Navigation – Plan du site
Varia

L’idéal de métier des libraires spécialisés en littérature jeunesse

A professional ideal for youth booksellers
El ideal de profesión de los editores especializados en literatura juvenil
Vincent Chabault

Résumés

Résumé : À partir d’une enquête reposant sur une analyse documentaire et des entretiens, cet article contribue à l’analyse des conditions de l’échange marchand de la production éditoriale destinée à la jeunesse à travers une étude menée sur l’identité professionnelle des libraires spécialisés. Il retrace dans un premier temps la construction d’un métier et d’une légitimité par l’essor d’un réseau de librairies indépendantes dans un contexte marqué par le renouveau de la littérature de jeunesse. Il examine ensuite la façon dont les libraires conçoivent leur métier et envisagent leur rôle auprès des livres et des lecteurs. Cette enquête constitue un apport à la réflexion menée autour de deux questions : les conditions sociales de l’échange marchand de biens culturels, à travers le développement d’un réseau de détaillants et l’engagement subjectif au travail de professionnels, d’une part ; l’analyse de la construction d’un « idéal de métier » et les difficultés à l’atteindre, d’autre part.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 Cette absence semble s’expliquer par le fait que la tâche visant « à intensifier les chances d’accè (...)

1Si plusieurs travaux sociologiques se sont intéressés aux représentations sociales véhiculées par la littérature de jeunesse (Chamboredon & Fabiani, 1977 ; Mietkiewicz-Colson & Schneider [dir.], 2013) et aux logiques de réception des normativités (Montmasson, 2015), aucun ne s’est encore penché sur les conditions de sa diffusion par l’essor de structures commerciales adaptées et par l’intervention de professionnels1.

  • 2 L’auteur remercie Frédéric Poulard et les évaluateurs anonymes de la NRT pour leurs observations et (...)

2Partant de ce constat, cet article contribue à mettre en lumière le rôle des commerces spécialisés dans la circulation marchande des biens culturels pour les enfants à travers une analyse de la construction de l’identité professionnelle des libraires2. S’inscrivant dans la continuité de l’analyse sociohistorique du métier de libraire, qui a souligné la nécessité, pour ces professionnels, de construire une identité propre dans le but d’affirmer leur singularité par rapport aux autres vendeurs de livres (Leblanc, 1998, 226-267), cette contribution propose d’examiner l’élaboration de la représentation d’un métier et la manière dont il est aujourd’hui défini par celles et ceux qui l’exercent. Le travail mené par les premières générations de libraires spécialisés ainsi que la reconnaissance symbolique d’une profession par diverses institutions publiques ont construit un rôle culturel fort – celui de la sélection et de la diffusion du livre comme référentiel commun – qui repose sur un savoir, des règles communes et un lien précoce aux normes professionnelles, intégrées durant une formation réalisée en alternance (brevet professionnel, DUT, licence professionnelle).

  • 3 Souvent affichée par le réseau de détaillants sans préciser sa signification, l’indépendance des li (...)

3L’objectif est ici d’analyser le développement conjoint d’une expertise spécifique reconnue et d’un espace d’identification commun. Après un éclairage sur le renouveau de la littérature jeunesse depuis les années 1970 (Picquart, 2004), sa légitimation par des professionnels de l’enfance et la constitution d’un réseau reconnu de détaillants indépendants3, nous mettrons en évidence la conception indigène que ces professionnels du livre ont de leur activité. Comment définissent-ils leur travail situé à l’interface d’une offre éditoriale et des lecteurs et de quelle façon s’y engagent-ils ? Quel rôle s’attribuent-ils dans la circulation du livre et de quelle façon envisagent-ils leur métier en termes de savoir, d’identification sociale et de construction de règles (Osty, 2003, 20) ?

  • 4 L’identité de métier « suppose l’existence d’une “communauté” au sein de laquelle se transmettent “ (...)

4En nous inspirant des réflexions sur « l’identité de métier » comme mode d’identification par le travail (Dubar, 2000, 116)4, et en empruntant le concept forgé par Marie-Anne Dujarier d’idéal au travail, nous souhaitons plus directement retracer la construction d’un « idéal de métier » (Dujarier, 2006, 204), élaboré collectivement lors de la structuration de l’activité et entretenu depuis par les représentants de la profession et diverses institutions (partie 1). Cet idéal de métier désigne une représentation de la fonction axée sur l’expertise menée sur l’offre éditoriale et sur le rôle joué en faveur de la diffusion du livre et du goût de la lecture (partie 2). Le conseil au client, dont il est question dans cet article, représente une partie certes minoritaire du temps de travail du libraire, mais il est considéré comme essentiel par ces professionnels et constitue un élément clé de leur identité de métier. Puis, il s’agit de confronter ce modèle, devenu une norme de travail, à l’ensemble des propos recueillis. Si certains aspects de la fonction tendent à se rapprocher de la « représentation élevée du métier », d’autres semblent l’en éloigner (partie 3).

  • 5 Deuxième secteur après la littérature générale, la jeunesse représente 14 % du chiffre d’affaires d (...)
  • 6 La littérature de jeunesse est en effet un marché peu équipé : si les enseignants, les bibliothécai (...)
  • 7 Les grandes surfaces culturelles détiennent 35 % du marché, la grande distribution alimentaire : 26 (...)

5Cet article comporte deux intérêts scientifiques. Il contribue d’une part à une « sociologie des conditions de l’échange marchand » (Chantelat, 2002) en examinant la construction de l’identité professionnelle des libraires ; laquelle constitue l’une des conditions de l’ajustement marchand et explique en partie la place occupée par le réseau indépendant sur ce marché dynamique5. Très peu concurrencée par d’autres dispositifs d’information, d’évaluation et de prescription (Karpik, 2007)6, la librairie est en effet le premier circuit de diffusion de la littérature de jeunesse en détenant 39 % du marché aux côtés des grandes surfaces culturelles et des hypermarchés7. L’identité professionnelle des libraires, construite par les professionnels, par leurs représentants et par des acteurs externes, contribue à la crédibilité de ces commerces incontournables pour la diffusion de la littérature de jeunesse.

6Cet article vise d’autre part à examiner les tensions au travail générées par la confrontation entre une conception du métier construite (revendiquée et reconnue) et les différentes contraintes qui rendent parfois les attentes d’un métier insatisfaites aux yeux des professionnels interrogés.

L’enquête

Cette recherche repose sur un matériau diversifié. Une analyse documentaire a été réalisée grâce au fonds spécifique du Centre national de la littérature pour la jeunesse/La joie par les livres (BNF). L’objectif a été de restituer l’émergence des librairies depuis la fin des années 1970 à travers notamment les étapes du développement de l’Association des librairies spécialisées pour la jeunesse (ALSJ) (entretiens avec des cofondateurs et dépouillement des 64 numéros de Citrouille, revue trimestrielle de l’association). Des entretiens ont été réalisés avec 22 libraires indépendants (dont 19 femmesa), membres ou non de l’ALSJ, travaillant dans des commerces spécialisés, c’est-à-dire réalisant la quasi-totalité du chiffre d’affaires grâce aux livres de jeunesse (et non grâce aux jouets, aux jeux, à la papeterie, ou au livre pour adulte). Les entretiens ont été menés en librairie, sur le temps de travail du libraire et parfois, selon la taille du magasin, à proximité du gérant ou d’autres employés ; ce qui a sans doute occasionné une certaine retenue quand il était question des aspects négatifs du travail ou du rapport à l’employeur et aux collègues. La grande majorité des libraires rencontrés, auxquels s’ajoutent ceux interrogés par la revue professionnelle, a suivi une formation professionnelle adaptée. Près d’une quinzaine sont titulaires d’un brevet professionnel de libraire, d’un DUT « métiers du livre », d’une licence professionnelle « librairie », ou ont réalisé leur apprentissage en Suisse. Les autres maîtrisent le fonctionnement de la filière par leur titre scolaire et/ou leur expérience professionnelle menée dans un domaine connexe (BTS édition, anciens éditeurs et diffuseurs). Cinq d’entre eux ont suivi des études de lettres et de finances, jusqu’au doctorat dans l’un des cas. Deux professionnels sont des instituteurs reconvertis. Nous avons également rencontré des pionniers de la librairie jeunesse, aujourd’hui retraités ou reconvertis dans l’enseignement ou dans l’univers des bibliothèques. Les entretiens explorent trois domaines : les aspects du travail, la trajectoire individuelle, le rapport à la formation.

a. Sans disposer de données statistiques pour les libraires jeunesse, nos observations conduisent à dresser le constat d’une très forte féminisation de la profession. Pour l’ensemble des librairies, le Syndicat de la librairie française avance un taux de féminisation du salariat – et du salariat seulement – de 60 % (SLF, 2010, 61). Les libraires rejoignent de ce point de vue les bibliothécaires : l’étude menée sur cette population par Bernadette Seibel faisait état d’un taux de féminisation de 86 % (1988). Près de vingt ans après, le taux de féminisation des « cadres et techniciens de la documentation et de la conservation » reste stable et s’élève à 87 % contre 42 % pour l’ensemble des professions culturelles (Cléron & Patureau, 2005, 2). Pour le secteur jeunesse, bibliothécaires et libraires se rejoignent également sur une partie des tâches prescrites, assignées au genre féminin : l’accueil du (jeune) public en institution culturelle et la médiation culturelle auprès des enfants.

L’essor et la reconnaissance d’un métier culturel au service du livre et de la lecture

7L’essor des librairies spécialisées s’inscrit dans le contexte du renouvellement de la littérature de jeunesse et dans sa légitimation portée notamment par des professionnels de la petite enfance.

Renouveau de la littérature de jeunesse et formes de légitimation

8S’il est impossible de présenter en quelques lignes les raisons expliquant le dynamisme de l’édition pour la jeunesse depuis environ quarante ans, il est toutefois important d’exposer quelques éléments de l’histoire des politiques éditoriales de ce secteur. Ce renouvellement, qui se caractérise par la diffusion progressive de nouvelles normes éditoriales et graphiques et par l’émergence de nouveaux éditeurs, se construit principalement autour de quelques maisons d’édition et de figures d’éditeurs exclusivement masculines.

  • 8 L’École des Loisirs désigne au début l’activité « jeunesse » des éditions de l’École, éditeur scola (...)

9La fondation de l’École des Loisirs en 19658 par les éditeurs scolaires Jean Fabre (1920-2014), Jean Delas (1939-…, diplômé de HEC) et Arthur Hubschmid (1940-…), diplômé d’une école typographique suisse) incarne le début de ce changement. Deux ans plus tard, les éditions Harlin Quist sont fondées par un instituteur, François Ruy-Vidal (1931-…) et l’éditeur américain, Harlin Quist (1930-2000). Ruy-Vidal crée ensuite le département jeunesse de Grasset entre 1973 et 1976. Enfin, Gallimard Jeunesse est fondée en 1972 par Pierre Marchand (1939-2002, maquettiste) et Jean-Olivier Héron (1938-2017, illustrateur). Tous deux effectuent un travail de mise en valeur du fonds en sollicitant des graphistes de notoriété internationale. Ils décident, d’autre part, du lancement d’une collection de livres de poche qui assure une meilleure diffusion du catalogue dans les écoles ainsi qu’une présence dans les grandes surfaces (Piquart, 2004, 152).

  • 9 Rolande Causse (dir.), L’Enfant lecteur. Tout pour faire aimer les livres, Paris, Autrement, 1988.

10Cet essor est aussi porté par des professionnels du livre qui contribuent à construire un discours sur les bienfaits de la lecture aux enfants. « À chaque layette, un livre ! », déclare en 1988 l’éditrice Lucette Savier dans un ouvrage dirigé par Rolande Causse, auteure de littérature jeunesse9. Elle ajoute « des livres avant la naissance ! Des livres dès le berceau ! Une layette, un livre ! Les bébés ont besoin de livres ! » Cette promotion du livre de jeunesse se double d’une orientation vers le « bien lire » et les véritables œuvres. Christian Bruel, auteur et éditeur, affirme que « mettre en contact les livres et les enfants ne suffit pas. Aux antipodes d’un laissez-faire ou d’une censure, il s’agit de réussir une réelle éducation du choix en direction des parents, des médiateurs et des enfants eux-mêmes. »

  • 10 Il cofonde en 1982 l’association Actions culturelles contre les exclusions et les ségrégations.
  • 11 « Des livres, vite ! », Contact, n° 351, mai 1999, p. 17.
  • 12 En grand format (données communiquées par l’éditeur). L’ouvrage a été réédité en 2001 en grand form (...)
  • 13 Cet éditeur de psychologie à visée pratique a notamment publié Lire des livres à des bébés (1998, 9 (...)

11Cette rhétorique trouve une caution intellectuelle du côté des pédopsychiatres. Porteurs d’un nouveau regard sur l’enfance inspiré des enseignements de Françoise Dolto, ils soulignent, dès le début des années 1980, les aspects positifs de la découverte de la langue écrite dans la construction de la personnalité de l’enfant (Diatkine et al., 1986). En 1994, le livre de la psychiatre Marie Bonnafé, Les Livres, c’est bon pour les bébés, est publié. Préfacé par René Diatkine (1918-1997), connu pour ses travaux pionniers en psychiatrie de l’enfant10, cet ouvrage, qui encourage les interventions dans les lieux d’accueil de la petite enfance autour de la lecture à haute voix, a un écho bien au-delà des professionnels. Marie Bonnafé est par exemple sollicitée par la FNAC pour une interview publiée dans le journal diffusé à son million d’adhérents11. Dans le sillage du livre de Bonnafé, vendu à 8 000 exemplaires12, un espace de production éditoriale, présentant des recherches menées en psychologie sur la lecture et la littérature de jeunesse, se met en place. Destinés aux professionnels de la petite enfance, ces travaux, édités notamment par la maison Érès13, contribuent à la fois à affirmer les effets positifs de la lecture à haute voix sur le développement des enfants et à légitimer scientifiquement ce genre éditorial.

12La consécration de la littérature de jeunesse, qui se poursuit par son introduction dans les programmes scolaires du primaire en 2002, fabrique progressivement une doxa autour des bienfaits du livre de jeunesse, laquelle crée, selon Régine Sirota, « une urgence vitale de mettre l’enfant en présence de livres dès la naissance » (2005, 53). C’est dans ce contexte que se développe un réseau de détaillants spécialisés à propos duquel quelques repères historiques ont déjà été posés (Hache-Bissette, 2008).

L’essor des librairies indépendantes spécialisées : unification et structuration d’un rôle

  • 14 Chantelivre est la 34e librairie française en termes de chiffre d’affaires. Il s’élevait à plus de (...)

13La structuration se poursuit avec l’ouverture de librairies spécialisées sur l’ensemble du territoire ainsi que par l’action collective des détaillants. Les premières librairies de jeunesse apparaissent dans les années 1970 : les 3 Hiboux au Bon Marché en 1970, la Lecture buissonnière dans le 15e arrondissement de Paris en 1972, Chantelivre, institution de référence liée l’École des loisirs, en 197414, les Trois Mages à Marseille, l’Herbe rouge près du parc Montsouris, l’Eau vive à Avignon ou la Bouquinette à Strasbourg (1977) et Comptines à Bordeaux (1978). D’autres communes (Chambéry, Aubenas, Metz, Nevers) accueillent également des structures spécialisées au tournant des années 1970-1980. Ces détaillants émergent au côté d’acteurs indépendants généralistes abritant un rayon jeunesse, des magasins FNAC, des hypermarchés, des clubs et de la vente par correspondance.

  • 15 Le numéro zéro est publié au mois de janvier 1992, il compte 15 pages. Rapidement chaque numéro com (...)

14En 1981, un groupe de libraires fonde l’Association des librairies spécialisées pour la jeunesse (ALSJ) et décide de se réunir lors du premier Salon du livre de Paris. Trois ans plus tard, l’ALSJ est chargée de la librairie thématique du salon du livre et de la presse de jeunesse, dont la première édition a lieu à Montreuil, puis obtient en 1985 un espace dédié pour le livre de jeunesse au salon du livre de Paris. La même année, ses membres créent le prix littéraire « Sorcière », provenant du slogan de l’association : « Lire, c’est pas sorcier ». Ce prix ainsi que les conseils publiés dans la revue trimestrielle Citrouille, lancée en 1992 alors que l’ALSJ compte 45 commerces adhérents, incarnent cette volonté de jouer un rôle dans la sélection de l’offre et dans l’information autour du livre de jeunesse auprès des confrères15.

15L’essor des commerces ne se fait pas sans difficulté. Cinq d’entre elles sont pointées par le spécialiste de l’économie du livre Jean-Marie Bouvaist, annonçant ainsi l’équilibre économique fragile de ces détaillants : un problème de saisonnalité (comment maintenir un assortiment sur une année quand les trois quarts du chiffre d’affaires sont réalisés entre la rentrée des classes et Noël) ; un problème d’hétérogénéité des formats qui nécessite des rayonnages adaptés ; un problème de prix (un livre jeunesse coûte souvent quatre fois moins cher qu’un roman) ; un problème de qualification des vendeurs pour conseiller le public ; un problème d’extériorisation due à une forte dépendance à la commande publique pour laquelle des rabais sont pratiqués (15-20 %, plafonnés depuis 2003 à 9 %) (Bouvaist, 1990, 58-59).

La reconnaissance externe des librairies : la certification d’une autorité symbolique pour la confiance du lecteur

  • 16 N. Beau, « 30 ans de librairies sorcières », Citrouille, n° 60, novembre 2011, p. 7.

16Vingt ans après son lancement, l’ALSJ considère sa présence au salon de Montreuil et la création du prix Sorcière comme l’aboutissement du projet initial. Être reconnu, c’est être visible dans les salons auprès du public, mais aussi auprès des acteurs de la filière. L’ALSJ est ainsi invitée à participer à toutes les négociations interprofessionnelles relatives au transport, aux relations commerciales avec les diffuseurs et aux rapports avec les pouvoirs publics. Elle participe, d’autre part, à l’unification des syndicats patronaux de libraires et à la création du Syndicat de la librairie française en 199916.

  • 17 Source : Centre national du livre.

17Du côté des pouvoirs publics, la librairie fait l’objet de nombreuses attentions consacrant ainsi la singularité et la qualité du service rendu aux lecteurs. Hormis la loi Lang sur le prix unique du livre, différents dispositifs d’aide publique sont proposés par plusieurs acteurs tels que le CNL (Centre national du livre) ou les structures régionales du livre. Depuis 2007, le label LIR (librairie de référence) est attribué par le ministère de la Culture aux détaillants pour récompenser, par une exonération de la contribution économique territoriale, leur action en faveur de la diversité éditoriale. 42 librairies de jeunesse sont labellisées en 201517. Ces dispositifs de soutien et l’action collective de l’ALSJ, qui regroupe aujourd’hui plus de 50 membres en France et près de quinze en Belgique, participent à la construction d’une représentation du libraire en « acteur culturel qui a su légitimer son indispensable présence » (Pinhas, 2009).

18Le crédit symbolique dont est porteur la librairie indépendante s’illustre également dans les formes de narrativité donnant accès à la conception du métier.

De la sélection du bon livre a la production du conseil : un idéal de métier

19Les aspects du travail par lesquels les libraires définissent leur poste et leur rôle doivent être entendus en intégrant deux éléments : le dynamisme du marché de la littérature de jeunesse, d’une part, la concurrence exacerbée des sites de vente en ligne, d’autre part. De ce contexte naît sans doute un réflexe qui consiste à affirmer le rôle de la librairie indépendante et à mettre en avant l’un de ses atouts irréalisables sur les plateformes de vente en ligne : sa fonction de conseil et de prescription.

20Sans grande surprise, les libraires jeunesse définissent leur activité par l’accès au livre et à la lecture auquel ils contribuent par la sélection d’un assortiment, par le conseil et par les animations.

L’accès au livre et la promotion de la lecture

21La promotion de la littérature de jeunesse, l’accompagnement dans l’apprentissage de la lecture, la réconciliation de l’enfant avec le livre sont des thèmes très présents dans les propos des professionnels.

Nos animations, je l’ai vérifié, contribuent souvent à réconcilier l’enfant avec le livre. C’est une première étape essentielle pour que les enfants deviennent lecteurs et le restent une fois adultes […] ; Nous avons cette capacité à transformer nos rêves, en continuant à émerveiller, à informer, à éduquer les jeunes lecteurs pour que, demain, ils le restent. (Homme, gérant, Ardèche)

À mon avis, le travail des libraires a pour but de donner envie et de familiariser les enfants avec les livres et avec une lecture différente… c’est un accompagnement. (Femme, salariée, Paris, 20e arrondissement)

Nous voulons donner le goût de lire. C’est l’occasion pour nous de jouer un rôle social et culturel dans notre ville, en partenariat avec les bibliothèques, associations autour du livre et du jeu. (Femme, salariée, Maine et Loire)

Il faut donner envie à l’enfant de lire chacun des livres présents. (Directrice d’une librairie appartenant à un réseau indépendant, Vienne)

22Ce discours révèle une conception du métier proche de la relation éducative verticale : l’enjeu étant de diffuser une offre, des normes et des pratiques à de jeunes individus et à des adultes partenaires (enseignants, bibliothécaires). Cette dimension du métier, axée sur la transmission culturelle, s’observe encore davantage quand les libraires mettent en place des partenariats avec des groupes scolaires afin « que les enfants aient une approche de la littérature jeunesse » (Libraire, Ille-et-Vilaine).

Le travail de sélection par des militants de l’édition de création

23Dans ce travail de promotion du livre et de la lecture, certains professionnels considèrent que leur rôle consiste à sélectionner les références qui méritent d’être diffusées. Accompagner les évolutions de l’édition jeunesse est une mission que se fixent certains libraires. L’enjeu est alors de promouvoir le catalogue des maisons innovantes.

  • 18 Ouvrage « classique » de L’École des loisirs, édité en 1966. Tomi Ungerer (1931-...), auteur et ill (...)

Nous avons créé Jean de la lune [devenu Gens de la lune] en 1975. Ce fut d’abord un magasin de jouets traditionnels dans lequel, dès le premier jour, il y avait des livres, surtout ceux d’Harlin Quist et de l’École des loisirs, parmi lesquels, en première place, bien sûr, le formidable Jean de la lune de Tomi Ungerer18 ! (Fondateur de Gens de la Lune, Nièvre)

Les caisses de livres sous le bras, nous partons dans les écoles, les collèges, les salons pour bousculer les idées reçues qui cantonnent la littérature jeunesse à quelques anachroniques bibliothèques rose et verte. (Homme, gérant, Auvergne)

  • 19 Sur la licence comme politique éditoriale commerciale et à court terme, voir Ferrier (2011, 33).

24La valorisation du catalogue d’éditeurs, devenus, pour certains, des figures légitimantes du genre, est davantage liée au goût pour leur production qu’à leur statut d’indépendant. En d’autres termes, il s’agit plutôt de diffuser la création que de résister aux groupes d’édition dominants comme Hachette. Par ailleurs, plusieurs libraires considèrent qu’ils sont les seuls à diffuser l’édition indépendante, après la disparition des boutiques « Éveil & jeux » et face aux différentes stratégies de rationalisation de l’offre menées à la FNAC (Chabault, 2013) qui privilégient les déclinaisons éditoriales de personnages récurrents, internationalement diffusés (Mickey, Dora, etc.)19. Ce type d’offre ou les « anachroniques bibliothèques rose et verte » constituent les figures repoussoirs de la littérature enfantine aux yeux des spécialistes.

Favoriser les échanges

25Plusieurs libraires interrogés mettent en avant la dimension relationnelle de leur travail : « la passion du livre jeunesse est réconfortante parce qu’elle nous permet de vivre au quotidien une multitude de contacts simples, positifs, fragiles et très vrais ». Pour certains, cet attachement les conduit à aller au-devant des clients « pour ne pas laisser l’impression que les clients sont dans un supermarché » (Homme, Tarn et Garonne).

26La valorisation des liens sociaux s’exprime également lorsqu’il est question d’entretenir des relations avec des partenaires locaux : professionnels du livre, de l’éducation, médiateurs culturels.

C’est un lieu où naissent de nombreux projets en faveur de la lecture et de la promotion de la littérature jeunesse. En très grande majorité, le public ici c’est aussi des adultes médiateurs, enseignants, bibliothécaires. On ne peut pas travailler de manière isolée. (Homme, gérant, Ardèche)

27La librairie est ici conçue comme un lieu « ressource », pourvoyeur de livres et d’idées, mais aussi initiateur de partenariats et stimulant des échanges entre acteurs de l’éducation et monde du livre.

Jouer un rôle dans la transmission du plaisir de lire et dans la construction de l’identité de l’enfant

28Au-delà de l’éducation au livre, le rôle d’une grande partie des libraires interrogés consiste à veiller au plaisir des clients, parents et enfants. L’épanouissement peut être rattaché à la fréquentation d’un lieu calme et apaisant. Il est surtout lié à la lecture et à la satisfaction éprouvée par l’enfant lorsque le libraire lui a conseillé un ouvrage apprécié.

Pour moi, il est effectivement important que les clients puissent prendre leur temps, qu’ils se sentent bien ici. (Libraire, femme, salariée, Saône-et-Loire)

Le travail est énorme, toutes ces animations et ces lectures se superposent au métier traditionnel de libraire. Mais la satisfaction est intense lorsque s’allume le plaisir de lire dans les yeux des enfants et des adultes. (Homme, gérant, Nord)

29Le plaisir de lire ne se transmet pas automatiquement lorsque l’enfant se rend en librairie. Le vendeur a un rôle à jouer, car ce plaisir est provoqué par un conseil adapté, lequel favorise plus tard un goût de la lecture. Par conséquent, la dirigeante d’une librairie jeunesse de référence développe une vision de la lecture axée sur le plaisir plutôt que sur l’acquisition de savoir. L’objectif va être, selon elle, de favoriser un rapport décomplexé au livre pour en favoriser l’accès.

Un enfant de trois ans, ce n’est pas le fait d’entrer dans une librairie qui va lui donner le goût de la lecture, c’est surtout le fait qu’il lise chez lui. S’il rentre dans une librairie et qu’on lui conseille de bons livres et que, du coup, parents et enfants ont plaisir à lire… là, il y a de fortes chances que ça développe le goût de la lecture, du livre.
On essaie d’avoir une relation décomplexée au livre… de parler de plaisir plus que de connaissance, car, très souvent, les gens abandonnent ce type d’arguments. Moi, je pense qu’il y a aussi un côté où le libraire reste un peu impressionnant. Les gens ont souvent peur de poser une question idiote… bon, on est là pour leur donner un truc qui leur fait plaisir… il n’y a pas de mauvaise lecture. En général, ils sont contents parce qu’ils veulent quelque chose qui va plaire à leur gamin. Ce dont ils ont envie, c’est qu’ils lisent et y prennent du plaisir. (Femme, cogérante, Paris, 6e arrondissement)

  • 20 Rappelons que 47 % des Français déclarent ne pas avoir acheté de livre en 2016 (Le Secteur du livre (...)

30Les libraires définissent également leur rôle par rapport à l’identité de l’enfant qu’ils contribuent à façonner. Il s’agit d’une identité culturelle à travers les prescriptions de livres et les actions mises en place pour favoriser l’accès aux livres, ou, plus exactement, renforcer des dispositions culturelles déjà construites. Accessibles à tous, ces animations, qui prennent la forme de lectures ou de rencontres avec des auteurs et des illustrateurs, sont fréquentées, selon les libraires, par des enfants, accompagnés de leurs parents, de milieu culturel favorisé20.

31De la même manière que les sorties culturelles en famille comportent des enjeux sociaux multiples, il s’agit aussi de participer à la construction d’une identité personnelle fondée sur l’autonomie et l’expression de soi (De Singly, 2003, 43).

Offrir un livre à un enfant, c’est lui apprendre l’autonomie. C’est lui apprendre à avoir ses propres avis, à savoir argumenter, à ne pas avoir peur d’être différent, à se révéler, à gagner sa liberté d’expression. Et c’est parce que j’ai maintenant vu passer une génération d’enfants que j’ai contribué à transformer en de sacrés lecteurs que je sais que libraire n’est pas un vain métier. (Femme, gérante, Paris, 13e arrondissement)

« Choisir un livre pour eux » : produire un conseil personnalisé

32Une dernière conception a été notamment développée par la cogérante de trois établissements dont l’un, avec ses quarante années d’existence, fait figure de référence. Pour Barbara, diplômée de Lettres et arrivée au milieu des années 2000 dans cette grande librairie pour la création du rayon de littérature générale, le travail du libraire consiste à produire un conseil adapté et efficace. Le seul « souci », dit-elle, est que chaque lecteur trouve un livre qui lui plaise. La précision avec laquelle Barbara expose sa conception de la relation au lecteur témoigne de l’intensité de sa réflexion sur cette question. Les longues parties de l’entretien qui y sont consacrées s’apparentent à un cours de techniques commerciales qu’elle pourrait délivrer à des apprentis libraires.

33La relation de service (Gadrey, 1994) désigne ici la production du conseil personnalisé par le libraire dont les compétences consistent à s’adapter aux besoins du client et non à affirmer ses propres goûts littéraires. Cette orientation s’incarne dans le refus de Barbara d’agrémenter chaque référence présente sur les tables d’un petit texte « coup de cœur », présentant une critique rédigée par un membre de l’équipe. Ce dispositif accompagnant le système du « libre-service » pour le livre, est contradictoire avec la volonté de s’ajuster au lecteur. Pour elle, il est davantage question de cerner les préférences du lecteur et de s’y adapter que d’exposer les préférences des vendeurs.

Pour moi, le « coup de cœur », c’est tout sauf de la personnalisation. C’est une tentative de mettre en avant la subjectivité du vendeur. Mais ça revient quand même à du libre-service, c’est-à-dire que les gens vont se promener, vont choisir tout seul et puis on va un peu les guider, attirer leur attention sur tel truc parce ce que cette libraire a trouvé ça formidable. C’est pas du tout comme ça que je fais travailler mes équipes. Je leur demande d’être dans le questionnement, de s’intéresser à la personne qu’ils ont en face d’eux, de personnaliser, de savoir ce que ça veut dire « passionnant » pour tel client, « palpitant » pour un autre, « drôle » pour untel, « rébarbatif » pour un autre… parce qu’on ne met pas tous les mêmes mots. Et après, moi, je demande aux vendeurs de trouver le livre qui correspond à cette personne-là. Alors, ça ne les empêche pas d’avoir chacun les livres qu’ils aiment et de les défendre, mais ça se fait de manière personnalisée, c’est plus subtil. Moi, je ne veux pas de « coup de cœur », je veux que ce soit un endroit où tout le monde puisse entrer et se dire qu’il peut y trouver quelque chose qui lui corresponde… et qu’après ce soit vraiment dans la discussion, dans l’échange.
Vous êtes plus dans la relation humaine ?
Ah oui ! L’essentiel de notre travail porte sur ça. Et pour moi, le coup de cœur, c’est une façon de se substituer et parfois d’empêcher la relation… parce que ça peut effectivement susciter une envie, mais on peut aussi se dire que ce que Amélie adore… bah, ce n’est pas pour moi ! Nous, on pense qu’Amélie est capable de conseiller un livre à Bernadette comme à Jean, Jacques, comme à Hector, vous voyez. C’est la capacité à écouter ce que les gens, comprendre ce dont ils ont envie… on doit les convaincre que le livre avec lequel ils partent, on l’a choisit pour eux.

34Prendre en considération la demande des lecteurs et s’adresser à chacun d’entre eux en fonction de ses goûts, telle est la consigne que semble fixer Barbara à son équipe. Cette relation de service vise avant tout à mettre le client en confiance, à les satisfaire pour les fidéliser :

Notre but à nous, c’est d’en faire des lecteurs… on leur a proposé un moment de plaisir et ils auront alors envie de recommencer. Notre but à nous, c’est de faire en sorte que ces gens-là touchent aux livres, y prennent suffisamment de plaisir pour que ça prenne de la place et du sens dans leur vie.

35Le livre est toujours au centre du rapport entre le libraire et le lecteur, mais il est associé dans ce cas à la quête du « moment de plaisir » suscité par la découverte d’un titre et sa lecture.

36Ces différents aspects de la conception du travail des libraires de jeunesse, tournée vers l’éducation, la sélection des ouvrages, la communication du plaisir de la lecture et la prestation personnalisée dessinent les contours d’un métier construit autour d’une expertise et par une communauté chargée d’entretenir cette représentation. D’autres aspects du travail livrent une réalité différente.

Un idéal de métier mis à mal par des contraintes économiques et professionnelles

37Le rapport au travail des personnes interrogées comporte également des aspects négatifs qui entrent en contradiction avec la conception culturelle du métier.

Adapter son activité à la faible rentabilité du commerce du livre

38Sans être totalement absente, la dimension économique du métier est peu présente dans les propos recueillis. Elle peut être aussi évoquée pour mieux s’en éloigner et ainsi être en conformité avec un univers culturel caractérisé par des postures désintéressées et à bonne distance des affaires marchandes et du profit : « Nous sommes des passeurs et pas seulement des marchands. » (Libraire, Nantes)

  • 21 La rentabilité des librairies est parmi la plus faible des commerces indépendants (entre 0,4 et 1,8 (...)

39Au côté de ces procédés distinctifs, les aspects économiques sont évoqués de manière lapidaire. Les contraintes économiques, habituelles dans ce secteur21, sont signalées brièvement à l’enquêteur sans faire l’objet d’un développement précis et détaillé. Toutefois, les stratégies pour les surmonter révèlent une adaptation de l’activité vers la vente de produits moins nobles.

Il faut être clair : j’exerce le plus beau métier du monde, et certains jours, le plus difficile… surtout vers le 30 ou 31. (Libraire, femme salariée, Isère)

Les figurines, les jeux… oui, ça paye un salaire, c’est aussi simple que ça. C’est une histoire de marge. Donc, pour pouvoir payer nos salariés, mais aussi se payer un salaire et maintenir la librairie, il faut proposer des jeux, des figurines, des cahiers de coloriage. (Femme, gérante, Paris, 13e arrondissement)

Les impositions marchandes des diffuseurs à l’opposé du rôle culturel du libraire

40Une deuxième difficulté rencontrée par les libraires est liée aux échanges réguliers qu’ils ont avec les diffuseurs, lesquels vendent les livres des éditeurs aux détaillants. Ces relations, qui définissent l’offre et les conditions de vente, les placent indiscutablement du côté de l’univers commercial et non plus dans celui de la prescription culturelle.

J’ai affaire à des représentants et ce n’est pas toujours agréable. Ils essayent de placer leurs bouquins même si c’est nul, on n’a pas forcément notre mot à dire. Nous, ce n’est pas pareil, on est dans une relation de conseil et d’échange avec les clients. On écoute les envies de la personne : livre pour enfant de dix ans, pour adolescents… et, à partir de ça, on essaye de trouver le livre qui va plaire à l’enfant, mais aussi à l’adulte. On établit une relation de confiance qui nous permet à la fin plus de facilité, car les clients comprennent que l’on n’est pas là pour leur placer un livre et que l’on doit absolument vendre. (Femme, gérante, Nièvre)

41La tension vient du décalage entre le rôle marchand que doit occuper le libraire et les raisons de son engagement dans ce métier. D’un côté, il doit tenter de s’affirmer, de négocier et de résister aux impositions commerciales des diffuseurs en matière de titres vendus, mais aussi pour déterminer le niveau de la remise qui lui sera accordée sur le prix de vente de l’ouvrage. De l’autre, son « idéal de métier » valorise, non pas ses compétences commerciales, mais sa capacité à instaurer une relation de confiance avec les lecteurs auprès de qui il ne viendrait jamais à l’idée de « forcer une vente ».

« Ce ne sont pas des as de la littérature jeunesse ! » Déplorer l’ignorance des parents

42En librairie jeunesse, l’acheteur du livre n’est que rarement son lecteur. Cette particularité rend l’information et le conseil centraux dans la relation de service. Le conseil est d’autant plus important que les professionnels considèrent que les parents méconnaissent ce secteur éditorial. Il est alors nécessaire de les orienter, mais aussi de répondre à la demande précise de ceux qui sont à la recherche d’un livre qui contribuerait à surmonter une difficulté rencontrée par leur enfant.

Il faut les guider les clients parce ce qu’ils sont souvent perdus. (Femme, Lot-et-Garonne)

En jeunesse, ce qui est particulier, c’est que c’est souvent des demandes sur une problématique du type « mon enfant n’arrive pas à dormir », « mon enfant n’arrête pas de dire non », « mon enfant ne veut pas aller à l’école »… Donc on répond à un problème. Le secteur jeunesse, c’est souvent un endroit où les gens ne se débrouillent pas tout seuls. Les clients n’y connaissent pas grand-chose, le classement y est souvent aléatoire… sachant que les gens ne connaissent pas forcément les auteurs, les illustrateurs et les maisons d’édition encore moins. (Femme, salariée, Paris, 5e arrondissement, diplômée d’une licence professionnelle librairie)

43Cette critique de la méconnaissance du secteur éditorial se complète par la dénonciation des stéréotypes de genre omniprésents dans les choix des clients.

Les parents, ce ne sont pas des as de la littérature jeunesse ! Soit leurs enfants les guident, soit ils me demandent conseil. L’autre jour, j’ai eu une dame qui voulait un livre pour une petite fille de 6 mois et je lui ai conseillé un livre que j’adore, un livre de bain sur les pirates, avec un petit chapeau de pirate trop mignon, c’était trop chou. Elle m’a dit : « Ah non, mais c’est une petite fille, les filles ne comprennent pas ce que c’est que les pirates. » C’est triste. Et quand on me demande un livre pour un garçon, je dis : « Comment est ce garçon ? » et l’on va me dire : « Et bien, c’est un petit garçon, il aime le foot, la bagarre ». Oui, oui, bien sûr. Il aime se rouler dans la boue aussi, et frapper les autres pendant qu’on y est ! (Femme née en 1988, apprentie en Suisse chez Payot, libraire à la FNAC puis salariée d’une librairie du 5e arrondissement de Paris)

44Située au cœur du métier, la relation de service peut être synonyme de déceptions compte tenu de la demande des clients. D’un côté, le rôle du libraire s’est construit sur la promotion et la diffusion d’un assortiment de qualité (le « bon » livre). De l’autre, la demande s’oppose au conseil du libraire et perpétue des conservatismes éducatifs. En d’autres termes, les interactions avec les clients ne permettent pas toujours une actualisation de l’identité de métier.

Accueillir le jeune public : cadre normatif et tâches de rangement

45Un dernier ensemble de tâches a trait à l’accueil et à l’encadrement des enfants pris en charge par un agencement matériel adapté et par l’intervention du professionnel. De nombreux libraires décrivent les bacs mis à la hauteur des enfants, les présentoirs adaptés, les coins « lecture » (canapés, coussins), favorisant le contact avec les livres. Ces dispositifs, qui encouragent un comportement autonome (« tout est pensé pour l’enfant »), sont complétés néanmoins par le rappel fréquent des règles élémentaires de conduite.

Tout est pensé pour l’enfant : tout est aménagé pour que l’enfant ait accès au livre grâce à des bacs spéciaux à leur niveau. On a un petit train en plein milieu pour que les enfants viennent jouer. On met aussi de la musique. (Femme, Paris, 15e arrondissement, DUT métiers du livre, salariée)

On a installé des bacs à albums accessibles aux enfants… c’est aussi la volonté de faire du facing : c’est la possibilité de présenter un livre de telle sorte que l’enfant puisse tourner autour, le voir sur toutes ses faces. Certains livres sont inaccessibles, c’est pour les protéger, c’est ceux qui sont fragiles. En fait, il incombe au libraire d’imposer des règles sur la manipulation des ouvrages… la lecture ici, c’est possible, mais dans le respect des livres. (Femme, salariée, Val-de-Marne)

Je ne suis pas là pour faire la police, je leur signale juste qu’ils ne doivent pas abimer les livres. (Femme, gérante, Paris, 13e arrondissement)

46Les libraires évoquent à la fois les rappels à l’ordre et les tâches de rangement qu’elles sont amenées à réaliser. « Gérer » des enfants et supporter le chahut constituent des aspects du métier peu valorisants et éloignés de sa dimension culturelle.

Les enfants ici peuvent toucher les livres. Mais on reste vigilantes à la façon dont le livre est consulté, ce n’est pas toujours facile. On va vers les enfants, on leur dit qu’il ne faut pas le mettre par terre, qu’il ne faut pas tourner les pages comme ça… (Femme, Paris, 20e arrondissement, diplômée d’un DUT métiers du livre et d’une licence professionnelle « librairie », gérante)

C’est vrai que de gérer des enfants, c’est plus difficile. Ils courent dans la librairie, font du chahut, du bruit, ils crient… il faut toujours reranger, on passe toujours derrière pour remettre en ordre tous les quarts d’heure. (Femme, Paris, 15e arrondissement, salariée)

47L’idéal de métier, construit et diffusé par les pionniers de la librairie spécialisée, ne se retrouve pas seulement confronté à des contraintes économiques. Il entre aussi en contradiction avec les insatisfactions engendrées par les échanges noués avec les diffuseurs, avec certains clients et par le travail d’accueil des jeunes lecteurs en magasin.

Conclusion. Maintenir la reconnaissance sociale du métier

48Les différentes dimensions du travail des libraires que cet article a analysées mettent en lumière un métier porteur d’enjeux culturels très forts liés à la constitution d’un assortiment de qualité, à la transmission du goût des livres et du plaisir de la lecture, mais aussi à l’accès des enfants à l’autonomie intellectuelle et à l’expression de soi. Ces missions sont également définies par les institutions ayant œuvré pour l’unification de la profession et sa reconnaissance symbolique. Elles sont enfin soutenues par l’action collective menée par les représentants de la profession et les pouvoirs publics à chaque fois que ce type de commerce doit affronter un concurrent (la FNAC dès 1974, la FNAC junior en 1997, Amazon depuis 2000). La sélection et la prescription des œuvres ainsi que l’expertise et la recherche de la satisfaction du lecteur sont au fondement d’une identité professionnelle collective.

49Une contradiction s’observe toutefois entre un « modèle idéal », qui « fait la dignité de la profession », et un modèle « pratique » si l’on est attentif aux tâches réalisées et aux rapports au travail exprimés (Dujarier, 2006, 182). Ces décalages trouvent en partie leur source dans la fragilité économique du secteur qui, par les contraintes observées (nécessité de vendre d’autres produits, dépendance à la commande publique qui représente dans certains cas jusqu’à 40 % du chiffre d’affaires), déstabilise l’identité professionnelle.

  • 22 Les nouveautés constituent chaque année moins d’un tiers des ventes de littérature de jeunesse (Fer (...)

50D’autres éléments permettent de s’interroger sur la perpétuation de la reconnaissance sociale du métier. D’une part, si les librairies indépendantes occupent une place essentielle pour la diffusion d’une production éditoriale diversifiée, la concentration des achats sur certains titres du secteur ainsi que le très faible renouvellement des titres dans les meilleures ventes malmènent quelque peu cette fonction22. Cette identité de métier est d’autre part menacée par la concurrence des plateformes de vente en ligne (Chabault, 2014, 91-117), mais surtout par la montée de la « culture des écrans » aux dépens de la lecture imprimée, et, plus largement, par la perte du pouvoir symbolique de la lecture par rapport à d’autres pratiques (Donnat, 2008 ; Octobre, 2014).

51Ce rôle culturel et éducatif, construit et revendiqué par ces professionnels pour qui la diffusion du livre constitue le ciment de la communauté, peut toutefois être amené à se renouveler et à se renforcer dans le cadre des innovations portées par certains professionnels qui vont par exemple orienter les lecteurs vers des livres numériques enrichis, organiser des activités d’écriture de fictions ou accompagner l’essor des nouvelles formes de critique littéraire sur les réseaux sociaux.

Haut de page

Bibliographie

Abensour Corinne et Bertrand Legendre (2005), « Libraires et médiation du livre de jeunesse », Les Enjeux de l’information et de la communication. [En ligne] http://lesenjeux.u-grenoble3.fr/2005/Abensour-Legendre/abensourle.pdf

Bouvaist Jean-Marie (1990), Les Enjeux de l’édition jeunesse à la veille de 1992. Création, production, diffusion, Montreuil, Salon du livre de jeunesse.

Chabault Vincent (2013), « Ce que la FNAC a fait du livre. Innovation, controverses et rationalisation dans le commerce culturel », dans Mémoires du livre/Studies in Book Culture, vol. 4, n° 2, printemps/spring 2013. [En ligne] http://www.erudit.org/fr/revues/memoires/2013-v4-n2-memoires0674/1016745ar/

Chabault Vincent (2014), Vers la fin des librairies ?, Paris, La Documentation française.

Chantelat Pascal (2002), « La nouvelle sociologie économique et le lien marchand : des relations personnelles à l’impersonnalité des relations », Revue française de sociologie, vol. 43, n° 3, 521-556.

Chamboredon Jean-Claude et Jean-Louis Fabiani (1977), « Les albums pour enfants, le champ de l’édition et les définitions de l’enfance », Actes de la recherche en sciences sociales, n° 13, 60-79 et n° 14, 55-74.

Cléron Éric et Frédérique Patureau (2007), « L’emploi dans les professions culturelles en 2005 », dans Cultures chiffres, Ministère de la Culture et de la Communication. [En ligne] http://www2.culture.gouv.fr/culture/deps/2008/pdf/Cchiffres07_8.pdf

Diatkine René, Bonnafé Marie et Jacqueline Roy (1986), « Les jeunes enfants et les livres », Psychiatrie de l’enfant, vol. 29, n° 2, 319-361.

Donnat Olivier (2009), Les Pratiques culturelles des Français à l’ère numérique. Enquête de 2008, Paris, La Découverte.

Dubar Claude, La Crise des identités. L’interprétation d’une mutation, Paris, PUF, 2000.

Dujarier Marie-Anne (2012 [2006]), L’Idéal au travail, Paris, PUF.

Ferrier Bertrand (2011), Les Livres pour la jeunesse, entre édition et littérature, Rennes, PUR.

Gadrey Jean (1994), « La modernisation des services professionnels. Rationalisation industrielle ou rationalisation professionnelle ? », Revue française de sociologie, vol. 35, n° 2, 163-195.

Hache-Bissette Françoise (2008), « Les librairies spécialisées pour la jeunesse », dans Patricia Sorel et Frédérique Leblanc, Histoire de la librairie française, Paris, Éditions du Cercle de la librairie, 623-624.

Karpik Lucien (2007), L’Économie des singularités, Paris, Gallimard.

Leblanc Frédérique (1998), Libraire : un métier, Paris, L’Harmattan.

Mietkiewicz-Colson Marie-Claude et Benoit Schneider (dir.) (2013), Les Enfants dans les livres. Représentations, savoirs, normes, Toulouse, Érès.

Moissard Boris et Philippe Dumas (2015), On ne s’en fait pas à Paris. Un demi-siècle d’édition à l’école des loisirs, Paris, L’École des loisirs.

Montmasson Doriane (2015), « La réception de la littérature de jeunesse : du lecteur supposé aux lecteurs réels », Recherches en éducation, n° 7, hors série, 135-145.

Octobre Sylvie (2014), Deux pouces et des neurones. Les cultures juvéniles de l’ère médiatique à l’ère numérique, Paris, DEPS/La Documentation française.

Osty Florence (2003), Le Désir de métier. Engagement, identité et reconnaissance au travail, Rennes, PUR, coll. « Des Sociétés ».

Piquart Michèle (2004), L’Édition pour la jeunesse en France de 1945 à 1980, Villeurbanne, Presses de l’ENSSIB.

Pinhas Luc (2009), « La librairie indépendante française entre passé et devenir », Les Enjeux de l’information et de la communication [En ligne] http://lesenjeux.u-grenoble3.fr/2009/Pinhas/Pinhas.pdf

Robin Christian (2008), « La notion d’indépendance éditoriale. Aspects financiers, organisationnels et commerciaux », Communication et Langages, n° 156, juin, 53-62.

Robine Nicole (2001), « Bibliothèques et recherches sur la lecture. Un échange fructueux », Bulletin des bibliothèques de France, t. 46, n° 4.

Seibel Bernadette (1986), « Anatomie des bibliothèques pour la jeunesse : innovation pédagogique et sociale », Bulletin des bibliothèques de France, n° 1, 44-47.

Seibel Bernadette (1988), Analyse sociale d’une profession : les bibliothécaires, Paris, La Documentation française.

Singly François de (2003), « La famille individualiste face aux pratiques culturelles », dans Olivier Donnat et Paul Tolila (dir.), Le(s) public(s) de la culture, Paris, Presses de Sciences Po, 43-57.

Sirota Régine (2005), « Le brouillage des frontières d’âge », dans Isabelle Nières-Chevrel, Littérature de jeunesse, Paris, Gallimard Jeunesse, 52-63.

Haut de page

Notes

1 Cette absence semble s’expliquer par le fait que la tâche visant « à intensifier les chances d’accès à la culture et au livre » (Seibel, 1986, 46) a été confiée en premier lieu aux bibliothèques. Intégrée à l’univers scolaire et à des actions publiques culturelles plus larges, la bibliothèque municipale constitue l’acteur incontournable de la mise en relation de l’enfant avec le livre (Robine, 2001). Menée par deux chercheurs en sciences de l’information et de la communication, une enquête s’est toutefois intéressée à la question de la médiation en librairie (Abensour & Legendre, 2005).

2 L’auteur remercie Frédéric Poulard et les évaluateurs anonymes de la NRT pour leurs observations et leurs suggestions.

3 Souvent affichée par le réseau de détaillants sans préciser sa signification, l’indépendance des libraires recouvre plusieurs dimensions (financière, intellectuelle, commerciale). L’indépendance économique des librairies est par exemple toute relative. Nombreuses sont celles dont le chiffre d’affaires dépend des pouvoirs publics que ce soit au niveau des aides perçues (subventions, prêts à taux zéro, exonération de la contribution économique territoriale) que de la commande publique (achats par des bibliothèques et par des écoles). Évoquant le cas de maisons d’édition, pour lesquelles l’indépendance économique est aussi relative (aides publiques perçues déterminant une politique éditoriale, contraintes du diffuseur influençant les choix éditoriaux, etc.), Christian Robin considère que la notion d’indépendance doit aussi être perçue comme un outil de communication de ces entreprises culturelles (Robin, 2008).

4 L’identité de métier « suppose l’existence d’une “communauté” au sein de laquelle se transmettent “des manières de faire, de sentir et de penser” qui constituent à la fois des valeurs collectives et des repères personnels. Elle implique généralement des identifications précoces […]. Elle repose sur des “communautés pertinentes de l’action collective” qui permettent […] aussi la reconnaissance de “communautés d’intérêts” rassemblant employés et employeurs autour d’objectifs communs ».

5 Deuxième secteur après la littérature générale, la jeunesse représente 14 % du chiffre d’affaires du secteur de l’édition et 21 % en nombre d’exemplaires vendus. Le marché est estimé à plus de 346 millions d’euros. Sources : Syndicat national de l’édition, données 2015.

6 La littérature de jeunesse est en effet un marché peu équipé : si les enseignants, les bibliothécaires et le « bouche-à-oreille » – le réseau au sens de Karpik – ont leur importance, les magazines culturels dédiés à ce type de production sont inexistants, et très rares sont les espaces qui lui sont consacrés dans la presse généraliste ou dans des catalogues commerciaux (hormis en période de Noël et à l’occasion du salon du livre et de la presse jeunesse de Montreuil).

7 Les grandes surfaces culturelles détiennent 35 % du marché, la grande distribution alimentaire : 26 %. Sources : SLF-Institut GFK, 2013. En comparaison, la librairie généraliste indépendante ne détient quant à elle que 22 % du marché du livre global (Source : « Baromètre multi-clients achats de livres », TNS-Sofres/MCC, Le Secteur du livre : chiffres clés, 2012-2013, 2014).

8 L’École des Loisirs désigne au début l’activité « jeunesse » des éditions de l’École, éditeur scolaire fondée en 1922. Comptant aujourd’hui plus de 2 500 titres à son catalogue, elle est aussi réputée pour ses pratiques commerciales innovantes et notamment ses liens entretenus avec l’institution scolaire par laquelle sa production a pu être à la fois diffusée et consacrée (abonnement individuel à des ouvrages depuis les établissements scolaires) (Moissard, Dumas, 2015).

9 Rolande Causse (dir.), L’Enfant lecteur. Tout pour faire aimer les livres, Paris, Autrement, 1988.

10 Il cofonde en 1982 l’association Actions culturelles contre les exclusions et les ségrégations.

11 « Des livres, vite ! », Contact, n° 351, mai 1999, p. 17.

12 En grand format (données communiquées par l’éditeur). L’ouvrage a été réédité en 2001 en grand format puis en poche en 2011.

13 Cet éditeur de psychologie à visée pratique a notamment publié Lire des livres à des bébés (1998, 9 732 exemplaires vendus) de l’orthophoniste Dominique Rateau. Patrick Ben Soussan, pédopsychiatre, rédige ou coordonne plusieurs titres : Les Tout-Petits et les livres (2001, numéro de revue épuisé, réédité en 2009, 1 608 exemplaires vendus), Lire à haute voix des livres à des tout-petits (2006, réédité en 2015) et Qu’apporte la littérature jeunesse aux enfants ? et à ceux qui ne le sont plus en 2014 (1 350 exemplaires vendus). Chiffres de ventes communiqués par l’éditeur.

14 Chantelivre est la 34e librairie française en termes de chiffre d’affaires. Il s’élevait à plus de 4 millions d’euros en 2014 (source : Livres Hebdo, n° 1034, 20/03/2015).

15 Le numéro zéro est publié au mois de janvier 1992, il compte 15 pages. Rapidement chaque numéro compte une cinquantaine de pages regroupant conseils destinés aux détaillants, interview d’un libraire, entretien avec un artiste pour la jeunesse.

16 N. Beau, « 30 ans de librairies sorcières », Citrouille, n° 60, novembre 2011, p. 7.

17 Source : Centre national du livre.

18 Ouvrage « classique » de L’École des loisirs, édité en 1966. Tomi Ungerer (1931-...), auteur et illustrateur français, est également l’auteur des Trois Brigands (1961).

19 Sur la licence comme politique éditoriale commerciale et à court terme, voir Ferrier (2011, 33).

20 Rappelons que 47 % des Français déclarent ne pas avoir acheté de livre en 2016 (Le Secteur du livre : chiffres clés, ministère de la Culture et de la Communication, mars 2017).

21 La rentabilité des librairies est parmi la plus faible des commerces indépendants (entre 0,4 et 1,8 % du chiffre d’affaires en 2012 ; Chabault, 2014, 36).

22 Les nouveautés constituent chaque année moins d’un tiers des ventes de littérature de jeunesse (Ferrier, 2011).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Vincent Chabault, « L’idéal de métier des libraires spécialisés en littérature jeunesse », La nouvelle revue du travail [En ligne], 10 | 2017, mis en ligne le 10 juin 2017, consulté le 17 octobre 2017. URL : http://nrt.revues.org/3118 ; DOI : 10.4000/nrt.3118

Haut de page

Auteur

Vincent Chabault

Université Paris Descartes, Sorbonne Paris cité – Centre de recherche sur les liens sociaux

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo La NRT est soutenue financièrement par
  • Logo CNRS INSHS
  • Logo Centre Pierre Naville - Université d'Evry
  • Logo Laboratoire Printemps (professions, institutions et temporalités)
  • Logo Centre Emile Durkheim
  • Logo Laboratoire lorrain de sciences sociales - Université de Lorraine
  • Logo IRISSO - Dauphine université Paris
  • Logo Multidisciplinaria de Estudios sobre el Trabajo (UMEST) - Universidad Autónoma de Querétaro
  • Logo La NRT est aussi reconnue et soutenue par
  • Logo HCERS
  • Logo Fondation Maison des sciences de l'homme
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org