Navigation – Plan du site
Matériaux

Pionnière, à son insu

Guylaine, 55 ans, factrice
Trailblazer without a cause. Guylaine, 55 years old, postwoman
Pionera a su pesar : Guylaine, 55 años, ocupación cartera
Paul Bouffartigue

Résumés

Ce matériau présente de larges extraits d'un entretien réalisé au printemps 2004 auprès d'une factrice âgée de cinquante-cinq ans, recrutée à la Poste en 1982. Il s'agit d'une pionnière de la féminisation du métier de facteur, puisque le concours n'a été ouvert aux femmes qu'en 1975. Pourtant elle ne se vit guère comme telle. Aujourd'hui les factrices sont presque aussi nombreuses que facteurs. L'entretien avec Guyslaine permet de comprendre comment ce processus de féminisation a pu s'opérer sans que la discrimination de sexe y soit très visible.

Haut de page

Texte intégral

Présentation

  • 1 Selon nos exploitations secondaires de l’enquête SUMER 2010.
  • 2 Avec peu de temps partiel féminin, de faibles inégalités de salaire et de carrière entre les sexes, (...)

1L’entretien dont de larges extraits sont ici présentés a été réalisé au printemps 2014, dans le cadre d’une recherche sur les liens entre genre et santé au travail chez les facteurs (Bouffartigue & Bouteiller, 2015). On sait que la construction sexuée de la santé au travail est fort peu dissociable de la construction sexuée des professions, la plupart des métiers employés ou ouvriers étant demeurés très genrés. Or, facteur est l’un des très rares métiers exercés par les classes populaires – et le seul parmi eux qui compte des effectifs aussi nombreux, près de 100 000 – où les deux sexes sont à parts quasiment égales. Certes, une approche ergonomique fine montrerait que les femmes et les hommes s’approprient de manière différenciée, dans leur activité concrète, les tâches qui leur sont prescrites de manière, a priori, peu ou pas différenciée. Mais le regard sociologique est rapidement orienté dans une autre voie : comment rendre compte du fait que les factrices semblent souffrir plutôt moins au travail que leurs collègues masculins1 ? De plus, ce phénomène semble se manifester aussi chez celles qui, en fin de carrière, sont pourtant « objectivement » plus usées physiquement que les hommes. Une de nos pistes d’interprétations est que l’accès à ce métier initialement masculin, s’est rapidement féminisé sans que la discrimination de sexe y soit très visible (subjectivement) ni très manifeste (objectivement)2, et ce d’autant plus qu’il a souvent pris sens comme moment dans une trajectoire d’émancipation féminine.

Entrer dans un métier masculin : interroger l’invisibilisation

2Aujourd’hui, près d’un facteur sur deux est une factrice. Or ce n’est qu’en 1975 que le concours d’accès à ce métier a été ouvert aux femmes. Auparavant elles ne l’exerçaient que marginalement, en tant qu’« auxiliaires ». La féminisation du groupe professionnel s’est opérée de manière à la fois objectivement peu discriminante, et de manière silencieuse. La mixité de la figure du facteur, si elle n’a pas encore remis en question le genre masculin de son appellation commune, semble s’être banalisée, comme si elle allait de soi. Si ce constat n’est guère surprenant s’agissant des plus jeunes générations, qui ont débuté dans ce métier déjà féminisé, il l’est davantage de la part des plus anciennes, qu’il s’agisse des femmes ou des hommes. Or notre enquête met en évidence la force des logiques d’invisibilisation du processus de la féminisation du métier, lequel, pourtant, n’a pas pu se produire sans composer avec les inégalités de genre ni pratiques sexistes. En particulier, les plus âgées des factrices encore en activité professionnelles, lorsqu’elles ont été recrutées à la fin des années 1970 ou au début des années 1980, et font donc partie des cohortes pionnières dans ce processus, tendent à euphémiser les difficultés qu’elles ont pu connaître.

  • 3 Marie Cartier fait état d’ « interactions de genre oscillant entre marques de mépris, solidarité et (...)
  • 4 Cet aspect n’est pas mentionné par Guylaine, qui n’a pas d’enfant. Évidemment disposer de son après (...)

3Or tout laisse à penser que cette entrée dans le métier de facteur ne s’est pas faite si harmonieusement3. Comment donc interpréter cette naturalisation/invisibilisation du phénomène, d’abord chez les factrices ? On peut penser, en premier lieu, que cette intégration des femmes dans le métier de facteur a été moins problématique que dans d’autres, comme ouvrier ou policier, dans lesquels la masculinité peut s’appuyer de manière plus forte sur des attributs associés au corps, à la violence, et à l’autorité. C’est certes un métier pénible physiquement, mais cette pénibilité y est traditionnellement moindre ou moins bien reconnue – même si le droit de partir en retraite à 55 ans en était une forme de reconnaissance –, alors que la dimension relationnelle – importance de la qualité du contact avec le public, qualité perçue comme plutôt féminine s’il en est – l’est davantage. Ajoutons que disposer de temps libre l’après-midi fait – ou faisait – partie de l’attractivité de cet emploi, en particulier pour les mères de famille4. Et que pour les femmes peu diplômées des classes populaires cet emploi se situe vers le haut de l’espace des possibles professionnels.

  • 5 Voir aussi Kergoat (1988) et Fortino (2002)

4Il semble qu’il faille surtout prendre en compte les diverses stratégies d’adaptation que les femmes développent quand elles pénètrent dans un milieu professionnel masculin (Cromer & Lemaire, 2007). Les factrices reprennent souvent la représentation classiquement dépréciative des milieux professionnels féminisés, selon laquelle les femmes entre elles seraient « jalouses », « cancanières », « non solidaires »5 : certaines évoquent de façon flatteuse des hommes qui seraient francs et solidaires — « Ils ont une bonne entente… C’est plus franc. Moins de jalousie. Beaucoup plus chaleureux » —, alors que les femmes seraient, dans les usines de femmes par exemple, jalouses, s’espionnant sans cesse, se crêpant le chignon » (idem, p. 7).

  • 6 C’est ce type de stratégie, interprétant les conduites masculines comme une sorte de bizutage profe (...)

5Plus fondamentalement, et toujours selon cette étude qui peut donner une idée sur ce qui s’est passé chez les facteurs, l’arrivée des femmes déstabilise le groupe professionnel masculin et y active des pratiques virilistes qui fonctionnent alors comme mode de défense. Les femmes y répliquent selon trois types de stratégies afin de s’intégrer en faisant face aux comportements masculins. La première est de « réinterpréter pour s’adapter », en minimisant ces comportements, de manière à se faire accepter, à tenir dans le métier et à pouvoir l’apprendre. C’est ce type de stratégie dont nous avons trouvé les traces les plus nombreuses dans nos entretiens6. La seconde consiste à « repousser en douceur » les plaisanteries et avances sexuelles, ce qui passe par prendre en compte la bicatégorisation masculine des femmes entre les « aguicheuses » et les trop prudes refusant l’intégration au groupe. Il faut alors « savoir mettre les barrières », mais pas « trop brutales », sinon « elles risquent d’être taxées de pruderie ou d’être considérées comme des collègues refusant l’intégration. » (idem, p. 13) Il s’agit de « trouver sa place possible en tant que femme — une place qui permette à la fois d’être acceptée, tolérée par les hommes et ne pas (trop) subir de dommage identitaire –, stratégie qui va se jouer dans la manipulation des marqueurs de la féminité, dans la façon vestimentaire, maquillage, tous les trucs comme ça » (idem, p. 15). La dernière stratégie vise à résister : quand les conduites sont trop violentes et se traduisent par le refus des hommes de coopérer avec elles, il ne leur reste qu’à « tenir bon » ou à démissionner. Certaines factrices, notamment parmi les pionnières, ont pu renoncer au métier sur un tel mode. Mais par définition nous ne les retrouvons pas dans notre enquête conduite une trentaine d’années plus tard.

Émancipée sans le savoir ?

6Guylaine, 55 ans, entrée à 22 ans à la Poste en 1982, illustre bien le parcours de vie de la génération des femmes pionnières dans le métier de facteur. Père ouvrier agricole, mère au foyer en charge de sept enfants : l’accès à cet emploi public représente à la fois une promotion sociale – ce qu’elle verbalise sans difficulté –, mais aussi une émancipation dans les rapports de sexe – ce qu’elle ne verbalise vraiment qu’en une seule occasion, en évoquant son propre mode de vie conjugal comme très égalitaire, par opposition à celui de ses parents. Même si, quand elle se remémore les difficultés que connaissent les jeunes factrices issues de milieux très modestes et qui se retrouvent à Paris loin de leur famille, et le soutien qu’elle apporte alors à une de ses collègues recourant à l’IVG, elle rend compte d’une solidarité féminine.

  • 7 La relation aux règles qui prescrivent les modes de remise des plis ou objets recommandés ou fait p (...)
  • 8 Dans ce bureau de distribution il vient d’être mis fin, officiellement, à la pratique ancienne du « (...)
  • 9 Chaque unité de distribution voit son organisation – notamment le nombre et la longueur des tournée (...)

7« Globalement satisfaisant, mais plus dur physiquement » : voici comment elle résume l’appréciation de son travail au moment où nous la rencontrons. Elle affiche une conscience professionnelle à toute épreuve. Certes, la charge de travail tend à s’alourdir, avec davantage de « petits colis », des formats de courrier plus importants, et surtout des plis recommandés plus nombreux. Elle partage le point de vue de ses collègues : les chiffres de baisse du courrier lettres – qui légitiment aux yeux du management la suppression de tournées et l’allongement de celles qui restent – ne traduisent pas leur perception liée aux transformations qualitatives du contenu de la « sacoche », ici du caddie. Mais, contrairement à d’autres, elle met un point d’honneur à ne jamais s’éloigner de son caddie pour remettre les plis recommandés, et à ne jamais « aviser » d’office sans avoir vérifié auparavant l’absence du destinataire7. C’est d’ailleurs ce que prévoit l’évaluation du temps prescrit de distribution nous précise-t-elle. Et elle n’hésite pas à terminer sa tournée au-delà de l’horaire officiel : elle tient à respecter son propre rythme, ainsi que la qualité de service aux « usagers » – Guylaine, par ailleurs syndiquée, reste attachée à l’usage de cette dénomination, de même qu’elle fait partie de ceux qui continuent d’évoquer la notion de « service public » – qui impose d’accepter de faire une pause pour bavarder avec eux. La nouvelle règle relative à l’application des « horaires collectifs » voudrait en effet qu’elle signale ses dépassements horaires8. Elle justifie son refus de la respecter à la fois au nom de sa conception du métier dans laquelle l’autonomie personnelle est une valeur centrale, au nom d’une résistance à la menace d’un nouvel allongement des tournées, et au nom d’un certain réalisme : il est vain à ses yeux d’espérer une rémunération d’heures supplémentaires ou une « révision » de sa tournée9.

8Satisfaction, donc, de rendre service aux usagers. Et satisfaction de ne pas « avoir quelqu’un derrière son épaule » pendant la séquence de la tournée. Cette conception du métier et l’importance accordée à l’autonomie personnelle dans son exercice vont de pair avec le refus de « faire du commercial » et avec l’attachement à la solidarité collective au sein de l’équipe : on se concerte pour éviter de laisser une tournée « à découvert », ou pour aider un facteur qui est en retard sur ses opérations de tri. Cette conception va également de pair avec une vision de la santé au travail qui n’est pas sans évoquer celle de nombreux hommes se présentant comme « durs au travail », ne « s’écoutant pas ». En associant ce goût de l’effort à ses origines sociales, Guylaine nous met sur une piste d’interprétation pertinente, le rôle du milieu familial dont elle est issue. Nous en ajouterons une autre : faire partie de ces premières cohortes de femmes arrivées dans le métier de facteur à partir de la seconde moitié des années 1970, et qui ont eu à faire leurs preuves dans ce métier alors très masculin.

  • 10 On mesure ici la rupture introduite dans les modes de socialisation professionnelle, avec la substi (...)

9Pour elle, dès son BEP de comptabilité en poche, à l’âge de 18 ans, compte tenu du faible revenu parental, il est hors de question de poursuivre des études. Après deux à trois ans de chômage, de ménages chez des particuliers, puis d’auxiliariat aux PTT, elle tente le concours de guichetière de la Poste – auquel elle échoue –, et celui de factrice, qu’elle réussit. Elle quitte du jour au lendemain sa région et sa famille et se retrouve les premiers jours seule, noyée dans la masse des postiers : si les nouveaux embauchés se regroupent parfois par région d’origine, ce n’est pas son cas. La Poste joue alors d’autant mieux son rôle intégrateur, à la fois par l’hébergement dans ses foyers et par la vie sociale de bureau10. Nombre de couples de jeunes postiers se forment. Guylaine rencontre son conjoint à cette époque. Il est originaire de la région où ils obtiendront leur mutation trois années plus tard. Elle n’aborde pas spontanément la question de la mixité au travail. Ce dont elle se souvient, c’est du courage de toutes ces jeunes femmes vivant loin de leur famille, notamment de ces jeunes mères célibataires ayant dû se séparer de leur(s) enfant(s) et ne les voyant que les week-ends, au prix de longs voyages en train. Guylaine nous décrit ainsi cette norme sociale genrée, particulièrement prégnante en milieu populaire, qui veut que les femmes restent davantage et plus longtemps captives de leur famille d’origine, ce qui limite leur éloignement géographique. D’ailleurs, elle est un peu surprise par la suggestion de l’enquêteur selon laquelle cet éloignement peut aussi avoir été un « moment d’émancipation des femmes ».

10On peut pourtant parfaitement interpréter son propre parcours dans ces termes. C’est en effet la seule de sa fratrie à s’être éloignée de sa famille d’origine, et ce en deux temps : une première fois par sa nomination à Paris ; une seconde en « suivant » son conjoint qui retourne au pays. Mais ce parcours, objectivement émancipateur, l’est-il sans doute subjectivement de manière plus ambiguë, car accompagné peut-être par une certaine culpabilité.

  • 11 Bien que la région parisienne étant celle où débutent la plupart des jeunes recrutés par concours, (...)

11Spontanément, Guylaine n’évoque donc pas une ambiance sexiste de ce milieu professionnel encore très masculin11. Elle parle d’abord des tensions entre générations, avant de reconnaître, suite aux relances du sociologue, l’existence de pratiques sexistes, mais qu’elle minore par rapport à celles qu’elle a connues peu après à son arrivée dans le Midi.

  • 12 Les débutants commencent par « rouler » sur plusieurs tournées où ils remplacent les facteurs plus (...)
  • 13 « Acheter » une tournée : en devenir titulaire au terme d’une distribution des tournées selon une p (...)

12La carrière professionnelle de Guylaine ne présente ensuite guère de surprise. Après avoir été « rouleuse »12 deux années sur Paris, elle « achète » sa tournée13, puis, une ou deux années plus tard, elle est mutée en même temps que son compagnon dans la ville où nous la rencontrons trente années plus tard. Elle ne passera jamais le permis de conduire, par choix nous dit-elle : « on peut s’en passer dans cette ville ». Cela ne semble pas en tous cas avoir été une des causes du délai un peu supérieur à la moyenne – six ans – qui s’écoule entre son arrivée dans le bureau et l’« achat » d’une tournée vélo dans la vielle ville. Et jamais elle ne se plaint d’avoir au cours de ces quelque six années tantôt « roulé » comme factrice, tantôt été agent de tri. Depuis vingt-cinq ans, elle effectue donc pour l’essentiel la même tournée, même si cette dernière a été sensiblement allongée au terme de la dernière réorganisation, et même si elle se déplace désormais à pied.

13Guylaine fait donc face à l’alourdissement de la charge de travail en s’efforçant de préserver son rythme de travail et la qualité de la relation avec les usagers. Syndiquée de base depuis dix ans seulement, date de la dernière grande grève, elle est moins désenchantée que beaucoup d’autres quant à l’utilité de l’action collective. Elle a de nombreuses autres critiques à faire à son employeur : le salaire trop faible – voilà des années qu’il plafonne à 1 500 euros nets –, le manque de considération. Elles finissent par se traduire par une perte de confiance : « on ne peut plus croire à la Poste ». À 55 ans et à « six ou sept années » de la retraite, elle n’est pas sûre de pouvoir continuer aussi longtemps le métier qu’elle aime, compte tenu de la fréquence excessive des réorganisations et de son propre vieillissement : « un problème physique peut arriver n’importe quand ». Mais elle se voit mal basculer sur un autre poste de travail, que ce soit en passant au guichet, ou en restant à la distribution mais comme agent de cabine ou agent de tri.

  • 14 Un double spectre menace les facteurs : la disparition pure et simple de la distribution du courrie (...)

14Le défi devant lequel se trouve Guylaine ressemble beaucoup à celui de ses collègues masculins du même âge, qui restent, malgré tout, attachés à ce métier : s’il ne va pas disparaître à court terme et donc avant leur départ à la retraite14, il va être difficile de trouver la manière d’y « tenir » encore quelques années, compte tenu à la fois de la dégradation dont il fait l’objet et de l’amenuisement de leurs propres capacités physiques, cognitives et psychiques.

  • 15 Dans la mesure où Guylaine, dont les propos n’évoquent que ponctuellement une attitude féministe, n (...)

15Il faut souligner enfin que Guylaine trouve sans doute également en dehors du travail des sources de satisfaction : une charge de travail domestique allégée par une contribution importante de son mari – elle fait état d’un modèle égalitaire, en opposition explicite à son modèle parental –, et des activités de loisirs multiples : lecture, jardinage, télévision. Au final, son parcours traduit bien un processus d’émancipation féminine15, dont l’intégration dans un métier initialement masculin et qu’elle valorise encore malgré la dégradation dont il fait l’objet, ainsi que sa participation à l’action collective et syndicale, sont des vecteurs essentiels… Même si elle ne nous en propose pas une interprétation en ces termes, on peut supposer que c’est un des processus-clés qui soutient sa puissance d’agir, et par là même la construction de sa santé au travail.

Entretien avec Guylaine (par Paul Bouffartigue)

Contexte et conventions : l’entretien se déroule dans la salle de repos du bureau de distribution, juste après que Guylaine ait terminé sa tournée. Il dure une heure trente. Nous avions déjà eu l’occasion d’échanger quelques mots deux semaines plus tôt, lorsque, parcourant les travées où sont alignés les casiers de tri de chaque tournée, nous cherchions des volontaires pour participer à des entretiens. Les extraits représentent une moitié de l’entretien entièrement transcrit.
Conventions adoptées :
● (…) une phrase, ou une séquence de phrase a été gommée ;
● […] plusieurs phrases, éventuellement avec plusieurs relances, ont été gommées ;
● [???] passages dont la transcription s’est avérée impossible a posteriori.
Textes en italique : interventions et relances du sociologue

Donc, si je me souviens, vous n’êtes pas provençale, vous êtes originaire du Centre...

Du Centre, du Berry… Voilà, donc moi j’ai passé... ce qui nous a aidés, si vous voulez, c’est que dans les années 1980-1981, lors du changement de gouvernement, l’État a fait appel à beaucoup de fonctionnaires, donc, dans ces années-là, il y a eu beaucoup de concours, à tous les niveaux : au niveau postal que ce soit facteur, guichet, enfin à tous les niveaux. Et donc, moi j’avais passé deux concours. Le premier, je l’ai raté, c’était donc le guichet, et puis j’ai passé après celui de facteur, préposé, et donc là j’ai été prise. Et c’est un concours qu’on passait à l’époque à Paris. Donc, déjà il fallait quitter sa province, et après tu étais automatiquement nommé à Paris. Automatiquement.

Il fallait donc de toute façon monter à Paris pour le concours ?

Pour le concours, oui, déjà.

C’était une aventure ?

Ah ben c’était une aventure, ah oui... ben vous savez quand vous avez à peine 20 ans, c’était une aventure, hein. Et le souci, à l’époque on ne se posait pas la question, mais aujourd’hui les jeunes se posent beaucoup de questions : ah mais je ne veux pas aller là-bas, et non, je ne veux pas faire l’effort d’aller passer un concours un peu loin... pas la majorité, mais beaucoup de jeunes quand même, à l’heure actuelle, vont se dire : on ne va pas partir passer un concours, ou vont mettre des années à se décider de prendre une voie ou une autre. Nous, à l’époque, on n’avait pas le choix. Si on voulait avoir un travail et qu’on ne voulait pas être une charge pour les parents, il fallait se débrouiller comme on pouvait

Comme je suis sociologue, pas ergonome, et curieux, je vais vous demander : Vos parents, est-ce qu’ils étaient dans le milieu postal ou pas du tout ?

Pas du tout, pas du tout, ils étaient ouvriers... Mon père… Ma mère ayant eu 7 enfants, elle a élevé 7 enfants, elle a fait comme elle a pu, elle a élevé 7 enfants, voilà, et mon père était ouvrier. Donc, pas du tout. À l’époque, si vous voulez, moi j’ai eu un BEP, enfin je me suis arrêtée au BEP de secrétariat. Ce n’est pas que ça ne m’aurait pas intéressé, mais mes parents n’avaient pas les moyens de me pousser plus loin, parce qu’en province, donc, il fallait après la pension, et ça faisait des frais, et ils ne pouvaient pas, voilà. Donc c’est pour ça qu’après, le secrétariat, déjà à l’époque, dans les années 1980, il n’y avait pas forcément de débouchés, et donc il fallait passer des concours, voilà.

Donc, les 6 frères et sœurs, pas d’études non plus ?

Non, ah non parce que, ben vous savez, les milieux ouvriers en province, je ne dis pas partout mais bon, c’est vrai que rien que pour se déplacer il n’y avait pas de moyens de transport. Donc, sans moyens de transport, mes parents n’ayant pas la voiture, ça limite. Il n’y avait qu’un bus, qui vous amenait à la ville, à la préfecture du département, et c’est vrai que quand même c’était un frein à beaucoup de choses

Ouvrier, dans quel domaine il était votre papa ?

Agricole... à la fin, il a eu quelques années de chômage. Parce que bon, c’est une génération vous savez, nos parents, bon nous déjà c’est limite, mais nos parents si vous voulez quand ils commençaient une carrière, ils étaient dans la tête à faire cette carrière toute leur vie. Ce qui fait que c’était le début du chômage, c’était la période où le gros chômage commençait, et ça a attaqué, je pense, une catégorie de personnes à la cinquantaine qui n’étaient pas préparées pour ça. C’est des gens qui avaient commencé à travailler à 14 ans, bon après, la vie familiale, tout ça, pour eux, le travail ça représentait... et puis en plus c’était, bon chef de famille... Ils n’ont pas été préparés je veux dire au fait d’être au chômage et de pouvoir rebondir derrière. Ce qui fait qu’il a fait des petits boulots comme ça, au noir, de jardin, et tout ça, en fin de carrière, mais bon, voilà. Et je pense que beaucoup dans son cas n’ont pas pu retrouver de travail parce qu’ils ne savaient pas aller au-devant, aller le chercher, vous voyez. […]

Donc, c’était une enfance modeste, hein ?

Oui, modeste, on peut dire ça. Heu, pas malheureuse pour autant, parce que quand vous entendez les jeunes de maintenant, que leurs parents sont plus en moins en difficultés, ils se disent : non, mais attends, on n’a pas ça, on n’a pas ci... je regrette, nous on a eu des enfances, bon, mais sincèrement on ne pense pas avoir eu une enfance malheureuse. […]

Sinon, cette idée de passer un concours de la Poste, il y avait des amies à vous, des sœurs aînées, des frères aînés ?

Non, personne... je suis la seule... et à être partie de ma région, en plus. […]

Alors l’autre jour on a parlé pas mal des débuts de vos débuts... vous m’avez parlé pas mal des foyers, tout ça... revenez un petit peu là-dessus... c’est toute une époque, quoi.

Oui... c’est toute une époque...

Ça n’existe plus ?

Non, ils ont fermé petit à petit. Je pense qu’ils ont peut-être gardé sur Paris, surtout sur Paris... À Paris, en plus, les centres, je pense qu’ils ont beaucoup aussi fait de réorganisations, donc les centres petit à petit, bon, ils sont fermés aussi. Et dans les années 1980, il y avait beaucoup de foyers PTT, et alors les filles, on était séparées des garçons. Alors il y avait le foyer PTT filles, et le foyer garçons (…). Alors, on avait droit à 6 mois, mais comme c’était les débuts, qu’il y avait beaucoup de places, ils toléraient qu’on reste un peu plus longtemps... J’y suis restée pas tout à fait un an. Après, j’ai pris un logement (…).

Et là, vous avez rencontré votre mari assez vite ?

Voilà. Ben je suis arrivée en 1981... en 1982, assez vite. Ben parce que si vous voulez, quand on est tous... on arrivait tous de nos provinces, même des DOM-TOM, ceux qui venaient des DOM-TOM, je ne vous dis pas, pour eux c’était difficile, déjà pour nous ce n’était pas évident. Alors moi, déjà, quand je suis arrivée, je suis arrivée toute seule, je ne connaissais pas Paris (…) je suis descendue du métro, je me suis dit : si, ça doit être là. Après, j’ai trouvé le foyer, mais ça fait une impression quand tu arrives, avec ta valise, tout de suite d’être dans ces quartiers-là, voyez, tu n’es pas préparée, bon, après tu t’y fais, mais voilà. Et après, donc ils vous accueillaient, et puis le lendemain tu as l’accueil... mais l’accueil, même en 1981 quand même on a été bien accueillis par la Poste. Parce que, bon, en même temps, à chaque fois, tous les jours, il y avait une vingtaine de personnes qui arrivaient, de toutes les régions. Et donc, comme moi je travaillais dans le 17e, je ne sais pas combien on était, on était mais plus de 200, donc, après il se faisait des clans des régions... il y avait le clan des Marseillais, qui arrivaient de Marseille...

Vous étiez dans le clan des Berrichons ?

Ben, il n’y en avait pas beaucoup... non, non, après, je me suis fait des connaissances... bon, parce que... et puis c’est là qu’on se rend compte, bon, qu’il y a des gens qui sont beaucoup... il y en a qui arrivaient avec beaucoup de problèmes aussi, voyez... des problèmes psychologiques, sociaux, voilà... Parce que c’est vrai qu’à l’époque le concours n’était pas vraiment difficile, et là, tu vois, des gens qui arrivaient, qui étaient quand même beaucoup avec beaucoup de problèmes. Et à l’époque, la Poste ne voyait pas forcément ces problèmes-là... à l’époque, le côté psychologique...

Donc, c’est les collègues qui géraient les problèmes ?

C’est ça, qui écoutaient, qui étaient là pour écouter. Moi, je suis arrivée, il y a une collègue qui est arrivée de l’est de la France, et bon, ben, elle s’est retrouvée enceinte, et bon, ben, un après-midi je l’ai accompagnée pour avorter, voyez… parce qu’il n’y avait pas d’autre solution à l’époque, il n’y avait pas de services sociaux assez développés à la Poste. Parce que même, en plus, à l’époque aussi il y avait beaucoup de mères de famille qui étaient mères célibataires...

Et qui laissaient leur enfant en province ? Ça, ça vous a frappée

C’est ça. Oui, ça m’a frappée parce qu’à l’époque, il y en a eu beaucoup. Et là, je me dis que les femmes, ce qu’elles ont fait à l’époque, je ne suis pas sûre que les hommes auraient eu ce courage-là... je suis sceptique. […]

Parce que quitter son pays pour aller à Paris, les hommes le faisaient aussi.

Ils le faisaient aussi mais ce n’est pas rapport au lien familial. Parce que pour certaines femmes c’était difficile, elles prenaient le train tous les week-ends, souvent elles avaient une nuit de train, pour passer juste une journée avec la famille et remonter après.

C’est ça, parce que l’attachement à la famille est plus important, bien sûr.

Mais en même temps elles ont pesé le pour et le contre à l’époque : avoir un travail dans la fonction publique, ou alors, bien sûr, elles auraient pu rester en province.

Mais c’était un moment d’émancipation des femmes, aussi ?

Aussi, oui, pour avoir un travail... oui, par le travail, aussi. […]

On va revenir sur les horaires de travail à Paris et puis ici, ce qui a changé, mais c’était quand même un métier où il y avait plus de temps libre que dans d’autres ? Non, vous ne l’avez pas vécu comme ça en tant que jeune factrice ?

Je ne l’ai pas vécu comme ça, parce que nous, on était dans le bureau, donc on travaillait du matin assez tôt quand même : à l’époque c’était vers 6 h ou 6 h 15, en gros, allez, jusqu’à 14 h. Et une après-midi sur deux, on revenait distribuer la presse parisienne, à l’époque, Le Monde, La Croix sortaient après midi. Et on avait un week-end sur deux.

Et un après-midi sur deux ?

Oui, mais comme je dis, attendez, le problème, c’est comme les clients « ah, ben vous avez vos après-midi »... mais vous avez quand même fait votre journée de travail le matin... c’est ce qu’on dit avec nos collègues, parce qu’on en parle, quand on rentre à la maison, il faut quand même un sas de décompression, avant d’attaquer ce qu’on a à faire, autre chose, ou partir...

Et puis il faut se coucher plus tôt que d’autres quand même aussi, quand on démarre à 6 heures ?

À 6 heures, oui, il fallait se coucher plus tôt. Et alors, ce qui était aussi, le côté qui a pu être intéressant pour ceux qui sont montés de leur province à Paris, on savait tous qu’on n’y resterait pas, on le savait tous, hein. Bon, après on savait que ça allait être plus long pour les uns que pour les autres, mais qu’on allait redescendre. En même temps, ces années-là, parisiennes, on en a tous profité pleinement, en ce sens où on est sorties, où on a visité les monuments parisiens, Paris et tout, voilà, ce qu’un Parisien qui n’a pas l’intention de partir ne ferait pas. […]

Donc un an après être arrivée à Paris, vous vous installez avec votre mari ? Ça a été du rapide ?

Oui, oui, ça a été assez rapide (…). Il était facteur aussi, les mêmes horaires, voilà. Oh, on s’est connus au fil du temps, hein.

Donc, le projet de retourner en Provence... c’était forcément la Provence ? Ça ne pouvait pas être chez vous ?

Ça aurait pu, ben on en a discuté avec mon mari, ça aurait pu. Mais c’était assez compliqué, j’ai plutôt préféré le suivre là en disant que, par contre, quand on était en vacances, on remontait automatiquement chez moi. Voilà, en gros, voyez, on a pu se...

Enfin, vous n’auriez pas exclu de vous rapprocher de vos parents, de votre famille ?

Non, non...

Ça faisait partie de la discussion ?

Ah oui, oui, voilà. Après, bon, c’est vrai que le travail aurait peut-être été plus difficile en province, vers chez moi, parce que c’est plus campagne, c’est plus rural. […]

Je suis arrivée ici en juin 1984... ça a été assez rapide, oui, parce que, à l’époque, pour la région Sud on partait assez rapidement, parce qu’il y avait une grande demande sur le Sud, par ici… même sur Montpellier... le Gard ça coinçait un peu, mais sinon sur Montpellier, tout ça, ceux qui faisaient la demande, ça allait assez vite. […]

Parlez-moi un peu de l’apprentissage du métier de factrice, de facteur. Et puis de la manière dont les femmes étaient accueillies, à l’époque... même si cela faisait déjà quelques années qu’on en recrutait beaucoup. Par exemple, vous avez l’impression que vous étiez à parité dans vos promotions de concours, déjà ?

Je pense, je pense, oui, je pense. Sincèrement… Au niveau concours, au niveau moyens mis par la Poste au niveau concours, je pense. Après, le relationnel avec les collègues, bon là, c’est plus compliqué. Parce qu’il y en avait certains qui avaient... nous on arrivait, on avait 25 ans, les anciens... je pense... à la limite, voyez, nous quand on est arrivées dans les années 1981-1982, c’est les anciens qui ont plus été déboussolés que nous. Parce que nous, on arrivait en masse, je veux dire, tous de nos provinces, on avait à peu près le même âge, hommes et femmes confondus, on avait des discussions que forcément ces gens-là n’avaient peut-être pas, et je pense qu’eux ont peut-être été plus bousculés par cette arrivée-là dans leur quotidien que...

C’est plus sur l’aspect général des mentalités des jeunes par rapport aux anciens que sur l’aspect hommes/femmes, si je comprends bien ?

Oui, je pense que c’est plus ça.

Est-ce que vous personnellement vous avez été confrontée ou choquée par des propos machistes ou sexistes à cette époque... ou en arrivant dans le Sud peut-être, parce qu’on dit que le Sud est plus machiste que le Nord ?

Non, là-bas, il y en avait, à Paris, il y en avait, il avait des mecs, bon, ils ne pouvaient pas voir les femmes, ça tu le savais, tu le sentais, voilà. Après, nous on avait des responsables, des jeunes, bon ben c’est sûr que si tu couches avec lui, pour le dire crûment, ben tu pouvais avoir tes congés plus facilement, ou des trucs comme ça, voilà... ça, c’était encore l’époque où, voilà. Mais, après, moi, par rapport à hommes/femmes... C’est sûr qu’il y a pu y avoir des propos sûrement déplacés, il y en a eu forcément... mais ça ne m’a pas choquée, non, non (…). En arrivant aussi ici, oui... ici, c’était un peu plus... c’était plus dur, parce que c’était plus petit (…), mais je venais de Paris 17, où on était peut-être 200 ou 300, j’arrive ici où on était peut-être une centaine, sur deux étages, voilà. Une majorité d’hommes, quand même quand tu arrives ici, c’était en bas, tu avais l’impression de travailler dans un garage, les conditions n’étaient pas les mêmes. […]

Vous tourniez sur combien de tournées, à Paris ?

Ah, c’était grand. Maintenant, on limite plus, mais à l’époque ce n’était pas limité (…) parce que justement après ça tournait beaucoup j’ai acheté au bout de deux ans (…). Ici, ça a été plus long, ici, au bout de 6 ou 7 ans peut-être (…), j’ai fait du tri au Cedex avant, il y avait un chantier Cedex ici, donc je suis allé au chantier Cedex, après j’ai fait un peu du tri, j’ai changé de position de travail, et voilà... j’ai dû faire du tri pendant un an ou deux, je ne sais pas exactement... puis rouleuse, et tournée

Rouleuse sur combien de tournées, et avec quels véhicules ?

Et bien ici, c’était vélo, bon, pas de voiture, parce que moi je n’ai pas le permis (…). Je dirais plutôt par choix, parce que je ne l’ai jamais passé, à Paris je n’en ai pas eu besoin ; ici, j’habite sur la périphérie, j’ai les bus, donc il n’y a pas forcément nécessité (…). Mais maintenant, il y a l’évolution, c’est que maintenant tu ne peux plus rentrer à la Poste sans avoir le permis, ça n’est plus possible. Ça, à l’époque, en 1981, ils ne le demandaient pas, ce n’était pas obligatoire.

Ça vous a amenée à ne pas pouvoir acheter des tournées auto, du coup ?

Oui... c’est tout… bon, les cyclos aussi, parce que les cyclos il faut avoir un permis pour conduire les cyclos, il faut faire une petite formation, donc, bon... J’ai fait vélo... non je n’ai pas fait de cyclo : vélo, piéton... […]

Alors, comment ça s’est passé, d’ailleurs vous avez acheté une première tournée vers 1990-1991 ?

Oui, sur la même... après, elle a changé un peu, mais l’axe central (…). C’est moitié-moitié, j’ai un peu de commerces, après j’ai d’autres rues avec des restaurants, c’est assez mélangé, (…) beaucoup d’étudiants, des colocations (…) donc beaucoup de courrier et beaucoup de colis par Internet, souvent des petits colis étrangers, et les petits colis étrangers c’est nous-mêmes, facteurs lettres, qu’on doit les porter : alors vous vous retrouvez des fois avec des gros machins comme ça, et on doit les porter (…) c’est avec signature, donc... Et donc, c’est des incohérences de la Poste. La Poste estime que les colis étrangers ça doit être au facteur lettre, alors vous avez tous les formats, des chaussures, beaucoup de chaussures qui viennent d’Angleterre, des produits électroniques qui viennent de Chine, voilà. Et c’est le facteur lettres qui doit se les porter parce que ça vient de l’étranger et que ça doit être distribué rapidement.

Et quand ça vient de la France, ça n’est pas vous ?

Ah c’est une petite [???], voilà, on ne sait pas pourquoi, la Poste a décidé ça. Et c’est aberrant, parce que, bon, le problème c’est que les colis… alors, les recommandés on doit les garder avec nous dans la sacoche, parce qu’on ne doit pas se les faire voler, voilà. Et ces colis-là, ils sont recommandés, donc on doit les prendre dans la sacoche, mais ça ne rentre pas dans la sacoche (…) donc, où est le service public, là ? Il y a un petit décalage alors que si on les passait au service colis, eux, ils pourraient les présenter. […]

Vous vous êtes fait voler déjà votre caddie ?

Oui, c’est arrivé une fois, oui... Je suis amenée à le laisser... parce qu’on ne peut pas le prendre partout... on essaye... mais le problème c’est que vous savez, quand on est en train de monter dans les étages, qu’on présente un recommandé, la personne si elle veut discuter, nous poser des questions... ben, on ne peut pas redescendre immédiatement (…). Ça il ne faut pas trop le dire, mais on n’a pas le droit (…) parce que normalement les tournées sont calculées pour que le caddie suive partout… c’est des choses qui sont... voilà, parce que sinon on va encore nous dire qu’on va trop vite et on va encore nous rajouter sur les tournées. […]

Il y en a d’autres qui ne font pas ça ?

Non, qui vont aviser d’office. Moi, c’est ma conception, je me le dis... après, attention, si je sais qu’un client ne va pas être là du tout, je ne vais pas le trouver, je vais l’aviser, mais ma conception du travail c’est de présenter tout ce que j’ai, voilà. Maintenant, tout le monde n’a peut-être pas la même optique que moi. […]

Globalement, évidemment c’est avec le recul de l’expérience que vous jugez aussi, bien sûr : votre travail aujourd’hui, qu’est-ce que vous avez envie d’en dire, comme ça, spontanément ?

Satisfaisant, satisfaisant... globalement satisfaisant, mais plus difficile physiquement quand même, (…) ça c’est une chose qu’il ne faut pas mettre de côté.

Donc, la question naturelle qui vient, je l’ai posée hier à votre collègue : plus difficile parce qu’il a changé, ou parce que vous avez pris de l’âge ?

Les deux... non, sincèrement... oui, parce qu’il y a quinze ans ou 20 ans on n’avait pas le même format de courrier qu’on a maintenant : on a du courrier avec un format beaucoup plus grand, ce qui fait que ça fait du poids en plus, voyez. En nombre, la Poste va vous dire : mais vous en avez moins... c’est sûr qu’on en a moins, mais c’est des formats plus gros, c’est des formats plus lourds. Donc, voilà, c’est pour ça, je dirais que ça a changé. Moi, quand j’ai commencé à Paris, mais même quand je suis arrivée ici, vous aviez beaucoup plus de petits formats de lettres, la presse, OK, ça s’arrêtait là. Maintenant, la presse, bon, il y en a toujours, peut-être un peu moins, bon, et les lettres moyennes vous en avez de moins en moins, maintenant, par contre, vous avez des grands formats, des gros formats bizarres, des petits paquets. Donc, ça a vraiment changé, c’est plus lourd. Vous voyez, lundi on a eu une grosse journée, et lundi on avait des catalogues, envoyés en « lettre », gros comme ça. Donc, grosse journée, et ça en plus c’est de la fatigue, parce que vous avez une grosse journée de travail et en même temps du courrier lourd à porter, voilà. Alors qu’en volume, la Poste vous dira, allez, on avait 114 %, elle s’arrête à 114 %. Nous, on se dit qu’avec le poids qu’on a porté, plus le poids, ça va être plus.

On va revenir sur la journée de lundi, avec la question de la sécabilité, etc., mais avant, là vous rentrez déjà spontanément pas mal dans le détail de ce qui est plus pénible, plus dur physiquement... le côté satisfaisant, vous ne l’avez pas développé du tout.

Satisfaisant, moi, j’aime bien le relationnel, c’est par rapport au côté clientèle, usager...

Usager, vous tenez à ce mot-là ?

Oui, usager. C’est ce côté-là, c’est ce côté, alors, satisfaisant du côté clientèle, usager, et que une fois qu’on a fait notre travail ici, on est dehors, et qu’on n’a pas quelqu’un qui est sur notre épaule...

C’est vraiment les deux points qui ressortent... positifs du métier : la relation, et l’extérieur

Voilà, moi sincèrement, si je devais changer de voie maintenant, j’aurais du mal à m’intégrer dans, même en restant à la Poste...

À l’Enseigne, par exemple...

Voilà, même physiquement je veux dire. Peut-être que je ne pourrais pas continuer à faire le métier de facteur encore longtemps, je n’en sais rien, hein, je n’en sais rien, et je ne peux pas le dire, hein, un problème physique ça peut arriver n’importe quand, mais je veux dire par là qu’après si je devais faire des horaires de travail, même au centre de tri ou dans des endroits, j’aurais du mal, j’aurais du mal.

J’ai oublié un point important ou deux dans le parcours. Événements de santé ? Arrêts maladie ? Arrêts accident du travail ?

Bon, je n’ai pas eu d’accident de travail, je ne me suis pratiquement pas arrêtée. C’est pas que j’ai une très bonne santé, mais on a fait avec, voilà. Je ne suis pas quelqu’un... si je m’arrête, je culpabilise, alors, bon, même si je n’étais pas en forme, que je n’étais pas au mieux...

Vous culpabilisez parce que vous dites : c’est un collègue qui va faire ma tournée ?

Non, même pas, je pense que c’est culpabiliser par rapport à moi-même, par rapport à d’où je viens, mon parcours par rapport à l’enfance, je pense à tout ça (…). Même si j’ai eu quelques problèmes, des nuits où je ne dormais pas trop, ben le matin, même si je n’avais pas dormi, j’étais au boulot. Bon, je ne vous dis pas que j’étais fraiche, mais oui... […]

Le problème c’est que si vous voulez, nous, on tourne sur une équipe où on a un facteur d’équipe qui nous remplace quand on est en RTT et qui a sa propre tournée, la partageable ; et au-dessus, il y a un facteur qualité. Mais notre facteur qualité est en maladie, en dépression, parce qu’elle a un problème avec la Poste, et elle a craqué, voilà. Donc cette personne n’est pas remplacée, ça va faire un mois, ce qui fait que lundi, bon, le problème c’est que lundi, bon, on aurait pu ne pas la prendre. Mais ça nous aurait fait une tournée à découvert. […]

Ce qui est compliqué, c’est qu’on a du manque de personnel, et on demande à d’autres de compenser ce manque-là, donc à un moment ben moi, ça ne passe plus. […]

Le fini-parti c’est fini, c’est les horaires collectifs, ça a changé quelque chose ?

Moi, ça ne me dérange pas, parce que vous avez vu à quelle heure je rentre ?

Aujourd’hui vous avez noté en rentrant ?

Moi, je ne note jamais... ah ben parce que moi, je pars du principe que voilà, bon, j’arrive à l’heure le matin, je ne vais pas venir avant, j’arrive à l’heure, mais c’est vrai que je ne cours pas sur la tournée, je prends mon temps, si quelqu’un discute, je discute, donc forcément c’est du temps qui n’est pas pris en compte par la Poste ce temps que tu discutes avec un client.

C’est votre choix, quoi.

C’est mon choix.

D’autres font le choix de courir, et puis s’ils arrivent après 13 h 30, ils notent... ce matin, j’ai noté, il y en a plusieurs qui ont noté.

Oui, mais ils n’ont pas compris que ça ne servirait à rien… ça ne servira à rien (…) je connais la Poste : la Poste ne donnera pas d’heures, ils peuvent toujours marquer. On a été réorganisés fin novembre. Ils attendent 6 mois pour faire après un premier bilan... donc, là ça devrait se faire, on n’a pas de nouvelles. J’ai des collègues qui ont demandé des révisions de tournées parce qu’elles sont chargées : pas de nouvelles.

De toute façon, il y a un collègue qui a dit : on m’a demandé d’attendre 6 mois avant de demander une révision.

Oui parce que quand ils mettent une organisation en place, ils estiment qu’il faut attendre 6 mois... novembre, donc on est fin mai, normalement on aurait dû avoir... mais pour l’instant on n’a pas grand-chose, les nouvelles elles ne sont pas... non, mais ça, ils ne payeront jamais, voyez... Alors moi, par contre, quand c’est passé en collectif, il n’y a pas longtemps, il y a peut-être deux mois que c’est passé en collectif, c’est la médecine du travail qui a demandé… oui, en janvier je crois ou février... Moi, par contre, c’est ce que j’ai dit à mes responsables, j’ai dit, moi je ne veux pas non plus, comme je sais que je rentre toujours après, pas forcément parce que ma tournée est plus longue, mais parce que, moi, je conçois de m’arrêter, de discuter, voilà... je ne veux pas que ça me soit reproché si je rentre à 14 h 30 et que la demi-heure on me dise : oui, c’est pas bien, tu es rentrée tard... voilà, je veux que les choses soient claires aussi. Parce qu’on a un travail que la Poste a formaté, entre 7 h 30 et 13 h 30 tous les jours, en gros, sauf le lundi/mardi. Je veux dire, sur la tournée, par exemple, vous vous êtes arrêtée, un client vous demande quelque chose d’un peu spécial, ça prend du temps, et bien vous allez sortir des horaires, forcément (…) j’ai une petite grand-mère qui vient nous voir tous les jours sur la tournée pour récupérer son courrier...

Elle vient, à votre rencontre, elle sait à quelle heure vous passez.

À peu près, ou alors elle me cherche dans les rues, voilà. Bon, après j’ai un magasin, elle voulait des timbres, donc j’ai pris la commande de timbres, ça prend du temps, il faut récupérer l’argent... il y avait du monde, donc j’ai dit : je repasserai après, donc je suis repassé après. Vous voyez, c’est... mais alors la Poste, c’est quand même bizarre, elle veut qu’on fasse du chiffre du service public, et en même temps, elle ne nous donne pas du temps et des moyens pour le faire. Parce que vous savez, ça prend du temps d’aller chez les gens, et de leur dire : bon, je peux vous faire ça, je peux vous faire ça... vous voyez, s’ils sont occupés, et bien tu dis, bon, tu repasseras. […]

Facteur d’équipe, facteur qualité, encadrant ? Votre mari et vous, comment vous êtes situés par rapport à ces possibilités de carrière ?

Non, inintéressant… ça demande trop de travail pour le peu de rémunération.

Il y en a que ça intéresse, quand même ?

Oui, mais ils déchantent. Moi j’ai des collègues, un collègue qui, à l’époque, il y a 15 ans, donc avant que ça soit facteur qualité, c’était facteur de secteur l’appellation. Alors ils se sont mis facteurs de secteur parce qu’eux, ils voyaient un plan de carrière, ils se sont dits : tiens je vais faire ça, et puis après, pouvoir monter et faire autre chose à la Poste. Eh bien, ils ont vite déchanté, parce que ça a été mis en place il y a 15 ans, maintenant ça s’appelle des facteurs qualité, mais ils n’ont évolué en rien, ils font bouche-trous même, maintenant, rouleurs de luxe. […]

La pause du matin, vous la prenez ?

En gros, oui... on a droit à 20 minutes de pause. Bon, on ne prend pas les 20 minutes.

C’est un moment important pour vous ?

Oui... voilà, on souffle, on parle d’autre chose, de tout de rien, avec les collègues, ce qu’on a fait la veille, enfin voyez…

Alors, quand c’est les hommes, c’est foot, et quand c’est les femmes, c’est quoi ?

Les enfants, ça peut être les enfants des collègues, voilà.

La politique, jamais ?

Ça arrive, si, ça arrive, on en parle.

Les élections de dimanche, j’ai demandé à votre collègue... il n’en a pas entendu parler.

Ben, les jeunes n’en parleront pas.

Vous les anciens, vous en parlez de ce qui s’est passé dimanche ?

Moi, je vais en parler avec Patrice, parce que je sais que Patrice va être intéressé, mais je ne vais pas parler à un autre collègue que je sais que ça n’intéresse pas...

Vous vous connaissez maintenant, vous savez qui ça intéresse, qui ça n’intéresse pas ?

Voilà, qui est de tel bord, qui est d’un autre bord...

Il y en a quelques-uns qui sont plus politisés, plus syndiqués, plus à gauche que d’autres ?

Sûrement, oui... mais on a l’intelligence dans ce bureau de ne pas quand même trop en parler, de ça.

Parce que ça divise ?

Oui, alors là, oui, surtout à l’heure actuelle, ça divise... bon, il y en a sûrement dans le lot de ceux qui sont allés voter, qui ont voté le Front national, ça il ne faut pas le nier.

[Suite à un long passage concernant les conditions de remise des plis recommandés, objet de tensions avec la hiérarchie et entre facteurs, nous abordons l’emploi du temps quotidien, les activités hors travail et la répartition des tâches domestiques…]

Le travail domestique, c’est qui ?

Alors chez moi c’est paritaire... ah oui, alors ça...

Monsieur fait plutôt certaines choses ?

Oui, oui, voilà, on est plus axés... lui ça sera l’aspirateur, passer le balai des trucs comme ça... moi, salle de bains, toilettes, linge... mais de ce côté-là, oui, depuis le début, hein...

La cuisine ?

De temps en temps lui, ou moi.

Vous êtes un couple hyper moderne ?

Non, mais moi je n’aurais pas supporté que... non, sincèrement avec mon caractère...

Vous avez été éduquée comme ça ?

Non, mais je pense avoir vu mes parents, ma mère... je pense que ça a fait le contraire, voilà... […]

L’avenir, pour vous ?

Alors, l’avenir, et ben la retraite... la retraite, dites... oui dans 7 ou 8 ans en gros, ça dépendra des propositions, ça dépendra... Ben l’avenir du métier...

Vous avez le même âge que votre mari, vous partirez à peu près en même temps ?

Ben il est un petit peu plus âgé.

Il partira un peu avant ?

Un petit peu avant, oui, parce qu’il a commencé un peu plus jeune que moi, donc... L’avenir du métier, moi si ça continue comme ça, bon... le problème c’est qu’on a des réorganisations qui sont trop fréquentes : tous les deux ans, c’est trop. Que ça soit physiquement ou psychologiquement, à un moment, les jeunes ils ne tiendront plus... à ce niveau-là... bon, nous, on se dit qu’il nous reste peu de temps, mais à ce niveau-là, à un moment, elles sont trop rapprochées les réorganisations. Tu n’en finis pas une, là on a été réorganisés au mois de novembre, donc là ils vont nous laisser tranquilles en 2014, et en 2015 ils vont reprendre un comptage pour nous signaler qu’ils vont réorganiser, c’est trop rapproché, à un moment ça devient insupportable, voilà. Donc, moi, tant qu’on me laisse tranquille un peu, je verrai, je ne dis rien parce que je verrai. Et l’avenir de la Poste, il est compliqué.

Là, on parle de la distribution du courrier, la Poste c’est plein de choses

Oui, c’est plein de choses. Encore, ce qui est bien, c’est que j’ai vu qu’hier l’Europe a accepté, j’ai lu ça dans La Tribune, ou je ne sais pas quoi, l’Europe accepte encore que l’État français donne des millions... […]

L’avenir de la Poste, on va être à des périodes charnières où il va falloir qu’elle se réinvente sur plusieurs secteurs. Donc, maintenant, il faut qu’elle pas... [???] elle a beaucoup de moyens, elle peut le faire, mais voilà... après, parce que forcément, le courrier baisse, le trafic baisse... elle a fait une politique, alors maintenant elle a acheté des machines qui ont coûté très cher il y a quelques années par rapport au tri et ces machines maintenant, il n’auront peut-être plus assez de courrier pour s’en servir, donc... c’est des machines qui ont coûté de l’argent... elles ne seront pas amorties, voilà. […]

Dernier point, peut-être. Je crois que vous êtes syndiquée, vous êtes syndiquée depuis quand ?

Oh, depuis quelques années, mais en ayant toujours une tendance. (…) J’étais déjà révolutionnaire... enfin, révolutionnaire non, mais faisant partie de toutes les grèves, voilà, je n’en ai pas raté beaucoup.

Pour vous, les grèves marquantes, c’est quoi ?

Ben c’est… les grèves marquantes en fin de compte dans le travail, c’est quand tu sens que tout le monde se bat en même temps pour une bonne cause, quand vous arrivez à souder tout un bureau. Et là, ça a été le cas, parce qu’à l’époque, donc, on partait... si on avait écouté la Poste, on partait, on était tous séparés, dispatchés à droite, à gauche, mais en n’ayant rien, quoi, en n’obtenant pas grand-chose, en perdant beaucoup d’emplois et en obtenant pas grand-chose. Ce qui fait qu’on a fait grève un mois, et en même temps tout le monde pratiquement a fait grève, quoi... à part ceux qui n’ont jamais fait grève de leur vie, qui n’ont pas bougé, mais tout le monde était là, et ça nous a menés à aller voir, on a démarché tout le département… on a vu d’autres bureaux, on a vu d’autres façons de travailler dans ces bureaux, on a beaucoup discuté avec des collègues qu’on ne voit pas, qu’on ne voit jamais, et en leur disant que ce qui se faisait chez nous ça allait se faire chez eux après. Et beaucoup ont été réceptifs, ont fait une journée de grève avec nous... après, ça a fait plus ou moins tache d’huile. Mais bon, ça a duré un mois, et la dernière nuit de discussion a duré jusqu’à deux heures du matin. Si vous n’avez pas des personnes d’un syndicat, bon, je ne dis pas forcément le mien, mais n’importe lequel, qui est costaud pour discuter avec la direction qui, eux, ont l’habitude, qui sont formés pour ça, vous, vous êtes derrière, vous écoutez, vous êtes facteurs ou x, ou autre chose, vous regardez l’heure, vous dites ; oh punaise, il est une heure du matin, discuter pendant une heure sur juste un petit sujet, mais c’est ça...

En fait, ce que les syndicats avaient obtenu, c’est que les grévistes puissent assister aux négociations ?

Aussi. Alors on a obtenu des tickets restaurant, c’est la première fois...

Mais je veux dire, négocier, pour la direction, sous le contrôle des grévistes, ça devait être...

Oui, mais au bout d’un mois, il fallait décanter la situation, et voilà... c’est des discussions... il y a des jours où ils ne voulaient pas discuter, donc on rentrait chacun chez soi un peu dépité parce qu’on se disait : allez, une journée en moins, et tout... C’est intéressant aussi de voir ça, bon, c’est compliqué quand tu le vis, mais c’est intéressant de le voir, parce que tu vois ce qu’une direction peut faire, que ce soit chez nous, ou dans n’importe quel boulot, par rapport à des grévistes, et sur quelle discussion... c’est des discussions qui vont achopper sur des petites phrases, sur des choses... et il suffit que tu changes le sens d’un mot d’une phrase... voilà, c’est terrible... et je vous dis, jusqu’à 2 heures du matin... Et souvent dans ces cas-là, moi je pense quand même... je crois que le côté féminin, on est quand même plus costaud à ce niveau-là pour tenir des discussions ou des conversations que les mecs qui... oh, ils ont vite fait de partir... oui, de s’énerver... ou d’abandonner carrément... voilà. […]

Vous n’avez jamais eu envie de prendre plus de responsabilités ?

Je n’en ai jamais eu l’envie, non. Il faut savoir quand même... ça s’apprend, oui, mais il faut avoir envie d’apprendre. […]

Haut de page

Bibliographie

Mais le problème maintenant, les syndicats, que ça soit tous les syndicats, c’est que la Poste, pour éviter justement les mouvements de grève, elle a voulu éclater les grands centres... et eux, ils ne peuvent pas être partout... et la Poste a joué là-dessus, hein…

 

Agostino (d’) A., Épiphane D., Jonas I., Séchaud F. et Sulzer E. (2014), « Femmes dans les “métiers d’hommes” : entre contraintes et déni de légitimité », Bref du Cereq, n° 324, novembre.

Bertaux-Wiame I., Jeantet A. et Linhart D. (1999), Les Temps modernes de la Poste. Vie privée, travail public et réforme managériale, Mission recherche de la Poste.

Bouffartigue P. et Bouteiller J. (2015), Les Risques psychosociaux au regard du genre. Le cas d’une profession en contact avec le public. Factrices et facteurs de la Poste, Rapport de recherche pour le compte de la région PACA, LEST.

Cartier M. (2002), Des facteurs et leurs tournées. Une élite populaire dans la France de la deuxième moitié du xxe siècle, Thèse pour le doctorat de sociologie, EHESS.

Cromer S. et Lemaire D. (2007), « L’affrontement entre les sexes en milieu de travail non mixte », Cahiers du Genre n° 42, 61-78.

Fortino S. (2002), La Mixité au travail, La Dispute.

Kergoat D. (1988), « Le syllogisme de la constitution du sujet sexué féminin. Le cas des ouvrières spécialisées », Cahiers de l’APRE, n° 7, Iresco, vol. 1, 283-291.

Haut de page

Notes

1 Selon nos exploitations secondaires de l’enquête SUMER 2010.

2 Avec peu de temps partiel féminin, de faibles inégalités de salaire et de carrière entre les sexes, et même une assez faible sous-représentation des femmes dans l’encadrement de proximité (un tiers des postes).

3 Marie Cartier fait état d’ « interactions de genre oscillant entre marques de mépris, solidarité et alliance » (2002, p. 512). « Du côté des femmes l’humiliation infligée par les “réflexions” des hommes s’imbrique dans la fierté de “se faire accepter” et de “prendre sa place” dans un monde d’homme […] du côté des hommes de milieu populaire exerçant depuis longtemps le métier de facteur, voir un travail défini entre soi, vis-à-vis de l’extérieur et surtout des épouses, comme un travail de force, être exercé par des femmes a pu être perçu comme déshonorant » (p. 513). Mais « les réactions des facteurs à la féminisation ne sont pas uniformes : si les plus anciens sont enclins au mépris, les plus jeunes sont au contraire prêts à se faire des alliés des femmes » (p. 514).

4 Cet aspect n’est pas mentionné par Guylaine, qui n’a pas d’enfant. Évidemment disposer de son après-midi libre fait aussi partie des avantages du métier apprécié par les hommes, souvent mis à profit pour exercer une seconde activité rémunérée.

5 Voir aussi Kergoat (1988) et Fortino (2002)

6 C’est ce type de stratégie, interprétant les conduites masculines comme une sorte de bizutage professionnel à surmonter, que relève Agostino et al.

7 La relation aux règles qui prescrivent les modes de remise des plis ou objets recommandés ou fait partie des pratiques qui différencient, voire divisent les facteurs : certains sont réputés déposer systématiquement un avis de passage, que le destinataire soit présent ou non au domicile.

8 Dans ce bureau de distribution il vient d’être mis fin, officiellement, à la pratique ancienne du « fini parti ». Les facteurs sont donc tenus de respecter un « horaire collectif » : s’ils terminent leurs tâches avant l’heure, l’encadrement est supposé les occuper, ; s’ils terminent sensiblement après, ils sont supposés pouvoir réclamer une compensation (monétaire ou temporelle).

9 Chaque unité de distribution voit son organisation – notamment le nombre et la longueur des tournées, et l’étendue du territoire – revue tous les deux ans. Si, au terme de six mois d’ « adaptation », le facteur juge sa tournée infaisable dans le temps prescrit, il peut solliciter une « révision »… sans garantie qu’elle puisse être faite.

10 On mesure ici la rupture introduite dans les modes de socialisation professionnelle, avec la substitution – totale depuis 1982 – de l’embauche de salariés contractuels au niveau départemental ou local au recrutement de postiers fonctionnaires via un concours national.

11 Bien que la région parisienne étant celle où débutent la plupart des jeunes recrutés par concours, la proportion de factrices y est très certainement importante dès les premières années qui ont suivi l’ouverture du concours aux femmes.

12 Les débutants commencent par « rouler » sur plusieurs tournées où ils remplacent les facteurs plus anciens « titulaires » ou « propriétaires » d’une seule tournée lorsqu’ils sont absents, notamment lors de leur « repos de cycle ».

13 « Acheter » une tournée : en devenir titulaire au terme d’une distribution des tournées selon une priorité d’ancienneté.

14 Un double spectre menace les facteurs : la disparition pure et simple de la distribution du courrier-lettres, suite à la numérisation qui provoque une baisse annuelle de 4 à 6 % du flux ; sa défiguration sous la forme du simple « livreur de courrier », voire de prestataire d’autres services.

15 Dans la mesure où Guylaine, dont les propos n’évoquent que ponctuellement une attitude féministe, ne se revendique pas un parcours d’émancipation, cette interprétation peut paraître excessive. À tout le moins on a affaire à un processus d’individuation. Mais on soutient l’interprétation en termes d’émancipation en situant ce parcours individuel dans celui du groupe des femmes qui s’approprient le métier de facteur au cours des années 1970-2000, de telle manière qu’elles y puisent, dans l’ensemble, des ressources de santé que l’on retrouve moins chez leurs collègues masculins (Bouffartigue et Bouteiller, 2015).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Paul Bouffartigue, « Pionnière, à son insu  », La nouvelle revue du travail [En ligne], 7 | 2015, mis en ligne le 03 novembre 2015, consulté le 30 mars 2017. URL : http://nrt.revues.org/2420 ; DOI : 10.4000/nrt.2420

Haut de page

Auteur

Paul Bouffartigue

Aix-Marseille université – CNRS, LEST (UMR 7317)

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo La NRT est soutenue financièrement par
  • Logo CNRS INSHS
  • Logo Centre Pierre Naville - Université d'Evry
  • Logo Laboratoire Printemps (professions, institutions et temporalités)
  • Logo Centre Emile Durkheim
  • Logo Laboratoire lorrain de sciences sociales - Université de Lorraine
  • Logo IRISSO - Dauphine université Paris
  • Logo Multidisciplinaria de Estudios sobre el Trabajo (UMEST) - Universidad Autónoma de Querétaro
  • Logo La NRT est aussi reconnue et soutenue par
  • Logo HCERS
  • Logo Fondation Maison des sciences de l'homme
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org