Navigation – Plan du site
Recensions et notes de lecture

Laurie Kirouac, L’Individu face au travail-sans-fin. Sociologie de l’épuisement professionnel, Québec, Presses de l’université Laval, 2015, 235 p.

Marcel Faulkner
Référence(s) :

Laurie Kirouac, L’Individu face au travail-sans-fin. Sociologie de l’épuisement professionnel, Québec, Presses de l’université Laval, 2015, 235 p.

Texte intégral

1L’ouvrage de Laurie Kirouac se fonde sur une alerte maintes fois entendue relativement à l’augmentation et l’aggravation des problèmes de santé physique et mentale au travail. En effet, les troubles associés à l’usage de la force de travail affectent maintenant toutes les catégories de salariés et l’augmentation des coûts qui en découle représente une charge accrue pour les employeurs, les services de santé publique et les compagnies d’assurances qui les assument financièrement. Il semble aussi que la recrudescence de ces troubles de santé soit associée à deux phénomènes complémentaires dont les effets affectent plus particulièrement aujourd’hui la santé psychologique des travailleurs. Il s’agit, au plan social, d’une modification de la place qu’occupe le travail dans la vie des individus et, au plan de l’organisation du travail, d’une intensification de l’investissement personnel depuis que les modes de gestion sollicitent l’implication de chacun au travail. L’ouvrage part donc de l’hypothèse que l’importance que prend aujourd’hui le travail dans la vie des individus conditionne leur état de santé, tant positivement par la satisfaction et les gratifications que le travail procure, que négativement par les malaises qu’il suscite. Or, cette place varie en fonction des limites économiques, sociales, politiques et culturelles que la société fixe à l’usage de la force de travail et des mécanismes de régulation que la société met en œuvre pour limiter le débordement du travail sur les autres dimensions de la vie humaine.

  • 1 La littérature scientifique définit « le surmenage professionnel comme étant le résultat d’une inco (...)
  • 2 L’épuisement professionnel survient quand il y a « un déséquilibre entre l’amplitude de la mobilisa (...)

2D’emblée, l’ouvrage distingue deux formes générales de pathologies au travail. Il s’agit du surmenage professionnel et de l’épuisement professionnel qui sont associés respectivement au vécu du travail taylorien et post-taylorien. Le surmenage professionnel se manifeste principalement par des troubles physiques découlant du poids du travail et de ses cadences1, tandis que l’épuisement professionnel (burn-out) résulte d’un surinvestissement volontaire dans le travail ou d’une sollicitation exagérée des ressources personnelles et subjectives des individus2. La transition d’une forme de pathologie à l’autre s’expliquerait, selon l’auteure, par le passage d’une emprise objective du travail à une emprise subjective, et par le débordement simultané du travail sur les autres dimensions de l’existence humaine. Nous aurions donc affaire à « deux pathologies d’époque », dont chacune a pour fonction de fournir une échappatoire à des problèmes qui ne trouvent pas de solutions ailleurs. En conséquence, l’auteure se propose d’appréhender le travail dans ce qu’il a de potentiellement pathologique et de montrer en quoi l’épreuve qu’il constitue donne lieu au surmenage professionnel dans la phase fordiste du travail et à l’épuisement professionnel dans sa phase postfordiste, tant en France qu’au Québec.

  • 3 L’analyse de l’auteure repose sur un corpus déjà constitué d’enquêtes qualitatives menées auprès d’ (...)

3L’analyse des plaintes3 exprimées à travers ces deux formes de pathologies permet à Laurie Kirouac de saisir en quoi les difficultés vécues par les individus sont révélatrices des transformations qu’ont connues les différents dispositifs de régulation du travail au cours des deux périodes considérées. L’auteure appelle freins et contrepoids les mécanismes de régulation qui visent à soustraire certaines dimensions de l’existence humaine de l’emprise objective du travail (temps, charge, etc.) et de l’emprise subjective du travail (attentes, désirs, etc.). Il s’agit de dispositifs, tant matériels que symboliques, dont la présence et l’action permettent aux individus de pondérer leur engagement au travail et de résister à son engrenage. Pour l’auteure, la régulation par les contrepoids renvoie à des mécanismes de régulation institués qui caractérisent surtout la société fordiste, tandis que la régulation par les freins renvoie davantage au processus d’individualisation qui invite les salariés à être plus autonomes, à prendre plus d’initiatives et à assumer davantage de responsabilités, ce qui serait le propre de la société postfordiste.

4À l’époque de la société fordiste, la famille, la division sexuelle des rôles sociaux, la sociabilité ouvrière, l’action syndicale, la consommation et les loisirs encadraient « par le haut » et de l’extérieur du travail proprement dit les comportements des individus. Or, ces composantes permettaient aux individus de développer des ancrages identitaires capables de tenir le travail à distance. Par exemple, la famille et l’appartenance syndicale faisaient contrepoids à l’activité productive et réussissaient à cantonner le travail dans la sphère professionnelle. La participation à des activités de loisir permettait aussi aux individus de s’accomplir ailleurs que dans le travail, alors que l’accès à la consommation offrait une compensation aux frustrations qu’ils vivaient au plan professionnel. En cherchant à l’extérieur du travail les occasions de s’accomplir et en appréciant les gratifications autres que professionnelles que la vie leur apportait, les salariés entretenaient avec le monde du travail un rapport instrumental qui avait pour effet de limiter son envahissement. Autrement dit, si à l’ère fordiste le travail constituait le principal moyen d’intégration sociale et économique des individus, il n’impliquait pas un fort investissement subjectif de leur part. On sait aussi que le taylorisme souhaitait libérer la production de la subjectivité des salariés et cantonner leur contribution aux gestes routiniers au nom du rendement. La mise à distance du travail à l’époque fordiste explique selon l’auteure que le surmenage professionnel était principalement vécu dans ses dimensions physiques en raison de l’emprise objective du travail, et que l’intégrité psychique des salariés était moins menacée qu’aujourd’hui.

5Pour Laurie Kirouac, l’ère postfordiste se différencie radicalement de l’époque précédente par deux transformations sociales majeures dont l’effet combiné appelle une intensification de l’investissement de la subjectivité au travail. La première consiste en la volonté des individus de s’accomplir personnellement dans et par le travail, tout en exerçant une activité qui soit utile socialement et reconnue par les pairs. L’ère postfordiste traîne donc avec elle une « nouvelle représentation du travail comme espace d’accomplissement de soi » (p. 48), contrairement à l’époque précédente où les individus s’épanouissaient à l’extérieur du travail. La deuxième transformation consiste en l’avènement du modèle productif post-taylorien. Pour l’auteure, celui-ci a la caractéristique de transformer « la responsabilité du travailleur dans l’acte de production » (p. 56) et a la capacité d’inciter les individus à s’engager personnellement dans le travail. En contrepartie et pour harmoniser les attentes des individus aux exigences de la production, il est aussi en mesure de façonner le monde du travail pour en faire « un espace propice à la réalisation de soi » (p. 56). Autrement dit, l’intensification de l’investissement de la subjectivité au travail que le modèle post-taylorien recherche se trouve en phase avec la tendance à l’individualisation qui caractérise l’époque actuelle. Bref, ces transformations sociales et organisationnelles se complètent et permettent de comprendre que l’harmonisation à laquelle nous assistons entre le besoin d’accomplissement de soi et les exigences du modèle productif post-taylorien rend possible le transfert de la régulation du travail vers les individus. Ce transfert est d’autant plus aisé à réaliser que les individus sont disposés à assumer de nouvelles responsabilités et qu’ils espèrent donner un sens à leur vie par leur engagement au travail.

6On comprend dès lors que toute la question est de savoir si le modèle productif post-taylorien peut répondre concrètement aux attentes subjectives des individus à l’égard du travail. N’assiste-t-on pas plutôt à une accentuation du décalage entre la conception du travail idéal que les individus entretiennent et le travail réel qui refuse de matérialiser ce que l’auteure appelle les apports expressifs du travail ? En dépit du fait qu’elle connaît bien les réserves que les études sociologiques soulèvent à l’égard de l’investissement de la subjectivité au travail, l’auteure souhaite quand même faire du travail « une lecture sensible à l’expérience que les individus relatent » et s’attarder « aux effets foncièrement ambivalents » (p. 69) de l’investissement de la subjectivité au travail. En effet, pour Laurie Kirouac, c’est « la dynamique de mobilisation-rétribution de la subjectivité au travail qui […] oriente l’expérience plus ou moins satisfaisante ou douloureuse, donc ambivalente, que l’individu fait du travail aujourd’hui. » (p. 78-79) Autrement dit, malgré les contraintes du modèle productif post-taylorien, celui-ci peut rendre possible l’accomplissement de soi au travail et permettre aux individus de développer leurs talents. En conséquence, il est bien adapté à l’individualisation des existences et à la valorisation des apports expressifs que les individus recherchent au travail. D’où la nécessité pour l’auteure de penser l’intensification de l’investissement de la subjectivité au travail et de ses effets en des termes qui prennent en compte les nouvelles manières d’être un individu dans la société et les attentes qu’il exprime en matière de rétributions expressives au travail.

7Or, si certains salariés gagnent à la diffusion du modèle productif post-taylorien parce qu’il leur permet de se réaliser et d’être reconnus, d’autres vivent plutôt mal son implantation parce qu’il est l’occasion d’une « réorganisation de l’économie des freins et des contrepoids » (p. 100) qui les expose davantage à l’appel du travail et au risque de trop y investir. En effet, le passage au post-fordisme rend inopérants plusieurs des contrepoids qui anciennement protégeaient les individus contre l’envahissement du travail, au moment même où ils sont appelés à assumer le poids moral et pratique de la régulation du travail. Ainsi, l’évolution des statuts professionnels, le nouveau partage des tâches entre les hommes et les femmes, et les exigences du travail qui tendent à envahir les autres sphères de la vie engendrent une surcharge qui épuise les individus.

8L’auteure en veut pour preuve la dévalorisation des statuts professionnels des médecins et des enseignants et la mise en cause de leur légitimité professionnelle qui ont pour effet pernicieux de les inciter à investir exagérément dans leur travail avec l’espoir que leurs efforts seront reconnus et appréciés. Or, si l’appréciation recherchée dépend de leur engagement au travail, elle n’est jamais acquise et doit toujours être justifiée par un surplus d’âme qui ouvre grand la porte à l’épuisement professionnel. De plus, l’introduction de valeurs comptables et d’indicateurs de performance dans des domaines où les interventions ont pourtant la réputation d’être difficilement mesurables fragilise davantage ces professionnels en raison de la mise en cause de leurs propres règles de fonctionnement. L’inconfort que plusieurs d’entre eux ressentent s’explique ainsi en bonne partie par le décalage qu’ils doivent assumer entre la représentation de leur métier et les attentes des organisations désireuses de quantifier leurs performances au détriment souvent de la qualité de leurs interventions. Enfin, la modestie des résultats auxquels l’investissement de soi parvient dans ce type d’activités peut décourager les plus dévoués et faire basculer le travail dans l’épuisement en raison de l’absence de compensations ou de freins à leur engagement au travail.

9Ce constat n’est pas étranger à celui que plusieurs observateurs dressent à l’égard du modèle productif post-taylorien lorsqu’il invite les salariés à trouver eux-mêmes les moyens d’atteindre les objectifs qui leur sont assignés, quitte à engager toutes leurs ressources, tant physiques qu’intellectuelles, pour y arriver. Des ambitions démesurées et la prescription d’objectifs irréalistes sont évidemment des facteurs susceptibles de faire naître un sentiment d’impuissance quand l’ampleur de la tâche rencontre les limites des organisations et de leurs membres. Dans de tels contextes, les règles du métier ne parviennent plus à freiner l’emprise du travail, et la perte de repères collectifs favorise un surinvestissement de soi qui peut s’avérer excessif.

10Il n’est donc pas étonnant que l’absence de balises claires précipite plusieurs salariés dans un travail sans fin, et que la surcharge mentale et l’épuisement professionnel puissent les attendre au fil d’arrivée de leur engagement. Cela est d’autant plus inévitable que les contrepoids au surinvestissement professionnel s’étiolent et qu’il incombe maintenant aux individus de pondérer eux-mêmes leur engagement au travail. Or, les obstacles au désengagement au travail sont trop nombreux pour que sa mise en œuvre puisse constituer une stratégie autoprotectrice efficace. Il semble donc que l’inefficacité des freins et des contrepoids prive aujourd’hui les individus des ancrages hors travail qui, il n’y a pas si longtemps, leur permettaient de résister à l’appel du travail.

11La mobilisation de la subjectivité au travail a donc beau jeu de faire entendre ses sirènes. Cela est d’autant plus aisé que le travail bénéficie aujourd’hui d’une nouvelle attractivité en raison des gratifications que les individus pensent y obtenir en échange de leur investissement. À tel point que plusieurs salariés mettent plus ou moins consciemment en péril leur relation conjugale et leur vie de famille, croyant trouver dans le travail des gratifications expressives qu’ils n’espèrent pas obtenir ailleurs. Aux dires de l’auteure, il y a là un phénomène nouveau de surenchère professionnelle en vertu duquel l’accomplissement par le travail et la souffrance qui l’accompagne seraient les deux faces d’une même réalité, à savoir celle de voir dans le travail la condition première de la réalisation de soi, non le moyen d’une intégration sociale et économique équilibrée. Or, le pari que les salariés prennent sur les supposés apports objectifs et subjectifs du travail les expose toujours davantage au surinvestissent d’eux-mêmes avec le risque que leurs attentes soient déçues, et que le manque ou l’absence de gratifications les conduise, non seulement à l’épuisement du corps, mais aussi à l’affaissement du soi, selon la belle expression de Laurie Kirouac.

12En somme, l’ouvrage aborde de manière originale un aspect crucial de la mobilisation de la subjectivité au travail en soulignant ses effets délétères, mais aussi les apports bénéfiques que les individus peuvent en retirer. L’auteure justifie sa position par le fait que plusieurs travailleurs affirment que si le travail comporte son lot d’insatisfactions et de contraintes, il est aussi l’occasion de plaisirs et de gratifications. L’appréciation différentielle de l’expérience du travail dépend selon elle de l’efficacité des contrepoids et des freins qui pondèrent la place du travail dans la vie des individus. Lorsque ceux-ci sont défaillants ou trop difficilement mobilisables, l’appel du travail est susceptible d’entraîner les individus dans le surmenage ou l’épuisement professionnel selon les caractéristiques de leur emploi. L’intérêt de l’ouvrage consiste ici à prendre en compte certaines tendances sociales lourdes, notamment celle de la montée de l’individualisation et de la postmodernité, pour expliquer le mal-être au travail, plutôt que de limiter l’analyse à la seule description de ses effets. Par contre, on peut regretter que la démonstration présentée par l’auteure repose sur un nombre relativement limité de professions, qui au demeurant sont reconnues pour l’importance de l’investissement personnel qu’elles requièrent, confirmant de ce fait la thèse qu’elle défend. De plus, en différenciant de façon peut-être trop tranchée le surmenage et l’épuisement professionnels que l’ouvrage associe respectivement aux périodes fordiste et postfordiste, l’analyse laisse dans l’ombre la diversité des formes de mal-être au travail, particulièrement celles qui chevauchent les époques et les catégories de diagnostics. Il y a certainement là une autre avenue que la sociologie de l’épuisement professionnel pourrait explorer.

Haut de page

Notes

1 La littérature scientifique définit « le surmenage professionnel comme étant le résultat d’une incompatibilité adaptative entre les propriétés physiques, mentales et nerveuses de l’individu, d’un côté, et les contraintes excessives émanant du milieu productif, de l’autre » (p. 149). En perdurant, et en l’absence de temps de récupération, le déséquilibre entre les besoins de la production et les capacités des salariés transforme la fatigue en pathologie.

2 L’épuisement professionnel survient quand il y a « un déséquilibre entre l’amplitude de la mobilisation déployée par le travailleur et les rétributions, en partie expressives, qu’il perçoit en retour » (p. 149). L’épuisement professionnel serait donc associé à un engagement démesuré dans le travail qui ne serait pas compensé par des gratifications valorisantes.

3 L’analyse de l’auteure repose sur un corpus déjà constitué d’enquêtes qualitatives menées auprès d’individus reconnus « en phase » ou « à risque » de surmenage ou d’épuisement professionnel, tant au Québec qu’en France.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marcel Faulkner, « Laurie Kirouac, L’Individu face au travail-sans-fin. Sociologie de l’épuisement professionnel, Québec, Presses de l’université Laval, 2015, 235 p. », La nouvelle revue du travail [En ligne], 8 | 2016, mis en ligne le 01 mai 2016, consulté le 27 juin 2017. URL : http://nrt.revues.org/2783

Haut de page

Auteur

Marcel Faulkner

Sociologue, retraité de l’enseignement

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo La NRT est soutenue financièrement par
  • Logo CNRS INSHS
  • Logo Centre Pierre Naville - Université d'Evry
  • Logo Laboratoire Printemps (professions, institutions et temporalités)
  • Logo Centre Emile Durkheim
  • Logo Laboratoire lorrain de sciences sociales - Université de Lorraine
  • Logo IRISSO - Dauphine université Paris
  • Logo Multidisciplinaria de Estudios sobre el Trabajo (UMEST) - Universidad Autónoma de Querétaro
  • Logo La NRT est aussi reconnue et soutenue par
  • Logo HCERS
  • Logo Fondation Maison des sciences de l'homme
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org