Navigation – Plan du site
Recensions et notes de lecture

Vincent de Gaulejac et Fabienne Hanique, Le Capitalisme paradoxant. Un système qui rend fou, Paris, Seuil, 2015, 288 p.

Jean-Luc Metzger
Référence(s) :

Vincent de Gaulejac et Fabienne Hanique, Le Capitalisme paradoxant. Un système qui rend fou, Paris, Seuil, 2015

Texte intégral

1On peut être tenté de ne voir dans cet ouvrage qu’une énième version d’un diagnostic bien rôdé sur les méfaits de l’idéologie néolibérale et de ses dispositifs disciplinaires. Mais s’il est vrai que les auteurs reprennent, en les actualisant, des constats déjà exposés, ils apportent plusieurs instruments d’analyse pour compléter la boîte à outils qu’ils mettent à notre disposition. Parmi ces catégories, celle de « création destructrice » et de société paradoxante nous paraissent particulièrement fécondes.

La société paradoxante et ses trois « révolutions »

  • 1 Voir notre recension, Jean-Luc Metzger (2013), « Alain Supiot, L’Esprit de Philadelphie. La justice (...)
  • 2 Voir notre recension, Jean-Luc Metzger (2010), « Pierre Dardot, Christian Laval, La Nouvelle Raison (...)
  • 3 Voir notre recension, Jean-Luc Metzger, « La Performance comme dispositif de gestion ou la construc (...)

2Dans l’introduction, se référant à de nombreux ouvrages récents, dont ceux d’Alain Supiot1, Alain Dardot et Christian Laval2, sans oublier ceux écrits ou coécrits par Vincent de Gaulejac lui-même3, les auteurs reconstituent la genèse du cadre macro-économique global actuel qui enserre chaque décision dans les champs de la production, de la consommation et de la politique. C’est sous l’emprise de ce cadre – d’autant plus prégnant qu’il est difficile à détecter – qu’émerge et se répand, à partir des années 1980, une nouvelle forme de subjectivité. Elle est le propre d’un « individu hypermoderne », et caractérise un être « individualiste et socialisé, autonome et conformiste, confronté à la vacuité et au trop-plein, […] complexe et inconsistant » (p. 12). Cet individu hypermoderne est dorénavant pris au piège d’un inextricable réseau d’exigences incompatibles, caractéristiques d’une société où « le paradoxe devient la norme » (p. 14). L’objet du livre en découle : il s’agit « d’explorer les processus qui contribuent à produire la société paradoxante » (p. 14).

  • 4 Voir la recension rédigée par Pierre Musso (2000), « L’Ère de l’information de Manuel Castells », Q (...)

3Ces processus concourants sont : l’extension de l’usage intensif des technologies numériques – l’« informationnalisation » selon l’expression de M. Castells4 –, la financiarisation des économies et la gestionnarisation du monde, chacun étudié dans un chapitre spécifique. Au préalable, dans le premier chapitre, les auteurs identifient le « principe » commun à ces dynamiques : la « création destructrice » (p. 30). Ce point est central : loin que les destructions actuelles ne soient le prélude à des innovations progressistes, ce sont les usages des innovations (technologiques, financières, managériales) qui sont destructeurs – et donc régressifs –, à l’image de la dynamique létale du cancer qui procède par prolifération de tissus malins.

4Cette commune propension à tout détruire au prétexte de créer un individu nouveau se manifeste, d’abord, dans le fait que « chacun doit se présenter comme responsable, (…) on lui prescrit d’être autonome, mais la conquête de l’autonomie passe par la soumission à des injonctions, par l’incorporation de normes » (p. 20). L’ardente obligation d’être libre de ses choix est surdéterminée par l’impératif d’adopter des modèles de comportement prescrits : (désirer) être hyper-performant, par exemple. C’est donc la capacité à être authentiquement autonome que détruit ainsi l’injonction systémique à l’autonomie. D’autant plus qu’une telle emprise accroît simultanément « la peur de se tromper et d’être trompé » (p. 20). Incités à nous méfier de tout et de tous, nous recherchons les informations, les moyens, les mesures qui vont nous garantir la qualité, la sécurité, les meilleurs prix, le meilleur environnement, etc. Tels des courtiers polyvalents et multicartes, il nous faut nous transmuter en êtres omniscients et hyperinformés, experts en concurrence.

5Mais si la prolifération des paradoxes ne se tarit pas, c’est aussi parce qu’il est devenu pratiquement impossible de s’opposer à un tel processus autodestructeur. L’annihilation insidieuse de la critique s’exprime, notamment, dans des formules du type « il n’y a pas de pilote dans l’avion » et « il n’y a pas d’alternatives », comme si les opinions savantes et profanes avaient admis qu’il n’y avait plus de centres de décisions, plus de rapports de domination. Une telle résignation, un tel renoncement à enquêter est d’autant plus paradoxal que s’accumulent les rapports, les articles, les livres, les documentaires, les « fuites » montrant l’accroissement vertigineux des inégalités – de ressources, de patrimoine, de capacité d’agir, de perspectives –, ainsi que le caractère inaccessible des lieux où se prennent les décisions structurantes.

6La création, lente et têtue, progressive et inflexible, du monde merveilleux promis par les néolibéraux détruit tout sur son chemin, y compris l’esprit critique, noyé sous les tonnes d’informations à chaud s’écoulant des fabriques médiatiques. Les mouvements contestataires se fragmentent en une multitude de microluttes éphémères – étrangement mises en valeur par le système médiatique, lui-même propriété de multinationales. Mais s’il est difficile de s’opposer efficacement à la société paradoxante, c’est aussi parce que les sirènes du néolibéralisme ont séduit un nombre considérable de salariés devenus actionnaires de « leur » entreprise. À partir du moment où ils ont accepté de se considérer les uns les autres comme des « clients-fournisseurs », comment s’opposeraient-ils à la mise en œuvre de dispositifs de gestion qui promettent d’accroître la performance financière, tout en dégradant les conditions de travail et en précarisant les statuts d’emploi ?

7Mais si la contestation organisée de la société paradoxante est aussi faible, c’est également parce qu’un nombre croissant d’individus, faute de trouver un emploi ou sincèrement convertis au mythe de l’auto-entrepreneuriat, s’identifient aux rêves du self-made-man. Ici, la création de l’individu hypermoderne – au moyen des dispositifs juridiques, disciplinaires et sécuritaires décrits dans l’ouvrage –, est destructrice des formes alternatives d’action : ni l’État ni les services publics, pas plus que les idéologies fondées sur la lutte des classes n’apparaissent comme le support de l’émancipation collective. S’impose le modèle des microcommunautés d’individus en réseaux, prêtes à en découdre avec leurs adversaires pour capter les flux d’investissements et prétendre à leur tour occuper les meilleures places dans les palmarès.

8Et c’est bien là la différence entre les sociétés communément traversées de contradictions et la société paradoxante : celle-ci ne semble pas offrir d’échappatoires constructives, les individus s’y sentent piégés, enferrés, pris dans les rets d’un immense filet qu’ils contribuent parfois à tisser. En effet, les individus sont sommés : d’une part, d’être autonomes – c’est-à-dire d’assumer seuls les conséquences de leurs actes et de leurs décisions – ; et, d’autre part, d’intérioriser les exigences de « prescriptions idéales à atteindre » (p. 25) – donc, de se soumettre. Ce sont ces situations durablement contradictoires que les auteurs analysent en les référant successivement aux « révolutions » numériques, financières et managériales.

  • 5 Voir la recension de Jean-Pierre Durand (2013), « Francis Jauréguiberry et Serge Proulx, Usages et (...)

9Au chapitre 2, ils rappellent que, loin d’être un vecteur univoque d’émancipation des masses, l’emploi massif des technologies engendre de nouvelles contradictions, de nouvelles déstabilisations. En effet, grâce aux usages professionnels des TIC, « la réorganisation [dans les entreprises] devient la norme, induisant un sentiment de crise perpétuelle. […] Les organisations ne représentent plus la stabilité, la permanence, […] mais l’éphémère et la discontinuité. […] L’espace devient ouvert, le poste de travail devient mobile, […] l’individu numérique […] devient l’archétype de l’homme hypermoderne. » (p. 40-41) S’appuyant, notamment, sur les travaux de Francis Jauréguiberry5, les auteurs repèrent dans les usages intensifs du smartphone, une figure emblématique de la société paradoxante, car leurs utilisateurs plébiscitent une liberté contrôlée, voire dirigée (p. 42). La liberté est ainsi dévoyée, truffée de paradoxes : les dispositifs techniques nous permettent de ne pas nous rendre au bureau, mais, même en l’absence de superviseur direct, nous n’en ressentons pas moins « spontanément » l’impératif de nous connecter au serveur de l’entreprise.

10La prégnance de cette liberté dirigée, contrôlée, paradoxale, est d’autant plus forte qu’il devient impossible, impensable même, d’en contester l’intérêt, d’en pointer les dangers, par exemple, en soulignant la sensibilité de nos systèmes sociaux aux risques de pannes géantes. Les pathologies spécifiques à certaines pratiques (isolement, addiction au monde virtuel) sont considérées comme des épiphénomènes. Bref, le succès mal contesté de la consommation massive de marchandises numériques incarne et renforce la dynamique paradoxante des sociétés actuelles : « repli sur soi et ouverture au monde, individualisme et insertion dans des réseaux multiples, accès généralisé à tous les savoirs et perte de sens, développement de la démocratie participative et concentration du pouvoir et de la recherche dans des cercles étroits, possibilité de communications infinies et isolement des individus, créativité des échanges et formatage des formes d’expression. » (p. 53)

11Dans le chapitre 3, les auteurs examinent la responsabilité des élites politiques qui ont favorisé, depuis le début des années 1980, la constitution d’une contre-société d’extension mondiale, où paradis fiscaux, fraude, corruption s’ajoutent aux instruments financiers « innovants » pour détruire peu à peu les régulations nationales – les systèmes sociaux et politiques hérités de l’après-Seconde Guerre mondiale – ou pour empêcher des régulations d’émerger là où elles font défaut. Les exigences de rentabilité financière – la fameuse création de valeur pour l’actionnaire, fut-il l’État – l’emportent sur toute autre considération, c’est pourquoi, nous le répètent à l’envi économistes et professionnels de la politique, il faut détruire des emplois et des droits pour que les employeurs aient le « courage » de créer des emplois. En somme, il s’agit de détruire toute forme de valeurs non directement et immédiatement financière. Décideurs politiques mais aussi experts en sciences sociales, s’enferrant dans des rôles d’auxiliaires des marchés financiers, tissent et resserrent les mailles du filet paradoxant.

12Au chapitre 4, les auteurs traitent de « la fabrication des organisations paradoxantes ». Les dominants délèguent une partie de leur action à des « référentiels, des normes de qualité, des outils de contrôle, des indicateurs de mesure » (p. 76), ce qui leur permet de se défausser sur leurs collaborateurs, lesquels délèguent à leur tour, dans une pyramide d’impuissance généralisée. « Dans l’ère du capitalisme financier, la notion de “sens des responsabilités” change. Dans les faits, il apparaît que cette qualité attendue des managers a parfois pour fonction de “couvrir” des pratiques telles que l’usage de la duplicité, l’évitement des contradictions plutôt que leur résolution […], la maîtrise de la novlangue managériale » (p. 79).

13En plus de l’emploi massif des technologies numériques et du recrutement d’auxiliaires, les marchés financiers recourent aux cabinets de conseils et d’audit pour désamorcer les résistances, voire les rendre fonctionnelles. Ces multinationales au service des multinationales vendent des technologies gestionnaires supposées « produire de l’organisation » – en réalité, détruire de l’organisation. Leurs dirigeants et actionnaires peuvent compter sur des bataillons de jeunes diplômés, dûment sélectionnés et formatés, exaltés à l’idée de participer à – ce qu’ils croient être – un projet global de société visant à changer le monde, rendre l’économie plus compétitive, etc. Leur mission est, au-delà des bilans comptables et des audits financiers, de convertir les masses aux bienfaits innombrables du marché, de leur faire « intégrer la culture de la haute performance » (p. 85). Par exemple, ils vont chercher à convaincre une partie des salariés du caractère bienfaisant de leur propre licenciement – de le vivre comme un sacrifice à l’intérêt général –, et de persuader le reste des salariés, les non-licenciés, de fourmiller d’inventivité pour contribuer à leur propre exploitation en attendant l’heure d’être eux-mêmes licenciés. Grâce aux nouvelles technologies d’endoctrinement, la conflictualité entre capital et travail disparaît, dans les faits, mais aussi dans les consciences, les salariés ne pouvant pas exprimer correctement les contradictions qu’ils vivent. Or, nous rappellent les auteurs, l’impossibilité de critiquer une situation qui nous dévalorise – et à laquelle nous contribuons – encourage les pratiques autodestructrices.

14Au chapitre 5, les auteurs examinent ce que le patronat appelle la « révolution managériale » – de fait, une « contre-révolution néoconservatrice » – qui recouvre une large palette de dispositifs : « la GRH, l’organisation par projets, la culture du résultat, la nouvelle “gouvernance”, le management par l’excellence et l’évaluation performative » (p. 95). Cette contre-révolution conservatrice s’est faite par vagues successives, chaque vague ne provoquant généralement pas, lors de son apparition, d’opposition. Ainsi, lors de l’introduction de l’organisation par projet, dans les années 1980, une partie des cadres et des salariés a cru y trouver une réponse à certaines de leurs aspirations : rejeter les raisonnements en termes de lutte des classes et leur préférer l’idéologie du mérite, qui semblait prolonger les valeurs traditionnelles transmises par l’école. Plus généralement, le même schéma – enthousiasme initial suivi de désillusions (trop) tardives – se retrouve dans la mise en œuvre de la plupart des dispositifs de gestion, des années 1990 aux années 2010. Mais les contradictions engendrées par les différentes facettes de la révolution managériale, une fois entraperçues, sont aussitôt niées, occultées par l’introduction de nouvelles générations de méthodes, d’outils, promettant flexibilité, souplesse, agilité, etc.

15Pour continuer à nier les problèmes que la mise en œuvre de leurs prescriptions subjectives engendre, les responsables se rendent de plus en plus distants, inaccessibles, pilotant au moyen d’indicateurs supposés refléter la productivité financière de leurs firmes. La déconnexion entre dirigeants et managers, d’une part, et producteurs, d’autre part, est telle que les premiers, ignorant tout du travail réel qu’ils contribuent à désorganiser, reportent sur les seconds la charge de trouver les bonnes solutions dans l’urgence. Dans ce contexte de désorganisation continue, faute de chercher à assumer leur rôle de médiateurs de conflits, les dirigeants convertissent la nature conflictuelle du travail en machine à produire du paradoxe.

16Le chapitre 6 est consacré à l’analyse de « la fausse neutralité des outils de gestion », car c’est « dans la structure de l’organisation, dans les procédures qu’elle met en œuvre, qu’il faut rechercher la source des injonctions paradoxales répétitives » (p. 129). Les auteurs font ici référence à un large éventail d’outils de gestion : lean management, benchmarking, ranking, indicateurs « objectifs » divers permettant d’exercer une pression sur les salariés, mais aussi appels d’offres, usages des documents Power Point, l’entretien d’évaluation, l’open space, etc. Plus précisément, leur importance réside dans leur accumulation en « un système dont les effets paradoxants sont de plus en plus palpables » (p. 130). Sans entrer dans le riche détail de l’analyse, notons au passage ce résultat concernant l’usage des outils de classement. En instaurant une compétition généralisée et en l’érigeant en norme de comportement, l’usage de ces outils renforce la course au toujours plus, « particulièrement destructrice parce qu’elle naturalise la lutte des places comme un état normal de société auquel il faut s’adapter pour ne pas disparaître » (p. 134-135).

  • 6 Voir la recension rédigée par Jean-Pascal Higelé (2015), « Danièle Linhart, La Comédie humaine du t (...)

17Aux chapitres suivants, les auteurs examinent les conséquences physiologiques et psychiques de l’insatiable volonté du capitalisme à extirper des individus la moindre parcelle de leur être (producteur et consommateur). Le cas du temps de sommeil réduit en est une manifestation particulièrement frappante : non seulement le temps diurne doit être intégralement productif ou consommatoire, mais le sommeil doit durer moins longtemps, l’insomnie « choisie » doit contribuer à l’accroissement général de la productivité et de la performance. L’insomniaque volontaire est même le modèle, car il prend un temps d’avance sur ses compétiteurs et cherche à se prémunir contre le risque d’être submergé par sa charge. L’individu hypermoderne de la société paradoxante doit devenir rien moins que « surhumain », terme employé en référence au sous-titre du livre de Danielle Linhart de 2015 : De la déshumanisation taylorienne à la surhumanisation managériale6. Les auteurs examinent également les effets sociaux de la pratique massive de l’oxymore. L’évitement de l’impôt par les plus riches est qualifié d’« optimisation fiscale », les « licenciements » sont des « plans sociaux », on ne dit plus « privatisation » mais « cession d’actifs », etc. L’emploi généralisé de la novlangue managériale permet de masquer les contradictions et leur origine, transférer sur les individus la responsabilité de trouver des solutions. Il existe même une pression à l’utilisation de ces oxymores, comme il existe une pression à ne s’exprimer que de façon positive, à ne jamais montrer ses faiblesses, ses doutes. La subjectivité est instrumentalisée au service de l’organisation, d’une bonne ambiance, et avec l’assentiment des intéressés eux-mêmes, car un salarié qui se montrerait faible, épuisé, mécontent, serait réprimé, mis en quarantaine, non seulement par sa hiérarchie, mais également par ses propres collègues.

18Dans les derniers chapitres, les auteurs examinent les façons dont les individus réagissent, s’adaptent ou non à la société paradoxante. Nous ne sommes en effet pas totalement ni constamment démunis de capacités à « développer des réactions défensives et des mécanismes de dégagement » (p. 216). Nous pouvons, par exemple, chercher à résister, intentionnellement, mais cela représente un coût psychique important, voire démesuré pour la plupart des individus en milieu professionnel. Aussi, semble-t-il plus raisonnable de se contenter d’accepter les choses, de s’adapter. Ainsi, certains vont « ne plus penser », « atrophier leur réflexivité », cesser tout dialogue avec eux-mêmes comme l’explique Hannah Arendt. D’autres vont « se couper en deux » : une partie d’eux-mêmes se coule dans le moule de l’organisation et se concentre sur l’activité ; l’autre partie, qui n’ignore rien de l’absurdité organisationnelle, cherche au contraire à s’en dégager. Mais cela nécessite de refouler profondément et durablement la critique du système, notamment en empêchant toute contestation par les pairs des décisions managériales. Une forme d’adaptation défensive proche consiste à justifier toutes les décisions managériales, à s’en faire le zélé promoteur et afficher sa totale adhésion. Ainsi, certains se lancent dans une activité incessante : « les réorganisations continuelles, la course en avant, la mobilité comme principe de management, […] le développement d’une prescriptophrénie aiguë […] sont autant de moyens pour ne jamais s’arrêter dans le présent, ne jamais réévaluer le passé » (p. 228).

19D’autres élaborent des mécanismes de dégagement, non plus pour jouer le jeu du paradoxe, mais pour sortir de l’impasse que ce dernier représente. Les auteurs évoquent : a) les différentes formes d’humour qui permettent « de faire un pas de côté » ; b) « l’art de jouer avec les mots et les affects » (p. 238), susceptible d’atténuer l’angoisse ; c) « l’éloge de la distanciation et de l’imagination créatrice » pour « échapper à des situations destructrices », par exemple en démissionnant de l’entreprise paradoxante et se faisant recruter dans une université où les marges d’action sont supposées plus grandes. Notons ici le caractère dérisoire de ces micro-micro-résistances qui ne peuvent assurer la survie que très temporairement et à titre individuel. Contrairement à ce que semblent avancer les auteurs, l’identification de ces formes dérisoires de défense ne constitue guère, selon nous, une source d’espoir, mais la preuve que l’emploi massif des dispositifs de gestion innovants, relayés par l’injonction à la créativité et à l’autonomie contrôlée, a totalement détruit les capacités collectives à imposer des alternatives.

20Dans le sillage du tableau des résistances au travail paradoxant, les auteurs offrent, à partir de la page 243, un « guide pour l’action » comprenant « quatre niveaux d’intervention » pour « changer le système », sans prétendre toutefois livrer clés en main un contre-modèle : redonner au politique son rôle de médiateurs des contradictions (l’action collective, les batailles idéologiques) ; développer l’intelligence collective pour produire du sens (registre de la réflexivité) ; passer de l’individu ressource à l’individu sujet ; prendre en compte la dimension symbolique. Qui devrait intervenir sur chacun de ces niveaux ? Des mouvements faiblement organisés et conviviaux, associés à l’échelle mondiale, sont évoqués pour revivifier la sphère politique traversée de part en part par les processus paradoxant.

21En conclusion, on dira que le lecteur ne trouvera pas dans ce livre une méthode pour réformer la société, révolutionner le monde, ou rendre plus supportable le travail dans les organisations contemporaines, mais avant tout une grille de lecture mettant l’accent sur les effets profondément destructeurs de la société paradoxante qui, sous prétexte de fabriquer l’homme nouveau, éradique toute possibilité d’en penser la critique.

Haut de page

Notes

1 Voir notre recension, Jean-Luc Metzger (2013), « Alain Supiot, L’Esprit de Philadelphie. La justice sociale face au marché total », La Nouvelle Revue du Travail, 2. [En ligne] http://nrt.revues.org/698

2 Voir notre recension, Jean-Luc Metzger (2010), « Pierre Dardot, Christian Laval, La Nouvelle Raison du Monde. Essai sur la société néolibérale », Lectures, janvier. [En ligne] http://lectures.revues.org/910

3 Voir notre recension, Jean-Luc Metzger, « La Performance comme dispositif de gestion ou la construction sociale de l’insignifiance », Réseaux, 6/2005, no 134, p. 263-279. [En ligne] www.cairn.info/revue-reseaux-2005-6-page-263.htm ; voir aussi la recension par Salvatore Maugeri (2012), « Vincent de Gaulejac, Travail, les raisons de la colère », La Nouvelle Revue du Travail, 1. [En ligne] http://nrt.revues.org/439

4 Voir la recension rédigée par Pierre Musso (2000), « L’Ère de l’information de Manuel Castells », Quaderni, 41, 1, p. 147-150. Voir également notre recension, dans Réseaux, 6/2002, (n° 116), p. 289-306. [En ligne] www.cairn.info/revue-reseaux-2002-6-page-289.htm

5 Voir la recension de Jean-Pierre Durand (2013), « Francis Jauréguiberry et Serge Proulx, Usages et enjeux des technologies de communication », La Nouvelle Revue du Travail, 2. [En ligne] http://nrt.revues.org/603

6 Voir la recension rédigée par Jean-Pascal Higelé (2015), « Danièle Linhart, La Comédie humaine du travail. De la déshumanisation taylorienne à la sur-humanisation managériale, Toulouse, Éditions Érès, 2015, 158 p. », La Nouvelle Revue du Travail, 7. URL : http://nrt.revues.org/2521

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Luc Metzger, « Vincent de Gaulejac et Fabienne Hanique, Le Capitalisme paradoxant. Un système qui rend fou, Paris, Seuil, 2015, 288 p. », La nouvelle revue du travail [En ligne], 9 | 2016, mis en ligne le 30 octobre 2016, consulté le 25 mai 2017. URL : http://nrt.revues.org/2974

Haut de page

Auteur

Jean-Luc Metzger

Sociologue, chercheur associé au centre Pierre Naville et au CNAM - LISE

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo La NRT est soutenue financièrement par
  • Logo CNRS INSHS
  • Logo Centre Pierre Naville - Université d'Evry
  • Logo Laboratoire Printemps (professions, institutions et temporalités)
  • Logo Centre Emile Durkheim
  • Logo Laboratoire lorrain de sciences sociales - Université de Lorraine
  • Logo IRISSO - Dauphine université Paris
  • Logo Multidisciplinaria de Estudios sobre el Trabajo (UMEST) - Universidad Autónoma de Querétaro
  • Logo La NRT est aussi reconnue et soutenue par
  • Logo HCERS
  • Logo Fondation Maison des sciences de l'homme
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org