Navigation – Plan du site
Recensions et notes de lecture

Annie Jolivet, Anne-Françoise Molinié & Serge Volkoff (dir.), Le Travail avant la retraite. Emploi, travail et savoirs professionnels des seniors, Paris, Centre d’études de l’Emploi et Éditions Liaisons, 2014, 225 p.

Pierre Tripier
Référence(s) :

Annie Jolivet, Anne-Françoise Molinié & Serge Volkoff (dir.), Le Travail avant la retraite. Emploi, travail et savoirs professionnels des seniors, Paris, Centre d’études de l’Emploi et Éditions Liaisons, 2014, 225 p.

Texte intégral

1Il y a environ cinquante ans, en 1964 ou 1965, Alain Touraine, dans son séminaire au Laboratoire de sociologie industrielle, s’étonnait du fait que les ouvriers interrogés par un institut de sondage répondissent que ce qu’ils craignaient le plus dans le futur était le chômage. Il y voyait le fardeau d’un passé révolu : « Comment craindre le chômage – disait-il – après presque vingt ans de plein emploi ? »

2Dix ans plus tard vint la crise pétrolière. Ici, le mot crise n’est ni superflu ni outrageusement dramatique, puisqu’il signifie moment de rupture, moment après lequel le présent ne ressemble plus du tout au passé. Car commençait avec lui le temps de la déchirure du contrat social antérieur, le temps d’un chômage de plus en plus massif, le temps de la course désespérée au Graal qui allait pouvoir faire revenir l’état antérieur. Le temps où personne ne prendra le taureau par les cornes, où personne ne s’arrêtera pour dire : « Nous ne connaîtrons plus jamais le plein emploi, donc nos systèmes de protection sociale basés sur cette hypothèse doivent être reconsidérés de fond en comble ». Le temps des bricolages inconsistants se cachant sous le nom pompeux de « politiques publiques ».

3Parmi ceux-ci, la préretraite, instituée en 1984 (vingt ans après la constatation d’Alain Touraine, dix ans après le doublement brusque du prix du pétrole). Dispositif par lequel la France marquait sa préférence pour le départ de l’emploi des plus de cinquante-cinq ans, puisque l’État s’engageait vis-à-vis de la puissante UIMM (Union [patronale] des industries métallurgiques et minières) et, avant tout, de l’industrie sidérurgique, à continuer à verser aux salariés seniors environ 60 % du salaire qu’ils touchaient pendant leur activité ; jusqu’à ce qu’ils soient élus à prendre leur retraite, 10 ans plus tard, tout en les forçant à se retirer du marché du travail.

4Pourquoi se débarrasser des plus de cinquante-cinq ans ? En quoi sont-ils devenus inaptes ? Se sentent-ils eux-mêmes déphasés dans leur travail ? La préretraite qui avait coûté très cher au contribuable avait-elle une raison d’être ou répondait-elle simplement au souhait de jeunes ingénieurs et cadres de ne pas avoir sous leurs ordres des personnes plus âgées qui auraient pu leur en remontrer, donc fragiliser leur autorité ?

5Ce livre répond à ces questions dans le détail et sur un mode pédagogique, quelquefois un peu répétitif, trente ans après l’institution de ce qui apparaît rétrospectivement comme un expédient trouvé à la hâte.

6L’ouvrage est divisé en trois parties : la première examinant les politiques publiques et celles des entreprises vis-à-vis des personnes âgées de plus de cinquante ans, la deuxième traitant des rapports entre âge du travailleur et santé, la troisième évaluant les dispositifs de transmission des connaissances et savoirs-faire des anciens aux moins âgés. Les méthodes mises en œuvre dans l’analyse sont d’abord quantitatives, rappelant ou étudiant des documents statistiques nationaux ou européens, comme les enquêtes d’Eurofond (deuxième partie, chapitre 2), mais illustrées, circonstanciées et explicitées par des enquêtes de terrain menées par le centre d’études des emplois, dans un accord « quanti-quali » harmonieux.

7Il résulte de la lecture le paradoxe qu’en 1981, la gauche qui vient au pouvoir après plus de dix ans d’opposition y arrive avec le mot d’ordre « La retraite à 60 ans », et ceci dans une France dont l’espérance de vie allait augmenter de plus de 11 ans en 40 ans (1970/2010), où le plein emploi n’est plus assuré et où les retraites sont payées par l’ensemble des actifs, d’où la pression des organismes supranationaux – OCDE, Communauté européenne – pour que la période d’emploi de séniors s’allonge grâce à des dispositifs et des incitations décrits et analysés dans le livre. Ils comprennent aussi bien l’allocation pour remplacement d’emploi, qui visait à favoriser la transmission de savoirs, qu’à l’opposé, la dispense de recherche d’emploi pour les chômeurs âgés, soit la possibilité de ne plus être rayé des listes sans avoir à démontrer son acharnement à trouver du travail. Un chapitre est consacré à la rupture conventionnelle qui nécessite « l’accord des deux parties et une homologation administrative » (p. 53-70). L’inaptitude du salarié plus âgé étant, la plupart du temps, difficile à prouver et l’employeur devant « attendre que le salarié ait atteint 60 ans pour s’en défaire » (p. 62), cette rupture conventionnelle est un instrument qui permet d’acter, avec un peu de pression malveillante sur la personne, les stéréotypes sur l’adéquation difficile des plus vieux à un monde économique de plus en plus numérisé.

8Un autre chapitre expose les résultats d’une enquête non sur le maintien dans l’emploi mais sur l’embauche des plus de cinquante ans. Il s’agit de l’enquête de la Dares nommée OFER « Offre d’emploi et de recrutement ». Il en résulte entre autres que plus l’acte d’évaluation du candidat est direct (moins il passe par un recruteur), plus il est formalisé et davantage le senior a des capacités à démontrer sa valeur et être recruté.

9Le livre se poursuit en examinant les relations entre la santé du senior et son travail. S’appuyant sur les travaux ergonomiques, il relativise fortement les images associées au « vieillissement de la population » et arrive au constat que l’âge n’est pas seulement chronologique mais a des composantes biologiques, psychologiques, sociales et politiques. Si certaines entreprises envisagent l’âge comme un handicap croissant à la productivité, d’autres préfèrent fidéliser leurs « anciens ». Dès lors une sorte de géographie des lieux favorables à la présence des plus de cinquante ans se dessine, dépendant de la mobilisation de l’ancien, de son entourage et du système de travail. L’articulation de ces niveaux conditionnant une stabilité favorable au maintien des seniors.

10Nous passons ensuite à une comparaison intereuropéenne fondée sur l’enquête d’Eurofond. L’enquête porte avant tout sur les femmes entre 50 et 64 ans. Elle compare les types d’emploi des seniors selon les pays, le fait de travailler à temps partiel et la catégorie socioprofessionnelle. Il en résulte une évolution peu favorable à l’employée en âge mais où la discrimination par genre est de moins en moins patente, car au fur et à mesure qu’elles approchent 60 ans les femmes qui, plus jeunes pensaient ne pas pouvoir tenir leur poste à cet âge, déclarent pouvoir y rester. Donc gomment la différence qui naîtrait de leur plus faible endurance supposée.

11Le dernier chapitre de cette section porte sur certaines « bonnes pratiques » d’entreprises que les auteurs situent dans leur singularité en mettant en garde contre les tentations universalistes de les généraliser. Des « observatoires des seniors », par exemple, agiraient en vue d’éloigner ceux-ci des horaires atypiques. L’inventaire de ces actions constaterait que les politiques favorables aux seniors le sont également aux autres catégories, donc seraient d’une portée moins singulière que le problème qu’elles cherchaient à résoudre.

12La dernière partie étudie le résultat des actions dans lesquelles les plus âgés forment de plus jeunes, montrant le caractère incertain de certains dispositifs, puis la capacité des plus âgés de passer du monde « fordiste » où les relations à autrui passaient par la médiation du groupe vis-à-vis du contremaître à celui de la négociation en face à face menée par un individu seul. Aboutissant, ici encore à des résultats incertains.

13Comme on le voit, ce livre prend à bras-le-corps le caractère multidimensionnel de la question qu’il étudie. Il en résulte un éventail de réponses aux stéréotypes véhiculés sur l’âge, mais aussi des bases solides pour des études ultérieures. Je l’ai dit, il s’agit d’un livre bien fait et pédagogique. Une seule interrogation : je ne vois aucune référence aux revues Retraite et société ni aux anglo-saxonnes Journal of Aging Studies ou Research on Aging. Un tantinet repliés sur soi au CEE ?

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Pierre Tripier, « Annie Jolivet, Anne-Françoise Molinié & Serge Volkoff (dir.), Le Travail avant la retraite. Emploi, travail et savoirs professionnels des seniors, Paris, Centre d’études de l’Emploi et Éditions Liaisons, 2014, 225 p. », La nouvelle revue du travail [En ligne], 7 | 2015, mis en ligne le 01 novembre 2015, consulté le 24 août 2017. URL : http://nrt.revues.org/2511

Haut de page

Auteur

Pierre Tripier

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo La NRT est soutenue financièrement par
  • Logo CNRS INSHS
  • Logo Centre Pierre Naville - Université d'Evry
  • Logo Laboratoire Printemps (professions, institutions et temporalités)
  • Logo Centre Emile Durkheim
  • Logo Laboratoire lorrain de sciences sociales - Université de Lorraine
  • Logo IRISSO - Dauphine université Paris
  • Logo Multidisciplinaria de Estudios sobre el Trabajo (UMEST) - Universidad Autónoma de Querétaro
  • Logo La NRT est aussi reconnue et soutenue par
  • Logo HCERS
  • Logo Fondation Maison des sciences de l'homme
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org