Skip to navigation – Site map
Recensions et notes de lecture

Tristan Auvray, Thomas Dallery, Sandra Rigot, L’Entreprise liquidée. La finance contre l’investissement, Postface de Michel Aglietta, Michalon, 2016, 319 p.

Daniel Bachet
Bibliographical reference

Tristan Auvray, Thomas Dallery, Sandra Rigot, L’Entreprise liquidée. La finance contre l’investissement, Postface de Michel Aglietta, Michalon, 2016, 319 p.

Full text

1L’ouvrage analyse et déconstruit de manière très convaincante les effets négatifs de la financiarisation sur l’entreprise et plus globalement sur le système socioproductif. Cette financiarisation de l’économie recouvre aussi bien la recherche de la rentabilité à court terme par les entreprises non financières que la surveillance renforcée des finances publiques par les marchés ou que la création de produits dérivés par les banques. La moitié des profits de l’ensemble des entreprises françaises provient dorénavant de leurs placements financiers.

2Pourtant, selon Tristan Auvray, Thomas Dallery et Sandra Rigot, l’entreprise n’est pas un simple actif liquide à instrumentaliser et dépecer au profit des détenteurs de capitaux. C’est une entité dont l’objectif est certes de « croître et de persévérer dans l’être » comme l’écrit Michel Aglietta dans sa postface, mais dont la finalité institutionnelle est d’abord de produire des biens et des services. Or, lorsque la finance est de plus en plus dérèglementée, la nouvelle « gouvernance » est sommée de souscrire à des dispositifs et à des outils comptables qui alignent les intérêts des chefs d’entreprises sur ceux des actionnaires de contrôle. L’entreprise est alors appréhendée comme une entité de plus en plus fluide que l’on peut désosser et revendre à tout moment. Cette capacité à être transformée sans frais en monnaie est désignée sous le terme de « liquidité ». Comme le rappellent les auteurs, la liquidité s’oppose à l’idée d’engagement et de projet à long terme. Les conventions financières véhiculées par la « gouvernance » actionnariale et par la recherche de la liquidité contaminent la structure productive qu’est l’entreprise. On peut même aller plus loin et affirmer que « l’entreprise » n’existe plus comme entité productive.

3Dans une première partie, les auteurs rappellent comment fonctionnent les marchés financiers. Ce sont ces marchés qui, pour satisfaire les exigences des actionnaires de contrôle, s’engagent dans des projets d’investissement dont les conventions de rentabilité sont fixées de manière exogène aux entreprises par les opérateurs financiers eux-mêmes, c’est-à-dire par les gestionnaires d’actifs des investisseurs institutionnels (compagnies d’assurance, fonds de pension et mutual funds). Contrairement à une idée reçue, les marchés financiers n’ont pas permis d’imposer un financement direct et utile aux entreprises. La mise en place d’une chaîne longue et complexe d’intermédiaires contribue au contraire à accélérer une financiarisation génératrice de risques. Chaque maillon de la chaîne se rémunère au passage sans que les sommes affectées globalement aux entreprises et à « l’économie réelle » soient pour autant plus importantes. La progression des commissions et donc des frais engagés trouve l’une de ses sources dans la protection que le secteur bancaire a dû organiser pour se prémunir contre les variations des taux de change et des taux d’intérêt. Lorsque la finance est encadrée et que les taux d’intérêt sont pilotés par les pouvoirs publics, il n’est pas nécessaire de s’assurer contre leur instabilité. Mais la finance dérèglementée alourdit le poids des financements de l’économie réelle en raison de la montée des coûts des produits d’assurance contre les risques financiers.

4Il est sans doute utile de rappeler que la valeur des transactions sur les marchés dérivés et de change représente près de 95 % des transactions financières et non financières totales dans le monde. En revanche, la valeur des transactions non financières liées à l’économie dite réelle ne représente que 2 % seulement.

5Dans les chapitres suivants, les auteurs tentent de positionner l’entreprise dans une perspective historique. C’est la création de personnes juridiques non mortelles qui favorise le développement de la grande firme capitaliste et qui constitue le socle du capitalisme industriel. À partir de 1867, les sociétés anonymes (SA) disposent du droit de se constituer sans autorisation gouvernementale préalable. Le développement d’un certain type de capitalisme est en marche avec ses cycles de phases expansives et de phases dépressives. Dans l’entreprise, le rapport de travail est déjà un rapport de subordination des salariés vis-à-vis de la « société » au sens juridique. Il le reste encore plus que jamais aujourd’hui.

6Ce capitalisme de l’âge classique connaît sa première mondialisation financière, mais l’épargne est intermédiée par des banques d’affaires et l’expansion financière a d’abord pour objectif d’accompagner le commerce international. Les mouvements de capitaux vont des pays industriellement avancés (France et Grande-Bretagne) vers les pays de peuplement pour financer les infrastructures et les exploitations agricoles et minières. La seconde globalisation financière qui commence dans les années 1980 procède d’une tout autre logique. Pour orienter les flux de capitaux, les réseaux bancaires intègrent des produits financiers de plus en plus sophistiqués en multipliant les véhicules de transfert de risque. C’est toute la force et la supercherie de cette « innovation » permanente que de créer les conditions de son propre développement. Le nombre des produits s’accroît et, par recombinaison, engendre de nouvelles possibilités d’innover pour offrir encore plus de produits.

7Les auteurs démontrent précisément comment la financiarisation agit directement au cœur du mode de gouvernance des entreprises afin d’en réorienter les finalités. Pour atteindre les nouveaux objectifs financiers, les sociétés se sont dotées d’une méthode de gestion appropriée, l’EVA (economic value added). L’EVA représente le résultat économique de la société après rémunération de l’ensemble des capitaux investis, endettement et fonds propres. Avec cette nouvelle approche, il ne suffit plus de faire du profit pour créer de la valeur. Il faut en gagner plus que ce qui est offert par le marché pour un même niveau de risque. La pression est mise sur la contraction des investissements et des actifs économiques pour maximiser la rentabilité financière. La contrainte de rentabilité a donc bien gagné en intensité puisqu’il ne suffit plus de maximiser le profit comme cela était le cas dans le régime fordien des Trente Glorieuses, mais de maximiser en permanence le cours de l’action en bourse.

8Le capital productif est progressivement étouffé compte tenu de la position dominante de la finance au sein des entreprises non financières. La démultiplication des agents financiers oriente cette fois-ci l’épargne des pays en développement vers les pays les plus riches sans pour autant impulser un véritable processus de création de richesses (au sens de production de biens et de services). Il s’agit plutôt d’une recherche de rentes privilégiant la liquidité, appuyée en cela par les banques centrales et par une « finance de l’ombre » (shadow banking) qui reste quant à elle, en dehors de toute régulation prudentielle.

9Que dire de cette finance de l’ombre ? Elle est constituée par les fonds spéculatifs à haut risque (hedges fund), domiciliés pour les deux tiers dans les paradis fiscaux, et par les véhicules de titrisation des grandes banques, domiciliés aux mêmes endroits. Le shadow banking et les revenus très élevés qu’il véhicule sont donc étroitement connectés avec les paradis fiscaux et les structures offshore d’optimisation et de fraude fiscale. Il semble, selon de récentes statistiques, que cette finance de l’ombre possède de grandes capacités pour contourner les règlementations, en premier lieu fiscales. Cette finance non régulée peut constituer en tout cas un très grave danger et devenir l’épicentre d’une prochaine crise financière mondiale.

10Depuis la crise économique de 2007-2008 et le sauvetage des banques par les États, la concentration bancaire s’est encore accrue. Dix des plus grandes banques occidentales détenaient 60 % des actifs bancaires en 2007. Deux ans après, le pourcentage dépasse 70 %. Les banques ont encore de fortes réticences à jouer leur rôle de prêteur aux particuliers et aux entreprises dans les meilleures conditions de sécurité et de coût. Elles se consacrent davantage aux activités de marché à forte rentabilité, surtout lorsque les taux d’intérêt sont très bas.

11Alors qu’il aurait fallu « déprivatiser » et refonder les banques en vue d’assurer l’apport des ressources aux économies qui en ont besoin, celles-ci sont devenues des lieux de réalisation de liquidités pour les actionnaires. La puissance des 29 banques systémiques (sur les 46 000 présentes dans le monde) est à mettre en rapport avec la faiblesse des 198 États dont le surendettement a été provoqué par la crise financière et par la logique du tout marché, mondialisé et financiarisé.

12On comprend que devant un tel état du monde économique et financier, les trois auteurs présentent un certain nombre de propositions qui se veulent opératoires pour sortir du capitalisme financiarisé.

13Selon eux, il serait d’abord indispensable de déconnecter la liquidité des actifs sur les marchés financiers de la gouvernance des sociétés. Les auteurs rappellent que seules les émissions d’actions sur le marché primaire apportent des fonds à l’entreprise, ce qui n’est pas le cas des achats d’action sur le marché secondaire. Dès lors, le choix pourrait être engagé de privilégier les actionnaires ayant souscrit des actions sur le marché primaire en leur attribuant un droit de vote en assemblée générale. En complément de cette mesure, les droits de vote (et les dividendes) pourraient être proportionnels à la durée de détention d’une action.

14Tristan Auvray, Thomas Dallery et Sandra Rigot insistent sur la nécessité de « désarmer la liquidité », car celle-ci permet aux actionnaires d’agir comme s’ils étaient les véritables propriétaires de l’entreprise. Les actionnaires sont les seuls en effet à décider de l’utilisation des profits pour verser les dividendes et opérer des rachats d’action. Pourtant, il n’y a aucune raison logique pour que l’affectation du profit ne soit pas plus collective.

15En complément de ces mesures, la mise en place d’une banque partenariale de financement de l’investissement (BPFI) gérée par les représentants des partenaires sociaux et de l’État pourrait, grâce à un emprunt forcé auprès des investisseurs institutionnels (qui sont des actionnaires « impatients ») se comporter comme un actionnaire de long terme et diminuer la pression de la liquidité dans les entreprises. Cette nouvelle instance deviendrait un nouveau lieu de délibération et de définition du bien commun.

16Comme on peut le constater, les réformes proposées tentent de remonter à la racine des problèmes en ouvrant des perspectives pour une action politique capable « d’affronter les enjeux de la restauration de l’emploi et du changement climatique » (page 18).

17Sans doute aurait-il été souhaitable que les auteurs insistent davantage sur la nécessité de mettre en place d’autres états comptables que ceux qui prévalent aujourd’hui. Il est en effet possible, par des états comptables renouvelés, de construire une efficacité productive, économique et écologique qui ne se confonde pas avec la recherche du seul optimum financier. La façon de compter influe fortement sur les jugements, orientations et décisions. Elle relève d’un principe producteur de normes qui conduit à donner une nouvelle identité à l’entreprise.

18La grande force de l’ouvrage est cependant d’avoir restitué toute l’importance de « l’entreprise », institution majeure qui ne peut pas être considérée comme un « objet » de propriété. Les détenteurs de capitaux ne sont propriétaires que des actions, des parts sociales ou des titres de propriété. Ils ne sont pas juridiquement propriétaires de l’entreprise. Dès lors qu’une nouvelle finalité institutionnelle est assignée à l’entreprise, qui ne se réduit plus au profit, le travail peut être appréhendé comme une source de valeur et de développement et non comme un coût à réduire sans cesse.

19Ce n’est qu’en refondant les finalités des entreprises (et des banques) et en rééquilibrant les pouvoirs dans toutes les institutions que l’on pourra reconstruire des procédures démocratiques. Cette reconstruction est la condition nécessaire pour réinstitutionnaliser le travail au sein des sociétés contemporaines et pour sortir du capitalisme financiarisé. De ce point de vue, la lecture de cet ouvrage est indispensable.

Top of page

References

Electronic reference

Daniel Bachet, « Tristan Auvray, Thomas Dallery, Sandra Rigot, L’Entreprise liquidée. La finance contre l’investissement, Postface de Michel Aglietta, Michalon, 2016, 319 p. », La nouvelle revue du travail [Online], 9 | 2016, Online since 29 October 2016, connection on 27 June 2017. URL : http://nrt.revues.org/2959

Top of page

About the author

Daniel Bachet

Centre Pierre Naville, Université d’Evry

By this author

Top of page

Copyright

© Tous droits réservés

Top of page
  • Logo La NRT est soutenue financièrement par
  • Logo CNRS INSHS
  • Logo Centre Pierre Naville - Université d'Evry
  • Logo Laboratoire Printemps (professions, institutions et temporalités)
  • Logo Centre Emile Durkheim
  • Logo Laboratoire lorrain de sciences sociales - Université de Lorraine
  • Logo IRISSO - Dauphine université Paris
  • Logo Multidisciplinaria de Estudios sobre el Trabajo (UMEST) - Universidad Autónoma de Querétaro
  • Logo La NRT est aussi reconnue et soutenue par
  • Logo HCERS
  • Logo Fondation Maison des sciences de l'homme
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org