Skip to navigation – Site map
Recensions et notes de lecture

Daniel Bachet, Critique de la finance capitaliste. Pour un financement solidaire, Vulaines-sur-Seine, Éditions du Croquant, 2015, 190 p.

Philippe Semenowicz
Bibliographical reference

Daniel Bachet, Critique de la finance capitaliste. Pour un financement solidaire, Vulaines-sur-Seine, Éditions du Croquant, 2015, 190 p.

Full text

1L’ouvrage de Daniel Bachet s’inscrit dans le prolongement de ses travaux antérieurs concernant l’impact de la financiarisation sur l’organisation du travail. Toutefois, comme l’indique le titre, la réflexion se centre ici sur la finance stricto sensu. Constatant son emprise sur ses objets habituels que sont l’entreprise et le travail, l’auteur en est conduit à déporter son regard. L’ouvrage ne relève donc à proprement parler ni de la sociologie du travail ni de la sociologie de l’entreprise, même si celles-ci sont mobilisées en plusieurs endroits (particulièrement aux chapitres 5 et 6). Il s’agit plutôt d’un essai, proposant à la fois une critique de la « finance capitaliste » et un programme politique visant à la dépasser.

2Dans le premier chapitre, l’auteur propose une synthèse des connaissances sur le capitalisme financier. Sont successivement présentés sa logique d’ensemble, les modalités de son institutionnalisation (depuis la création du marché des « eurodollars » à Londres en 1958 jusqu’au trading à haute fréquence) et les mécanismes par lesquels il génère des crises à répétition. En négatif, les deux chapitres suivants sont consacrés à des expériences alternatives généralement regroupées sous le terme de finance solidaire. L’auteur en retrace ainsi l’histoire à partir de ses expériences fondatrices en Allemagne : Raffeisen et Schultze-Delizsch. En France, la finance solidaire puise ses sources dans l’associationnisme ouvrier, mais elle ne s’affirme véritablement qu’à la fin du xixe siècle avec la création des banques coopératives. L’auteur dresse ensuite un panorama contemporain de la finance solidaire, en détaillant ses diverses formes et ses principaux acteurs : clubs d’investisseurs solidaires (CIGALES), sociétés de capital-risque (GARRIGUE), sociétés financières de prêt solidaire (NEF), sociétés de garantie solidaire et structures de microcrédit (France active, ADIE), banques éthiques et alternatives (Crédit coopératif), mouvement de la « slow money »… S’appuyant sur les travaux de Jean-Michel Servet et d’Isabelle Guérin, il termine en soulignant les difficultés rencontrées par la finance solidaire, comme en témoignent certains échecs du microcrédit : faillite d’organismes emblématiques, surendettement des emprunteurs…

3Le quatrième chapitre élargit le propos à l’ensemble de l’économie sociale et solidaire (ESS), dont les principes de gestion démocratique et d’utilité sociale et environnementale incarnent un contre-modèle à l’économie capitaliste. L’exemple des monnaies sociales et locales montre ainsi que l’ESS pourrait constituer un vecteur de la transition écologique que l’auteur appelle de ses vœux : « inciter individus et entreprises à produire “responsables” tout en favorisant la relocalisation et la dynamisation des échanges » (p. 110). Dans cette perspective, la finance devrait idéalement être envisagée comme un « commun », au service de la transition écologique. Mais comme l’expose le cinquième chapitre, dans sa version capitaliste, elle constitue à l’inverse un cadre institutionnel contrariant la diffusion de formes alternatives d’économie. Mobilisant divers travaux relevant de la sociologie du travail, l’auteur rappelle en effet comment se met en place une « servitude volontaire » des salariés : la finance capitaliste diffuse à tous les niveaux hiérarchiques des principes visant la valorisation du capital. C’est pourquoi il faudrait avant tout agir sur les structures qui fixent les règles du jeu. Le sixième chapitre émet ainsi diverses préconisations pour substituer un « financement solidaire » à la « finance capitaliste ». L’auteur juge tout d’abord indispensable de « refonder les institutions » centrales du capitalisme : l’entreprise, le marché et le système bancaire. Il reprend également à son compte diverses propositions formulées par Jacques Sapir, Frédéric Lordon ou François Morin : abandon du libre-échange au profit d’un « protectionnisme raisonné et solidaire », transformation de l’euro en une « monnaie commune » coexistant avec les monnaies nationales et création d’une monnaie internationale.

  • 1 Hély M., Moulévrier P., 2013, L’Économie sociale et solidaire. De l’utopie aux pratiques, Paris, La (...)
  • 2 Defalvard H., 2015, La Révolution de l’économie (en dix leçons), Ivry-sur-Seine, Les Éditions de l’ (...)

4La thèse défendue par l’auteur est donc sans ambigüité : la finance solidaire et plus largement l’ESS ne pourront se généraliser qu’en dehors du système capitaliste. « C’est ce cadre qui pose problème. Il convient donc de le transformer en profondeur, voire, à terme, de sortir du cadre lui-même. » (p. 173) Les structures jouent un rôle essentiel en contraignant les comportements ; en l’état, il est illusoire d’espérer la généralisation de pratiques vertueuses. De ce point de vue, l’auteur se place explicitement dans la filiation de Karl Marx selon lequel « la société est une totalité et les tentatives de changer les rapports sociaux localement relèvent d’une conception idéaliste qui est incapable de proposer un véritable dépassement du capitalisme » (p. 48). Toutefois, si l’auteur pointe les limites actuelles de l’ESS et de la finance solidaire, il ne va pas jusqu’à ne voir en elles qu’une simple mystification à la manière de Hély et Moulévrier1. Au contraire, l’auteur annonce d’emblée qu’il les considère comme un véritable contre-modèle, dont la diffusion est entravée par le cadre institutionnel. « Le fil directeur du livre est de montrer comment la finance solidaire, et plus généralement l’ESS, sont en mesure de préfigurer une société auto-organisée sur d’autres valeurs. » (p. 11) Par sa nature et son projet, l’ouvrage rejoint donc celui publié quasi simultanément par Defalvard2. Tous deux partent d’une critique du capitalisme libéral pour aboutir à des propositions visant son dépassement à partir du concept de commun popularisé par les travaux d’Elinor Ostrom.

  • 3 McInerney P. B., 2015, « Walking a fine line: how organizations respond to the institutional plural (...)
  • 4 Thuderoz C., 2015, Petit Traité du compromis – L’art de la concession, Paris, Presses Universitaire (...)

5Si le raisonnement de Daniel Bachet s’organise de manière convaincante, on peut toutefois regretter que le genre de l’essai n’implique pas sa mise à l’épreuve d’un terrain d’enquête. On serait en effet curieux de savoir comment les acteurs de la finance solidaire composent avec les contraintes qui sont les leurs. Tout particulièrement, il serait intéressant d’étudier dans le détail les collaborations de la finance solidaire avec la finance capitaliste. Ainsi un organisme comme l’ADIE gère des lignes de crédit qui lui sont attribuées par de grandes banques, coopératives ou non. Comment ce type de partenariat fonctionne-t-il ? Un isomorphisme institutionnel de la finance solidaire avec la finance capitaliste est-il inévitable comme le laisse entendre l’auteur ? Ou bien, les acteurs de la finance solidaire parviennent-ils à « marcher sur la corde raide », pour reprendre la formule de McInerney3 ? Dans une perspective pragmatique, les travaux de ce dernier montrent en effet comment les acteurs parviennent à gérer la pluralité des logiques institutionnelles. On croît deviner que pour Daniel Bachet de telles tentatives sont nécessairement vouées à l’échec : « On imagine bien que les conditions de la transformation sociale relèvent plus de ceux qui aménagent les structures, plutôt que de ceux qui s’agitent dans celles-ci » (p. 123). Mais en l’absence de données empiriques, l’affirmation selon laquelle « on ne transformera pas le capitalisme par hybridation » (p. 173) apparaît plus assénée que démontrée. L’auteur semble assimiler tout compromis à de la compromission, conformément au travers pointé par Thuderoz4.

6Enfin, si l’on peut souscrire au programme politique défendu dans l’ouvrage, on est en droit de s’interroger sur sa concrétisation : quelles forces sociales et politiques sont susceptibles de le faire advenir à court terme ? L’idéal que nous propose Daniel Bachet est certes séduisant, mais on reste dubitatif quant à sa prochaine réalisation. Dans l’intervalle, faut-il pour autant bannir toute tentative de promouvoir des pratiques vertueuses au sein du système capitaliste ? On retrouve ici un débat central au sein de l’ESS. Si une partie de celle-ci ambitionne d’incarner un contre-modèle au capitalisme ayant idéalement vocation à s’y substituer, l’autre fait le pari de la possibilité de le transformer de l’intérieur au risque de n’en devenir qu’une simple « béquille ». Chacune poursuit en fait le même objectif d’une économie fonctionnant selon des principes plus vertueux, mais en empruntant des voies radicalement distinctes. Bien que leurs promoteurs s’affrontent rudement quant à leurs stratégies respectives, il n’est pas exclu que celles-ci s’avèrent plus complémentaires que concurrentes : elles peuvent se renforcer plutôt que se neutraliser, la critique radicale servant d’aiguillon aux tentatives réformistes.

Top of page

Notes

1 Hély M., Moulévrier P., 2013, L’Économie sociale et solidaire. De l’utopie aux pratiques, Paris, La Dispute.

2 Defalvard H., 2015, La Révolution de l’économie (en dix leçons), Ivry-sur-Seine, Les Éditions de l’Atelier.

3 McInerney P. B., 2015, « Walking a fine line: how organizations respond to the institutional pluralism of intersectoral collaboration », Social currents, vol. 2, n° 3, p. 280-301.

4 Thuderoz C., 2015, Petit Traité du compromis – L’art de la concession, Paris, Presses Universitaires de France.

Top of page

References

Electronic reference

Philippe Semenowicz, « Daniel Bachet, Critique de la finance capitaliste. Pour un financement solidaire, Vulaines-sur-Seine, Éditions du Croquant, 2015, 190 p. », La nouvelle revue du travail [Online], 9 | 2016, Online since 29 October 2016, connection on 17 October 2017. URL : http://nrt.revues.org/2964

Top of page

About the author

Philippe Semenowicz

Université Paris-Est, ERUDITE

Top of page

Copyright

© Tous droits réservés

Top of page
  • Logo La NRT est soutenue financièrement par
  • Logo CNRS INSHS
  • Logo Centre Pierre Naville - Université d'Evry
  • Logo Laboratoire Printemps (professions, institutions et temporalités)
  • Logo Centre Emile Durkheim
  • Logo Laboratoire lorrain de sciences sociales - Université de Lorraine
  • Logo IRISSO - Dauphine université Paris
  • Logo Multidisciplinaria de Estudios sobre el Trabajo (UMEST) - Universidad Autónoma de Querétaro
  • Logo La NRT est aussi reconnue et soutenue par
  • Logo HCERS
  • Logo Fondation Maison des sciences de l'homme
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org