Navigation – Plan du site
Recensions et notes de lecture

Mustapha Belhocine, Précaire ! Nouvelles édifiantes de Mustapha Belhocine qui raconte…, Éditions Agone, 2016, 141 p.

Salvatore Maugeri
Référence(s) :

Mustapha Belhocine, Précaire ! Nouvelles édifiantes de Mustapha Belhocine qui raconte…, Éditions Agone, 2016, 141 p.

Texte intégral

1Combien sont-ils ceux qui se reconnaîtront dans ces Nouvelles édifiantes et picaresques écrites par un « petit soldat réfractaire de l’armée de réserve du capital » ? Combien ? Combien de dupes de la République, de jeunes diplômés trompés par un système social qui ne cesse de trahir les idéaux d’égalité, les valeurs méritocratiques, les promesses d’intégration qu’il ne cesse de brandir à la face de la jeunesse pour la pousser sur la voie des études, de l’excellence, de l’engagement et la promotion permanente de soi, du développement de son « capital humain », de ses compétences, ses savoirs, ses savoir-faire et être, ses « talents » désormais, et qui, pour finir, n’ont d’autres alternatives que de se glisser dans les files interminables de Pôle emploi et des agences de travail intérimaire pour supplier qu’on veuille bien leur donner un travail, un emploi, n’importe lequel, pour payer les charges, manger, durer jusqu’au mois prochain. Oui, combien sont-ils ceux qui auraient pu écrire ces lignes, raconter la quête pathétique d’une source de revenus garantissant simplement la survie dans la société, dans l’espoir fou de ne pas tomber aux mains des systèmes d’aide sociale, du RSA et autres cautères sociaux du capitalisme néolibéral, synonymes de la relégation dans les marges de la société, condamnée à mendier son droit à l’existence ?

2Certes, tous n’auraient pas la fibre littéraire dont témoigne l’auteur, ce jeune issu de l’immigration, dont on n’entrevoit que des bribes de biographie familiale au creux des lignes, qu’on découvre dans sa dernière année de lycée, aspirant sociologue, à la recherche d’un « job » pour faire face aux premiers besoins de son émancipation et qui démarre son récit par la découverte des coulisses de l’univers waltdisneylien et de son « université », où les ramasseurs de vomi apprennent à tenir leur pelle et leur balayette et leurs devoirs de castmember dans les usines à rêves… Le ton est donné, jamais larmoyant, toujours tonique et empreint de la douce ironie qui sied aux désabusés, à ceux qui, conscients de leur mauvais sort, ne désespèrent jamais néanmoins de faire mentir les pressentiments affreux qui les habitent. La suite n’est qu’une longue, interminable série de tableaux affligeants de notre postmodernité 2.0 vue de tout en bas, des emplois les plus sommaires, brutaux, dégradants, épuisants le corps, blessant l’âme et accablant sans rémission l’esprit. On passe d’un univers professionnel à un autre et chaque fois on semble pénétrer dans un nouveau cercle infernal. Pôle emploi en est un et pas des plus paisibles. L’auteur en expérimente le fonctionnement impitoyable et kafkaïen aussi bien comme demandeur d’emploi que comme salarié. Le sort réservé aux actifs privés d’emploi ne semble rien avoir à envier à ceux qui sont les employés de cette auguste institution. Quel que soit l’entreprise, on comprend que, pour certaines catégories d’actifs, il faut une résistance de bœuf et un moral d’ascète pour supporter le travail dans certains replis de notre économie – cette économie dont on ne parle jamais, celle qui ramène toujours l’histoire au démarrage de notre bon vieux capitalisme, là où le travailleur totalement atomisé, pulvérisé, séparé de son prochain, voit se dresser face à lui, tel un monolithe, le compte capital de sociétés sans âme ni sensibilité qui, via ses impitoyables relais managériaux, exige des corps l’abandon total de leurs forces, sans craindre l’épuisement, puisque la liste de ceux prêts au sacrifice suprême est si longue aux portes de l’embauche… Belhocine n’est ni un bœuf, ni un ascète. C’est un jeune homme « normal » qui, comme des milliers d’autres, n’aspire qu’à travailler dignement dans une organisation qui lui reconnaisse simplement son humanité, et qui constate, mi-effaré, mi-excédé, mi-désespéré qu’il n’y parviendra pas : la société se refuse à l’accueillir comme l’un des siens, le condamne aux travaux de force, aux pires places, et lui fait comprendre que, pour s’en sortir – pour échapper à la précarité –, il n’a d’autres alternatives que de se transformer à son tour en bourreau et assumer sa part dans la violence et l’exploitation de l’homme par l’homme. S’il se « donne à fond », s’il sait « se montrer à la hauteur », ainsi que lui explique une de ses recruteuses, rien ne s’oppose, avec le temps, à ce qu’il obtienne les promotions méritées, jusqu’aux niveaux les plus élevés, comme le propre parcours de cette recruteuse en témoigne, selon elle, et à condition de ne pas être trop regardant sur les méthodes – mais cette précision, elle ne la fait pas ; il faut le découvrir soi-même… Quand on refuse ce pacte abominable, on perd sa place naturellement, on est rejeté sans ménagement et dans la honte. On voit s’approcher alors, en tremblant, le gouffre de la précarité, la chute dans l’assistanat et on ne doit sans doute en partie qu’à la chance d’en réchapper : la chance de pouvoir intégrer un dispositif d’aide aux étudiants populaires qui n’a pas encore été totalement aboli (le pionnicat), la chance d’une rencontre avec un universitaire à l’écoute (G. Mauger), la découverte d’un auteur italo-américain (John Fante), qui redonne un peu de courage et de foi en ses capacités – sans parler, bien sûr, d’une certaine persévérance absurde. Au total, on peut finir par décrocher un master de sociologie à l’EHESS et écrire un témoignage qui, accepté et édité par une maison soucieuse encore des déshérités, semble vous rendre rien de moins que votre dignité humaine.

3Inscrit dans la tradition des témoignages des rescapés du prolétariat – ce monde du silence –, ce petit récit brille par sa justesse narrative, sa force émotionnelle, sa retenue malgré la charge de souffrance morale qui le traverse de part en part. Il relate le rapport au monde d’une génération dont même la fraction diplômée n’arrive pas à trouver sa place dans la société : à quand la conscience claire et générale que cette « crise du travail et de l’emploi » ne ressemble pas aux autres ?

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Salvatore Maugeri, « Mustapha Belhocine, Précaire ! Nouvelles édifiantes de Mustapha Belhocine qui raconte…, Éditions Agone, 2016, 141 p. », La nouvelle revue du travail [En ligne], 8 | 2016, mis en ligne le 30 avril 2016, consulté le 16 octobre 2017. URL : http://nrt.revues.org/2764

Haut de page

Auteur

Salvatore Maugeri

Université d’Orléans, Vallorem

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo La NRT est soutenue financièrement par
  • Logo CNRS INSHS
  • Logo Centre Pierre Naville - Université d'Evry
  • Logo Laboratoire Printemps (professions, institutions et temporalités)
  • Logo Centre Emile Durkheim
  • Logo Laboratoire lorrain de sciences sociales - Université de Lorraine
  • Logo IRISSO - Dauphine université Paris
  • Logo Multidisciplinaria de Estudios sobre el Trabajo (UMEST) - Universidad Autónoma de Querétaro
  • Logo La NRT est aussi reconnue et soutenue par
  • Logo HCERS
  • Logo Fondation Maison des sciences de l'homme
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org