Navigation – Plan du site
Corpus – Genre(s) au travail

Travail, vie et œuvre d’une pionnière émancipée

Hayashi Fumiko, dans le Japon des années 1920
Working women in Japon in the 1920s. HAYASHI Fumiko, pioneer of the emancipated women
La vida y el trabajo de las proletarias japonesas de la década de 1920. Hayashi Fumiko, pionera de las mujeres emancipadas
Hiromi Takahashi

Résumés

Résumé : Le rapport au travail des femmes dans les années 1920 au Japon – rapport ambivalent, entre la quête de liberté et l’inquiétude du fait de leur situation instable – pourrait fournir des éléments de réflexion intéressants encore aujourd’hui, et ce d’autant plus que la précarité et même la pauvreté redeviennent de plus en plus fréquentes au Japon, surtout pour les femmes. Afin d’explorer la question du travail chez les femmes japonaises dans cette optique, nous donnons quelques éléments historiques autour de la question du genre et du travail telle qu’elle commençait à être posée au début du xxe siècle. Puis, nous abordons concrètement ce qu’attendaient les femmes au travail à cette époque, en nous référant à Hayashi Fumiko, pionnière des femmes émancipées. Son témoignage, unique en son époque, sera un fil conducteur pour comprendre la place des femmes dans la société, et repenser la dynamique historique menant à une certaine émancipation des femmes issues des milieux pauvres.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 Le terme de « littérature prolétarienne » au Japon renvoie spécifiquement aux œuvres des écrivains, (...)
  • 2 Elle a reçu le prix littéraire Shimase en 2010 et le prix littéraire Yomiuri en 2011 pour son roman (...)

1En 2008, la grande œuvre prolétarienne1 de Kobayashi Takiji (1903-1933) – Le Bateau-usine initialement paru en 1929 – a connu un grand succès. Cette œuvre de l’entre-deux-guerres qui dénonce les effroyables conditions de travail des pêcheurs de crabe s’est vendue, soit dans la version originale soit en version Manga, à 800 000 exemplaires au Japon, soit deux cents fois plus qu’au cours des années précédentes, tant et si bien qu’on a parlé du « boom du Bateau-usine ». En 2010, Kirino Natsuo (1951-…), écrivaine japonaise contemporaine qui ne cesse de décrire magistralement la détresse des femmes fragiles, violentes ou frustrées, a publié un roman s’inspirant de la vie extraordinaire de Hayashi Fumiko (1903-51) : Hayashi Fumiko est une écrivaine atypique et très connue du grand public au Japon à la veille de la Seconde Guerre mondiale. Ses œuvres ont pour protagonistes quasi exclusivement des prolétaires, et surtout des femmes qui se battent dans le monde du travail. Le roman de Kirino qui décrit le destin de l’écrivaine Hayashi Fumiko sous le régime militaire a été accueilli très favorablement par le public, en particulier féminin, et a été récompensé par deux prix littéraires2. On peut se demander pourquoi ces écrivains de l’époque de l’entre-deux-guerres connaissent maintenant un tel regain d’intérêt.

2Si le monde du travail d’il y a près une centaine d’années semble familier aux lecteurs contemporains, c’est sans doute qu’il reflète la souffrance des petits salariés précaires, très nombreux dans la « société divisée » (kakusa-shakai), dont la situation ne cesse de se dégrader depuis la fin des années 1990. Ce phénomène s’est manifesté, après la dérégulation du marché du travail, avec la précarisation de l’emploi, et son corollaire, le développement de contrats à durée déterminée pour les salariés (haken-rôdôcha). En effet, parmi les aspects négatifs du monde du travail japonais, l’un des plus marquants est la précarité, qui demeure très élevée, particulièrement chez les femmes : en 2015, 37,4 % des salariés (19 060 000 personnes) étaient des « salariés non réguliers/atypiques » (hiseiki-rôdôsha), dont 70 % étaient des femmes (selon le Statistics Bureau, 2016). Devant ce chiffre écrasant (qui ne rend pas compte, par ailleurs, de la disparité des revenus et de conditions de travail qui sont moins favorables encore), l’on peut comprendre pourquoi les récits autour des femmes travailleuses des années 1920, de leur condition sociale et professionnelle pénible et des mesures discriminatoires à leur égard, résonnent dans l’esprit des Japonaises contemporaines.

3Ce dont il est question ici n’est pas une simple analyse des évolutions de l’activité féminine japonaise. On se propose plutôt de repenser le rapport au travail des femmes, dans le contexte de la société d’avant-guerre. Les années 1920 nous permettent de découvrir le plein essor du travail féminin, car les femmes n’étaient pas encore complètement touchées par la politique sociale japonaise selon laquelle l’homme est le « soutien de la famille » (Osawa, 2007), une situation renforcée pendant la Seconde Guerre mondiale et encore profondément ancrée dans la société japonaise.

« Le régime 1940 » au Japon

Il est intéressant de rappeler ici l’hypothèse nommée « Régime 1940 », largement reconnue, et mise en avant par l’économiste Noguchi Yukio, selon laquelle les éléments majeurs de l’économie japonaise de nos jours ont été établis pendant la Seconde Guerre mondiale, autour des années 1940. Le pays connaissait alors une conjoncture particulière, centrée sur la nécessité de répondre aux exigences économiques de la guerre, et s’est doté pour cela d’un système de protection sociale et de droits du travail inédit (système d’emploi à vie, système de salaire à l’ancienneté, bureaucratie, fiscalité directe, etc.). Noguchi affirme que ce système n’existait pas avant 1940 (Noguchi, 2010). Il faudrait également noter ici qu’après la Seconde Guerre mondiale, l’introduction de la notion de « salaire familial » a rendu légale la division sexuelle du travail : « La notion de “salaire familial” et la division sexuelle du travail selon laquelle “les hommes travaillent à l’extérieur et les femmes protègent le foyer”, en cours avant la Première Guerre mondiale dans les pays développés occidentaux, se sont imposées au Japon après la Seconde Guerre mondiale » (Kimoto & Akiyama, 2015).

4La présente étude s’appuie en premier lieu sur l’histoire des femmes, celle-ci constituant la base essentielle de notre réflexion. C’est donc dans ce cadre que nous indiquerons, dans une première partie, quelques éléments historiques autour de la question du genre et du travail telle qu’elle commençait à être posée au début du xxe siècle. Dans une deuxième partie, avec l’objectif d’aborder concrètement ce qu’attendaient les femmes au travail à cette époque, l’on tente de brosser un tableau de la société japonaise des années 1920, avec comme axe nodal la question du travail des femmes, saisie à travers la trajectoire singulière de Hayashi Fumiko et de son roman autobiographique. Une telle démarche, consistant à se fonder, en partie, sur une œuvre littéraire pour analyser les transformations de la société, n’est sans doute pas exempte de risques en général ; néanmoins, étant donnée la place tout à fait singulière du texte de Hayashi Fumiko dans la littérature japonaise, elle nous paraît pertinente, dans le cadre spécifique d’analyse qui est le nôtre, pour aborder les questions du rapport au travail des femmes et ainsi compléter les éléments objectifs contextuels fournis en première partie. En effet, en ce qui concerne l’œuvre principale de Hayashi Fumiko, le Journal d’une vagabonde, il ne s’agit pas tant d’un roman que d’un journal intime, un compte-rendu autobiographique de la vie d’une jeune femme pauvre à Tokyo, qui n’a pas cessé d’attirer les lecteurs depuis sa parution en 1930. Son témoignage, unique en son époque, sera un fil conducteur pour comprendre la place des femmes dans la société japonaise, et repenser la dynamique historique qui mène à l’émancipation des femmes, surtout celles issues des milieux pauvres.

1. Entre la modernité et la tradition : la société japonaise et les femmes dans les années 1920

  • 3 C’est alors, en 1918, que l’université féminine de Tokyo a été fondée.

5Pendant « les années folles », caractérisées, en France, par un dynamisme social engendré par la forte croissance économique, et par une aspiration inédite à la liberté et à la joie avec la naissance d’une culture de masse contemporaine (Monier, 1999, 125-131), le Japon a également connu, après la Première Guerre mondiale, des années d’effervescence et de quête de liberté, une période particulièrement intense et prospère où il a fait de considérables progrès en se munissant d’un système politique en faveur de la démocratie. Cette époque, appelée la « démocratie de Taishô », parce qu’elle correspond à peu près au règne de l’empereur Taishô (1912-1926), est caractérisée par un grand changement de la société japonaise. D’une part, cette période est marquée par les émeutes du riz de 1918, par une hausse du chômage à cause de la récession, par plusieurs mouvements sociaux ouvriers et paysans. D’autre part, le grand séisme de la région Kantô en 1923 entraîna un changement important de la capitale, Tokyo. Après la dévastation de Tokyo causée par le séisme, la reconstruction donna naissance à un nouvel espace urbain, dont la topographie avait été profondément transformée. Ce Tokyo qui se modernise et s’industrialise, et qui change à la fois soudainement suite à des événements catastrophiques et progressivement suite aux mutations économiques et culturelles, permet aussi aux femmes japonaises de prendre une nouvelle place dans la société. Ceci correspond à la naissance de la culture appelée la « culture des femmes » (josei-bunka) ou la » culture des femmes ménagères » (shufu-bunka). Durant cette période se multiplient les parutions de magazines et de livres destinés aux femmes, naissent des organisations féminines ; la mode pour les femmes s’occidentalise et l’éducation des filles prend de l’importance3. Parmi ces changements considérables, figure en particulier l’apparition des » femmes travailleuses » (shokugyô-fujin).

1.1. De la revue Seitô au phénomène « modern girls »

6L’évolution sociale des activités féminines que nous venons d’évoquer n’a vu le jour qu’après quelques tentatives préalables, courageuses, mais sans doute fort précoces pour leur époque. Évoquons notamment la première revue créée par des femmes, et pour les femmes, Seitô, parue juste la veille de l’ère de Taishô, en 1911, sous l’initiative de Hiratsuka Raichô (1886-1971) et dont certaines idées nouvelles se concrétisent dans le phénomène « modern girls ». Le premier numéro de la revue Seito commence par un texte qui constitue un véritable manifeste.

À l’origine, la femme était réellement le soleil. Elle est cette lune blafarde et maladive, celle qui vit dans la dépendance de l’autre, celle qui brille à la lumière de l’autre. Eh bien ! Ici ; Seitô, créé pour la première fois par les cerveaux et les mains des Japonaises d’aujourd’hui, pousse son cri de naissance. Ce que font les femmes, pour le moment, ne suscite que rires moqueurs. Mais je ne crains rien. […] Nous devons sans tarder reprendre notre soleil qui nous a été dérobé. (Cité par Lévy, 2014, 53-55)

  • 4 Le but commun aux auteurs ici était d’affronter la conception de la « famille » (Ie) et l’ordre soc (...)

7L’année suivante, en 1912, le journal Yomiuri publie une série d’articles intitulée « les femmes nouvelles » (atarashî onna) et, à la suite, Hiratsuka Raichô écrit un article sur ce thème dans un numéro spécial de la revue reconnue Chûô Kôron comprenant, par exemple, des textes sur le droit de vote des femmes, l’homosexualité, la vie quotidienne des veuves, la comparaison des femmes occidentales et des femmes japonaises. Un point essentiel et commun à tous ces textes est la priorité qui est donnée à la question des femmes, à savoir à leur indépendance en tant qu’êtres humains4.

8À peine une décennie plus tard, un tel concept de « femmes nouvelles » se réalise et se concrétise, partiellement et partialement, dans le phénomène des « modern girls » et des « femmes travailleuses ». Dans les années 1920, apparaissent en effet dans les grandes villes, dans les films, les romans populaires, les magazines, les disques, à la radio, les « femmes nouvelles » ou les « modern girls », qui incarnent certaines valeurs de la société moderne. Le phénomène « modern girls » n’est pas propre au Japon bien évidemment, mais s’est manifesté mondialement : on peut penser à la « garçonne » en France, à « Flipper » aux États-Unis, à la « Neue Frau » en Allemagne. On trouve cette tendance plus tard à Shanghai aussi.

9Au Japon, la « modern girl » appelée la « Moga » apparut dans les rues des grandes villes, comme à Ginza, un quartier de Tokyo, pendant une courte période, après le grand tremblement de terre jusqu’au début de l’ère Shôwa (1926-1989). La « modern girl » est synonyme de « femme émancipée », un symbole d’occidentalisation, de rébellion contre les idées conventionnelles, les traditions vestimentaires, de coiffure, de comportement. En suivant les modes de vie occidentaux, certaines rejettent le kimono, vêtement traditionnel, et surtout coupent leurs cheveux. Les cheveux courts sont caractéristiques de la « Moga ».

10Or, dans le dictionnaire Kôjien, dictionnaire japonais de référence, il n’y a qu’une brève définition du terme « modern girl » : « les femmes modernes. Terme péjoratif dans la plupart de cas. La Moga ». Le plus grand dictionnaire du japonais Nihon Kokuko Daijiten donne sa définition ainsi : « les filles modernes particulières à l’époque, de l’ère Taishô au début de l’ère Shôwa. Avec les cheveux courts et les souliers à talons hauts, elles aiment le cinéma, la danse et le sport. Les jeunes femmes ouvertes et jouisseuses. La Moga. » Il faut remarquer ici qu’il y a une distinction entre « les nouvelles femmes » militantes des mouvements d’émancipation et la « modern girl », dont les traits caractéristiques sont l’individualisme, « l’égoïsme » ou l’anticonformisme. Kitazawa Shûichi, père du terme « modern girl » affirme ainsi dans la revue intitulée Les Femmes :

Modern girl n’est pas une nouvelle femme. Elle n’est pas une femme éveillée ni féministe, bien loin d’une suffragette. […] La modern girl selon moi n’a pas de conscience de soi. Elle réagit simplement en tant qu’être humain comme elle veut. […] Elle n’a pas du tout d’idée traditionnelle. Elle est une femme tout à fait nouvelle qui n’estime qu’elle-même. (Kitazawa, 1924)

11De la fin de l’ère Taishô (1912-1926) au début de l’ère Shôwa (1926-1989), le phénomène « modern girl » était dans l’air. Cependant, selon plusieurs témoignages (« rapport mensuel de Shiseidô », etc.), la Moga restait tout de même bien minoritaire. Par exemple, selon Shôwa, Heisei, Kateishi nenpyô : 1926-2000 (La Chronologie des histoires des familles), quand le phénomène Moga était à son apogée, en 1927, on observa pendant une heure dans la rue de Ginza 22 femmes en vêtement occidental et 494 femmes aux cheveux longs et en kimono !

12Certes, ce phénomène, qui a eu un écho peut-être disproportionné dans la presse de l’époque, a été en réalité limité dans le temps, et a intéressé seulement une petite partie de la société. Mais ce qu’on veut retenir ici est que les protagonistes de cette tendance étaient des femmes « ordinaires », et ceci différencie le phénomène « Moga » par rapport aux mouvements des femmes surgis depuis la fin de xixe siècle, qui étaient dus à certaines élites. Dans les années 1920, les femmes « ordinaires » ont pu obtenir pour la première fois d’être indépendantes des hommes, moralement et économiquement, même si cette possibilité n’était accessible qu’à une minorité, et si les conditions de cette indépendance étaient difficiles. Les femmes cherchaient l’autonomie, souhaitaient se libérer du poids des traditions quant à la façon de s’habiller, d’aimer et de choisir son époux. Elles voulaient s’exprimer librement en tant que membres de la société, en tant qu’êtres humains. Cette tendance, qui a brièvement vu le jour dans les années 1920, se répand dans une époque ultérieure après une période de reflux, car la montée du nationalisme après le coup d’État militaire de 1931 impose un retour à l’idéal de la « bonne épouse, sage mère » du xixe siècle.

1.2. « Les femmes travailleuses » (shokugyô-fujin)

13Nous allons maintenant nous tourner vers une autre catégorie importante, apparue dans les années 1920 : les femmes travailleuses (shokugyô-fujin). Ce terme, qui signifie littéralement « les femmes qui travaillent », a été largement répandu de la fin de l’ère Taishô jusqu’au début de Shôwa, dans la période qui a également vu l’émergence des « modern girls ». En effet, les « Moga » étaient dans la plupart des cas des femmes qui travaillaient, afin d’être indépendantes financièrement.

14Avant la Première Guerre mondiale, les femmes qui travaillaient étaient, dans la majorité des cas, issues d’une famille pauvre. Mais dans le modernisme qui a suivi la guerre, en particulier l’américanisation de la société, les femmes qui se libéraient en gagnant leur vie comme les Occidentales étaient considérées comme « les femmes de demain ». Les « Moga » et les femmes travailleuses étaient dans ce sens symboles du futur. En même temps, Takamure Itsue (1894-1964), célèbre historienne, écrivaine, militante, féministe de cette époque, témoigne que « les femmes travailleuses » étaient en général bien méprisées. L’on pouvait même entendre : « Quel malheur, elle devient enseignante puisqu’elle est moche ! » (Takamure, 1972, 422). Malgré de tels préjugés, cette condition de « femmes travailleuses » a attiré les jeunes femmes japonaises.

15Les activités des « femmes travailleuses » de cette époque correspondent surtout à de nouveaux métiers, tels secrétaire, dactylographe, opératrice des échanges téléphoniques, guide de bus, vendeuse, designer de mode, actrice. Souvent ces métiers sont désignés en y accolant le terme « girl » en anglais, ce qui souligne bien la nouveauté des fonctions qu’ils désignent et qui sont nées avec la modernisation de la société. On parle alors de la « fille hôtesse de grand magasin », la « fille ascenseur » (qui appuie sur le bouton de l’ascenseur, métier qui existe encore aujourd’hui), la « fille boutique », la « fille mannequin », la « fille gazoline » (qui travaille à la pompe à essence), la « fille bus » (hôtesse de bus), la « fille air » (hôtesse de l’air), la « fille marine » (hôtesse sur un bateau). Il apparaît également une nouvelle industrie du sexe, avec des figures telles que la « fille baiser » (qui vend les baisers) ou la « fille canne » (qui accompagne l’homme comme une canne). Dans Fujinshokugyôsensen no tenbô (Perspective d’emploi pour les femmes), publié par la ville de Tokyo en 1932, on présente dès les premières pages « les femmes d’avant-garde en tant que femmes travailleuses », et on y voit représentées la « fille air », la « fille gazoline », la « fille marine », la « fille mannequin », la « fille parachute » (saute en parachute), la « fille revue » (qui vend les magazines dans la rue), la « fille journal » (qui vend les journaux), etc.

16Cependant, ces emplois modernes n’étaient pas ouverts à toutes, bien évidemment. Ces femmes travailleuses étaient pour la plupart, comme on peut l’imaginer, « jeunes », « non mariées », « sans enfants ». D’après Nihon josei seikatsushi (L’Histoire de la vie des femmes japonaises), la dactylographe, l’opératrice des échanges téléphoniques, la secrétaire devaient avoir entre 20 et 25 ans, la vendeuse et la serveuse environ 20 ans (Tazaki, 1990, 187). Les années d’activité étaient donc très courtes dans ces secteurs. Plusieurs études relèvent que 27 à 28 % de ces femmes démissionnèrent en moins d’un an. Dans Taishôki no shokugyô fujin (Les Femmes travailleuses dans l’ère Taishô), Murakami Nobuhiko remarque que, si l’insertion des femmes dans le monde du travail a eu lieu malgré la récession des années 1920, cela n’est pas tellement dû au mouvement de libération des femmes, ou à la volonté et au désir de chaque femme, mais plutôt au fait que la société pouvait tirer parti de la faible rémunération et de la facilité d’embauche dans ces secteurs, dans lesquels les années d’activité étaient courtes (Murakami, 1983, 17-19).

17Cependant, les femmes travailleuses exercèrent leur métier dans les grandes villes en quittant la maison parentale, en réalisant la séparation entre le lieu de travail et leur habitation, en ayant accès à la liberté, au temps privé (pour soi), à un revenu. Dans ce sens, on pourrait dire qu’elles sont les ancêtres des femmes contemporaines japonaises. Quant au terme « femmes travailleuses », il n’évolue pas jusqu’aux années 1940. Après la Seconde Guerre mondiale, il devient « business girl », raccourci en « BG », et fut employé jusqu’en 1964, lorsqu’il fut remplacé par « office lady ». La dénomination « office lady », souvent abrégée en OL, et désignant les femmes qui effectuent des tâches complémentaires aux hommes ou des tâches sans responsabilité (faire des photocopies, servir le thé, etc.), s’est solidement ancrée dans la société japonaise jusqu’à nos jours.

1.3. Les autres femmes : paysannes, ouvrières, bonnes

18Concernant les femmes et le travail dans les années 1920, il faudrait noter une réalité autre que celle des femmes « à la mode » : celle des paysannes pauvres, des bonnes, des ouvrières opprimées dans les usines modernisées. Il ne faut pas oublier que dans les années 1920, à cause de la grande pauvreté présente dans les campagnes, nombre de femmes ont été obligées de se déplacer dans les grandes villes pour vivre, et faire vivre leur famille en devenant ouvrière ou bonne.

19À ce sujet, il est symptomatique de remarquer que les paysannes pauvres, bonnes et ouvrières – cette grande majorité – ne sont pas considérées comme relevant de la catégorie « femmes travailleuses », car ce terme, et c’est à souligner, n’englobe pas toutes les femmes qui travaillent. Selon L’Annuaire du travail au Japon de 1921, « les femmes travailleuses » (shokugyô-fujin) sont distinguées des ouvrières du fait de « leur capacité administrative ou technique et du fait de leur statut particulier en tant qu’employeur ou employé ».

20Une autre ressource d’archive révèle trois catégories de travail (données de la Ville de Tokyo, 1932).

  1. le travail intellectuel (qui concerne les secrétaires, vendeuses, démarcheuses, journalistes, médecins) ;
  2. le travail technique (pour les dactylographes, opératrices des échanges téléphoniques, dessinatrices industrielles) ;
  3. le travail physique (avec les ouvrières, conductrices, guides de théâtre, nettoyeuses, serveuses, filles ascenseur).

21On saisit ici d’emblée que les paysannes ne sont pas classées dans ces trois catégories, alors qu’en 1920, qui est l’année du premier recensement de la population au Japon, la répartition par catégorie socioprofessionnelle montre que 62 % des femmes travaillent dans l’agriculture et la sylviculture (contre 45 % pour les hommes). La bonne et la femme mineure sont également exclues de ces grandes catégories.

22Il est intéressant de remarquer que ni la revue Fujin no tomo (Compagnon des femmes), ni Shufu no tomo (Compagnon des maîtresses de maison) ne mettent dans leur guide du travail, la filature ou l’industrie textile. Murakami Nobuhiko explique cet « oubli » par le fait que la filature et l’industrie textile ne remplissent pas les conditions de la profession moderne, c’est-à-dire un travail obtenu par sa propre volonté, qui laisse la liberté de changer d’emploi et de renoncer à son emploi et qui opère une distinction avec la vie privée (Murakami, 1983, 42-52).

23Il peut être utile ici de présenter brièvement la vie des ouvrières dans les filatures, afin d’éclairer divers aspects des conditions de travail des femmes de cette époque. Les filatures de soie étaient l’un des secteurs les plus prospères de l’économie du Japon, grâce notamment à un volume très important d’exportations. Vers 1890, on commença à embaucher massivement des femmes dans les filatures (90 % des ouvriers dans ce secteur étaient des femmes). En 1906, les deux principaux types d’emplois des femmes au Japon étaient le travail dans les filatures (630 000 personnes) et l’activité de bonne (760 000 personnes) (Shinozuka, 1995). Le revers de la médaille était la vie extrêmement pénible et misérable des ouvrières des usines de filature, qui n’étaient pas traitées en tant que personnes, c’est-à-dire telles des êtres humains indépendants, mais comme simple main-d’œuvre, comme « machine peu économique » du point de vue des capitalistes. Jokôaishi (La Triste Histoire des ouvrières), ouvrage publié en 1925, décrit la vie des femmes qui travaillent dans les filatures. Ce reportage devient populaire immédiatement, et demeure un texte classique documentant la vie des ouvrières de l’époque. L’ouvrage révèle qu’il y avait dans ce secteur plusieurs stratagèmes reproduisant ou poursuivant le modèle de la relation maître-domestique de l’ère Edo. Par exemple, on interdit aux travailleuses de quitter l’usine avec « le système rançon » : l’employeur donne de l’argent à l’avance aux parents de jeunes filles (jusqu’à 3 à 5 ans de rémunération anticipée), « achetant » ainsi l’ouvrière pour une telle durée. Les conditions de travail et de vie étaient très dures. On travaillait 12 heures par jour, souvent la nuit, dans des usines où il y avait une chaleur épouvantable : il faisait 65 degrés en moyenne. À cela se rajoutait une vie étouffante dans des pensions qui limitaient, voire interdisaient les sorties, où le choix individuel quant à la nourriture consommée et aux lectures ne pouvait s’exercer, et où l’espace personnel était limité à un tatami (environ 1,5 × 1,8 m²), avec un oreiller en bois.

24Quant à la rémunération, quelques chiffres de référence issus de La Chronologie des histoires des familles montrent l’inégalité de traitement. En échange d’un tel travail, une ouvrière dans la filature au département d’Éhimé gagnait 1,08 yen par jour (en 1928). Par comparaison, un menu composé d’une soupe et d’un café coûtait alors 1 yen au restaurant. Une bouteille de bière coûtait 0,29 yen, une bouteille de whisky 4,50 yens au magasin. Le loyer mensuel d’un studio à Tokyo (appartement Dôjunkai, appartement typique de cette époque) était de 17 yens... Or, à la fin des années 1920, dans la plupart des cas les hommes et les femmes sortis de l’école obligatoire (l’école primaire, d’une durée de 6 ans) ne pouvaient trouver qu’un emploi précaire comme ouvriers payés à la journée. Pour trouver un emploi stable avec un salaire mensuel, un diplôme de l’école secondaire obtenu en 4 ou 5 ans (36 % étaient inscrits au secondaire en 1930) était nécessaire. De plus, il y avait une forte inégalité de traitement entre les hommes et les femmes. Selon les Statistiques du travail publiées par la banque du Japon, en 1929, la moyenne de la rémunération journalière des ouvriers dans tous les secteurs était 2,30 yens pour les hommes contre 1,01 yen pour les femmes.

2. Hayashi Fumiko, pionnière des femmes émancipées

25Explorons à présent la question du travail chez les femmes japonaises des années 1920, en nous référant à la vie de Hayashi Fumiko, personnalité représentative de la « modern girl », et à son Journal d’une vagabonde.

2.1. Éléments de biographie

26Issue d’une famille pauvre de marchands ambulants, Hayashi Fumiko grandit dans la pauvreté et le dénuement. Le beau-père de Fumiko était colporteur et voyageait sans cesse en vendant toutes sortes de marchandises dans les régions de Kyushu, de Shikoku, du Kansai. Tout en travaillant dans une usine de marrons, la petite Fumiko vendait des éventails et des pains aux haricots rouges près d’une mine de charbon. Fumiko se rappelle son enfance ainsi : « Mon rêve, c’était juste de devenir une femme riche » (Hayashi, 2004a, 9). Pourtant, tout en aidant ses parents depuis l’enfance, elle s’intéresse à la littérature, lit beaucoup et écrit des poèmes. Le fait qu’une fillette issue d’un tel milieu ait pu cultiver son intérêt pour la littérature peut apparaître surprenant, et en effet « le cas Fumiko » est sans doute exceptionnel pour l’époque. Mais il faut aussi voir que le système éducatif japonais était en train d’évoluer de façon significative. Après la restauration de Meiji en 1868, dans le processus de modernisation, le gouvernement avait mis en place un enseignement primaire public pour tous les enfants. Par la suite, un décret en 1900 avait établi le principe de l’instruction obligatoire pour quatre ans, la gratuité scolaire, l’obligation pour les employeurs de faire étudier les jeunes employés. Suite à ces reformes, la scolarisation en primaire avait connu une augmentation significative : selon les données fournies par le ministère de l’éducation japonais, le taux moyen de scolarisation était passé de 28 % en 1873 (il s’élevait à 40 % pour les garçons et environ 15 % pour les filles) à plus de 90 % en 1902 (environ 96 % pour les garçons contre 87 % pour les filles) (Le Système éducatif en 100 ans).

27Ainsi, Fumiko a pu profiter de l’enseignement primaire obligatoire (dont la durée avait été portée à 6 ans par décret en 1907), tout en travaillant avec ses parents et en changeant quatre fois d’école. Il faut également souligner dans son cas, l’importance de la rencontre avec un maître d’école, Kobayashi Masao. Celui-ci a reconnu le talent de Fumiko dans les arts, la musique et la littérature lorsqu’elle était en cinquième année de l’école primaire, et lui a fait prendre goût à la littérature, l’encourageant à continuer d’étudier. Kobayashi réussit à convaincre les parents de Fumiko de la laisser poursuivre ses études dans le secondaire, et donna à Fumiko des cours particuliers afin de la préparer au concours d’entrée à l’école secondaire. Plus tard, Fumiko a poursuivi ses études en travaillant le soir, et a réussi à faire publier des poèmes dans des journaux.

  • 5 Tezuka Masaharu, dit Ryokubin, peintre assez obscur pendant toute son existence, a été le compagnon (...)

28À l’âge de 18 ans, en 1922, Fumiko se rend à Tokyo. Quasi autobiographique, témoignage de sa vie mouvementée dans les années 1920 à Tokyo, le Journal d’une vagabonde (son premier roman) connut un grand succès en 1930. Avec les droits d’auteur du Journal d’une vagabonde, Fumiko partit seule en Chine en 1930, et l’année suivante se rendit en Europe, en particulier à Paris, en laissant au Japon son mari Tezuka Masaharu5. Il s’agissait d’une conduite extraordinaire pour une époque au cours de laquelle les femmes mariées restaient d’habitude confinées au foyer familial. De plus, elle ne connaissait que très peu la langue française, et, malgré le succès de son roman, ne disposait pas d’argent pour le retour. Cela ne l’a pas empêchée de se rendre au bout du monde, poussée par sa curiosité d’une vie différente. À Paris, elle portait le kimono, une épingle de parure dans ses cheveux, et les géta, socques traditionnels japonais, aux pieds ; Fumiko se rendait partout, et elle finit par être très connue dans son quartier. Son apparence particulière était remarquée, notamment ses géta et leur « Pokupoku », mot japonais onomatopéique qui indique précisément le bruit particulier de ces chaussures. Fumiko rapporte à son mari dans une lettre : « Avec mes géta, je surprends les Parisiens » (Hayashi, 2004 b, 183).

29Par la suite, tout en continuant à voyager partout au Japon, elle n’a cessé d’écrire, jusqu’à sa mort précoce, nombre de romans, de poèmes, d’essais consacrés à la vie des gens pauvres au destin bouleversé par la guerre, et plus particulièrement aux femmes. Pour elle, écrire fut le moyen de gagner sa vie et de sauvegarder son indépendance. Hayashi Fumiko mourut en 1951 à l’âge de 47 ans d’une crise cardiaque, très probablement à cause de l’excès de travail, qu’elle continuait à produire sans relâche malgré sa santé déclinante.

Œuvres principales de Hayashi Fumiko

Journal d’une vagabonde, paru en 1930, est le premier roman de Hayashi Fumiko. Après la réussite de ce premier roman, celle-ci est devenue une des figures majeures de la littérature japonaise. Sa production littéraire est remarquable. On peut compter 30 000 pages de manuscrits de poèmes, de romans, d’essais, de contes pour enfants. Une grande partie de son œuvre est autobiographique, très souvent ses héroïnes sont des femmes pauvres et démunies, tout comme elle l’a été surtout dans sa jeunesse.

L’après-guerre est, pour Fumiko, la période de la maturité. Ses œuvres puisent toujours leur inspiration dans le contexte présent de la société japonaise. Après la défaite de 1945, dans une situation chaotique, dans les villes en ruine, les pauvres gens sont à l’écart et la reconstruction du pays ne leur apporte pas le moindre bénéfice. Cette situation est parfaitement décrite dans deux de ses chefs-d’œuvre : Bangiku (Derniers Chrysanthèmes), écrit en 1948 et publié en 1949, et Ukigumo (Nuages flottants) écrit en 1949-1950, et publié en 1951. Le prix littéraire pour les femmes écrivains Joryu Bun-gakusho lui fut décerné en 1949 pour Derniers Chrysanthèmes.

2.2. Journal d’une vagabonde et Tokyo dans les années 1920

30Afin de voir les cadres sociaux des années 1920 dans des grandes villes, abordons plus en détail Journal d’une vagabonde, qui décrit le Tokyo des années 1920. À l’âge de 18 ans, en 1922, Fumiko se rend à Tokyo pour y rejoindre un étudiant d’université dont elle est amoureuse. L’idylle est de courte durée, car un an plus tard les fiançailles sont rompues. À la même période, Tokyo et sa région sont dévastés par le grand séisme de Kanto. Ces événements marquent une véritable rupture dans l’existence de Fumiko, et constituent le départ de sa deuxième vie vagabonde. Cette nouvelle vie se déroule à un rythme vertigineux, comme si cela se superposait à la reconstruction de Tokyo après le séisme. Tout en menant une vie amoureuse très mouvementée, elle enchaîne les petits métiers pour vivre. Un de ses amants, le poète et acteur Tanabe Wakao, l’introduit dans le cercle littéraire qui se réunit à la librairie Nantendô. Cela donne à Fumiko l’occasion de fréquenter les groupes de poètes anarchistes et de romanciers naturalistes, et de publier ses poèmes dans leurs revues. En frappant aux portes de plusieurs maisons d’édition à Tokyo pour proposer des poèmes et des contes pour enfants, elle écrit alors son « journal en poèmes », qui donnera lieu plus tard à son premier roman, Journal d’une vagabonde.

31Journal d’une vagabonde a la forme d’un journal personnel relatant sa vie pauvre et mouvementée à Tokyo, entre 1922 et 1930. Il se compose d’extraits d’un véritable journal intime, de poèmes et de lettres, sans structure apparente, ni même d’ordre chronologique. La plupart de ces pages oscillent entre autobiographie et roman.

32Dès sa parution, Journal d’une vagabonde connaît un grand succès. Quarante éditions sont imprimées en deux mois, plus de 500 000 exemplaires vendus. L’auteure se libère ainsi pour la première fois de la misère. Mais pour quelle raison cet ouvrage a-t-il attiré autant de lecteurs ? Le critique Kawamoto Saburo explique qu’à l’époque « la population de Tokyo a explosé avec l’augmentation des jeunes travailleurs venant des provinces. Une femme jeune, pauvre et inconnue qui vit courageusement dans une grande ville aurait attiré la sympathie des jeunes comme elle. » (Kawamoto, 2003, 22-23) En effet, dans les années 1920, Tokyo a connu de grands changements qui ont incité, par la suite, des jeunes de province à s’y installer. D’une part, la prospérité qui a fait suite à la Première Guerre mondiale entraîna une construction massive d’usines ; de l’autre, la reconstruction radicale et la modernisation après le grand séisme de 1923 rendirent la ville de Tokyo moderne, couverte de fer et de béton, de nouveaux bâtiments, de nouvelles routes. Selon le premier recensement de la population au Japon fait en 1920, la population de Tokyo était de 3 699 000 habitants. Dix ans plus tard, en 1930, elle a atteint 5 408 000. En 1926, 74 % des femmes travailleuses à Tokyo, inscrites à l’office de placement, étaient originaires de province. À partir de 1929, on a cependant essayé d’enrayer l’exode rural. Par exemple, dans les gares de province étaient installés des panneaux indiquant « il n’y a plus de travail à Tokyo » !

33Certes, les hommes et les femmes arrivant des campagnes pauvres n’ont pas toujours eu l’opportunité de devenir des travailleurs qualifiés ou des femmes travailleuses. Tokyo était un creuset de tout, comme le décrit en détail Yoshimi Shunya dans son Toshi no Doramaturugî (Dramaturgie urbaine) : dans les bidonvilles surpeuplés résidaient de très nombreux ouvriers non qualifiés, ouvriers à la journée, charretiers, saltimbanques, gourous (maîtres spirituels de groupes religieux sectaires), etc. (Yoshimi, 1987, 216). Malgré tout, le Tokyo des années 1920, désormais détaché de la tradition et des coutumes du passé, constituait pour les jeunes gens, montés à la capitale sans aucune ressource économique et sociale, l’espoir de changer leur vie. Notre auteure Fumiko était toujours très démunie dans la capitale, mais pour elle Tokyo était « la grande ville où on peut vivre tout pauvrement ». La vie courageuse de Fumiko devait en témoigner et, certainement, les lecteurs qui ont fait le succès du Journal d’une vagabonde y ont trouvé le symbole d’une ville et d’une époque.

2.3. La vie vagabonde dans les métiers

34Tendons l’oreille et écoutons la voix de notre auteure. Fumiko vit en véritable « modern girl » dans la grande ville : librement, avec les cheveux courts, en portant une jupe courte, en étant amatrice d’art, en changeant de métier et d’amant « une fois par mois ». « Je suis une femme qui ne se contente de rien, qui vagabonde dans les métiers, vagabonde parmi les hommes » (Hayashi, 2004a, 193), écrit également la protagoniste de Journal d’une vagabonde.

35Elle écrit : « En tout cas, je ne connais personne ici à Tokyo. Il n’y a aucune raison d’avoir honte. À Tokyo, il y a tout. De toute façon je vis sans moyens, je vais travailler autant que possible. » (Hayashi, 2004a, 35) Ainsi commence la vie aventureuse de la protagoniste du livre, avec pour cadre Shinjuku, le quartier populaire de Tokyo en ce temps-là. Ce n’est pas un hasard si Fumiko choisit Shinjuku, le faubourg nouveau, plutôt qu’un quartier somptueux comme Ginza. Avec sa gare rénovée en 1925, et une nouvelle ligne de train inaugurée en 1927, Shinjuku devient alors un nouveau quartier animé. C’est ici que Fumiko gagne sa vie en exerçant toutes sortes de métiers entre 1922 et 1928. Elle est tour à tour marchande (foraine) avec sa mère, bonne, ouvrière dans une usine de celluloïd, secrétaire d’un commerçant de futon, employée chez un agent de change, assistante de sage femme, employée chez un négociant en commerce extérieur, journaliste dans un journal pour les femmes, réceptionniste au bureau du journal, serveuse de café, serveuse dans une gargote.

36Ce qui est impressionnant à nos yeux, est le fait que le nouveau style de vie des années 1920 dans la capitale permet aux femmes, mêmes aux femmes pauvres venant de la province, sans diplôme, sans relations personnelles, de trouver un travail et une pension peu coûteuse, et ainsi de se rendre indépendante ; et, après avoir quitté un travail ou être licenciée, de retrouver un autre emploi. Dans Journal d’une vagabonde, les anecdotes invraisemblables ne manquent pas : par exemple, on embauche la protagoniste en tant que comptable, mais, n’ayant en réalité aucune notion de calcul, elle remplit son registre avec des chiffres choisis parfaitement au hasard, et le lendemain même reçoit sa lettre de licenciement. Plus tard, elle devient assistante de sage femme tout en étant aussi inexpérimentée dans ce domaine que dans la comptabilité. Se trouvant impliquée dans des avortements clandestins, elle décide de s’enfuir... et ainsi de suite ; néanmoins, la protagoniste réussit tant bien que mal à gagner sa vie en travaillant, comme le faisait à l’époque seulement une femme sur dix à Tokyo. Cette vie, ces aventures ont exercé une grande fascination sur ses contemporaines.

37Mais la réalité de la vie de Fumiko n’est pas toujours celle de la femme travailleuse et « modern girl » de rêve de ses contemporaines. Elle fait tout pour vivre. Elle travaille également en tant que bonne chez un écrivain, et comme ouvrière dans une usine. Dans l’usine de celluloïd, elle colore les poupées Kewpie à 0,75 yen par jour, de 7 h à 17 h, sans même pouvoir bouger la tête pendant toute la journée. La protagoniste se lamente : « Pourquoi ? Pourquoi ? Nous devons mener une vie aussi bête. Il nous reste pour toujours la chanson de celluloïd, l’odeur de celluloïd, la vie de celluloïd. […] Où souffle donc le vent de la révolution ? » (Hayashi, 2004a, 52-53). « En effet, moi, Ofumi, je suis bien le sous-prolétariat, je n’ai rien. […] J’ai travaillé à l’usine. La vie est dure. Fragilité, ton nom est la pauvreté » (Hayashi, 2004a, 58-61), écrit-elle en parodiant les célèbres paroles de Hamlet.

38Il arrive aussi, souvent, qu’il n’y ait rien, ni travail ni argent pour le lendemain. Cherchant à s’en sortir, Fumiko fréquente les bureaux de l’agence pour l’emploi, en vain. Elle est ainsi en proie à un violent désespoir, et au désir d’être protégée par un homme. Elle écrit : « Quand je marchais dans le quartier de Shinjuku le soir, je voulais étrangement recourir à un homme. Je me demande s’il y a quelqu’un pour me sortir de cette misère. » (Hayashi, 2004a, 32) Et encore : « Vers le soir, quand je ne sais où je m’installe, je me sens triste, mais même si je me tracasse, il n’y a rien à faire dans ce monde. Je vais compter sur mon corps et sur ma bonne santé. […] Ou je rentre dans mon pays natal pour me marier. » (Hayashi, 2004a, 33) Mais elle ne croit pas elle-même à cette option et déclare très vite : « Dépendre financièrement d’un homme est plus dur que mâcher du sable. »

39Le désir de mort et l’envie de vivre s’alternent : « Épuisée de tout, je me lasse de tout. Plutôt mourir ! Jour et nuit, je finis par vouloir mourir. Courage ! Je voudrais acheter de temps en temps 10 kilos de riz » (Hayashi, 2004a, 16). Ou encore : « Je suis allée en ville le soir sous les rafales de vent en errant comme un chien, de café en café, en quête d’une affiche de demande de serveuse... juste pour manger parce que mon estomac avait besoin avant tout d’une chose solide. Il faut manger à tout prix. Partout en ville, ça a l’air délicieux. Dans la fraîcheur de l’automne, une odeur aussi forte arrive depuis un arbre fruitier. » (Hayashi, 2004a, 140)

40Nombre de ses pages expriment un sentiment de lassitude et de désespoir vis-à-vis d’une existence difficile, mais on y découvre aussi, d’une manière symétrique et inséparable, un appétit vorace pour les plaisirs concrets, réels. Face au monde autour d’elle qui ne lui accorde aucun répit, la protagoniste puise littéralement à la fois son énergie vitale et sa force morale dans l’acte de manger. Il s’agit plutôt d’un cri, un cri à la fois de rébellion et d’attachement à la vie, la redécouverte soudaine du goût d’être vivant, un sursaut de vitalité et de gaieté au milieu du désespoir.

41Parmi ses expériences, notre auteure consacre de nombreuses pages dans son Journal d’une vagabonde à son travail comme serveuse de café. À l’époque, au Japon, le café n’indique pas le café qu’on imagine maintenant ni le salon de thé, mais plutôt le bar ou le cabaret. Après le tremblement de terre, ce type d’établissement était devenu très populaire, et de plus en plus de cafés ouvraient à Tokyo. En 1929, il y avait 6 087 cafés à Tokyo et 13 849 serveuses. Voici une anecdote écrite par Fumiko : dans un café où elle travaille, la patronne ajoute de l’eau à une bouteille de whisky, pour en obtenir jusqu’à 7 bouteilles. Il y a parfois des clients qui partent sans payer, et c’est alors aux serveuses qu’il incombe de rembourser. La narratrice exhale des plaintes incessantes : « Travailler dans un endroit comme un café, cela me rend une loque humaine. » (Hayashi, 2004a, 85) Épuisée par la vie de serveuse, un sentiment morne et sombre la frappe : « À vrai dire, je suis ennuyée de vivre. Si je travaille dans un tel endroit, j’ai tellement le cafard que j’ai envie de voler à l’étalage, de devenir même une brigande, une prostituée. » (Hayashi, 2004a : 147)

42Cependant Hirabayashi Taiko (1905-1972), écrivaine et amie de Fumiko, témoigne dans la biographie de Hayashi Fumiko qu’elle s’est aussi réjouie d’être serveuse de café, parce qu’il n’y aurait pas d’autorité à respecter dans ce métier et cette liberté lui aurait plu. On pourrait dire que cette liberté a donné le jour à l’écrivain Hayashi Fumiko, car, même dans sa condition de serveuse pauvre, elle a pu respirer l’air libre de cette époque. Dans un café des faubourgs de Tokyo, Fumiko reconnaît la force des femmes indépendantes, qui chaque jour se battent seules. Unno Hiroshi décrit ainsi deux femmes, Fumiko et Hitrabayashi Taiko, dans son ouvrage Modan Toshi Tokyo (Tokyo, la ville moderne) :

Ainsi ces deux femmes travaillent dans un café d’à côté, dans le même quartier de Shinjuku. Elles vivent et vagabondent en payant de leur personne dans les années 1920 à Tokyo, c’est prodigieux. L’espace urbain qu’elles ont vu fait preuve de plus de réalisme que celui vu par des hommes, leurs contemporains. Elles sont misérables. Mais par leur attitude libre, par l’audace de tout regarder dans la grande ville et d’y vivre, elles sont indubitablement les femmes des années 1920. (Unno, 1983, 33)

43Fumiko relate aussi la dure condition que la société réserve à celle qui est faible, comme une femme pauvre, non diplômée, non qualifiée en écrivant : « Je suis boueuse comme si j’étais tombée dans le marais » (Hayashi, 2004a, 37). Le manque d’argent, la faim, l’inquiétude quant à son futur, accompagnent constamment la protagoniste du livre ; en même temps, dans cette vie au comble de la misère, les moments de lumière et de gaité ne manquent pas.

44La vie des femmes qui sont montées seules à Tokyo est instable, oscillant entre la liberté de pouvoir travailler librement et l’insécurité qui accompagne celle qui doit vivre sans pouvoir compter sur quiconque. Dans ce sens, le Tokyo des années 1920 constituait un lieu qui permettait à une femme d’éprouver la liberté de choisir un métier, certes au prix de la misère et l’insécurité, mais tout en laissant entrevoir la possibilité d’un futur meilleur.

Conclusion

45À travers notamment la figure de Hayashi Fumiko, nous avons essayé de montrer que la question du rapport entre les femmes et le travail se pose au Japon à partir des changements sociaux des années 1920. Depuis, les femmes japonaises ont poursuivi leur quête de droits et de liberté pour trouver leur place dans le monde du travail. Mais il faut voir avec lucidité que l’égalité des sexes piétine et que cette quête est loin d’être terminée. La situation actuelle fait éprouver aux femmes à la fois la liberté de l’indépendance économique, et l’inquiétude de la précarité. Et, pour beaucoup de femmes, il n’est toujours pas possible de concilier la volonté de travailler avec l’idéal de « bonne épouse, sage mère », qui a toujours une place importante dans la société nippone, et en elles-mêmes.

46Journal d’une vagabonde de Hayashi Fumiko ne nous montre pas seulement des femmes, les « modern girls », qui parviennent à s’émanciper par leur travail ; ses protagonistes, bonnes, serveuses, ouvrières, sont souvent reléguées aux marges de la société, comme Fumiko l’était elle-même. Si le monde de ces femmes apparaît à Hayashi Fumiko comme marqué par la pauvreté, l’instabilité, voire l’absurdité, elle rend d’autant plus hommage à la vitalité et à la liberté de ces femmes, à leur gaieté et à leur envie de vivre dans la pauvreté, à leur miraculeuse force de vie. Au lieu de se laisser plier dans la résignation ou le désespoir, elles avancent pas à pas, voire avancent pour vivre purement et simplement. Hayashi Fumiko n’a cessé d’écrire sur cette force féminine, la force des femmes ordinaires qui sont arrivées à Tokyo sans diplôme, sans aucun support ; c’est bien pour cela que son journal a attiré ses contemporains, et encore aujourd’hui nous amène à repenser la dynamique émancipatrice d’il y a une centaine d’années et le rapport entre le travail et la vie des femmes.

Haut de page

Bibliographie

Hayashi Fumiko (1949) Hôrôki II, Tokyo, Shinchôsha.

Hayashi Fumiko (1979), Hôrôki, nouvelle version de 1951, Tokyo, Shinchô bunko.

Hayashi Fumiko (2004a), Hôrôki, version Kaizôsha de 1930, Tokyo, Misuzu shobô.

Hayashi Fumiko (2004 b), Pari no koi, Tokyo, Chûkûbunko.

Hirabayashi Taiko (2003), Hayashi Fumiko. Miyamoto Yuriko, Tokyo, Kôdansha.

Hosoi Wakizô ([1925] 1954), Jokô aishi, Tokyo, Iwanami shoten.

Kimoto Kimiko et Asuka Akiyama (2013), « 21. Temps plein, temps partiel : la flexibilité à la japonaise », traduit de l’anglais par Hélène Tronc, dans Travail et genre dans le monde, Paris, La Découverte, 215-223.

Kawamoto Saburô (2003), Hayashi Fumiko no Shôwa, Tokyo, Shinshokan.

Kitazawa Shûichi (1924), « Modern girl », Josei, août, Ôsaka, Édition Platon.

Lévy Christine (dir.) (2014), Genre et modernité au Japon. La revue Seitô et la femme nouvelle, Rennes, Presses universitaires de Rennes.

Momose Takashi (1990), Jiten. Shôwa senwenki no nihon, Tokyo, Yoshikawa kôbunkan.

Monier Frédéric (1999), Les Années vingt (1919-1930), Paris, Le Livre de poche.

Murakami Nobuhiko (1983), Taishôki no shokugyô fujin, Tokyo, Domesu.

Nakajima Kuni (1994), Kindai nihon ni okeru onna to shokugyô, Tokyo, Ozorasha.

Noguchi Yukio (2010), 1940 nen taisei, Tokyo, Édition Tôyo Keizai Shinpô.

Osawa Mari (2007), Gendai Nihon no seikatsu-hoshô shisutemu, Tokyo, Iwanami shoten.

Simokawa Satoshi (dir.) (2001), Shôwa, Heisei, Kateishi nenpyô : 1926-2000, Tokyo, Kawade shobô sinsha.

Shinozuka Eiko (1995), Josei to kazoku, Tokyo, Yomiuri shinbunsha.

Takamure Itsue (1972), Josei no rekishi, vol. II, Tokyo, Kôdansha.

Tazaki Nobuyoshi (1990), « Josei rôdô no shoruikei », dans Joseishi sôgô kenkyûkai (dir.), Nihon josei seikatsushi, Tokyo, Presses universitaires de l’université de Tokyo, 163-197.

Unno Hiroshi (1983), Modan Toshi Tokyo, Tokyo, Chûoôkôronshinsha.

Ville de Tokyo (1932), Fujinshokugyôsensen no tenbô, Tokyo, Hakuôsha.

Yoshimi Shunya (1987), Toshi no Doramaturugî, Tokyo, Kôbundô.

Haut de page

Notes

1 Le terme de « littérature prolétarienne » au Japon renvoie spécifiquement aux œuvres des écrivains, issus ou non de la classe ouvrière, qui s’engagent dans la mouvance culturelle et militante communiste au cours des années 1920. Un des auteurs emblématiques de cette littérature, Kobayashi Takiji, mourut suite à la torture policière en 1933 à l’âge de vingt-neuf ans.

2 Elle a reçu le prix littéraire Shimase en 2010 et le prix littéraire Yomiuri en 2011 pour son roman Nanikaaru publié en 2010.

3 C’est alors, en 1918, que l’université féminine de Tokyo a été fondée.

4 Le but commun aux auteurs ici était d’affronter la conception de la « famille » (Ie) et l’ordre social basé sur la discrimination sexuelle, et de considérer les femmes comme « l’individu qui possède moralement et financièrement la possibilité d’être conscient, autonome, indépendant, et de se défendre » comme l’affirme Yosano Atsuko (1878-1942), grande poétesse et la première féministe moderne.

5 Tezuka Masaharu, dit Ryokubin, peintre assez obscur pendant toute son existence, a été le compagnon et un vrai protecteur pour l’écrivaine à partir de 1926. Indifférents aux conventions sociales, Fumiko et Ryokubin ont vécu pendant plusieurs années en union libre. L’adoption d’un nouveau-né en 1943 les poussa à officialiser leur union par le mariage l’année suivante.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Hiromi Takahashi, « Travail, vie et œuvre d’une pionnière émancipée », La nouvelle revue du travail [En ligne], 10 | 2017, mis en ligne le 09 juin 2017, consulté le 18 octobre 2017. URL : http://nrt.revues.org/3077 ; DOI : 10.4000/nrt.3077

Haut de page

Auteur

Hiromi Takahashi

Université de Rennes 2

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo La NRT est soutenue financièrement par
  • Logo CNRS INSHS
  • Logo Centre Pierre Naville - Université d'Evry
  • Logo Laboratoire Printemps (professions, institutions et temporalités)
  • Logo Centre Emile Durkheim
  • Logo Laboratoire lorrain de sciences sociales - Université de Lorraine
  • Logo IRISSO - Dauphine université Paris
  • Logo Multidisciplinaria de Estudios sobre el Trabajo (UMEST) - Universidad Autónoma de Querétaro
  • Logo La NRT est aussi reconnue et soutenue par
  • Logo HCERS
  • Logo Fondation Maison des sciences de l'homme
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org