Navigation – Plan du site
Recensions et notes de lecture

Annie-Charlotte Giust-Ollivier, Florence Oualid (dir.), Les Groupes d’analyse des pratiques, Toulouse, Éditions Érès, 2015, 320 p.

Bertrand Mangin
Référence(s) :

Annie-Charlotte Giust-Ollivier, Florence Oualid (dir.), Les Groupes d’analyse des pratiques, Toulouse, Éditions Érès, 2015, 320 p.

Texte intégral

1Ce livre collectif consacré aux groupes d’analyse des pratiques (GAP), originellement paru dans La Nouvelle Revue de psychosociologie, et réédité cette année en format poche aux éditions Érès, atteste vraisemblablement du « développement exponentiel » de ces dispositifs dans le monde du travail (Giust-Ollivier, Oualid, p. 7) ainsi que de l’intérêt de plus en plus grand qui leur est porté.

2Si cet ouvrage traite de questions « classiques » concernant la construction de ces dispositifs, les principes les structurant et le type de travail qu’ils permettent pour les participants, il propose aussi, au gré de plusieurs articles, de développer une réflexion plus sociologique qui donne à voir la manière dont ces groupes rencontrent et interrogent les mutations du monde du travail contemporain.

3Le premier intérêt transversal de ce livre est méthodologique et réside dans la vision globale qu’il offre de ce qu’est un GAP. Même si l’on perçoit au fil des articles la présence de quelques disparités dans les modalités de construction de ces groupes, de grands traits tendent néanmoins à se dégager et permettront au lecteur d’avoir une idée plus précise de ce en quoi ils consistent.

4D’une manière générale, ces dispositifs se présentent comme des lieux réunissant régulièrement, sur la base du volontariat, des professionnels autour d’un animateur extérieur. L’objectif pour les participants est de « mettre au travail » des situations concrètes et précises avec lesquelles ils se sentent en difficulté sur le plan subjectif. Le principe de fonctionnement est le suivant : un membre présente et décrit une situation devant les autres membres du groupe, et ceux-ci lui adressent, par la suite, des éléments visant à l’aider, à l’interroger ou à lui faire prendre de la distance par rapport aux éléments qu’il a pu relater. La méthode amène aussi à aborder et traiter les situations de manière successive. Ainsi, chacun peut accueillir les propos adressés et se focaliser sur la situation « déposée » par l’un des membres du groupe.

5À un autre niveau, l’assemblage des témoignages qu’offre ce livre permet au lecteur d’appréhender avec plus d’acuité les intérêts que représentent de tels dispositifs pour les professionnels qui s’y trouvent engagés. Les articles montrent ainsi une multiplicité d’effets de tels groupes sur les personnes. Effets qui varient selon les intervenants, les types d’analyse proposés, les structurations des dispositifs, les organisations concernées, les populations et problématiques rencontrées, dont il serait difficile de faire une restitution exhaustive ici. Pour autant, une lecture transversale de l’ouvrage révèle que les GAP se présentent avant tout comme des lieux privilégiés de construction ou de reconstruction du sens, là où celui-ci s’est trouvé rompu, perdu, dévoyé, pour l’un ou pour plusieurs des participants. On observe, au fil des articles, la manière dont ces dispositifs trouvent une véritable efficience pour des professionnels aux prises avec des situations où le sens du travail se trouve particulièrement difficile à construire : dans des contextes de transformations organisationnelles ou institutionnelles majeures (Giust-Desprairies), pour des professionnels en formation ou qui se confrontent pour la première fois au réel de leur travail (Dubois), ou encore dans des situations où les normes censées guider le travail se présentent comme contradictoires vis-à-vis de la finalité de l’activité (Cortessis). Cette reconstruction de sens peut se faire, au sein des groupes, par l’élucidation de ce qui se trame pour le sujet sur le plan psychique ou sur la scène sociale dans laquelle il évolue au travail.

  • 1 Thématique que l’auteure traite notamment au travers de son dernier ouvrage, Figures de l’imaginair (...)

6Interroger les phénomènes sociaux qui frappent et parfois déstabilisent les professionnels peut apparaître comme l’un des enjeux cardinaux des GAP. Ainsi, en offrant un espace de parole et d’élaboration collectif, ces groupes favorisent en réalité l’émergence d’une réflexivité permettant aux participants d’appréhender plus précisément les processus sociaux (intersubjectif, groupaux, organisationnels, institutionnels, etc.) qui viennent les déstabiliser, parfois à leur insu, dans leurs situations de travail. Florence Giust-Desprairies pointe notamment le déplacement qu’a permis d’opérer un tel dispositif pour des professionnels « soumis à des contraintes éprouvées comme excessives qui pèsent sur leur pratique » (p. 100), et pris dans un contexte groupal où les liens peinent à se tisser dans la solidarité et la coopération. Par le travail collectif engagé, les participants ont ainsi pu saisir les effets délétères d’une logique de rationalisation de l’activité à l’œuvre au sein de leur structure, sur leurs ressentis et sur leur rapport subjectif au travail1.

7Au travers de plusieurs articles, le lecteur peut également percevoir dans quelles mesures les GAP offrent la possibilité aux participants d’interroger la manière dont leur histoire personnelle resurgie et influence leurs postures et leurs actes au travail. Le texte de Claudine Blanchard Laville, travaillant avec des groupes d’enseignants, se présente comme le plus éclairant à ce sujet. Aux yeux de l’auteure, les GAP sont des lieux privilégiés de réflexivité sur ce que l’auteure nomme chez les enseignants « le transfert didactique », en ce sens qu’ils permettent aux professionnels d’explorer ce qui, dans le rapport subjectif qu’ils entretiennent au savoir et à leur groupe d’élèves, intervient dans leurs conduites professionnelles et leur posture didactique. En travaillant au démêlement de ce qui tient d’eux et de ce qui se joue pour eux dans le déroulement des situations professionnelles problématiques, voire traumatiques, les participants peuvent ainsi reconquérir des marges de contrôle sur leurs propres attitudes et retrouver du sens à leurs pratiques là où celui-ci semblait égaré ou rompu.

8Par ailleurs, ces articles montrent qu’en ouvrant un espace de parole libre, les professionnels peuvent aussi mettre au travail les idéaux professionnels qu’ils poursuivent quand ceux-ci tendent à devenir agressifs, voire persécutants, pour eux. En effet, lorsque les situations d’échec ou de grandes difficultés pointent des écarts insoutenables entre ce que les professionnels souhaiteraient être et ce qu’ils ont le sentiment d’être en situation de travail, c’est bien souvent leur identité professionnelle qui se trouve fragilisée. Aussi, les groupes d’analyses de pratiques permettent-ils aux participants de déconstruire des idéaux bien souvent inatteignables qu’ils ont échafaudés au fil de leurs rencontres et formations. Ce processus d’analyse et de conscientisation les aide, de ce fait, à faire une part plus belle au professionnel qu’ils peuvent soutenir, dans leurs représentations du professionnel idéal qu’ils poursuivent.

9La lecture de cet ouvrage invite aussi le lecteur à s’interroger sur les éléments et grands principes qui structurent les GAP, afin de mieux appréhender le type de travail qu’ils permettent. Tout d’abord, ces groupes se distinguent par le registre de parole qu’ils sollicitent chez les participants. Ceux-ci sont conviés à délaisser un récit objectif, déclaratif pour se saisir d’une parole plus subjective, c’est-à-dire émanant du lieu de leur ressenti. Dans cette perspective, nous pourrions dire que ce n’est pas uniquement l’acteur qui se trouve invité à parler, mais aussi le sujet qui se dissimule derrière, dans ses dimensions conscientes, inconscientes, affectives, irrationnelles, etc. Aussi, lorsque des situations de travail sont présentées, l’enjeu n’est donc pas de tester la véracité des propos où des situations rapportées, mais plutôt de saisir le sens et la structuration du récit dans ce qu’ils révèlent des éléments en travail pour celui qui énonce ou écrit : « Le récit a un auteur qui n’est pas neutre. […] Les évènements racontés par un enseignant dans un texte disent quelque chose de lui. L’auteur de la monographie est un sujet singulier et les faits saillants qu’il rapporte dans son récit, les termes qu’il choisit, peuvent nous renseigner sur lui. » (Dubois, p. 248) C’est donc en interrogeant le filtre par lequel le récit se trouve construit que les participants peuvent tenter de saisir ce qui est en jeu inconsciemment dans la situation relatée. En outre, cela présuppose qu’il existe un sens caché, autre que celui qui se présente sur le plan manifeste, dans les scènes rapportées par les participants ; c’est donc, pour reprendre l’expression de Martine Lacour : « savoir qu’il y a “un métro sous le boulevard” » (p. 269).

10Or, cette élucidation du sens, qui procède par tâtonnement, se trouve favorisée par la dimension groupale du travail d’analyse proposé dans le cadre de tels dispositifs. En réagissant à la situation exposée, les autres membres du groupe offrent à l’exposant de nouvelles approches, de nouveaux éléments, dont celui-ci pourra se saisir ou non, et qu’il pourra retravailler, ou réajuster, afin de les inscrire plus facilement dans le sens dont il est en quête. Ce « kaléidoscope » (Lacour, p. 216), cette mosaïque de regards que le collectif propose au professionnel, va se constituer comme une source signifiante dans laquelle ce dernier pourra puiser, afin d’appréhender, sous un angle désormais déplacé, sa posture et ses actes au travail.

11De plus, l’analyse des pratiques n’adopte pas pour visée une résolution directe des problématiques que les participants viennent déposer. Il s’agit plutôt pour les professionnels de s’inscrire dans une réflexivité vis-à-vis des situations avec lesquelles ils se débattent, afin d’approcher plus précisément les processus sociaux et psychiques qui les traversent et les fragilisent dans leur travail. Ces prises de conscience, toujours relatives, visent à leur redonner des marges de manœuvre afin qu’ils identifient par eux-mêmes des voies de résolution. C’est d’ailleurs l’une des caractéristiques qui semble distinguer ces dispositifs d’analyse des pratiques des groupes de formation à l’etude et la résolution de problème (ERP), présentés par Christian Michelot dans le premier article de cet ouvrage. En effet, si l’ERP (issue des travaux de Guy Palmade), comme les GAP, intègre dans sa méthode de travail ce qui se joue sur le plan subjectif pour les participants, l’ERP vise directement une « préparation des décisions d’ordre pratique » (Michelot, p. 22) c’est-à-dire une résolution du problème dans sa dimension manifeste, ce qui n’est pas le cas pour les GAP.

12Ces quelques réflexions nous amènent à toucher du doigt ce qui se dessine comme la véritable finalité des GAP : tout en évitant l’écueil de la normalisation des pratiques, ces groupes invitent en réalité les professionnels à cultiver « le bricoleur » en eux (Di Rocco, Ravit), c’est-à-dire celui qui cherche à retrouver par les ressources dont il dispose des potentialités nouvelles d’action ou, plus simplement, un mieux-être au travail. En d’autres termes, ce dont il est question c’est de « se déprendre en lieu et place de se défendre » (Gaillard, 2003, 85).

13Par ailleurs, la lecture de cet ouvrage appelle, nous semble-t-il, une réflexion sociologique concernant les caractéristiques des métiers représentés au travers de ces pages. En effet, on ne peut s’empêcher de noter que les professions représentées sont les mêmes, à quelques exceptions près (dans les articles de Florence Giust-Desprairies, Sandrine Cortesis et Christian Michelot notamment) : des médecins et des personnels soignants, des enseignants et des travailleurs sociaux. La question peut donc être soulevée des raisons pour lesquelles ces métiers apparaissent comme particulièrement enclins au type de travail qu’induisent les GAP.

  • 2 Par exemple des relations didactiques pour les enseignants ou de soin pour les professionnels de la (...)

14Les articles compilés dans cet ouvrage nous permettent d’esquisser des pistes de réflexion à ce sujet. Effectivement, les professions qui se donnent à voir au travers de ces travaux se manifestent, dans une certaine mesure, comme des « métiers du lien », pour reprendre l’expression soumise par Claudine Blanchard Laville (p. 215). En ce sens, ils se présentent avant tout comme des professions basées sur la construction et l’entretien de certains types de relations2 avec un ou plusieurs sujets. Les exemples des enseignants ou des pédiatres structurellement pris dans les liens entre « la maladie, le père, la mère, l’enfant et nous » (De Leersnyder, p. 32) sont significatifs à cet égard.

15Nous pourrions aussi considérer que ces métiers apparaissent comme particulièrement chargés sur le plan symbolique de par la place centrale qu’occupent leurs missions dans nos sociétés occidentales contemporaines : santé, éducation, aide sociale. Ainsi pourrions-nous dire que cette dimension symbolique, dont semblent investis ces métiers, tend à accentuer les charges affectives projetées dans les relations et les enjeux que ces dernières cristallisent pour les sujets impliqués. Continuer à construire ou à entretenir le sens que l’on donne à sa pratique apparaît comme particulièrement difficile dans des conditions où les charges affectives en jeu sont puissantes et les enjeux pour chacun des sujets forts, camouflés et parfois antagonistes. L’article de H. de Leersnyder, pédiatre ayant participé pendant plusieurs années à des GAP, éclaire particulièrement cette dimension dans ce qu’il révèle de la complexité des relations entre le médecin, l’enfant et sa famille. Ainsi, les GAP se présentent comme des espaces privilégiés pour démêler, dans les liens tissés, ses propres enjeux, affects, responsabilités, de ceux engagés par les autres.

16Pour conclure, il est intéressant de relever que l’ouvrage ne s’inscrit pas dans une démarche normative. Les différents articles ne cherchent pas à définir ce que devrait être un GAP, mais donnent au contraire à voir une multiplicité de dispositifs. La lecture des articles est rendue particulièrement appréciable grâce aux nombreuses « vignettes cliniques » que proposent les auteurs. Ces passages, qui cherchent à rendre compte précisément de ce que les professionnels investissent sur le plan subjectif dans leur activité et les missions dont ils ont la charge, démontrent que les organisations ne sont pas uniquement des univers de procès de production et des systèmes où se déploient les jeux d’acteurs, mais qu’elles se structurent également autour de représentations collectives en mouvement, qui tendent à drainer, avec plus ou moins d’efficacité, les affects des sujets au travail (Giust-Desprairies, 2009 ; Enriquez, 1997).

  • 3 Pour une exploration plus approfondie des fondements épistémologiques de la psychosociologie on pou (...)

17On avertira d’avance aussi le lecteur peu familier du vocabulaire et référentiel psychanalytique, des multiples références empruntées à ce champ et mobilisées au cours des textes. Néanmoins, on ne saurait s’en étonner étant donné que l’ouvrage dont il est question ici est initialement paru dans La Nouvelle Revue de psychosociologie. La psychosociologie structurant notamment son épistémologie autour de la sociologie, de la psychologie sociale clinique et de la psychanalyse3.

18En guise d’ouverture, nous pourrions dire que par cette plongée dans les GAP, nous avons pu accéder à des processus psychiques et collectifs par lesquels les professionnels donnent du sens à ce qu’ils sont et font au travail. À cet égard, cette lecture apporte des éléments éclairant sous un autre angle la complexité de ce qui peut faire « identité professionnelle » et invite, de ce fait, à relire les ouvrages consacrés à cette notion (Sainsaulieu, 1977 ; Dubar, 1991), ou qui en traitent indirectement, comme ceux centrés sur les sujets face aux « sales boulots » (Hugues, 1996 ; Lhuillier, 2005).

Haut de page

Bibliographie

Dubar Claude (1991), La Socialisation. Construction des identités sociales et professionnelles, Paris, Armand Colin.

Enriquez Eugène (1997), L’Organisation en analyse, Paris, PUF.

Gaillard Georges (2003), « Le cheval d’Itzig, la “formation à partir de la pratique” et l’université », Connexions, n° 78, 2, 79-90.

Gaulejac Vincent de, Hanique Fabienne et Roche Pierre (dir.) (2011), La Sociologie clinique. Enjeux théoriques et épistémologiques, Ramonville-Saint-Agne, Érès.

Giust-Desprairies Florence (2004), Le Désir de penser : construction d’un savoir clinique, Paris, Tétraèdre.

Giust-Desprairies Florence (dir.) (2009), Entre social et psychique, questions épistémologiques, Paris, L’Harmattan, coll. « Changement social ».

Giust-Desprairies Florence (2009), L’Imaginaire collectif, Ramonville-Saint-Agne, Érès.

Giust-Desprairies Florence et Faure Cédric (2014), Figures de l’imaginaire contemporain, Paris, Éditions des archives contemporaines.

Hughes Everett C. (1996), Le Regard sociologique. Essais choisis, Paris, Éditions de l’EHESS.

Lhuilier Dominique (2005), « Le “sale boulot” », Travailler, n° 14, p.73-98.

Sainsaulieu Renaud (1977), L’Identité au travail. Les effets culturels de l’organisation, Paris, Presses de la Fondation nationale des sciences politiques.

Haut de page

Notes

1 Thématique que l’auteure traite notamment au travers de son dernier ouvrage, Figures de l’imaginaire contemporain (Giust-Desprairies et Faure, 2014).

2 Par exemple des relations didactiques pour les enseignants ou de soin pour les professionnels de la santé.

3 Pour une exploration plus approfondie des fondements épistémologiques de la psychosociologie on pourra, entre autres, consulter La Sociologie clinique. Enjeux théoriques et épistémologiques (de Gaulejac, Hanique et Roche, 2011), Entre social et psychique : question épistémologique (Giust-Desprairies, 2009) ou encore Le Désir de penser. Construction d’un savoir clinique (Giust-Desprairies, 2004).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Bertrand Mangin, « Annie-Charlotte Giust-Ollivier, Florence Oualid (dir.), Les Groupes d’analyse des pratiques, Toulouse, Éditions Érès, 2015, 320 p. », La nouvelle revue du travail [En ligne], 7 | 2015, mis en ligne le 01 novembre 2015, consulté le 27 juin 2017. URL : http://nrt.revues.org/2504

Haut de page

Auteur

Bertrand Mangin

LCSP – université Paris VII Diderot

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo La NRT est soutenue financièrement par
  • Logo CNRS INSHS
  • Logo Centre Pierre Naville - Université d'Evry
  • Logo Laboratoire Printemps (professions, institutions et temporalités)
  • Logo Centre Emile Durkheim
  • Logo Laboratoire lorrain de sciences sociales - Université de Lorraine
  • Logo IRISSO - Dauphine université Paris
  • Logo Multidisciplinaria de Estudios sobre el Trabajo (UMEST) - Universidad Autónoma de Querétaro
  • Logo La NRT est aussi reconnue et soutenue par
  • Logo HCERS
  • Logo Fondation Maison des sciences de l'homme
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org