Navigation – Plan du site
Recensions et notes de lecture

Tiphaine Rivière, Carnets de thèse, Paris, Le Seuil, 2015, 180 p.

Pierre Nocerino
Référence(s) :

Tiphaine Rivière, Carnets de thèse, Paris, Le Seuil, 2015, 180 p.

Texte intégral

1La NRT accueille pour ce numéro une recension tout à fait particulière. Carnet de thèse est en effet un témoignage biographique singulier puisqu’il choisit la voie de la bande dessinée pour se raconter. D’un dessin à l’autre, selon les règles du genre, l’ouvrage rapporte expérience de doctorante en littérature de Tiphaine Rivière, son auteure. En s’inspirant d’anecdotes personnelles ou rapportées par des collègues doctorants, elle raconte l’histoire de son alter ego Jeanne Dargan, depuis son inscription en thèse jusqu’à sa soutenance, cinq ans plus tard. Ce récit aborde différentes dimensions de l’expérience de thèse, tant dans ses aspects plaisants que déplaisants. Le ton humoristique employé permet de tourner en dérision les situations des personnages tout en proposant un regard critique sur divers (dys)fonctionnements de l’université. Au-delà de la dimension divertissante de l’ouvrage et de la connivence qu’un chercheur pourrait éprouver pour les personnages, il est légitime de s’interroger : en quoi cet ouvrage (une fiction, qui plus est) peut-il intéresser des chercheurs ? Qu’est-il susceptible d’apporter à des travaux de recherche en sciences sociales ?

2De fait, l’intérêt de cette bande dessinée est triple. Tout d’abord, elle rend compte d’une réalité concernant la recherche et, plus spécifiquement, la situation des doctorants. En retraçant le parcours de son personnage, l’auteure nous montre à quel point la thèse, au-delà de sa passion pour un sujet donné, est un véritable travail. Elle y détaille notamment ses différents espaces (l’opposition entre la bibliothèque et le domicile) et ses supports matériels d’organisation (création d’un emploi du temps ultra détaillé et d’un programme affiché partout [p. 85-86]). Tiphaine Rivière met en scène la difficulté de son héroïne à dissocier travail et vie personnelle. Cette dernière travaille à tout moment (y compris, à de nombreuses reprises dans sa douche, son lit, ou encore au cinéma), au point d’analyser progressivement sa propre vie au prisme de ses recherches sur la parabole du labyrinthe dans le procès de Kafka (qui trouve son aboutissement dans la représentation de la soutenance [p. 178-179]). De même, cette omniprésence du travail conduit le personnage, à plusieurs reprises, à reconfigurer sa vie personnelle (rupture avec son conjoint agacé, jugement des membres de la famille qu’elle se met à éviter, etc.). C’est cependant lorsque l’auteure décrit les relations entre les différents professionnels de la recherche (et aux inégalités de statuts) que l’ouvrage montre le plus d’intérêt. Le personnage principal découvre progressivement les différentes hiérarchies qui traversent l’université, notamment entre l’héroïne et Karpov, son directeur de thèse (p. 26-33, 116-120, 138-141), mais aussi entre les directeurs (ce même Karpov qui est ravi de pouvoir « enfoncer » une collègue grâce à ses 17 doctorants [p. 30]) ou encore entre les doctorants (Jeanne Dargan se retrouve d’abord en concurrence directe avec Justine Marthe [p. 32-33, 44-45], doctorante agrégée qui devient peu à peu une confidente [p. 142-143], ainsi qu’une source des conseils [p. 170-175]). Ces inégalités de statut ne s’arrêtent pas à une dimension symbolique. Tiphaine Rivière montre notamment l’apprentissage progressif de ces hiérarchies, la mise en scène de soi qui en résulte (p. 23, 129-133) et les fautes commises (p. 121). Surtout, l’auteure montre l’impact de ces inégalités sur les situations concrètes des personnages : difficultés financières qui incitent à changer de logement, à multiplier les petits boulots (de la vacation d’enseignement – finalement non payée – à « un boulot très chiant et très mal payé » [p. 84]), ou encore à dégrader son hygiène de vie (l’auteure insiste sur les évolutions physiques de ses personnages : variations importantes de poids, cernes, teints qui deviennent cireux, etc.). Au final, Tiphaine Rivière nous livre une vision à la fois dynamique et assez complète des impacts concrets que peut avoir le travail de thèse sur les différentes dimensions professionnelles et personnelles de la vie d’un individu. En cela, elle rejoint sur de nombreux points des constats réalisés dans la littérature en sciences sociales (pour exemples : Zaki, 2006 ; Serre, 2015). Bien entendu, cette bande dessinée ne s’apparente pas pour autant à une enquête systématisée, mais tel n’était pas le but de cet ouvrage. S’il est possible de regretter certains aspects caricaturaux (dans les personnages ou leurs réactions), rappelons que Tiphaine Rivière ne prétend à aucun moment se livrer à une analyse de la situation des doctorants. Cette confusion provient sans doute du fait qu’elle adopte régulièrement une démarche compréhensive vis-à-vis de ses héros, notamment en donnant accès aux pensées des personnages secondaires, permettant de découvrir les difficultés et enjeux propres à chacun. Pour autant, aucune explication n’est proposée. Il ne faut donc pas prêter à l’auteure des intentions analytiques qu’elle ne soutient pas, quand bien même des critiques sont implicitement exposées dans l’ouvrage, notamment à l’égard des institutions universitaires (comme sur le système de rémunération des vacataires [p. 73]) et étatiques (une ministre qui ne comprend pas le fonctionnement de la recherche [p. 167-169]). Ainsi, cette bande dessinée permet d’attirer l’attention sur une réalité souvent difficile, sans pour autant avoir l’ambition d’en expliquer les ressorts sociaux ou économiques. Cela nous conduit à prendre au sérieux ce médium spécifique comme outil de restitution de problématiques sociales importantes. Ce phénomène n’est pas à proprement parler nouveau : dans la continuité des graphic novels (dont le fameux Maus de Art Spiegelman) et des bandes dessinées de reportage (depuis les livres fondateurs de Joe Sacco aux reportages publiés trimestriellement par la Revue dessinée) s’est développée une bande dessinée dite « du réel ». Celle-ci permet d’attirer l’attention sur une thématique, et ce à une échelle souvent beaucoup plus élevée qu’une publication en sciences sociales. Toutefois, cela nous amène à nous interroger sur la nature des avantages d’une bande dessinée par rapport à un texte classique.

3C’est là le deuxième intérêt majeur de l’ouvrage : cette bande dessinée permet de repérer les apports d’une écriture graphique, introduisant l’image dans la démarche d’écriture. Il ne s’agit pas ici de défendre l’idée selon laquelle l’image attire un lectorat plus important en facilitant la lecture. Évidemment, des éléments visuels permettent à Tiphaine Rivière de faire des économies dans la description, par exemple ici en représentant des éléments matériels qui permettent de situer l’action (les stations de métro, des lieux emblématiques comme la BNF, etc.) ou d’attirer l’attention sur des asymétries entre les personnages (le directeur de thèse dans sa luxueuse chambre d’hôtel face à la doctorante dans son appartement délabré), voire de souligner une évolution (pour exemple, les gros plans sur les boîtes de pizza vides et les cendriers pleins pour souligner la dégradation de l’hygiène de vie de l’héroïne [ p. 155]). Plus encore qu’évoquer ces formes d’économies dans la description, il s’agit plutôt d’affirmer ici que la bande dessinée s’apparente à une écriture à part entière, avec ses codes et ses règles. L’enjeu premier de l’écriture en bande dessinée (et peut-être de toute forme d’écriture) est la narration. Si celle-ci occupe une place si centrale, c’est qu’un auteur de bande dessinée doit honorer à tout moment une règle de compréhension. En effet, une bande dessinée est formellement constituée d’une succession de cases que le lecteur doit parvenir à relier les unes avec les autres. Il devient alors un « acteur volontaire » lors de la lecture, afin de saisir les différentes « ellipses » successives qui séparent chacune des cases (McCloud, 1999, 60-93). Un auteur de bande dessinée a ainsi la lourde tâche de guider le lecteur dans ce travail de compréhension, s’il ne veut pas le perdre. Dans le respect de cette règle de compréhension, Tiphaine Rivière n’hésite à jouer de ces ellipses que ce soit pour créer des effets comiques ou pour dynamiser son récit (elle fait à plusieurs reprises des ellipses de plusieurs années, soulignant la stagnation de son héroïne tout en accélérant le rythme de la narration). Elle mobilise pour cela différents outils rendus possibles par la bande dessinée, comme l’utilisation d’éléments visuels qui, se répétant, deviennent des repères (l’usage des photos/dossiers de réinscription en thèse [p. 19, 87, 154]) ou, plus finement, en jouant sur des parallélismes dans la construction des cases pour saisir l’évolution (par exemple le bureau où Jeanne Dargan travaille [p. 88 et 134]). D’une manière plus générale, Tiphaine Rivière mobilise divers codes de la bande dessinée en variant la construction des planches d’une part, mais aussi des cases, d’autre part. Au-delà de la variation, le lecteur habitué à la bande dessinée percevra les différentes symboliques impliquées dans ces constructions (par exemple des plans très larges pour montrer Jeanne Dargan perdue dans son appartement [p. 21], ses références [p. 46], ses cours [p. 55], sa vie privée [p. 153], ou encore l’utilisation de dessins en plein page pour marquer une pause dans le récit). Au-delà des règles propres à l’écriture en bande dessinée, Tiphaine Rivière parvient également à mobiliser divers codes visuels permettant d’appuyer son propos. Elle recourt ainsi abondamment à la métaphore visuelle, parfois filée sur plusieurs pages. Parmi les nombreux exemples, on citera la représentation des publics en amphithéâtre par des félins (chats ou tigres selon la pertinence de leurs remarques [p. 52-53]) ; la conférence comme une brasse plus ou moins coulée (p. 109-110) ; la thèse comme un immense chantier destiné à devenir une construction architecturale inspirée d’autres constructions (p. 92-94), que l’on explore et aménage progressivement (p. 164) et dans laquelle on découvre parfois des souterrains secrets qui sont autant de pistes à explorer (p. 165), etc. L’écriture graphique de l’auteure ne s’arrête pas à des jeux de construction et aux métaphores visuelles. Elle parvient également à jouer avec des codes de la bande dessinée, comme lorsqu’un personnage se saisit d’une bulle émise par l’héroïne pour l’avaler, la mastiquer avant de la recracher sous une autre forme (p. 115-116). La bulle est ainsi détournée de son usage classique (non seulement elle ne contient pas de texte, mais elle perd sa dimension extradiégétique) afin de souligner l’asymétrie entre les personnages.

  • 1 S. GINDENSPERGER (2015), « Tiphaine Rivière dans l’enfer de la thèse », Bodoï, mis en ligne le 29 j (...)

4L’explicitation de ces différents règles et codes nous montre que si la bande dessinée attire souvent un lectorat plus important que les publications scientifiques, cette performance n’a rien de naturel. La bande dessinée est une véritable écriture qui doit faire l’objet d’un apprentissage spécifique. C’est ici le troisième intérêt de l’ouvrage, qui dépasse son contenu. Celui-ci s’inscrit effectivement dans le prolongement de la publication de quelques planches sur le blog personnel de Tiphaine Rivière qui n’a jamais suivi de formation en dessin ou bande dessinée. Ces publications en « amateur » ont alors été reprises avant d’être intégrées dans le présent ouvrage. D’une part afin d’élaborer une structure narrative globale (les publications sur le blog s’apparentaient davantage à des anecdotes qu’à une histoire) et, d’autre part, pour adapter les planches à un format spécifique destiné à une publication en livre (le changement de format implique le respect de règles d’écriture différentes). Comme l’explique l’auteure1, ce travail conséquent a duré deux ans, au cours desquels elle a pu expérimenter différents agencements et solliciter l’aide de professionnels de la bande dessinée. Quand bien même le dessin et la colorisation comportent des faiblesses, il est important d’attirer l’attention sur le travail considérable réalisé par Tiphaine Rivière dans l’intégration et la mise en œuvre des règles et codes spécifiques à cette forme d’écriture. Elle démontre ici que si la bande dessinée est un exercice complexe, il peut véritablement faire l’objet d’un apprentissage, lequel ne se limite pas à des compétences techniques de dessin. En cela, l’ouvrage peut s’apparenter à une invitation faite à l’ensemble des lecteurs et peut-être plus spécifiquement aux chercheurs : la bande dessinée est une forme d’écriture coûteuse (en termes de temps de réalisation et d’apprentissage), mais accessible et présentant de nombreux avantages. Parmi ceux-ci, l’intérêt majeur est sans doute lié à cette règle de compréhension, qui incite à recourir à divers codes pour faciliter la réception par les lecteurs. Dès lors, la bande dessinée s’apparente à une forme d’écriture particulièrement appropriée à la diffusion des idées. Ceci explique sans doute la multiplication, depuis quelques années, des projets associant chercheurs et auteurs de bande dessinée : outre la Revue dessinée déjà évoquée, nous pouvons citer les collections « Sociorama » (lancée par Casterman : Mandel & Trachman, 2016 ; Braud & Jounin, 2016) et « la Petite Bédéthèque des Savoirs » (par Le Lombard), ou encore la bande réalisée par Marion Montaigne (2013) à partir des livres de Michel Pinçon et Monique Pinçon-Charlot. Mais rares sont les chercheurs qui, à l’image de Tiphaine Rivière, franchissent le pas et s’implique davantage dans l’écriture dessinée. Pour autant, un tel investissement permettrait sans doute l’apparition de « sciences sociales graphiques » qui peinent à se développer (Jablonka, 2014).

Haut de page

Bibliographie

Braud Claire et Nicolas Jounin, Chantier interdit au public, Paris, Éditions Casterman, coll. « Sociorama », 2016.

Jablonka Ivan (2014), « Histoire et bande dessinée », La Vie des idées [en ligne], 2014. Mis en ligne le 18 novembre 2014. Consulté le 22 mars 2016. URL : http://www.laviedesidees.fr/Histoire-et-bande-dessinee.html

Mandel Lisa et Mathieu Trachman (2016), La Fabrique pornographique, Paris, Éditions Casterman, coll. « Sociorama ».

McCloud Scott (1999), L’Art invisible : comprendre la bande dessinée, Paris, Vertige Graphic.

Montaigne Marion, Michel Pinçon et Monique Pinçon-Charlot (2013), Riche. Pourquoi pas toi ?, Dargaud.

Serre Delphine (2015), Dossier « La socialisation des doctorants en sciences humaines et sociales », Socio-logos, n° 10. [En ligne] https://socio-logos.revues.org/2922

Zaki Lamia (2006), « L’écriture d’une thèse en sciences sociales : entre contingences et nécessités », Genèses, 4, n° 65, p. 112-125.

Haut de page

Notes

1 S. GINDENSPERGER (2015), « Tiphaine Rivière dans l’enfer de la thèse », Bodoï, mis en ligne le 29 juin 2015. Consulté le 22 mars 2016. URL : http://www.bodoi.info/tiphaine-riviere-dans-lenfer-de-la-these/

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Pierre Nocerino, « Tiphaine Rivière, Carnets de thèse, Paris, Le Seuil, 2015, 180 p. », La nouvelle revue du travail [En ligne], 8 | 2016, mis en ligne le 14 juin 2016, consulté le 17 octobre 2017. URL : http://nrt.revues.org/2753

Haut de page

Auteur

Pierre Nocerino

LIER-IMM, EHESS

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo La NRT est soutenue financièrement par
  • Logo CNRS INSHS
  • Logo Centre Pierre Naville - Université d'Evry
  • Logo Laboratoire Printemps (professions, institutions et temporalités)
  • Logo Centre Emile Durkheim
  • Logo Laboratoire lorrain de sciences sociales - Université de Lorraine
  • Logo IRISSO - Dauphine université Paris
  • Logo Multidisciplinaria de Estudios sobre el Trabajo (UMEST) - Universidad Autónoma de Querétaro
  • Logo La NRT est aussi reconnue et soutenue par
  • Logo HCERS
  • Logo Fondation Maison des sciences de l'homme
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org