Navigation – Plan du site
Recensions et notes de lecture

Marcus Sidonius Falx (mise en forme et commentaires de Jerry Toner), L’Art de gouverner ses esclaves, Paris, PUF, 2015, 253 p.

Salvatore Maugeri
Référence(s) :

Marcus Sidonius Falx (mise en forme et commentaires de Jerry Toner), L’Art de gouverner ses esclaves, Paris, PUF, 2015, 253 p.

Texte intégral

1Curieux ouvrage en vérité que celui-là, écrit par le Romain Marcus S. Falx, personnage fictif ayant vécu à une période imprécise de l’Antiquité (entre le premier et le deuxième siècle de notre ère), et dont les réflexions sont élaborées et mises au net par son assistant, un certain Jerry Toner, « professeur dans l’une de nos misérables provinces septentrionales », ainsi que le précise Falx (p. 13). Toner n’est autre que l’auteur, évidemment, et fait mine, à chaque fin de chapitre, de commenter les sentences de son informateur romain sur l’esclavage. Ce livre, en somme, traite avec humour d’un sujet grave.

2Véritable vade-mecum du propriétaire d’esclaves, l’ouvrage est structuré en chapitres considérant les phases cruciales de la gestion des esclaves, depuis leur acquisition jusqu’à leur éventuel affranchissement. Sont passés en revue les précautions à prendre au moment de l’achat, la manière d’utiliser au mieux les esclaves à la ville comme aux champs, les mesures qu’il convient d’arrêter en matière de relations sexuelles ou, encore, la surveillance particulière à laquelle ils doivent être soumis pour éviter les mauvaises surprises – l’assassinat du maître étant l’une d’elles.

3Les propos et conseils avisés prêtés à Falx sont en réalité tirés de la littérature de l’époque (grecque ou latine) produite par des philosophes la plupart du temps (Sénèque, Pline le Jeune ou l’Ancien, etc.), d’historiens antiques (Diodore de Sicile, Suétone, etc.), de stratèges (Caton l’Ancien, par exemple), des agronomes ou écrivains touche-à-tout (Columelle, Varron) ou d’édits gouvernementaux parfois. Il s’agit en somme d’une fiction historiographique assise sur des documents d’époque et enrichie des connaissances contemporaines portant sur un phénomène social massif au cours des siècles, qui s’est toujours accompagné de la nécessité de sa justification rationnelle et qui semble avoir constamment été escorté d’une part d’incertitude éthique, sinon de scrupule moral.

  • 1 Voir Max Weber ([1896] 2001), « Les causes sociales du déclin de la civilisation antique », dans Éc (...)
  • 2 « La civilisation antique est une société esclavagiste », « le propriétaire d’esclaves [est] ainsi (...)

4À Rome, comme dans toute société esclavagiste – différente des sociétés à esclaves –, l’esclave est un sujet de non-droit – il n’est pas sujet tout simplement –, c’est un objet, une possession, à la manière d’un animal (un instrumentum vocale, « cheptel parlant », précise M. Weber [1896]1), qui est acheté pour les multiples services qu’il peut rendre dans la maisonnée ou sur le domaine agricole, et dont l’acquisition n’est pas exempte de bénéfices symboliques : un riche propriétaire se doit d’avoir de nombreux esclaves et plus leur achat s’est révélé coûteux et plus son propriétaire se voit honoré par la société qui l’entoure. L’esclave, autrement dit, fonctionnait de la même manière que de nombreux biens de consommation contemporains : leur utilité entrait en ligne de compte mais leur valeur symbolique parfois plus encore. L’ouvrage présente aussi cet intérêt que de traiter du rapport de tout citoyen solvable avec les biens économiques, aujourd’hui comme autrefois. Reste, toutefois, que l’ouvrage rappelle la pénétration massive de l’esclave dans la société romaine (comme de la société grecque, du reste), dont l’infrastructure économique repose en grande partie sur la main-d’œuvre esclave, tout comme la nôtre repose sur le salariat2...

5Tous les foyers de citoyens libres, dès lors qu’ils sont assez riches pour en acquitter le prix, possèdent un ou plusieurs esclaves. Chez les plus riches, on peut en compter plusieurs centaines, voire plusieurs milliers. En ville, l’esclave s’occupe de toutes les tâches domestiques, y compris de l’éducation des enfants du maître ou de son plaisir, et peut atteindre des fonctions importantes touchant à la gestion du patrimoine – y compris la manipulation d’argent. À la campagne, de même, il est d’abord employé au champ mais peut s’élever à des positions de contrôle économique éminentes qui, parfois, lui permettent, comme son homologue urbain, d’accéder à l’émancipation. Les maîtres accordent la liberté à leur esclave en leur allouant parfois une rente ou un domaine, quand ils n’acceptent pas d’en faire un citoyen à part entière en l’épousant (des Romaines pouvaient tout à fait contracter mariage avec un esclave, comme les citoyens avec une de leurs esclaves). Une telle situation contraste avec le statut juridique formel des esclaves – lesquels ne possèdent, au sens propre, rien, pas même le droit à l’union conjugale – les relations sexuelles entre esclaves étant même formellement interdites, quoique tolérées.

  • 3 Dans son Histoire de l’esclavage (LGF/Le livre de poche, 2002), Ch. Delacampagne ne chiffre pas ave (...)

6On l’aura compris, sous ses dehors humoristiques, ce livre est une mine d’informations, tant quantitatives que qualitatives, sur le rapport pratique et moral des Romains à l’esclavage et aux esclaves. Dans la première partie, par exemple, les sources de l’esclavage sont énumérées : captures de guerre ou rapts accompagnant les razzias côtières, en premier lieu, mais aussi assujettissement « volontaire » d’adultes incapables de rembourser une dette, enfants de citoyens libres mais miséreux abandonnant ou vendant leur progéniture à la naissance, sans parler bien sûr des enfants d’esclaves eux-mêmes qui, même issus d’une relation sexuelle avec un maître, sont néanmoins considérés comme esclaves. Les millions d’hommes et de femmes tombés ainsi en esclavage durant la domination romaine sont dénombrés, en soulignant les grandes incertitudes entourant les questions du chiffrage3 – la seule chose sur laquelle on puisse s’accorder étant que l’esclavage était une pratique universelle, tous les peuples la pratiquant à plus ou moins grande échelle, jouant parfois le rôle de pourvoyeurs « officiels » d’esclaves au profit des Romains, à travers des réseaux de revente s’étendant à toute l’Europe ou au Moyen-Orient. L’existence, impensable à nos yeux, d’une institution comme le marché aux esclaves est envisagée du point de vue de son intérêt pratique aux yeux de tout acheteur, qui peut cependant, pour certains produits spécifiques – jeunes esclaves des deux sexes à peine nubiles ou d’une « rare beauté » –, s’approvisionner dans des officines spécialisées. La définition du « meilleur esclave » est débattue à cette occasion : Marcus S. Falx soulignant qu’il n’y a pas mieux que l’esclave né en captivité, étant donné que le goût de la liberté n’a pu lui être inculqué. Le prix que le maître doit consentir pour l’achat et le renouvellement de son cheptel humain est également discuté, Falx soulignant qu’un esclave doit être acheté en pesant méticuleusement la fonction qu’on lui réserve : purement utilitaire ou d’apparat, et sans négliger les risques qui accompagnent toute acquisition, laquelle doit faire l’objet d’une casuistique élaborée.

7Le reste de l’ouvrage est de la même teneur : vaste inventaire de conseils adressés aux possesseurs d’esclaves, issus des textes antiques et mis dans la bouche de notre chroniqueur, afin de tirer le meilleur parti économique, pratique ou sexuel des esclaves, sans oublier bien sûr tout ce qui touche aux châtiments corporels les plus indiqués pour sanctionner les égarements de son matériel humain. Falx n’est pas toujours contre les mesures les plus cruelles, le bris des jambes du coupable ou même la mort, par exemple, même s’il recommande la modération en toute chose. Toutefois, il est obligé de concéder que la torture est parfois le seul recours envisageable, l’esclave étant par nature porté au mensonge… Obtenir des aveux oblige d’en passer par des épreuves infalsifiables, dirons-nous. C’est d’autant plus indiqué qu’en plus d’être menteur, l’esclave est aussi toujours en quête de sa liberté, qu’il peut à l’occasion rechercher en se rebellant. Notre chroniqueur rappelle alors les célèbres insurrections d’esclaves, telle celle de Spartacus, qui oblige les maîtres à une surveillance constante de son troupeau et à des mesures répressives parfois extrêmement violentes, mais hélas, indispensables pour garder le contrôle des siens. Heureusement, tous les esclaves ne se montrent pas aussi ingrats avec leurs maîtres, ce qui leur vaut d’être parfois affranchis. Les raisons et conditions de cet affranchissement sont donc envisagées par Falx, qui souligne toutefois qu’on peut en arriver à regretter sa magnanimité : l’affranchi ne montrant pas la reconnaissance attendue (l’affranchi restait légalement sous la responsabilité de son ancien maître – devenu son « protecteur » – qui en attendait certains services, lesquels, s’ils n’étaient pas honorés, pouvaient être soumis aux décisions d’un tribunal ad hoc et déboucher sur des réparations de la part de l’ancien esclave...). Précisons que dans bien des cas, l’affranchissement, toujours issu de la volonté du maître, suppose de la part de l’esclave de racheter sa liberté à son maître grâce à son pécule (l’argent qu’il a pu économiser, avec la permission de son maître). Tout le processus d’affranchissement, en somme, est sous le contrôle intégral du maître et l’origine servile de l’affranchi lui sera toujours rappelée par son entourage. Ce n’est que son enfant ou son petit-enfant qui pourra effacer totalement la trace de cette origine.

8Le chapitre le plus caustique et le plus drôle est peut-être le dernier, qui traite de l’esclavage chez les chrétiens dont le nombre ne cessait de grossir à l’époque fictive où vécut Marcus S. Falx. L’égalité entre les hommes prônée par le Christ n’empêchait nullement les chrétiens de suivre les préceptes antiques en matière d’esclavage, ce qui amuse beaucoup notre chroniqueur romain et son commentateur « barbare », qui rappellent que l’Ancien Testament est rempli de références à la pratique de l’esclavage, en vigueur aussi chez les Hébreux. Le Nouveau Testament n’étant pas lui-même connu pour être un texte abolitionniste. Au total, philosophes antiques, qu’ils fussent Grecs ou Romains, et textes bibliques ou commentaires exégétiques de ceux-ci, quand ils évoquent l’esclavage, s’ils n’en font pas toujours l’apologie, ne le dénoncent jamais comme une pratique injuste ou inhumaine. Il fallut attendre le siècle des Lumières pour qu’une véritable pensée abolitionniste voie le jour.

9Ce livre mérite d’être lu. C’est là notre conclusion. C’est vrai en particulier parce que la réflexion sur l’institution qu’est l’esclavage – la sujétion totale d’hommes par d’autres hommes – mérite de demeurer vivante dans la recherche en sciences sociales, non pas seulement pour ce qu’elle fut historiquement, mais bien plutôt pour ce qu’elle continue d’être : un fléau, une plaie béante dans nos sociétés. Ainsi que le rappelle Toner en conclusion, et quoique l’esclavage soit déclaré illégal à travers toute la planète, on recense actuellement encore presque trente millions de personnes « obligées de travailler sous la menace de la violence sans salaire ni espoir de fuite » (p. 244). Et on ne parle pas ici des millions d’emplois salariés à travers le monde dont les conditions générales d’exercice semblent irrésistiblement rappeler les origines du salariat : le servage, lui-même substitut de l’esclavage… Notre époque est l’héritière des temps qui l’ont précédée. Des ouvrages comme celui de Jerry Toner nous permettent de mesurer les permanences et les transformations qui ont marqué l’histoire et les enseignements qu’on peut en tirer pour les temps présents.

Haut de page

Notes

1 Voir Max Weber ([1896] 2001), « Les causes sociales du déclin de la civilisation antique », dans Économie et société dans l’Antiquité, La Découverte/Poche & Syros, p. 71.

2 « La civilisation antique est une société esclavagiste », « le propriétaire d’esclaves [est] ainsi le support économique de la civilisation antique, et l’organisation du travail des esclaves [constitue] le fondement indispensable de la société romaine ». Weber ([1896] 2001), « Les causes sociales… », op. cit,, p. 67 et 69-70.

3 Dans son Histoire de l’esclavage (LGF/Le livre de poche, 2002), Ch. Delacampagne ne chiffre pas avec exactitude le nombre d’esclaves par habitant dans la Rome antique. Il rappelle que Jules César après sa conquête de la Gaule fait déporter un million de Gaulois. Ajouté à d’autres exemples du même type, il en déduit que l’esclavage romain lié aux guerres de conquêtes a concerné « des millions d’unités » (p. 73). Pour la Grèce antique et à propos d’Athènes, il avance le rapport de « un à trois entre le nombre d’esclaves et la population totale », rapport, précise-t-il, qu’on observait, vers 1860, dans le sud des États-Unis (p. 59). Pour Athènes, cela représenterait environ cent mille esclaves pour deux cent mille personnes libres, en comptant femmes et enfants. Si ces chiffres sont exacts et généralisables à l’ensemble de la civilisation antique, on mesure le poids de l’esclavage sur son fonctionnement économique et social.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Salvatore Maugeri, « Marcus Sidonius Falx (mise en forme et commentaires de Jerry Toner), L’Art de gouverner ses esclaves, Paris, PUF, 2015, 253 p. », La nouvelle revue du travail [En ligne], 7 | 2015, mis en ligne le 01 novembre 2015, consulté le 23 mai 2017. URL : http://nrt.revues.org/2533

Haut de page

Auteur

Salvatore Maugeri

Vallorem – université d’Orléans

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo La NRT est soutenue financièrement par
  • Logo CNRS INSHS
  • Logo Centre Pierre Naville - Université d'Evry
  • Logo Laboratoire Printemps (professions, institutions et temporalités)
  • Logo Centre Emile Durkheim
  • Logo Laboratoire lorrain de sciences sociales - Université de Lorraine
  • Logo IRISSO - Dauphine université Paris
  • Logo Multidisciplinaria de Estudios sobre el Trabajo (UMEST) - Universidad Autónoma de Querétaro
  • Logo La NRT est aussi reconnue et soutenue par
  • Logo HCERS
  • Logo Fondation Maison des sciences de l'homme
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org