Skip to navigation – Site map
Recensions et notes de lecture

Thibault Le Texier, Le Maniement des hommes. Essai sur la rationalité managériale, Paris, La Découverte, 2016, 288 p.

Lionel Jacquot
Bibliographical reference

Thibault Le Texier, Le Maniement des hommes. Essai sur la rationalité managériale, Paris, La Découverte, 2016, 288 p.

Full text

  • 1 Le Texier T. (2011), « Foucault, le pouvoir et l’entreprise : pour une théorie de la gouvernemental (...)
  • 2 Le Texier (2011), op. cit., p. 80.

1Dans un article paru en 2011 dans la Revue de philosophie économique, Thibault Le Texier1 s’employait déjà à problématiser l’hypothèse brièvement esquissée par Michel Foucault de gouvernementalité managériale, c’est-à-dire une logique de gouvernement et de maniement des hommes de type managérial. En proposant de retracer en détail l’histoire du management scientifique dans cet essai, il poursuit son travail de problématisation nécessaire pour expliquer « la magnitude du pouvoir managérial2 », pour comprendre comment « le management imprègne de plus en plus nos manières d’interagir avec le monde, avec les autres et avec nous-mêmes, qu’il s’agisse de connaître, d’éprouver, de croire ou de gouverner » (p. 8).

  • 3 Voir, par exemple, notre contribution : Jacquot L. (2016), Travail, gouvernementalité managériale e (...)
  • 4 Ne sont mentionnés dans la première note de bas de page que les travaux de Vincent de Gaulejac alor (...)

2L’entreprise conduite par l’auteur consiste à construire une pensée critique du management laissée vacante par les sciences politiques et l’économie, rivées respectivement sur les figures de l’État et du marché, et, réfrénée par les sciences de gestion incapables de « se distancier des pratiques qu’elles sont censées objectiver » (p. 9). Aussi la puissance inédite du management contemporain commande-t-elle l’élaboration d’« une nouvelle matrice intellectuelle, à bonne distance de Marx, de l’école de Francfort et de Foucault » (p. 11), permettant de saisir la rationalité managériale comme une rationalité gouvernementale. Une invitation analytique à penser la généalogie du management indépendamment du capitalisme, lorsque d’autres s’efforcent de percer à jour les affinités électives entre la gouvernementalité managériale et le néolibéralisme3. On pourra regretter que Thibault Le Texier n’engage pas davantage la controverse et ne fasse pas grand cas des productions sociologiques pourtant nombreuses ayant pris la gestion pour objet4. La perspective historique et « symbolique » qu’il livre est tout autre puisqu’il s’attache surtout à restituer les différentes significations du terme « management » en pointant la rupture opérée par Taylor et son management scientifique. Il s’agit de retracer la vie sémantique de l’idiome managérial en exploitant la foisonnante et éclectique littérature produite depuis le milieu du xviiie siècle : magazines, guides, monographies, manuels, revues d’ingénierie, ouvrages de gestion, etc.

3L’histoire révèle que le management ne s’est pas toujours polarisé sur l’entreprise, qu’il a été, avant que Taylor n’en fasse une science du contrôle, « une praxis du soin » se déployant dans la sphère domestique. Ce déplacement du champ domestique au champ de l’entreprise donne à voir la fabrique du management moderne, et concomitamment, l’invention des sciences de la gestion. Le chapitre premier revient sur ce déplacement dans lequel s’origine cette nouvelle manière de comprendre, de conquérir et d’exercer le pouvoir que constitue la gouvernementalité managériale. L’expression de la doctrine taylorienne dans Shop Management (1903), mais surtout dans The Principles of Scientific Management (1911), consacre la démarcation entre le management domestique et le management scientifique. Alors que le premier « renvoie aux principes de soin, d’industrie, d’arrangement et de calcul », le second « fait référence aux principes d’efficacité, d’organisation, de contrôle et de rationalisation » (p. 13-14).

  • 5 Sur la pensée de F. W. Taylor, voir Pouget M. (1998), Taylor et le taylorisme, Paris, PUF.
  • 6 On pourra visionner le documentaire réalisé par l’auteur : Le Texier T., 2011, Le Facteur humain, p (...)
  • 7 Sur la science européenne du travail et le rapport qu’elle entretient avec le taylorisme, voir le m (...)
  • 8 L’expression est empruntée à Rolande Pinard. Pinard R., 2000, La Révolution du travail. De l’artisa (...)

4Primo, alors que le management domestique valorise l’industrie qui considère le travail davantage comme une fin en soi qu’un moyen pour la réalisation de gains, le management moderne fait de l’efficacité son principe cardinal pour rendre le travail toujours plus productif. L’objectif martelé par F. W. Taylor dans ses différents écrits n’est-il pas de vaincre le gaspillage et de promouvoir l’efficacité par le management scientifique5, jusqu’à l’ériger comme but et unité de mesure de toute société6 ? Secundo, pour rendre le travail plus efficace, celui-ci nécessite d’être arrangé au mieux. Si le management domestique s’y emploie déjà en recherchant dans les foyers, les fermes, les écoles, les hôpitaux, un arrangement des temps, des espaces, des dispositifs, des tâches, etc., c’est bien le management moderne qui insuffle, au début du xxe siècle, un nouveau sens à la notion d’arrangement. « Il s’agit désormais d’un moyen de gouverner les hommes en administrant les choses » (p. 37). Organiser va alors consister à façonner et modeler les comportements des travailleurs, à former ces derniers « selon des standards, des outillages et des finalités prédéfinis », à assujettir leurs collectifs « à des dispositifs matériels » et, last but not least, à les adapter au changement perpétuel promu par le management moderne. Tertio, au principe du calcul qui sous-tend une instrumentation permettant la bonne mesure et comptabilité des activités, succède le principe de rationalisation, clé de voûte de l’organisation économique rationnelle et scientifique que F. W. Taylor appelle de ses vœux. La première dimension qui structure ce principe est la mesure, la collecte et l’enregistrement d’informations dans le but de récupérer et formaliser l’expérience productive des ouvriers, de capter leurs savoirs et savoir-faire pour ensuite les traduire en opérations standards. Aussi, la standardisation et la planification – deuxième dimension – consacrent-elles la division verticale du travail en transférant sa conception à la hiérarchie managériale. La formation est la troisième dimension essentielle pour rationaliser sans susciter les résistances des travailleurs expropriés de la maitrise de leur travail et de son organisation. Jouer sur le ressort de la coopération entre la direction et les ouvriers pour instituer un système qui renforce la domination des premiers sur les seconds est le coup de force du management moderne. Quatro, la dernière dichotomie qui différencie les « deux entendements successifs du management » oppose le principe du soin qui marque les premiers usages du terme au principe du contrôle caractéristique de son acception moderne. Alors que les sciences du travail, par l’intermédiaire des médecins, hygiénistes et physiologistes, mettent au jour les problèmes croissants de la neurasthénie et de la fatigue qui se posent à la fin du xixe siècle7, le management moderne abandonne la référence au soin et à la prévention. Nul besoin de prévenir les maux que pourrait générer la mise au travail puisque le Scientific Management prétend mettre sur pied une mobilisation rationnelle du facteur humain qui élimine toute forme pathogène et permet d’en finir avec « les vaines chicanes capital-travail8 ». Le management pensé par F. W. Taylor « est conjuration du conflit et de la domination » (p. 75), il ne repose plus sur la coercition, mais sur le consentement, sur « la participation active des gouvernés à leur propre gouvernement » (p. 79).

5En exhumant une imposante littérature significative de la société du xixe et du début du xxe siècle, Thibault Le Texier raconte l’avènement du management moderne dont il s’attache à décrire les singularités dans le second chapitre. Il le présente comme un « rationalisme constructiviste » qui participe du mouvement général de rationalisation des activités sociales, et le considère, in fine, comme un des éléments moteurs indépendants de la dynamique propre à la sphère économique, restant fidèle au schéma de pensée wébérien.

  • 9 Odile Henry s’est, par exemple, attaché, dans sa sociogenèse du métier de consultant, aux deux figu (...)

6Dans le chapitre suivant, pour étayer sa thèse, l’auteur donne des clés d’intelligibilité du management moderne. Ce dernier a beaucoup évolué depuis son institutionnalisation aux États-Unis à la fin du xixe siècle et sa diffusion la décennie suivante en Europe, mais le management scientifique n’en reste pas moins la matrice nourricière. Plusieurs blocs doctrinaux se sont succédé – le mouvement des relations humaines (1920-1960), les analyses structurelles de l’environnement (1960-1970), les approches mettant l’accent sur la culture d’entreprise et l’entrepreneuriat individuel (1970-1980), les théories du leadership, de l’excellence, du coaching et du management de soi (depuis les années 1990) –, critiquant voire condamnant les dérives tayloriennes, ils n’ont pas pour autant invalidé le soubassement épistémologique élaboré par les managers scientifiques dont la sociologie reste à faire9. Comprendre le management nécessite déjà de ne pas le prendre pour ce qu’il n’est pas et d’éviter deux propositions contraires : celle qui, prenant au pied de la lettre le scientisme taylorien, en fait une science ; celle qui, assimilant le système Taylor à un projet politique, y voit une idéologie. Ni science ni idéologie, le management est pour l’auteur « une forme de rationalité, soit un ensemble structuré et formalisé de concepts et de schèmes mentaux stables, élaborés en référence à un esprit de raison » (p. 113).

  • 10 Voir, par exemple, Boussard V. (2008), Sociologie de la gestion. Les faiseurs de performance, Paris (...)

7La rationalité managériale, deuxième clé d’intelligibilité, ne doit pas être considérée comme une « excroissance » de la rationalité marchande. L’auteur invite alors à prendre le contre-pied des analyses marxistes qui en font typiquement une technique d’exploitation et de domination du travail par le capital et des sociologies qui conjecturent la consubstantialité de la gestion et du capitalisme10. Si on le suit, poser, comme le fait Valérie Boussard, que la pratique gestionnaire est une invention liée au capitalisme pour résoudre le problème posé par la coopération dans le cadre d’une recherche de plus-value revient à confondre rationalité managériale et rationalité marchande, et, à oublier que la première s’est affranchie de la seconde, faisant prévaloir la recherche de l’efficacité sur celle du profit.

  • 11 Jacquot L. (2014), L’Enrôlement du travail. Comprendre la machinerie managériale, Nancy, PUN – Édit (...)
  • 12 Maugeri S. et Metzger J.-L. (2013), op. cit.

8La dernière proposition tient en quelque sorte dans le titre de l’ouvrage. Le management moderne, en empruntant à la rationalité instrumentale des ingénieurs industriels, s’érige en Maniement des hommes. Un gouvernement qui, pour entraîner systématiquement les ouvriers à atteindre leur plus haut niveau d’efficience, s’inspire de « l’impersonnalité métronomique propre à l’administration des choses » (p. 163). C’est désormais « l’organisation des travailleurs », et plus seulement « l’organisation du travail », qui fait l’objet de toutes les attentions, l’efficacité ne pouvant advenir sans une mobilisation rationnelle des forces de travail. « L’application de la rationalité instrumentale au maniement des êtres humains » (p. 174) s’accompagne alors d’une nouvelle instrumentation pour enrôler le travail, toute « une machinerie managériale11 » le corsetant dans un réseau de dispositifs de mesure12 participant au processus de réification décrypté par l’école de Francfort. Pour autant, le management ne saurait être réduit à une technologue de pouvoir, pour Thibault Le Texier, il est « une rationalité à part entière » (p. 174), « une rationalité gouvernementale en soi » (p. 175). Et puisqu’elle est devenue le sens commun des sociétés modernes, on ne peut faire l’économie de l’analyse de ses assises institutionnelles.

9Le dernier chapitre entreprend de brosser à grands traits la genèse du pouvoir managérial, de ses origines à son extension inédite à l’ensemble de la société. Les explications « excessivement fonctionnalistes » sont infirmées : qu’elles fassent de l’entreprise privée le berceau unique du management ou de la division du travail la cause première de son essor. Son succès serait davantage lié au développement du salariat, qui constitue « une puissance disciplinaire facilitant sans conteste l’acceptation des méthodes managériales modernes » (p. 182). Le recours à la formation du rapport salarial comme condition institutionnelle du management ne vient-il pas ébranler l’édifice théorique construit par Thibault Le Texier pour invalider l’hypothèse d’un rapport intime entre le capitalisme et le développement de la gestion ? Difficile de déceler un intérêt heuristique à désassembler les pièces d’un même puzzle : le management et le capitalisme. Notons d’ailleurs que l’autre facteur institutionnel jugé d’importance par l’auteur – l’adoption massive du statut de société anonyme qui consacre la séparation de la propriété et de la gestion du capital, et qui favorise la dépatriarcalisation des entreprises – est étroitement lié à l’histoire du capitalisme.

  • 13 Sur ce point, voir Pezet A. et E. Pezet (2010), La Société managériale. Essai sur les nanotechnolog (...)

10Des circulations institutionnelles vont par la suite favoriser le déploiement de la rationalité managériale instituant une nouvelle gouvernementalité. Le management, qui élève l’entreprise en « parangon institutionnel », va progressivement s’imposer, s’infiltrer partout, diffusant ses principes et méthodes dans l’ensemble de la société jusqu’au gouvernement des sujets. L’État, sommé de se moderniser et de gagner en efficacité, abandonne progressivement les schémas régaliens pour appliquer les principes du management scientifique. Il prolonge sa mue gestionnaire en se ralliant à la doctrine du new public management qui promeut l’adoption d’un nouveau référentiel d’action publique, qui n’est pas sans transformer l’éthos professionnel des agents. La managérialisation de la société passe d’ailleurs également par un travail de subjectivation que soutiennent les différentes méthodes de management comme le coaching13. Le management de soi vise alors la production d’ascèses, enjoignant les individus à s’auditer, à s’organiser, à se contrôler, à se rendre efficaces… à s’automanager ! « Une fois la société managérialisée, quoi de plus normal – souligne le chercheur – que de considérer l’individu lui-même comme une entreprise » (p. 241).

  • 14 Boussard V. (2008), op. cit.

11La compréhension de la société managériale dans laquelle nous vivons est bel et bien la mire que se donne Thibault Le Texier dans cette généalogie du management qui s’appuie sur un remarquable travail d’érudition. Ce travail a le mérite de montrer que la rationalité managériale « fait jour dans un jeu de contre-pieds sémantiques certes, mais aussi d’emprunts et de glissements de sens, d’analogies et de détournements, au voisinage des rationalisations patriarcale, militaire, régalienne, marchande et instrumentale » (p. 249), avant qu’elle ne s’impose comme nouvelle gouvernementalité. Aussi conclut-il sur la nécessité d’élaborer une nouvelle théorie du pouvoir managérial dont ne se serait pas saisie la pensée critique, balayant par là même l’importante production sociologique qui, depuis plus de deux décennies, étudie le management, ses dispositifs et ses travailleurs. Cette production, récusée sous prétexte qu’elle ne définirait le pouvoir managérial que par rapport à son rôle dans l’enfermement de la cage d’acier de l’organisation capitaliste, nous livre pourtant des enseignements précieux pour l’analyse. Pour penser la matérialité et l’empirie du management, elle (re)commande, pour le dire comme Valérie Boussard, d’observer non seulement ce qu’énonce la gestion, mais aussi ce qu’elle fait et comment elle se fait14, se démarquant ainsi d’une conception idéelle qui ne s’intéresse qu’aux effets symboliques, mais pas à ses effets concrets. Elle convie également à examiner l’action managériale à la lumière des structures sociales du capitalisme contemporain, se défaisant d’une définition essentialiste qui ne la considère que sous le seul angle de l’efficacité. Thibault Le Texier gagnerait sans aucun doute à reconsidérer cette production sur le capitalisme managérial pour réussir son entreprise salutaire de fonder une nouvelle théorie critique du pouvoir.

Top of page

Notes

1 Le Texier T. (2011), « Foucault, le pouvoir et l’entreprise : pour une théorie de la gouvernementalité managériale », Revue de philosophie économique, vol. 12, n° 2, p. 53-85.

2 Le Texier (2011), op. cit., p. 80.

3 Voir, par exemple, notre contribution : Jacquot L. (2016), Travail, gouvernementalité managériale et néolibéralisme, Paris, L’Harmattan. On pourra consulter dans ce même numéro la recension de notre ouvrage par Simon Le Roulley (2016) : « Lionel Jacquot, Travail, gouvernementalité managériale et néolibéralisme, Paris, L’Harmattan, 2016, 256 p. », La Nouvelle Revue du Travail, 9. [En ligne] https://nrt.revues.org/2977

4 Ne sont mentionnés dans la première note de bas de page que les travaux de Vincent de Gaulejac alors que la littérature sociologique portant sur la gestion fait florès ces dernières années.

5 Sur la pensée de F. W. Taylor, voir Pouget M. (1998), Taylor et le taylorisme, Paris, PUF.

6 On pourra visionner le documentaire réalisé par l’auteur : Le Texier T., 2011, Le Facteur humain, prod. G.R.E.C. (https://vimeo.com/32619549)

7 Sur la science européenne du travail et le rapport qu’elle entretient avec le taylorisme, voir le monumental tableau dressé par Anson Rabinbach. Rabinbach A., 2004, Le Moteur humain. L’énergie, la fatigue et les origines de la modernité, Paris, La Fabrique.

8 L’expression est empruntée à Rolande Pinard. Pinard R., 2000, La Révolution du travail. De l’artisan au manager, Rennes, PUR.

9 Odile Henry s’est, par exemple, attaché, dans sa sociogenèse du métier de consultant, aux deux figures fondatrices d’Henri Le Chatelier et d’Henry Ford. Henry O. (2012), Les Guérisseurs de l’économie. Sociogenèse du métier de consultant, Paris, CNRS Éditions. Thibault Le Texier caractérise le management moderne sans identifier véritablement ses théoriciens, sans reconstituer les propriétés sociales des premiers managers industriels ; il ne s’intéresse qu’à leurs écrits.

10 Voir, par exemple, Boussard V. (2008), Sociologie de la gestion. Les faiseurs de performance, Paris, Belin. Le dialogue avec les sociologues de la gestion aurait ici toute sa place. Citons, pour la controverse, la présentation du Corpus n° 3 de la Nouvelle Revue du Travail portant sur « le tournant financier du management », dont le titre même souligne une dépendance accrue du management contemporain vis-à-vis de la logique financière. Maugeri S. et Metzger J.-L. (2013), « Le tournant financier du management », La Nouvelle Revue du Travail, 3. [En ligne] http://nrt.revues.org/1011

11 Jacquot L. (2014), L’Enrôlement du travail. Comprendre la machinerie managériale, Nancy, PUN – Éditions universitaires de Lorraine.

12 Maugeri S. et Metzger J.-L. (2013), op. cit.

13 Sur ce point, voir Pezet A. et E. Pezet (2010), La Société managériale. Essai sur les nanotechnologies de l’économique et du social, Paris, La Ville brûle.

14 Boussard V. (2008), op. cit.

Top of page

References

Electronic reference

Lionel Jacquot, « Thibault Le Texier, Le Maniement des hommes. Essai sur la rationalité managériale, Paris, La Découverte, 2016, 288 p. », La nouvelle revue du travail [Online], 9 | 2016, Online since 30 October 2016, connection on 25 April 2017. URL : http://nrt.revues.org/2981

Top of page

About the author

Lionel Jacquot

Professeur de sociologie à l’université de Lorraine – Laboratoire lorrain de sciences sociales (2L2S)

By this author

Top of page

Copyright

© Tous droits réservés

Top of page
  • Logo La NRT est soutenue financièrement par
  • Logo CNRS INSHS
  • Logo Centre Pierre Naville - Université d'Evry
  • Logo Laboratoire Printemps (professions, institutions et temporalités)
  • Logo Centre Emile Durkheim
  • Logo Laboratoire lorrain de sciences sociales - Université de Lorraine
  • Logo IRISSO - Dauphine université Paris
  • Logo Multidisciplinaria de Estudios sobre el Trabajo (UMEST) - Universidad Autónoma de Querétaro
  • Logo La NRT est aussi reconnue et soutenue par
  • Logo HCERS
  • Logo Fondation Maison des sciences de l'homme
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org