Navigation – Plan du site
Recensions et notes de lecture

Nathalie Ortar, La Vie en deux. Familles françaises et britanniques face à la mobilité géographique professionnelle, Éditions Petra, 2015, 272 p.

Elise Verley
Référence(s) :

Nathalie Ortar, La Vie en deux. Familles françaises et britanniques face à la mobilité géographique professionnelle, Éditions Petra, 2015, 272 p.

Texte intégral

1Les effets sociaux de la « grande mobilité géographique professionnelle », impliquant pour un individu de résider et de travailler dans des lieux distants de plusieurs centaines, voire de milliers de kilomètres, restent encore mal connus en France. Pourtant cette mobilité spatiale, emblématique de nos sociétés modernes, transforme profondément le quotidien des travailleurs mobiles et de leur famille. C’est le grand intérêt de l’ouvrage de Nathalie Otar que de décrire finement la façon dont ces mobilités s’imposent et imposent des façons de vivre et de travailler, des absences, des déplacements, mais aussi des séparations et des retours récurrents. Pour l’auteure, rendre compte de la manière de vivre la grande mobilité, c’est l’inscrire dans des trajectoires professionnelles, résidentielles, conjugales, familiales et donc de prendre en considération les représentations de l’espace et du temps, les négociations et appartenances plurielles du travailleur mobile qui évolue sur des scènes multiples.

2L’originalité de l’approche proposée réside dans le fait que les mobilités ici étudiées ne sont pas toutes inhérentes à l’activité professionnelle (ouvriers dans les transports, dans les grands chantiers de l’industrie, commerciaux, consultants), elles peuvent aussi être imposées par les évolutions de l’entreprise (restructuration ou délocalisation) ou explicitement choisies (carrières « nomades », mobilité professionnelle ascendante, migration de « style de vie » en particulier en milieu rural pour des familles britanniques ayant « élu » domicile dans la campagne française). L’auteure ne restreint son champ d’investigation ni à un type de mobilité, ni à un type de professions (cadres, employés du public ou du privé, artisan ou ouvriers), ni à un espace géographique particulier (« ethnologie itinérante »), ni aux effets du déplacement sur le seul travailleur mobile. La majorité des 42 entretiens semi-directifs réalisés l’ont ainsi été auprès des deux conjoints, séparément ou ensemble (dont 11 couples anglophones), afin notamment de questionner « la stabilité des lieux et des réseaux à travers l’attention portée au logement, son importance symbolique, et la construction, le maintien ou le délitement des liens professionnels, familiaux, amicaux » (p. 19).

3L’ouvrage de sept chapitres aborde, dans une perspective diachronique et de façon exhaustive, toutes les dimensions du quotidien du travailleur mobile.

4Dans les deux premiers chapitres, l’auteure circonscrit les types de mobilité, de travailleurs mobiles, les espaces de la mobilité et rend compte des arbitrages auxquels sont confrontés les travailleurs mobiles et leurs familles. Elle montre que bien que la contraction des espaces-temps redéfinit les espaces du quotidien en accroissant les potentialités de déplacement, l’individu mobile n’en est pas moins géographiquement localisé, à travers sa famille, d’ailleurs « les familles qui mettent leurs choix résidentiels au service de la mobilité professionnelle restent minoritaires ». S’il est relativement plus aisé de « bouger », il l’est aussi de « s’abstenir de bouger », en vivant sur son lieu d’élection et non à proximité de son lieu de travail. L’attachement aux lieux et sa prise en considération offrent une entrée originale pour comprendre les raisons d’entrée en mobilité, l’individu étant capable d’organiser sa vie en fonction de choix économiques autant que sociaux ou moraux. C’est notamment le cas des « migrations de styles de vie » des Britanniques. La décision de mobilité est certes un choix professionnel (pour soi, mais aussi pour le conjoint du travailleur mobile), mais c’est aussi un choix résidentiel et social qui engage la famille. De ce point de vue, l’auteure montre bien, que la mobilité reste encore très majoritairement masculine et s’appuie ou est productrice d’attribution différenciée des rôles au sein du couple : « L’opposition apparente entre des choix familiaux et professionnels, entre équité conjugale et renforcement des rôles genrés, relève notamment de ces tensions entre effets structurels, aspirations et expérimentations» (p. 87)

  • 1 Goffman E. (1973), La Mise en scène de la vie quotidienne. Tome 2, Les relations en public, Paris M (...)

5Dans les chapitres trois « Travailler », quatre « Se déplacer » et cinq « Habiter en deux », l’auteure explore de façon extrêmement fine, la façon dont les salariés organisent leur travail dans les locaux de l’entreprise (site, chantiers, prospects) ou au domicile (télétravail), « se déplacent », apprennent à utiliser les transports et « habitent » ou « évitent d’habiter » d’autres lieux que la résidence familiale. Ces manières de faire sont bien sûr largement dépendantes de la nature de la mobilité, de l’existence ou de la faiblesse des routines au cours des déplacements, des marges d’autonomie dans la gestion de son temps. « Pouvoir modifier la nature, la quantité de travail ou la manière de procéder se traduit donc par un accroissement de l’activité hors des locaux de l’entreprise des professions intermédiaires. En revanche, pour les ouvriers, la part des nomades (salariés travaillant hors des locaux de l’entreprise) est significativement plus faible lorsque le salarié peut modifier la nature, la quantité de travail ou encore sa manière de procéder. » (p. 94) Quant au télétravail, en France, la population en bénéficiant est faible (moins de 10 % officiellement, davantage officieusement), majoritairement masculine, cadre, autonome dans la réalisation des tâches et bénéficiant d’une relation de confiance avec son employeur. L’auteure nous présente des expériences empruntes de réticences et de résistances quant à la mise en place en place de telles formes d’organisation du travail, notamment liée à la suspicion vis-à-vis de l’autonomie dans le travail des employés. Sont alors le plus souvent préférés des « arrangements informels », un principe de tolérance, de négociation. « Le télétravail se développe ainsi aux marges de la légalité et, même lorsqu’il est contractualisé, sans que les salariés ne possèdent la garantie que les avantages acquis seront maintenus sur le long terme. » (p. 101) À défaut d’aménager officiellement le travail à distance, des arrangements peuvent être trouvés sur la répartition du temps de travail sur la semaine, afin de la rendre compatible avec une présence plus longue sur la scène familiale. Les accords trouvés le sont en général au cas par cas, au prix le plus souvent d’un travail plus intensif, d’une plus grande flexibilité pendant le temps de la mobilité, pour les travailleurs à même de bénéficier de souplesse et d’autonomie dans la gestion de leur temps. Cette moindre présence (bien que plus intense) sur la scène professionnelle des travailleurs mobiles a un autre revers, elle limite leur accès aux « coulisses1 » – professionnelles (échanges informels, sociabilité, etc.), pourtant favorables à une intégration à la vie de l’entreprise et à des possibilités d’évolution.

6Gérer son absence et sa présence, c’est aussi apprendre à organiser ses déplacements, pour limiter l’empiètement sur la sphère familiale. Ces derniers ont un coût financier (transport, logement), inégalement pris en charge par les employeurs, selon en particulier le statut social du travailleur mobile et selon la nature de l’emploi (importance de la mobilité pour l’employeur, ou rareté du profil du travailleur). Ils ont aussi un coût temporel, fonction du mode de déplacement, de la proximité d’infrastructures des lieux de vie et de travail et de la capacité à « apprivoiser les transports » : il faut apprendre à trouver le meilleur trajet au meilleur moment pour ne pas empiéter sur la vie familiale, à maîtriser et utiliser les temps morts, à créer des routines et rituels favorisant la transition entre les univers domestiques et professionnels.

7Enfin, être absent, c’est aussi « habiter le déplacement » (hôtel, utilisation du réseau amical et familial, etc.). Ce qui ressort des analyses, c’est que les travailleurs mobiles, pendant les temps de déplacement, tendent à se préserver d’une ouverture à des rencontres nouvelles en verrouillant le temps du déplacement par des horaires de travail imposés, des logements peu favorables aux rencontres (familles, amis, bureau), en affirmant l’importance des absents dans les objectifs du déplacement. Rares sont donc ceux qui profitent des temps de déplacement pour leurs loisirs ou sociabilité. Le maintien du lien avec les proches passe par cette ascèse, mais aussi par le maintien de la continuité de la relation avec la famille par échanges quotidiens.

  • 2 Acker J. (2009), « From glass ceiling to inequality regimes », Sociologie du travail, n° 51, p. 199 (...)
  • 3 Torns T. (2008), « El trabajo y el cuidado : cuestiones teórico-metodológicas desde la perspectiva (...)

8Se lisent ici les difficultés vécues par les travailleurs mobiles à investir deux espaces-temps. De ce point de vue, et ce d’autant plus que la mobilité s’installe dans la durée, la mobilité apparaît comme une épreuve pour les deux partenaires. Pour le partenaire mobile, elle met à mal des ancrages locaux, relationnels, professionnels, la vie de famille et les loisirs, elle affecte les routines établies au sein du foyer, implique, non sans difficulté, lors des retours la réaffirmation de sa place au sein du foyer auprès des enfants en particulier (chapitre 7). Pour « ceux qui restent » (chapitre 6), elle affecte considérablement leur quotidien et leur employabilité. Le mobile peut souvent être assimilé à la figure du pourvoyeur de revenus et d’un « unencumbered worker2 » (travailleur « sans entrave ») (Acker, 2009). Investissant fortement la sphère professionnelle (en particulier pendant ses moments d’absence du foyer), il bénéficie d’une relative absence de contrainte dans la gestion des responsabilités familiales et/ou conjugales du quotidien. Le/la partenaire (le plus souvent, il s’agit d’une femme) apparaît alors comme un « pourvoyeur de temps3 » (Torns, 2008), organisant les tâches de la vie quotidienne pour que le conjoint puisse organiser son propre temps et se consacrer à ses activités de travail. La mobilité géographique professionnelle (même associée à une migration de « style de vie ») rend compte d’une assignation prioritaire des femmes à la prise en charge des responsabilités familiales et éducatives et parallèlement leur moindre inscription dans une carrière professionnelle, en les privant parfois d’opportunités d’emploi, en les confrontant parfois à des situations de déclassement. Suivre son conjoint fragilise la situation du conjoint restant et plusieurs des femmes interrogées ici (notamment britanniques ayant effectué une migration de style de vie) sont dans une situation précaire ou dégradée par rapport à leurs emplois précédents (d’enseignante à femme de ménage par exemple) : « dans un contexte d’injonction à la mobilité géographique, être un couple à double carrière ou simplement à double trajectoire professionnelle exige soit de sacrifier le statut de l’un ou de l’autre des conjoints, soit d’accepter d’être célibataire géographique à un moment ou l’autre de la carrière » (p. 180). La mobilité peut alors être entrevue comme participant à la cristallisation des rapports sociaux de sexe. Plus généralement, « organiser le quotidien en solo » peut être source de tensions dans la conciliation entre investissements professionnel et familial.

9De l’ensemble de ces points de vue et pour l’ensemble des partenaires, la mobilité passe par un apprentissage, une gestion, des arbitrages et des négociations au sein du couple. Au final, souligne l’auteur, « faire face à la mobilité implique un travail de couple » (p. 230) .

  • 4 Schneider N., Meil G. (dir.) (2008), Mobile living Across Europe. Tome 1. Relevance and diversity o (...)

10Pour conclure, on ne peut que souligner l’intérêt de cet ouvrage et la richesse de l’analyse proposée par Nathalie Ortar, sur la base de l’exploitation d’un matériau qualitatif qui vient compléter les analyses quantitatives menées sur les formes contemporaines de la mobilité en Europe4. La plus-value de ce travail réside dans l’étude de l’agencement de la mobilité dans les différents espaces vécus par le travailleur mobile : lieu de résidence (la ville, la banlieue, la campagne, le domicile familial, la maison, etc.), lieu du voyage (la voiture, le train, l’avion, les espaces de transite, etc.), lieu du « découché » (le bureau, le bateau dans le cas des marins, le logement d’un tiers, l’hôtel, etc.) et lieu de travail (le bureau, le chantier, etc.).

11La seule réserve réside dans la complexité à rendre compte, sur l’ensemble de ces dimensions, de la différenciation des expériences de mobilité selon leur origine (mobilité professionnelle versus « migration de style de vie »). En particulier, la comparaison de « la vie en deux » des familles britanniques et des familles françaises peut s’avérer difficile à apprécier, les premières étant exclusivement concernées par une migration de « style de vie » ayant induit une mobilité professionnelle faute d’être parvenues à investir le marché du travail local.

Haut de page

Notes

1 Goffman E. (1973), La Mise en scène de la vie quotidienne. Tome 2, Les relations en public, Paris Minuit, coll. « Le Sens Commun ».

2 Acker J. (2009), « From glass ceiling to inequality regimes », Sociologie du travail, n° 51, p. 199-217.

3 Torns T. (2008), « El trabajo y el cuidado : cuestiones teórico-metodológicas desde la perspectiva de género », Empiria. Revista de Metodología de Ciencias Sociales, 15, p. 53-73.

4 Schneider N., Meil G. (dir.) (2008), Mobile living Across Europe. Tome 1. Relevance and diversity of Job-Related Spatial Mobility in six European Countries, Opladen and Farmington, Barbara Budrich Publishers. Collet B., Schneider N. (2010), Mobile Living Across Europe. Tome 2. Causes and Consequences of Job-Related Spatial Mobility in Cross-National Comparison, Opladen and Farmington, Barbara Budrich Publishers.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Elise Verley, « Nathalie Ortar, La Vie en deux. Familles françaises et britanniques face à la mobilité géographique professionnelle, Éditions Petra, 2015, 272 p. », La nouvelle revue du travail [En ligne], 8 | 2016, mis en ligne le 14 juin 2016, consulté le 18 août 2017. URL : http://nrt.revues.org/2792

Haut de page

Auteur

Elise Verley

Université Paris Sorbonne, Gemass

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo La NRT est soutenue financièrement par
  • Logo CNRS INSHS
  • Logo Centre Pierre Naville - Université d'Evry
  • Logo Laboratoire Printemps (professions, institutions et temporalités)
  • Logo Centre Emile Durkheim
  • Logo Laboratoire lorrain de sciences sociales - Université de Lorraine
  • Logo IRISSO - Dauphine université Paris
  • Logo Multidisciplinaria de Estudios sobre el Trabajo (UMEST) - Universidad Autónoma de Querétaro
  • Logo La NRT est aussi reconnue et soutenue par
  • Logo HCERS
  • Logo Fondation Maison des sciences de l'homme
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org