Navigation – Plan du site
Recensions et notes de lecture

Pierre-Marie Chauvin et Fabien Reix (dir.), Dossier « Sociologies visuelles », L’Année sociologique, vol. 65/2015, Paris, PUF, 277 p.

François Cardi
Référence(s) :

Pierre-Marie Chauvin et Fabien Reix (dir.), Dossier « Sociologies visuelles », L’Année sociologique, vol. 65/2015, Paris, PUF, 277 p.

Texte intégral

1Après le constat de l’hétérogénéité des approches sociologiques de l’image, qu’elle soit fixe ou animée, les coordinateurs de ce numéro s’efforcent de faire le point des utilisations sociologiques de l’image en France, eu égard à ce qu’elles sont en Europe et surtout dans le monde anglo-saxon. Là, la « sociologie visuelle », sous d’autres qualifications, a une existence légitime depuis plusieurs dizaines d’années, en particulier avec D. Harper et H. Becker. Le constat pour la France est celui d’une certaine confusion et d’une faiblesse, qu’il s’agisse d’une sociologie sur, avec ou en image. Bien que, paradoxalement la photographie, la sociologie et le film ethnographique aient vu le jour en France, de fortes réticences freinent le développement d’une utilisation de l’image à fin de recherche et sa légitimation académique. Le développement d’une offre de formation davantage que celui de publications scientifiques visibles explique peut-être ce retard. Ses opposants, en tout cas, continuent de lui dénier un véritable intérêt : elle est jugée trop descriptive et trop subjective, à côté de l’écrit, estimé supérieur, qu’il s’agisse de l’utilisation des images comme documents de ou pour la recherche. Pourtant, les recherches conduites avec l’utilisation des images tendent à se multiplier et à se diversifier, favorisant l’émergence d’une rhétorique de l’image, susceptible de fonder une légitimité méthodologique. Les auteurs de l’introduction en appellent aux confrontations scientifiques et à l’organisation du champ des « sociologies visuelles ».

2Faisant écho à l’introduction, Béatrice Maurines analyse dans son article les raisons pour lesquelles une communauté d’action peine tant à ce constituer dans un milieu qui valide les écrits bien plus que les images. Au terme d’une démarche d’historienne qui explore la question à travers les institutions universitaires et scientifiques, elle avance que c’est dans le « creux du social » que cette communauté peu structurée de « chercheurs avec images » se constitue. Sa propre expérience la conduit à affirmer qu’elle émerge de façon très pragmatique suivant les opportunités et les situations, dans les communautés d’action déjà constituées, et sous le regard des publics auxquels les productions sont présentées. Il faut « faire avec » les cercles académiques et universitaires, sur les terrains de l’anthropologie et de l’ethnologie bien plus que sur celui de la sociologie, à l’exception notable de la sociologie du travail.

3Les deux articles qui suivent montrent les difficultés intrinsèques de la naissance de la sociologie filmique. Jean-Pierre Durand et Joyce Sebag, à la fois sociologues, cinéastes et pédagogues, soulignent, dans le détail de leur activité, la confrontation et les tensions dans lesquelles ils sont pris en permanence, entre problématique scientifique et rendu visuel, entre image et son, entre image et écrit, entre projet académique et rendu public. Ce sont les manières de faire propres à la technique cinématographique et les questions théoriques (ici celles du champ de la sociologie du travail) qu’il faut maîtriser dans un même temps. Il s’agit bien de « penser avec le cinéma », de produire une rhétorique, une grammaire de l’image. Tout l’intérêt de l’article se trouve dans la position des auteurs au cœur même de la production des images et des sons, de la spécificité de la pratique et des limites des résultats. Ils soulignent la double nécessité de connaître les difficultés de leurs productions et d’y former les sociologues dans la durée : penser en image, c’est posséder des compétences techniques, cognitives et scientifiques nombreuses, pour des productions qui ne s’improvisent pas.

4Adoptant un point de vue très proche, Réjane Hamus-Vallée souligne le succès et l’essor du « film d’entretien », où se confrontent et se questionnent les frontières de la sociologie et du cinéma. De « Chronique d’un été » à « Hitler… connais pas », l’auteur s’interroge, de l’intérieur, sur ce que ce genre cinématographique apporte de spécifique à la sociologie. La question est d’autant plus troublante que le genre a envahi l’ensemble de la production d’images, sous des formes plus ou moins heureuses, entre entretiens réalisés pour Internet et œuvre au long cours comme « Shoah » de C. Lanzman. Un entretien filmé n’est pas un film d’entretien, et l’auteur de l’article en appelle à l’affirmation d’un genre à part entière, avec ses exigences méthodologiques, son savoir-faire cinématographique, ses règles et ses contradicteurs.

5La contribution la plus proche de ces deux articles est celle d’Alain Quemin. Dans un premier temps, il observe que l’application des principes de la sociologie de l’art au champ de la sociologie visuelle est peu développée. Ce n’est pourtant pas faute de capacités de ces principes à rendre possible l’analyse des photographies d’art. Mettant en œuvre, une démarche comparative systématique d’un catalogue de Paris photo et d’un corpus étendu d’œuvres de l’école photographique d’Helsinki, Alain Quemin, s’emploie ensuite à dégager plusieurs caractéristiques stylistiques des œuvres. L’auteur adopte une démarche d’objectivation sociologique touchant autant le contenu des œuvres que la position des photographes sur la scène artistique, ce qui lui permet de situer très précisément les photographies étudiées dans une aire culturelle urbaine donnée. Il appelle pour finir à une généralisation des études qui, comme la sienne, viseraient les traits stylistiques locaux ou nationaux, pour enrichir la sociologie visuelle d’une sociologie des œuvres.

6Jean-Yves Trépos et Albertina Pretto n’ont pas une ambition de ce type pour l’image photographique, puisqu’ils se servent des images plus qu’ils ne les produisent ou les analysent. Ils utilisent des photographies réalisées par d’autres, soigneusement choisies et classées pour animer ou orienter leurs entretiens avec des personnes fragiles ou délinquantes, et faciliter l’expression de sentiments complexes ou la construction d’une distance avec leur expérience. Albertina Pretto s’efforce de définir le vocabulaire de la méthode, et propose une nouvelle forme d’interview, à l’aide de deux études concrètes, la photo-élicitation bipolaire. Chez ces deux auteurs, tout se passe comme si la photographie jouait une sorte de rôle clinique, à l’instar des tests de Rorchar pour les psychologues. La « puissance » des photographies serait alors celle d’une méthode visant à susciter une parole davantage que d’apporter des connaissances.

7Dans une posture de sociologue de l’image, Fabien Truong analyse, de manière brillante et très originale, le rapport entre la sociologie bourdieusienne de la distinction et du désajustement social, et le film Le Goût des autres de la réalisatrice Agnès Jaoui, avec laquelle il a réalisé un long entretien. L’auteur montre que la réalisatrice a utilisé, comme sans le vouloir, les bases d’un raisonnement sociologique intériorisé et correspondant à son propre parcours social. Le travail du sociologue consiste alors, dans une position inverse de celle du sens commun qui avait affirmé une influence directe de Bourdieu sur la réalisatrice, à analyser comment la trame dramatique du film questionne, en images et sons, la validité de ce raisonnement.

8Une fois prise en compte la diversité des approches, l’article d’Anne Jarrigeon aborde la question du droit à l’image pour la sociologie visuelle. Il arrive parfois qu’elle doive renoncer à rendre publics ses travaux en vertu de l’exigence supposée d’anonymat des enquêtés. La méthodologie et la pratique sont ici soumises à des règles juridiques qui peuvent être autant de limites à la mise en œuvre des problématiques et des principes épistémologiques propres à la sociologie visuelle. Elles se heurtent parfois crument au supposé (et souvent prétendu) « droit à l’image » comme facteur de limitation volontaire, de censure ou d’autocensure.

9Au-delà de l’hétérogénéité des approches et donc de l’ouvrage, on peut faire remarquer quelques absences dont la première est celle de la photographie documentaire en tant que telle. Dans l’article de Trépos, et dans une moindre mesure dans celui de Quemin, la photographie occupe une position marginale par rapport à celle qui peut rendre service à la sociologie comme source ou contenu de connaissances. On constate également l’absence de référence à des auteurs comme C. Papinot pour la « photo-élicitation », de L. Accutti ou S. Conord pour l’analyse des photographies dans ces mêmes articles.

10On peut aussi faire remarquer que la distinction entre sociologie avec des images et sociologie en images ne se justifie pas lorsque l’image est produite par le sociologue lui-même. On doit certainement y voir une réticence de beaucoup de sociologues, lisible dans ce numéro de L’Année sociologique, à entrer dans le vif du sujet d’une utilisation de l’image en tant que telle, avec son histoire, ses modalités techniques de réalisation et ses contenus, comme source légitime de connaissances dans la recherche. On remarquera également qu’aucun article n’aborde la double question méthodologique de l’extension des résultats partiels de connaissance sociologique à la généralité de la théorie, et de l’équivalence des modalités d’utilisation et d’analyse de l’image avec les procédures et corpus classiques de la sociologie.

11Au final, malgré une abondance peu courante de photographies – placées dans le texte, il faut le remarquer, et non à la fin ou groupées dans un cahier central – on se trouve en face d’un numéro un peu abstrait et assez frileux quant à l’image, objet même de la sociologie visuelle. Et aucune réflexion n’y est conduite quant à la nécessité d’ouvrir cette sociologie naissante à d’autres disciplines (ethnologie, histoire), susceptibles d’enrichir l’analyse de la réalité sociale.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

François Cardi, « Pierre-Marie Chauvin et Fabien Reix (dir.), Dossier « Sociologies visuelles », L’Année sociologique, vol. 65/2015, Paris, PUF, 277 p. », La nouvelle revue du travail [En ligne], 8 | 2016, mis en ligne le 30 avril 2016, consulté le 22 mars 2017. URL : http://nrt.revues.org/2771

Haut de page

Auteur

François Cardi

Professeur de sociologie - Université d’Evry

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo La NRT est soutenue financièrement par
  • Logo CNRS INSHS
  • Logo Centre Pierre Naville - Université d'Evry
  • Logo Laboratoire Printemps (professions, institutions et temporalités)
  • Logo Centre Emile Durkheim
  • Logo Laboratoire lorrain de sciences sociales - Université de Lorraine
  • Logo IRISSO - Dauphine université Paris
  • Logo Multidisciplinaria de Estudios sobre el Trabajo (UMEST) - Universidad Autónoma de Querétaro
  • Logo La NRT est aussi reconnue et soutenue par
  • Logo HCERS
  • Logo Fondation Maison des sciences de l'homme
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org