Skip to navigation – Site map
Matériaux

Les illusions perdues de la Mompreneur

Le désenchantement de la création d’entreprise selon Nathalie
Mompreneurs’ lost illusions: Nathalie’s disenchantment with self-employment
Las ilusiones perdidas de la madre emprendedora: el desengaño de la creación de empresas según Nathalie
Julie Landour

Abstracts

Over the years, self-employment has increasingly come to be seen as a remedy to joblessness. Yet until the late 1970s the model had been in decline. Nowadays, however, a number of advantages are associated with it. A variety of measures are being implemented to make it more accessible, notably to women who are still under-represented in this field. Nathalie is one of these new businesswomen, often referred to as Mompreneurs. Her narrative reveals the flip side of today’s general promotion of self-employment, showing that independent businesses can only be sustainable if they have solid social and economic resources to rely upon.

Top of page

Full text

  • 1 Sur la période la plus récente, on peut évoquer la « Charte pour l’entrepreneuriat féminin : 20 pro (...)

1« Flexibilité, indépendance, création d’entreprise, start up, les petits patrons sont revenus à la mode », dit Claire Zalc dans un numéro de la revue Vingtième Siècle portant sur les patrons et le patronat (2012, 53). Cette mode s’inscrit dans un cadre institutionnel, politique et économique, considérablement renforcé depuis le début des années 2000 (Darbus, 2008 ; Abdelnour, 2013), à travers lequel les pouvoirs publics ont fait de l’entrepreneuriat un vecteur d’emploi et de croissance. Sans être directement visées par les dispositifs publics mis en place, les femmes en forment toutefois une cible à part entière : représentant environ 30 % des actifs non salariés, elles constituent un réservoir de créateurs potentiels. Acteurs institutionnels et professionnels multiplient ainsi chartes, rapports et collectifs1 destinés à favoriser l’entrepreneuriat féminin.

  • 2 Le n° 13 de la revue Travail, genre et sociétés, et son dossier sur les « Patronnes », a également (...)

2Les femmes indépendantes restent pourtant un sujet encore peu investi par la sociologie : elles sont avant tout évoquées à travers leur rôle dans les structures indépendantes tenues par leurs conjoints (Zarca, 1979 ; Bertaux-Wiame, 1982 ; Schepens, 2004 ; Bessière & Gollac, 2007), leur mise à leur compte « en propre » n’étant évoquée que dans des travaux très récents (Rabier, 2013 ; Abdelnour & Lambert 2014)2. À travers le cas de Nathalie, cet article propose de battre en brèche quelques idées reçues circulant autour de l’accès des femmes à l’initiative économique individuelle, pour en montrer l’envers sociologique et les ressorts biographiques. Il prend appui sur une recherche doctorale portant sur les Mompreneurs, groupe auquel Nathalie a participé. Cette dénomination est apparue en France à la fin des années 2000 pour désigner des femmes qui disent avoir créé une entreprise à l’arrivée d’un enfant (Landour, 2015b). Elles semblent tout particulièrement condenser une série de propriétés attribuées à la création d’entreprise chez les femmes (Landour, 2015a) : une prise de responsabilités accrue, une conciliation facilitée entre travail et famille, la possibilité d’exercer un emploi sur mesure, pour in fine produire l’image d’une indépendance à la portée de toutes et tous.

3Parmi les 55 entretiens par récit de vie conduits parallèlement à une enquête ethnographique au sein des Mompreneurs, celui de Nathalie illustre avec acuité l’envers de la création d’entreprise chez les femmes. Née au milieu des années 1970, elle est issue d’un milieu « pas pauvre, mais modeste », avec lequel elle entre rapidement en rupture. Après un premier échec universitaire, qui se double d’un premier divorce, elle oscille entre « petits boulots » et reprise d’une formation continue. Elle navigue ensuite de postes précaires en postes précaires, malgré ses efforts pour intégrer le marché du travail. Alors qu’elle forme un nouveau couple avec un cadre de l’informatique issu d’un milieu supérieur au sien et qu’elle sort d’une dernière expérience salariée éprouvante, Nathalie finit par envisager de créer son entreprise. Elle formule ce projet parallèlement à un autre, qui finit toutefois par différer son entrée dans le non-salariat : Nathalie devient en effet la mère d’une petite fille, qui concentre pendant ses deux premières années toute son attention. Elle crée ensuite formellement une activité de services aux entreprises qui connaît des fortunes diverses.

4Outre le retour réflexif que livre Nathalie sur son parcours universitaire, celle-ci rend bien compte des ressorts d’une création d’entreprise qui paraît bien plus « subie » que réellement choisie. Loin de créer une entreprise pour prendre des responsabilités, c’est parce que le marché du travail se refuse à elle que Nathalie entrevoit dans l’indépendance un moyen de travailler et de s’accomplir. Ce constat semble par ailleurs accentué par le bilan biographique qu’elle établit à l’arrivée de son enfant : c’est parce qu’elle ne pense pas être parvenue à travers le travail à constituer un patrimoine symbolique (se réaliser personnellement) et économique (assumer économiquement sa fille), que l’indépendance devient un moyen de « nourrir à tout point de vue » son bébé.

5Pour autant, le cas de Nathalie est loin de confirmer les discours faisant de la création d’activité un outil d’articulation des temps de vie. Cette trajectoire biographique illustre au contraire clairement la logique d’auto-exclusion qui y préside : loin de mieux « concilier », Nathalie semble s’être d’abord entièrement plongée dans une maternité intensive (Hays, 1996) où le travail professionnel a d’autant moins de place qu’il n’est plus bordé par un cadre exogène. Rattrapée par son besoin d’autonomie, elle crée une société à responsabilité limitée (SARL), dans laquelle elle finit par s’investir presque exclusivement.

6L’entretien illustre enfin l’importance de la socialisation au monde social de l’indépendance. C’est à partir de ses expériences professionnelles passées que Nathalie crée son activité d’« assistante business ». Après deux années prometteuses, elle est confrontée à la chute de son chiffre d’affaires. Nathalie prend alors conscience des limites de sa démarche entrepreneuriale et témoigne avec une remarquable lucidité des rapports de genre et de classe dont elle a été la victime. Son cas permet ainsi de souligner les limites de la démocratisation économique prônée par les différents gouvernements, et de rappeler la permanence de la reproduction sociale au sein du groupe social des indépendants (Laferrère, 1998 ; Colombier & Masclet, 2007 ; Bessière, 2010 ; Gollac, 2013).

Entretien

Contexte et conventions

7C’est à travers deux entretiens de plus de deux heures conduits à l’été 2013 que Nathalie a été formellement interrogée. Le premier entretien a été réalisé à sa demande dans un parc parisien où elle a dit se sentir particulièrement bien. Le second s’est tenu autour d’un déjeuner dans un restaurant parisien où nous nous étions déjà retrouvées, Nathalie ayant tenu le rôle d’informatrice au cours de notre enquête ethnographique de trois ans. Les extraits sont ainsi issus des deux entretiens, le second ayant visé à approfondir certains éléments laissés en suspens dans le premier.

Conventions adoptées :

  • (…) une phrase, ou une séquence de phrase a été gommée ;

  • […] plusieurs phrases, éventuellement avec plusieurs relances, ont été gommées ;

  • Texte en italique : commentaires de la sociologue.

L’indépendance comme remède à une insertion impossible

Si on revient un peu à ce qui a fait que tu es devenue entrepreneuse, à ce qui a fait que tu as créé ton entreprise, est-ce que tu peux me raconter ce qui s’est passé ?

Bah, tout simplement, moi je suis pas, je suis pas quelqu’un qui s’est projeté facilement dans le monde du travail, moi je suis quelqu’un de très intellectuelle, donc quand j’étais à l’école et au lycée, j’étais hyper branchée par la littérature, le monde des lettres, le monde des idées, etc, je savais pas du tout quel métier, mais voilà, je savais pas comment j’allais en faire un métier et du coup, comme j’étais pas non plus une super élève et que j’étais pas portée par des parents, une famille, avec des ambitions pour moi, j’ai absolument, enfin j’ai complètement raté le coche des grandes études quoi, je me suis retrouvée à la fac de philo, parce que voilà, à l’école, c’était mon Graal la philo, comprendre c’était le truc qui me faisait me lever le matin, et je me suis retrouvée à la fac de philo, avec un bac littéraire où je me suis retrouvée avec 2 sur 10 ou sur 20 à des épreuves scientifiques, où c’était en gros « Toto fait du vélo, il fait trois fois le tour du bassin, combien de mètres il a faits », enfin tu vois (…) et donc j’ai complètement raté mes études de philo, j’ai même pas eu ma première année, je l’ai ratée de très peu.

Et tu l’as faite où ?

J’avais déménagé à Toulouse parce que j’avais suivi en plus un homme, je suis Strasbourgeoise moi d’origine et, à l’âge du bac, j’ai suivi un amour de jeunesse qui partait là-bas faire ses études et que j’ai épousé là-bas […]. À l’époque, j’étais une étudiante salariée, ce qui était très rare, (…) je vivais avec un temps partiel chez MacDo quoi, et j’avais trouvé via le milieu social, des petites chambres, des trucs, j’avais une forte APL et je pouvais vivre […]. Mais en fait, voilà, moi je croyais que [mon mari] construisait sa vie, mais en fait il s’enfonçait dans le mensonge, (…) quand enfin j’ai compris que réaliser sa promesse vis-à-vis de moi, c’était juste le contraindre et lui gâcher sa vie, là je lui ai dit « Bah reprenons nos libertés, surtout la tienne parce que toi t’as pas la vie que tu veux et c’est en partie à cause de moi parce que l’on est partis dans cette vie-là et en fait on n’a pas la même vision et on n’arrivera nulle part ». En fait, moi je pensais vraiment à l’après, j’avais commencé à me former à la communication et en fait, c’est ça, moi j’ai raté la philo, j’ai fait des petits boulots pendant un an ou deux pour pouvoir vivre.

Donc t’as pas repris un cursus tout de suite ?

  • 3 Elle s’installe alors en région parisienne, au début des années 2000.

Non, en fait, à 24-25 ans, je faisais rien en dehors de mes petits boulots, j’avais aucune perspective, toujours mon bac que je voyais vieillir, ça me stressait d’entendre parler du bac tous les ans parce que j’avais le mien et j’en faisais rien, et heureusement j’ai fait quand même des fois des bonnes rencontres, je me suis retrouvée à la mission locale, j’avais pas encore 25 ans et la mission locale m’a fait faire un bilan de compétences. (…) Malheureusement, j’ai quitté Toulouse à cause de mon divorce, et j’ai eu mon DUT, je voulais pas bosser là-bas, il me semblait que j’avais aucune perspective là-bas, (…) donc j’ai tout refait de zéro3 et donc j’étais demandeur d’emploi. Et mon premier emploi salarié que j’ai trouvé, bon, j’ai fait des petits trucs pour vivoter comme d’habitude, j’ai notamment été démonstratrice pour Pelson, les imprimantes et j’ai vendu aussi des kits Internet BPM, c’était une horreur (…) et mon premier vrai emploi en tant que communicante, ça a été [dans une institution culturelle], c’était pas le cinéma, mais déjà je me disais que c’était un bon début, j’y suis restée deux ans (…). J’étais en CDD, ils me renouvelaient tout le temps des CDD, j’en ai eu trois […]. Et puis tu tombes dans le néant de l’ANPE, ils savent pas ce que tu as fait, ils ne savent pas comment te catégoriser, ils te proposent des trucs à côté, je suis toujours arrivée à l’ANPE au moment où le métier que je veux faire n’existe pas, donc on me mettait dans une espèce de grosse catégorie fourre-tout, ce que j’ai compris en plus, assez rapidement, c’est que dans la com, il y avait énormément de contrats aidés, donc les contrats aidés sont soumis à des restrictions d’âge, donc moi j’avais dépassé les restrictions d’âge.

Ouais, tu avais quel âge ?

Ah bah, j’avais, là, j’avais déjà 27-28 ans, 28 ans, ouais, j’avais pas encore 30 ans, donc moi j’avais un DUT, les textes très rapidement, les textes sur la com ou dans les RH ont dit que les recrutements se faisaient minimum à bac + 3 et dans les faits c’était plutôt bac + 5, puisque y a tellement d’écoles qui forment à la com, qu’il y avait des tas de gens sur le marché et qui trustaient littéralement les salles d’attente de RH, tu vois ? Donc moi je ne passais jamais les présélections, je n’étais jamais, jamais, jamais appelé en entretien, (…) bref et rien n’a marché, j’ai fait plein, plein de trucs, des centaines de lettres, des mails, après j’ai peut-être pas assez relancé, mais après j’ai pas voulu aller dormir devant les bureaux, j’ai pas voulu me mettre carpette pour ça, parce que j’avais tellement prouvé, tu vois ? Je me disais « Mais vous avez besoin de quelqu’un de bien ou pas, quoi ? » Et finalement, quand même grâce au réseau, c’est pas l’ANPE qui m’a trouvé ça, c’est le réseau, je me suis retrouvée à aller bosser chez un artiste (…).

Donc tu arrives quand même à retrouver un poste ?

Ouais, il produisait le documentaire des deux nanas qui avaient été créatives sur l’ancienne expo où j’avais travaillée, et grâce à elles j’ai réussi à rentrer. Donc, ça a duré neuf mois et, là, c’est pareil en neuf mois, j’ai réussi à mener trois projets différents, c’est toujours super, c’est pour ça tu vois que je suis devenue indépendante parce qu’en fait toutes mes expériences professionnelles ne sont que des projets, extrêmement bien, très, très bien formulés, avec un début, un milieu et une fin, voilà, de manière très précise, et voilà, chaque projet a son petit pochon de choses à faire, d’actions, de personnes, et une fois que l’on a fini le pochon, on passe à autre chose, quoi ! Et voilà, moi, c’est ça ma vie, c’est une vie de projets, qui s’achèvent, mais de projets, et avec lui, j’en ai fait trois, et après un pour lui-même pour sa com (…). Je termine en juin 2006, malade, mais vraiment malade, en terminant chez le docteur avec des crampes d’estomac et vraiment épuisée, épuisée moralement et physiquement, parce que je bossais énormément pour lui, mais pour un SMIC, d’ailleurs, à la fin, j’étais même plus salariée. Enfin, j’ai eu d’abord un CDD et, après, j’étais en portage salarial, donc au final sur mon compte il y avait l’équivalent d’un SMIC et je bossais énormément, et j’étais désespérée : « Toute cette énergie pour rien, j’en vis même pas, y a rien sur mon compte, je vivote, c’est sans lendemain ! »

L’envers d’une conciliation idéalisée dans l’indépendance

J’ai tenté de voir si c’était l’indépendance qui me permettrait d’évoluer dans ma vie professionnelle, cette période a coïncidé avec l’arrivée d’un enfant, et l’enfant a validé le projet d’indépendance, c’est-à-dire que quand ma fille est arrivée, je me suis pas dit « Oh là là, je vais avoir un enfant, des responsabilités, notamment financières, il faut que je me couvre et que je trouve un boulot sans prise de risque, où je vais gagner un salaire, tout bien prévu, qui tombe, donc, voilà, pour que les choses se passent », mais je me suis dit tout le contraire, un enfant arrive, c’est le moment de me réaliser et d’enfin attendre ce que je voulais avant, parce que sinon la déception va être immense, je pourrais pas m’épanouir et j’aurais rien à transmettre à mon enfant sinon ma frustration, mes échecs, quelle horreur ! Moi, avoir un enfant à ce moment clé de ma vie et devenir indépendante, ça m’a boosté et ça m’a porté (…) et je me suis dit « Quelque part, ton principal actionnaire, c’est ton enfant, il va falloir que tu lui transmettes des valeurs. »

Et pour toi, ça passait par le travail ? Parce que ça peut passer par autre chose ?

Ah ouais, non, ça passait vraiment par le travail, parce que, pour moi, le travail, après, c’est quoi derrière ? C’est les moyens matériels, c’est super d’avoir plein de valeurs à transmettre à ton enfant, mais si tu peux pas lui acheter le petit pot et la couche qui va avec, tu vas pas loin avec des idées quoi ! (…) Voilà, pour moi, c’est gagner sa vie et assurer le matériel autant que le psychologique.

8Nathalie est d’abord toute entière tournée sur sa grossesse, mais bientôt rattrapée par son besoin d’accomplissement professionnel.

Quand on attend un enfant, et quand son enfant est petit, parce que ça a duré encore longtemps, quand Emma a été bébé, et je pense quand elle a passé les deux ans, quand ils sont plus autonomes, ils commencent à avoir leur propre vie, et, là, je pense que l’on peut décrocher un peu, mais avant, quand elle était bébé, là, j’étais vraiment la mère louve, pareil, beaucoup de protection. Je vois plein de, parfois, quand je vois des mamans avec des bébés très, très jeunes dans des lieux publics et surtout des lieux potentiellement dangereux, parce qu’il y a de la foule, ou sales, intérieurement, je me dis « Mais que fait-elle là, elle a pas une alternative ? » Je me dis que le bébé n’est pas protégé et je suis mal quoi ! Moi, quand c’était mon propre enfant, il y avait des tas de choses que je ne faisais pas. Et voilà, je suis pas sortie pendant quelques mois, c’était protection, protection […]. J’ai pu couper le cordon en lançant ma boîte, en pouvant la faire garder, et elle a pas été en crèche la première année, mais on a fait plein de moments en halte-garderie, par petites tranches, j’ai énormément investi mes beaux-parents qui arrivaient à la retraite à ce moment-là, les pauvres je leur suis tombée dessus comme la misère sur le monde (…), je leur confiais deux jours par semaine ma fille pendant que moi je montais ma boîte et je prenais des rendez-vous à l’extérieur. Après quand moi j’ai commencé à me mettre sur la création, alors là, ça a été, le bébé, même parfois je l’oubliais, c’est-à-dire, qu’elle pouvait même être malade, du moment où mon mari et mes beaux-parents s’en occupaient, je m’inquiétais pas, je faisais même pas tout pour rentrer plus tôt coûte que coûte, je faisais ce que j’avais à faire et je rentrais quand je devais rentrer, surtout que mon tout premier contrat en tant qu’entreprise était très, très prenant, et ça a correspondu à l’époque où elle rentrait en crèche justement, sa deuxième année, entre un an et un an et demi, elle rentrait en crèche justement et elle s’est tapée toutes les maladies sérieuses, dont une qui a été longue à soigner, où il a fallu en venir aux piqûres et tout. Mais moi, j’ai presque pas vécu cette période, parce que moi j’étais chez mes clients, dans ma mission, c’était ma première mission importante qui pouvait faire démarrer mon entreprise et la faire rentable à court terme, donc, à ce moment-là, c’était mon pari.

9Rétrospectivement, elle perçoit la maternité comme une pénalité.

J’ai toujours adoré les enfants, (…) il y a une dichotomie en moi par certains côtés. J’aimerais être mère de famille nombreuse, et de l’autre côté, je me dis que c’est impossible pour se réaliser professionnellement, on peut pas avoir plein d’enfants, (...) ça te coupe de la vie réelle, de sa dureté et de ses obligations, et donc, pour moi, c’est absolument pas compatible [elle rit]. Mais je pense que la conciliation, c’est presque, si on veut dépasser le sujet de la conciliation matérielle, ça me semble presque impossible, parce qu’il y a pas seulement le sujet de la conciliation matérielle, il y a aussi le monde dans lequel on vit, il y a juste être en phase avec le monde dans lequel on vit, et une société comme la nôtre, avec les valeurs que l’on a, les challenges que l’on court, les objectifs que l’on se donne, la pression extérieure. Bah, je pense que vivre avec des enfants et avoir plein d’enfants, c’est très difficile.

Bah ça n’empêche pas ?

Non, ça n’empêche pas. Mais je suis quelqu’un qui croit moyennement que ce soit possible, mais je milite pour, parce que j’espère que ça le deviendra et je pense que c’est un problème collectif d’hommes, de femmes, de dirigeants, de statuts, de s’y intéresser et de faire en sorte que ça évolue, mais là, en l’état de choses, c’est assez stagnant et la réalité concrète au jour le jour, c’est que les enfants ça nous retarde. Après, c’est aussi un truc un peu métaphysique, moi je pense que porter un enfant ça te ramène à ce que c’est que la vie, profondément la vie et dès que tu allumes ta télé, tu vois que la vie ne vaut rien, rien que là, y a un truc, ça ne colle pas.

Les limites de la bonne idée

Je commençais à réfléchir à devenir indépendante et à transformer tout ce que j’avais fait en offre de service, et très orientée sur moi – d’où l’idée « Nathalie pour vous » – et vous, parce que, parce que ce qui se passait dans ces projets-là qui étaient réussis, c’était parce que c’était moi, parce que c’était eux, parce que d’un seul coup, une connexion très grande s’était opérée, et on y était arrivé ensemble. Et le facteur Nathalie me paraissait capital, parce que c’était autant du savoir-être que du savoir-faire, et ça, je voulais vraiment le faire passer. Et je me suis dit, en indépendante, je vais pouvoir avoir plusieurs projets en même temps, ne pas me consacrer à un truc, pas me faire engloutir, pouvoir gérer mes casseroles sur le feu. […] C’est une entreprise qui est vraiment un work in progress, plus que je ne l’aurais pensé à l’origine parce qu’en fait j’étais partie avec une idée. Elle est pas mauvaise mon idée, mais je l’ai poussée dans le mauvais sens […]. Il faut que je trouve une nouvelle formulation pour présenter mon service. Parce qu’en plus je suis arrivée dans une impasse, c’est-à-dire que je n’arrive plus à le vendre, en dehors de mon cercle de recommandations, qu’en plus j’ai très très mal activé, donc je n’arrive pas à prospecter dans le dur. (…) Et là, ça fait deux ans que mon chiffre d’affaires dégringole, que je ne renouvelle pas mon bassin clients, parce que, quand un projet s’arrête, c’est pas évident de resigner, parfois je resigne, mais parfois, quand c’est fini, c’est juste fini, et puis je suis aussi contente que ça soit fini. Donc il faut passer à autre chose, et ça se renouvelle pas, c’est catastrophique. Là, j’ai fait une année catastrophique, j’ai pensé à arrêter.

Ah oui ? Tu t’es vraiment…

Ouais, 2012-2013, c’est catastrophique. J’ai pas encore le tableau comptable, puisque je clôture ce mois-ci, mais je sais pas si je vais pas être déficitaire, et, si je le suis, c’est la deuxième année. Alors, la dernière année, je l’ai été, mais en sauvant mon chiffre d’affaires, c’est-à-dire que j’ai fait le chiffre d’affaires prévisionnel, fourchette basse, mais quand même prévisionnel. Là, je suis à 50 % de mon chiffre d’affaires prévisionnel, donc c’est dramatique.

10Nathalie essaie donc de repenser son activité.

Aujourd’hui, mon offre, elle est pas suffisamment bien formulée. Et proposer un assistant d’élite, aujourd’hui, en France, ça ne vend pas. La coordination de projet, ça ne vend pas, parce que ça ne laisse pas imaginer qu’il y a de l’expertise, ce qui me tue, hein ? Ça me tue de te dire ça, de faire ce constat-là, mais voilà, des mots qui fonctionnent très bien dans le vocabulaire anglo saxon, comme assistant ou coordinator, en France, ça ne veut rien dire, c’est creux, c’est vide de sens, c’est la logique française qui veut que du travail de facilitateur, avec une vue globale, euh, qui fait du back office, bah c’est presque normal, ça va de soi, ça fait partie du professionnalisme, du talent, c’est normal de le faire et c’est pas quelque chose qui se vend à part entière, c’est pour ça qu’il y a plein de projets qui sont en retard, qui se cassent la gueule et qui coûtent une fortune (…). Mais, après, je vais pas me prendre la tête sur qu’est-ce que je remplace, comment je remplace assistante, je vais surtout arrêter de l’utiliser, à ce jour sur mon site. C’est pas fait parce que j’ai pas eu le temps de m’en occuper, mais je peux te dire qu’à la rentrée tu ne trouveras plus ce mot nulle part sur mon site. Mon blog, je vais tout changer et je vais le réorienter beaucoup plus sur des objectifs de business development et de commercial, c'est-à-dire, euh, croissance, recherche de leads, mise en relation avec des entreprises, prises de rendez-vous (…). C’est un truc que je peux vendre pas trop difficilement, que je fais déjà, et qui peut générer des appels entrants. Ce que je n’ai plus du tout, parce que les appels entrants, j’en n’ai pas, et ça, pour une entreprise, c’est, c’est juste à pleurer quoi (…). Mon site pro vitrine, ça c’est un de mes gros problèmes, mais j’ai fait comme si j’avais pas entendu, je parle sur mon site web, je parle du point de vue de moi et de mon expertise, ce qui est une erreur totale, parce qu’un client ne comprendra jamais comment il va se placer, j’ai créé des pages et des bouts de paragraphe qui sont censés lui parler. Mais, en fait, pris globalement, je ne parle que de moi et de ce que je sais faire, et j’essaie de convaincre des gens sur moi et ce que je sais faire. Mais c’est pas quand quelqu’un a un besoin, « j’ai besoin de ça », « et moi il me faut ça », « j’ai un problème »… Et moi, je suis là, « Nathalie pour vous », le projet, « nanana », la théorie, le bidule (...). Enfin, c’est terrible !

Et pourquoi tu avais ce, je sais pas si on peut parler de besoin, mais en tout cas tu as voulu positionner les choses comme ça ?

Bah, parce que, justement, je voulais vraiment prouver qu’être assistant et coordinateur de projet, c’était une expertise, donc je voulais avoir le discours d’un expert, et avoir le discours d’un expert, c’est trop théorique, c’est pas fait pour vendre des services. Et ça, je me suis enfermée là-dedans, et aujourd’hui, je commence juste à comprendre ce que c’est que parler à un client qui cherche un besoin sur Internet. Mais je commence juste, c’est-à-dire que je n’ai pas encore, faut que je réfléchisse très, très fort et que je trouve des trucs très vite, faudrait que je change des choses sur mon site, mais bon je vais prendre les choses progressivement, et ça va me prendre un an encore.

La démocratisation de l’indépendance, un leurre

Et tu as fait d’autres réseaux de femmes créatrices ou d’entrepreneurs ?

Bah, j’ai été adhérente un an de Femmes et Entrepreneurs. J’ai très très vite arrêté, parce que, là, bon, y a toute sorte de problèmes selon les réseaux. Et là, le problème de ce réseau, c’est qu’il est trusté par des femmes de professions libérales, très haut niveau, avocates, comptables, des professions libérales dans les assurances, des femmes qui ont des gros niveaux de vie grâce à ces métiers-là, et des femmes patrons qui ont beaucoup de salariés dans des entreprises où, en fait, elles ont hérité de leur père ou de leur mari. Donc, c’est super parce que c’est passionnant, et ces femmes patronnes elles sont géniales à observer, mais le problème, c’est que beaucoup d’entre elles sont très snobs vis-à-vis des petites nouvelles ou des femmes qui ont des petites activités comme la mienne. Moi, je comptais tellement peanuts, que je pouvais même pas répondre aux sondages qu’elles faisaient en interne ! (…) Recevoir les TPE solos comme moi, au bout d’un moment, c’est totalement inconciliable. Et elles ont beaucoup de travers dans le business qu’ont les hommes et qu’elles finissent par imiter, (…) et c’est pénible, c’est hyper pénible […].

Et tu en as fait d’autres ?

Bah, sinon, après, j’ai fait des réseaux mixtes, (…) donc là c’est un autre problème qui m’a fait quitter ce réseau, c’est que c’est la mafia des chefs d’entreprise du département, donc ils se connaissaient entre eux, ils se font travailler entre eux, ils se cooptent entre eux, y a des marchés cachés, des dîners cachés, et des déjeuners secrets, vu que ce sont des réseaux qui sont culs et chemise avec la CCI, le tribunal de commerce, tout ça, tu peux être sure que tu te fais griller si tu commences à avoir un problème avec quelqu’un.

11Pleine d’enthousiasme à l’apparition des Mompreneurs en France, Nathalie en perçoit au bout de quelques années les limites. Cette prise de conscience intervient au moment où elle repense son activité.

[Je cherchais] tout ce que suppose de vivre avec un enfant, mais complètement adapté à une vie où il faut être performant, faut être capable, faut être fort, faut savoir vendre, négocier, décider, toutes ces choses qui, elles, par contre, nous poussent vers l’extérieur et pas être juste maman/bébé.

Et alors qu’est-ce qui t’a plu justement à l’initial dans les Mompreneurs ?

Bah, les Américaines, elles sont comme ça.

Alors lesquelles Américaines exactement ?

Bah, celles qui ont fondé les Mompreneurs initialement, pas seulement celle qui a créé les petits chaussons et justement toute cette success-story américaine et toutes ces nanas américaines que l’on voit sur leur site, leur blog, leur confédération des Mompreneurs, là-bas, elles sont ultra libérales. C’est libéral les Mompreneurs, elles ont complètement pris à bras le corps leurs enjeux de vivre et être rentables, parce que, elles, à un moment sans doute, elles se sont rendu compte que le salariat leur donnerait pas. Elles, elles ont pas eu le choix, elles ont dû le conquérir leur temps avec leur enfant, et je trouve ça génial cette combativité à vouloir conquérir sa vie en voyant ses enfants. Parce que le salariat est très peu enclin à vouloir réunir maman et enfant dans l’entreprise américaine, quoi ! Moi, je trouvais ça génial, ça me semblait aller de soi, et quand le mouvement est arrivé en France, je me suis dit, les filles, elles vont le répercuter dans l’esprit américain […]. [Mais], c’est pas possible, c’est pas mon marché, moi ceux avec qui je travaille le plus, les clients pour qui je travaille le plus, c’est un client qui fait du business dans un monde très masculin, y a des femmes, mais pas beaucoup, et c’est assez archétypal du business, c’est dommage, mais c’est comme ça, dès que tu veux approcher un business où il y a du travail, de l’argent, des projets et des perspectives, des perspectives économiques, c’est un monde d’hommes. Et moi, c’est ce que je vise, donc, là, moi aussi faut que je devienne très, très claire avec moi-même. Qu’est-ce que je veux ? Je pense que, là aussi, une de mes erreurs, c’est que je n’ai pas été assez claire sur mes objectifs, les objectifs que je me donnais à court et à moyen terme. Qu’est-ce que je veux ? Je pense que si je m’étais plus posée la question, là, je me serais moins perdue dans les réseaux de femmes, parce que, là, j’aurais bien vu que parmi les réseaux de femmes, y avait pas adéquation. Les réseaux de femmes ne pouvaient pas me donner ce que je voulais profondément, c’est-à-dire percer dans les réseaux de business, de type projet, plutôt masculine, sur peut-être des problématiques plutôt industrielles (…).

Donc là tu es en train de repenser ta communication, mais tu repenses tout quoi, le cœur de l’activité même ?

Je cherche un nouveau nom, que je vais plus communiquer à 100 % sur « Nathalie pour vous ». J’aimerais avoir un nouveau nom, un nouveau concept, une nouvelle URL, quelque chose, mais qui soit par contre très clair, très orienté client, c’est-à-dire que le client parle de son besoin et mon URL ou nouveau concept est une réponse à ce besoin. Et ce concept-là est à moi, qui a son historique, son référentiel de projet client, euh, enfin, mettre en avant un nouveau concept qui parle de ce positionnement, donc, ça, je le cherche, ça cogite, ça cogite, je tente des trucs, j’écris des post-it.

Top of page

Bibliography

 

Abdelnour Sarah (2012), L’Auto-entrepreneur aux marges du salariat. De la genèse aux usages d’un régime dérogatoire de travail indépendant, Thèse de doctorat en sociologie. Paris, École des hautes études en sciences sociales.

Abdelnour Sarah (2013), « L’entrepreneuriat au service des politiques sociales. La fabrication du consensus politique sur le dispositif de l’auto-entrepreneur », Sociétés contemporaines, vol 1, n° 89, p. 131-154.

Abdelnour Sarah et Anne Lambert (2014), « “L’entreprise de soi”, un nouveau mode de gestion politique des classes populaires ? Analyse croisée de l’accession à la propriété et de l’auto-emploi (1977-2012) », Genèses, vol. 2, n° 95, p. 27-48.

Bernard Claire, Caroline Le Moign et Jean-Paul Nicolaï (2013), « L’entrepreneuriat féminin », Document d’étape. Document de travail du Centre d’Analyse stratégique.

Bertaux-Wiame Isabelle (1982), « L’installation dans la boulangerie artisanale », Sociologie du travail, n° 1, p. 8-23.

Bessière Céline (2010), De génération en génération. Arrangements de famille dans les entreprises viticoles de Cognac, Paris, Raisons d’agir.

Bessière Céline et Sybille Gollac (2007), « Le silence des pratiques. La question des rapports de genre dans les familles d’“indépendants” », Sociétés et Représentations, vol. 2, n° 24, p. 43-58.

Colombier Nathalie et David Masclet (2007), « L’importance de l’environnement familial comme déterminant du travail indépendant », Économie et Statistique, n° 405-406, p. 99-118.

Darbus Fanny (2008), « L’accompagnement à la création d’entreprise. Auto-emploi et recomposition de la condition salariale », Actes de la recherche en sciences sociales, vol. 5, n° 175, p. 18-33.

Gollac Sybille (2013), « Les ambiguïtés de l’aînesse masculine. Transferts patrimoniaux et transmission du statut social de génération en génération ». Revue française de sociologie, vol. 54, n° 4, p. 709-739.

Hays Sharon (1996), The Cultural Contradictions of Motherhood, New Haven, Yale University Press.

Laferrère Anne (1998), « Devenir travailleur indépendant », Économie et Statistique, n° 319-320, p. 13-28.

Landour Julie (2015a), « Quand les mères deviennent entrepreneurs : image sociale est expériences des Mompreneurs », Sociétés contemporaines, vol. 98, p. 137-168.

Landour Julie (2015b), S’engager en parentalité et créer son activité. L’entreprise paradoxale des Mompreneurs en France (2008-2014), Thèse de doctorat en sociologie, Paris, École des hautes études en sciences sociales.

Rabier Marion (2013), Entrepreneuses de cause. Contribution à une sociologie des engagements des dirigeantes économiques en France, Thèse de doctorat en sociologie, Paris, École des hautes études en sciences sociales.

Schepens Florent (2004), « L’entrepreneur, sa femme et leurs enfants : de la recherche de l’indépendance à son dénigrement », Cahiers du genre, vol. 2, n° 37, p. 155-169.

Zalc Claire (2012), « Les petits patrons en France au 20e siècle ou les atouts du flou », Vingtième Siècle. Revue d’histoire, vol. 2, n° 114, p. 53-66.

Zarca Bernard (1986), L’Artisanat français. Du métier traditionnel au groupe social, Paris, Economica.

Top of page

Notes

1 Sur la période la plus récente, on peut évoquer la « Charte pour l’entrepreneuriat féminin : 20 propositions pour faire avancer l’entrepreneuriat féminin » de janvier 2013 élaborée par le Laboratoire de l’Égalité, le rapport du Centre d’analyse stratégique du mois d’avril 2013 « L’entrepreneuriat féminin », la Semaine de la sensibilisation des jeunes à l’entrepreneuriat féminin lancée en mai 2013 par le ministère des Droits des femmes avec l’APCE et la floraison des réseaux de femmes chefs d’entreprise, sur lesquels Marion Rabier a rédigé une thèse de sociologie (2013).

2 Le n° 13 de la revue Travail, genre et sociétés, et son dossier sur les « Patronnes », a également posé de premiers jalons sur l’objet en 2005.

3 Elle s’installe alors en région parisienne, au début des années 2000.

Top of page

References

Electronic reference

Julie Landour, « Les illusions perdues de la Mompreneur », La nouvelle revue du travail [Online], 9 | 2016, Online since 02 November 2016, connection on 22 August 2017. URL : http://nrt.revues.org/2942 ; DOI : 10.4000/nrt.2942

Top of page

About the author

Julie Landour

EHESS – Centre Georg Simmel (UMR 8131 EHESS/CNRS)

Top of page

Copyright

© Tous droits réservés

Top of page
  • Logo La NRT est soutenue financièrement par
  • Logo CNRS INSHS
  • Logo Centre Pierre Naville - Université d'Evry
  • Logo Laboratoire Printemps (professions, institutions et temporalités)
  • Logo Centre Emile Durkheim
  • Logo Laboratoire lorrain de sciences sociales - Université de Lorraine
  • Logo IRISSO - Dauphine université Paris
  • Logo Multidisciplinaria de Estudios sobre el Trabajo (UMEST) - Universidad Autónoma de Querétaro
  • Logo La NRT est aussi reconnue et soutenue par
  • Logo HCERS
  • Logo Fondation Maison des sciences de l'homme
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org