Navigation – Plan du site
Controverses – Du chômage au plein-emploi : quelles solutions en France ?

Du chômage au plein-emploi : quelles solutions en France ?

What kind of full employment and how to get there ?
¿Qué pleno empleo ? ¿Cómo lograrlo ?
Jean-Pierre Durand, Jean Gadrey, Éric Heyer et Pascal Salin

Résumés

La question du chômage est au cœur des préoccupations sociales, économiques et politiques d’une grande partie des Européens. Il se trouve à des sommets jamais atteints durablement en France et dans l’Europe du Sud. Quelles sont les causes fondamentales de cette situation ? Les différentes écoles économiques divergent sur l’explication du phénomène et plus encore sur son traitement : s’agit-il de fondements économiques, sociaux (la formation), ou politiques (trop d’État). Quelles sont les définitions du plein emploi à (re)construire ? Quelles sont les conditions de sa mise en œuvre à la fois du point de vue des travailleurs, des employeurs et de l’État ? Cette controverse fait débattre trois économistes aux positions très contrastées : un économiste libéral, un économiste néo-keynésien et un économiste considérant qu’une autre croissance est possible.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Le chômage atteint aujourd’hui six millions de personnes en France si l’on additionne toutes les catégories de chômeurs et de demandeurs d’emploi non inscrit à Pôle Emploi pour diverses raisons ; ce nombre ne cesse de croître depuis trois décennies. On peut acter la fin du « plein-emploi keynésien » (taux de chômage dit frictionnel à 3 % avec plus de 90 % des salariés en CDI, etc.). Cette situation est devenue intenable pour les chômeurs eux-mêmes dont les chances de retour à l’emploi s’amenuisent alors que les salariés occupés vivent sous la menace de perdre leur emploi en raison des délocalisations ou d’une croissance atone. Le fort taux de chômage a, de plus, des effets délétères sur la société tout entière où nombre de jeunes perdent tout espoir de trouver un emploi leur assurant un avenir décent : au-delà de l’emploi et du revenu afférent, le sentiment d’être inutile socialement entraîne accablement et désespoir. C’est aujourd’hui plus du quart de la population active qui alterne période de chômage et occupation sur des emplois atypiques dont les tentatives de s’établir à son compte (freelance, autoentrepreneurs, etc.).

2Tout le monde (ou presque) s’accorde pour reconnaître la nécessité du plein-emploi, quoiqu’il ne saurait y avoir de définition absolue de celui-ci : il s’agit d’une notion pour le moins flexible et malléable. Le plein-emploi se définit, paradoxalement, à partir du taux de chômage : si durant les Trente Glorieuses le plein-emploi emploi s’accompagnait d’un taux de chômage de 2-3 %, aujourd’hui toute nation qui possède 4 à 5 % de chômeurs se vante d’être plein-emploi.

3Par ailleurs, le taux de chômage ne peut être détaché de la nature des emplois et du montant des revenus des travailleurs les plus fragilisés. S’opposent ainsi deux modèles socio-économiques : celui dans lequel les chômeurs sont nombreux et (relativement) bien indemnisés sur une certaine durée, faisant douter d’un possible plein-emploi au regard d’un taux de croissance économique qui ne crée pas d’emplois en dessous d’un seuil que les experts situent entre 2 et 3 %. Dans l’autre modèle qui peut se prévaloir de chiffres correspondant au plein-emploi, la mauvaise protection sociale des chômeurs les contraint à préférer occuper des emplois incertains et surtout mal rémunérés : ce sont les poor workers, quelques fois sans logement, entretenant des familles pouvant se situer sous le seuil de pauvreté, certains devant cumuler deux emplois pour survivre. On remarquera – car cette préoccupation ne saurait être étrangère au débat sur le plein-emploi – que dans les deux modèles, la puissance publique intervient dans les mêmes proportions et distribue approximativement autant d’aides sociales (hors indemnités aux chômeurs) : aides au logement, minima sociaux, allocations et soutiens divers, etc.

4Mais au-delà de la diversité des modèles nationaux, les travailleurs font largement les frais de ce qui pourrait être dénommé une crise structurelle et durable de l’emploi. On peut, sans exagérer, considérer qu’il s’agit ici de la plus grande faillite sociale et morale du capitalisme puisqu’il n’offre pas à ce jour de solution à ce désastre et à ces drames que sont le chômage ou la nouvelle paupérisation des travailleurs. C’est la raison pour laquelle on peut aussi envisager d’autres rapports au travail, à l’emploi et surtout à leur utilité sociale qui renversent les paradigmes admis et les plus partagés pour ouvrir vers des solutions inédites.

5La controverse de ce numéro de La Nouvelle Revue du Travail fait appel à trois économistes appartenant à trois écoles de pensée très différentes, proposant trois modèles cohérents aux prémisses bien souvent contradictoires et inconciliables : un économiste libéral, un néo-keynésien et un économiste prônant une autre croissance. La Nouvelle Revue du Travail n’intervient que pour faire préciser certains points ou pour opposer à chacun des intervenants des arguments contradictoires. Les trois contributions sont séparées afin que chaque auteur puisse développer son argumentation de façon cohérente. Ce qui exige une lecture critique de chacune d’entre elles, les protagonistes pouvant rencontrer certaines difficultés à intégrer les objections ou les arguments extérieurs à leurs propres paradigmes.

Présentation des auteurs

6Jean Gadrey est professeur honoraire d’économie à l’université de Lille. Spécialiste de l’économie des services et des indicateurs de richesse, il a récemment publié Adieu à la croissance, bien vivre dans un monde solidaire (Les Petits Matins, 3° éd. 2014) et Faut-il donner un prix à la nature ? (avec Aurore Lalucq, Les Petits Matins, 2015).

7Éric Heyer, docteur en sciences économiques, est, depuis janvier 2015, directeur du département Analyse et prévision à l’Observatoire français des conjonctures économiques (OFCE). Il est également enseignant à Sciences Po Paris et à l’université d’Aix-Marseille. Il a de nombreuses publications dans le domaine de l’évaluation des politiques publiques, de l’organisation de la production, du marché du travail et sur les perspectives de l’économie française à court et moyen terme. Il a dirigé l’ouvrage L’Économie française 2016 aux éditions La Découverte. 

8Pascal Salin est professeur honoraire d’économie à l’université Paris-Dauphine. Il a été président de la Société du Mont-Pèlerin. Son approche scientifique est celle de « l’école autrichienne » (Ludwig von Mises, Friedrich Hayek, etc.). Il a publié récemment La Tyrannie fiscale (Odile Jacob, 2014), Concurrence et liberté des échanges (Libréchange, 2014), Libérons-nous ! (Les Belles-Lettres, 2014), Competition, Coordination and Diversity–From the Firm to Economic Integration (Cheltenham-UK, Elgar, 2015).

Pascal Salin : trop d’État et de rigidités du marché du travail

J.-P. Durand (la NRT) : Quelles sont, selon vous, les pistes envisageables (principes essentiels et conditions de mise en œuvre) pour avancer vers la résolution du problème du chômage en France ? Quels sont les obstacles majeurs ou les résistances à leur réalisation. Comment les contrer ou les contourner ?

Pascal Salin : L’une des grandes erreurs des réflexions ou des politiques concernant le chômage vient du fait qu’on adopte le plus souvent une approche globale et mécaniciste de ce problème. On affirme, par exemple, qu’un taux de croissance plus élevé entraînerait une augmentation de l’emploi, que l’augmentation des exportations, censée provoquer une augmentation de la production, permettrait d’obtenir ce même résultat, etc. Or, il convient plutôt de s’interroger sur la logique du comportement individuel, en l’occurrence sur ce qui détermine le comportement des employeurs et des salariés. De ce point de vue, il paraît normal de commencer par la question suivante : Comment se fait-il qu’il existe dans un pays des hommes et des femmes qui peuvent et qui veulent travailler – mais qui sont au chômage – et par ailleurs des employeurs potentiels, alors que les uns et les autres n’arrivent pas à se rencontrer et à signer des contrats de travail ?

La réponse à cette question est simple : s’ils n’arrivent pas à se rencontrer, c’est qu’il existe des obstacles qui les empêchent de se rencontrer, ou, plus précisément, qui détruisent leurs incitations à se rencontrer. Toute action humaine vise à obtenir des résultats considérés comme satisfaisants par leur auteur. Mais un individu n’agira que si le rendement de son action lui paraît suffisant (compte tenu de l’effort que cette action implique) et si le degré de risque estimé ne lui semble pas excessif. Accepter un emploi salarié ou embaucher un salarié relève de cette logique rationnelle des êtres humains. Pour expliquer le chômage, nous sommes donc naturellement conduits à rechercher les obstacles qui diminuent le rendement de ces actions et qui augmentent leur risque de manière telle qu’ils empêchent la signature d’un contrat de travail.

De ce point de vue la fiscalité joue un rôle destructeur essentiel. Mais pour bien évaluer ce rôle, il convient d’abord de souligner que la plupart des impôts représentent des prélèvements sur la même matière fiscale, à savoir la valeur ajoutée dans les entreprises. La valeur ajoutée est égale à la différence entre la valeur de ce qui est vendu par une entreprise et la valeur de ce qu’elle a acheté. Toute la valeur ajoutée est distribuée sous forme de salaires, de profits et d’intérêts, c’est-à-dire sous forme de revenus (les revenus représentant la contrepartie de la création de ressources au sein des entreprises). Or, la TVA, comme son nom l’indique représente un prélèvement sur la valeur ajoutée (et non, comme on le dit à tort généralement, un impôt sur la consommation). Mais toutes sortes d’impôts et cotisations sont aussi, en fait, prélevés sur la valeur ajoutée (ou sa contrepartie, les revenus). Il en est ainsi, en particulier, des cotisations sociales, de la CSG, de l’impôt sur le revenu, mais aussi de l’impôt sur les bénéfices des sociétés. Or, ce qui intéresse un salarié, aussi bien qu’un entrepreneur, c’est le rendement net après impôt de leur activité. Supposons que la valeur ajoutée par une entreprise au cours d’une période soit égale à 100. Cette somme serait répartie entre les salariés et les propriétaires de l’entreprise (mais aussi les titulaires de revenus d’intérêt) en l’absence d’impôts et de cotisations. Mais si l’ensemble des impôts et cotisations qui sont prélevés sur la valeur ajoutée (ou sa contrepartie) atteint 50 %, 60 %, 80 % ou même davantage (comme cela peut être le cas en France), la rémunération nette des titulaires de revenus en est considérablement diminuée. Si l’on suppose, par exemple, que tous les revenus sont réduits dans la même proportion par l’existence des impôts et taxes et si ces derniers représentent 60 % de la valeur ajoutée, ceci signifie que les salariés reçoivent seulement 40 % du salaire qu’ils recevraient en l’absence d’impôts, et que la rémunération des entrepreneurs et des apporteurs de capitaux est réduite dans la même proportion. Or, l’effort de travail des salariés, l’effort productif des entrepreneurs, l’effort d’épargne des épargnants (qui financent l’accumulation de capital et donc la croissance) sont d’autant moins importants que le rendement de leurs efforts est plus faible. Prenons le cas d’un entrepreneur qui aurait la possibilité d’embaucher des salariés pour développer une nouvelle activité dont il aurait l’idée. L’État lui tient à peu près ce langage : « Si votre projet échoue, vous êtes responsable et vous faites faillite ; mais si vous réussissez, nous vous prendrons la plus grande partie du produit de vos efforts. » Dans ces conditions, l’entrepreneur hésitera à développer ses activités. Telle est la situation de la France : il n’y a pas suffisamment de créations d’emplois pour résorber le chômage parce que les entrepreneurs estiment que le rendement net possible est trop faible, compte tenu des risques de l’activité entrepreneuriale.

Or, cette destruction des incitations à produire est encore accrue par les règlementations, en particulier celles qui concernent le marché du travail. À titre d’exemple, s’il est très difficile de licencier un salarié, un entrepreneur hésitera à embaucher. En effet, il ne peut pas savoir à l’avance avec précision dans quelle mesure le salarié qu’il embauche sera apte ou non à remplir les tâches souhaitées. On a ainsi un cercle vicieux : les législateurs ont tendance à mettre en place des législations très protectrices des salariés parce qu’il existe un taux de chômage élevé. Mais ces législations aggravent le chômage et entraînent donc de nouvelles législations protectrices. La grande erreur intellectuelle qui est ainsi faite consiste à considérer que la défense de l’emploi implique de maintenir coûte que coûte les salariés dans leurs emplois existants. Mais le problème du chômage français ne vient pas de ce que des salariés sont licenciés, il vient du fait qu’on a détruit, par la fiscalité et les règlementations, les incitations à créer des emplois (ce qui implique qu’un salarié licencié a malheureusement du mal à trouver un nouvel emploi).

Pour toutes les raisons ci-dessus, je ne peux évidemment pas être d’accord avec Jean-Pierre Durand lorsqu’il présente le débat ainsi : « On peut, sans exagérer, considérer qu’il s’agit ici de la plus grande faillite sociale et morale du capitalisme puisqu’il n’offre pas à ce jour de solution à ce désastre et à ces drames que sont le chômage ou la nouvelle paupérisation des travailleurs ». En effet, nous ne sommes plus en France dans une société véritablement capitaliste, mais au contraire dans une société étatiste (nous sommes dans l’un des pays les plus fiscalisés et les plus règlementés du monde). C’est l’effrayante faillite de l’interventionnisme étatique qui explique la quasi-stagnation économique et l’importance du chômage et, d’ailleurs, il existe un parallèle frappant entre la croissance de l’interventionnisme, la croissance du chômage et la baisse de la croissance économique.

La NRT : Pour expliquer le chômage, vous partez de logiques individuelles des acteurs, mais n’y a-t-il pas un déficit majeur d’offres d’emploi si l’on compare les offres non satisfaites (350 000 à 400 000) et le nombre officiel de demandeurs d’emploi en France (5,7 millions). Phénomène qui touche la plupart des pays technologiquement avancés après le vaste mouvement de délocalisation des emplois productifs qualifiés (et leur remplacement massif par des emplois de services déqualifiés) ? Autrement dit n’y a-t-il pas aussi un problème plus structurel ?

Pascal Salin : Il est évident que, s’il y a du chômage, c’est parce qu’il existe un déficit d’offres d’emplois. Mais on est souvent surpris qu’il existe un grand nombre d’offres d’emplois non satisfaites alors qu’il existe un taux de chômage très important et l’on se demande en effet pourquoi certains de ceux qui sont au chômage ne bénéficient pas des emplois qui leur sont offerts. Cela traduit seulement le fait qu’il existe nécessairement ce qu’on appelle du « chômage frictionnel ». Celui-ci existerait même dans une situation où il y aurait une situation que l’on pourrait légitimement considérer comme une situation de plein-emploi. En effet, les besoins des employeurs potentiels, ainsi que les capacités et les désirs des salariés potentiels sont extrêmement diversifiés et l’adaptation des uns aux autres ne peut se faire que progressivement. Ainsi, les emplois offerts impliquent des localisations des emplois, des spécialisations, des conditions de travail et de rémunération qui sont spécifiques et qui n’ont aucune raison de correspondre à tout moment à ce que souhaitent les salariés potentiels. Il serait sans doute plus exact de parler, de ce point de vue, de problèmes de transition dans l’adaptation réciproque des offres et des demandes d’emploi que de problèmes structurels, ce qui laisserait supposer qu’il existe des incompatibilités de long terme entre offres et demandes. On ne peut pas dire, par exemple, qu’il existe de manière durable un déficit ou un excédent d’emplois qualifiés ou d’emplois non qualifiés. Ce déficit ou cet excédent se résorbent d’autant plus facilement que l’économie est plus flexible. Et c’est bien pourquoi il convient de supprimer les obstacles à la flexibilité.

On peut aussi ajouter que le chômage frictionnel est accru par le fait que les chômeurs bénéficient en France d’allocations relativement importantes pendant un temps relativement long, ce qui n’incite pas une partie d’entre eux à saisir les opportunités d’emplois qui leur sont éventuellement offertes.

La NRT : N’y a-t-il pas quelque peu un mythe des difficultés à licencier qui sert de prétexte à la préférence accordée aux heures supplémentaires, à l’intérim, etc. ? Par exemple, les fast foods ou les centres d’appels téléphoniques recrutent en CDI et organisent un très fort turnover de leurs effectifs.

Pascal Salin : Les difficultés à licencier sont très importantes en France et il est largement reconnu que cela diminue les incitations à embaucher (en particulier en CDI). Cela est parfaitement rationnel de la part des employeurs et c’est bien pourquoi on ne peut pas dire que cette idée est mythique. Il est évidemment probable que cela accroît le recours aux heures supplémentaires et à l’intérim, sans qu’il soit besoin de chercher un prétexte dans les difficultés de licenciement. D’ailleurs, même dans une situation où il y aurait plein-emploi et aucune difficulté à licencier, on aurait recours aux heures supplémentaires et à l’intérim pour répondre à des besoins spécifiques.

Au cercle vicieux des législations s’ajoute d’ailleurs un cercle vicieux des prélèvements obligatoires. Ainsi, l’importance du chômage se traduit par un niveau élevé des cotisations-chômage qui, à leur tour, en augmentant le taux global des prélèvements obligatoires, détruisent les incitations productives. Par ailleurs, il faut bien le reconnaître, l’incitation à travailler des salariés est elle-même diminuée par l’existence des allocations-chômage, ce qui est particulièrement le cas en France, où elles sont plus généreuses que dans la plupart des pays. Certes, la situation de chômeur n’est pas enviable – et c’est pourquoi il est indispensable d’analyser les causes du chômage pour bien lutter contre lui –, mais c’est un fait bien connu que certains chômeurs préfèrent prolonger une période de chômage au cours de laquelle ils reçoivent des allocations sans avoir à faire un effort de travail (si ce n’est, éventuellement, en faisant quelques travaux au noir…).

Enfin, il faut aussi rappeler que l’existence d’un salaire minimum est aussi une cause de chômage. Le salaire minimum constitue en effet une barrière à l’emploi, en particulier pour les plus jeunes, qui souhaiteraient entrer sur le marché du travail, mais qui, manquant d’expérience, ont très probablement une productivité faible et inférieure au niveau du salaire minimum. Il serait certainement préférable pour eux qu’ils puissent commencer leur carrière professionnelle le plus tôt possible, même s’ils devaient recevoir pendant un certain temps un salaire plus faible que le salaire minimum. Ils amélioreraient ainsi leur capital humain et leur capacité à être bien rémunérés. Et, par ailleurs, ils ne feraient pas peser sur les autres une charge supplémentaire d’allocations-chômage.

La NRT : L’essentiel de vos réponses nous renvoie au modèle social français : faut-il alors le maintenir ?

Pascal Salin : Les propositions que je fais et que j’ai rappelées précédemment ne sont certainement pas cohérentes avec le maintien du modèle social français et heureusement. En effet, ce prétendu modèle social français est en réalité un modèle antisocial : il réduit la croissance économique et donc le niveau de vie de tous, il est producteur de chômage, il crée des frustrations et il tend à faire naître la guerre de tous contre tous dans un effort non pas pour créer plus de ressources, mais pour répartir autrement les ressources disponibles. Ne serait-il pas préférable d’avoir, par exemple, un taux de croissance de 5 % par an, donc une augmentation du niveau de vie de tout le monde dans la même proportion, avec un taux de chômage nul ? Cela est possible, à condition d’abandonner le prétendu modèle social français.

Il ne faut pas chercher la cohérence des réformes à réaliser avec le modèle social français puisque c’est une rupture radicale qu’il convient de faire. Il faut en effet briser les cercles vicieux que nous avons signalés précédemment et cela ne peut pas se faire par petites touches. Les réformes à réaliser sont évidemment une conséquence directe du diagnostic que j’ai présenté ci-dessus. Mais le principal obstacle à surmonter pour cela est probablement d’ordre culturel, car une grande partie des Français restent persuadés que le maintien du système existant est une garantie de sécurité pour eux (même s’il y a tout de même un début de prise de conscience que le système français est à bout de souffle). Prenons un exemple, celui du salaire minimum. Demander de le supprimer ne signifie pas qu’on souhaite diminuer le niveau de vie de ceux qui disposent de revenus faibles (éventuellement pour accroître les profits !). Mais c’est bien au contraire parce que le salaire minimum est un obstacle à l’entrée sur le marché du travail de ceux qui sont les plus fragiles que sa suppression est souhaitable. Il faut donner à chacun la chance de montrer ce dont il est capable et la chance de développer ses capacités par le travail. Il est facile pour des hommes politiques de créer un salaire minimum et de l’augmenter de manière déraisonnable. C’est une mesure démagogique qui ne leur coûte rien et ils sont totalement indifférents à la conséquence de plus long terme de cette décision, à savoir l’augmentation du chômage. Il en est de même pour les règlementations paralysantes qui sont censées protéger les salariés, mais qui sont destructrices de l’emploi. Et les hommes politiques trouvent facilement des alibis pour expliquer la montée du chômage, par exemple en proclamant que c’est la faute de l’euro et que seule une politique monétaire plus expansionniste permettrait de réduire le chômage, ce qui est en fait totalement faux. C’est donc un ensemble d’erreurs conceptuelles et d’erreurs de politique économique qu’il convient de corriger. C’est pourquoi la réussite d’une véritable politique de retour au plein-emploi suppose à la fois une meilleure compréhension des mécanismes économiques de la part des politiciens et de l’opinion publique, et aussi un ensemble cohérent de décisions. Ce qu’il faut rechercher en effet c’est non pas la cohérence entre les réformes et le « modèle social français », mais la cohérence entre les différentes réformes afin d’éviter des décisions contradictoires qui ne permettraient pas de résoudre le problème du chômage et qui créeraient le doute dans l’opinion à l’égard des réformes à faire.

Mais il y a certes une difficulté politique à surmonter. En effet, une politique cohérente de rupture avec le modèle actuel ne peut évidemment pas avoir d’effets immédiats. On sait bien que les transitions sont toujours difficiles et que les réformes peuvent transitoirement mettre en cause des avantages acquis. Il faut donc que les politiciens soient armés de courage et de conviction pour maintenir le cap en dépit des difficultés éventuelles du court terme. Mais des résultats positifs doivent pouvoir être enregistrés relativement rapidement. Ainsi, en Nouvelle-Zélande, une femme clairvoyante a pratiquement supprimé le droit du travail en six semaines après sa nomination comme ministre des Finances. Le taux de chômage a baissé de moitié en à peu près deux ans.

La NRT : En général, ces solutions conduisent à un accroissement des inégalités de revenus et des conditions de travail. Au-delà de la dimension économique du plein-emploi, que faites-vous de l’idéal libéral d’amélioration des conditions de vie pour tous, et de justice ?

Pascal Salin : Il n’y a strictement aucune raison de penser que les propositions présentées ci-dessus conduisent à une augmentation des inégalités de revenus et de conditions de travail. D’ailleurs, il est des inégalités qui s’atténueraient nécessairement, par exemple celles qui existent entre ceux qui sont exclus du marché du travail par des règlementations et des prélèvements fiscaux paralysants et les autres. Les réformes préconisées visent à permettre à chacun de mieux réaliser ses objectifs et donc de se retrouver non pas dans des situations identiques à celles des autres – ce qu’il serait illusoire de penser et de souhaiter –, mais d’être égaux dans leurs capacités à construire leurs propres vies selon leurs souhaits. En libérant toutes les énergies humaines, on aurait évidemment le moyen d’élever le niveau de vie de tous d’une manière rapide. Cela n’est-il pas préférable à une situation où, sous prétexte de réduire les inégalités, on met tout le monde dans une situation de quasi-stagnation ? On peut certes imaginer que, dans une économie devenue très dynamique, un petit nombre de gens particulièrement innovateurs et producteurs de nouvelles ressources augmentent leurs revenus. Mais si c’est une condition nécessaire pour améliorer le bien-être de tous, il serait immoral de s’y opposer. Dans une économie libre, l’amélioration du sort de tout individu ne provient pas de ce qu’il peut soustraire à autrui, mais des richesses nouvelles créées par ses propres efforts.

Le retour au plein-emploi aurait des conséquences importantes puisqu’il signifie la disparition d’un problème douloureux, celui du chômage. Mais il modifierait aussi la vision biaisée que l’on a trop souvent du marché du travail, celle qui consiste à considérer que les salariés sont des victimes qu’il convient de protéger (ce qui est à l’origine, nous l’avons vu, des cercles vicieux du chômage). Dans une situation de plein-emploi, les salariés sont dans une position de négociation satisfaisante. Ainsi, lorsque, il y a quelques années, il y avait plein-emploi aux États-Unis, on pouvait lire dans la presse des récits expliquant que les employeurs accordaient toutes sortes d’avantages aux salariés afin de les inciter à rester dans leurs entreprises, alors qu’il leur était facile de trouver des emplois ailleurs. Une telle situation n’est pas hypothétique, elle pourrait se réaliser en France si on prenait le bon chemin.

La NRT : Le plein-emploi des États-Unis est quand même celui d’un très fort taux d’emplois de services peu qualifiés et mal rémunérés dans des entreprises qui ne se préoccupent pas de la « fidélité » de leurs salariés puisque les courants migratoires latino-américains fournissent une main-d’œuvre bon marché. La multiplication de ce type d’emplois est-elle souhaitable, au nom du plein-emploi ?

Pascal Salin : L’idée selon laquelle les États-Unis créent essentiellement depuis longtemps des emplois peu qualifiés est une idée courante, mais erronée. Elle repose en fait sur une confusion. En effet, conformément à l’évolution normale des choses, les emplois créés – aux États-Unis comme dans d’autres pays – sont de plus en plus des emplois de services et non des emplois industriels ou agricoles. Mais on assimile trop facilement « emplois de services » à « emplois peu qualifiés », ce qui n’est absolument pas le cas, puisque, au contraire, les emplois de services à notre époque sont des emplois de haute technicité. Ne parle-t-on pas d’ailleurs d’une période d’économie de la connaissance à propos de l’époque actuelle ? Mais on fait aussi une autre confusion, celle qui consiste à penser qu’un emploi qualifié est un emploi occupé par une personne très diplômée. Or la qualification s’acquiert bien souvent non pas par la formation initiale, mais par l’exercice d’un métier. Dans beaucoup de pays, en particulier aux États-Unis, on fait confiance aux salariés sans trop se préoccuper de leurs diplômes et on recherche surtout leur capacité à se « qualifier » par l’expérience. En France on a une vision très conservatrice : les anciens élèves de l’ENA, de Polytechnique ou de bien d’autres grandes écoles sont pratiquement assurés de faire des carrières beaucoup plus rémunératrices que les autres. Ce qui serait souhaitable c’est la création d’emplois permettant à beaucoup de gens de se « qualifier ».

La NRT : Que pensez vous alors du rôle que peut jouer l’économie alternative, dite de proximité ou collaborative, de l’échange, du troc et de la substitution de l’usage à la propriété ? Pensez-vous que cela se limite à réduire les tensions sur le marché du travail (comme l’autoentrepreneuriat est censé le faire) ou qu’il y a là les éventuelles prémisses à une lente subversion de la logique capitaliste ?

Pascal Salin : Le développement de ces nouvelles formes d’activités et d’échange est, d’une part, le reflet des formidables capacités humaines à inventer continuellement des modes d’action nouveaux et il constitue, d’autre part, une réaction pour essayer de contourner des règles étatiques destructrices de l’activité humaine. Ce qui me semble intéressant dans ces nouvelles formes d’activité ce n’est pas tellement leur impact sur un objectif a priori d’ordre global et statistique (le taux de chômage par exemple), mais leur signification humaine, à savoir qu’elles permettent une meilleure adaptation des capacités et des souhaits des uns aux autres (sans que les gains subjectifs ainsi obtenus puissent nécessairement être mesurés, contrairement à une regrettable habitude de notre époque qui consiste à donner de l’importance uniquement à ce qui est mesurable). Loin d’être les prémisses d’une lente subversion de la logique capitaliste, ces nouvelles formes d’activités sont au contraire l’expression d’une renaissance du capitalisme – en opposition aux obstacles étatiques – c’est-à-dire d’un système où l’on respecte les droits légitimes de tous.

Éric Heyer : Changer de politique macroéconomique !

La NRT : Quelles sont, selon vous, les pistes pour résoudre la question du chômage en France ? Quels sont les obstacles majeurs ou les résistances à leur réalisation. Comment les contrer ou les contourner ?

Éric Heyer : Avant de proposer des pistes permettant de résoudre le problème du chômage en France, il nous semble important de revenir sur le constat récent relatif à la situation du marché du travail français et sur les principales caractéristiques des chômeurs français pour invalider un certain nombre de croyances erronées trop répandues.

Lorsque l’on compare les singularités des 2,9 millions de chômeurs français au sens du BIT à celles des autres chômeurs européens, on se rend compte que le chômage français n’est pas plus féminin qu’ailleurs en Europe (46,6 % contre 46,4 %), que la proportion des chômeurs de longue durée est désormais plus faible en France qu’en Europe (42,3 % contre 49,3 %) et que si parmi les jeunes actifs, le taux de chômage est très élevé (il atteignait 23,2 % pour les moins de 25 ans en 2014, contre 9,9 % toutes classes d’âge confondues), cela ne signifie pas que les jeunes chômeurs soient particulièrement nombreux en France. En effet, la plus longue durée des études françaises ne laisse qu’un tiers des jeunes sur le marché du travail, si bien que la part des jeunes au chômage s’élève à 8,5 %, ce qui est inférieur à la moyenne européenne qui est de 9,1 %. Enfin, même si les jeunes Français travaillent moins parallèlement à leurs études, leur processus d’insertion se révèle assez proche, après leur formation initiale, de celui des jeunes Européens. En revanche, les non-qualifiés, définis ici comme les personnes ayant le moins de diplômes, sont particulièrement touchés par le chômage. En 2014, ils représentaient 29,6 % des chômeurs et connaissaient un taux de chômage de 16,3 %.

Par ailleurs, sur les 23 millions de contrats de travail signés chaque année en France, il est a signaler que 87 % sont des CDD et 70 % des CDD de moins de 1 mois, reflet d’un marché du travail flexible. Enfin, rappelons que la France possède deux atouts que nous envie un grand nombre de pays développés : premièrement un dynamisme de sa population porté par un taux de fécondité record en Europe qui, par ricochet, entraîne un accroissement important de sa population active (hausse de 0,5 % par an soit 150 000 actifs supplémentaires chaque année) ; deuxièmement, une augmentation de la productivité des salariés français, horaire ou par tête, parmi les plus élevés des pays de l’OCDE (0,9 % en moyenne chaque année concernant la productivité du travail par tête). Ces deux éléments constituent un gage de solidité de la croissance structurelle de l’économie française dans les années à venir, mais amplifient et compliquent les évolutions à court terme sur le marché du travail, et ce tout particulièrement dans un environnement de crise économique. En effet, une augmentation annuelle de 0,9 % de la productivité du travail signifie que l’économie française ne commence à créer des emplois qu’à partir de ce taux de croissance, et une progression de 0,5 % de la population active implique qu’il est nécessaire de créer 150 000 emplois chaque année pour stabiliser le chômage dans l’Hexagone.

Dans de telles conditions, le taux de chômage ne commence à baisser en France que lorsque son économie connait une croissance supérieure à 1,4 %. Notons à cet égard que si le chômage s’est massivement développé au cours des années 1970 et s’est maintenu au-delà de la barre des 1,5 million depuis 1984, cela n’a pas empêché des baisses temporaires au cours des années 1987-1990, 1998-2001 et 2006-2007, qui ont coïncidé avec des périodes de reprise de l’activité supérieure à 1,4 %. Au cours de cette dernière période de croissance précédant la crise, le taux de chômage a même connu un plus bas historique sur les trente dernières années en atteignant 6,8 % de la population active. Ce taux de chômage était inférieur à celui observé en moyenne chez nos partenaires européens, Allemagne comprise. Le taux de chômage de masse n’est donc pas une fatalité ni une singularité hexagonale : il est possible de le faire baisser significativement et sans tension inflationniste dans le cadre juridique français suffisamment flexible. Cependant, depuis le déclenchement de la grande dépression économique, initiée début 2008, la croissance économique française stagne : de cette date à fin 2015, le rythme moyen annuel de croissance du PIB n’a été que de 0,3 %, loin des 1,4 % nécessaire à la stabilisation du taux de chômage. La forte hausse du chômage est dans ces conditions tout sauf une surprise : à la composante structurelle – liée à l’insuffisance ou l’inadaptation de la main-d’œuvre –, s’ajoute une composante keynésienne, due à une insuffisance de la demande. Ce constat étant fait, les réponses à ce fléau du chômage sont à plusieurs niveaux :

En premier lieu, au niveau macroéconomique, il est nécessaire de modifier la gouvernance en zone euro en proposant des politiques macroéconomiques plus coopératives, mieux adaptées à la conjoncture et prenant en compte les contraintes environnementales. Depuis 2011, l’orientation des politiques macroéconomiques en zone euro, que ces dernières soient budgétaires, monétaires ou de change, s’est distinguée de celle observée ailleurs dans les zones développées et explique une partie du retard de performance économique de la zone euro et de la France. Car avant cela, entre 2008 et le début de 2011, l’économie française avait bien résisté si on la compare à celle de ses principaux partenaires. La récession y a été moins forte qu’au Royaume-Uni, en Allemagne, en Espagne et en Italie. Au début de l’année 2011, la France avait, comme l’Allemagne et les États-Unis, retrouvé son niveau d’activité d’avant-crise. L’écart avec les autres pays européens apparaissait très en faveur de ces trois pays. La cassure apparue au sein des grands pays industrialisés entre 2008 et 2011 a donc laissé la France dans le groupe qui a le mieux résisté aux violentes turbulences provoquées par la crise financière. La première moitié de 2011 a brutalement interrompu le processus de reprise quand l’économie française, sous l’effet dominant du basculement des politiques budgétaires européennes vers l’austérité, est entrée dans une phase de quasi-stagnation dont elle peine à sortir. Mais là encore, en faisant du sur-place, la France affiche des évolutions moins mauvaises que l’Italie et l’Espagne, entrées dans une deuxième récession qui laisse leur PIB fin 2015 respectivement à 8 et 4 % sous leur point de départ d’avant-crise. L’Hexagone accuse un retard modéré vis-à-vis de l’Allemagne depuis 2008 (environ 2 points de PIB par tête), mais ces économies sont toutes deux largement distancées par les États-Unis (7 points de PIB par tête de plus que la France depuis début 2008). L’austérité outre-Atlantique a été moins virulente qu’en France et l’économie américaine a surtout bénéficié d’une politique monétaire très agressive s’appuyant notamment sur des leviers non conventionnels et d’un dollar très compétitif. Le Royaume-Uni, où pourtant l’austérité a été aussi marquée qu’en Espagne de 2010 à 2013, a conduit une politique monétaire d’accompagnement autonome, à la différence des autres pays de la zone euro, et a pu préserver un sentier d’expansion positif qui s’est même accentué depuis 2013. Au final, le Royaume-Uni affiche un niveau du PIB par tête supérieur à son niveau d’avant-crise avec une variation comparable à celle de l’Allemagne et supérieure à celle de la France.

En résumé, les politiques macroéconomiques ont pesé sur la croissance européenne et française et sont responsables d’une partie de la hausse du chômage observée depuis 2011 : cette politique a exercé des effets d’autant plus récessifs qu’elle a été appliquée alors que l’économie portait encore les stigmates de la récession, notamment un niveau de chômage élevé, et que l’écart de production, toujours fortement négatif, témoignait de la persistance d’une situation de bas de cycle dans laquelle les multiplicateurs budgétaires et fiscaux sont élevés. Au frein budgétaire national s’est ajouté l’effet négatif des politiques de rigueur conduites pour les mêmes raisons chez les partenaires européens de la France et qui, par le canal de l’affaissement de la demande adressée, ont renforcé l’impact de l’austérité sur la croissance.

  • 1 Cette politique est basée sur une réforme du marché du travail de grande ampleur permettant notamme (...)

Face à ce choc macroéconomique, les pays européens, du Sud principalement, se sont lancés dans une stratégie de « dévaluation compétitive » à l’image de celle menée en Allemagne, fin des années 1990, début des années 2000. Cette politique1, menée cette fois dans un grand nombre de pays a pesé directement sur les performances françaises et pourrait entraîner l’ensemble de la zone euro dans le piège de la déflation. Pour sortir de ce piège et d’un risque de « stagnation séculaire », le choix d’un projet européen vers une économie zéro carbone apparaît comme une évidence pour assurer une croissance soutenable à terme : cela nécessite des engagements forts des États, mais ouvre des opportunités d’investissements gigantesques, moteurs de la croissance de demain et de l’emploi d’après-demain.

En second lieu, au niveau microéconomique, il s’agit de mettre en place des politiques ciblées sur les non-qualifiés allant d’une réforme du système éducatif français à celui de la formation professionnelle. À la composante keynésienne due à cette insuffisance de la demande vient se greffer une composante structurelle : le chômage de masse en France se concentre avant tout sur les non-qualifiés. Pour impulser l’emploi des non-qualifiés, les gouvernements successifs mènent depuis 1993 une politique d’exonération de charges sociales sur les bas salaires. Le crédit d’impôt pour la compétitivité et l’emploi (CICE) et le pacte de responsabilité s’inscrivent dans cette stratégie, qui, au total, représentera près de 50 milliards d’euros en 2017. Cette politique repose sur la thèse selon laquelle le coût du travail, déterminé par le niveau du SMIC et des cotisations sociales, pèserait sur la demande de travail des non-qualifiés. Les cotisations sociales des employeurs représentent, après prise en compte du CICE et du Pacte de responsabilité, 9,5 % du salaire brut au niveau du SMIC et 43,8 % à partir de 1,6 SMIC. De ce fait, le coût du travail au niveau des bas salaires représente 35 % du coût du travail au niveau du salaire moyen, ratio ramené à celui observé aux États-Unis. Stimuler l’offre d’emploi par la baisse des charges semble désormais avoir atteint ses limites. Il convient alors de s’attaquer à l’autre versant du problème, à savoir la faible productivité de ces citoyens. Cela passe par une réforme en profondeur du système éducatif français – et ce dès les petites classes et l’école primaire pour limiter le nombre de jeunes « décrocheurs » sans diplôme –, de la formation professionnelle – de manière à rendre plus facile la mobilité des actifs d’un secteur à un autre – et de l’apprentissage – afin d’améliorer l’appariement entre les besoins des entreprises et la formation des jeunes.

La NRT : Mais comment les gouvernements peuvent-ils mettre en œuvre ces réformes, coincés qu’ils sont par la lutte contre les déficits publics imposée par la politique économique et financière de l’Europe des 28 ? Par où peut s’amorcer le changement de logique face à l’ultralibéralisme qui sévit à Bruxelles ?

  • 2 Voir Josiane Vero et Céline Goffette, « Chômage et qualité de l’emploi des jeunes : un tour de l’Eu (...)

Éric Heyer : Nous avons désormais besoin, en France et en Europe, de sortir de la vision libérale, non coordonnée et non coopérative qui conduit cette zone dans l’impasse. Il convient au contraire d’investir dans la qualité. Dans la qualité de l’emploi, sans discrimination selon le sexe ou l’origine : il serait souhaitable, comme l’Europe s’y était engagée en 2000 au moment de la stratégie de Lisbonne, de chercher à améliorer la qualité de l’emploi AC2016-04-30T14:07:00ACdans toutes ses assertions que ce soit la santé, la sécurité au travail et les conditions de travail, les rémunérations, le temps de travail et la conciliation vie professionnelle/vie familiale, en résumé d’améliorer la liberté réelle de choisir un emploi. Or, comme le montre une étude réalisée par le Centre d’études et de recherche sur les qualifications (Céreq), la qualité de l’emploi s’est globalement dégradée en Europe au cours de la dernière décennie et tout particulièrement en IrlandeEspagnePortugalGrèce ainsi qu’au Royaume-Uni2. C’est aussi vrai dans la qualité de l’éducation et de la formation de nos citoyens et dans la qualité du logement : de nombreux travaux, dont ceux de Pierre Madec à l’OFCE, ont mis en évidence un lien entre le mal-logement et le retard scolaire. En influençant indirectement la réussite scolaire des élèves, les situations de mal-logement impactent également ces derniers en freinant leur future insertion sur le marché de l’emploi et ont, à plus court terme, des effets directs sur l’insertion professionnelle. Il est aussi nécessaire de revenir sur la qualité des produits de manière à substituer une stratégie de « compétitivité hors prix » à celle de « compétitivité prix » qui mène l’économie européenne sur le chemin dangereux de la déflation. Enfin, la qualité de notre cohésion sociale est aussi un déterminant des performances économiques de notre pays et de la compétitivité de notre tissu productif. Nous devons évoluer vers une conception de l’entreprise qui prenne en compte l’intérêt des différentes parties prenantes, pas seulement celui des apporteurs de capitaux, ce qui passe par une nouvelle gouvernance des entreprises, voire vers une forme de codétermination.

La mise en place de cette nouvelle voie exige une autre interprétation des règles européennes que celle actuellement en vigueur qui consiste à juger de l’efficacité d’une politique économique à l’aune du seul ratio de la dette publique brute sur le PIB et enfin d’aller plus loin dans l’intégration économique, monétaire et la coopération européenne.

La NRT : Qu’est-ce à dire concrètement ? En l’absence de forces sociales et politiques aptes à imposer cette révision des options économiques destructrices de notre environnement, qu’est-ce qui peut imposer au capitalisme, c’est-à-dire maintenant aux puissances financières, de réorienter la politique économique vers ce nouveau type de cercle vertueux (autre croissance et développement créateurs d’emplois et de richesses) ?

Éric Heyer : Revenir aujourd’hui sur notre modèle social alors que nous vivons encore dans le prolongement de la grande dépression de 2008 serait catastrophique et provoquerait un plongeon de notre économie et par là une explosion du chômage. En effet, comme nous l’avons montré précédemment, l’économie française a mieux résisté à la grande crise de 2008 que ses principaux partenaires et cela grâce principalement au soutien du pouvoir d’achat des ménages et de l’investissement des collectivités locales par la dépense publique : sans elle l’activité se serait effondrée et le chômage se situerait aujourd’hui à des niveaux plus proches de la situation italienne, voire espagnole (20 % de la population active au chômage).

Certes, la contrepartie d’un modèle social développé réside dans l’importance et le poids de son financement. Or, compte tenu du niveau des prestations sociales françaises, Il n’est guère surprenant d’observer que les cotisations sociales, qui se décomposent en cotisations employeurs et salariés, soient élevées en France. Leurs poids totaux, supportés par tous les agents économiques, atteignent presque 17 points de PIB, très au-delà des niveaux enregistrés dans les autres pays développés dont la moyenne s’établit à 9,1 points de PIB. L’écart est supérieur de 10 points de PIB avec les États-Unis et le Royaume-Uni. Cet écart est plus limité avec les pays de la zone euro : 5 points avec l’Espagne, 3,5 points avec l’Italie et 2,5 points avec l’Allemagne.

En France, à l’instar d’un grand nombre de pays, et à l’exception du Danemark, près de la moitié de ces cotisations sociales sont payées par les entreprises. En conséquence, si la hiérarchie entre pays est identique à celle décrite précédemment sur le niveau total des cotisations, l’écart de cotisations à la charge des entreprises françaises par rapport à leurs concurrentes étrangères est plus faible : autour de 6 points avec les entreprises anglo-saxonnes et proche de 2,5 points avec celles des grands pays partenaires de la zone euro.

Ce poids plus important des cotisations sociales est régulièrement avancé comme facteur expliquant la lente dégradation de la compétitivité de l’économie française depuis la fin des années 1990. Cette analyse rapide ne passe cependant pas l’épreuve des faits : au cours de cette période, les cotisations sociales payées par les entreprises ont certes plus baissé en Allemagne qu’en France, mais elles ont fortement augmenté dans les autres pays de la zone euro (Italie, Espagne, Pays-Bas) et ces écarts sont, par ailleurs, trop faibles pour expliquer le différentiel de compétitivité-coût entre ces pays. L’explication essentielle des pertes de compétitivité-coût vis-à-vis de l’Allemagne ne provient donc pas de l’évolution relative des cotisations sociales payées par les entreprises françaises, mais de la stratégie de délocalisation en particulier en Europe de l’Est, puis de la modération salariale mise en place en Allemagne respectivement au milieu des années 1990 et au début des années 2000.

Enfin, le maintien d’un modèle social important est d’autant plus crucial que l’on choisit la voie d’une plus grande flexibilité du marché du travail pour répondre au problème du chômage hexagonal. Dans un tel cas de figure, les développements de l’accès au logement ou au crédit bancaire devront être assurés collectivement.

Il n’en reste pas moins que le financement de notre modèle social peut être réformé. Nous formulons ici deux propositions de réformes du financement de notre modèle social :

Proposition 1 : Financer les prestations universelles par de l’impôt et non par des cotisations.

La nature des prestations financées par les cotisations sociales est importante : lorsque celles-ci sont de nature contributive (retraite, chômage, accident du travail-maladie professionnelle), le financement par cotisations est justifié. En revanche, lorsqu’elles servent à financer des prestations universelles comme les prestations familiales (30 milliards d’euros) ou les dépenses de soins, le financement par l’impôt apparaît plus judicieux.

Cela reviendrait à prolonger et s’inspirer de la loi de finances du 28 décembre 1990 qui a institué la contribution sociale généralisée (CSG). Cet impôt a pour principal objectif de diversifier le mode de financement de la protection sociale qui reposait avant celui-ci essentiellement sur les cotisations sociales. Or, la Sécurité sociale s’étant généralisée à tous les résidents en France, un tel financement était devenu contestable, car il posait un problème d’efficacité et de justice du prélèvement qui ne pesait que sur les revenus du travail et d’un manque de légitimité, car seuls les salariés cotisaient. Par ailleurs, en alourdissant le coût du travail, il pesait sur la compétitivité des entreprises et sur les créations d’emplois. À la différence des cotisations sociales qui ne portent que sur les revenus d’activité, la CSG concerne, outre les revenus d’activité et de remplacement (allocations chômage, indemnités journalières), les revenus du patrimoine, les produits de placement ou les sommes engagées ou redistribuées par les jeux. Une telle opération s’apparente à de la CSG sociale qui a pour but d’améliorer et rendre plus juste le financement de notre protection sociale. Elle doit se limiter aux cotisations familiales et maladie, s’effectuer sans compensation salariale et en période de croissance, afin de ne pas être utilisée comme une arme de dévaluation fiscale à chaque épisode de creux conjoncturel.

Proposition 2 : Basculer les cotisations employeurs sur les cotisations salariales. La distinction entre cotisations patronales et salariales n’est qu’administrative et n’a que peu de justification économique et encore moins d’incidence pour le salarié ou l’entreprise : pour le salarié, seul compte le salaire net alors que le coût du travail pour l’employeur correspond au salaire super brut, incorporant les cotisations salariales et employeurs. Dans ces conditions, et puisqu’elles sont de même nature et versées au titre de l’activité du salarié, il serait souhaitable de faire disparaître cette distinction, en fusionnant les cotisations patronales avec les cotisations salariales, hors chômage et accidents du travail, tout en garantissant le revenu du salarié : cela ne modifierait pas le degré de taxation total des revenus du travail (coin socialo-fiscal), mais rendrait le modèle de financement plus transparent, plus lisible, plus incitatif et permettrait d’éviter les confusions entre coût du travail, cotisations sociales et niveau des salaires. Si la proposition 1 est réalisée, cela limiterait la proposition 2 aux seules cotisations vieillesse.

Jean Gadrey : Des alternatives à portée de main

La NRT : Quelles sont, selon vous, les pistes pour avancer vers la résolution du problème du chômage en France ? Quels sont les obstacles majeurs ou les résistances à leur réalisation. Comment les contrer ou les contourner ?

Jean Gadrey : De mon point de vue, trois grandes pistes générales existent et doivent être conjuguées pour aller vers un nouveau plein-emploi. Leur adoption suppose toutefois d’en finir avec une idée fataliste devenue de plus en plus présente avec l’installation d’un chômage de masse depuis des décennies et avec la dégradation des conditions de travail : le plein-emploi serait devenu inatteignable, irréaliste, il n’y aurait plus jamais de travail pour tous. L’objectif serait de faciliter le retrait du monde du travail d’une partie importante de la population active, avec comme contrepartie un revenu d’existence attribué à tous. Ce n’est pas cette voie que je privilégie pour la période à venir, tout en souhaitant qu’on en débatte et que les minimas sociaux soient fortement réévalués. Le plein-emploi reste un objectif réaliste et l’immense majorité de nos concitoyens reste attachée au droit à l’emploi, dès lors qu’il s’agit d’emplois décents et de conditions de travail dignes. Mais comment faire ?

La première grande piste est celle du « partage du travail » ou de la réduction équitable du temps de travail, qu’il s’agisse de la semaine, de l’année, ou de la vie au travail. Elle a fait ses preuves dans le passé. Si nous en étions encore à la durée annuelle moyenne du travail salarié des années 1950 et 1960, soit environ 1 900 heures (contre 1 400 actuellement), il y aurait cinq à six millions de chômeurs de plus. Mais depuis le début des années 2000, ce mouvement historique a été politiquement stoppé.

Il est vrai que pour mener des politiques de réduction du temps de travail (RTT) justes, intégrant l’objectif de réduction des inégalités, sans perte de revenu pour la grande majorité des salariés, incluant les hôpitaux et d’autres secteurs, il faut aller plus loin que ce qui a été mis en œuvre dans le cadre des « 35 heures ». Il faut un rapport de forces, des négociations multiples, admettre que pour une partie des salariés et surtout des salariées, celles qui sont à temps partiel contraint, il ne faut pas réduire, mais augmenter le temps de travail, etc. Et surtout, il ne faut pas se limiter à la durée hebdomadaire, bien qu’elle importe, et raisonner sur l’ensemble de la vie. Mais on doit remettre ces questions sur la table.

La NRT : Les politiques de réduction du temps de travail ne conduisent pas nécessairement à la création d’emplois (voir le début des années 2000) en raison de l’élasticité du travail. Comment alors promouvoir et organiser concrètement et politiquement le partage de l’emploi et des richesses ?

Jean Gadrey : Les dispositifs de partage simultané du travail et des revenus peuvent avoir un effet moins important que prévu sur les créations d’emplois si les employeurs en « profitent » pour intensifier le travail, réduire les temps de pause et de récupération, jouer sur les coupures quotidiennes, ou flexibiliser encore plus le temps de travail. C’est à nouveau une question de négociation et d’appui sur des lois limitant ces tentations. Le temps de travail n’est pas qu’une quantité, il est aussi de nature qualitative.

Je reviens à la question précédente. La deuxième grande piste pour aller vers le plein-emploi, piste dont on parle beaucoup moins, répond au besoin de services de développement humain associé à des droits : soin et santé, « social », éducation, culture, sport, mais aussi l’énorme domaine des besoins concernant les personnes âgées, la petite enfance, les personnes handicapées et d’autres services, souvent associatifs. Investir dans ces activités est une composante d’une société socialement « soutenable ». Elles sont particulièrement riches en emplois ayant du sens, à pression écologique relativement faible. On oublie trop souvent que les services (publics, privés et associatifs) ont été les plus importants pourvoyeurs d’emploi des dernières décennies. Ils vont le rester, la grande question étant celle de la revalorisation des statuts de ces emplois et des financements publics nécessaires pour que ces services essentiels soient accessibles à tous.

La NRT : Oui, mais qui peut ou doit financer ces emplois ? À l’heure de la lutte contre les déficits publics, comment s’y prendre ?

Jean Gadrey : Parmi les sources de financement, on trouve certes les profits non réinvestis (qui sont considérables et peuvent être mobilisés de diverses façons), le « surcoût du capital » (qui n’est pas moins énorme) ou encore, mais pour une part modeste, la dépense publique pour l’emploi accompagnant notamment la réduction du temps de travail. Mais en réalité, l’essentiel du financement résiderait dans les économies de « coûts publics du chômage ». En moyenne et en estimation basse, un chômeur coûte à la collectivité 15 000 euros par an (coûts directs et indirects). Réduire d’un million le nombre de chômeurs « rapporte » donc au moins 15 milliards de fonds publics.

  • 3 Le scénario NégaWatt vise à remettre la question énergétique « dans le bon sens » en partant des us (...)

La troisième grande piste est celle des emplois d’une transition écologique socialement juste. On en parle de plus en plus, mais les décisions politiques tardent. En s’appuyant sur des scénarios de bonne qualité, dont le scénario NégaWatt3 et divers travaux sur la conversion de l’agriculture, on peut estimer à plus d’un million de créations nettes d’emplois en quinze à vingt ans le potentiel d’une transition écologique à la hauteur des enjeux : transition énergétique et climatique dont un puissant développement des énergies renouvelables, transition agricole, forestière, des transports et de la mobilité, de la construction, réhabilitation thermique des logements et du bâti anciens, recyclage, récupération, économie circulaire, amélioration de la qualité de l’air en ville, entretien de la nature en milieu urbain ou rural… Qui plus est, nombre de ces secteurs peuvent recruter des personnes peu qualifiées, y compris des chômeurs de longue durée, tout autant que des actifs très qualifiés.

La NRT : Comment combiner le modèle social français avec vos propositions ? Les dernières tendances ne contrarient-elles pas les orientations que vous proposez ?

Jean Gadrey : Pour l’essentiel, ce modèle social est un atout considérable, même s’il exigerait des adaptations aux enjeux – notamment écologiques – de ce siècle et s’il a subi des coups très durs qui l’ont affaibli. C’est un atout parce qu’il se fonde sur des principes de solidarité, de respect de droits humains universels via la protection sociale, de réduction des inégalités et de l’exclusion. Ce n’est pas un hasard si les pays qui sont les plus avancés sur ces différents plans, mais aussi dans la transition écologique, avec des taux d’emploi élevés, sont les pays nordiques, dont les politiques ont été fondées sur de tels principes, selon des modalités qui leur sont propres. Il ne s’agit pas de les idéaliser, leur « État providence » s’est un peu effrité depuis les années 2000. Mais, qu’il s’agisse de la voie du partage du travail, de celle des services de développement humain (bien plus développés et socialement accessibles qu’en France), ou des activités de la transition écologique, ils ont pu prendre cette avance parce qu’ils étaient beaucoup plus égalitaires et solidaires que les pays du modèle anglo-saxon.

  • 4 Éloi Laurent, Le Bel avenir de l’État providence, Paris, Les Liens qui libèrent, 2014.

Dans son dernier livre, l’économiste Éloi Laurent4 multiplie d’excellents arguments en faveur de ces atouts. Pour lui, l’État providence est, par les vertus de la répartition, un assureur de droits universels, par opposition à des assureurs de risques privés. C’est aussi un protecteur des revenus – et donc d’emplois – en cas de crise. Et, à rebours des politiques qui visent à l’affaiblir, il conviendrait de l’étendre, car « la nature du risque (et de l’assurance) a changé depuis la fin du xixe siècle et l’après Seconde Guerre mondiale : le risque n’est plus seulement social, il est devenu social-écologique ». Les inégalités sociales nourrissent les crises écologiques et ces dernières, en retour, renforcent les inégalités sociales. Pendant que les plus riches peuvent vivre dans l’irresponsabilité écologique, la capacité des plus pauvres d’échapper ou de s’adapter aux dégradations de l’environnement est très faible, alors que pourtant leur pression écologique est très inférieure.

Il faudrait mettre en débat la création d’une nouvelle branche « vulnérabilité écologique » de la sécurité sociale, avec des politiques de santé environnementale s’attaquant à des enjeux en partie nouveaux, dont le rôle des pollutions (de l’air, chimique, etc.) dans le développement de maladies chroniques (diabètes, cancers, etc.) et de maladies professionnelles, mais aussi la précarité énergétique inlassablement dénoncée par des associations, etc.

De façon générale, une transition écologique et sociale riche en emplois a peu de chances de réussir sans une forte réduction des inégalités dans tous les domaines. On ne peut pas demander à des gens dont l’horizon de vie est le lendemain ou la fin du mois, mal couverts contre les risques de la vie, d’adhérer à des politiques « durables » pour des décennies. Il faut que tous puissent le faire sans être contraints par les urgences quotidiennes de survie, sans penser qu’une fois de plus ils paient le plus lourd tribut. Si la taxe carbone a été rejetée en France et très largement acceptée en Suède dès 1990 (après quatre ans de débats publics), c’est aussi l’effet d’un autre modèle social. Il en va de même de la réduction du temps de travail : elle ne produira pas les effets bénéfiques attendus par ses avocats si elle n’est pas réductrice d’inégalités. Et cette réduction ne peut venir que de politiques publiques assorties de moyens financiers.

Toutes les pistes d’avenir permettant d’envisager des créations massives d’emplois reposent implicitement ou explicitement sur la notion de « biens communs » écologiques et sociaux, dont fait partie le droit à l’emploi. Cela suppose d’activer la solidarité (nationale, locale, de proximité) et la coopération. Il ne s’agit pas de les étatiser, mais d’exiger des pouvoirs publics de les favoriser, de leur accorder un statut plus élevé que ceux de la concurrence et de la compétitivité, qui restent aujourd’hui le credo des dirigeants.

La NRT : Qu’est-ce à dire concrètement ? En l’absence de forces sociales et politiques aptes à imposer cette révision des options économiques destructrices de notre environnement, qu’est-ce qui peut imposer au capitalisme, c’est-à-dire maintenant aux puissances financières, de réorienter la politique économique vers ce nouveau type de cercle vertueux (autre croissance et développement créateurs d’emplois et de richesses) ?

Jean Gadrey : Très concrètement, le premier des biens communs à se réapproprier collectivement pour aider à la (re)conquête des autres est la monnaie (ou le crédit, ou la finance). C’est certes un objectif ambitieux, les lobbies du capitalisme financier feront tout pour s’y opposer et ils trouveront comme aujourd’hui des alliés politiques, mais c’est aussi un objectif que l’immense majorité de nos concitoyens approuve, pas seulement les salariés ou retraités, mais aussi les petites entreprises et les travailleurs indépendants, victimes eux aussi de la financiarisation, de la spéculation, du tarissement du crédit à la « bonne » économie ou des « fuites » de dizaines de milliards d’euros annuels d’argent public dans les paradis fiscaux. Ce ne sont pas les propositions concrètes qui manquent pour mettre les banques et la finance hors de portée de la logique actionnariale et de la spéculation. Faudra-t-il attendre le prochain plongeon financier mondial pour y parvenir ?

La NRT : Sur quelles forces sociales et politiques asseoir une telle reconversion de l’économie ?

Jean Gadrey : Dans l’état actuel des choses, on ne peut guère compter que sur les organisations de la société civile, syndicats compris, pour « pousser » les décideurs à prendre de bonnes décisions en faveur d’une transition écologique qui ne pourra réussir que si elle est simultanément sociale et démocratique. Le rapport de forces ne leur semble pas favorable, mais c’est peut-être une illusion d’optique (ou médiatique) au regard des milliers d’initiatives qui naissent un peu partout dans les interstices du vieux monde.

La NRT : Il y a peut-être d’autres voies de transformations sociales et économiques avec l’économie de proximité ou collaborative, de l’échange, du troc et de la substitution de l’usage à la propriété ? Pensez-vous que cela se limite à réduire les tensions sur le marché du travail (comme l’autoentrepreneuriat est censé le faire) ou qu’il y a là les éventuelles prémisses à une lente subversion de la logique capitaliste ?

Jean Gadrey : Pour moi, il faut d’une part distinguer le champ de l’économie sociale et solidaire (qui représente environ 10 % de l’emploi en France), économie par essence non orientée vers la mise en valeur d’un capital, non actionnariale, et (au moins en principe) gérée selon des principes démocratiques, et d’autre part le champ de ces économies nouvelles dites collaboratives, un adjectif bien trop fourre-tout. Il faut, par ailleurs, au sein de ces dernières, ne pas confondre des modèles parfaitement capitalistes voire hypercapitalistes et rentiers comme Uber, et d’autres qui constituent d’authentiques alternatives, attractives et innovantes, privilégiant le partage, la réciprocité, la coopération et l’autogestion, qui rejoignent d’ailleurs à bien des égards les valeurs de l’économie sociale et solidaire. Il faudrait aider ces alternatives, voire innover dans un nouveau statut salarial à droits rechargeables, mais en attendre trop sur le plan de l’emploi serait malgré tout une illusion, car on a tendance à surestimer les champs d’application de ces pratiques.

S’agissant notamment de la substitution de l’usage à la propriété, ce qu’on nomme aussi l’économie de fonctionnalité, c’est sans doute une voie à encourager pour des raisons à la fois écologiques et sociales, mais c’est une voie qui a des limites et qui, par ailleurs, peut aussi bien être investie par le capitalisme sur des segments rentables que par des associations ou des collectivités locales sur d’autres segments d’utilité sociale. L’économie de fonctionnalité vise à ce que des biens durables tels que les voitures ou les photocopieurs soient en usage partagé ou en location afin d’augmenter le nombre d’utilisateurs par machine ou appareil. C’est souvent souhaitable, mais, sur le plan écologique, sans sobriété, sans réduction du nombre de kilomètres parcourus ou de photocopies effectuées, les économies de ressources seront loin d’être à la hauteur des exigences. On peut avoir des imprimantes partagées, mais imprimer toujours plus ! Par ailleurs, on ne peut pas faire d’économie de fonctionnalité pour la plupart des services (plus des trois quarts de l’économie) ni pour les biens alimentaires. Pour toutes ces raisons, il serait imprudent de voir dans ces innovations un nouveau paradigme ou un important « gisement d’emplois ». Et encore moins une menace pour le capitalisme.

Haut de page

Notes

1 Cette politique est basée sur une réforme du marché du travail de grande ampleur permettant notamment aux entreprises de recourir à une stratégie d’ajustement interne face à un choc, en agissant sur les salaires ou sur le temps de travail et par une baisse des cotisations sociales notamment sur les nouvelles embauches.

2 Voir Josiane Vero et Céline Goffette, « Chômage et qualité de l’emploi des jeunes : un tour de l’Europe en crise », CEREQ, Bref, n° 332, mars 2015. 

3 Le scénario NégaWatt vise à remettre la question énergétique « dans le bon sens » en partant des usages raisonnés et non des ressources disponibles : cette démarche de sobriété et d’efficacité dans le chauffage, les mobilités et l’éclairage (ou des autres besoins tels que l’informatique et l’électroménager) conduirait à une réduction de la consommation d’énergie de plus de 60 % d’ici 2050.

4 Éloi Laurent, Le Bel avenir de l’État providence, Paris, Les Liens qui libèrent, 2014.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Pierre Durand, Jean Gadrey, Éric Heyer et Pascal Salin, « Du chômage au plein-emploi : quelles solutions en France ? », La nouvelle revue du travail [En ligne], 8 | 2016, mis en ligne le 02 mai 2016, consulté le 22 mars 2017. URL : http://nrt.revues.org/2675 ; DOI : 10.4000/nrt.2675

Haut de page

Auteurs

Jean-Pierre Durand

Université d’Évry Val d’Essonne, Centre Pierre Naville (EA 2543)

Articles du même auteur

Jean Gadrey

Professeur honoraire d’économie à l’université de Lille 1/CNRS, CLERSE (UMR 8019)

Éric Heyer

Directeur du département Analyse et prévision à l’Observatoire français des conjonctures économiques (OFCE), Sciences Po Paris

Pascal Salin

Professeur honoraire d’économie à l’université Paris-Dauphine, CRJBS

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo La NRT est soutenue financièrement par
  • Logo CNRS INSHS
  • Logo Centre Pierre Naville - Université d'Evry
  • Logo Laboratoire Printemps (professions, institutions et temporalités)
  • Logo Centre Emile Durkheim
  • Logo Laboratoire lorrain de sciences sociales - Université de Lorraine
  • Logo IRISSO - Dauphine université Paris
  • Logo Multidisciplinaria de Estudios sobre el Trabajo (UMEST) - Universidad Autónoma de Querétaro
  • Logo La NRT est aussi reconnue et soutenue par
  • Logo HCERS
  • Logo Fondation Maison des sciences de l'homme
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org