Navigation – Plan du site
Recensions et notes de lecture

Dictionnaire du travail, Paris, PUF, 2012. 860 p., Dictionnaire des risques psychosociaux, Paris, Le Seuil, 2014. 882 p., Dictionnaire des inégalités, Paris, Armand Colin, 2014, 444 p.

Marnix Dressen

Texte intégral

  • 1 Quemada Bernard, Encyclopaedia Universalis, sub verbo « dictionnaire », DVD, 2013. B. Quemada est u (...)

1La publication relativement récente du Dictionnaire du travail (PUF, 2012), puis du Dictionnaire des risques psychosociaux (Le Seuil, 2014) et enfin du Dictionnaire des inégalités (Armand Colin, 2014) constitue à divers degrés des événements scientifiques qui méritent attention. Et comme ce fait social qu’est le travail est d’une extrême complexité soulignée par tous les spécialistes, les synthèses et les résultats des recherches sont particulièrement bienvenus. « Plus une société se développe et se complexifie, plus ses connaissances sont étendues et diversifiées, plus les dictionnaires jouent un rôle important », notait B. Quemada1.

  • 2 Merci à Rémy Ponge du laboratoire « Printemps », pour ses conseils avisés sur ce papier. Il est lui (...)

2Le titre des trois thésaurus annoncés indique bien qu’ils se distinguent dans leurs ambitions plus ou moins vastes. Mais ils offrent des intersections importantes et c’est une raison supplémentaire de les embrasser d’un seul regard dans cette recension2. Et dispose-t-on d’une meilleure manière de procéder que de se risquer à un examen comparatif ?

3Première remarque générale, deux des trois ouvrages ont été cordonnés par des sociologues du travail et concernant le D. du travail, il s’agit plus précisément de spécialistes des relations professionnelles rattachés au Cnam (UMR Lise) – c’est le cas d’A. Bevort et de M. Lallement – ou à l’ENS Cachan (UMR IDHES) – pour A. Jobert et A. Mias. Le Dictionnaire des inégalités a aussi été dirigé par des sociologues mais plus généralistes. Si R. Pfefferkorn (université de Strasbourg, laboratoire Dynamique européenne), est bien sociologue du travail, A. Birh (professeur honoraire de l’université de Franche-Comté) est plutôt un spécialiste du mouvement ouvrier et un sociologue de l’économie. Ce dernier ouvrage n’ayant pas le travail comme centre de gravité explicite, son objet est un peu différent des deux autres. Quant aux architectes du D. des risques psychosociaux, ils se distinguent des deux autres ouvrages en ceci qu’ils ne sont pas sociologues. Cela justifie de les présenter plus longuement. P. Zawieja est docteur en sciences et génie des activités à risque de l’École des Mines de Paris et diplômé en gestion des établissements de santé, après être passé par une école de commerce et une formation d’économiste. On notera qu’il est directeur de la recherche dans un puissant réseau de maisons de retraites et de repos européen (côté au CAC MID 60). Il est associé au Centre de recherche sur les risques et les crises (MINES ParisTech), équipe dont F. Guarnieri, est le directeur. Ingénieur-docteur, de dernier a obtenu une habilitation à diriger des recherches dans une école doctorale en gestion et il a assuré la codirection de cet ouvrage.

  • 3 Remarquons que ces ouvrages sont vendus à des prix très différents. 32 euros pour le D. du Travail, (...)

4Soulignons que les trois éditeurs de ces ouvrages figurent parmi les grandes maisons universitaires parisiennes3.

Convergences et différences

5Tous ces ouvrages font suivre les différentes entrées d’une bibliographie (plus développée dans le Dictionnaire du Travail) et d’un système de renvois et d’index qui distinguent parfois les notions et les noms. Le D. des Risques Psychosociaux offre un système d’index particulièrement vaste et foisonnant.

  • * Certaines entrées se retrouvent dans deux ou même dans les trois ouvrages.

D. du travail

D. des inégalités

D. des RPS

Total

Moyenne

Entrées (N)*

Environ 150

555 (et non 500 comme annoncé)

314

1 019

340

Notions et noms de personnes indexées (N)

987 (dont 709 notions et 278 noms)

309 (noms)

2 765 environ (des notions et des noms)

4 061

1 353

6Les architectes du D. du travail ont fait le choix d’un nombre restreint d’entrées mais développées sur plusieurs pages (chaque article est à peu près de même longueur). En ce sens, l’ouvrage se rapproche d’un traité qui donne « accès aux référents, concepts ou choses » (B. Quemada). A contrario, le D. des inégalités « balaye bien plus large », multiplie les entrées (elles sont presque quatre fois plus nombreuses que dans le D. du travail) et contient des articles d’inégales longueurs. Il est aussi le seul des trois ouvrages à consacrer des entrées à des personnes. Le D. des RPS compte deux fois plus d’entrées que le D. du travail.

  • 4 Il peut y avoir quelques erreurs à la marge dans notre décompte notamment dûes aux prénoms épicènes (...)

7Le tableau suivant met en lumière que le nombre de contributeurs est très variable, le D. du travail a fait appel à significativement moins d’experts que le D. des RPS, le D. des inégalités se situant dans la moyenne. On remarque qu’une vingtaine d’auteurs, y compris certains coordonnateurs, ont signé des entrées dans deux des trois ouvrages dont quatre sont membres du comité de rédaction de la NRT). Plus que les autres, le D. du travail privilégie le genre masculin4.

D. du T.

D. des inégalités

D. des RPS

Moyenne

Contributeurs (N)

141

215

251

202

Féminisation

[N = 37] 26 %

[N = 81] = 38 %

[N = 92] = 37 %

34 %

8Sur le plan épistémologique, tous ces ouvrages s’inscrivent dans un large spectre couvrant les sciences de l’homme et de la société auxquelles il faut ajouter le droit, la philosophie et la médecine. Dans une liste de 26 disciplines auxquelles il a été fait appel, seuls le droit, la philosophie, la science politique et – réjouissons-nous ! – la sociologie sont représentés dans les trois ouvrages. Compte tenu de sa taille et du nombre d’entrées, Le D. des RPS n’a curieusement pas sollicité le plus grand nombre de disciplines académiques si l’on regroupe toutes les sous-disciplines de la psychologie. On notera qu’il ignore l’anthropologie, la géographie, l’histoire et la linguistique. Le D. des inégalités ne mobilise pas semble-t-il de psychologues. Le tableau suivant illustre ces réalités.

 

D. du travail

D. des inégalités

D. des RPS

Bilan

Disciplines de rattachement des auteurs (par ordre alphabétique)

Droit

Droit

Droit

3

Philosophie

Philosophie

Philosophie

3

Science politique

Science politique

Science politique

3

Sociologie

Sociologie

Sociologie

3

Anthropologie

Anthropologie

 

2

Démographie

Démographie

 

2

Économie

Économie

 

2

Épidémiologie

 

Épidémiologie

2

Ergonomie

 

Ergonomie

2

Géographie

Géographie

 

2

Gestion

 

Gestion

2

Histoire

Histoire

 

2

 

 

Ingénierie

1

 

Journalisme

 

1

Linguistique

Linguistique

 

2

 

Mathématiques

 

1

 

Médecine

Médecine

2

Neurobiologie

Neurobiologie

 

2

Psychologie

 

Psychologie (de la santé, des organisations, du travail, psychopédagogie, sociale)

2

Psychosociologie

 

Psychosociologie

2

 

 

Physiothérapie

1

 

 

Psychanalyse

1

 

 

Psychiatrie

 

Sciences de « l’info-com »

Sciences de « l’info-com »

2

 

Socio-économie

 

1

Urbanisme

 

 

1

 

Statistique

 

1

Total

17

17

15

 

9À une époque où tout un chacun dans le monde académique estime légitime de franchir les frontières des États-nations, il est intéressant d’évaluer ce qu’il en est dans les pratiques. Les trois ouvrages mobilisent principalement des experts de France. On notera cependant que le D. des RPS est le plus ouvert à des contributions étrangères (75 % de chercheurs étrangers mobilisés en plus que dans le D. du travail), le dictionnaire patronné par P. Zawieja et F. Guarnieri est le seul à proposer une traduction des entrées (en anglais). Symétriquement le D. du travail est le moins ouvert à des auteurs étrangers. On notera que quelques entrées font référence à des situations hors de nos frontières. Trois origines nationales des contributeurs se retrouvent dans les trois ouvrages : la Belgique, le Canada ou le Québec et la Suisse romande, des espaces politiques au moins partiellement francophones, donc…

 

D. du travail

D. des inégalités

D. des RPS

Bilan

Universités étrangères d’appartenance des auteurs

 

 

Allemagne

1

Belgique

Belgique

Belgique

3

 

 

Brésil

1

Québec

Canada

Canada + Québec

3

 

Etats-Unis

 1

 

 

Japon

1

 

Macédoine

 

1

Royaume-Uni

 

 

1

Suisse

Suisse

Suisse

3

Coup de projecteur

10Risquons-nous maintenant à une analyse plus substantielle de ces trois outils de travail. Dans le souci d’éviter de papillonner d’une entrée à l’autre et compte tenu d’une impossible approche extensive, il nous a semblé intéressant de nous livrer à une approche intensive en sélectionnant deux entrées : les suicides de ou au travail et les fameux « risques psychosociaux ». S’ils comportent leur part d’arbitraire, ces choix peuvent facilement se justifier : ces deux questions ont fait et font encore par ailleurs l’objet de débats importants que ce soit dans les milieux académiques ou du côté des acteurs sociaux.

L’entrée « suicide »

11Sur les suicides au ou de travail, le D. des RPS, publie deux articles. Celui de V. Kovess-Masfety (enseignante-chercheure et psychiatre à l’École de haute santé publique et auteur d’un ouvrage, N’importe qui peut-il péter un câble ?, paru chez O. Jacob en 2008) et celui de F. Vatin de l’IDHES (PONLD). Dans un article titré « suicide et travail », V. Kovess-Masfety évoque l’idéation, le plan, la tentative et le suicide comme différentes étapes pouvant conduire à se supprimer soi-même. L’article pointe d’abord une tendance générale à la baisse du taux de suicide en France, parfois très significative, et, après un apogée en 1986, le suicide est retombé au niveau de ce qu’il était dans les années 1970. Cette décrue ne fait pas pour autant disparaître des différences interrégionales non négligeables en France (du simple au triple entre telle région et telle autre…). L’auteur suggère que la baisse des taux d’autolyse résulterait notamment d’une meilleure prise en charge de la dépression et de la baisse de l’alcoolisme dans la population globale. À propos de la relation entre chômage et suicide, elle soutient que le chômage est vécu très différemment selon les différents milieux sociaux, les individus vivant dans des familles exposées au chômage sur au moins deux générations seraient moins touchés par la relation chômage/suicide que des chefs d’entreprise, par exemple, contraints à fermer leur affaire, notamment en Italie du Nord. Mais ce cas de figure est bien plus rare en valeur absolue que la prévalence du chômage. L’article suggère donc – ce qui devrait être évident – qu’il convient de distinguer la contribution des chômeurs au contingent des suicidés (combien de chômeurs sur 100 suicidés) et la probabilité pour les chômeurs de mettre fin à leur jour (combien de suicidés sur 100 chômeurs). À distance de ce qu’on peut lire dans les articles sociologiques et des travaux fondateurs d’un Durkheim, l’auteur développe longuement l’hypothèse que 90 % des personnes qui se suicident présentent un tableau psychiatrique et met sérieusement en doute l’idée assez répandue que certaines situations de travail rendraient malade au point de se supprimer soi-même. À ses yeux, les tendances suicidaires seraient difficiles à détecter pour les DRH, pour les thérapeutes ainsi que pour les collègues de ces personnes, celles-ci répugnant évidemment à révéler lors de leur recrutement ou une fois en poste qu’elles font l’objet d’un « suivi psy » (psychiatrique ou psychologique) ou qu’elles sont « sous psychotropes ». L’auteure ne conteste pas que des situations de travail puissent être pathogènes, mais elle ne voit pas dans celles-ci la cause première de la décision d’en finir, tout au plus les considère-t-elle comme des catalyseurs d’une pathologie préexistante à la situation de travail. V. Kovess-Masfety se risque même à soulever le paradoxe selon lequel les salariés qui expriment une souffrance au travail pourraient faire l’objet d’une attention plus soutenue de la part de leurs collègues ou de leur hiérarchie et des services médico-sociaux que d’autres qui peuvent être personnellement en grande souffrance aussi, mais ne veulent pas ou ne parviennent guère à s’en ouvrir à leurs collègues, à leur hiérarchie ou aux services médicaux de l’entreprise. L’auteure de ce long article examine aussi la signification symbolique que constituerait parfois le suicide sur le lieu de travail et les « lettres d’adieu imputant clairement ce geste aux circonstances de travail ». Elle y voit un « acte altruiste » permettant une amélioration des conditions de travail des collègues du mort volontaire ou une meilleure prise en charge de leur famille (p. 764-765). L’article n’exclut pas une autre hypothèse, celle du « mimétisme morbide » et de « l’épidémie de suicide » (effet médiatique qui suggérerait à ceux qui sont en forte situation de souffrance des pistes pour abréger leur mal), argument parfois repris par le PDG d’une très grande entreprise de télécommunication. Elle s’intéresse également à la relation entre « stress » au travail et suicide et affirme avec raison que les ordres de grandeur n’ont rien à voir. 30 à 40 % des personnes se déclareraient « stressées » au travail et 0,02 % « commettent un suicide » « probablement moins dans le milieu de travail ». Puisqu’il privilégie une approche par les individus et leurs faiblesses personnelles et souvent préexistantes à la situation de travail, cet article dérangera plus particulièrement les sociologues d’inspiration durkheimienne. Il a en revanche un mérite : évoquer la question rarement explorée du suicide féminin de travail sachant que les salariées déclarent plus de stress que leurs collègues masculins. V. Kosfes-Masfety met aussi en doute les extrapolations sur le nombre de suicides « dus » au travail à partir d’une enquête régionale en Basse-Normandie (Gournay et al., 2004), qui avait conduit certains à risquer le nombre de 400 morts volontaires par an à l’échelle nationale. Elle conteste les leçons que l’on pourrait tirer des décisions de tribunaux, puisque ces dernières s’inscrivent dans un autre ordre que purement cognitif (« l’expertise judiciaire n’est pas une science exacte »). Curieusement, l’auteur estime que le taux de suicide des cadres est plus élevé que celui des employés et des ouvriers (p. 766), ce qui est contesté par divers auteurs. Elle met en doute que les mesures de prévention prises par les entreprises puissent faire reculer les suicides qui seraient en relation avec le travail, mais pense qu’elles améliorent néanmoins le bien-être des salariés au travail et donc « leur productivité ». En revanche, elle dit craindre que la notion de risque psychosocial abolisse un petit peu plus la séparation entre vie privée et vie professionnelle ce qui peut être dommageable à l’équilibre des personnes au travail « qui peuvent apprécier d’y trouver un lieu où elles sont précisément à distance de leurs difficultés familiales ». Bref, un article qui prend assez systématiquement le contre-pied des approches sociologiques, sauf peut-être lorsqu’elle souligne après d’autres la fragilité des données quantitatives fournies par la comptabilité sociale.

12Et justement, l’autre article de ce même dictionnaire titré « le suicide de/au travail » est signé par François Vatin (sociologue et enseignant-chercheur à l’UPONLD/IDHES). Cette contribution s’oppose à diverses idées reçues dans une optique déjà développée par l’auteur dans un article de la revue Commentaires (2011/2, n° 134). Cette approche qu’on pourrait qualifier de durkheimienne se refuse, à la différence de l’article qu’on a longuement examiné précédemment, d’entrer dans les caractéristiques psychiques des individus pour lui préférer une approche holiste. Celle-ci n’est jamais aussi convaincante que lorsqu’elle s’intéresse à la dynamique du phénomène étudié, aux tendances, aux « variations concomitantes ». Et justement, de manière très problématisée, l’auteur exprime sa défiance pour les nombres disponibles dans ce domaine, insiste sur le caractère toujours multifactoriel du phénomène et sur le constat que les suicides toucheraient plus les sans-emplois que les actifs occupés. En somme, à suivre F. Vatin, le travail (ou l’emploi) protègerait plutôt qu’il ne conduirait à une mort choisie. Quant aux salariés en emploi qui se suicident et sur lesquels les données dignes de confiance sont rares ou se situant à des niveaux non significatifs, ils seraient plutôt le fait de travailleurs du bas de la pyramide des classifications (les ouvriers non qualifiés) que ceux, dont parlent les médias (les techniciens et les cadres).

13De son côté, le court article que Roland Pferfferkorn consacre à la question dans le D. des inégalités sobrement intitulé « le suicide », fait simplement le point des savoirs sur la question. Selon l’auteur, près de 2 % des décès relèvent de l’autolyse et la France serait en Europe un des pays à fort taux de suicide, très nettement au-dessus de la moyenne européenne ; la Grèce étant – ayant été peut-être – un des pays dont la population est la moins exposée). Le suicide diminue depuis 25 ans mais trois fois moins vite que les autres causes de mort violente. En quoi cet article concerne-t-il le travail ? En ceci qu’il rappelle a) que Durkheim établissait notamment une relation entre suicide et période de dépression économique ; b) que les différences interrégionales de taux de suicide pourraient s’expliquer par la répartition inégale des PCS sur le territoire ; c) que les catégories sociales dominées et sans emploi, surtout si elles sont masculines, sont les plus sujettes au suicide. Cependant, l’article ignore les débats selon lesquels des suicides pourraient être liés aux restructurations et aux pratiques managériales prévalant dans les entreprises depuis maintenant quelques décennies.

14C’est une différence importante avec l’article que le D. du travail consacre à la question. Les sociologues B. Barlet (INRS) et P. Marichalar (université Paris XIII) soulignent le caractère complexe de la controverse et de la jurisprudence sur les suicides « par le fait du travail ». C’est autour de l’indicatif ou du conditionnel que se situe le débat notamment devant la Justice (F. Vatin ou R. Pfefferkorn ignorent cet aspect de la question). Il ressort de l’article très informatif de ces deux auteurs que la question n’est pas seulement scientifique (celle de la définition et de la mesure), mais qu’elle est aussi pleinement sociale et politique, voire juridique, et qu’elle comporte une forte dimension imputabilité de la responsabilité des directions d’entreprises dans les souffrances paroxystiques des salariés qui peuvent dans certains cas les conduire à des « sorties volontaires de l’existence » (Ed. et J. de Goncourt).

Les risques psychosociaux ?

15Examinons maintenant les articles « RPS ». Le D. des inégalités ne contenant pas d’entrée sur ce thème, nous nous concentrerons sur les deux autres ouvrages soumis à examen.

16Le D. du travail a confié la rédaction de cet article à Marc Loriol (CNRS, IDHES Paris 1). Classiquement, il commence par pointer le caractère un peu attrape-tout et « non stabilisé » de ce syntagme. Après avoir indiqué ce que sont les facteurs de santé au travail selon l’ANACT (coopération, reconnaissance, soutien, etc.), M. Loriol précise que le terme « risque » a été préféré au terme antérieur de « facteur » pour permettre aux « partenaires sociaux » de s’emparer du problème au même titre qu’un risque d’accident. On peut aussi dire que la terminologie choisie n’est pas neutre : un risque correspond à une « probabilité d’occurrence » alors qu’un facteur peut dans certains cas supposer un lien de causalité entre deux phénomènes. Le plus souvent les RPS sont associés au stress, au harcèlement, à la fatigue, au burn-out (ou syndrome d’épuisement professionnel, qui à l’origine désignait un dépérissement anticipé de ses ressources personnelles), à la souffrance, aux « suicidés au travail » et parfois aux troubles musculo-squelettiques (massivement ressentis par les salariés selon certaines enquêtes). Un des mérites de l’article est de préciser l’origine des notions en vogue (parfois empruntées aux sciences de la vie comme le stress). Cette thématique invente des termes (harcèlement, stress, burn-out, etc.) qui se succèdent dans le vocabulaire institutionnel (législation, acteurs sociaux des administrations ou des entreprises) ou dans la bouche des premiers intéressés : ceux qui vivent cruellement un mal-être au travail. Ces notions sont parfois « sociologisées » par « la société » plus qu’elles font l’objet d’une appropriation par les sociologues. Il en découle là encore un risque de psychologisation du social.

  • 5 Titre d’un article signé par Pascale Molinier dans le même ouvrage.

17Selon certaines enquêtes, les individus se partageraient en deux groupes : ceux qui disposeraient de « lieu de contrôle interne » (ils ont les ressources pour élaborer des stratégies leur permettant de surmonter des épreuves) et ceux qui sont réduits à des « lieux de contrôle externe » et qui, faute de se sentir capables de résister, de neutraliser ou de contourner l’adversité, la subiraient. Naturellement, les premiers sont moins « stressés » (terme attrape-tout) que les seconds. Cette approche prenant l’individu et non les conditions de travail (au sens large, c’est-à-dire en incluant son organisation) comme cœur du problème laisse un peu sur sa faim. De manière intéressante, l’auteur remarque que les notions de harcèlement ou même de burn-out auraient le mérite de fixer la source des problèmes au cœur du lieu de travail. Au contraire, solliciter une explication en termes de stress attribuerait les difficultés des salariés à leurs propres déficiences personnelles. Quoique préférables au stress, les notions de harcèlement et de burn-out « ignorent toutefois, les dimensions collectives et organisationnelles » (p. 698). L’auteur présente brièvement le modèle de Karasek (1990) et le modèle de Siegrist (1996) qui tentent l’un et l’autre de replacer la question psychosociale dans des caractéristiques organisationnelles objectivées par des indicateurs. Karasek proposerait un modèle plus objectiviste alors que Siegrist chercherait aussi à saisir la subjectivité de l’enquêté. Il s’agit dans ce dernier cas, non seulement de saisir des données objectives mais aussi des gratifications symboliques que les salariés estiment recevoir en retour de leur investissement. Elles les ouvrent à une autre perception des contraintes auxquels ils sont soumis. En matière de souffrance au travail, à rebours de l’approche individualiste, analyser les catégories et les groupes dans lesquels les individus s’insèrent (ou pas) est évidemment déterminant. En s’appuyant sur une série de recherches souvent étrangères (par exemple sur 10 000 fonctionnaires britanniques), l’article montre que la question du stress et la morbidité voire le risque de décès associés ne sont pas seulement une affaire de charge de travail, mais aussi et parfois surtout de place occupée dans la structure des qualifications. Les plus dominés subissent davantage de conséquences souvent graves sur leur santé. De la même manière des études états-uniennes conduites aussi en Australie, montrent l’importance des « communautés de coping » dans le vécu du travail. Le coping s’intéresse à la manière dont les collectifs inventent des normes de comportements collectifs (pour, par exemple, désamorcer l’agressivité de la clientèle), normes intégratrices dont le respect entraîne la considération des pairs et permet de résister aux épreuves. Pareillement, dans certains cas, supporter le burn-out est une norme professionnelle qui n’entrave pas la réalisation de soi, mais qui, au contraire, peut parfois la favoriser (cas de travailleurs sociaux états-uniens). Les recherches sur le vécu différentiel des épreuves professionnelles conduites par M. Loriol lui-même montrent des différences d’un métier à l’autre et qui sont aussi dépendantes des moyens dont les salariés disposent pour avoir le sentiment de pouvoir faire correctement leur travail. Et contrairement à une idée reçue, dans la police notamment, les défis les plus difficiles, voire les plus dangereux (arrêter un délinquant violent par exemple) seront vécus plus positivement que de porter assistance à des personnes tombées malades sur la voie publique. Bref, « quand le groupe professionnel peut donner un sens positif aux efforts entrepris et en tirer une forme de reconnaissance, la pénibilité est moindre » (p. 699). Et on ne s’étonnera pas que toute démarche d’individualisation des salariés, de leur mise en concurrence, de diversification des statuts d’emplois, bref, que tous les facteurs de dislocation des collectifs qui résultent de la « gestion des ressources humaines » affaiblissent leur capacité à résister à la « souffrance au travail5 », voire en est à l’origine.

18La théorie de l’étiquetage « mettre un mot sur les choses » a aussi son efficace pour le meilleur et pour le moins bon. Les salariés qui connaissent les approches en termes de stress ou de harcèlement disposent en effet de mots pour nommer leur souffrance (ce qui est en un sens précieux), mais le labelling peut aussi fausser la perception de phénomènes émergents dans les enquêtes scientifiques. Le labelling permet aussi aux salariés de se défendre contre le tropisme des DRH qui cherchent spontanément à « pathologiser » les problèmes, c’est-à-dire à chercher dans les caractéristiques des salariés l’explication des difficultés que ces derniers rencontrent dans la réalisation de leurs tâches, lorsque le travail ne permet pas justement de se réaliser.

19Curieusement, le D. des RPS, ouvrage dont on pourrait s’attendre à ce qu’il examine la question sous différents angles, ne publie qu’un article intitulé « risques psychosociaux : évaluation économique », ne touchant donc à la question qu’à travers le prisme des coûts induits du phénomène, ce qui est assez singulier. Il mérite cependant d’être lu. Signé par M. Lassagne, (enseignant-chercheur en gestion à l’université Paris I) et Christian Trontin (économiste à l’Institut national de la recherche et sécurité), l’entrée montre toute la difficulté qu’ont les directions d’entreprises à évaluer le coût économique des RPS, « bien qui ne fait pas l’objet d’un échange sur un marché ». Les auteurs pointent aussi la difficulté à délimiter ce qui entre dans le périmètre du risque. Au terme de la loi, le harcèlement y figure, mais stress, bur-nout et violences en étaient exclus en 2014. Il est aussi difficile d’évaluer le préjudice dans ses différentes temporalités et intensités (immédiates et tangibles et/ou différées et plus diffuses) et enfin de prendre en compte une approche multiscalaire : dimensions individuelles (la victime), mésosociales (l’entreprise) et macrosociales (la société tout entière). L’article plutôt méthodologique que substantiel, plutôt déductif qu’étayé sur le moindre fait empirique, expose l’approche par les coûts de la maladie (cost-of-illness). Cette dernière consiste à identifier les différentes pathologies (cardio-vasculaires, psychopathologiques, troubles ostéo-articulaires, etc.) et à en pondérer les coûts respectifs. Mais ces troubles pouvant s’originer ailleurs que dans les RPS, un des enjeux est de savoir ce qui leur est imputable. Les auteurs mentionnent la méthode des « fractions attribuables », nécessaires face à un phénomène multifactoriel pour isoler le « sur-risque » de développer une pathologie dans un contexte d’exposition à un « RPS ». Il s’agit ensuite pour chacune de ces pathologies de déterminer leurs coûts directs (plus tangibles, ce sont les moins difficiles à calculer même si, une fois encore, ce qui est à prendre en compte ne relève pas toujours de l’évidence) et indirects (bien plus complexes encore, car plus idiosyncrasiques et plus diffus). Comment aussi prendre en compte leurs conséquences dans l’univers domestique des victimes ? Les modes de calculs par l’approche du capital humain (pour faire simple perte de production entraînée par l’absentéisme du salarié victime des RPS) et celle par les coûts de friction (coût d’une réorganisation pour faire face à une absence durable ou définitive) sont également mentionnés.

20En somme, des épistémologies très différentes sont mobilisées par les deux dictionnaires. Dans le cas du D. du travail, l’auteur discute les concepts et s’intéresse aux moyens que les salariés imaginent pour surmonter les tensions vécues dans le travail. Le D. des RPS, adopte une optique économique ou gestionnaire de manière conceptualisée, ce qui fait tout l’intérêt du papier, même s’il conclut que la détermination des coûts des RPS est une gageure.

Ombres et lumières autour du travail

21Étant entendu qu’il serait illusoire d’analyser une série d’entrées de manière aussi exhaustive, on peut s’en tenir à l’examen de quelques absences et à la formulation de quelques étonnements. À tout seigneur tout honneur, commençons par le travail. Ce n’est pas la moindre des surprises de la présente étude que de constater dans le D. des RPS un article sur « travail maritime » (A. Charbonneau) et « travail prescrit » (Ph. Fauquet-Alekhine & S. Guy-Pelisson), mais pas d’article « travail » en tant que tel. Dans le D. des inégalités on trouve un article « travail décent » (B. Lautier), « travail domestique » (F. Jany-Catrice), « travail émotionnel » (A. Jeantet) mais pas d’avantage d’article générique « travail ». Et curieusement, il en est de même dans le D. du travail, qui propose en revanche des entrées « travail artistique » (M. Buscatto), « travail politique » (P. Le Lidec) et « travail social » (P. Nivolle). On notera aussi l’absence de l’entrée « motivation au travail », manque étonnant compte tenu de l’importance de la notion dans la littérature managériale.

22Si le travail en tant que tel n’a semblé justifier un article spécifique à aucun concepteur de ces outils… de travail, qu’en est-il du chômage ? Le D. des RPS compte un article signé P. Fugier, ainsi en est-il du D. des inégalités qui publie un papier signé D. Demazière (qui comporte – notons-le – un tableau de données mais – déplorons-le – non actualisé). Le même auteur signe l’entrée du même nom dans le D. du travail.

  • 6 Aussi absent il est vrai des 100 mots de la sociologie (PUF, 2010) pourtant dirigé par S. Paugam.

23Les trois ouvrages comptent un article « Précarité »6. Celui du D. des RPS est signé par D. Glaymann, celui du D. des inégalités par D. Bertaux et C. Delcroix et un bel article de synthèse dans le D. du travail est signé par P. Cingolani. On relèvera l’article « sale boulot » d’A.-M. Arborio dans le D. des RPS.

24Et les salaires ? L’objet est abordé dans le D. des inégalités (sous la plume de M. Husson), et dans le D. du travail mais sous l’intitulé « rémunération », peut-être plus légitime, que signe J. Saglio. Le même ouvrage comporte un article « salariat » rédigé par R. Castel peu avant sa disparition. La question de la compensation monétaire ou non au travail ne retient pas l’attention du D. des RPS, alors que, paradoxe, l’ouvrage est coordonné par des spécialistes de la gestion.

25Qu’en est-il de la place réservée aux institutions de protection et de représentations des salariés (en y incluant les organisations syndicales) ? Là aussi on a matière à s’étonner. L’excellent D. du travail ne propose pas d’article « Instances représentatives du personnel » pas plus que le D. des inégalités à la différence du D. des RPS. On trouve aussi dans ce dernier ouvrage un article sur les comités hygiène sécurité et conditions de travail, un autre sur le « dialogue social » et le « dialogue social européen ». Le D. des inégalités consacre un article à « syndicat et inégalités des sexes » (de R. Silvera) et un autre sobrement intitulé « syndicats » (signé par S. Béroud). Le D. des RPS, propose un papier d’A. Mias et de L. Goussard sur ce même objet.

26Encore une remarque relative aux absences. On chercherait vainement une entrée « mai 68 » dans le D. du travail ce qui ne laisse pas d’étonner étant donné que le printemps révolutionnaire en France a été le théâtre de la plus longue et la plus massive grève générale de l’histoire mondiale du salariat (et pas seulement d’une crise estudiantine ou politique). Certains articles pourtant n’hésitent pas, comme il convient, de revenir sur des périodes antérieures à celle que nous vivons présentement.

Conclusions

27Près de 1 020 entrées (mais certaines se retrouvant dans les trois ouvrages), plus de 600 auteurs (une vingtaine ayant participé à deux ouvrages), 25 disciplines sollicitées : la production est immense. « Expression d’une culture avancée » (B. Quemada), la parution de ces compendiums des connaissances peut être interprétée comme un signe de la vitalité de la recherche autour de cette institution majeure que demeure le travail dans nos sociétés post-industrielles (en tenant compte du fait que le D. des inégalités n’est que de facto labor oriented, même si on le sait, les inégalités aujourd’hui ne s’originent pas exclusivement dans le travail mais passent presque toujours par le travail et en résultent souvent). On espère avoir montré que ces trois ouvrages sont utiles et on ajoutera que certains articles sont précieux. Notre analyse semble avoir la vertu de montrer non pas à quoi s’intéressent les chercheurs sur le travail au sens très large, mais plutôt comment ils s’y intéressent et avec qui. Cela suggère que la détention d’un capital social qui prend la forme d’un réseau assez serré d’interconnaissances est un facteur étroitement lié à celui du capital scientifique. Une limite cependant doit être pointée : la place réduite que ces ouvrages font aux contributions étrangères. En dehors de la France – et encore exclusivement métropolitaine –, des universitaires de neuf pays seulement ont été mobilisés, essentiellement issus de la francophonie (Belgique, Québec, Suisse), mais au sens restreint que l’on peut donner à cet espace culturel puisqu’aucun chercheur du Maghreb ou d’Afrique subsaharienne par exemple n’est publié. Faut-il expliquer le faible nombre de contributions non francophones par les coûts de traduction ? Ce serait trop commode de l’affirmer. On peut plutôt y voir encore la faible internationalisation du travail intellectuel. À ce jour, dans le domaine des idées, les frontières des États-nations demeurent vivaces.

28Dans les termes proposés par B. Quemada, la question se pose de savoir si ces ouvrages décodent effectivement des énoncés spécialisés (c’est leur fonction usages légitimés) ou s’ils les encodent aussi (cela renvoie à leur fonction légitimation d’un usage avec la dynamique que cela suppose) ? Cristallisent-ils les connaissances à un moment donné (le point sur l’essentiel des savoirs sur un champ ou sur un domaine) ? On a le sentiment de pouvoir répondre affirmativement à toutes ces interrogations. Un survol de ce gros millier d’articles une lecture intensive de quelques-uns permet de dire qu’ils sont utiles et intéressants. On notera que le D. des RPS est certes le plus éclectique sur tous les plans mais aussi le plus imaginatif par sa conception et par certaines de ses entrées. On pense par exemple aux articles « salle de repos », « discours managérial », « plainte au travail », « psychologisation », « sens du travail », et tant d’autres entrées inattendues et tout à fait intéressantes.

29Les meilleures entrées de ces ouvrages peuvent constituer des avancées dans les connaissances lorsque leurs auteurs vont au-delà d’une honnête synthèse et signent des articles à thèse, qui feront peut-être date parce qu’ils auront « fait bouger » les représentations d’un problème (on pense par exemple à l’article de F. Vatin dans le D. des RPS à propos de ceux qui « se trouvent dans l’impuissance d’abolir exactement un certain mal » selon les termes de P. Valery). Dans la mesure où ils sont des éléments de construction d’une culture commune aux chercheurs sur le travail, des « lieux de mémoires » aussi, ces compositions intellectuelles contribuent à construire une communauté, non pas consensuelle – elle serait alors menacée dans sa survie – mais s’accordant sur des « problèmes sociologiques ». D’ailleurs, « l’appétence dictionnairique » traduit souvent « les demandes particulières d’un groupe social ou professionnel et d’un type d’usagers » (B. Quemada).

30Et si toutes ces énergies avaient concouru à la construction d’un seul ouvrage ! On y aurait peut-être retrouvé le côté « traité » qu’offre parfois le D. du travail (et sa précieuse bibliographie), la multiplicité des entrées, souvent originales et des approches disciplinaires qui sont un peu la marque de fabrique du D. des RPS et la sensibilité aux inégalités et donc à l’injustice qui sont la marque de fabrique du D. des inégalités.

Haut de page

Notes

1 Quemada Bernard, Encyclopaedia Universalis, sub verbo « dictionnaire », DVD, 2013. B. Quemada est un des deux grands architectes du Trésor de la langue française, instrument de travail élaboré par le CNRS à partir du lendemain de la Seconde Guerre mondiale (désormais librement accessible en ligne à l’URL suivante : http://atilf.atilf.fr/tlf.htm).

2 Merci à Rémy Ponge du laboratoire « Printemps », pour ses conseils avisés sur ce papier. Il est lui-même l’auteur d’une recension sur l’un des trois ouvrages examiné dans le cadre de cette note. Voir Rémy Ponge (2014), Philippe Zawieja, Franck Guarnieri (dir.), « Dictionnaire des risques psychosociaux », Travail et Emploi, n° 140, 67-70.

3 Remarquons que ces ouvrages sont vendus à des prix très différents. 32 euros pour le D. du Travail, 29 euros pour le D. des inégalités, 49 euros pour le D. des RPS.

* Certaines entrées se retrouvent dans deux ou même dans les trois ouvrages.

4 Il peut y avoir quelques erreurs à la marge dans notre décompte notamment dûes aux prénoms épicènes des contributeurs ou contributrices.

5 Titre d’un article signé par Pascale Molinier dans le même ouvrage.

6 Aussi absent il est vrai des 100 mots de la sociologie (PUF, 2010) pourtant dirigé par S. Paugam.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marnix Dressen, « Dictionnaire du travail, Paris, PUF, 2012. 860 p., Dictionnaire des risques psychosociaux, Paris, Le Seuil, 2014. 882 p., Dictionnaire des inégalités, Paris, Armand Colin, 2014, 444 p. », La nouvelle revue du travail [En ligne], 8 | 2016, mis en ligne le 14 juin 2016, consulté le 23 mars 2017. URL : http://nrt.revues.org/2797

Haut de page

Auteur

Marnix Dressen

Université Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines/CNRS, PRINTEMPS (UMR 8085)

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo La NRT est soutenue financièrement par
  • Logo CNRS INSHS
  • Logo Centre Pierre Naville - Université d'Evry
  • Logo Laboratoire Printemps (professions, institutions et temporalités)
  • Logo Centre Emile Durkheim
  • Logo Laboratoire lorrain de sciences sociales - Université de Lorraine
  • Logo IRISSO - Dauphine université Paris
  • Logo Multidisciplinaria de Estudios sobre el Trabajo (UMEST) - Universidad Autónoma de Querétaro
  • Logo La NRT est aussi reconnue et soutenue par
  • Logo HCERS
  • Logo Fondation Maison des sciences de l'homme
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org