Navigation – Plan du site
Controverses : Peut-on penser le travail par le don ?

Peut-on penser le travail par le don ? Présentation du débat

Conceptualising work as a gift. Debate presentation
¿Es posible pensar el trabajo a través del don ?
Lionel Jacquot

Résumés

Depuis la parution du traité de Georges Friedmann et Pierre Naville il y a cinquante ans, la sociologie du travail a toujours cherché à comprendre, sous leurs divers aspects, toutes les communautés humaines qui se constituent à l’occasion du travail. Elle s’y est attachée en introduisant dans son champ une très riche variété de paradigmes et en acceptant par là même les conflits théoriques. C’est dans cet esprit d’ouverture et de débat que le premier dossier Chorus de la Nouvelle Revue du Travail est consacré à la mise en œuvre du paradigme du don en matière de sociologie du travail. Alain Caillé, le principal animateur du Mouvement Anti-Utilitariste en Sciences Sociales (MAUSS) et Norbert Alter, le contributeur essentiel d’inspiration maussienne pour la sociologie du travail et des organisations, reviennent dans deux textes inédits sur les vertus heuristiques de la théorie du don contre-don pour appréhender le monde du travail et ses mutations. La NRT ouvre ensuite le débat avec ces deux auteurs.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Caillé (2007) distingue le registre de la socialité primaire « dans lequel les relations entre les (...)

1Dans le sillage de L’essai sur le don de Marcel Mauss [2009, (1923-1924)], le Mouvement anti-utilitariste en sciences sociales (MAUSS) adossé à sa revue éponyme créée en 1981 s’emploie depuis trente ans à dégager le paradigme du don, mais ce n’est que récemment que celui-ci se voit mobilisé de façon systématique pour analyser les relations de travail. Fallait-il sans doute avant de pouvoir regarder le monde du travail à travers les lunettes du don, déjà montrer que les observations concernant les sociétés archaïques pouvaient être étendues aux sociétés modernes comme Mauss lui-même l’affirmait en conclusion de son essai ? Les auteurs réunis autour de la Revue du MAUSS s’y attacheront. Alain Caillé (2007), en chef de file, va ainsi montrer comment sociétés, organisations et individus sont modelés par la triple obligation de donner, recevoir et rendre. « La société primaire est encore vivante » : les mécanismes du don et contre-don qui la caractérisent opèrent toujours dans la société moderne qui « fait naître de nouvelles formes de don qui viennent compenser les froideurs et l’impersonnalité de la socialité secondaire1, du marché, de l’État et de la science. » (p. 12).

2Pourquoi alors ne pas reconsidérer les relations de travail à partir de ce « tiers paradigme » qui procède à une dialectisation systématique (mais asymétrique) des pôles de l’obligation et de la liberté, de l’intérêt pour soi et de l’intérêt pour autrui (voir la contribution d’Alain Caillé pour ce dossier) ? La théorie du MAUSS, partant de l’idée que « le don constitue le moteur et le performateur par excellence des alliances » (Caillé, 2007, 19), n’ouvre-t-il pas de nouvelles voies pour penser la coopération en entreprise ?

3Norbert Alter (2009), en puisant dans la théorie de l’échange social que l’on trouve dans le paradigme du don, propose la contribution maussienne la plus aboutie pour comprendre ce qui se joue dans le travail. Formulant l’hypothèse qu’à l’intérieur des entreprises se déroule toute une série d’échanges obéissant à des prescriptions archaïques, il cherche à montrer comment la triple obligation de donner, recevoir et rendre structure la coopération verticale (entre employeur et salariés) et horizontale (entre salariés). Ni la contrainte sociale, ni la recherche de l’intérêt personnel ne suffiraient à expliquer les relations qui se forment dans les organisations, les interactions qui s’y déploient, les alliances qui s’y nouent… On ne pourrait saisir « le contenu réel, concret, des liens sociaux qui unissent les individus au travail » (voir la contribution de N. Alter dans ce dossier) sans étudier le système de prestations totales qui obligent ceux-ci non seulement de rendre « les cadeaux reçus » mais aussi d’en faire et d’en recevoir (Mauss, 2009).

4La Nouvelle Revue du Travail pour son premier numéro a souhaité consacrer la rubrique « Chorus » à la mise en œuvre du paradigme du don en matière de sociologie du travail. Deux contributions constituent le cœur de ce dossier, celle d’Alain Caillé, le principal animateur du MAUSS et celle de Norbert Alter, le contributeur essentiel d’inspiration maussienne pour la sociologie du travail et des organisations. Pour discuter l’apport du paradigme du don à la compréhension de ce qui se joue dans le travail, dans sa « modernisation » et dans les crises qui peuvent l’affecter, la NRT les a interpellés autour de quatre séries de questions portant sur les « vertus heuristiques » de la théorie du don, sa nature paradigmatique, la double vérité et du travail et du don, la persistance des formes primitives d’échange sous l’emprise du management moderne.

Les « vertus heuristiques » de la théorie du don pour appréhender le monde du travail et ses mutations

5« Quelle force y a-t-il dans la chose qu’on donne qui fait que le donateur la rend ? » La question que pose Marcel Mauss [2009, (1923-1924)] à propos des prestations et contre prestations entre les tribus de Mélanésie, de Polynésie et du nord-ouest de l’Amérique peut-elle valoir pour « les communautés » modernes de travail ?

6Quelles sont les « vertus heuristiques » (Alter, 2002) de la triple obligation faite aux hommes de donner, recevoir et rendre pour appréhender le monde du travail et ses mutations ? Comment « les prestations sans marché », « les formes archaïques de contrat » analysées par Mauss peuvent-elles rendre compte des relations entre employeurs et salariés dans les organisations modernes ? Le travail qui, pour d’aucuns, est mesure de toute marchandise peut-il s’interpréter avec la théorie du don ? Logique salariale et logique du don peuvent-elles coexister encore ensemble dans un contexte d’élargissement de la base spatiale et sociale des rapports capitalistes de production, laissant de moins en moins de place à la « société première » (Caillé, 2007) ?

7L’universalité supposée du don contre-don n’achoppe-t-elle pas sur la forme quasi objective, historiquement spécifique, de médiation sociale, qui sert pour Moïshe Postone (2009) de fondement social aux traits essentiels de la modernité : le travail sous le capitalisme ? Ce dernier continue-t-il d’engendrer des formes primitives d’échange de type don contre-don lui permettant de faire société ? Que nous enseignent les enquêtes de terrain qui mobilisent le paradigme maussien ?

Le don contre-don : quel « tiers paradigme » pour expliquer la réalité contemporaine du travail ?

8La proposition du « tiers paradigme » (Caillé, 2007) comme dépassement de la tension irrésolue entre les deux paradigmes qui se partagent les sciences sociales – individualisme et holisme méthodologiques – est-elle productrice de nouvelles connaissances pour la sociologie du travail ? Comment cette dernière s’en empare-t-elle, notamment pour sortir des vieilles oppositions structurantes de la discipline : autonomie/contrôle, coopération/conflit, individuel/collectif, subjectif/objectif… et recombiner les niveaux micro- et macrosociologiques ?

9Quelle est la portée paradigmatique du don contre-don ? Les prestations sociales de type agonistique sont-elles encore possibles avec le développement d’un ordre économique et social caractérisé par la calculabilité et la prévisibilité [Weber, 1971, (1922)] ? Les pratiques d’échanges du type potlatch ou kula par exemples ne renvoient-elles pas dans nos sociétés modernes qu’à certaines logiques (celle de l’économie des biens symboliques…) ou/et certains secteurs d’activité (celui du « tiers secteur »…) ?

10Plus globalement, l’institution du don qui semble se diluer dans l’institution cardinale du capitalisme qu’est l’entreprise peut-elle rendre compte des relations sociales qui s’y nouent ? La théorie du don contre-don vise-t-elle in fine à se substituer aux autres théories de l’entreprise capitaliste (théorie libérale du marché et théorie marxiste des rapports de production et de l’exploitation capitaliste) pour expliquer les relations d’échange dans l’entreprise ? Sinon, comment combiner ces deux genres de thèse (la thèse maussienne et l’une des deux théories macro-sociales : libéralisme ou marxisme) à un niveau paradigmatique ?

Double vérité du don, double vérité du travail

11La double vérité – et du don, et du travail – mise au jour par Pierre Bourdieu (1997) est-elle prise en compte chez les auteurs qui placent leurs pas dans ceux de Mauss ? Appréhender le travail salarié par le paradigme du don contre-don ne risque-t-il pas de conduire à dissimuler et transfigurer la vérité objective de la relation de domination et les conditions structurales qui rendent possible son exercice ? La perception du don aux collègues et plus encore à l’entreprise n’est-elle pas un masque à l’aliénation, une violence symbolique inhérente au fonctionnement même de l’aliénation : le déni de la domination et du travail pour autrui ?

12Mettre la focale sur les coopérations et les alliances ne consiste-t-il pas à ne voir que la vérité subjective du don et du travail et par là même à contribuer à la dominance du paradigme du compromis qui pose avant tout l’entreprise comme une forme d’accord avant d’être une structure supportant un projet de domination ?

13Le prisme du don n’engage-t-il pas le sociologue du travail à repenser certaines interprétations, à reconsidérer certaines catégories. Aussi pour exemple, l’informel ne passe-t-il pas du statut de marge (c’est bien une autre logique qui anime l’entreprise : production de biens et de service et recherche de profits) à un statut de paradigme structurant les échanges sociaux dans l’entreprise ? N’en trouve-t-on pas d’ailleurs la preuve chez Alter (2009) lorsqu’il est affirmé que donner au tiers (différent de donner aux autres) conduit à la construction du collectif, qui est tout à la fois le collectif de travail ET l’entreprise (la différence entre les deux n’est abordée que dans une parenthèse) ? Dans le même sens, affirmer qu’il n’y a pas d’unité de mesure du don, ne tend-il pas à niveler les différences d’enjeux dans l’entreprise entre les échanges microsociaux horizontaux et la structure générale de l’entreprise avec son système hiérarchique ? Enfin, l’absence de délai (pour rendre) n’est-elle pas très éloignée de la pression par le temps, de la dictature de l’urgence qui règne dans l’entreprise aujourd’hui ? Peut-on alors utiliser le paradigme maussien pour rendre compte de la vie de l’entreprise aujourd’hui ?

L’engagement altruiste à l’épreuve de la modernisation managériale

14Puisqu’il n’y a pas une forme unique de don mais plusieurs, quelles sont celles qui caractérisent le travail aujourd’hui ? Le management moderne n’appelle-t-il pas de nouvelles formes de mise au travail où la mobilisation de la subjectivité est désormais requise ? Mais les conditions contemporaines permettent-elles l’émergence de situations où, les salariés se mobilisant de façon plus autonome et plus personnelle, la notion de don et de contribution à la société prendrait tout son sens, celui analysé par Durkheim (Linhart, 2009) ? Les mutations organisationnelles et managériales ne sapent-elles pas au contraire la fonction socialisatrice et la dimension altruiste du travail sans lesquelles il nous est impossible de réaliser en nous les traits essentiels du type collectif ?

15D’un autre côté, parce que le travail se fait jour essentiellement dans ses formes aliénées, faut-il pour autant évacuer les analyses en termes de don et le considérer uniquement comme un rapport d’exploitation ? Peut-on comprendre l’engagement subjectif des salariés en réduisant le travail à un simple échange économique, en pensant cet engagement de soi comme le seul résultat d’une sorte d’« entreprise d’orthopédie sociale » (Foucault, 1975) à laquelle participerait la socialisation managériale à l’économie du don ? La théorie du don de Marcel Mauss, parce qu’elle réintègre l’économique dans le social n’offre-t-elle pas de nouvelles pistes pour véritablement comprendre ce qui se joue dans le travail sous l’emprise managériale ?

16Les deux auteurs avaient toute latitude pour répondre à cet ensemble de questions. Norbert Alter l’a fait en reprenant le canevas proposé, Alain Caillé en resituant la perspective du MAUSS et en montrant comment les lunettes du don qu’emprunte Norbert Alter permettent de mieux voir ce qu’il y a dans la boîte noire des organisations. Les réponses qu’ils font aux questions complémentaires de la NRT concernant leur texte précisent leur point de vue.

Présentation des auteurs

Alain Caillé

17Alain Caillé est professeur de sociologie à l’Université Paris Ouest-Nanterre La Défense et co-directeur de l’équipe d’accueil SOPHIAPOL (Laboratoire de sociologie, philosophie et anthropologie politiques). Il est par ailleurs le fondateur et animateur de La Revue du MAUSS publiée aux Éditions La Découverte. Il propose dans ses travaux une critique radicale de l’économie contemporaine et de l’utilitarisme dans les sciences sociales. En s’appuyant sur l’œuvre de Marcel Mauss, en particulier l’Essai sur le don, il s’emploie à dégager un « tiers paradigme » – celui du don – irréductible aux paradigmes dominants de l’individualisme et du holisme méthodologiques qui lui permet de jeter les bases d’une sociologie vraiment générale. Il est l’auteur de nombreux ouvrages parmi lesquels : Critique de la raison utilitaire, Paris, La Découverte, 1989 ; L’esprit du don (avec Jacques Godbout), Paris, La Découverte, 1992 ; Don, intérêt et intéressement. Bourdieu, Mauss, Platon et quelques autres, Paris, La Découverte, 1994 ; Anthropologie du don. Le tiers paradigme, Paris, La Découverte, 2007 ; La quête de la reconnaissance – nouveau phénomène social (sous la direction de), Paris, La Découverte, 2007 ; Théorie anti-utilitariste de l’action : fragments d’une sociologie générale, Paris, La Découverte, 2009.

Norbert Alter

18Norbert Alter a passé treize années à France Telecom, avant d’entrer au CNAM, puis à l’université Paris Dauphine, en 1993. Il y est professeur de sociologie, membre du Laboratoire DRM (Dauphine Recherche Management), après avoir dirigé le CERSO (Centre d’études et de sociologie des organisations) de 2000 à 2008. Il interroge, empiriquement et théoriquement, l’articulation entre sciences humaines et rationalité gestionnaire. L’analyse de la dynamique des organisations contemporaines l’amène ainsi à mettre en évidence que la recherche de reconnaissance et d’autonomie conduit les « petits acteurs » du quotidien à produire l’innovation réelle, bien plus que les décisions en la matière. Il s’intéresse également à l’énigme de la coopération en entreprise en reconsidérant les relations de travail à partir des perspectives développées par les anthropologues à propos des dons et contre-dons qui organisaient les sociétés « primitives ». Il a publié entre autres : La gestion du désordre en entreprise, Paris, L’Harmattan, 1990 ; Sociologie de l’entreprise et de l’innovation, Paris, PUF, 1996 ; L’innovation ordinaire, Paris, PUF, 2000 ; Sociologie du monde du travail (sous la direction de), Paris, PUF, 2006 ; Donner et prendre. La coopération en entreprise, Paris, La Découverte, 2009. Il est actuellement codirecteur du master « Management, travail et développement social ».

Haut de page

Bibliographie

Des DOI (Digital Object Identifier) sont automatiquement ajoutés aux références par Bilbo, l'outil d'annotation bibliographique d'OpenEdition.
Les utilisateurs des institutions abonnées à l'un des programmes freemium d'OpenEdition peuvent télécharger les références bibliographiques pour lesquelles Bilbo a trouvé un DOI.
Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.
Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Alter Norbert (2002), « Théorie du don et sociologie du monde du travail », Revue du MAUSS, n° 20/2, 263-285.
DOI : 10.3917/rdm.020.0263

Alter Norbert (2009), Donner et prendre, Paris, La Découverte.

Bourdieu Pierre (1997), Méditations pascaliennes, Paris, Le Seuil.

Caillé Alain (2007), Anthropologie du don, Paris, La Découverte.

Linhart Danièle (2009), Travailler sans les autres ?, Paris, Le Seuil.

Mauss Marcel (2009), Essai sur le don, Paris, PUF (texte extrait de L’Année sociologique, seconde série, 1923-1924, tome 1).

Postone Moishe (2009), Temps, travail et domination sociale, Paris, Mille et une nuits.

Weber Max (1971 [1922]), Économie et société, Paris, Plon, tome 1.

Haut de page

Notes

1 Caillé (2007) distingue le registre de la socialité primaire « dans lequel les relations entre les personnes sont réputées l’emporter ou devoir l’emporter en importance sur les rôles fonctionnels qu’elles jouent » de celui de la socialité secondaire où « c’est la fonctionnalité des acteurs sociaux qui importe plus que leur personnalité » (p. 86).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Lionel Jacquot, « Peut-on penser le travail par le don ? Présentation du débat », La nouvelle revue du travail [En ligne], 1 | 2012, mis en ligne le 10 décembre 2012, consulté le 04 décembre 2016. URL : http://nrt.revues.org/288 ; DOI : 10.4000/nrt.288

Haut de page

Auteur

Lionel Jacquot

Laboratoire Lorrain de Sciences Sociales, 2L2S

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo La NRT est soutenue financièrement par
  • Logo CNRS INSHS
  • Logo Centre Pierre Naville - Université d'Evry
  • Logo Laboratoire Printemps (professions, institutions et temporalités)
  • Logo Centre Emile Durkheim
  • Logo Laboratoire lorrain de sciences sociales - Université de Lorraine
  • Logo IRISSO - Dauphine université Paris
  • Logo Multidisciplinaria de Estudios sobre el Trabajo (UMEST) - Universidad Autónoma de Querétaro
  • Logo La NRT est aussi reconnue et soutenue par
  • Logo HCERS
  • Logo Fondation Maison des sciences de l'homme
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org