Skip to navigation – Site map
Corpus – Les espaces du travail

Travailler chez les autres

Quels espaces dans les services à domicile ?
Working in other people’s homes: the spaces used for domestic service
Trabajar en casa de otros: ¿cuáles son los espacios en el servicio a domicilio?
Colette Le Petitcorps

Abstracts

France’s “personal services” sector largely involves individuals who work in another person’s home. Drawing on concepts taken from the sociology of gender and domestic work, the paper investigates the complex and dynamic forms used to produce domestic space, based on an empirical study of employees’ relationship to space. It also looks at how different external actors influence the organisation of their working spaces, and at their modes for appropriating these spaces. Questions are asked about the extent to which these spatial practices embody a social relationship that is specific to domestic service and which structures and transforms work relationships in private space.

Top of page

Full text

  • 1 La part des services à la personne dans l’emploi au niveau national est passée de 3,5 % en 2000 à 5 (...)

1Depuis la réduction du temps consacré par les femmes aux tâches domestiques et reproductives dans leur famille, avec la croissance de leur activité professionnelle, les États occidentaux ont favorisé le développement d’un marché des services ménagers et du care assurés au domicile (England, 2010 ; Kofman, 2008). Au lieu de renforcer les structures publiques d’accueil des enfants et des personnes âgées, la politique des « services à la personne » conduite en France depuis la loi Borloo de juillet 2005 encourage la marchandisation de l’entretien ménager, de l’aide à l’autonomie des personnes âgées et de la garde d’enfants qui continuent d’être effectués dans l’espace privé des bénéficiaires (Devetter, Jany-Catrice & Ribault, 2009). L’habitat privatif des familles est donc devenu un espace de travail clé d’un secteur d’emploi en croissance1. Dans quelle mesure l’essor des services à domicile contribue-t-il à transformer l’espace domestique et son caractère privé ?

2D’après les travaux de sociologie sur les services à domicile, la réglementation juridico-légale a beau tenter d’assimiler les services à la personne à la norme actuelle de l’emploi et du contrat de travail, en professionnalisant et en spécialisant les activités domestiques, l’espace domestique continue de « conditionner » un temps, un contrat et des normes d’emploi différents des autres secteurs d’activités (Angeloff, 2003). Pour Annie Dussuet, l’espace public et l’espace privé fondent des rapports sociaux différenciés : le modèle du contrat domine dans les relations sociales de l’espace public, tandis que des liens se tissent entre des personnes dans l’intimité de l’espace privé (Dussuet, 2004). Selon les auteur·e·s qui mobilisent la perspective du genre pour analyser la production des espaces de travail, la transformation du domicile en espace du rapport salarial changerait peu la frontière entre l’espace public et l’espace privé fabriquée par le rapport social de sexe.

3Pour autant, si l’espace constitue le terrain où les rapports sociaux se jouent, mais aussi se déplacent (Coutras, 1989), on peut s’interroger sur ce que l’introduction du domicile dans la sphère du travail salarié fait aux normes qui régissent les pratiques de l’espace privé en considérant que le rapport social de sexe n’est pas nécessairement le seul rapport social à l’œuvre dans la production de l’espace domestique. Nous explorons alors dans quelle mesure la normalisation du domicile en espace de travail salarié engendre ou conforte un autre rapport social structurant l’espace domestique, qui ne se jouerait pas principalement entre hommes et femmes, mais plutôt entre employeurs et employés de services à domicile, précisément entre femmes employeuses et employées. En considérant l’espace comme une « fabuleuse entrée méthodologique pour aborder les rapports sociaux dans la mesure où il met en scène et rend visible » (Direnberger & Schmoll, 2014, § 8), il s’agit d’interroger en quoi les rapports à l’espace différenciés d’employeuses et d’employées, les usages et les pratiques de l’espace domestique par ces actrices, l’influence de divers acteurs des marchés des services à domicile sur l’organisation de l’espace et les formes d’appropriation de cet espace de travail par les salariées sont l’expression matérielle et symbolique d’un rapport social spécifique caractérisant le service à domicile.

4Pour y répondre, nous mobilisons les données empiriques recueillies lors d’une enquête de terrain menée à Poitiers et à Paris entre octobre 2011 et janvier 2014, auprès d’une cinquantaine de femmes employées à domicile migrantes et d’une vingtaine d’employeurs de services à domicile, principalement des femmes (qui embauchent une personne directement ou par l’intermédiaire de structures mandataires de services). La méthodologie de l’enquête articule des entretiens biographiques, des observations des usages spatiaux d’employeuses et d’employées ainsi que des entretiens avec des acteurs intermédiaires de l’emploi sur le marché des services à la personne. Sont explorés les rapports à l’espace et les pratiques d’employées et d’employeuses qui interagissent dans le cadre des activités de femme de ménage et de garde d’enfants. Les femmes migrantes rencontrées sont arrivées en France depuis plus de 15 ans et sont employées depuis leur arrivée dans les services à domicile. Elles ont connu une dépendance forte à la famille qui les employait à leur arrivée, en raison de leur situation administrative irrégulière au début de leur installation en France et/ou de l’emploi logé et nourri chez les personnes servies. Cette expérience passée influe sur leur rapport actuel à l’espace du service à domicile.

5Nous procédons en quatre temps : en décrivant d’abord le rapport de femmes employées à domicile à l’espace de leur travail salarié, en analysant ensuite le rapport d’employeuses à l’espace domestique partagé avec des employées, en nous intéressant aux acteurs extérieurs à l’espace privé qui opèrent dans son organisation et en montrant enfin de quelles manières des employées s’approprient l’espace domestique d’autrui pour en faire leur espace de travail.

Les employées à domicile et l’espace domestique du service

6Une première étape pour penser le domicile en tant qu’espace de travail au cœur d’un « nouveau » secteur d’emploi consiste à se demander comment les employées à domicile, à 90 % des femmes (Rapport de la Cour des comptes, 2014), appréhendent ce lieu de travail. Dans quelle mesure leur rapport à l’espace domestique d’autrui dépend-il des tâches qu’elles y effectuent et du rapport qu’elles entretiennent avec les personnes qui les emploient ? En quoi le travail et les relations de service structurent-ils un autre espace domestique que celui qui est modelé par les seules relations familiales ? Les expériences variées de femmes migrantes qui ont été logées et nourries chez leurs employeurs à leur arrivée en France et qui sont aujourd’hui employées comme femme de ménage ou garde d’enfants permettent de relever les différences de leur rapport à l’espace selon les conditions de travail et les tâches effectuées, tout en repérant les caractéristiques communes à ce qui constitue leur expérience de l’espace domestique du service.

L’emploi à demeure

7« Le travail domestique constitue souvent le secteur de la première prise d’activité » des femmes primo-arrivantes, d’après les travaux de Jules Falquet et de Nasima Moujoud (2010, 181). Les services domestiques constituent aussi la première source du travail informel en France (Anderson, 2000) et l’un des secteurs qui emploie le plus de femmes en situation administrative irrégulière. Dans le contexte de leur « accueil », il se reproduit un mode d’emploi que l’on croyait disparu depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale (Vasselin, 2002), l’emploi logé et nourri à demeure des employeurs (Anderson, 2000). Dans notre corpus d’enquêtées, des femmes d’origine mauricienne arrivées dans les années 1970 et d’autres femmes, mauriciennes, camerounaises et ivoiriennes, arrivées dans les années 1990 et 2000 ont connu cette condition de travail qui renvoie au « modèle de la domesticité » (Dussuet, 2001). Certaines ont été sans papiers durant les premières années de leur installation en France et sont recrutées comme unique employée à demeure d’employeurs.

8Dans ce mode du service, l’employée de maison est logée dans une chambre éloignée de celle des employeurs : soit la chambre est distancée par plusieurs pièces dans le cas où elle est située sur le lieu du service, soit l’employée dort au 6e étage, soit celle-ci loge dans une chambre de fonction appartenant aux employeurs dans un autre immeuble. Les femmes migrantes, qui ne sont pas toujours préparées à l’emploi domestique lorsqu’elles arrivent en France, intériorisent dans ce cadre de travail la stricte séparation entre la famille employeuse et l’employée par le biais de la « mise à distance physique » de l’espace privé de la chambre (Blanchard, 2014). Elles y apprennent aussi leur condition d’inférieures par le fait que les installations sanitaires qui leur sont réservées sont rudimentaires, voire insalubres, contrastant avec les salles de bains modernes utilisées par la famille qui les emploie. Une femme mauricienne arrivée en France au début des années 1970 comme employée de maison à demeure raconte :

Fabienne : « J’ai demandé où c’est que j’allais prendre mon bain. Alors elle m’a dit “attendez je vais vous montrer”. Elle m’emmène dans le soubassement de la maison, je sais pas si c’est comme ça qu’on dit, et là en dessous il y avait plein de trucs et elle m’a dit “vous rentrez, vous verrez il y aura un seau”. Je vois le seau, mais le seau, il est rempli de ciment. Il y a peut-être 5, 10 cm qui est vide. Dessous y a plein de ciment, et là elle me dit “c’est ça”. Mais je lui dis “mais comment je vais me laver dedans il y a plein de ciment”. Elle m’a dit “vous vous débrouillez”. Là quand je suis rentrée y avait sa belle-fille, elle me voit pleurer, elle me dit “qu’est-ce qu’il vous arrive ?” Alors je lui dis qu’elle veut que je prenne mon bain dans un seau, alors elle me dit “elle est folle ou quoi ? Vous allez prendre ma salle de bain à moi”. J’ai pris sa salle de bain, et quand elle a su que j’avais pris la salle de bain, elle a secoué la porte pour me demander de sortir ».

  • 2 Les femmes enquêtées qui ont été recrutées dans l’emploi à demeure ont toutes été employées par un (...)

9Les récits recueillis auprès de femmes migrantes montrent qu’il n’y a pas de réel espace privé pour les employées à demeure, car leur logement de fonction possédé par le couple employeur2 à proximité de leur lieu de vie permet d’utiliser leurs services à toute heure et d’exercer un contrôle sur leur vie privée (Blanchard, 2014). La relation de travail dans l’emploi à demeure se caractérise par la dépendance des employées vis-à-vis de leurs employeurs (Vidal, 2007), ce qui se traduit par leur enfermement dans le lieu du service. De rares sorties sont possibles, en général les dimanches après-midi, qui rompent brièvement l’isolement et la dévotion de leur être tout entier à la vie de la maisonnée (Simmel, 1999).

10Si les employées à domicile cohabitent au quotidien avec leurs employeurs dans l’exercice de leur travail, elles apprennent à dissocier l’espace intime et privé de leurs employeurs de leur espace de travail. Cela passe par une certaine routine dans l’exécution du travail : nettoyer les pièces communes avant le réveil des différents membres de la famille servie, passer rapidement dans les chambres pour faire les lits, laver le sol et rester principalement dans la cuisine (pour la vaisselle, la préparation du repas, le rangement, etc.) lorsque les employeurs sont dans les pièces communes. La cuisine constitue l’espace de travail le plus investi par les employées : dans cette pièce les employeuses y sont seulement de passage pour donner les ordres. Le récit de Sylvie, une femme mauricienne arrivée en France au début des années 1970, rend compte du confinement de l’employée dans la cuisine qui maintient la distance aux employeurs, ce qui est accentué dans son cas par l’usage de la sonnette :

Sylvie : « J’ai appris le couvert, à servir, surtout après, ces gens-là, ils étaient que tous les deux, je les servais midi et soir à table. Ils étaient que tous les deux, il y avait toujours, ils mangeaient toujours du poisson, il y avait l’assiette à fromage, des desserts, vous voyez c’était tout le temps, je passais avec le plat, et je laissais jamais le plat sur la table. Donc euh, je prends ce plat, je sers madame, je sers monsieur, je reviens dans la cuisine avec mon plat, j’avais sous la table de la salle à manger il y avait la fenêtre de la cuisine, donc elle me sonnait, et moi dans la cuisine je savais qu’il fallait que je revienne avec le plat. Donc voilà. Donc tout ça au début c’est très dur. »

11Lorsque les femmes migrantes sont employées à demeure, seules en ayant laissé leur famille au pays, elles bénéficient d’un espace-temps pour leur vie privée qui est restreint à leur chambre, principalement utilisée pour dormir. L’expérience du travail de service à demeure se caractérise par un apprentissage de leur invisibilité dans le cadre de vie privée des employeurs : elles effectuent les tâches domestiques pénibles en leur absence et dans l’espace confiné de la cuisine. Leur expérience est également marquée par l’intériorisation des principes de séparation, de hiérarchie et de dépendance qui régissent la relation de travail entre employées et employeurs, principes qui se matérialisent dans l’organisation spatiale du domicile d’autrui et dans ses codes.

Emplois de garde d’enfants et de femme de ménage

12Bien que les femmes de notre enquête aient vécu l’emploi à demeure, cette forme des services domestiques est de moins en moins courante en France. L’emploi de femmes de ménage ou de gardes d’enfants payées à l’heure par plusieurs employeurs et ayant un logement indépendant du travail est devenu la norme des services à domicile. L’analyse des expériences de femmes migrantes ayant vécu l’emploi à demeure, puis l’emploi à domicile payé à l’heure, permet d’identifier les différences et les points communs dans le rapport à l’espace domestique du service. Ceux-ci dépendent des conditions de travail, des tâches effectuées et de la relation de travail instaurée avec les employeuses.

13Le fait de disposer de son propre logement, d’avoir plusieurs employeurs de manière simultanée ou de disposer d’un contrat de travail à durée déterminée dans la garde d’enfants ne crée pas la même situation de dépendance ni le même rapport de déférence aux employeurs de services que dans l’emploi à demeure. Se réduit également l’espace-temps de la cohabitation avec les employeurs au domicile, ce qui accroît l’invisibilité des employées dans l’espace privé. La femme de ménage intervient le plus souvent en l’absence des employeurs qui lui laissent leur clé, tandis que la garde d’enfants voit généralement les parents uniquement le matin en arrivant ou le soir en partant. Dans cette configuration du travail, la relation de service s’instaure principalement entre femmes. En effet, l’employeuse est le plus souvent en charge du recrutement de l’employée, de l’établissement de l’éventuel contrat de travail, de la gestion des tâches déléguées, de l’élaboration des consignes à faire respecter et de la rémunération. On note dans ce mode d’emploi une plus grande liberté dans les pratiques des employées de l’espace domestique d’autrui en l’absence des employeuses. Leurs usages de l’espace sont aussi différenciés selon les tâches effectuées : les femmes de ménage passent dans toutes les pièces pour effectuer le nettoyage et s’organisent de manière autonome, tandis que les gardes d’enfants investissent davantage la chambre des enfants, le salon et la cuisine accompagnées des enfants, sans entrer dans la chambre des parents. L’amplitude horaire du travail au domicile d’autrui diffère également entre ces deux activités : la femme de ménage intervient entre deux et six heures par semaine auprès d’un même employeur dans les cas rencontrés, tandis que la garde d’enfants vient du lundi au vendredi de 8 h à 18 h en moyenne chez le même employeur ou en garde partagée.

14L’intervention de service à domicile, principalement en l’absence de l’employeuse, produit un effet paradoxal : d’un côté, l’invisibilité de la personne qui effectue le service dans l’espace domestique, de l’autre, l’influence de l’employée sur la mise en ordre du domicile et sur la manière dont les membres de la famille, notamment les enfants, font usage de l’espace privé. Certaines femmes de ménage et gardes d’enfants rencontrées décrivent par exemple les modifications qu’elles apportent sur la place des objets dans la maison ou les consignes d’hygiène et d’usage de la salle de bain qu’elles donnent aux enfants qu’elles gardent, lesquelles contreviennent parfois à l’ordre domestique établi par l’employeuse. Une garde d’enfants raconte par exemple qu’elle explique à une adolescente, aînée de la fratrie dont elle s’occupe, qu’il ne faut pas jeter ses serviettes hygiéniques dans la poubelle de la cuisine, mais dans celle de la salle de bain. La jeune fille a à son tour enseigné cette règle à sa mère, qui a décidé par la suite de licencier l’employée.

  • 3 Les rares entretiens que nous avons menés avec des employées sur leur lieu de travail se sont d’ail (...)

15Les employées à domicile peuvent contribuer à changer l’aménagement et les pratiques de l’espace domestique dans l’exercice de leur travail, ce qui n’est pas sans entraîner des conflits avec l’employeuse, comme nous le verrons ensuite. On remarque toutefois que la cuisine reste une des pièces les plus investies par leur travail, à la fois en termes d’amplitude temporelle (que ce soit pour le nettoyage et/ou pour préparer le repas, le goûter des enfants) et parce qu’elle représente un espace de travail plus approprié par l’employée que les pièces qui réfèrent davantage à l’intimité de la famille servie3. La reproduction par les employées à domicile migrantes d’une séparation de l’espace de travail et de l’espace intime dans leurs pratiques du domicile d’autrui entretient la mise à distance physique des employeurs dont l’enjeu est la reconnaissance de leur travail. Cela s’accompagne d’une opposition mentionnée dans leur discours entre celles qui servent, travaillent et ceux et celles qui sont servis. D’après les récits recueillis, les employées estiment être les seules à travailler au domicile, comme si leur employeuse n’accomplissait pas elle-même une part du travail reproductif. Christiane par exemple, qui est femme de ménage, oppose son implication au travail à la passivité, voire à la paresse de son employeuse. D’après ses dires, elle ne partage ni un travail, ni un espace de travail avec son employeuse :

Christiane : « Moi, quand je vais chez eux, je préfère être seule, comme ça j’ai la paix. Je fais mon travail. Hier, par exemple, ben j’étais en train de faire le lavabo, elle était en train de me parler sur mon dos comme ça tu vois, elle me regardait comme ça, ben ça m’agaçait tu vois, ça m’énervait, ben j’avais envie de lui dire “poussez-vous”. Toi, tu es fatiguée, c’est la fin de la journée, et il y a quelqu’un qui vient discuter avec toi alors que tu fais le repassage. C’est une femme, elle ne travaille pas, quand t’es là elle regarde la télé, elle s’endort devant la télé, et quand elle se réveille, elle te dit qu’elle est fatiguée ! »

16Le rapport des employées à domicile enquêtées à l’espace domestique du service ne dépend donc pas uniquement des tâches qui y sont effectuées, mais également de la relation de service vécue comme une tension entre celles qui effectuent le travail domestique et reproductif en tant qu’employées et celles et ceux qu’elles servent, dont l’usage de l’espace domestique est différent. Il est fort probable que l’expérience de l’emploi à demeure ait influé sur la distinction énoncée par des employées à domicile migrantes, entre celles qui travaillent et celles et ceux qui sont servis.

Les employeuses, l’intimité et l’emploi dans l’espace du domicile

17Les employeuses de femmes de ménage et/ou de gardes d’enfants n’ont pas le même rapport à l’espace domestique que les employées. On constate en premier lieu que les femmes enquêtées ne se présentent pas comme employeur à leur domicile, et encore moins comme employeuse. Nous avons interrogé des femmes qui déclarent leur employée, et d’autres qui ne la déclarent pas (souvent pour ce qui concerne l’entretien ménager) : dans les deux cas, rares sont celles qui connaissent la Convention collective des salariés du particulier employeur. De plus, le terme d’« employeuse » renvoie de leur point de vue à la connotation péjorative attribuée au caractère archaïque du rapport de domination propre à la domesticité.

  • 4 Selon les termes d’une employeuse de l’enquête.

18Il faut également considérer le fait que s’il est bien à peu près le seul type de travail où les patrons sont majoritairement des patronnes (Destremau & Lautier, 2002), l’emploi à domicile s’inscrit dans les prérogatives du travail reproductif des femmes dans leur famille. Ce sont en effet principalement des femmes qui ont accepté de répondre à l’enquête en tant qu’employeuses ayant la responsabilité de la relation à l’employée ainsi que des tâches qui lui sont confiées. Même en déléguant une partie des tâches reproductives pour se consacrer davantage à l’activité salariée, être employeuse fait partie du rôle de ménagère, d’épouse et/ou de mère. Or, les observations et les entretiens menés ont montré que le premier souci des employeuses, avant de traiter d’une relation d’emploi et d’un contrat de travail, consiste à gérer l’« intrusion4 » dans la maison d’une personne extérieure à la famille, en préservant l’espace privé et intime d’une présence trop visible de ce corps étranger. Pour les employeuses, il s’agit de maintenir une distance entre l’employée et le caractère privé de l’espace dans lequel elle intervient. Les pratiques spatiales sont donc au cœur des codes relationnels établis entre femmes.

19Dans les usages actuels des services à la personne (hormis dans le cas de l’aide aux personnes âgées), employeuses et employées ne font que se croiser dans l’espace domestique ; elles ne se voient parfois plus après le premier entretien d’embauche dans le cas du service ménager. La ségrégation spatiale et la hiérarchie qu’on observe dans l’emploi à demeure ne se manifestent pas de la même manière dans ces configurations actuelles de l’emploi, sans pour autant disparaître. Un rapport hiérarchique caractérise les relations entre femmes et se matérialise par des codes régissant le rapport à l’espace et aux objets dans le quotidien du service. D’après les discours d’employeuses recueillis, l’employée se doit de respecter l’ordre de la maison : le fait qu’elle se permette de modifier l’aménagement de l’espace intérieur par son « mauvais goût » est notamment déprécié, alors qu’un accord tacite veut qu’elle se contente de nettoyer le sale pour lequel elle est engagée. La répulsion à ce que la femme de ménage marque son empreinte sur l’espace domestique est exprimée à plusieurs reprises, ce qui rejoint les observations de Pascale Molinier qui déduit à partir des entretiens menés avec des féministes sur leur femme de ménage que « le travail domestique, on le sait, pour être bien fait ne doit pas se voir et ne doit pas gêner la vie quotidienne de qui en bénéficie, sinon, il est raté. […] L’échec du travail discret trouve ainsi son expression la plus manifeste dans la “faute de goût” » (Molinier, 2009, 116).

20Invisible, l’employée à domicile doit de plus se faire « discrète », qualificatif souvent réitéré qui n’est pas sans rappeler les codes de la domesticité. La discrétion attendue de l’employée implique qu’elle garde le silence sur ce qu’elle voit et ce qu’elle entend dans l’espace privé d’autrui en dehors de l’exercice de son travail. Il est attendu d’elle qu’elle respecte l’intimité des familles, ce qu’Armelle, employeuse d’une femme de ménage et d’une garde d’enfants à Paris, exprime ainsi :

Armelle : « J’ai préféré changer de femme de ménage parce qu’au départ j’avais une personne, et je me sentais pas à l’aise. Je la trouvais un peu envahissante. Autrement, elle faisait, c’était correct je trouve, c’est juste que par exemple elle laissait tout allumé, c’est des trucs, euh, c’est des trucs auquel je, après c’est chacun sa, mais c’est vrai qu’il y a des, autrement c’était correct, mais je sentais pas, moi, j’ai besoin de sentir. [...] C’est vrai qu’elle nous a fait des remarques, “si j’avais plus d’heures, je pourrais vous aider, les affaires, vous les réorganiser différemment”, voilà c’était peut-être ça aussi ça me gênait. On a son organisation, et moi, j’ai jamais été habituée, peut-être il y a des familles qui sont plus habituées à avoir des gens qui font l’intendance, mais moi j’ai jamais, j’ai toujours vu mes parents faire tout tous seuls, jusqu’à peu en fait. »

21On voit par cet exemple qu’une femme de ménage peut être licenciée bien qu’elle fasse correctement le ménage, parce qu’elle marque son empreinte sur l’espace domestique en laissant des traces inattendues de son passage et en prenant l’initiative de changer l’organisation du domicile. De la même manière, une garde d’enfants peut perdre son emploi malgré ses compétences de prise en charge des enfants si elle perturbe l’ordre de la sphère privée, en éduquant par exemple les enfants à d’autres normes d’usage de l’espace domestique comme vu précédemment. Le respect de l’ordre du domicile privé, généralement établi par l’employeuse et tel qu’il se traduit dans l’organisation de l’espace, constitue une dimension indéniable du service à domicile et peut générer un « conflit serviciel » entre les parties dans la mesure où les intérêts des acteurs divergent (Jeantet, 2003). En effet, pour faire reconnaître son travail de service, l’employée peut tendre à retoucher les éléments (pièces, objets, affaires intimes) réservés à la sphère privée de la famille servie, alors que l’employeuse tend, en voulant préserver le caractère intime de l’espace privé, à déposséder l’employée du sentiment d’avoir un lieu de travail et de contribuer aux besoins des familles. La dynamique du rapport de service à domicile organisant l’espace domestique du service ne se joue cependant pas uniquement entre employeuses et employées dans le contexte actuel du marché des services à la personne.

Acteurs extérieurs de l’organisation de l’espace domestique du service

22Employées et employeuses n’ont pas uniquement un rapport différencié à l’espace domestique : leurs pratiques obéissent à des intérêts divergents qui sont pour l’une de faire reconnaître son travail salarié et pour l’autre de conserver l’unité familiale, l’intimité et la possession de l’espace privé. Si, dans les relations concrètes observées, ce sont deux femmes qui organisent l’espace, se le « partagent » et peuvent entrer en conflit pour son appropriation, des acteurs et des institutions physiquement extérieurs au domicile influent également sur l’organisation spatiale du domicile en faveur des intérêts de l’une ou de l’autre.

23Les acteurs politiques et ceux du marché des services à la personne concourent-ils à la transformation de l’espace privé en lieu d’exercice du rapport salarial ? Les emplois à domicile ont bien fait l’objet d’une réglementation juridico-légale, notamment depuis la négociation intersyndicale de la première convention collective nationale de travail du personnel employé de maison en 1980. Et la convention collective nationale des salariés du particulier employeur actuelle (premier texte en 1999) garantit des droits sociaux aux salariés déclarés (durée de travail plafonnée, congés payés annuels, indemnités de licenciement, couverture maladie, salaire horaire minimum conventionnel, etc.). Le droit du travail s’est donc introduit dans la sphère privée et agit sur les relations de service qui contribuent à structurer l’espace domestique.

24Des structures associatives de services à la personne qui opèrent sous le mode mandataire interviennent aussi directement sur l’agencement de l’espace privé, lorsque cela est nécessaire au bon accomplissement du travail de l’employée. C’est le cas par exemple de certains relais assistantes parentales des Hauts-de-Seine qui, en tant qu’intermédiaires de l’emploi entre des gardes d’enfants et des parents employeurs, effectuent des visites au domicile pour contrôler le travail de l’employée et pour changer la disposition des meubles afin de faciliter ses tâches avec les enfants. L’une des responsables de ce type de structure témoigne de sa pratique :

Directrice de relais assistantes parentales : « Par exemple, au contrôle, on peut donner des conseils sur l’aménagement de l’espace. Parce que souvent, dans la garde partagée, l’espace n’est pas aménagé pour deux enfants à garder. Par exemple, il y a pas longtemps je me suis permise de changer la disposition du salon parce qu’il y avait le canapé au milieu, un enfant d’un côté, l’autre de l’autre, c’est super pratique pour la garde d’aller de l’un à l’autre ! Pour l’aménagement de l’espace, pour la qualité du travail et pour la salariée, ces contrôles sont nécessaires. »

25Dans ce cas, l’intervention de l’association mandataire de services de garde d’enfants favorise la transformation de certaines pièces de l’espace privé en lieu de travail adapté aux activités de service accomplies par l’assistante parentale. Elle agit ainsi dans le sens de la professionnalisation de l’espace domestique.

26L’initiative du réagencement du domicile des employeurs par des structures intermédiaires de l’emploi demeure toutefois rare dans les services de garde d’enfants et plus encore dans les services ménagers. Dans la profession d’assistante maternelle, où l’employée de particuliers accueille les enfants chez elle, le contrôle du domicile de la professionnelle par la Protection maternelle et infantile est systématique afin que l’espace réponde aux normes d’accueil des enfants. Cet effort d’adaptation de l’espace domestique au service qui y est accompli n’est pas appliqué avec la même rigueur par les organismes mandataires de services au domicile des employeurs. Y prévaut davantage le principe de préservation du caractère privé du domicile. Ce principe est garanti par la Convention collective nationale des salariés du particulier employeur qui ne prévoit pas de disposition particulière quant à l’adaptation du domicile aux activités de service. Il n’est pas non plus de coutume que l’inspection du travail intervienne au domicile d’un particulier et le droit des salariés du particulier employeur ne change pas cette disposition (Vasselin, 2002). Les acteurs extérieurs au domicile et la réglementation juridico-légale des services à la personne qui encadrent le travail de service n’attribuent pas la même valeur symbolique à l’espace privé lorsqu’il appartient à l’employée (par exemple, l’assistante maternelle) et lorsqu’il appartient aux employeurs de services. Alors que tout est fait pour transformer l’espace privé des assistantes maternelles afin de garantir la qualité du service, les organisations et les institutions des services à domicile jouent jusqu’à présent plutôt en faveur des intérêts des employeurs pour la conservation du caractère privé et intime du domicile. On peut y voir là l’expression d’une domination de classe ayant trait au droit de jouissance de son espace privé. Dans ce contexte, dans quelle mesure les employées à domicile parviennent-elles à s’approprier leur lieu de travail ?

Faire de l’espace domestique un espace d’emploi

27Du fait de leur situation administrative irrégulière lorsqu’elles arrivent en France, les femmes migrantes rencontrées sont soumises à des conditions de travail qui les maintiennent dans une relation de dépendance à leurs employeurs, en particulier dans l’emploi à demeure. Mais lorsqu’elles font carrière dans les emplois à domicile, elles acquièrent avec l’ancienneté et grâce à leur situation régularisée des ressources pour contester les codes en place dans l’organisation de l’espace domestique. L’espace de leur travail peut faire l’objet d’une négociation avec l’employeuse, au point qu’elles décident des manières d’en faire usage dans leur activité ménagère ou de garde d’enfants. Les pratiques des employées qui contribuent à modifier les usages de l’espace domestique dans le cadre de l’emploi sont souvent le fruit d’une conjonction de facteurs qui influent sur la situation relationnelle de travail tels qu’une employeuse peu familière à l’usage de services dans sa famille, une employée ayant eu d’autres expériences professionnelles et une structure intermédiaire de l’emploi qui considère l’espace privé en partie comme un espace d’emploi. Par exemple Sana, garde d’enfants recrutée par une association mandataire et ancienne secrétaire en Côte d’Ivoire, raconte de quelle manière elle s’est approprié son lieu de travail dans une famille, à l’insu de l’employeuse. Elle change y compris les usages que cette dernière fait de son espace privé en la présence de l’employée :

Sana : « C’est très difficile de travailler quand les employeurs sont là. Parce que vous devez adapter l’espace, et c’est compliqué. Elle a dit “et puis j’allumerai la télé toute la journée si je veux !” Là, j’ai répondu : “oui, vous êtes chez vous. Mais j’ai des droits dans votre maison, parce que c’est mon lieu de travail, donc j’ai des droits dans votre maison ! Je vous interdis de laisser la télé allumée toute la journée ! Parce que moi, je suis là pour l’éducation de vos enfants, je les éduque, et, la télé, tout le monde sait que ce n’est pas bien qu’ils regardent la télé toute la journée !” »

28Les propriétés sociales et le parcours professionnel de cette employée, qui a le bac, a travaillé dans d’autres secteurs d’activité et est rattachée à une association mandataire de services, lui permettent de négocier la relation de travail avec l’employeuse et d’influer sur l’organisation de l’espace domestique. Hormis ce type d’actions menées de manière individuelle, des pratiques collectives de l’espace par des employées à domicile remettent en question le caractère privé de leur lieu de travail qui fait obstacle au respect de leurs droits de salariées. On observe notamment que des espaces extérieurs au domicile qui sont investis durant le temps de travail servent de lieux de rencontre pour parler des conditions de travail, échanger sur ses droits et rompre le silence sur certaines pratiques humiliantes des employeurs. C’est le cas des parcs en ce qui concerne les gardes d’enfants. D’autres lieux de rencontre, comme les loges de gardiennes d’immeuble, sont à la source de mobilisations collectives. Des femmes aujourd’hui engagées dans des syndicats à Paris, ou dans des branches syndicales spécialisées dans la défense des droits des salariés des services à la personne, nous ont en effet expliqué qu’elles avaient utilisé les lieux de rencontre informels durant leur temps de travail pour se constituer en collectif. La création d’une cellule syndicale et d’un espace dédié aux plaintes et à l’écoute des employées à domicile a ensuite fourni le support à la lutte politique visant à faire reconnaître leur travail et à faire respecter leurs droits selon la convention collective. L’espace syndical leur a ainsi permis de rendre publiques leurs conditions de travail, à l’encontre d’un usage qui rattache leur situation dans l’emploi à ce qui est de l’ordre de l’intimité des familles. La représentante d’un syndicat spécialisé des salariés du particulier employeur insiste dans son discours sur cet enjeu de la lutte :

Représentante syndicale des salariés du particulier employeur : « Dans notre contrat de travail, il est écrit que l’on est soumis à la discrétion. C’est écrit dans le contrat de travail ! Mais la discrétion, c’est quoi ? D’accord, si on voit qu’un mari trompe sa femme, c’est leurs questions de couple ça, ça nous regarde pas on n’a pas à le dire. Mais quand ça regarde les droits de la nounou, ce n’est plus de l’intimité. C’est une question professionnelle ! C’est une question professionnelle ! C’est régi par le Code du travail, par la convention collective, là, il faut en parler, on a le droit, comme dans n’importe quel métier. »

29Pourtant, malgré ces pratiques qui œuvrent à la transformation de l’espace privé en espace de travail salarié, les militantes des syndicats que nous avons rencontrées cherchent aussi à développer les formations des employées, dans l’objectif que celles-ci « sortent » du service à domicile pour s’insérer dans d’autres secteurs d’activité. « Sortir » du service et « sortir » de l’espace domestique : ce sont des expressions et des aspirations qui montrent que la mutation vers un espace domestique d’emploi est loin d’être accomplie et satisfaisante du point de vue des salariées et de la valeur qui est accordée à leur travail.

Conclusion

30Si, d’après notre cadre théorique de départ, les services à domicile ne changent guère le caractère privé de l’espace domestique, l’analyse de notre matériau empirique montre que la réalité est plus ambiguë. En tenant compte du point de vue et du rôle des différents acteurs en jeu dans les relations de service à domicile, que ce soit pour les activités de garde d’enfants ou de femme de ménage, on constate que l’organisation de l’espace domestique fait l’objet de conflits entre employeuses et employées. Une tension se joue entre l’intérêt pour les employeuses à conserver l’intimité ainsi que la propriété privée de l’espace domestique, d’une part, et l’intérêt pour les employées à faire reconnaître leur travail en s’appropriant certaines composantes de l’espace domestique, d’autre part. On a donc pu remarquer que si les pratiques de l’espace domestique tendent à se transformer avec le développement des services à domicile et avec les relations de service, ce n’est pas seulement le fait de l’évolution des conditions de travail à domicile ni de la spécification des activités de service qui y sont effectuées. La capacité de négociation de leur espace de travail que les employées à domicile migrantes acquièrent grâce à leurs ressources sociales et au cours de leur parcours professionnel, ainsi que la constitution d’un syndicat des salariées du particulier employeur, jouent pour beaucoup sur la mutation partielle de l’espace privé du domicile d’autrui en un espace de travail salarié. Les structures mandataires de services qui influent sur l’organisation de l’espace domestique, elles, agissent plutôt dans le sens du maintien du caractère privé du domicile en faveur des intérêts des employeurs de services.

31Le retour sur la situation de l’emploi à demeure a permis de mettre en exergue en quoi le pouvoir de l’employeuse structure la relation de service à domicile et l’ordre du domicile privé établi généralement par celle-ci. Bien qu’on ait mentionné les différentes conditions de travail des employées à domicile lorsqu’elles sont à demeure et lorsqu’elles sont payées à l’heure de travail, des principes de la relation de service à domicile se retrouvent au sein de ces diverses configurations de l’emploi. La séparation et la hiérarchie qui se donnent à voir notamment entre les employées et les employeuses dans leurs pratiques de l’espace domestique conduisent à analyser les conflits et les tensions du service à domicile à l’aune d’un rapport social. L’ordre du domicile privé et ce qui en découle (ségrégation des espaces pratiqués, droit sur l’agencement des objets et sur les usages de l’espace, place des corps, droit d’empreinte sur l’espace, etc.) maintient un rapport inégal de service dans lequel les employées à domicile migrantes enquêtées luttent pour créer les conditions d’un réel espace de travail, approprié et adapté à leur activité. La particularité du rapport social de service à domicile résiderait principalement dans la tension qui crée sa dynamique : d’un côté, conserver le caractère privé du domicile, rôle dont se chargent généralement les employeuses, et de l’autre construire un espace du travail salarié pour les employées à domicile.

32Il reste à voir si la dynamique du rapport de service à domicile explorée à partir des cas enquêtés se retrouve dans d’autres configurations des services à domicile. La tension du rapport qui se joue en particulier dans le sens attribué à l’espace domestique, privé pour les uns, lieu de travail pour les autres, ne se manifeste peut-être pas de la même manière selon le parcours professionnel et migratoire des employées à domicile, selon la classe sociale des employeurs de services et selon la nature du service accompli, l’aide aux personnes âgées introduisant par exemple d’autres logiques dans la relation de service. On peut également se demander si la tension analysée ici entre femmes rend compte des pratiques et des représentations de l’espace domestique lorsque l’employée intervient en tant que prestataire, c’est-à-dire lorsque les particuliers sont seulement clients, et non employeurs de services. La multiplication des services à domicile avec leur marchandisation croissante conduit peut-être vers davantage de pluralité dans les modes d’investissement de l’espace domestique et de ses significations.

Top of page

Bibliography

Anderson Bridget (2000), Doing the Dirty Work? The Global Politics of Domestic Labour, London, Zed Books.

Angeloff Tania (2003), « Employées de maison, aides à domicile : un secteur paradoxal », dans Florence Weber, Séverine Gojard et Agnès Gramain (dir.), Charges de famille. Dépendance et parenté dans la France contemporaine, Paris, La Découverte, p. 165-186.

Blanchard Sophie (2014), « Migration féminine et “condition domestique” : de l’apprentissage à la professionnalisation. Trajectoires de travailleuses domestiques andines à Santa Cruz », Revue Tiers Monde, n° 217, p. 147-162.

Coutras Jacqueline (1989), « Les pratiques spatiales des sexes : quelles problématiques ? », Espaces, Populations, Sociétés, n° 1, p. 111-116.

Destremau Blandine et Bruno Lautier (2002), « Introduction : femmes en domesticité. Les domestiques du Sud, au Nord et au Sud », Revue Tiers Monde, t. 43, n° 170, p. 249-264.

Devetter François-Xavier, Florence Jany-Catrice et Thierry Ribault (2009), Les Services à la personne, Paris, La Découverte.

Direnberger Lucia et Camille Schmoll (2014), « Ce que le genre fait à l’espace… et inversement », Cahiers du Cedref, n° 21. [En ligne] http://cedref.revues.org/953

Dussuet Annie (2004), « Le genre du territoire domestique », dans Christine Bard (dir.), Le Genre des territoires. Féminin, masculin, neutre, Angers, Presses universitaires d’Angers, p. 75-85.

Dussuet Annie (2001), « “On n’est pas des domestiques !” La difficile professionnalisation des services à domicile », Sextant, n° 15-16, p. 279-295.

England Kim (2010), « Home, Work and the Shifting Geographies of Care », Ethics, Place and Environment, n° 13/2, p. 131-150.

Falquet Jules et Nasima Moujoud (2010), « Cent ans de sollicitude en France », Agone, n° 43, p. 169-195.

Jeantet Aurélie (2003), « “À votre service !” La relation de service comme rapport social », Sociologie du travail, n° 45, p. 191-209

Kofman Eleonor (2008), « Genre, migrations, reproduction sociale et Welfare State. Un état des discussions », Cahiers du Cedref, n° 16, p. 101-124. [En ligne] http://cedref.revues.org/330

Molinier Pascale (2009), « Des féministes et de leurs femmes de ménage : entre réciprocité du care et souhait de dépersonnalisation », Multitudes, n° 37-38, p. 113-121.

Rapport de la Cour des comptes (07/2014), Le Développement des services à la personne et le maintien à domicile des personnes en perte d’autonomie. [En ligne] https://www.ccomptes.fr/Publications/Publications/Le-developpement-des-services-a-la-personne-et-le-maintien-a-domicile-des-personnes-agees-en-perte-d-autonomie

Simmel Georg (1999), « Excursus sur la frontière sociale », dans Sociologie. Études sur les formes de la socialisation, Paris, Presses universitaires de France, p. 609-612.

Vasselin Karine (2002), « Faire le ménage : de la condition domestique à la revendication d’une professionnalité », dans Françoise Piotet (dir.), La Révolution des métiers, Paris, Presses universitaires de France, p. 77-98.

Vidal Laurent (2007), Les Bonnes de Rio. Emploi domestique et société démocratique, Lille, Presses universitaires du Septentrion.

Top of page

Notes

1 La part des services à la personne dans l’emploi au niveau national est passée de 3,5 % en 2000 à 5,5 % en 2012 (Rapport de la Cour des comptes, 2014).

2 Les femmes enquêtées qui ont été recrutées dans l’emploi à demeure ont toutes été employées par un couple marié, avec ou sans enfants.

3 Les rares entretiens que nous avons menés avec des employées sur leur lieu de travail se sont d’ailleurs réalisés dans la cuisine.

4 Selon les termes d’une employeuse de l’enquête.

Top of page

References

Electronic reference

Colette Le Petitcorps, « Travailler chez les autres », La nouvelle revue du travail [Online], 9 | 2016, Online since 02 November 2016, connection on 23 November 2017. URL : http://nrt.revues.org/2868 ; DOI : 10.4000/nrt.2868

Top of page

About the author

Colette Le Petitcorps

Université de Poitiers - MIGRINTER (UMR 7301)

Top of page

Copyright

© Tous droits réservés

Top of page
  • Logo La NRT est soutenue financièrement par
  • Logo CNRS INSHS
  • Logo Centre Pierre Naville - Université d'Evry
  • Logo Laboratoire Printemps (professions, institutions et temporalités)
  • Logo Centre Emile Durkheim
  • Logo Laboratoire lorrain de sciences sociales - Université de Lorraine
  • Logo IRISSO - Dauphine université Paris
  • Logo Multidisciplinaria de Estudios sobre el Trabajo (UMEST) - Universidad Autónoma de Querétaro
  • Logo La NRT est aussi reconnue et soutenue par
  • Logo HCERS
  • Logo Fondation Maison des sciences de l'homme
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org