent parce que ça les embête eux. Ça leur donne plus de travail. Sinon, ils ont du monde, tu ne les bloques pas vraiment. » 

16Florent et Matthieu, après plusieurs années en intérim, ont intégré le fait que les agences disposent d’un stock de travailleurs potentiels. Dans ce contexte, ils savent que refuser une mission ne constitue qu’une perte de temps pour le commercial de l’agence et une tâche supplémentaire. Tous redoutent d’être moins sollicités au « profit » d’autres intérimaires. Les travailleurs temporaires intègrent assez rapidement l’urgence caractéristique de ce mode d’embauche de la main d’œuvre. L’exigence de réactivité trouve son expression la plus nette dans l’envoi collectif de SMS.

Une technologie au service du flux tendu

17Le « contacteur téléphonique », appelé également « hyperphone », est un logiciel qui permet d’envoyer des messages à plusieurs personnes simultanément. Il évite ainsi aux responsables du recrutement de joindre individuellement plusieurs intérimaires. Cet outil de télécommunication est supposé cibler, à l’aide de filtres, les destinataires du message et ne s’adresser qu’aux intérimaires disponibles et concernés par l’annonce. Le logiciel permet de vérifier quels temporaires ont reçu le message, quels intérimaires sont injoignables et ainsi de poursuivre automatiquement l’envoi des annonces.

18La brochure d’« Oxone Technologies13 », qui fournit ce type de logiciel, explique que les atouts du « contacteur » répondent directement aux contraintes de réactivité qui caractérisent le recrutement intérimaire. Un exemple est d’ailleurs directement destiné aux entreprises de travail temporaire.

  • 14 Ibid.

Booster la performance des organisations
Le Contacteur Hyperphone concerne toute organisation soucieuse d’améliorer ses processus de travail, d’accroître la fiabilité et la réactivité de ses contacts clients, d’augmenter sa productivité, de disposer d’une forte traçabilité du flux de communication et de valoriser son image par la qualité du service.
Voici quelques exemples types
Recrutement - Suite à la demande urgente d’un client, une agence d’intérim doit contacter très rapidement des profils qualifiés issus de sa base de données, par un message dirigeant les intérimaires intéressés vers l’agence, et les autres vers une saisie d’informations réintégrée dans la base client.14

  • 15 On peut noter que l’urgence favorise le recours aux SMS collectif plutôt qu’aux appels individuels.

19La terminologie utilisée ici, issue du champ lexical du management et de la production en « juste à temps », est particulièrement significative. Ce que cet outil logistique propose est un gain de temps pour les agences qui peuvent très rapidement convoquer le nombre d’intérimaires requis par l’entreprise cliente. En effet, l’entreprise utilisatrice fera appel à l’agence, le plus souvent au dernier moment, pour se fournir en main d’œuvre afin d’effectuer une commande urgente15. Ces entreprises fonctionnent globalement sur le modèle du flux tendu. Le sociologue Jean-Pierre Durand (2004, 83) écrit à ce sujet que : « À la différence du flux traditionnel fordien, le flux tendu réclame, justement pour être tendu, l’utilisation des technologies de l’information et de la communication (TIC) qui peuvent traiter rapidement de grandes quantités d’informations. » L’auteur souligne que ces technologies peuvent coordonner immédiatement et à distance les ressources que mobilisent plusieurs activités concomitantes. Ces technologies favorisent la tension du flux : « il y a un rapport étroit entre économie du temps (ce qui caractérise le capitalisme) et utilisation des TIC » (Durand, 2004). Ainsi, les travailleurs « périphériques » sont dirigés par les agences vers les entreprises qui connaissent des « accroissements temporaires d’activité ». Les déplacements de travailleurs disponibles vers les lieux de production sont ajustés par l’entreprise de travail temporaire. C’est d’ailleurs sa fonction principale : fournir rapidement une main d’œuvre temporaire.

20Ces offres d’emplois proposées collectivement apparaissent soudainement sur les téléphones portables des intérimaires. Un message succinct les prévient qu’une offre d’emploi est disponible et qu’ils doivent rapidement rappeler leur agence pour pouvoir y postuler. Quelques mots précisent la nature du travail à effectuer et, plus rarement, la durée du contrat. Généralement, il s’agit d’une mission courte (de quatre heures à une semaine) qui débutera quelques heures plus tard. Sur un corpus de 30 messages, voici le texto type :

Urgent. Adecco recherche manutentionnaires + manœuvres pour mission à partir de demain sur [nom de la ville]. Rappeler le n° …

21Les travailleurs temporaires les plus prompts à répondre à l’annonce seront conviés à passer à l’agence pour récupérer leur feuille d’heures, l’adresse et les horaires de leur futur lieu de travail. Ces intérimaires obtiendront alors, parfois, quelques précisions supplémentaires sur les tâches qu’ils auront à effectuer.

« Des missions galères pour les galériens »

22La plupart des intérimaires rencontrés déclarent « se méfier » des missions proposées par SMS. Ces emplois consistent généralement en des travaux de courte durée et peu qualifiés. Après avoir répondu plusieurs fois à ce type d’annonce, la plupart d’entre eux préfèrent désormais ignorer ces messages autant que possible. Mes interlocuteurs ont régulièrement affirmé que les missions proposées par SMS sont les plus ingrates, qu’ils se sont « fait avoir plusieurs fois » (Sébastien, 23 ans) et qu’ils préfèrent laisser ces messages à d’autres, « aux petits jeunes ou aux “raccrocsˮ qui prennent tout ce qui passe » (Laurent, 29 ans). Durant les entretiens, une profusion d’adjectifs dépréciatifs s’agrège aux descriptions de ces missions. Et les discours glissent de la disqualification des emplois à celle des travailleurs qui les acceptent. Les propos de Fouad, 25 ans, sont particulièrement représentatifs des points de vue rencontrés chez une majorité d’intérimaires :

Pour moi, les textos c’est que pour des missions un peu galère. Ils ne disent jamais vraiment ce que c’est sur les textos, mais par expérience je sais que c’est des mauvaises missions. Des trucs au jour le jour, voire des demi-journées. C’est toujours urgent, toujours pour l’après midi ou le lendemain. Ils te font courir pour pas grand-chose. Moi je vois ça comme des missions galère pour les galériens. Ceux qui répondent aux textos, c’est soit les jeunes, soit des gens qui ont vraiment besoin de travailler, pris à la gorge... Ou alors c’est les « rebus », ceux que l’agence n’appelle même plus. Le « clan des rebus », c’est ceux qui sont fichés, qui ont fait une faute durant une mission, qui sont partis, qui ont trop refusé de trucs et qui maintenant se retrouvent coincés. Tu fais ce genre de mission par dépit.

23Si Fouad déprécie ces annonces et les temporaires qui tentent d’y répondre, c’est notamment parce qu’elles s’adressent au plus grand nombre. Ces propositions contredisent l’idéal d’un suivi personnalisé qui tiendrait compte des souhaits de « carrière » des intérimaires. Le texto constitue ici la figure emblématique de l’intérim non qualifié, quantitatif et conjoncturel.

  • 16 Le contact personnalisé que les employés de l’agence de travail temporaire s’efforcent d’établir dè (...)

24À l’urgence, constitutive et contraignante, de ce mode de recrutement s’associe l’anonymat. Pour nombre d’intérimaires ces messages sont mal perçus parce qu’ils s’éloignent de leurs attentes et de leurs aspirations personnelles16. Matthieu (26 ans) a été témoin de l’apparition des SMS dans la fourniture de main d’œuvre, après plus de 7 ans d’intérim, il déclare : « d’habitude t’es un nom, où plutôt un prénom. Moi je pense que c’est souvent hypocrite mais il y a quelque chose, un contact humain. Là t’es vraiment un numéro. Un numéro de téléphone ! » Bien que ces messages s’immiscent dans les téléphones personnels des intérimaires, ils s’adressent au plus grand nombre. Ces « textos » collectifs révèlent le caractère impersonnel de ce nouveau moyen de recrutement. Nous retrouvons cette conception dans le discours de deux intérimaires employés sur un chantier d’agrandissement d’un grand magasin de sport :

Durant la pause, Slah (20 ans), expliqua qu’il avait « atterri » dans cette mission en répondant à un de ces messages : « avant je répondais à tous les textos, de suite, où que je sois. Mais c’est pas payant. C’est pour des missions vite fait. Maintenant j’essaie de trouver des missions plus longues, un peu suivies. J’essaie de m’intégrer pour qu’ils me rappellent eux. Enfin… que l’entreprise donne mon nom à Adecco s’ils ont besoin d’un intérimaire. » Dimitri (23 ans), dans une situation analogue, lui répondit : « moi pareil, en plus ça me saoule d’avoir toujours mon portable sur moi. Une fois j’ai rappelé 10 minutes après et ils m’ont dit que c’était trop tard. Qu’ils avaient assez de monde. » Slah rétorqua aussitôt : « t’as pas dégainé assez vite ! » [En prenant une posture de duel au pistolet et amenant rapidement son téléphone à l’oreille].

25Le constat qui émane du dialogue de ces deux intérimaires est qu’il ne suffit pas de répondre à un texto pour accéder à des missions durables. Bien qu’ils aient obtenu ce contrat par l’intermédiaire d’un de ces messages, ces intérimaires soulignent le fait qu’il est nécessaire de se « démarquer » pour que leur embauche temporaire soit prolongée. Ils devront composer avec les « permanents » afin de négocier leur place au sein des unités de production (Rosini, 2009). Slah et Dimitri expliquent notamment qu’il est plus efficace de s’adresser directement aux salariés permanents plutôt qu’à l’agence pour estimer la durée de leurs missions. Les temporaires court-circuitent ainsi l’anonymat de l’envoi collectif de SMS. En étant contactés personnellement par les salariés de l’entreprise utilisatrice, ils évitent une partie du processus de sélection par l’urgence. L’image du duel qu’utilise Slah est également significative du rapport à l’emploi que ce mode d’embauche produit : le téléphone est alors considéré comme une arme qu’on doit dégainer avant les autres. La coexistence d’une multitude d’intérimaires et d’un nombre limité de postes prend la forme de l’affrontement. La confrontation virtuelle correspond à la concurrence réelle dans laquelle sont placés les intérimaires prêts à travailler. Les images que les temporaires utilisent pour décrire la situation reflètent généralement son aspect coercitif et concurrentiel. Pour Florent (28 ans) « c’est comme si t’avais un bracelet de prisonnier, ça sonne et tu dois rappeler pour dire ce que tu fais » ; pour Matthieu (26 ans) « t’as un fil à la patte », attaché comme les autres à l’agence.

Rapport à l’objet, rapport à l’emploi

26Les postures vis-à-vis du téléphone portable et l’usage principalement fonctionnel que les individus en font dépendent étroitement du rapport qu’ils entretiennent avec leur condition d’intérimaire. Par exemple, Thibaut (19 ans) en mission au moment de l’entretien déclare : « maintenant quand j’ai un message d’Adecco je l’efface de suite ». Ce jeune intérimaire ne souhaite pas être embauché par une entreprise utilisatrice et perçoit le travail temporaire comme un moyen de le « dépanner ». En mission pour une autre agence, il ne répond plus aux sollicitations envoyées par l’enseigne concurrente. Il considère que son passage par l’intérim n’est que transitoire et ne se soucie guère des conséquences de son silence. Nous retrouvons parfois ce type de réaction chez des intérimaires dans d’autres situations. Certains décident de ne pas répondre aux appels masqués, utilisant leur répondeur comme filtre. Ou, au contraire ne se séparent jamais de leur téléphone mobile, même lorsqu’ils sont déjà en mission, afin d’éviter de « rater » une opportunité. Comme Olivier (42 ans) : « Il n’y a rien en ce moment, j’ai toujours mon portable pas loin au cas où. Sur moi, sur mon lavabo quand je prends une douche, voilà, tout le temps quoi. » Ici, l’appareil téléphonique est toujours allumé, branché, à proximité du travailleur en quête d’emploi. Les journées se déroulent généralement dans l’attente d’un appel ou d’un message de l’agence. Et, bien que les intérimaires aient, comme nous l’avons vu, un avis plutôt négatif vis-à-vis de ces missions proposées par SMS, elles restent une alternative pour échapper à l’inactivité salariée lors des « périodes creuses ». Ainsi, un intérimaire (28 ans) me dira entre deux missions :

Attendre une mission c’est galère… Du coup, même lorsque t’attends pas trop, que t’as pas trop besoin de travailler et qu’ils t’appellent à l’improviste tu ne refuses pas. Parce que même s’ils t’appellent au dernier moment, que tu dois y aller de suite, même si t’as pas envie ou que tu fais autre chose c’est dur de refuser. Même si t’avais décidé de décrocher un peu. Parce que si tu refuses, t’es catalogué et tu risques d’attendre longtemps avant qu’ils rappellent. Ces périodes là, tu te déplaces, puis tu rentres chez toi parce qu’ils n’ont rien à te proposer, alors les journées sont longues, c’est pour ça que je signe dès que je peux.

27Pour beaucoup, cette insécurité temporelle se fera plus pesante au fil des années, comme le précise Ronan (26 ans) :

Ça développe en nous, enfin, pour moi, un besoin de sécurité. Ça donne envie d’avoir un boulot posé. Parce que voilà tu fais une semaine d’intérim et le vendredi à 16h on te dit qu’on n’a plus besoin de toi. Alors à 16h tu appelles Manpower pour savoir s’il y a du boulot, forcément il n’y a rien… Alors voilà. Dès qu’il y a un truc, tu le prends.

  • 17 Contrairement aux idées largement répandues sur le travail temporaire, les intérimaires doivent gén (...)

28Si les intérimaires acceptent ces emplois, c’est pour éviter que le « temps mort » de l’entre deux missions ne dure trop17. L’efficacité du dispositif ne se limite pas au moment où il est utilisé car l’absence d’appels ou de messages est d’autant plus préoccupante pour l’intérimaire qui souhaite travailler. Le manque de sollicitations suffit à produire et à organiser des conduites attendues par les entreprises de travail temporaire (appeler l’agence, y passer, tout faire pour poursuivre la mission du moment, répondre coûte que coûte aux appels masqués, etc.). Ici, c’est aux travailleurs de s’adapter au temps de l’agence, elle-même soumise aux rythmes des accroissements et des baisses d’activités de ses entreprises clientes. De l’attente d’une mission à la multiplication des offres d’emploi, les travailleurs temporaires « non-qualifiés » n’ont souvent que peu de prises sur leur emploi du temps. Ainsi, les sujets sont pris dans les « conditionnements rythmiques » qu’impulse une organisation sociale comme a pu le souligner André Leroi-Gourhan(1964, 98-105). Il incombe aux intérimaires d’être disponibles à l’imprévu d’une proposition, d’être prêts à la saisir à tout moment s’ils souhaitent travailler, c’est-à-dire de « savoir attendre ». « Prérogative de tout pouvoir » (Barthes, 1977, 48), l’attente place le subordonné dans une position d’incertitude quant à la durée et l’issue de l’expectative. Phénomène à la charnière de l’intime et du social (Mauss, 2004, 306-308), elle mobilise et préoccupe les intérimaires en recherche d’emploi. La tension qu’implique l’attente, dans laquelle est en jeu un avenir plus ou moins proche mais encore indéterminé, dépend de l’investissement et des aspirations de chacun (Bourdieu, 2003, 328-332). Toujours est-il que le travail temporaire impose à l’activité salariée un tempo irrégulier, des délais et des ruptures. L’attente et l’incertitude (caractéristiques de la subordination hiérarchique et contractuelle des intérimaires) participent ainsi aux processus de subjectivation et d’identification que cette forme d’emploi suscite.

Conclusion

29Les intérimaires constituent désormais une variable d’ajustement pour faire face aux aléas de la production. La contrainte temporelle, dans un premier temps déléguée aux agences, est reportée sur les travailleurs. Sans le modifier substantiellement, les TICs, avec l’usage du « contacteur » par exemple, sont venus soutenir un mode d’organisation qui s’appuie sur la disponibilité des ouvriers. Nous avons vu que cet outil permet aux salariés de l’agence de « gagner » du temps : un message envoyé collectivement évite de nombreux coups de fils, parfois infructueux, permet de filtrer les refus et d’obtenir uniquement des travailleurs mobilisés et « motivés ». Les réponses individuelles, envoyées dans l’urgence, contribuent à régler les déplacements de la force de travail. Le « texto » s’inscrit alors parmi d’autres éléments techniques et organisationnels qui conduisent à la mobilisation individuelle et subjective des individus ainsi convoqués. L’imprévisibilité et l’irrégularité des offres d’emplois renforcent l’efficacité de cet appui logistique.

  • 18 Toute activité de travail s’appuie sur des moyens matériels qui impliquent « la mise en œuvre d’un (...)
  • 19 Cette conception du travail est soutenue par le discours publicitaire qui environne l’intérim : il (...)
  • 20 C’est ce qui fait de l’intérim un « commerce si particulier », comme le précise Nicolas Jounin, cel (...)

30Une telle « discipline de l’attente » (Bayard, 2004, 402-404) trouve ses appuis dans des éléments matériels qui organisent les conduites et modèlent les représentations18 des travailleurs. Aussi, nous pouvons dire à la suite de Jean-Pierre Warnier que « des choses matérielles très concrètes […] s’inscrivent dans des processus de subjectivation qui, à tout le moins, constituent le socle des rapports politiques » (Warnier, 2004, 6). En effet, ce moyen technologique légitime une vision concurrentielle du travail et régule les pratiques en imposant aux travailleurs disponibilité et réactivité. Ce dispositif managérial met en tension les intérimaires qui deviennent ainsi des « candidats à l’embauche temporaire » pris, avec d’autres intérimaires, dans un processus de sélection par l’urgence. Pour les intérimaires il s’agit d’acquérir un emploi, voire de le consommer, lorsqu’ils effectuent un choix entre les différentes missions suggérées19. Il peut arriver, par exemple, que certains temporaires quittent volontairement leur mission en cours lorsqu’ils reçoivent l’annonce d’une enseigne concurrente20. Dans ce mode de fonctionnement l’emploi peut être considéré comme un bien qu’il faut s’approprier avant les autres. Les conduites qui se diffusent à travers ces technologies sont chargées d’un contenu symbolique et « moral ». Ces travailleurs qui se constituent en « consommateurs d’emploi » se retrouvent en concurrence avec d’autres temporaires dans une situation similaire. En pensant avoir l’initiative de répondre rapidement, de choisir les missions qu’on leur propose, ils se subjectivent comme « intérimaires » isolés, tout en étant liés au collectif par le mode de la rivalité. L’usage du portable contribue à modeler un espace virtuel au sein duquel le travailleur doit vendre personnellement ses « compétences », accomplir sa mission à la manière d’un mercenaire. Mercenaire improbable car le plus souvent ces mécanismes produisent des travailleurs dociles, soumis à l’aléatoire et à l’incertain.

Haut de page

Bibliographie

Akrich Madeleine (1987), « Comment décrire les objets techniques ? », Techniques et Culture, n° 9, 49-64.

Barthes Roland (1977), Fragments d’un discours amoureux, Paris, Seuil.

Bayart Jean-François (2004), Le Gouvernement du monde, Paris, Fayard.

Bourdieu Pierre (2003), Méditations pascaliennes, Paris, Seuil.

Chauvin Sébastien (2009), « Tester, réformer et punir : fonctions et usages du temps dans les agences de travail journalier à Chicago », in Appay Béatrice (dir.), Restructurations productives, précarisation, valeurs, Paris, Octarès, 103-116.

Chauvin Sébastien (2010), Les Agences de la précarité. Journaliers à Chicago, Paris, Seuil.

Cresswell Robert (1991), « Technologie » in Bonte Pierre & Michel Izard (dir.), Dictionnaire de l’ethnologie et de l’anthropologie, Paris, PUF, 699-701. 

Durand Jean-Pierre (2004), La Chaîne invisible. Travailler aujourd’hui : flux tendus et servitude volontaire, Paris, Seuil.

Faure-Guichard Catherine (2000), L’Emploi intérimaire, trajectoires et identités, Rennes, Presses Universitaires de Rennes.

Faure-Guichard Catherine & Pierre Fournier (2001), « L’intérim, creuset d’une main d’œuvre permanente ? », Genèses, n° 42, 26-46.

Foucault Michel (1975), Surveiller et punir, Paris, Gallimard.

Glaymann Dominique (2005), La Vie en intérim, Paris, Fayard.

Godelier Maurice (1984), L’Idéel et le matériel, Paris, Fayard.

Hughes Everett (1996), Le Regard sociologique, Paris, EHESS.

Jeanjean Agnès (2009), « Corps en chantier », in Julien Marie-Pierre & Céline Rosselin (dir.), Le Sujet contre les objets… tout contre, Paris, Éditions du CTHS, 193-220.

Jounin Nicolas (2008), Chantier interdit au public, enquête parmi les travailleurs du bâtiment, Paris, La Découverte.

Julien Marie-Pierre & Céline Rosselin (dir.) (2009), Le Sujet contre les objets… tout contre, Paris, Éditions du CTHS.

Lemonnier Pierre (1983), « À propos de Bertrand Gille : la notion de « système technique », L’Homme, XXIII (2), 109-115.

Leroi-Gourhan André (1964), Le Geste et la parole II. La mémoire et les rythmes, Paris, Albin Michel.

Martinez Daniel (2003), Carnets d’un intérimaire, Marseille, Agone.

Mauss Marcel (2004 [1924]), « Rapports réels et pratiques de la psychologie et de la sociologie », in MAUSS Marcel, Sociologie et Anthropologie, Paris, PUF (« Quadrige »), 281-310.

Pialoux Michel (1979), « Jeunesse sans avenir et travail intérimaire », Actes de la recherche en sciences sociales, n° 26-27, 19-47.

Pillon Thierry (2007), « Les intérimaires et le temps », in Vatin François (dir.), Le salariat. Théories, histoires et formes, Paris, La Dispute, 279-297.

Rosini Philippe (2009), « La place de l’intérimaire », iIn Causer Jean-Yves, Jean-Pierre Durand & William Gasparini (coord.), Identités et identifications au travail. Catégories d’analyse, enquêtes et controverses, Toulouse, Octarès, 311-319.

Warnier Jean-Pierre (2004), « Introduction. Pour une praxéologie de la subjectivation politique », in Bayart Jean-François & Jean-Pierre Warnier (dir.), Matière à politique. Le pouvoir, les corps, les choses, Paris, Karthala, 7-31.

Haut de page

Notes

1 Ces agences, définies par l’article L 124-1 du Code du Travail, ont pour activité « de mettre à disposition provisoire d’utilisateurs, des salariés ».

2 Principalement comme manutentionnaire ou manœuvre, mais aussi comme agent de nettoyage ou de production, aide préparateur, magasinier-stockiste, livreur, etc. J’ai été employé pendant 18 mois dans une PME de profilés en aluminium, 5 mois dans une usine de parfums. J’ai effectué diverses missions de plusieurs semaines (chantier d’agrandissement, PME d’arômes alimentaires, livraison de catalogues, plonge dans un village vacance, etc.). Enfin, j’ai réalisé de nombreux contrats qui n’auront duré que quelques jours (décharger des matériaux, vider le matériel d’une usine qui délocalise, changer les canalisations d’eaux usées d’un hôpital, nettoyages divers, etc.)

3 Cette contribution s’inscrit dans le cadre d’une thèse de doctorat en ethnologie, réalisée sous la direction d’Agnès Jeanjean, mais aussi dans une réflexion impulsée par une recherche de l’ANR : « Communication et multi-activité au travail ».

4 Je rappelle ici que les intérimaires dont il est question dans cet article ne disposent pas de qualifications recherchées. À bien des égards, mes interlocuteurs sont statistiquement « représentatifs » des intérimaires français ; comme le souligne Dominique Glaymann (2005, 132) : « l’intérimaire type est un homme peu qualifié de 25-30 ans travaillant dans l’industrie ».

5 Cependant, certains travailleurs ne disposent pas d’un téléphone personnel. Ce qui, selon ces intérimaires, constitue un « handicap » (Karim, 19 ans) sur le marché de l’intérim et les oblige à rester à leur domicile et à passer très régulièrement à l’agence. D’autres possèdent un téléphone mobile mais n’ont pas toujours les ressources économiques pour passer des appels ou écouter leur messagerie.

6 La notion de « système technique », impulsée par B. Gille, se révèle également heuristique pour étudier les liens qu’entretiennent les techniques avec les autres systèmes constitutifs d’une société. Pour un aperçu de cette notion, voir l’article de Pierre Lemonnier (1983, 109-115).

7 Je renvoie évidemment aux travaux de Michel Foucault sur ce point (1975, 175-183).

8 Il ne s’agit pas pour autant d’occulter les « prédispositions » des intérimaires, liées à leurs usages de cette forme d’emploi, mais de prêter attention aux effets des dispositifs techniques.

9 Sur cette question, élargie aux lieux des missions dans le BTP, voir Jounin (2008).

10 Sur ces expériences décrites par un intérimaire, voir le témoignage de Daniel Martinez (2003).

11 Terme régulièrement utilisé par les salariés de l’agence.

12 Jérôme (26 ans) déclare : « J’y vais tous les jours, ils me disent qu’ils m’appelleront s’il y a un truc mais j’y vais quand même. J’ai toujours fait ça, c’est mieux que d’appeler ».

13 En ligne : http://www.contacteur.com/v2/dossier/pdf/ContacteurHyperphone.pdf

14 Ibid.

15 On peut noter que l’urgence favorise le recours aux SMS collectif plutôt qu’aux appels individuels.

16 Le contact personnalisé que les employés de l’agence de travail temporaire s’efforcent d’établir dès l’inscription de chaque intérimaire (questions sur les objectifs, les préférences, usage systématique du prénom, etc.) entre en contradiction avec ces embauches groupées et assistées par un logiciel. Pour la plupart des temporaires, les commerciaux d’intérim sont censés être au fait de leurs souhaits et de leurs ambitions maintes fois répétés.

17 Contrairement aux idées largement répandues sur le travail temporaire, les intérimaires doivent généralement « faire avec » ce temps heurté qu’ils cherchent le plus souvent à stabiliser (Glaymann, 2005, 226 ; Pillon, 2007, 296-297). Les travailleurs temporaires qui subissent ces rythmes et ces temporalités pendant plusieurs années expriment leurs difficultés à se projeter dans un avenir si peu lisible, dans un présent où ils ont le sentiment de stagner.

18 Toute activité de travail s’appuie sur des moyens matériels qui impliquent « la mise en œuvre d’un ensemble complexe de représentations, d’idées, d’idéalités : représentations du but, des étapes et des effets des activités » (Godelier, 1984, 175). Ces représentations viennent légitimer les valeurs accordées aux diverses activités (ibid., 181) mais participent également à l’incorporation des positions sociales (Jeanjean, 2009, 195).

19 Cette conception du travail est soutenue par le discours publicitaire qui environne l’intérim : il s’agit pour le temporaire d’obtenir un « billet pour l’emploi » (Manpower) choisi dans un « Jobstore » (Adia), pour enfin trouver une place dans le mouvement économique globalisé (« Making successfull people in a changing world », Adecco).

20 C’est ce qui fait de l’intérim un « commerce si particulier », comme le précise Nicolas Jounin, celui de la location d’une main d’œuvre prise entre liberté théorique et nécessité économique (Jounin, 2008, 116-118).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Philippe Rosini, « L’appel du travail. Technologies et mobilisation subjective d’intérimaires « non-qualifiés » », La nouvelle revue du travail [En ligne], 1 | 2012, mis en ligne le 10 décembre 2012, consulté le 22 mai 2017. URL : http://nrt.revues.org/228 ; DOI : 10.4000/nrt.228

Haut de page

Auteur

Philippe Rosini

IDEMEC (UMR 7307, CNRS), Aix-Marseille I

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo La NRT est soutenue financièrement par
  • Logo CNRS INSHS
  • Logo Centre Pierre Naville - Université d'Evry
  • Logo Laboratoire Printemps (professions, institutions et temporalités)
  • Logo Centre Emile Durkheim
  • Logo Laboratoire lorrain de sciences sociales - Université de Lorraine
  • Logo IRISSO - Dauphine université Paris
  • Logo Multidisciplinaria de Estudios sobre el Trabajo (UMEST) - Universidad Autónoma de Querétaro
  • Logo La NRT est aussi reconnue et soutenue par
  • Logo HCERS
  • Logo Fondation Maison des sciences de l'homme
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org