Navigation – Plan du site
Recensions et notes de lecture

Maxime Quijoux (dir.), Bourdieu et le travail, Rennes, PUR, 2015, 369 p.

Sarah Abdelnour
Référence(s) :

Maxime Quijoux (dir.), Bourdieu et le travail, Rennes, PUR, 2015, 369 p.

Texte intégral

1« Comment le sociologue (français) le plus cité au monde peut-il être si marginal dans le domaine de recherche le plus important de son pays ? » (p. 15). L’ouvrage coordonné par Maxime Quijoux propose de réfléchir à un intriguant double paradoxe : l’absence du travail dans la sociologie de Bourdieu et l’absence de Bourdieu dans la sociologie du travail. Dans la lignée d’un colloque organisé en 2012, l’ouvrage est structuré autour de deux grands axes. D’abord une présentation et une discussion des analyses de Bourdieu sur le travail à l’occasion de ses premières enquêtes de terrain sur l’Algérie (parties 1 et 2). Ensuite, un ensemble de contributions de chercheurs qui mettent les catégories d’analyse bourdieusiennes à l’épreuve d’enquêtes récentes menées en France (parties 3 à 5).

2Sont d’abord présentées, de manière synthétique, les analyses du salariat algérien, menées avec Claude Seibel et Jean-Paul Rivet. Ce passage a le net intérêt de mettre à disposition, de manière claire et contextualisée, ces premiers travaux, quelque peu difficiles d’accès dans le format édité en 1964 de Travail et travailleurs en Algérie. Le travail y est envisagé comme exemple paradigmatique du cosmos économique capitaliste, venu percuter un système culturel fondé sur la réciprocité et le désintéressement (apparents du moins a-t-on tout de même envie d’ajouter).

3Après avoir présenté cette « anthropologie historique du salariat », Maxime Quijoux tente un coup de force en estimant que le terrain algérien étant le creuset des concepts bourdieusiens, le travail est finalement au cœur de l’œuvre de Bourdieu. Ce passage parait moins convaincant. D’une part, car il prend souvent la forme d’un cours général de théorie bourdieusienne (sur les champs, l’habitus), mal ajusté au lectorat. D’autre part, car le coup de force s’accompagne d’un affaiblissement des concepts. En postulant que le travail peut être envisagé comme un champ avec des logiques de pouvoir au sein duquel les individus ont des habitus (initiaux puis professionnels), le lecteur éprouve une certaine gêne à observer une boite à outils fonctionner de manière assez mécanique et attendue.

4Maxime Quijoux poursuit néanmoins par une discussion autour des critiques faites à Bourdieu, critiques lui reprochant d’avoir trop négligé la rationalité ou la liberté des acteurs. Et il expose alors l’analyse de l’asservissement par le travail de Bourdieu : à la vérité objective de l’exploitation marxiste s’ajoute un second volet de la domination, la « vérité subjective du travail ». Ce serait donc par le biais de menues récompenses et petites marges de manœuvre que les travailleurs consentiraient à leur exploitation, dès lors invisibilisée. Le débat sur la domination ressurgira au dernier chapitre sous la plume de Michael Burawoy, mais il n’est ici qu’esquissé. Et on peut s’étonner que, plutôt que de discuter fondamentalement les critiques du misérabilisme et du déterminisme bourdieusien, l’auteur cherche plutôt à montrer leur part réduite, comme s’il reconnaissait à ces qualificatifs une certaine légitimité.

5La deuxième partie de l’ouvrage se présente comme un retour sur les premiers travaux algériens. Elle s’ouvre sur un court texte de Bourdieu, « retour sur l’expérience algérienne ». Le texte évoque notamment, sous forme d’auto-analyse, les préoccupations politiques de chercheurs et leurs visées révolutionnaires, avouant alors le décalage avec les visées des paysans algériens, principalement désireux de voir se maintenir les structures traditionnelles.

6Fabien Sacriste étudie ensuite la prise en compte progressive par la puissance coloniale du problème de l’emploi, à la fin des années 1950, et analyse notamment l’enjeu politique qu’il y avait à détourner les paysans sans terre de l’attrait du FLN. Ce faisant, il questionne l’idéalisation de la société traditionnelle qui transparait dans Travail et travailleurs en Algérie. Selon lui, Bourdieu a reconstruit une image équilibrée et cohérente de la société précoloniale, appréhendant la déstabilisation comme un processus purement exogène d’introduction du capitalisme, et cédant finalement à une forme de « nostalgie structurelle » selon l’expression de Paul Silverstein.

7Claude Didry adopte quant à lui une visée plus longitudinale de la production bourdieusienne, estimant que de l’Algérie au marché des maisons individuelles en France, Bourdieu étudie la genèse des dispositions économiques et ébranle du même coup la vision du travail comme aptitude naturelle de l’homme. Claude Didry propose un parallèle avec la dynamique historique qui a mené la France de la ruralité médiévale à la modernité urbaine capitaliste, en passant par l’étape intermédiaire de l’artisanat et du commerce. Si la comparaison est intéressante, l’auteur semble « tordre » Bourdieu pour servir sa propre thèse, à savoir qu’il serait « difficile d’identifier une forme d’exploitation menée rationnellement par une classe dominante » (p. 123).

8Divisées en plusieurs parties, sont ensuite présentées une série de contributions qui font dialoguer des enquêtes empiriques avec l’outillage bourdieusien. Une question traverse ces chapitres : en quoi les notions clés de champ, de dispositions, d’habitus ou encore d’économie symbolique, permettent-elles de rendre compte des univers de travail étudiés ? Toutes les enquêtes reposent sur des matériaux empiriques solides, et donnent lieu à des analyses claires et souvent convaincantes. L’adhésion du lecteur reste toutefois variée. Et cela notamment du fait d’une utilisation parfois un peu mécanique de la boîte à outils bourdieusienne.

9Plusieurs contributions mettent l’accent sur une grille d’analyse des univers professionnels, appréhendés comme des champs, dans lesquels sont activés des habitus ou des dispositions, et ce en interaction avec un cadre institutionnel. Nicolas Sembel étudie ainsi le travail enseignant, Cécile Rabot les bibliothécaires, Yohan Selponi les infirmières scolaires et Lucie Goussard les cadres d’origine populaire. Sont alors articulées les origines et trajectoires sociales de ces travailleurs avec les hiérarchies matérielles et symboliques d’espaces professionnels. À l’intersection, on observe des enseignants dociles et normatifs, des bibliothécaires incarnant la réserve, personnelle comme professionnelle, des infirmières qui se valorisent dans leur proximité éventuelle avec les enseignants, et des cadres en ascension sociale tiraillés entre deux milieux sociaux. Si le schéma analytique fonctionne, les résultats sont parfois un peu attendus.

10Trois contributions portent plus spécifiquement sur des milieux professionnels artistiques, et participent alors des débats sur le talent, le désintéressement ou encore la marchandisation. Étudiant les danseurs, Pierre-Emmanuel Sorignet affirme une position bourdieusienne, à distance de Pierre-Michel Menger pour qui le talent occupe une place première dans l’analyse des trajectoires professionnelles. Revendiquant l’introduction d’une dimension stratégique dans l’analyse structurale, Sorignet met en lumière l’importance de la vocation et de la croyance dans le parcours des danseurs. Ces dimensions permettent alors de comprendre leur engagement, en dépit des conditions de travail dures, des rémunérations faibles et sans espoir de « jackpot ».

11Marc Perrenoud s’intéresse également à l’euphémisation des rapports socioéconomiques objectifs. Et il les étudie non seulement chez les artistes, mais aussi chez les artisans, ou du moins chez les artisans créateurs, enfants de néo-ruraux dotés en capital culturel et ayant alors le pouvoir de consacrer les biens produits. Si la comparaison de terrains variés (artistes, artisans, mais aussi agents de sécurité) est intrigante, les glissements de l’un à l’autre révèlent un certain flou dans l’usage du qualificatif « symbolique », préjudiciable à la solidité de l’ensemble.

12Enfin, Wenceslas Lizé et Delphine Naudier étudient les limites de l’autonomie du champ artistique. Et cela par le biais d’une enquête sur les intermédiaires artistiques, agents et managers, de plus en plus diplômés du supérieur en droit, gestion ou commerce. L’article montre ainsi, de manière convaincante bien qu’un peu rapide et donc parfois un peu caricaturale, comment les intermédiaires deviennent des coaches, enjoignant les artistes à être entrepreneurs de leur carrière.

13D’autres enquêtes font davantage dialoguer les grilles d’analyse. Thibaut Menoux présente ainsi le cas des concierges d’hôtels de luxe, en situation paradoxale de proximité spatiale et de distance sociale vis-à-vis de la clientèle qu’ils servent. Il décrit les parcours de ces concierges, souvent issus de classes populaires. La socialisation secondaire joue alors un rôle clé, les pratiques économiques et culturelles se modifient, parfois dans une visée purement professionnelle (tester un restaurant pour les futurs clients), mais parfois au-delà. Ce regard longitudinal, qui permet de penser le changement, apporte ainsi une fraîcheur supplémentaire à cette séduisante contribution.

14Rémy Caveng introduit quant à lui la question, peu abordée jusque-là, des statuts d’emploi. Le cas des vacataires d’entreprises de sondage pose alors la question de la confrontation entre habitus salarié et conditions d’emploi discontinues. L’auteur aborde la question sous l’angle des écarts entre vérité subjective de liberté et vérité objective d’auto-exploitation, ce qui crée parfois un fossé un peu gênant entre la parole des enquêtés et l’analyse. Le texte conclut sur une proposition : définir la disposition comme la combinaison d’une capacité et d’un penchant affaires. Et Rémy Caveng d’indiquer alors que le penchant pour l’emploi atypique reste circonscrit socialement (affaire à suivre avec grand intérêt).

15Changement d’univers avec Laurence Proteau et l’étude du milieu policier. En étudiant l’espace des positions dans un commissariat, elle propose d’utiliser la sociologie relationnelle de Bourdieu pour montrer comment la hiérarchie s’incarne dans les pratiques. Elle brosse alors le portrait de l’antifonctionnaire, viriliste, qui met en avant son autonomie, tant vis-à-vis des règles professionnelles que des règles domestiques. L’auteure conclut sur son opposition au projet pragmatiste de l’observation de l’activité intrinsèque, exposant l’intérêt d’intégrer l’activité dans un système de positions. Le texte réinscrit en effet clairement les principes de l’activité policière dans le système de positions au sein du commissariat et plus largement de l’institution policière. Mais on se demande alors s’il ne faut pas encore davantage élargir la focale et relier ce système de positions d’une part aux dispositions antérieures des agents, et d’autre part à des logiques extérieures au monde policier (politiques notamment), qui participeraient de la valorisation différentielle des activités policières.

16L’ouvrage s’achève sur deux contributions qui prennent la forme de discussions autour de la grille de lecture bourdieusienne. S’il est un peu frustrant que la discussion apparaisse si tardivement, ces deux chapitres sont néanmoins fort stimulants.

17Sophie Béroud s’interroge sur la pertinence du concept de champ pour décrire l’espace syndical français. Montrant notamment les enjeux de positionnement interne à l’espace syndical et la question de la distance avec l’espace politique, l’auteure conclut sur l’autonomie du champ syndical, mais dans un sens partiel. Ou plutôt dans le sens d’une autonomie-spécificité plutôt que d’une autonomie-indépendance (en reprenant cette distinction proposée par Bernard Lahire). Cette conclusion semble un peu ambivalente, car elle semble esquiver en partie l’enjeu fort de l’indépendance, et cela alors même que cet enjeu faisait l’objet de démonstrations. Mais la richesse du matériau et des enjeux donne surtout envie de poursuivre la discussion.

18L’ouvrage s’achève enfin sur la magistrale contribution de Michael Burawoy, qui mène une discussion douce-amère avec Bourdieu sur la question du consentement des travailleurs, en repartant de son ouvrage Manufacturing Consent, publié dans les années 1970. Faisant discuter Gramsci et Bourdieu, l’article s’articule alors autour d’une question centrale et passionnante : la soumission est-elle enracinée dans les habitus individuels ou est-elle le produit de pratiques coordonnées par les institutions ? Burawoy oppose alors un Gramsci pour qui l’exploitation serait visible, mais n’entamerait pas un engagement reposant sur d’autres dynamiques, et un Bourdieu pour qui l’exploitation serait hors de l’entendement des individus. L’auteur reproche alors à Bourdieu de faire disparaître derrière l’habitus, les conditions institutionnelles de la mystification, critique peut-être sévère, mais qui a le grand mérite d’inviter à repenser les propositions bourdieusiennes. Et peut-être peut-on y lire une invitation de mieux intégrer une sociologie des pratiques de travail et une sociologie des dispositifs de pouvoir, ce qui constitue un beau programme de recherche.

19Au final, l’ouvrage est donc riche et dense. Il remplit les missions affichées : mettre en lumière les contributions de Bourdieu à la sociologie du travail, et mettre celles-ci à l’épreuve d’enquêtes empiriques récentes. L’ouvrage frustre parfois par une certaine répétition de la mécanique bourdieusienne et par des espaces un peu restreints laissés à la discussion ou à d’autres grilles de lecture. La lecture linéaire de l’ensemble rajoutant sans doute à cette impression. Il en reste néanmoins un ensemble solide, des passages forts et une vraie envie de poursuivre les débats.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sarah Abdelnour, « Maxime Quijoux (dir.), Bourdieu et le travail, Rennes, PUR, 2015, 369 p. », La nouvelle revue du travail [En ligne], 8 | 2016, mis en ligne le 14 juin 2016, consulté le 24 août 2017. URL : http://nrt.revues.org/2795 ; DOI : 10.4000/nrt.2795

Haut de page

Auteur

Sarah Abdelnour

Maîtresse de conférences en sociologie, Université Paris Dauphine, PSL Research University/CNRS, IRISSO (UMR 7170)

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo La NRT est soutenue financièrement par
  • Logo CNRS INSHS
  • Logo Centre Pierre Naville - Université d'Evry
  • Logo Laboratoire Printemps (professions, institutions et temporalités)
  • Logo Centre Emile Durkheim
  • Logo Laboratoire lorrain de sciences sociales - Université de Lorraine
  • Logo IRISSO - Dauphine université Paris
  • Logo Multidisciplinaria de Estudios sobre el Trabajo (UMEST) - Universidad Autónoma de Querétaro
  • Logo La NRT est aussi reconnue et soutenue par
  • Logo HCERS
  • Logo Fondation Maison des sciences de l'homme
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org