Navigation – Plan du site
Recensions et notes de lecture

Dominique Cardon et Antonio A. Casilli, Qu’est-ce que le Digital labor ?, Paris, Ina Éditions, 2015, 104 p.

Jean-Pierre Durand
Référence(s) :

Dominique Cardon et Antonio A. Casilli, Qu’est-ce que le Digital labor ?, Paris, Ina Éditions, 2015, 104 p.

Texte intégral

1Ce petit ouvrage a au moins deux vertus : nous aider à définir le digital labor et faire dialoguer deux auteurs en désaccord profond sur la portée ou sur les significations de l’émergence de cette nouvelle pratique et de ses analyses scientifiques outre-Atlantique (Digital Labor Studies) depuis 2009.

2Antonio Casilli, enseignant à Télécom Paris-Tech et chercheur à l’Institut interdisciplinaire de l’innovation (i3), signe la première partie en s’intéressant aux critiques des usages de l’Internet et des réseaux dits sociaux. Dans l’impossibilité d’une traduction en français du concept, Casilli voit dans ces pratiques technologisées « des formes d’activités assimilables au travail, parce que productrices de valeur, faisant l’objet d’un quelconque encadrement contractuel et soumises à des métriques de performance. Nous appelons digital labor la réduction de nos liaisons numériques” à un moment du rapport de production, la subsomption du social sous le marchand dans le contexte de nos usages technologiques. » (p. 12-13) Ce qui fait que le digital labor est une activité et/ou un travail (soit aussi un objet de recherche que l’on peut tenter de circonscrire), nourrissant un courant théorique (pluraliste) analysant ces pratiques comme productrices de valeur, à l’encontre des opposants à une telle interprétation (voir ci-dessous les contre-analyses de Dominique Cardon). Ce qui est certain est que le digital labor conteste les visions quelque peu naïves qui prévalaient dans la décennie précédente quant à la gratuité ou à la nature des activités collaboratives sur ou par Internet, voire à la création d’un common que serait Google ou tout distributeur d’images gratuites sur le net.

3La question qui traverse cette analyse porte sur la nature et les principes de la création de valeur par les internautes, le digital labor se présentant comme « une contribution à faible intensité et à faible expertise mise à profit via des algorithmes et des fouilles de données — data mining » par des plateformes numériques. Ainsi, les utilisateurs, en tant que producteurs de données (vendues aux annonceurs) sont à la fois des marchandises et des travailleurs : « Les publics numériques sont des audiences hybrides qui ne peuvent jamais être réduites à la condition de simples spectateurs. Finalement, pour eux, une conscience exacte du moment où le dispositif numérique est en train de commander leur travail, ou de leur accorder un moment d’oisiveté est impossible à entretenir. » (p. 27) Le lecteur voit poindre ici la thèse de la création d’un surplus de travail non rémunéré au bénéfice des plateformes.

4L’intérêt d’un tel point de vue est de montrer comment producteur et consommateur se rejoignent ou se confondent dans une activité unique, certainement au bénéfice des propriétaires de la plateforme, mais aussi du prosumer, ce producteur-consommateur qui « travaille » d’abord pour lui-même et/ou qui prend plaisir à son activité, y compris à travers une démarche collective qui fait sens et qui pousse toujours plus loin son travail. Or, c’est justement à partir de ce travail personnel et de toutes les données qu’il produit que ces plateformes vont disposer d’informations personnelles qu’elles vont valoriser. D’où la revendication d’une rémunération de ce travail selon des voies à définir et que présente A. Casilli, que ce soit sous forme de salaire ou à partir d’une révision du droit commercial ou toute autre voie, y compris celle d’un « revenu de base comme levier d’émancipation et de mesure de compensation pour le digital labor » (p. 39). Pour commencer, on pourrait souhaiter une réforme du droit fiscal afin que ces plateformes commencent à payer les taxes là où elles opèrent, c’est-à-dire là où se situent les millions d’usagers qui réalisent un « travail invisible ».

5En définitive, on peut dire que si A. Casilli pose les bonnes questions sur les transformations en cours via l’intensification des utilisations des plateformes numériques et des innovations qu’elles imposent (voir le bouleversement qui failli avoir lieu avec Uber Pop), le lecteur peut s’étonner de voir l’auteur recourir à des formules trop banales sans les interroger : nous pensons ici à l’usage du terme de capitalisme cognitif : est-ce pour ne pas entrer dans les débats sur la financiarisation du capitalisme ou bien pour considérer que ceux-ci sont déjà dépassés ? Mais l’énumération de sous-phases du capitalisme reste bien trop descriptive, sans traiter des fondements conceptuels et des innovations technologiques au principe des logiques présentes alors que justement ce sont elles qui, par leur nature inédite, sont susceptibles de créer des formes « d’exploitation » dématérialisées inimaginables voici quelques décennies.

  • 1 Voir Guillaume Tiffon, La Mise au travail des clients, Paris, Economica, 2013 ; Voir aussi Benoît G (...)
  • 2 Eran Fischer, « How Less Alienation Crates More Exploitation ? Audience Labour on Social Networks S (...)

6L’autre volet du débat réside bien sûr dans le recours au concept marxiste d’exploitation et de production de plus-value pour caractériser ce travail gratuit — qui n’en serait pas un pour nombre d’auteurs. L’auteur ne va pas très loin dans cette discussion qui a animé les marxistes depuis deux siècles et qui concerne le caractère productif de valeur ou non du travail dans certaines situations : salariés du commerce, agents de maîtrise, ingénieurs, techniciens, enseignants, chercheurs, cols blancs en général. Il semble pourtant que nous soyons face à quelques avancées1, en particulier en inventant de nouvelles applications de la théorie de la plus-value extra ou de la soumission formelle du travail au capital. On ne peut en effet se satisfaire de la jolie formule d’Eran Fisher2 citée par A. Casilli selon laquelle, dans l’économie numérique, « face à un haut degré d’exploitation, nous connaissons un faible degré d’aliénation » : ce mixage de l’économique et du culturel (ou de l’idéologique) valide trop le caractère fourre-tout du concept d’aliénation pour que nous n’ouvrions pas ici de futures interrogations.

7Dans la seconde partie de l’ouvrage « Internet par gros temps », Dominique Cardon, sociologue à Orange Labs, apporte la contradiction à Casilli en critiquant la théorie du digital labor, théorie qui met en cause les profits que les plateformes numériques tirent du « travail » des internautes, ce qu’il dénomme plus sobrement l’économisation du web.

8Pour ce faire, D. Cardon opte d’abord pour un retour sur l’histoire du web et de ses interprétations. Il observe l’évolution de la nature des usagers du web depuis son apparition et la transformation du regard des analystes. La massification des publics a entraîné une certaine déception chez les premiers pratiquants du web qui ont vu se combler le fossé des connaissances indigènes ou techniciennes qui les séparait du « grand public ». L’auteur parle « d’ethnocentrisme de classe » ou « d’inconscient aristocratique » des premiers hackers vis-à-vis du petit peuple d’Internet, ces derniers dépossédant les premiers des privilèges qu’accordait l’usage de cette « machine ». L’auteur y voit une démocratisation de la vie publique parce que « les nouvelles pratiques numériques débordent les catégories traditionnelles de la participation à l’espace public » (p. 51). Il aurait été intéressant d’analyser la nature des contenus de cette participation populaire à l’espace public via le net pour la comparer à ceux de la vie quotidienne du politique : n’y retrouve-t-on pas le même fossé creusé entre ceux qui détiennent de fortes ressources (intellectuelles, sociales, etc.) et les autres ? Peut-on sérieusement considérer que cet appel à participer sur le net accroît la démocratisation de la vie publique, voire développe suffisamment de connaissances et de savoirs pour que le gap qui sépare les classes sociales puisse être réduit ? Pourquoi ne pas écouter aussi les tenants de la fracture numérique et observer qu’en admettant qu’il y ait accroissement général des connaissances la majeure partie des internautes recourent à l’outil de façon instrumentale, reproduisant — ou approfondissant­ — l’écart entre classes sociales ?

9D. Cardon développe ensuite une thèse que l’on pourrait résumer de la façon suivante : le succès du web repose sur la rencontre de deux logiques sans finalité commune. À l’origine du web, il s’agissait d’échanges de textes et d’images, fondés sur le partage, la gratuité, l’horizontalité, le désintéressement, etc., dont l’unique « rémunération » était symbolique : la réputation. Parallèlement, afin que fonctionne ce système de rémunération symbolique et de réputation, les communautés du web ont construit « une architecture de procédures à travers laquelle une “intelligence collective” émerge des contributions individuelles : classer des données, organiser 1es informations en ensembles thématiques, désigner les meilleures contributions, extraire de l’information d’un ensemble de produc­tions, profiter des capacités critiques de la foule pour “fact-checker” (opposer les faits aux déclarations pour en vérifier l’exactitude), documenter ou sourcer un corpus, etc. S’articulent ainsi un travail individuel et l’émergence d’un bien commun, une utilité pro­duite par l’agrégation des activités individuelles, sans qu’il existe un lien finalisé et explicite entre l’action individuelle et le résultat collectif. » (p. 63-64) Le modèle de l’agrégation si cher aux théories de l’individualisme méthodologique fonctionne jusqu’à créer ce bien commun qui permet d’envisager l’Internet comme un common. Sauf qu’interviennent alors de nouveaux acteurs que sont les plateformes numériques et leurs actionnaires qui confisquent la valeur créée dans et par ce common : D. Cardon réduit ce formidable hold-up à une simple « économisation du numérique ». D’où par la suite le débat sans grand intérêt sur comment rémunérer le travail des internautes, si travail il y a : s’agira-t-il d’une rémunération individuelle ou bien d’une rémunération collective, sous quelle forme et pour quels destinataires-gestionnaires du bien collectif ?

10Selon D. Cardon ce serait la fragilisation intrinsèque du modèle premier de l’Internet, fondé sur la recherche de la réputation, qui aurait conduit à l’émergence de cet autre modèle qu’est celui du travail des internautes et de l’économisation du net. D’une certaine manière, l’auteur minore l’emprise du capital sur l’Internet qui a dévoyé l’esprit de ses pionniers pour le transformer en cette énorme machine à produire de la valeur et des profits que l’on connaît aujourd’hui. Il reste dans le débat interne à l’univers du web qui place l’individu au cœur de l’observation ; or, le web ne peut être analysé aujourd’hui sans porter le regard sur les bourses américaines et les immenses valorisations boursières des principaux acteurs du web tels que les moteurs de recherche, les plateformes numériques, etc.

  • 3 Sur la question des algorithmes, voir son autre ouvrage, À quoi rêvent les algorithmes. Nos vies à (...)

11Plus encore, D. Cardon attribue largement la création de valeur aux plateformes3 : « je crois que les algorithmes fabriquent bien une sorte de commun qui n’est pas déjà présent dans les données individuelles qu’ils calculent, mais cette dimension n’est plus guère perçue aujourd’hui. […] Ce que dégage le travail des internautes ne peut, sauf contorsions théoriques assez confuses, être lu dans le paradigme de la valeur d’usage et de la valeur d’échange, mais constitue ce que l’on doit appeler une valeur-réseau qui est constituée par 1a “plus-value machinique” apportée par les mécanismes d’indexation et d’agrégation. » (p. 70-71).

  • 4 Ce que reconnaît malgré lui l’auteur en écrivant dans le passage cité que le sujet n’existe qu’en i (...)

12Il s’ensuit une critique de la critique des théoriciens du digital labor qui, selon D. Cardon, opèrent un retournement magistral en exigeant du web qu’il donne plus d’autonomie et de singularité aux individus, ce qui relèverait d’une « anthropologie individualiste » contraire aux prémisses de leurs thèses : ici l’auteur semble considérer que l’individu, l’agent ou la personne relèvent exclusivement des paradigmes individualistes ou du monopole libéral. D’où cette conclusion : « Je trouve utile de réintroduire la description des activités des internautes dans des assemblages complexes, parfois très problématiques et critiques pour eux, dans lesquels le sujet n’existe qu’en interaction avec le dispositif qui le fait agir, mais dans lesquels il dispose aussi de ressources pour le critiquer, le déplacer et le retourner. » (p. 100-101) Si l’on peut s’accorder sur cette formulation, le cœur de la problématique qui demeure dans cette sociologie du sujet interroge la distribution totalement inégale des ressources non seulement entre internautes, mais entre ces derniers et les plateformes4. C’est donc bien à nouveau la question des usages qui se pose et à travers celle-ci l’imposition de certains usages alors que d’autres sont rendus plus difficiles par les grands acteurs devenus acteurs financiers du web et de la globalisation des systèmes informationnels : ne pas traiter des modalités et des fondements des déséquilibres revient à (se) masquer une partie du réel.

  • 5 Voir sur cette question l’ouvrage de D. Cardon, À quoi rêvent les algorithmes. Nos vies à l’heure d (...)

13Le débat entre A. Casilli et D. Cardon dans ce livre sur le digital labor mérite lecture, car s’il ne traite pas du fonctionnement des algorithmes et de leur portée — qui deviennent l’un des enjeux fondamentaux5— il incite à la réflexion et à aller plus loin, en particulier sur le travail des internautes, sur l’exploitation et sur l’aliénation dans l’espace du web. De plus, il est à la portée de tout lecteur novice dans cette nouvelle jungle.

Haut de page

Notes

1 Voir Guillaume Tiffon, La Mise au travail des clients, Paris, Economica, 2013 ; Voir aussi Benoît Giry, « À propos de la théorie du néo-surtravail »Revue de la Régulation, n° 17, 1er semestre 2015 et la réponse de G. Tiffon, « Des fondements théoriques du néo-surtravail », La Revue de la Régulation, n° 18, 2e semestre 2015.

2 Eran Fischer, « How Less Alienation Crates More Exploitation ? Audience Labour on Social Networks Sites », Triple C-Cognition, Communication, Co-operation, 10(2), 2012, p. 171-183.

3 Sur la question des algorithmes, voir son autre ouvrage, À quoi rêvent les algorithmes. Nos vies à l’heure des big data, dont on peut lire la recension dans le même numéro de La Nouvelle Revue du Travail.

4 Ce que reconnaît malgré lui l’auteur en écrivant dans le passage cité que le sujet n’existe qu’en interaction avec le dispositif qui le fait agir.

5 Voir sur cette question l’ouvrage de D. Cardon, À quoi rêvent les algorithmes. Nos vies à l’heure des big data, dont on peut lire la recension dans le même numéro de La Nouvelle Revue du Travail.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Pierre Durand, « Dominique Cardon et Antonio A. Casilli, Qu’est-ce que le Digital labor ?, Paris, Ina Éditions, 2015, 104 p. », La nouvelle revue du travail [En ligne], 8 | 2016, mis en ligne le 14 juin 2016, consulté le 23 mars 2017. URL : http://nrt.revues.org/2767

Haut de page

Auteur

Jean-Pierre Durand

Université d’Evry, Centre Pierre Naville

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo La NRT est soutenue financièrement par
  • Logo CNRS INSHS
  • Logo Centre Pierre Naville - Université d'Evry
  • Logo Laboratoire Printemps (professions, institutions et temporalités)
  • Logo Centre Emile Durkheim
  • Logo Laboratoire lorrain de sciences sociales - Université de Lorraine
  • Logo IRISSO - Dauphine université Paris
  • Logo Multidisciplinaria de Estudios sobre el Trabajo (UMEST) - Universidad Autónoma de Querétaro
  • Logo La NRT est aussi reconnue et soutenue par
  • Logo HCERS
  • Logo Fondation Maison des sciences de l'homme
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org