Navigation – Plan du site
Corpus – Les espaces du travail

Quand espace et objet de travail se confondent

Le cas du nettoyage
Merging spaces and objects of work: the example of cleaning activities
Cuando el espacio y el objeto de trabajo son confundidos: el caso de la limpieza
François Reyssat

Résumés

Cet article s'intéresse à l'organisation des espaces de travail dans le secteur du nettoyage, et à l’appropriation de ces espaces par les travailleurs et travailleuses. En étudiant différentes configurations de travail, l’article met en avant les enjeux spécifiques que revêt l’espace dans l’activité de nettoyage, et les incidences que cela peut avoir sur les pratiques et les relations de pouvoir. L’espace, qui est à la fois le cadre et l’objet du travail, y est toujours partagé avec d’autres, ce qui donne lieu à des pratiques contrastées notamment de mise en visibilité ou d’invisibilité du travail. À travers l’exemple du nettoyage, l’article montre ainsi que l'espace de travail constitue à la fois un lieu où se déploient les rapports de pouvoir, des contraintes, mais aussi des ressources pour les individus.

Haut de page

Entrées d’index

Palabras claves :

limpieza, poder, espacio, visibilización
Haut de page

Texte intégral

1S’il est une caractéristique commune à la quasi-totalité des espaces de travail, c’est bien celle de présenter un enjeu de nettoyage. Que cet enjeu se déploie à un niveau très local – comme dans le cas d’un espace de bureaux – ou plus global – quand se pose par exemple la question écologique –, la question de « qui nettoie » semble toujours se poser. Le nettoyage tel que je l’entendrai ici est une activité de travail ouvrier rémunéré consistant à retirer la souillure d’un espace considéré comme sale jusqu’à atteindre un état de propreté, c’est-à-dire d’absence de souillure, plus ou moins convenu d’avance. Cette définition, relativement restrictive, laisse de côté le travail de nettoyage exécuté pour son propre compte, tout comme le travail domestique quand il ne fait pas l’objet d’un contrat de travail.

  • 1 Source : enquête emploi 2012, Insee, calculs réalisés par l’auteur (sauf précision, tous les chiffr (...)
  • 2 Le salaire net mensuel redressé des nettoyeurs, à âge, sexe, statut migratoire, et niveau d’études (...)

2Le nettoyage entretient avec la notion d’espace de travail une relation particulière : l’espace se confond avec l’objet du travail. Ce n’est pas une propriété de cette seule activité – les ouvriers du bâtiment partagent avec les nettoyeurs l’expérience de cette confusion –, mais elle change largement le rapport que l’on peut entretenir avec ses espaces de travail. Les mobilités spatiales au travail, la variété des environnements, la manière dont les rapports de pouvoir se déploient dans l’espace sont fortement impactées par cette caractéristique du travail. C’est à partir de ce point que je voudrais examiner les façons dont on exécute le travail de nettoyage. On connaît, à l’usine (Linhart, [1971] 2010) mais aussi pour les caissières (Benquet, 2009, 13), le poids de la dimension répétitive dans les métiers peu ou non qualifiés (Amossé et Chardon, 2006). Or cette dimension n’est pas très présente dans les discours des nettoyeurs et nettoyeuses rencontrés. Leur travail demande bien souvent une certaine mobilité spatiale, engendrée par cette confusion entre espace et objet du travail. Toujours disqualifié ou presque, le travail de nettoyage n’en est pas moins varié, et se déploie dans des espaces multiples (intérieurs et extérieurs, chauds et froids, ou encore exigus puis très étendus). Cette variabilité de l’espace constitue une caractéristique importante de cette activité. On peut ajouter à cela que les nettoyeurs et nettoyeuses eux-mêmes ont une stabilité dans l’emploi plutôt faible. Malgré un taux important de CDI (plus de 85 % des contrats), l’ancienneté des nettoyeurs et nettoyeuses est inférieure en moyenne de 46 mois à celle du reste de la population active occupée1. Cette caractéristique est liée d’une part au développement récent du secteur du nettoyage, mais également aux conditions de travail peu attractives2, qui poussent les travailleurs à rechercher des opportunités de mobilité professionnelle. Cette variation des espaces/objets de travail se traduit par un certain paradoxe pour les nettoyeurs et nettoyeuses, qui sont à la fois partout et nulle part. Partout puisque leur espace de travail est presque illimité – tout espace utilisé par d’autres est finalement un potentiel espace de travail de nettoyage. Nulle part parce qu’ils sont invisibilisés jusque dans les espaces/objets de travail les plus visibles, au moyen du décalage temporel ou de formes de mise à distance sociale.

L’enquête

  • 3 Par « racisation », et par extension par « racisés », on entend ici le processus par lequel des ind (...)

Cet article s’appuie sur une enquête menée en Île-de-France au cours de ma thèse de doctorat. Le recueil des données a eu lieu entre 2011 et 2013, période au cours de laquelle je me suis fait embaucher comme nettoyeur dans trois entreprises. La première, ClariNet, est une entreprise de nettoyage d’une trentaine de salariés. Elle présentait pour caractéristique d’être sous-traitante quasi exclusive de DiscountPlus, une chaîne de supermarchés. J’y suis resté quatre mois, travaillant le plus souvent le soir, parfois la nuit ou en journée, et presque toujours en équipe. Le personnel ouvrier y était exclusivement masculin, encadré par trois chefs d’équipe et un cadre. Certaines nuits, nous assurions un « nettoyage-choc », impliquant le démontage des rayonnages du magasin par une autre entreprise et un nettoyage plus en profondeur. J’ai ensuite travaillé pendant trois mois à la crèche des Bambins heureux, structure rassemblant une quinzaine de salariées de la petite enfance, deux agents de service (y compris moi-même) et une directrice. Cette crèche faisait partie d’un groupe comptant environ 500 crèches à l’époque. J’y travaillais à horaires fixes, en journée. Excepté moi-même, l’ensemble du personnel était féminin. J’ai réalisé ma dernière ethnographie dans une agence d’un groupe multiservice, Valévol, employant environ 40 000 personnes dans le secteur du nettoyage. J’ai été affecté pendant trois mois et demi au nettoyage d’un hôpital de banlieue parisienne, en compagnie d’une centaine d’autres ouvriers et ouvrières, de quatre chefs d’équipe, d’un chef de site, et d’un cadre supérieur. J’y étais affecté sur un poste « volant », qui m’a permis d’expérimenter la plupart des différentes activités de l’entreprise, en particulier le décapage – nettoyage en profondeur d’un sol « ciré » – , activité très valorisée, regroupant essentiellement les chefs d’équipes et quelques ouvriers (presque uniquement des hommes, le plus souvent non racisés3 contrairement à la majorité des ouvriers et ouvrières). Enfin, les données recueillies dans le cadre de ces observations ethnographiques ont été complétées par une analyse statistique à l’aide du logiciel R des données de l’enquête emploi 2012 menée par l’Insee.

3Cet article s’intéresse à l’organisation des espaces de travail, et à leur appropriation par les travailleurs et travailleuses. Il s’agira de montrer comment la confusion entre objet et espace de travail impacte les pratiques des ouvriers et ouvrières du nettoyage, produisant une configuration originale des rapports de pouvoir. En présentant tout d’abord la spécificité de la relation de service dans le nettoyage, et la confusion entre espace de travail et objet du travail, je monterai que les nettoyeurs, qui partagent quasi systématiquement leur espace de travail avec d’autres individus, sortent souvent perdants de ce partage, en particulier en situation de sous-traitance. Je monterai ensuite combien un autre enjeu, celui de la visibilité – et de l’invisibilité – du travail de nettoyage, se traduit dans les pratiques, et peut être source de conflits dans l’activité. Cela me permettra de terminer mon analyse sur la manière dont se déploient des rapports de pouvoir dans l’espace de travail.

Un partage inégalitaire de l’espace de travail

4Si l’espace de travail des nettoyeurs est particulier, c’est parce qu’il est toujours partagé avec d’autres. Dans le cas de cette enquête, qu’il s’agisse des caissiers ou des clients de DiscountPlus, des médecins, des aides-soignants ou des patients de l’hôpital, ou encore des salariées et des enfants de la crèche, les espaces nettoyés étaient utilisés, souvent simultanément, par un ou plusieurs autres groupes d’individus, qu’il s’agisse des « clients » – le terme pouvant dans le langage indigène désigner tout individu ayant un lien avec le donneur d’ordre, en particulier ses salariés, quand il y a sous-traitance – ou des « usagers » – ceux qui bénéficient du service de nettoyage, sans pour autant être intégrés à l’organisation du donneur d’ordres s’il existe. On notera ainsi que le terme de client n’est pas utilisé à la crèche, où la sous-traitance est absente.

La coprésence comme problème

5Si au départ le nettoyage est une activité industrielle, un fort processus d’externalisation l’a peu à peu transformé en une activité de services (Denis, 2008, 47). Son externalisation, officialisée par la création d’une branche professionnelle et la signature de la première convention collective en 1981, est toujours en cours. De ce fait, les nettoyeurs et nettoyeuses travaillent fréquemment en situation de sous-traitance, en rapport direct avec les salariés et/ou les représentants de la direction du « donneur d’ordres ». On notera d’ailleurs que sur les deux terrains où la sous-traitance est présente, la grande majorité des ouvriers et ouvrières ne se rendent que très rarement dans les locaux de leur employeur. Les nettoyeurs et nettoyeuses font alors face à une double dévalorisation de leur activité, liée d’une part à la désignation de leur travail comme « sale boulot » (Hughes, 1962), et d’autre part à la situation de sous-traitance. De ce point de vue, « le cas du travail de nettoyage […], plutôt que d’être une “curiosité”, pourrait très bien être le signe, dans une forme extrême, d’une tendance bien plus centrale » (Bernstein, 1985, 419, traduction de l’auteur), celle de la dégradation des conditions de travail en situation de sous-traitance. Cette dévalorisation est d’autant plus importante que la population des nettoyeurs et nettoyeuses est composée à 69 % de femmes, et à 38 % d’immigrés. En région parisienne, où s’est déroulée l’enquête ethnographique, la proportion d’immigrés atteint même les 78 %, différence qui s’explique par une présence deux fois plus importante des immigrés en Île-de-France, toutes professions confondues. En plus d’une dévalorisation liée à l’activité elle-même, s’ajoute ainsi pour une bonne partie des nettoyeurs et nettoyeuses une dévalorisation liée à leurs caractéristiques sociales de sexe et/ou d’appartenance ethnique.

6Le nettoyage industriel se caractérise par un problème essentiel, celui de la gêne, voire des conflits provoqués par l’exercice de deux activités de travail dans un même lieu. En effet, la nature même du travail étant de garder propre un lieu de travail, les nettoyeuses, nettoyeurs, et le personnel du donneur d’ordres se trouvent nécessairement en contact plus ou moins direct, avec des tâches qui ne sont pas toujours compatibles. Sur les terrains ethnographiques de mon enquête, j’ai été confronté à trois types de situations. Dans une minorité de cas, et uniquement à l’hôpital, j’ai été amené à réaliser des travaux de nettoyage dans des locaux non occupés. Qu’il s’agisse de travaux de nettoyage quotidien réalisés en horaires décalés ou de lourds travaux de nettoyage comme les décapages entraînant la fermeture complète des lieux à leurs occupants habituels. Le second type de situations consistait à l’inverse en une coprésence « totale » aux implications importantes. C’était le cas d’environ la moitié du temps de travail à ClariNet (lorsque les clients du supermarché et travailleurs de DiscountPlus étaient encore très présents, ou lors des « nettoyages-chocs »), d’une faible part du travail à la crèche, et d’environ la moitié du temps de travail à l’hôpital (en particulier lors du nettoyage quotidien des chambres). Enfin, l’essentiel du temps de travail à la crèche, et environ 50 % du temps de travail dans les deux autres lieux d’enquête, était passé en situation de « coprésence relative », à proximité d’autres individus, susceptibles d’interrompre parfois le travail de nettoyage, mais sans que cela soit directement problématique pour les uns ou les autres.

7Le problème de cette coprésence dans un espace est à double sens. « La réflexion sur la saleté implique la réflexion sur le rapport de l’ordre au désordre, de l’être au non-être, de la forme au manque de forme, de la vie à la mort » (Douglas, 2001, 27). Paradoxalement, bien qu’il soit là pour ranger, remettre de l’ordre, la présence du nettoyeur a toujours quelque chose de fondamentalement dérangeant pour ceux qui en sont les témoins, directs ou non. Le cadre dont on nettoie le bureau en son absence craint de voir son organisation perturbée. Les manutentionnaires d’un supermarché perdent du temps dans leur mise en rayon, provisoirement encombrés par les nettoyeurs. Le décapage d’un service de l’hôpital le rend inaccessible parfois plusieurs jours. La présence des nettoyeuses et des nettoyeurs a donc de multiples incidences sur les clients. Mais, à l’inverse, la présence de ces clients a également des incidences sur le travail des ouvriers et ouvrières du nettoyage. Il est parfois nécessaire d’attendre qu’un salarié du donneur d’ordres termine son activité pour pouvoir nettoyer un espace. À l’hôpital, quand quelqu’un renverse un baril de lessive, une tâche supplémentaire exceptionnelle est ajoutée au planning, et suppose de réorganiser son travail. Il arrive également qu’un sol encore humide soit foulé par d’autres travailleurs, et qu’il soit nécessaire de le nettoyer à nouveau. La double présence des nettoyeurs et des clients, combinée aux « multiples aléas et dilemmes auxquels sont confrontés les métiers de service » (Osty, 2013, 76), engendre donc une nécessité d’adaptation pour que chacun puisse faire son travail. Or ce sont aux nettoyeurs et nettoyeuses de s’adapter le plus souvent, à l’instar d’autres travailleurs de la sous-traitance comme les agents de sécurité, du fait du « caractère précaire et illégitime de leur statut professionnel » (Péroumal, 2008, 12).

Quand s’adapter devient un impératif social

8Les nettoyeurs et les nettoyeuses subissent un impératif d’adaptation, pour deux raisons essentielles. La première tient à la dévalorisation du travail de nettoyage par rapport à celui des « bénéficiaires » : comme le dit Benelli, « incontestablement, le travail des bénéficiaires est considéré comme prioritaire par rapport à celui des nettoyeuses, priorité qui est intériorisée et par le personnel de nettoyage, et par les bénéficiaires » (Benelli, 2011, 154). La deuxième est liée au fait que le nettoyage peut impacter directement l’activité des salariés du donneur d’ordres. « Quand on vous voit, on sait que ça va être la merde », nous dit un soir une chef de magasin DiscountPlus, rappelant que nous sommes pour elle avant tout un problème. Cette désignation engendre un impératif social pour les nettoyeurs : ne pas déranger, ou le moins possible.

9Lors des nettoyages courants des magasins à ClariNet, il est possible de distinguer deux types de tâches. Les premières, comme le nettoyage des étiquettes, des congélateurs, ou des extincteurs, peuvent être réalisées dès notre arrivée, alors que le magasin est encore ouvert au public. Les secondes, comme le nettoyage des caisses, ou celui des sols, nécessite la fermeture au moins partielle du lieu, ce qui contraint fortement l’activité et peut être source de gêne, voire de conflits :

  • 4 Citations extraites de carnets de terrain (les ajouts, suppressions ou modifications postérieurs au (...)

Vers 19 h 30, on a fini la majorité du travail, mais le magasin ferme à 20 h, impossible d’attaquer les caisses. Du coup, on reste à ne pas faire grand-chose, on essaye de prendre un peu d’avance [...]. Enfin, on peut commencer les caisses, les deux libres sont faites assez vite (on est quatre dessus). Il en reste deux, et manifestement le chef de magasin a décidé de faire ses comptes dessus... du coup, on est bloqué. Personne ne lui dit rien, mais Daouda n’a plus rien à faire, on voit bien qu’il attend de pouvoir se mettre au travail dessus. Mais l’homme ne bouge pas, comme s’il ne nous voyait pas4.

10Alors que nous attendions la fermeture du magasin pour terminer le nettoyage des caisses, notre organisation se trouve perturbée par le choix du chef de magasin de mobiliser l’espace pour faire ses comptes. Nous pourrions lui demander de se déplacer, afin de pouvoir continuer le travail. Mais, et c’est là que se manifeste l’impératif social à ne pas déranger, nous préférons attendre. Tout au plus, Daouda ira jusqu’à attendre ostensiblement, pour manifester le problème, mais il ne nous vient pas à l’esprit de demander au chef de magasin d’aller faire ses comptes ailleurs.

11D’une manière générale, et tout particulièrement quand il y a sous-traitance, la priorité accordée au travail des clients est difficilement contestable. À l’inverse, c’est à la crèche, où les salariées se connaissent bien et travaillent pour le même employeur, que la prise en compte du travail de nettoyage par les autres travailleurs est sans doute la plus évidente. Il n’est pas rare (mais pas non plus systématique) que des professionnelles de la petite enfance préfèrent rebrousser chemin et attendre plutôt que de marcher sur un sol humide, ou qu’elles accélèrent le repas d’un enfant pour permettre à l’agent de service de gagner du temps. Cela nous amène à la seconde cause de l’impératif d’adaptation pour les nettoyeurs et les nettoyeuses : la nature même de leur travail.

12S’il existe en effet un impératif social à l’adaptation des nettoyeurs et des nettoyeuses, c’est aussi pour des raisons plus matérielles, liées au caractère éphémère du travail. Celui-ci a pour caractéristique de ne pas se définir par la production (d’un espace propre par exemple), mais bien plus par le résultat, celui d’une absence (du sale, de traces). Anne Flottes, à propos d’agents d’un service de voirie explique que leur travail « n’est pas de fabriquer de la propreté, mais de lutter contre l’envahissement par les ordures, la végétation, la neige, le verglas » (Flottes, 2004, 151). Or, la présence des clients et des usagers constitue de facto la principale source de saleté dans bien des situations. Loin de ne constituer qu’un élément perturbateur, l’activité de ces personnes est ce qui rend indispensable la répétition des mêmes gestes de nettoyage jour après jour. Dès lors, attendre la fin de cette activité, au moins un certain temps, demeure souvent le meilleur moyen pour les nettoyeurs et nettoyeuses d’assurer un résultat satisfaisant.

Travail visible/travail invisible

13Certains enjeux pointés dans des travaux sur les femmes de chambre (Puech, 2004 ; Testenoire, 2010), en particulier celui de l’invisibilisation du travail, ne sont pas sans rappeler ceux qui se posent aux nettoyeurs. Testenoire explique ainsi que « tout se passe comme s’il fallait faire disparaître du champ de vision du client les activités de réparation, liées à sa présence » (Testenoire, 2010, 92). Hélène Bretin avait déjà décelé l’importance de cet aspect dans son enquête sur les nettoyeuses – de Paris et Montréal dans les années 1990 : « La mise au propre ne doit pas entraver, ou le moins possible, le déroulement des activités. » (Bretin, 2000, 95)

L’invisibilisation du nettoyage et des nettoyeurs

14Plutôt que d’envisager uniquement la question du visible et de l’invisible, c’est davantage « l’invisibilisation du travail comme processus » (Krinsky & Simonet, 2012, 10) qu’il faut considérer ici. Ce dont il s’agit en effet est moins l’état d’invisibilité du travail de nettoyage et de ses exécutants, que l’organisation sociale tendant à invisibiliser le premier comme les seconds.

15C’est d’abord dans une dimension temporelle que prend place l’invisibilisation du travail de nettoyage. On connaît l’importance de la problématique des horaires décalés dans ce secteur (Barnier, 2011 ; De Troyer, Lebeer & Martinez, 2013). Mais si ce décalage temporel existe, c’est bien parce que la nature du travail de nettoyage rend tout décalage spatial impossible : il n’existe pas dans le nettoyage de délocalisation spatiale de la production. C’est le décalage temporel qui permet d’invisibiliser un travail qui se déroule dans un même espace. Le nettoyage des espaces où se déroulent les activités des enfants à la crèche se fait ainsi majoritairement lors des temps de sieste, qui sont aussi les temps de pause des professionnelles de la petite enfance. À l’hôpital, quand je suis chargé de nettoyer des vestiaires, ma hiérarchie comme les bénéficiaires m’invitent à réaliser cette tâche une fois passé le pic de fréquentation du lieu.

  • 5 L’article R4228-5 du Code du travail impose en effet que les entreprises prévoient des installation (...)

16S’il n’est pas possible de délocaliser spatialement la production, il n’en est pas toujours de même des producteurs. Si l’on tient compte du fait que l’activité directement productive est loin de recouper totalement l’activité de travail – qui comprend également les temps de transport, de pause, ou encore de préparation –, des formes d’invisibilisation spatiales ressurgissent. L’emplacement des vestiaires est assez significatif de ce point de vue. Dans aucune des trois entreprises les nettoyeurs et nettoyeuses ne partagent les vestiaires avec les autres travailleurs. Certes, les différences de traitement entre salariés des donneurs d’ordres et des sous-traitants ne sont pas nouvelles, et sont à l’origine d’un « processus de segmentation du monde ouvrier » comme cela a pu être montré sur les chantiers navals de Saint-Nazaire (Seiller, 2014). Mais la sous-traitance n’est pas le seul ressort de cette séparation des vestiaires, preuve en est le cas de la crèche où le nettoyage n’est pas sous-traité. Une pièce spécifique constitue le vestiaire des salariées de la petite enfance. Si j’en suis aussi exclu du fait de mon sexe, rien ne s’opposerait à ce que Stéphanie, ma (et leur) collègue agente de service, l’utilise. Pourtant, nous utilisons tous deux des casiers situés dans l’espace de la lingerie, qui constitue avec la cuisine et un minuscule local de stockage la seule pièce qui nous est clairement dévolue dans la crèche. La nécessité de mettre à distance les nettoyeurs et nettoyeuses dépasse donc jusqu’à la norme – et la réglementation5 – de non-mixité. À ClariNet, les vestiaires sont simplement inexistants. Ceux qui se changent le font aux toilettes ou dans leur voiture. Ici, la sous-traitance semble le principal facteur à jouer, puisque d’autres sous-traitants sont eux aussi dépourvus de vestiaires. Enfin, à Valévol, la plupart des nettoyeurs et nettoyeuses utilisent des vestiaires qui leur sont propres, situés au second sous-sol d’un bâtiment de l’hôpital. S’ils ne sont pas seuls dans ce cas, on notera toutefois que les autres travailleurs concernés sont des infirmiers, ou encore des aides-soignants, soit des individus subissant également une invisibilisation au travail (Arborio, 1995). Le niveau de qualification semble ici être un facteur important d’invisibilisation, mais ce n’est pas le seul, puisque l’on trouve également dans ces sous-sols des travailleurs plus qualifiés, comme ceux du service informatique.

17L’espace des vestiaires n’est cependant pas le seul à être relégué dans des zones éloignées et peu visibles. Il en est de même des lieux de préparation du nettoyage. Ainsi, lors du nettoyage des magasins DiscountPlus, le matériel est en partie laissé dans la camionnette de ClariNet, garée sur le parking. Si une partie du matériel est emportée à l’intérieur du magasin au moyen d’un caddie, ce dernier est laissé dans la réserve, souvent dans sa partie la plus reculée. À l’hôpital, comme à la crèche, les espaces de stockage du matériel sont relégués aux extrémités des bâtiments ou dans les niveaux inférieurs. Presque toujours sans fenêtres, c’est dans ces locaux que se déroulent toutes les activités pré- et postnettoyage. On y prépare les produits utilisés, on y nettoie son matériel, mais on y laisse aussi des affaires personnelles, et l’on s’y retrouve entre nettoyeurs pour les pauses ou le démarrage d’une nouvelle tâche. Toutes les activités qui n’ont pas directement trait à l’espace nettoyé sont ainsi déplacées dans des zones peu visibles, c’est-à-dire mal éclairées et éloignées. En particulier, si le regard des autres travailleurs peut parfois se porter sur ces espaces, c’est très rarement le cas de celui des autres usagers des lieux, ces locaux dédiés étant généralement placés dans des endroits interdits au public ou peu susceptibles d’être traversés. Ce fait est d’autant plus important qu’il peut influer sur la santé mentale. Il a été montré chez les femmes de chambre combien l’invisibilisation et la non-reconnaissance du travail peut avoir des effets sur cet aspect de la santé au travail (Lada, 2009, 20). Le cas de Stéphanie, agente de service de la crèche, a retenu mon attention, car la proximité de nos rapports m’ont permis d’accéder à un certain nombre d’informations, comme le fait qu’elle souffre de dépression ou qu’elle ait une consommation élevée de benzodiazépines. Il y a cependant tout lieu de penser que la souffrance de Stéphanie soit liée à son travail – elle l’exprimait ainsi régulièrement –, et que sa situation ne soit pas isolée. C’est d’ailleurs ce que suggèrent certains résultats de l’enquête Sumer 2010 de la Dares : les personnes dont la fonction principale est « nettoyage, gardiennage, entretien ménager » sont 24,3 % à déclarer subir au moins un « comportement hostile » au travail, ce qui en fait la fonction la plus touchée après la manutention (25,6 %). Surtout, 4,4 % de ces personnes déclarent les atteintes les plus graves, ce qui fait de cette catégorie la plus touchée par les « atteintes dégradantes » au travail (Dares, 2014, 7).

18De la même manière que les conséquences négatives de la coprésence s’abattent en premier lieu sur les individus cumulant les caractéristiques sociales stigmatisées (femmes, individus racisés, moins diplômés), ce sont aussi ces derniers que frappent en premier lieu les phénomènes d’invisibilisation. C’est l’une des conséquences de la répartition sexuée du travail à l’hôpital, qui voit l’usage des machines quasi exclusivement réservé aux hommes, et le nettoyage non mécanisé prioritairement attribué aux femmes. L’usage de machines (autolaveuses portées ou non portées, lustreuses, décapeuses, aspirateurs) présente en effet, au-delà de la valorisation par l’aspect technique de la tâche, un avantage non négligeable : celui d’imposer une certaine présence. En particulier, le bruit produit par la plupart de ces machines rend impossible d’ignorer totalement la présence du nettoyeur. De la même manière, l’attribution des tenues de travail, insuffisante à ClariNet comme à Valévol (mais pas à la crèche), permet elle aussi une forme de différenciation. À ClariNet, seul Ahmed, l’unique cadre de l’entreprise, porte régulièrement des tenues avec le nom de l’entreprise, l’identifiant clairement comme travailleur. La plupart des ouvriers n’en disposent pas. À Valévol, les tenues sont, elles aussi, distribuées avec parcimonie, et seuls quelques-uns (en particulier les chefs d’équipe, mais aussi des membres de l’équipe de décapage) bénéficiaient de tenues identifiables en nombre suffisant. Ici encore, la sous-traitance semble favoriser ces processus. À l’inverse, l’ensemble des salariées de la crèche – quel que soit le sexe, le type de contrat ou même la profession – dispose des mêmes polos de l’entreprise.

Une surveillance omniprésente

19Cette invisibilisation du nettoyage et des nettoyeurs n’est toutefois pas sans présenter de paradoxe. Car si la présence de ces ouvriers et ouvrières dérange, elle fait aussi l’objet d’une surveillance constante. Le travail de nettoyage se caractérise par un contrôle omniprésent, assuré tant par la hiérarchie des entreprises sous-traitantes que par celle des donneurs d’ordres, mais aussi par l’ensemble des usagers des lieux, si bien que l’on pourrait sans doute parler ici de la constitution d’un véritable « espace disciplinaire » (Foucault, [1975] 2011, 168). « Maintenir dans le temps un état de propreté jugé satisfaisant engage des exigences diverses et de niveau variable : celles de l’exécutant, celles des responsables de site, celles des donneurs d’ordres quand le service est sous-traité, et celles des usagers des lieux concernés. » (Bretin, 2011, 29) Ces exigences diverses se traduisent dans une évaluation constante du travail de nettoyage. Cette évaluation par toutes et tous est rendue possible par la désignation de ce travail comme sale boulot. Le travail de nettoyage, tout particulièrement quand il n’est pas mécanisé, est socialement considéré comme ne nécessitant pas ou peu de compétences ; il est dévalorisé, car souvent renvoyé du côté du « ménage », des tâches domestiques. L’absence supposée de compétence pour être nettoyeurs ou nettoyeuses amène les travailleurs de l’entreprise cliente à considérer qu’ils sont capables d’évaluer la qualité d’un travail de nettoyage.

20L’évaluation du travail des nettoyeurs et des nettoyeuses engage donc un type de relation sociale très présent dans leur quotidien, et ce notamment quand il s’agit d’interagir avec des clients et des usagers. Cette évaluation peut prendre plusieurs formes, mais la plus évidente est celle des remontrances ou des conseils donnés. À Valévol, par exemple, après quelques jours de travail, je croise Vincent, un ouvrier de la chaîne de restauration. Je m’apprête à nettoyer un préau, où les travailleurs prennent leurs pauses. Vincent me dit, en désignant le cendrier, qui était plein ce matin et qui est vide maintenant :

Vincent : Ça, il faut vider, hein ? Là, c’est moi qui ai vidé !
François : Oui, je comptais justement le faire en faisant le sol... mais merci beaucoup.
Vincent : Ah oui, il faut penser à ça, hein ?

21Il est ici assez évident que Vincent s’estime légitime à me dire comment faire mon travail, et notamment à quel moment vider ce cendrier. C’est là une manifestation subtile de la surveillance continue dont font l’objet les nettoyeurs et nettoyeuses de l’hôpital. D’autres sont plus évidentes. Ainsi, de par mon statut de remplaçant, je ne suis pas tenu de pointer lors de mon arrivée au travail. Après quelques jours, je demande à Stéphane, le chef de site, si je dois vraiment passer par le « local de pointage » en arrivant, au lieu de rejoindre directement mon lieu de travail. Il me répond d’un simple « oui, c’est mieux », en montrant ses yeux puis les miens, illustrant très bien le but de ma venue : être vu par la hiérarchie. Cette surveillance est présente sur les trois terrains mais se différencient par la manière dont elle se manifeste. Si à l’hôpital, elle est très explicite, c’est beaucoup moins le cas à la crèche où les remarques sont par ailleurs plus souvent positives. Et si la connaissance qu’ont les nettoyeurs des espaces de l’hôpital les met relativement à l’abri de l’évaluation provenant des patients, c’est l’inverse qui se produit à DiscountPlus, où les clients du supermarché n’hésitent pas à donner leur avis sur le travail réalisé.

L’espace traversé par les rapports de pouvoir

22Les mécanismes d’invisibilisation et de surveillance sont importants à saisir, car ils sont porteurs de sens dans l’actualisation des rapports de pouvoir au travail. Pour autant, l’espace de travail, en tant qu’il peut notamment être réapproprié par les ouvriers et ouvrières, ne constitue pas seulement une contrainte, mais il est aussi le lieu même du pouvoir, et potentiellement des ressources pour résister à la domination.

La territorialisation des rapports de pouvoir

23Les modes d’occupation des espaces de travail au quotidien peuvent en dire long sur les rapports de pouvoir qui structurent les relations entre nettoyeurs, hiérarchies, ou encore entre clients et usagers. Parmi le personnel de la crèche, deux groupes sociaux étaient clairement constitués. Le premier rassemblait des professionnelles de la petite enfance, toutes blanches, souvent diplômées. Le groupe était notamment identifiable par le fait que ses membres déjeunaient ensemble chaque fois que possible. Le second groupe était constitué de trois personnes : Stéphanie (agente de service, fille d’immigré portugais), Fanny et Floriane (professionnelles de la petite enfance, racisées et non diplômées du secteur), qui elles aussi déjeunaient parfois ensemble, mais à l’extérieur. Le niveau de diplôme est ici un indicateur d’autant plus parlant que plus de 65 % des nettoyeurs et nettoyeuses ont un niveau de diplôme égal ou inférieur au brevet des collèges (contre 21 % dans la population active occupée). Le reste des individus, chercheur compris, n’étaient pas clairement rattachés à l’un ou l’autre de ces groupes, mais devaient en permanence se situer par rapport à eux. Ma présence quotidienne dans les espaces associés au second groupe, comme la lingerie, m’a ainsi empêché d’accéder à certaines conversations du premier groupe.

  • 6 J’emprunte le mot à Francine Muel-Dreyfus, auteure de l’introduction à l’article cité.

24La principale manifestation de l’existence de ces groupes consistait en d’incessants commérages s’échangeant entre les individus d’un même groupe. Il faut ici entendre commérages au sens de Norbert Elias, c’est-à-dire non pas un ensemble de commentaires péjoratifs, mais un phénomène participant à la structuration d’un groupe. « La structure du commérage est liée à celle de la communauté à laquelle appartiennent ceux qui jasent. » (Elias, 1985, 24) Les deux groupes, qui, à l’instar des habitants du quartier étudié par Elias et Scotson, s’inscrivaient dans une « structure sociale inégalitaire6 » articulée autour de l’emploi occupé, du niveau de diplôme, de la précarité du contrat, et de la couleur de peau, mobilisaient les commérages comme un moyen de renforcer leur position sociale. Les commérages du groupe dominant ressemblaient fortement à ceux décrits par Elias chez les individus « respectables » du village : ils célébraient le professionnalisme ou le sérieux du groupe et dénonçaient les attitudes jugées incorrectes, comme le fait de « glousser », dans l’autre groupe. Mais, d’autre part, Stéphanie, Fanny et Floriane avaient pris acte de ces commérages, et décidé d’y répliquer. En accusant les professionnelles de l’autre groupe de mal s’occuper des enfants, de n’être pas assez autonomes, ou encore d’avoir des rapports trop proches avec la direction, un commérage opposé se mettait en place. Autour de ce commérage se construisait un groupe pouvant lui aussi se revendiquer comme le plus respectable, mais faisant appel à une autre définition de la « respectabilité ». Face à un groupe clairement dominant, les plus dominées trouvaient des ressources pour riposter, ce qui explique des manifestations très ostensibles du conflit (altercations, salariées qui « craquent » en plein travail, et surtout discours omniprésent sur l’existence des deux « clans », très clairement objectivés). Il est difficile de dire quelles sont ces ressources qui permettaient aux dominées de contester l’exclusion, mais on peut faire l’hypothèse que la contestation est rendue possible du fait de l’absence d’une forte différence d’ancienneté entre les groupes. Contrairement aux observations faites à Winston Parva, il n’existait pas à la crèche de différenciation entre un groupe « d’établies » et un groupe de « marginales ».

25La présence de ces « clans » se manifestait au travers d’une véritable territorialisation du pouvoir. La lingerie comme la cuisine s’établissaient ainsi de fait comme les espaces privilégiés du groupe dominé, tandis que la salle de pause était le lieu de réunion du groupe dominant. Stéphanie ne prenait jamais ses repas dans cette salle de pause, et si les autres membres du groupe dominé s’y aventuraient pour déjeuner, le reste de leur pause était généralement passé dans la lingerie, la cuisine, ou à l’extérieur de la crèche. À l’inverse, toute intrusion d’un membre du groupe dominant dans la cuisine ou la lingerie provoquait l’arrêt des conversations, laissant place à un silence pesant. L’espace des « sections » – lieu dévolu aux enfants – faisait quant à lui l’objet d’un investissement ambivalent de Stéphanie. D’une part, la présence courante d’au moins un membre du groupe dominant en faisait un territoire difficile d’accès, générateur de risques. Si bien qu’en certains cas, Stéphanie préférait éviter toute venue. « J’ose plus aller là-bas », me dit-elle un jour, inquiète des remarques et regards désapprobateurs que pourrait susciter sa présence. Mais d’autre part, cet espace était aussi celui de la valorisation au travers du contact avec les enfants. Stéphanie n’hésitait pas à y passer du temps, pour y faire autre chose que du nettoyage – en particulier s’occuper des enfants. Ce faisant, elle redéfinissait son rôle dans une perspective plus valorisante. Dès lors, c’est l’affiliation – toujours contextualisée – des professionnelles de la petite enfance présentes à tel ou tel clan qui déterminait son investissement, dans une tension entre risque symbolique et possibilité de valorisation.

26Ce déploiement des rapports de pouvoir dans l’espace se retrouve sur les trois terrains de manière variée. À Valévol, l’usage qui est fait des vestiaires est caractérisé par une réappropriation des lieux par les nettoyeurs. Dans le cas d’un des vestiaires, regroupant presque exclusivement des hommes syndiqués, l’occupation de l’espace est même suffisamment forte pour que ce dernier devienne de fait interdit d’accès à la hiérarchie. D’autre part, certains nettoyeurs et nettoyeuses parviennent à tisser des alliances avec le personnel de l’hôpital. Ces alliances, qui permettent une certaine résistance au contrôle de la hiérarchie de Valévol, se matérialisent par l’occupation des salles de pause en compagnie du personnel hospitalier. À ClariNet, où les alliances sont rendues difficiles du fait du changement de lieu quasi quotidien, l’appropriation de l’espace est très complexe pour les nettoyeurs. On l’observe notamment dans la pratique consistant à prendre des pauses dans la voiture d’un ouvrier, l’un des rares espaces appropriables.

Les réappropriations de l’espace

27L’espace de travail peut aussi constituer une véritable ressource dans la réappropriation du travail. Comme chez les éboueurs, on retrouve chez les nettoyeurs et nettoyeuses des formes « d’affirmation de soi », qui mobilisent souvent l’espace ou les instruments de travail (Gernet & Le Lay, 2011, 266). Comme sur les autres terrains, les ouvriers et ouvrières de Valévol mettaient en place des dispositifs de freinage de la production (Roy, [1952] 2006), façon de reprendre un certain contrôle sur le travail. Mais si l’objet du freinage est avant tout le rythme du travail, ce sont bien les espaces du travail qui sont mobilisés pour le mettre en œuvre. Les ouvriers et ouvrières s’appuient notamment sur leur connaissance fine de l’espace pour mettre en place des résistances. Alors que je suis chargé du nettoyage quotidien d’un service de l’hôpital, je suis interpellé par deux collègues, Imane et Sofia, deux femmes d’une quarantaine d’années, assurant la même activité non loin de moi. Je m’approche d’elles et les voix se font plus basses :

Sofia : Toi tu vas rester ici longtemps, il faut pas que tu ailles trop vite comme ça, sinon ils vont te donner d’autres choses. Quand tu vois que tu finis, tu restes dans un coin, tu attends, si les chefs ils te demandent, tu as pas fini.
Imane : Ouais, tu prends bien ton temps, mais surtout tu dis pas que tu as fini, ou tu dis que tu viens de finir, tu prends bien ton temps, tu vas ranger ton chariot tout ça, tu attends dans un coin, ok ? [...]
Sofia : Tu attends, tu ralentis, et tu fais tranquillement, mais tu descends pas tout de suite ou ils vont te redonner des choses à faire.

28Bien évidemment, dans ce rappel à l’ordre, la dimension temporelle du freinage surgit : il s’agit de « prendre son temps », de « ralentir ». Mais c’est aussi l’espace qui est mobilisé pour freiner. En premier lieu, on utilise les lieux pour faire durer le travail : « aller ranger son chariot » n’est pas seulement un acte banal terminant le travail, mais aussi une activité que l’on peut faire durer – en choisissant de le ranger plus loin, ou en choisissant de faire des détours, ce qui est clairement sous-entendu ici. Ensuite, c’est la connaissance de l’espace, des « coins » à l’abri des regards, qui permet de ralentir l’activité, en se soustrayant au contrôle du travail. Enfin, c’est l’organisation même du contrôle hiérarchique qui peut être mobilisée pour freiner. Ce contrôle est centré à Valévol sur le « local de pointage », point par lequel repassent les nettoyeurs une fois leur tâche terminée, et où la hiérarchie de Valévol est la plus présente. En me conseillant de « ne pas descendre tout de suite » – à ce local –, Sofia m’invite à déjouer le contrôle hiérarchique en utilisant les faiblesses de sa centralisation spatiale... On peut également remarquer que, sur les trois terrains – même si le cas de la crèche est particulier du fait de l’effectif très réduit de nettoyeurs –, ce sont les plus anciens qui prennent en charge la dimension collective du freinage. Ce sont toujours les plus anciens travailleurs qui, comme ci-dessus, rappellent à l’ordre les plus jeunes, et s’assurent que chacun participe au processus collectif qu’est le freinage.

29Le freinage à ClariNet est organisé différemment, du fait de l’absence d’une véritable hiérarchie de l’entreprise. Les chefs d’équipe ne disposent que d’un pouvoir très limité sur le travail, si bien que le freinage est exprimé ostensiblement, et même souvent encouragé par les chefs d’équipe. La mobilisation de l’espace est dès lors moins nécessaire pour éviter le contrôle hiérarchique. C’est dans la relation de service, avec les responsables de DiscountPlus, que l’on retrouve cette mobilisation de l’espace. En évitant les zones les plus visibles, en arguant de l’impossibilité de nettoyer des espaces occupés y compris quand cela n’est pas entièrement vrai, ou en multipliant les allers-retours vers le chariot de matériel, les nettoyeurs de ClariNet s’assurent un certain contrôle sur la durée du travail, que les responsables de DiscountPlus cherchent généralement à réduire.

Conclusion

30La confusion qui s’opère entre l’espace et l’objet du travail de nettoyage, le partage quotidien de ces espaces avec d’autres sont des éléments qui ont une incidence forte sur la manière dont s’organise le pouvoir dans l’activité de nettoyage. L’espace de travail, dans le cas du nettoyage, est presque toujours un espace partagé, et ce d’une manière qui impose aux nettoyeurs et nettoyeuses une adaptation permanente, pour à la fois nettoyer et se faire le plus absent possible. Je pense avoir montré comment ce partage inégal se déploie tant au travers de l’invisibilisation des nettoyeurs et nettoyeuses, qu’il s’agit alors d’exclure du partage, qu’au moyen de leur surveillance permanente, qui vient rappeler leur position au bas de l’échelle sociale. Je me suis également efforcé de mettre au jour les processus de territorialisation du pouvoir, qui vont de l’exclusion des ouvriers et ouvrières de certains espaces, à leur assignation dans d’autres.

31Mais il ne faudrait pas pour autant croire que les nettoyeurs et nettoyeuses sont dépourvus de ressources. Tout au contraire, ils font preuve d’une capacité à se réapproprier leurs espaces de travail, de manière plus ou moins conflictuelle. En s’appuyant sur leur connaissance, souvent plus fine que celle des hiérarchies, de leurs espaces de travail, les ouvriers et ouvrières exercent eux aussi un pouvoir dont le poids n’est pas négligeable, en particulier s’agissant des dispositifs de freinage de la production. Ces derniers s’établissent de manière très clairement collective, au travers notamment de rappels à l’ordre, contrairement au constat que d’autres ont fait d’un freinage devenu essentiellement individuel dans d’autres secteurs (Goussard, 2008). L’espace/objet de travail du nettoyage se révèle alors un enjeu central de la configuration des rapports de pouvoir dans le secteur, et à ce titre un analyseur puissant pour le chercheur.

Haut de page

Bibliographie

Amossé Thomas et Olivier Chardon (2006), « Les travailleurs non qualifiés : une nouvelle classe sociale ? », Économie et Statistique, n° 393-394, p. 203-229.

Arborio Anne-Marie, (1995), « Quand le “sale boulot” fait le métier : les aides soignantes dans le monde professionnalisé de l’hôpital », Sciences sociales et Santé, vol. 13, n° 3, p. 93-126.

Barnier Frédérique (2011), « Emploi précaire, travail indigne : condition salariale moderne dans le nettoyage », ¿Revue Interrogations?, n° 12. [En ligne] http://www.revue-interrogations.org/Emploi-precaire-travail-indigne

Benelli Nathalie (2011), Nettoyeuse : comment tenir le coup dans un sale boulot, Zurich, Suisse, Seismo.

Benquet Marlène (propos recueillis par) (2009), « Nathalie M. : Le refus d’encaisser », Travail, genre et sociétés, n° 21, p. 9-24.

Bernstein Deborah (1985), « The Subcontracting of Cleaning Work : a Case in the Casualisation of Labour », The Sociological Review, vol. 34, n° 2, p. 396-422.

Bretin Hélène (2000), « Le nettoyage, aux confins du jour et de la nuit », Annales de la recherche urbaine, n° 87, p. 95-99.

Bretin Hélène (2011), « Nettoyer, c’est négocier », Communications, vol. 89, n° 1, p. 27-40.

Dares (2014), « Subir un comportement hostile dans le cadre du travail : plus de 20 % des salariés s’estiment concernés », Dares analyses, n° 44. [En ligne] http://dares.travail-emploi.gouv.fr/IMG/pdf/2014-044_v2.pdf

De Troyer Marianne, Guy Lebeer & Esteban Martinez (2013), « La précarité des ouvrières du nettoyage en Belgique », Travail, genre et sociétés, vol. 29, n° 1, p. 87-104.

Denis Jean-Michel (2008), « Conventions collectives : quelle protection pour les salariés précaires. Le cas de la branche du nettoyage industriel », Travail et Emploi, vol. 116, n° 4, p. 45-56.

De Rudder Véronique (2000), « Racisation », dans Vocabulaire historique et critique des relations inter-ethniques, Pluriel recherches, cahier n° 6-7, p. 111-113.

Douglas Mary ([1971] 2001), De la souillure : essai sur les notions de pollution et de tabou, Paris, La Découverte et Syros.

Elias Norbert (1985), « Remarques sur le commérage », Actes de la recherche en sciences sociale, vol. 60, n° 1, p. 23-29.

Foucault Michel ([1975] 2011), Surveiller et Punir, Paris, Gallimard.

Flottes Anne (2004), « Conflits de personnes, “guerre des clans” : deux enquêtes dans les services », Travailler, vol. 11, n° 1, p. 147-168.

Gernet Isabelle et Le Lay Stéphane (2011), « S’accomoder des conduites viriles dans les collectifs de travail mixtes. Le cas des éboueurs », dans Delphine Corteel & Stéphane Le Lay (dir.) Les Travailleurs des déchets, Toulouse, Éditions Érès, p. 257-278.

Goussard Lucie (2008), « Le consentement limité au travail. Résistances et consentements des salariés dans l’ingénierie automobile », Tracés. Revue de sciences humaines, n° 14. [En ligne] http://traces.revues.org/385

Guilbaud Fabrice (2012), « Contester et subir : formes et fondements de la critique sociale des travailleurs détenus », Sociétés contemporaines, n° 87, p. 99-121.

Guillaumin Colette (1994), « Race », dans Vocabulaire historique et critique des relations inter-ethniques, Pluriel recherches, cahier n° 2, p. 61-67.

Hughes Everett C. (1962), « Good People and Dirty Work », Social Problems, vol. 10, n° 1, p. 3-11.

Jounin Nicolas (2009), Chantier interdit au public : enquête parmi les travailleurs du bâtiment, Paris, La Découverte.

Krinsky John et Maud Simonet (2012), Introduction au dossier « Déni de travail. L’invisibilisation du travail aujourd’hui », Sociétés contemporaines, n° 87, p. 5-23.

Lada Emmanuelle, « Divisions du travail et précarisation de la santé dans le secteur hôtelier en France : de l’action des rapports sociaux de sexe et autres rapports de pouvoir », Travailler, n° 22, p. 9-26.

Linhart Robert ([1971] 2010), L’Établi, Paris, Éditions de Minuit.

Nizzoli Cristina (2015), C’est du propre ! Syndicalisme et travailleurs du « bas de l’échelle » (Marseille et Bologne), Paris, Presses universitaires de France.

Osty Florence (2013), « Tenir dans les incertitudes : le ressort du métier ? » dans Régine Bercot & Nadia Rahou (dir.), Le Travail de service, Lyon, Éditions Réseau Anact, p. 71-81.

Péroumal Frédéric (2008), « Le monde précaire et illégitime des agents de sécurité », Actes de la recherche en sciences sociales, n° 175, p. 4-17.

Puech Sandrine (2004), « Le temps du remue-ménage. Conditions d’emploi et de travail de femmes de chambre », Sociologie du travail, n° 46, p. 150-167.

Roy Donald ([1952] 2006), « Deux formes de freinage dans un atelier d’usinage », dans Un sociologue à l’usine, Paris, La Découverte, p. 37-69.

Seiller Pauline (2014), « Sous-traitance et segmentations ouvrières dans la construction navale », Sociologie, vol. 5, n° 4. [En ligne] http://sociologie.revues.org/2285

Testenoire Armelle (2010), « Articuler les paradigmes de la reconnaissance et de la redistribution : la situation des femmes de chambre », L’Homme et la Société, vol. 176-177, n° 2, p. 83-99.

Haut de page

Notes

1 Source : enquête emploi 2012, Insee, calculs réalisés par l’auteur (sauf précision, tous les chiffres cités dans l’article sont issus de cette source). Le poids des variables du sexe, du statut migratoire, de l’âge, et du niveau d’études est neutralisé dans le calcul.

2 Le salaire net mensuel redressé des nettoyeurs, à âge, sexe, statut migratoire, et niveau d’études égal, est en moyenne inférieur de 420 euros à celui des autres travailleurs

3 Par « racisation », et par extension par « racisés », on entend ici le processus par lequel des individus sont victimes de racisme, c’est-à-dire d’une forme de discrimination sur la base de caractéristiques notamment physiques, construites comme les marqueurs de leur appartenance supposée à une « race » (la race étant ici entendue comme une construction sociale, dans la lignée des travaux de sociologie du racisme et des relations interethniques), voir notamment les entrées « race » et « racisation » du Vocabulaire historique et critique des relations interethniques, respectivement rédigés par Guillaumin (1994, 61-67) et De Rudder (2000, 111-113).

4 Citations extraites de carnets de terrain (les ajouts, suppressions ou modifications postérieurs aux observations sont placés entre crochets).

5 L’article R4228-5 du Code du travail impose en effet que les entreprises prévoient des installations séparées pour les hommes et les femmes.

6 J’emprunte le mot à Francine Muel-Dreyfus, auteure de l’introduction à l’article cité.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

François Reyssat, « Quand espace et objet de travail se confondent », La nouvelle revue du travail [En ligne], 9 | 2016, mis en ligne le 02 novembre 2016, consulté le 25 juin 2017. URL : http://nrt.revues.org/2888 ; DOI : 10.4000/nrt.2888

Haut de page

Auteur

François Reyssat

Université Paris Diderot Paris 7 – Laboratoire du changement social et politique (LCSP)

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo La NRT est soutenue financièrement par
  • Logo CNRS INSHS
  • Logo Centre Pierre Naville - Université d'Evry
  • Logo Laboratoire Printemps (professions, institutions et temporalités)
  • Logo Centre Emile Durkheim
  • Logo Laboratoire lorrain de sciences sociales - Université de Lorraine
  • Logo IRISSO - Dauphine université Paris
  • Logo Multidisciplinaria de Estudios sobre el Trabajo (UMEST) - Universidad Autónoma de Querétaro
  • Logo La NRT est aussi reconnue et soutenue par
  • Logo HCERS
  • Logo Fondation Maison des sciences de l'homme
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org