Navigation – Plan du site
Recensions et notes de lecture

Yves Clot & Dominique Lhuilier (dir.), Perspectives en cliniques du travail, Toulouse, Éditions Érès, 2015, 271 p.

Christophe Massot
Référence(s) :

Yves Clot & Dominique Lhuilier (dir.), Perspectives en cliniques du travail, Toulouse, Éditions Érès, 2015, 271 p.

Texte intégral

1L’ouvrage collectif Perspectives en clinique du travail, dirigé par Yves Clot et Dominique Lhuilier, est une réédition des 13 contributions du premier numéro de la Nouvelle Revue de psychosociologie, paru en 20061. Pour les sciences sociales s’intéressant au travail, cet ouvrage a un triple intérêt. Il permet d’abord d’approcher les proximités et discordances entre différentes perspectives en clinique du travail, c’est-à-dire ici entre la clinique de l’activité, la psychodynamique du travail, la psychosociologie, la sociologie ou la sociologie clinique. Édité initialement en 2006, il permet de préciser l’évolution de certaines de ces perspectives en réponse aux problèmes alors posés. Enfin, certains auteurs interpellent les sciences sociales en interrogeant leur effectivité. Ils appellent ainsi à la mise en discussion des stratégies possibles de transformation des mondes sociaux du travail.

2Rappelant la diversité des perspectives en cliniques du travail, les deux directeurs de l’ouvrage indiquent, dans leur introduction commune, que l’intention première de l’ouvrage n’est pas leur mise en cohérence. L’enjeu est de les mettre en débat. Le nœud de ce débat nous apparaît tenir dans ce qui est entendu par la notion de « clinique ». Pour Lhuilier, « la question centrale en clinique du travail » est celle « des ressources pour l’action en milieu de travail » (p. 247). Clot précise que « la clinique est action et pas seulement tableau » (p. 169). Dit autrement, pour Lhuilier et les auteurs s’inscrivant dans le courant de la clinique de l’activité, la clinique est action, et non pas seulement analyse. Il apparaît, au contraire, pour les auteurs relevant d’autres courants théoriques, que la clinique se définit comme l’analyse de la subjectivité dans son rapport au travail et à l’organisation, Danièle Linhart indiquant comment les « sociologues [sont partis] aussi à l’assaut de la subjectivité » (p. 185). Cherchons à suivre cette ligne de partage entre ces perspectives.

La clinique comme action

3La notion d’action est d’autant plus difficile à saisir pour un regard issu des sciences sociales, que Lhuilier et les psychologues cliniciens de l’activité s’exprimant ici refusent de lui donner un sens univoque ou procédural, soucieux de la laisser ouverte aux problèmes toujours soulevés par la pratique clinique. Dans le premier paragraphe de l’introduction de cet ouvrage, Clot et Lhuilier relèvent « la double face de l’expérience du travail comme occasion de développement de soi, des possibles singuliers ou collectifs et comme empêchement de ces développements » (p. 7). L’action clinique s’inscrit dans l’opposition du développement et de l’empêchement pour soutenir le développement lorsqu’il est empêché. La notion de développement, utilisée par les cliniciens de l’activité, est un faux ami aux yeux du sociologue. Le développement ne signifie pas le cumul ou l’addition, mais la transformation ou le déplacement. Pour approcher cette distinction, un autre terme, l’activité, est essentiel.

4Les cliniciens de l’activité ne définissent pas seulement l’activité réelle par l’écart entre ce qui est à faire et ce qui est fait. « Le réel de l’activité, ce qu’on a voulu faire et qu’on n’a pas pu faire, ce qu’on fait un temps et qui continue d’habiter les situations présentes, ce qu’on fait pour ne pas faire ce qui est à faire, ce qu’on ne fait pas... » écrivent Malika Litim et Katia Kostulski (p. 56). Le réel de l’activité est aussi ce qui ne se fait pas. Cette définition de l’activité permet de comprendre où peut s’exercer l’action des cliniciens. En instruisant un cadre dialogique par lequel les destinataires habituels de l’activité changent, ici le psychologue utilisant sa présence comme outil d’intervention, il s’agit de soutenir les professionnels dans leur redécouverte des possibles non réalisés de l’activité. « Nous tentons ainsi d’installer un cadre dialogique qui offre la possibilité, à travers la multiplicité des adresses qu’il convoque, de redécouvrir toute l’épaisseur des activités de travail. En entrant dans une activité d’analyse de leur activité de travail, les [professionnels] opèrent un déplacement psychique, et revisitent leur activité. [...] Peuvent alors s’ouvrir, se construire ou se retrouver, d’autres destins possibles à l’activité et au métier » précisent ces auteurs (p. 67). L’enjeu de la pratique clinique est la « redécouverte », par ceux qui travaillent, des possibles empêchés de l’activité. Même si les textes présentés ici ne mettent pas au premier plan les problèmes de méthode permettant l’installation d’un tel cadre dialogique, la contribution de Bernard Prot nous propose de suivre ce déplacement en restant au plus près des mots utilisés dans un dialogue entre professionnels et intervenants. Et il faut souligner combien ce travail d’institution des cadres dialogiques et de déplacement des adresses reste un problème difficile et discuté entre cliniciens de l’activité.

5Le développement est compris non comme un supplément, mais comme une transformation des rapports, individuels et collectifs, à l’activité réelle. Mais il n’est pas seulement cela. Ce développement, en enrichissant « le répertoire d’actions possibles, le clavier des gestes envisageables » (p. 230), ouvre aux salariés ou aux professionnels, selon la terminologie de ces cliniciens, la possibilité d’une reprise, collective et individuelle, de ce qu’ils pensent que le travail peut et doit être, et donc d’une transformation effective du travail et de son organisation. « La démarche méthodologique proposée, se fondant sur la thèse que toute activité réalisée contient en soi de l’activité possible, mais non utilisée, est la seule manière de s’opposer aux contraintes mal posées, à une activité mal réglée ou au mauvais usage des rapports de pouvoir dans la régulation des difficultés » écrivent Livia Scheller, Rosette Arbib, Laurence Druet et Élisabeth Reure (p.17). Cette ouverture du répertoire d’actions possible soutient la capacité des professionnels à pouvoir dire ce que peut et doit être leur travail et à agir sur l’organisation. Ce développement est aussi celui du pouvoir d’agir. C’est en ce sens que l’on peut comprendre cette définition de la clinique par Clot : « Une clinique de l’activité se porte à la rencontre de ces conflits de destins dans l’activité collective et individuelle, afin de conserver la possibilité de transformer la tâche et l’organisation pour développer le pouvoir d’agir des professionnels sur l’architecture d’ensemble de leur métier. » (p. 230) L’objet de l’action clinique est le développement du pouvoir d’agir des professionnels sur le métier, assise du développement possible de la santé au travail (p. 227).

6Sans s’inscrire dans l’architecture théorique et pratique de la clinique de l’activité, les deux contributions de Claire Rueff-Escoubès et Jean-Pierre Minary suivent une conception de la clinique comme action. Mais si pour Minary, l’action du psychosociologue consiste à « aider à l’intelligibilité des situations de travail, soutenir l’émergence du sens du travail tout en interrogeant les conditions de son efficience » (p. 118), ces deux textes n’ouvrent pas explicitement la question du lien entre l’expression « du sens » et la transformation effective des situations de travail.

7C’est à cet endroit que nous retrouvons, rétrospectivement, une partie du chemin parcouru par la clinique de l’activité depuis 2006. Ces cliniciens n’ont jamais ignoré que ces destins possibles de l’activité pouvaient s’arrêter au pied du mur de la prescription et du pouvoir hiérarchique. « Les butées de la clinique du travail sont aussi les ressorts psychiques et sociaux de la domination, de l’aliénation », constate Lhuilier (p. 256). L’action clinique se heurtera à ce pouvoir lors de plusieurs interventions. « Reste à penser le problème du pouvoir gestionnaire ou organisationnel qui peut opposer à ces re-élaborations de l’action collective le pouvoir arbitraire de la négation du possible » écrivent Scheller et al. (p. 17)

8Même s’il ne peut s’agir ici d’expliciter les fils complexes de l’histoire de la clinique de l’activité, nous pouvons préciser qu’elle a cherché à répondre à ce problème en élargissant l’institution du cadre dialogique aux directions opérationnelles et aux représentants du personnel. Le comité de pilotage a été progressivement expérimenté comme une instance de mise en discussion des destins de l’activité avec les professionnels et les responsables de l’organisation du travail (Quillerou-Grivot, 2011). En 2014, Clot et Edwige Quillerou-Grivot détaillent ce prolongement de la pratique clinique : « Dans la troisième phase, les résultats produits (en version vidéo ou papier) par les professionnels sur leurs controverses font l’objet d’un autre dialogue institué au sein [du comité de pilotage] caractérisé par la diversité des fonctions et des niveaux hiérarchiques qui s’y confrontent […] Le cercle de la dispute professionnelle s’élargit [...]. [Si] dans la deuxième phase, elle avait pour but le développement du métier au sein du collectif, en retrouvant les représentants du personnel et la direction, les résultats potentiels de ce premier développement acquièrent le statut de moyen pour un autre but : le développement du métier au-delà du collectif et dans l’organisation, autrement dit les transformations possibles de l’organisation du travail et des tâches. » (Clot, Quillerou-Grivot, 2014) L’intervention, encore en cours, de psychologues cliniciens de l’activité dans une usine et un bureau d’études du groupe Renault cherche à prolonger, à une plus grande échelle, l’expérimentation de ce mouvement.

La clinique comme analyse des subjectivités au travail

9Une approche différente de la notion de clinique est avancée par les autres articles relevant de courants théoriques différents. Ici, l’enjeu clinique est l’analyse des liens entre les vécus subjectifs des professionnels et les organisations du travail. L’analyse, attachée au respect de la subjectivité des salariés au travail, précède l’action de transformation.

10La contribution de Pascal Molinier et Jocelyne Porcher, discutant une enquête de psychodynamicien du travail, cherche à comprendre les ressorts d’une souffrance identitaire des salariés d’élevages porcins. Ces auteurs relèvent les stratégies collectives de défense permettant de se protéger de la perception de la souffrance des animaux et des risques du travail, d’éviter l’anticipation des impasses de la production agro-industrielle. In fine, pour ces auteurs, participant à un « programme de recherche qui a pour objectif de mettre au point des systèmes de production porcine [respectueux] de l’environnement tout en restant compétitif », « la question qui demeure […] est plutôt celle de comprendre “comment l’on s’habitue” au rapport industriel à l’animal » (p. 70). Pour ces auteurs, l’enjeu est de comprendre les dynamiques de la subjectivité au travail.

11La contribution de Magalie Bonnet, psychologue, montre « une clinique du travail qui accorde une place centrale à la réalité de l’activité [et qui] amène à comprendre comment la subjectivité des aides à domicile peut être analysée dans sa confrontation à un objet de travail co-construit par la relation établie entre personnes âgées et professionnelles » (p. 95). Sa conclusion est que si l’aide à domicile se trouve en contradiction entre une reconnaissance personnelle, prise dans une relation de service relationnel, et une reconnaissance publique, prise dans une relation de service technique, elle peut parvenir à articuler les deux par l’expérience et des pratiques invisibles.

12L’article de François Danet, psychologue, Marc Bremond et Dominique Robert, médecins, expose leur recherche sur la médecine d’urgence mettant en lumière l’effort des urgentistes pour faire valoir une pratique spécifique mais marginale dans les centres hospitaliers, « dévoilant ainsi les contraintes et les paradoxes du système de soin » (p.155).

13Hélene Weber, psychologue et sociologue, analyse, chez les salariés de McDonald’s, entreprise dans laquelle elle a réalisé son travail de thèse, les dynamiques de l’adhésion. La question qui l’occupe « n’est cependant pas d’éclairer les déterminants de l’action mais ceux d’un vécu singulier : l’adhésion aux normes, principes et valeurs véhiculées au sein de l’entreprise » (p. 158). Cette auteure analyse la séquence du processus d’adhésion en trois temps : les phases initiatique, fusionnelle et imaginaire.

14La contribution de Marie-Anne Dujarier, sociologue, intégrant « la subjectivité dans l’analyse organisationnelle », montre comment la hiérarchie sociale, dans certaines organisations, est « tendue entre deux pôles : ceux qui “ont pris de la hauteur” (par rapport aux contradictions) et ceux qui “ne sont pas à la hauteur” (des contradictions déléguées). Dans cette division sociale du travail d’organisation, la reconnaissance va prioritairement à ceux qui peuvent éviter la confrontation concrète aux contradictions et limites de l’activité » (p. 181). L’auteur avance l’hypothèse d’une « division morale » du travail liée à cette division du travail d’organisation.

15Enfin Isabelle Bertraux-Wiame et Danièle Linhart s’intéressent, également en sociologues, « à la modernisation sous l’angle d’une remise en cause de règles implicites du jeu entre salariés et employeurs, et à leurs effets objectifs et subjectifs sur la vie (privée et de travail) des salariés » à partir de trois terrains d’enquête (p. 188). Ces auteures constatent que les directions peuvent mobiliser la subjectivité des salariés « pour l’utiliser au mieux des seuls intérêts de l’entreprise et la mettre sous haute tension » ou, au contraire, la nier quand il s’agit de fermer une entreprise.

16Pour ces six contributions, très différentes, il s’agit bien de « comprendre », « dévoiler », « analyser » et « présenter » les relations entre la subjectivité des salariés et l’organisation. La clinique est ici tableau des subjectivités souffrantes dans leurs relations à l’organisation du travail. Mais, dans ces textes, la question de l’action et de la transformation de ces rapports n’est pas explicitée.

Des stratégies d’action à mettre en débat

17Cet ouvrage met en résonance deux perspectives, l’une orientée par l’action de transformation et l’autre par l’analyse des subjectivités au travail. Mais ces deux perspectives sont, dans cet ouvrage, plus juxtaposées que mises en débat. Dans un autre ouvrage de la collection « Agir en clinique du travail », postérieur à la date de publication initiale de ces textes, Clot et Lhuilier appuieront davantage leur perspective, refusant que la clinique puisse se définir comme analyse : « La clinique ne peut se réduire à des observations, des analyses de “cas” individuels et/ou de situations de travail. Elle n’est pas réductible au diagnostic élaboré par un expert “au chevet du lit de malade” [ou] des “blessés” des combats qui se mènent dans les mondes industrieux [...]. La clinique est action de transformation. » (Clot & Lhuilier, 2010, p. 8) Dans l’ouvrage qui nous intéresse ici, Lhuilier souligne l’insuffisance et l’ineffectivité de l’analyse produite par les sciences sociales : « La position critique aussi fine soit-elle dans le décryptage des processus de domination, voire d’emprise, nous semble contre-productive : à démontrer la puissance de ces mécanismes, la subtilité de la congruence des forces qui concourent à la déliaison, la soumission, l’anesthésie, on ne peut qu’être renvoyé à l’impuissance, voire au Prozac. La perspective critique, souvent privilégiée dans les sciences sociales, est à la fois indispensable et insuffisante » écrit-elle en conclusion de l’ouvrage (p. 256). Cette critique franche des sciences sociales et donc de la sociologie nous paraît elle-même « indispensable et insuffisante ».

18Indispensable parce que les sciences sociales, comme toute activité, ont à s’interroger sur l’effectivité de leur pratique : les analyses des contradictions des organisations et des tensions pesant sur les subjectivités au travail permettent-elles effectivement de transformer le monde social ? Ces analyses laissent-elles les acteurs certes éclairés, mais sans moyen d’agir sur leur situation ? Cette interrogation est légitime et ne peut être évitée, sauf à condamner les sciences sociales à devenir un savoir sans effet.

19Insuffisante parce que la controverse entre action clinique et analyse sociale n’est pas menée jusqu’au bout. Les sciences humaines ont leurs stratégies d’action effective sur le monde social. Elle peut être, sans qu’il s’agisse ici aussi de réduire trop rapidement des perspectives multiples, de transformer les organisations, par la compréhension de ses contradictions et par la transmission de cette compréhension aux acteurs, pour agir sur le travail. Cette stratégie peut prendre des formes différentes selon les choix des acteurs à informer : dirigeants politiques, directeurs généraux d’entreprise, représentants du personnel, militants, salariés ou citoyen, etc. Pour Lionel Jacquot, la sociologie critique « [relève] du long travail de démystification que ne peuvent pas accomplir les acteurs ordinaires [et] s’adresse à des contre-publics à qui elle peut fournir des instruments de défense contre la domination » (Jacquot, 2014). Ici l’analyse sociologique s’adresse en particulier aux citoyens, aux militants et aux salariés. Pour d’autres auteurs, notamment en sciences de gestion, il s’agit davantage de convaincre le pouvoir législatif et les directions d’entreprise des limites contemporaines des organisations (Favereau, 2010 ; Gomez, 2013) et des formes juridiques de l’entreprise (Hatchuel & Segrestin, 2012). Mais la stratégie commune consiste à comprendre et transmettre pour soutenir l’action de transformation du monde social.

20Nous savons, à la lecture de cet ouvrage, que la stratégie de la perspective clinique, défendue par Clot et Lhuilier, est d’instruire des cadres dialogiques en milieu de travail, avec les professionnels et les directions opérationnelles, pour transformer l’organisation par le développement du pouvoir d’agir des professionnels. Prendre parti pour ou contre une de ces stratégies ne nous semble pas être l’enjeu le plus décisif. Nous pensons que l’enjeu serait surtout de mettre en discussion ces stratégies pour les mettre au travail et les développer. Et il s’agirait de creuser leurs rapports, c’est-à-dire de mettre au travail les questions essentielles des liens entre savoir et action, acteur et sujet, normes et normativité, permanence et transformation, etc. Questions qui demeurent centrales pour ces deux champs disciplinaires. Mais si un tel espace de discussion manque dans ce recueil, sans doute ne faut-il pas incriminer ces auteurs tant ces espaces sont peu nombreux et difficiles à bâtir. Peut-être la réédition de cet ouvrage pourra-t-elle servir à l’entretien d’un débat nécessaire aux deux champs disciplinaires et à la transformation effective des mondes du travail ?

Haut de page

Bibliographie

Clot Yves et Lhuilier Dominique (2010), « Introduction », dans Yves Clot et Dominique Lhuilier (dir.), Agir en clinique du travail, Toulouse, Éditions Érès, coll. « Clinique du travail », 7-10.

Clot Yves et Quillerou-Grivot Edwige (2014), « La qualité du travail : un problème avant d’être une solution », dans Dominique Lhuilier (dir.), Qualité du travail, Qualité au travail, Toulouse, Éditions Octarès.

Favereau Olivier (2014), Entreprises. La grande déformation, Paris, Éditions Parole et Silence.

Gomez Pierre-Yves (2013), Le Travail invisible. Enquête sur une disparition, Paris, Édition François Bourin.

Hatchuel Armand & Segrestin Blanche (2012), Refonder l’entreprise, Paris, Le Seuil, coll. « La république des idées ».

Jacquot Lionel (2014), « Ouvertures critiques », La Nouvelle Revue du Travail, n° 4. [En ligne] http://nrt.revues.org/1596

Quillerou-Grivot Edwige (2011), Fonction psychologique et sociale du collectif pour la santé au travail : le cas de l’activité d’opérateurs de montage automobile, Thèse pour le doctorat en psychologie du travail, CNAM, Paris.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Christophe Massot, « Yves Clot & Dominique Lhuilier (dir.), Perspectives en cliniques du travail, Toulouse, Éditions Érès, 2015, 271 p. », La nouvelle revue du travail [En ligne], 7 | 2015, mis en ligne le 01 novembre 2015, consulté le 18 octobre 2017. URL : http://nrt.revues.org/2493

Haut de page

Auteur

Christophe Massot

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo La NRT est soutenue financièrement par
  • Logo CNRS INSHS
  • Logo Centre Pierre Naville - Université d'Evry
  • Logo Laboratoire Printemps (professions, institutions et temporalités)
  • Logo Centre Emile Durkheim
  • Logo Laboratoire lorrain de sciences sociales - Université de Lorraine
  • Logo IRISSO - Dauphine université Paris
  • Logo Multidisciplinaria de Estudios sobre el Trabajo (UMEST) - Universidad Autónoma de Querétaro
  • Logo La NRT est aussi reconnue et soutenue par
  • Logo HCERS
  • Logo Fondation Maison des sciences de l'homme
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org