Skip to navigation – Site map
Matériaux

« Peu importe, du moment que je travaille »

L’usine comme « goût de nécessité »
“It doesn’t matter as long as I have a job”. Viewing factories as a “necessary taste”
“Poco importa, desde el momento en que trabajo”. La fábrica como un “gusto de necesidad”
Julie Couronné

Abstracts

Abstract : The article uses a largely secondary data-based analysis of France’sGarantie jeunes youth support package to track the professional trajectory of Rebecca, a young woman from an extremely deprived background. Its first objective is to criticise the idea that there is such a thing as a “Generation Y” born out of a technological revolution that has in turn raised questions about the purpose of work. It goes on to develop methodological thinking about complementarities between different survey techniques while seeking to apprehend Rebecca’s relationship to work and employment from a variety of perspectives.

Top of page

Full text

« Depuis leur enfance, les “Yers” ont été habitués à vouloir tout, tout de suite, se comportant ainsi comme des “enfants rois”. En entreprise, ils ont alors besoin pour avancer que leur travail soit reconnu, d’être félicité lorsque c’est mérité, mais également d’être remis à l’ordre lorsque cela est nécessaire. Il est important de mettre en place avec eux des objectifs rapides (génération zapping) et de les encadrer en leur expliquant les règles du jeu dès le début. […] Génération surinformée et hyper-connectée, la génération “Why” est en constante quête de sens : connaitre le pourquoi et le comment. Quel est le but de mon travail ? Quelle est l’utilité de ma mission ? » (Bouisson, 2015)

1D’après cet article extrait du journal Les Échos, les « Yers » ou « génération Y » représenteraient 13 millions de personnes soit 21 % de la population active. À en croire cette littérature managériale (Dagnaud, 2013), ces « digital native » partagent le fait d’être nés entre le début des années 1980 et le milieu des années 1990, au moment de la révolution technologique. Leur maitrise des nouveaux outils de communication aurait considérablement modifié leur rapport au travail et à l’emploi. Moins attachés à l’entreprise, « zappeurs », soucieux de trouver un équilibre entre vie professionnelle et vie familiale, ces jeunes questionneraient davantage que les générations précédentes leur rapport au travail et à l’emploi. Or, penser la jeunesse en ces termes, c’est nier sa pluralité et son hétérogénéité. C’est également nier que « les rapports au travail et à l’emploi sont très largement déterminés par les grandes variables sociodémographiques habituelles » (Sarfati & Ronsenfeld, 2014, 18), comme le niveau d’étude et l’origine sociale des parents.

  • 1 Selon Olivier Schwartz, les classes populaires ont trois caractéristiques : « petitesse du statut (...)

2Dans le cadre d’une évaluation de la Garantie jeunes menée avec Marie Loison-Leruste et François Sarfati entre avril 2015 et mars 2016, nous avons rencontré une soixantaine de jeunes issus des classes populaires1 (Schwartz, 2011) les plus démunies.

Présentation de la Garantie jeunes

Mise en œuvre pas les missions locales, la Garantie jeunes est un dispositif d’insertion sociale et professionnelle dédié aux jeunes de 16 à 25 ans désignés comme étant des « Neets » vulnérables (Not in Education, Employment or Training). La Garantie jeunes a été expérimentée dès octobre 2013 en plusieurs vagues et sur plusieurs départements. La loi « travail », promulguée le 8 août 2016 instaure sa généralisation.

Ce dispositif comprend deux volets. Le premier consiste à proposer aux jeunes un accompagnement collectif puis individuel afin qu’ils puissent multiplier les expériences de travail et élaborer un « projet professionnel ». Le second volet prévoit une allocation monétaire d’environ 460 euros par mois pendant un an (Couronné, Loison-Leruste & Sarfati 2016b). Ce versement est soumis à un mécanisme d’intéressement en cas d’entrée en emploi leur permettant de cumuler l’allocation et un salaire.

L’évaluation à laquelle nous avons participé était destinée à analyser l’impact de ce dispositif sur les parcours de vie des jeunes rencontrés. Le matériau présenté et analysé ici est extrait de cette enquête (Couronné, Loison-Leruste & Sarfati, 2016a).

3Contrairement à ce qu’affirme la littérature managériale, les jeunes que nous avons rencontrés ne maitrisent pas les outils de communication de manière « quasiment intuitive ». Ils sont davantage préoccupés à assumer les besoins familiaux de la vie courante comme remplir le « frigo », payer les factures de téléphone ou encore le loyer, que par le sens intrinsèque donné au travail ou à son articulation avec la vie privée.

4C’est le cas de Rebecca. Âgée de 21 ans, cette jeune femme est la cadette d’une fratrie constituée d’un frère ainé (âgé de 22 ans, « préparateur de commandes » en usine) et d’une sœur benjamine (âgée de 17 ans, en CAP « employé de commerce »). Sa mère est sans emploi, après avoir été femme de ménage pendant plusieurs années. Le père de Rebecca, ancien brancardier, est décédé alors qu’elle était âgée de 18 ans. Titulaire d’un CAP « employé de commerces multispécialité », elle obtient le permis de conduire et acquiert une voiture avec le soutien financier de son frère. Rebecca explique qu’elle souhaite avant tout travailler, peu importe le travail. Elle est prête à travailler à l’usine avec des horaires décalés pour des missions d’intérim de courte durée. Rebecca n’a guère les moyens de « zapper » un employeur, elle n’a guère non plus les moyens de réfléchir à ses conditions de travail. Pour elle, la préparation de commande, « c’est sympa ». Elle est fière de travailler à l’usine. Alors qu’elle déclare ne pas avoir de rêves, elle souhaite un travail « sans trou », un travail régulier pour pouvoir vivre dans un appartement avec son conjoint et ses chats. Son parcours est bien différent de celui d’une « Yer », d’une « enfant roi » qui se questionne sur le but de son travail, et pourtant, il est représentatif d’une frange de la jeunesse issue des classes populaires les plus démunies, une jeunesse qui, consciente de sa condition sociale et de la petitesse de son niveau scolaire, aspire à une existence et une carrière professionnelle modestes. Cette modestie s’apparente au « sens des limites » défini par Pierre Bourdieu comme « acceptation tacite de sa position » agissant comme « un principe de réalité » (Bourdieu, 1984, 5). Cette notion est également reprise par Xavier Zunigo dans une enquête menée sur plusieurs dispositifs d’insertion professionnelle (Zunigo, 2010).

5Cet article a donc un double objectif : critiquer la thèse d’une « génération Y » en revenant sur le parcours de Rebecca ; et développer une réflexion méthodologique sur la complémentarité des techniques d’enquête employées pour saisir, selon différents angles, son rapport au travail et à l’emploi.

  • 2 Les entretiens ont été entièrement retranscrits par Laura Spica que je remercie chaleureusement.
  • 3 Cette méthodologie a pu être appliquée à une partie de notre échantillon, environ une quinzaine de (...)

6Au cours de notre enquête de terrain, nous avons rencontré Rebecca à trois reprises sur une période d’un an. Dans un premier temps, nous avons réalisé un entretien semi-directif en face à face au sein de la mission locale. Trois mois plus tard, Rebecca a participé à un entretien collectif. Ce dernier a été l’occasion de photographier les mains de Rebecca marquées par plusieurs journées de travail à l’usine. Enfin, quatre mois plus tard, nous l’avons recontactée par téléphone2. La multiplication des rencontres et la diversité des techniques d’enquête visent à saisir selon différents angles le rapport au travail et à l’emploi de Rebecca3.

7Au total, nous avons amassé 119 pages de matériaux récoltés à différents moments de l’enquête. Pendant ces rencontres, Rebecca est apparue comme une jeune femme timide, discrète, recroquevillée sur elle-même. Au cours des entretiens individuels, elle verbalise peu. Ses propos sont entrecoupés de nombreux rires et de silences qui témoignent de sa timidité et d’une gêne à se raconter. Cette jeune femme dit « ne pas avoir fait grand-chose », elle formule des réponses succinctes, qui impliquent pour l’enquêteur l’usage de nombreuses relances. Les entretiens prennent des airs de « question-réponse », donc des entretiens « pauvres », a priori. Malgré ce constat, la multiplication des rencontres et des techniques permet de construire et d’entretenir une relation d’enquête sur une durée assez longue. La combinaison de l’entretien semi-directif en face à face, de l’entretien collectif, de la photographie et de l’entretien téléphonique permet d’accéder – malgré le fait qu’elle verbalise peu – à son parcours et à ses représentations sociales du travail et de l’emploi.

8Si en sociologie, de nombreux travaux se sont intéressés à la combinaison des méthodes – qu’il s’agisse de l’articulation entre démarche quantitative et qualitative (Dietrich, Loison & Roupnel, 2010) ou entre ethnographie et histoire (Arborio, Cohen et al., 2008) ou encore entre ethnographie et économétrie (Gramain & Weber, 2001) – peu ont, en revanche, insisté sur la complémentarité des techniques qualitatives. Rares sont ainsi les travaux qui ont comparé de manière systématique les données recueillies par entretien individuel de celles collectées par entretien collectif (Duchesne & Haegel, 38). Il convient ici de revenir sur chacune des techniques mobilisées et sur ce qu’elle apporte à la fois à la relation d’enquête et à la compréhension du parcours de Rebecca.

9Pour une meilleure lecture du parcours de Rebecca, les entretiens ont été coupés et remaniés afin de reconstruire a posteriori la chronologie du parcours et l’évolution de Rebecca dans son rapport au travail et à l’emploi.

Conventions :

  • (…) : Une phrase, un mot ou paragraphe a été coupé ;
  • […] : Sont mentionnés entre les crochets des rires et des silences, ou sont ajoutés des mots par l’auteure pour faciliter la compréhension du propos ;
  •  ? ? ? : Les propos sont inaudibles et n’ont pas pu être retranscrits ;
  • Les questions et commentaires de l’enquêteur sont grisés ;
  • Les prénoms mentionnés ont été anonymisés en respectant l’origine culturelle et l’effet de génération ;
  • *** : Les noms de lieu ou d’entreprise cités ont été supprimés.

L’entretien semi-directif en face à face : accéder à l’intime

10L’entretien semi-directif en face à face privilégie un accès aux représentations sociales de Rebecca et à son parcours. Il est aussi l’occasion de raconter ce qui relève de l’intime, c’est-à-dire du familier, du caché, du subjectif et du personnel (Berrebi-Hoffman, 2009). Le parcours scolaire de Rebecca est abordé au début de l’entretien. Son parcours est marqué par une interruption volontaire de grossesse, qui lui permet d’intégrer une classe de seconde professionnelle ; suivi quelques mois plus tard, par le décès soudain de son père, qui entraîne l’arrêt définitif de ses études. Rebecca semble plus à l’aise à confier, dans l’intimité de l’entretien, les conditions dans lesquelles décède son père ou encore les raisons de l’avortement, que de raconter son expérience scolaire : elle dit peu de choses sur l’école, ses réponses courtes, ses silences et ses rires indiquent qu’elle éprouve un sentiment d’échec scolaire lié à l’abandon en baccalauréat professionnel et à la faiblesse de son diplôme. Elle mobilise à plusieurs reprises le registre de la dévalorisation pour évoquer l’école. Bien qu’initialement elle souhaite suivre une formation dans la petite enfance, elle est orientée en CAP « employé de commerce multispécialité » : « le collège m’a dit qu’il y avait très peu de places, et que j’avais une chance sur dix ». Malgré cette orientation subie, elle dit apprécier cette formation, et obtient le diplôme. Suite au décès de son père, elle interrompt ses études et perd son « statut scolaire » à l’âge de 17 ans (Beaud & Pialloux, 2003, 33). Elle débute alors une « carrière de stagiaire » (ibid., 35) pendant ses études, enchainant une dizaine de stages dans différentes enseignes de supermarché ou au sein d’une école maternelle.

11Les travaux de Stéphane Beaud et Michel Pialloux (2003) ou encore ceux de Martin Thibault (2011) observent « l’effet repoussoir » de la chaine et de l’usine sur une partie des jeunes issus des classes populaires. Concernant l’enquête menée par Martin Thibaut sur les agents de maintenance de la RATP, il analyse le parcours d’Amine – enfant d’ouvrier immigré, titulaire d’un diplôme professionnel, scolarisé jusqu’à l’âge de 21 ans – qui aspire à rompre avec la condition professionnelle de son père. En se refusant d’aller travailler à l’usine, il souhaite accéder à « une forme atténuée de la condition ouvrière » (Champagne, 1986, cité par Thibault, 103). Le cas de Rebecca est tout autre. À la sortie de l’école, cette jeune femme a pour seul horizon professionnel l’usine et l’intérim. Ce projet correspond aux ambitions du milieu social dans lequel elle évolue : son frère, son petit copain et une amie travaillent à l’usine. Rebecca n’évoque jamais l’idée de « s’élever » socialement par rapport à la condition sociale de ses parents. Cette modestie ou ce « sens des limites » s’explique par le sentiment qu’elle exprime à plusieurs reprises de ne pas avoir réussi à l’école (Champagne, 1986, 43).

12Suite à sa sortie définitive du système scolaire, Rebecca contacte la mission locale. Elle échange très peu avec les conseillers, mais suffisamment pour qu’ils l’orientent vers la Garantie jeunes. Elle accepte cette proposition, motivée par le versement de l’allocation mensuelle d’environ 460 euros qui lui permet « d’aider sa mère » et d’assumer une partie des charges quotidiennes. Consciente que sa timidité et ses difficultés d’expression orales la pénalisent pour accéder à un emploi, elle intègre le dispositif avec la volonté d’améliorer la prise de contact avec des employeurs au téléphone et de gagner en confiance. Elle n’aura plus recours à sa mère, qui se faisait passer pour elle dès qu’il s’agissait d’appeler un employeur pour répondre à une annonce d’emploi.

Un CAP en poche

Alors comment ça s’est passé ? Déjà le premier temps, la formation, entre guillemets, je sais pas trop comment on dit, le premier mois où on vous a présenté la Garantie jeunes et vous étiez un peu obligés de venir ici, comment ça s’est déroulé ?

Bien pour moi. Mais à force de refaire et refaire des présentations, c’était chiant.

C’est quoi les présentations ?

Ben dire « Bonjour, je m’appelle Rebecca... », à force, c’était chiant.

D’accord. Parce que vous deviez le faire devant qui ? Les autres membres de la cohorte ?

Euh, le premier jour ouais. Et après, faire à chaque fois que les personnes venaient, en fait.

Les intervenants extérieurs ? D’accord. Donc à chaque fois vous deviez un peu dire... Et vous disiez quoi alors ?

Que... [Rire]

Refaites-moi… [Rire]

Je m’appelle Rebecca, j’ai 21 ans. J’ai fait un CAP ECMS, « employé de commerces multispécialité ». J’ai le permis. [Rire] Et la voiture aussi. [Rire]

Ah, c’est cool !

Ça fait longtemps. [Rire]

Ben longtemps, vous n’avez que 21 ans, vous l’avez passé à 18 ans, le permis ?

Non, que j’ai pas fait la présentation [à la Garantie jeunes]. [Rire] Donc, voilà, en gros, c’était ça, fallait tout dire ce qu’on avait fait avant. Et comme j’ai pas fait grand-chose...

Pourquoi vous dites que vous n’avez pas fait grand-chose ? Vous avez un CAP !

Ben c’est tout. [Rire]

Ben c’est déjà pas mal, y’en a qui n’ont rien du tout. [Rire] (…) Donc un CAP « Emploi, commerce et quoi ? »

« Employé de commerce multispécialité ».

« Employé de commerce multispécialité ». D’accord. Ça consiste en quoi, alors ? Je connais pas cette euh...

Ben c’est tout, en fait, vêtement, libre-service... tout commerce, en fait. (…)

Donc à l’école, comment ça s’est passé ?

Euh, ben j’étais très nulle. [Rire] J’avais 5 de moyenne en général.

Qu’est-ce qu’il se passait, qu’est-ce qui vous plaisait pas ?

J’aimais pas l’école. C’était pas... [Silence]

C’était pas votre truc, quoi.

J’y allais, mais à reculons, on va dire. [Rire]

Ouais. Ok. Et euh... y’avait pas quelques matières qui vous intéressaient ?

Les maths, c’est tout [silence].

Ah ouais. Bon. Vous étiez bonne en maths, du coup ?

Avant oui, [rire] mais maintenant...

Comment ça, avant ? Avant... à l’école ?

Ouais, avant [Rire].

Donc là vous n’aviez pas 5 ?

Ben je sais pas... [Rire]

Vous vous souvenez plus ? Ok. Et du coup, arrivée en fin de troisième, vous vous dites que vous allez faire un CAP... Ça vous tentait de travailler dans le commerce ? Ou vous avez fait un petit peu comme ça ?

Ben, je voulais faire un CAP petite enfance. Mais, euh, le collège m’a dit qu’il y avait très peu de places, et que j’avais une chance sur 10 de rentrer dedans. Du coup, ils m’ont dirigée vers ce CAP. [Silence]

D’accord. Et ça vous a plu.

Ouais, franchement c’était bien.

Et ça a duré combien de temps ?

Deux ans.

Et après, en sortant du CAP, vous cherchiez du boulot, c’est ça ?

Euh... j’ai fait... je devais faire un bac [pro « vente »], mais mon père est décédé en août 2012, du coup je suis partie peut-être une journée [en première année de bac pro « vente »], mais franchement, je... (…)

Et donc vous avez fait des stages, ou vous avez bossé, un peu ?

Que des stages.

D’accord. Vous en avez fait combien, des stages ?

Hmm... pas mal, quand même. Une dizaine.

D’accord. Dans le cadre de votre CAP ou après ?

Euh, CAP, après, ben j’ai fait un stage y’a pas longtemps à *** [nom d’une enseigne de supermarché discount]. J’ai fait un stage aussi dans l’aide à domicile.

Donc, ça, c’est pas dans le commerce. C’est... c’était quoi, chez des gens ?

Ouais.

D’accord. Et donc dans le commerce, y avait *** [nom d’une enseigne de supermarché discount], et quoi d’autre ?

  • 4 Agent territorial spécialisé des écoles maternelles. Les Atsem sont des fonctionnaires territoriau (...)

Boulangerie, *** [nom d’une enseigne de supermarché discount]… et après… parce que, en fait, j’ai fait plusieurs fois dans le même endroit. Et j’ai fait aussi un stage dans la petite enfance, Atsem4.

D’accord. Dans une école ? C’était quoi, maternelle, c’est ça ?

Ouais.

Ça vous a plu, ça ?

Ouais. C’était bien, mais bon, après je m’attache quoi. [Rire]

Et ouais, ils sont un peu attachants, les petits. Et ça a duré combien de temps, ce stage d’Atsem ?

Trois semaines.

D’accord. Donc ça, c’était dans le cadre de votre CAP ?

Celui-là, c’était en troisième. (…)

Interrompre la grossesse pour entrer en « bac pro »

Et il faisait quoi, votre père ?

Brancardier.

Ah ouais. Et votre maman ?

Ma mère elle était femme de ménage.

Ok. Elle l’est toujours ?

Euh, non.

Elle a arrêté de travailler ?

Ouais.

Ok. Et il travaillait par contre votre papa ?

Euh ouais. Il venait de commencer le 12 avril, en fait. 2012. Parce qu’avant il était à l’hôpital de ***. (…)

Mais vous vous souvenez super bien, parce que le 12 avril 2012, vous avez une super mémoire !

Mais parce que ce jour-là, en fait, j’ai eu un avortement, en fait, le même jour. Donc il fallait que je me cache. [Rire] Pour pas qu’il me voie. Parce qu’il avait ce jour-là l’entretien, en fait. [Rire]

Ah ouais, il avait son entretien d’embauche pour son nouveau job. Et pourquoi vous dites que vous deviez vous cacher ? Ah oui parce que c’était à l’hôpital ah ouais.

Il savait pas, il y avait juste ma mère qui était au courant, personne ne savait. Et il le sait toujours pas.

Et du coup, il avait son entretien comme brancardier à l’hôpital où vous deviez aller, c’est ça ?

Ouais.

D’accord. Ah ouais, pas évident. Et pourquoi vous ne l’aviez pas mis au courant ? Il n’aurait pas compris ?

Il m’aurait tuée. [Rire] Carrément tuée.

Pourquoi, vous savez ?

Ben, je sais pas, mais je sais qu’il m’aurait tuée. [Rire]

Mais par contre à votre maman, vous lui avez dit ?

Parce qu’il y a plus de simplicité, en fait. On parle facilement avec elle. On peut lui parler de tout et n’importe quoi, elle dira rien en fait.

Alors qu’avec votre père, c’était plus compliqué ?

On pouvait pas tout lui dire en fait, parce qu’il y a des choses que je sais qu’il aurait mal pris en fait. Comme ça, l’avortement, il m’aurait dit plutôt de le garder plutôt que d’avorter. J’en aurais pris plein la poire. [Rire]

Bon... ouais, après, c’est...

En même temps, j’étais jeune. J’avais 17 ans. Et moi je voyais mes études avant…

Et vous pouvez... ça vous embête pas de m’en parler un peu, de cet avortement ? Comment vous l’avez vécu ?

Euh ben... comment dire ça... [Rire] Au début, je voulais le garder, comme tout le monde. Mais après j’ai pensé à moi. À mon avenir, en fait. Et quand on a fait l’échographie, ils ont dit que j’étais en train de le perdre. Je faisais une fausse couche. Du coup, j’ai préféré quand même avorter. Parce que dans tous les cas j’allais le perdre.

Ouais, ok. Et au moment de l’échographie, vous étiez pas trop sûre si vous alliez le garder ou pas, et c’est quand ils vous ont dit que de toute façon c’était fichu que...

Il restait sur un fil, en fait.

Ok. Il était pas bien accroché, en fait. Ok. Et euh... et votre partenaire ?

Je lui ai dit... Au début, lui, il voulait le garder, mais moi j’ai dit : « Non, vaut mieux le laisser comme ça. » Parce que en plus c’était un musulman. [Rire]

D’accord. C’était votre petit copain ?

À l’époque, oui.

Donc lui il a eu du mal à accepter l’avortement ou pas ?

Non.

C’est juste que, lui, il envisageait éventuellement que c’était faisable de le garder, quoi.

De le garder, de se marier, de prendre un appartement. [Rire] J’ai dit : « Non, ça va aller. » [Rire]

Une scolarité interrompue par le décès de son père

Et donc vous n’avez pas continué [l’école] parce que... ça vous saoulait un peu...

Et même, j’étais en cours, mais c’est comme si j’étais chez moi en train de dormir.

Ouais. Et vous êtes restée combien de temps ?

Chez moi ?

Non, quand vous avez commencé votre année de bac pro ?

Trois jours, même pas.

Ah ouais d’accord. C’était pas votre truc. Et donc là, comment ça s’est passé ? Vous êtes restée chez vous ?

Je suis restée chez moi, parce que j’arrivais pas... j’étais chez moi, on va dire. En gros, je me renfermais dessus. Je parlais même pas trop avec ma mère, et tout ça.

Ça vous a un peu... ça a été dur, le décès de votre papa ?

Ben surtout qu’il avait... 43 ans, encore. Il est décédé chez moi.

Qu’est-ce qu’il s’est passé ?

Ben, euh... dans la nuit, on croyait qu’il était malade... il toussait, il vomissait et tout ça. Et le lendemain, on l’a retrouvé dans les toilettes, en fait, par terre.

Aïe... [Silence] Il a fait quoi, une crise cardiaque ?

Eux-mêmes, ils savent pas ce qu’il a fait, en fait. Ils ont dit soit une embolie pulmonaire, plus arrêt cardiaque. Soit un anévrisme... plus arrêt cardiaque.

Ah ouais. Avec votre maman, vous disiez, ça a été un peu dur, après ?

Au début, ouais. Mais après, petit à petit, ça allait mieux en fait.

Parce que pour votre maman aussi, j’imagine que ça a été un choc, aussi.

Ouais. C’est elle qui l’a découvert dans les toilettes. Parce qu’elle a défoncé la porte, parce qu’il répondait pas quand elle lui parlait, en fait. (…)

L’usine et l’intérim comme seul horizon

Vous avez fait quoi comme stage, dans le cadre de la Garantie jeunes ?

J’en ai fait qu’un seul, c’est *** [enseigne de supermarché discount].

D’accord. Ça s’est bien passé ?

Oui.

C’était combien de temps ?

J’ai fait deux semaines.

D’accord. Et donc là vous cherchez du boulot ? Un stage ?

Ben justement, faut que j’appelle pour travailler dans une usine, en fait, à la chaine. C’est en intérim.

D’accord. Donc là, vous êtes inscrite en intérim ?

Je vais m’inscrire juste après, en fait. Parce que je sais qu’ils recherchent.

D’accord. Et c’est quoi comme usine ?

C’est les parfums. (…)

D’accord. Ok. Et donc il fait quoi [votre copain] ?

Il fait un... un contrat d’avenir.

Et il travaille dans quoi ?

Euh... je sais plus comment ça s’appelle, c’est à l’usine aussi.

D’accord. Cette usine de parfum, là, où vous voulez faire...

C’est dans la même usine, mais c’est pas... en fait il y a plusieurs bâtiments.

D’accord. Mais c’est la même. C’est comme ça que vous avez su qu’ils embauchaient ?

Non, c’est par une copine.

D’accord. Et donc il est manutentionnaire ou un truc comme ça ?

Non, mais... il fait la soufflette, ou quelque chose comme ça. Il souffle, en fait.

Il souffle ? [Rire]

Non, mais avec la soufflette, [rire] je sais pas comment il fait, il enlève tout ce qui est encre et tout ça.

Et sur quoi ? Il enlève l’encre sur quoi ?

Je sais pas, avec sa soufflette, comme les cartouches d’encre.

Ah ok. Mais c’est quoi, c’est des stylos ? Qui sont fabriqués ? Qu’est-ce que c’est, qui sort de l’usine, comme produit ?

Ben, y a de tout, il y a des jouets, il y a de tout en fait. Du cuivre.

Bon. Soufflette, quoi. [Rire] Et il a quel âge, votre copain ?

21.

Aujourd’hui vous avez gardé vos copines de CAP, essentiellement, ou même du collège ?

Non, du CAP.

D’accord. Et elles font quoi, elles ? Elles bossent ou elles sont un peu comme vous ?

Ben y’en a une qui travaille au *** [enseigne de restauration rapide] ? Et l’autre, ben à l’usine, là où je vais postuler après.

D’accord. Comme vous. Ok. Euh... Donc alors, si je reprends un peu... Donc vous faites votre CAP, vous commencez votre première année de bac pro, mais voilà, avec le décès de votre papa, c’était un peu compliqué. Et donc ça, c’était en 2012. Donc qu’est-ce que vous faites entre 2012 et en gros février, au moment où vous commencez la Garantie jeunes ?

Ben rien.

Rien. D’accord. Vous êtes restée chez vous ?

Ben, je cherchais du travail, mais bon, personne répondait. Donc je pense que c’était... parce que sur le CV, y’avait pas des choses récentes, en fait.

D’accord. Parce que vous n’aviez pas beaucoup bossé, vous manquiez d’expérience ?

Ouais.

Et vous pensez que c’était votre CV qui était mal fait ? Ou c’était juste parce que y’avait un peu des trous ?

Parce que y’avait un peu des trous.

Et votre frère, lui on en a pas parlé, il bosse où ?

À *** [nom d’une usine d’approvisionnement].

C’est quoi ça ? *** [nom d’une usine d’approvisionnement] ? C’est quoi ?

Il prépare les commandes. (…)

1.5 L’entrée dans la Garantie jeunes

Et comment vous avez connu la Garantie jeunes ? Comment vous vous êtes dit que vous pourriez peut-être intégrer ce dispositif ?

Eh ben, c’est Samir [conseiller de la Garantie jeunes, ancien conseiller de la mission locale] qui m’a proposé, si ça m’intéressait.

D’accord. Et comment il vous connaissait, Samir ?

Euh, ben, j’étais suivie par lui à la mission locale.

D’accord. Vous étiez inscrite à la mission locale quand ?

J’ai commencé à être inscrite en 2012. Après j’ai arrêté d’y aller.

Avant le décès de votre papa ?

Non, après.

Pourquoi vous avez arrêté de venir ?

Euh, je sais pas.

Ouais. Vous aviez l’impression que ça servait à rien.

Ouais. Voilà.

Du coup, vous avez été suivie combien de temps par Samir, en 2012 ?

Peut-être deux mois. (…)

Au moment où vous intégrez la Garantie jeunes ? Vous, vous espériez quoi ? Qu’est-ce que vous vouliez, par ce dispositif ? Vous étiez là un peu juste comme ça ou ça vous intéressait vraiment ou bien ?

Ben y’a des choses qui m’intéressaient.

Comme quoi ?

Ben... euh... [Rire] Ben y’avait pas non plus grand-chose chose, hein... [Rire] Parce que la plupart du temps, on parlait, donc euh...

Vous parliez de quoi ?

Ben, on parlait de travail, comment trouver du travail, en fait, au téléphone. Ça, c’était pas mal, c’est bien parce que y’en a qui... enfin, comme moi, des fois je suis intimidée... [Rire] Et du coup, au téléphone, je bégaye, et tout ça. Du coup, ben là, depuis qu’on a fait ça, je bégaye beaucoup moins.

Parce que vous aviez l’impression que vous ne vous débrouilliez pas trop bien pour trouver du boulot, en fait.

Ben, en fait, à chaque fois je disais à ma mère d’appeler, en fait.

D’accord. C’était votre maman qui appelait à votre place ? Comment ça se fait, vous n’aviez pas confiance en vous ? Vous pensiez que vous n’alliez pas y arriver ?

Ouais, voilà, en gros, c’était ça. Mais maintenant ça va.

Maintenant ça va mieux ? Donc ça vous a vachement aidée, alors.

Ouais. Chaque fois maintenant c’est moi qui appelle et tout. [Rire] (…)

D’accord. Et l’allocation, là, qu’est-ce que vous en pensez ? C’est bien pour vous ?

Ben c’est bien, parce que je peux aider ma mère.

D’accord. Donc elle vous sert à aider votre mère, essentiellement ?

À payer mon téléphone. Payer mon essence, aussi. Payer aussi l’assurance.

Ouais, ça coûte cher tout ça. La voiture, comment vous l’avez eue ?

C’est mon frère qui me l’a donnée.

D’accord. Parce que il avait... c’était la sienne ? Et lui s’en est racheté une autre ?

Ouais.

C’était quoi comme voiture ?

Clio 2.

Et donc, téléphone, essence, assurance, et vous me disiez que vous aidez votre mère ?

Je lui donne 100 euros.

D’accord. Donc sur les 400 euros et quelques, vous lui donnez 100 euros, pour les courses et tout ça ?

Ouais.

Et le reste, il vous reste plus rien ?

Il doit me rester... je sais pas, on va dire 200, peut-être ?

D’accord. Et donc vous en faites quoi, de cet argent-là ?

Eh bien je me rhabille. En général, c’est ça, je me rhabille, niveau chaussure, vêtements... Et après je dépense un peu dans tout et n’importe quoi. [Rire]

C’est quoi, tout et n’importe quoi ?

Ben... pour faire plaisir aux gens, on va dire. Si je peux, je fais.

Ouais. Comme quoi, par exemple ?

Comme le dernier truc que j’ai acheté, c’était pour ma sœur. Du crayon.

Du crayon ?

Ouais.

Pour se maquiller ?

Ouais. (…)

Ouais. Parce que avant vous aviez l’impression que vous aviez des fringues pas bien ?

Ben, c’est pas ça, c’est que ma mère, vu qu’elle a pas beaucoup de sous, j’ose pas lui demander... tu peux me donner par exemple 20 euros ? Parce que déjà je sais qu’elle n’a pas beaucoup de sous. Même mon frère je sais qu’il l’aide. Donc voilà. (…)

D’accord. Comment vous voyez la suite, là ? Qu’est-ce que vous voulez faire ?

Déjà, trouver un travail.

Dans quoi, alors ? Plutôt dans le commerce, l’aide à domicile, la petite enfance ?

Peu importe, du moment que je travaille, j’ai envie de dire… Parce que c’est dur de trouver du travail, de nos jours, donc euh...

Ouais, faut que vous trouviez un job, quoi. Et après, vous voyez ça comment, votre vie ? Si je vous dis... allez, dans 5 ans, vous vous voyez comment ? [Rire]

Ben déjà, j’ai mon appartement. Et mes chats. [Rire] (…)

Et dans 10 ans, vous vous voyez comment ? C’est quoi votre rêve ?

J’en ai pas !

Vous n’avez pas de rêves ? Vous avez pas envie de faire un truc, je sais pas ?

Non.

Trouver un job et avoir un appart ?

Ben c’est le principal...

L’entretien collectif : le jeu des « joutes oratoires » et l’accès à la critique

13Le choix de s’entretenir en groupe avec les jeunes que nous avions déjà rencontrés en entretien individuel a été motivé par notre souhait de s’éloigner des « conditions ordinaires de l’entretien biographique (qui) manifestent la différence de classe et portent la marque de l’ethnocentrisme : on propose aux ouvriers, aux paysans, un style de conversation proche de l’échange intellectuel, mais éloigné de leurs pratiques (assis, au salon, en tête à tête avec magnétophone) » (Peneff, 1994, 30). Il s’agissait d’imaginer d’autres règles pour accéder à ces jeunes issus des classes populaires les plus démunies, en tentant de créer des conditions d’échange qui prennent en compte à la fois les caractéristiques sociales et leur vécu (Couronné, 2016). Nous avons donc – par l’intermédiaire des missions locales – convié à chaque fois une dizaine de jeunes issus de cohortes différentes à participer à cet échange collectif. L’entretien collectif auquel a participé Rebecca a réuni trois jeunes. Rebecca et Clémence ont sympathisé pendant les premières semaines de l’accompagnement en groupe de la Garantie jeunes. En revanche, Wilfried ne les connaissait pas. Il s’agissait d’expérimenter une nouvelle méthode et de « bricoler » de nouvelles conditions d’échange. En choisissant de recueillir le discours de ces jeunes, qui partagent une expérience (la Garantie jeunes) et une identité sociale (le fait d’être jeune et issu des classes populaires) communes, cette technique privilégie « le recueil des significations partagées » ou en encore « la prise en compte du désaccord et des interactions » (Duchesne & Haegel, 2004, 38-39). Après leur avoir rappelé rapidement la raison de notre présence, nous leur avons demandé de prendre chacun trois photographies évoquant ce que représente pour eux la Garantie jeunes grâce à un appareil numérique que nous leur avons fourni. Une fois les photographies réalisées, nous leur avons demandé d’expliquer leur choix pour faire émerger un échange spontané sur leur manière de percevoir le dispositif, leur rapport au travail et à l’emploi ainsi que leurs aspirations professionnelles et existentielles. La photographie était alors un prétexte pour les faire parler, un moyen de réduire les inhibitions individuelles et de faciliter le travail de mémoire.

14L’échange était animé par deux enquêteurs qui ont essayé de mener cet entretien collectif de façon moins formelle que les entretiens individuels. Les relances pour faire parler les jeunes ont été formulées en s’appuyant sur le registre des « joutes oratoires » décrites par David Lepoutre dans Cœurs de banlieue. L’échange de « vannes » opère alors comme « un combat rituel [qui] possède une dimension essentiellement ludique, comme en témoignent le plaisir, la joie et le rire des participants et des spectateurs » (Lepoutre, 2001, 189). « D’une façon générale, l’humour et le rire tiennent une place très importante dans la vie sociale des adolescents et des préadolescents, en particulier dans le contexte de la culture des rues. Tant dans leurs relations mutuelles que dans celles qu’ils entretiennent avec les adultes, nombre d’entre eux manient plaisanterie, l’ironie et le comique avec beaucoup d’efficacité » (Lepoutre, 2001, 196). C’est donc en mobilisant auprès des jeunes cette « culture de l’éloquence » (ibid.) et en participant à ces joutes oratoires que s’est ouverte une « fenêtre de confiance » (Bizeul, 2007, 84). Les langues se délient et la critique collective se construit. Rebecca et Clémence jouent volontiers entre elles le jeu de la vanne et de la taquinerie. L’influence du groupe, ajouté à la consigne de prendre des photographies, les ont amusées. La mise en place volontaire de ces conditions d’échange nous a permis d’accéder à un discours beaucoup plus critique que celui recueilli en entretien individuel. « L’expression sans tabou de certains peut lever les inhibitions des autres. L’expérience commune partagée peut entraîner des solidarités. Le collectif peut donner plus de poids aux critiques que dans les entretiens individuels. » (Moreau, Dédianne et al., 2004, 382) De manière générale, la discussion collective porte sur la déception partagée par Rebecca, Clémence et Wilfried à l’égard de la Garantie jeunes, un dispositif qui – selon eux – n’a pas tenu ses promesses en termes d’accompagnement. Si, au cours de l’entretien semi-directif en face à face Rebecca évoque à propos de la Garantie jeunes des « choses qui m’intéressaient », pendant l’entretien collectif elle en souligne essentiellement les points négatifs.

Déception et désillusion d’un dispositif d’insertion sociale et professionnelle

Enquêtrice : Et là, en général, vous vous adressez juste à l’accueil [pour déposer vos fiches de déclaration de revenus] ? Vous allez à l’accueil, vous remplissez le truc et vous partez, quoi.

Wilfried : Ça, c’est depuis maintenant, parce que... vous, vous êtes là depuis laquelle [de cohorte] ?

Rebecca et Clémence : La première.

Wilfried : D’accord. Parce que moi quand je suis venu, ils m’ont dit qu’il fallait aller en haut pour donner.

Enquêtrice : D’accord. Il fallait aller jusqu’au bureau des conseillers pour le donner ?

Rebecca : Moi, je donne à l’accueil et je pars.

Wilfried : Au début, ils étaient même pas au courant à l’accueil de ce que c’était.

Enquêteur : Mais peut-être que si vous deviez passer en haut, c’est que dans la Garantie jeunes, il y a l’idée de... de revoir les conseillers ?

Clémence : Ben on est censés avoir des rendez-vous chaque mois donc, euh... [Rire] Censés...

Enquêteur : Pourquoi vous dites « censés » ?

Clémence : Ben… on est pas forcément suivi chaque mois, donc...

Enquêteur : C’est quand votre dernier rendez-vous ?

Wilfried : Y’en a eu un il y a pas longtemps.

Rebecca : Ouais, moi aussi.

Clémence : Je sais pas, moi, c’est quand.

Wilfried : Y’a pas longtemps, c’était il y a trois, quatre semaines.

Rebecca : T’as fait une semaine avant moi, toi [en s’adressant à Clémence].

Clémence : Je sais pas.

Enquêtrice : C’était avant l’été ou...

Clémence : Non après, après.

Wilfried : Là, au mois de septembre, y’en a eu une au mois de septembre.

Clémence : Oui, mais quand on nous annonce : Garantie jeunes nanana, vous aurez un suivi….

Rebecca : … tous les mois.

Clémence : … tous les mois pour suivre vos démarches, etc., etc., vous proposer des choses, etc. Arrivés là, il y a rien du tout, donc euh... (…)

Premiers pas dans l’intérim à 21 ans

Enquêteur : Je me demandais – vous parliez de l’intérim, tout à l’heure – comment est-ce que vous avez trouvées ces missions ?

Rebecca : Ben, j’ai juste déposé des CV, c’est tout. J’ai appelé, j’ai passé un test et puis voilà.

Enquêteur : Le CV, vous l’avez préparé ici, à la mission locale ?

Rebecca : Un peu partout. [Rire]

Enquêteur : Quand vous dites « un peu partout » ?

Rebecca : Ben, chez moi, ici, pff... chez les gens... [Rire]

Enquêtrice : Mais c’est un CV que vous aviez avant la Garantie jeunes, ou que vous avez retravaillé...

Rebecca : Non, j’ai retravaillé.

Enquêtrice : D’accord. En tenant compte des conseils qu’on vous a donnés pendant la Garantie jeunes ?

Rebecca : Hmm...

Enquêteur : Est-ce que vous diriez que c’étaient de bons conseils ?

Rebecca : Moi, du moment qu’il est rempli, je veux dire… [Rire]

Clémence : T’es insolente...

Rebecca : Ben non...

Enquêteur : Pas trop...

Clémence : Ça va pas changer ta vie, un CV… [Rire]

Enquêteur : Et ça fait longtemps que vous faites de l’intérim ?

Rebecca : J’ai commencé au mois de... juillet.

Enquêteur : D’accord. Ça fait trois mois que vous faites des missions. Et s’ils vous reprennent, c’est qu’ils trouvent que ça roule.

Rebecca : Ben, je pense, oui. Mais je vais aller postuler à *** [nom d’une agglomération de 14 000 habitants située en milieu semi-rural]… Et c’est des produits **** [nom d’une marque de parfumerie de luxe]. Tu fais deux semaines d’essai, et après c’est un contrat de 6 mois. Je vais aller là-bas, c’est mieux, que d’attendre un message...

Enquêtrice : Parce qu’ils vous appellent et....

Rebecca : Ah oui, des fois ils m’appellent aussi le matin, à 8 h 40 : « Oui, il faut que tu viennes travailler »... C’est chiant quoi.

Clémence : Ouais, *** [nom d’une entreprise de sous-vêtements], ils recherchent pour deux semaines au début, après si ça marche, il y a peut-être des CDD, voire des CDI.

Rebecca : Ouais, CDD de 6 mois.

Enquêtrice : Ça facilite les choses, aussi. On passe à une autre photo, peut-être ? Alors du coup, on a dit qu’on faisait...

Enquêteur : Les photos au hasard... [L’enquêteur présente les photographies prises par les jeunes et en sélectionne une à commenter par le groupe]

Clémence : Ah, c’est moi ! Non, mais elle est nulle, cette photo.

Enquêtrice : Alors, l’autre est mieux... on va voir... exact !

Rebecca : Ben... C’est là où tout a commencé, en fait.

Enquêtrice : C’est le local... la salle de réunion.

Clémence : La salle Garantie jeunes. [Rire]

Rebecca : Y’a eu des bons comme des mauvais moments. (…)

Enquêteur : Vous dites « il y a des bons moments et des moins bons moments »... Est-ce que vous pourriez commencer par les bons moments ?

Rebecca : Clémence ? [Rire] Non, mais je sais pas... Tout ce qui était chiant, par contre je peux dire.

Enquêteur : Ah ben allez-y, on fera les bons moments après. Allez-y.

Rebecca : Se présenter 50 000 fois. Euh... parler de sujets qui n’étaient pas intéressants.

Enquêtrice : Comme quoi ?

Rebecca : Oh, y’en a tellement... Le vieux, là... comment...

Clémence : Oh !

Rebecca : Avec ses avions, là.

Clémence : Ah… c’est vrai.

Enquêtrice : C’est l’Armée, ça ?

Clémence : Non, c’était un retraité, il parlait d’avions, je sais pas ce qu’il racontait, j’ai pas suivi, franchement.

Rebecca : Moi non plus. [Rire]

Clémence : Sincèrement... toute la journée il parlait du moteur des avions, etc., etc. En fait il y a plusieurs retraités qui sont venus nous voir pour nous parler de leurs métiers, et là c’était... un retraité des avions ? Je sais pas ce qu’il faisait exactement comme métier, mais... (…)

15L’atelier « avion » auquel font référence Clémence et Rebecca accueille un « parrain », c’est-à-dire une personne qui vient échanger auprès des jeunes sur son parcours professionnel et sur le travail, une personne qui les conseille dans leur recherche d’emploi. Dans ce cas, le « parrain » est une personne retraitée ayant travaillé dans l’aviation. Les deux jeunes femmes critiquent le caractère très occupationnel de cette activité. En effet, inviter des retraités bénévoles entrés dans la grande industrie dans une période (révolue) de croissance forte apparait comme en décalage avec leur situation sociale, avec leur niveau d’étude et plus largement avec leurs aspirations (Couronné, Loison-Lerustre, Sarfati, 2016a).

Enquêtrice : Vous diriez que si vous bossez, là, c’est grâce à la Garantie jeunes ou vous auriez de toute façon trouvé sans la Garantie jeunes ?

Rebecca : Je pense que j’aurais trouvé, parce que j’ai postulé un peu partout, même sur internet, donc...

Enquêtrice : Et vous aviez bossé avant de rentrer à la Garantie jeunes ?

Rebecca : Non. En même temps, je faisais pas de recherche, je faisais rien donc...

Enquêtrice : Donc, la Garantie jeunes, ça t’a fait bouger tes fesses !

Rebecca : Et mon frère aussi hein, mon frère, il m’a tiré les cheveux, il m’a dit : « vas travailler ! »

Enquêteur : Et donc, vous êtes copines, votre copine travaille dans une boîte d’intérim. Pourquoi est-ce que vous allez pas avec elle ?

Clémence : Si si, elle m’a dit. Mais la boîte d’intérim m’a dit qu’il n’y avait rien en ce moment, donc...

Rebecca : Ça reprend la semaine prochaine !

Clémence : [Rire] Si si, elle m’a dit plusieurs fois : viens, postule, appelle...

Rebecca : Je suis une bonne copine, quand même. [Rire]

Clémence : [Rire] J’ai rien fait… [Rire] Halala, n’importe quoi. (…)

Enquêteur : Du coup je me posais une question. Si on arrive à faire notre boulot comme il faut, on va faire un rapport pour dire qu’est-ce qui va, qu’est-ce qui va pas. Si vous deviez dire chacun l’un après l’autre une phrase pour dire ce qu’on pourrait améliorer pour la Garantie jeunes ?

Clémence : Ben moi, je dirais qu’il faut qu’ils soient plus disponibles, les conseillers. Les conseillers, hein, pas la Garantie jeunes. La Garantie jeunes, c’est bien, ça nous aide. Mais c’est les conseillers, en fait, que ça va pas. Je pense qu’il faudrait qu’ils fassent un travail sur eux-mêmes et après je pense que ça peut s’améliorer comme ça.

Rebecca : Je sais pas...

Clémence : [Rire] Elle m’épuise [à propos de Rebecca], elle, je vous assure, elle me désole.

Rebecca : Ben être présent quoi. C’est vraiment pour moi le plus gros souci : il faudrait que les conseillers soient présents quand ils disent qu’ils devraient être présents, parce qu’ils sont là pour nous. C’est ce qu’ils nous disent le premier mois, parce que évidemment... mais ils tiennent pas...

Clémence : Après ils disent que c’est nous qu’on veut rien faire [parodiant], qu’on est feignant, qu’on veut pas travailler, qu’on est des enfants... ouais, euh... enfin […] Nous dans notre groupe, ils généralisaient tout le monde, « vous êtes que des enfants, nanana », à part nous crier dessus, c’est tout ce qu’ils faisaient. C’est bon, quoi. (…)

La photographie des mains de Rebecca, symbole de la fierté de travailler à l’usine

Enquêteur : Ok. J’ai un truc qui est complètement en dehors ce qu’on avait prévu de faire avec ma collègue. Et je me demandais, Rebecca, si vous accepteriez que je prenne en photo vos mains ?

Rebecca : Pourquoi ?

Enquêteur : Parce que vous avez des ampoules. Je dis ça, parce que ça veut dire que si on prend les trucs de la Garantie Jeunes, qui dit qu’on prend des jeunes qui veulent pas travailler et tout ça, je me dis que vos mains et le fait de ce que vous nous avez dit autour du travail, c’est une jolie illustration du fait que non, il se passe des trucs, quoi !

Wilfried : Vous avez des super appareils photo.

Enquêteur : Je me méfie de la petite [à propos de Clémence]... [il prend la photo] Génial. On avait dit qu’on ferait des trucs différents des trucs habituels. C’est parfait. Merci beaucoup.

Figure  Photographie des mains de Rebecca prise par l’enquêteur à la suite de l’entretien collectif

Figure  Photographie des mains de Rebecca prise par l’enquêteur à la suite de l’entretien collectif
  • 5 Un lutin est un cahier composé de feuillets plastifiés transparents dans lesquels on peut insérer (...)

16Cette photographie est prise par et à la demande de l’enquêteur alors que l’entretien collectif se termine, les jeunes et les enquêteurs échangeant leurs coordonnées téléphoniques. En prenant cette photographie, l’enquêteur immortalise les mains de Rebecca. Elles ont attiré son intention, car la jeune femme les a montrées à plusieurs reprises aux participants de l’entretien collectif, et qu’elles symbolisent en partie sa condition sociale. Cette image fait apparaitre un pouce et un index en premier plan, en arrière-plan se trouve un lutin5. Si au premier abord l’intérêt de cette photographie apparait limité, une analyse plus approfondie de ce document révèle le rapport au travail de Rebecca, mais également son rapport au dispositif de la Garantie jeunes. Le travail à la chaîne est source de fierté pour cette jeune femme. Cette fierté s’observe dans le discours qu’elle tient au cours des rencontres, mais également dans la manière dont elle met en scène ses doigts marqués par des ampoules. Ces dernières sont apparues à force d’avoir répété le même geste pour effectuer de la mise en carton. Elles représentent pour Rebecca le « travail bien fait » et le labeur de plusieurs journées passées à l’usine.

17En arrière-plan de la photographie, on remarque un lutin dans lequel Rebecca confie pendant l’entretien collectif qu’elle y rassemble tous ces documents administratifs. La présence de ce dossier que la jeune femme ne lâche jamais des mains souligne son implication et sa rigueur dans la recherche d’emploi. L’usage du lutin indique une organisation minutieuse, un respect des règles au sein de la Garantie jeunes, règles qu’elle ne remet pas en cause, bien au contraire. Issu des politiques d’activation (Barbier, 2002), ce dispositif exige du jeune qu’il entreprenne des démarches d’emploi de manière autonome. En contrepartie du versement d’une allocation mensuelle, il doit apporter des preuves de sa bonne foi en justifiant la moindre démarche de recherche d’emploi. Ces preuves sont rassemblées dans le lutin de Rebecca.

18Cette photographie, combinée au discours recueilli pendant les entretiens, permet de saisir les ambitions professionnelles modestes de Rebecca, sa volonté de trouver du travail et une forme de soumission, de respect à l’ordre et au contrôle social.

L’entretien téléphonique : confirmation d’une entrée dans une « carrière d’intérimaire »

19Quelques mois après la réalisation de l’entretien collectif, nous avons contacté Rebecca par téléphone pour prendre de ses nouvelles. L’usage de cette technique a été imaginé dès l’élaboration du protocole d’enquête pour maintenir le contact avec les jeunes rencontrés à l’occasion d’un entretien individuel en face à face et/ou d’un entretien collectif. Cette combinaison des techniques a l’avantage de saisir les évolutions et les ruptures qui caractérisent les parcours. « Garder contact », « maintenir le lien » nous apparaissait essentiel à la construction d’une relation d’enquête pérenne avec cette population très fortement touchée par l’instabilité résidentielle et la précarité économique.

20Enfin, cette technique reste peu onéreuse en termes de temps de déplacement et de coût financier. Alors que l’usage de l’entretien téléphonique se développe de plus en plus dans le milieu de la sociologie, peu de travaux la présentent comme une pratique « noble », la primauté revenant à l’entretien semi-directif en face à face.

21En ce qui concerne le cas de Rebecca, l’entretien téléphonique a permis de confirmer les propos recueillis au cours des rencontres précédentes, et notamment son entrée dans une « carrière d’intérimaire ». Ce passage par l’emploi non durable pour les jeunes de moins de 25 ans, qui est dans la plupart des cas subi, demeure un moyen d’acquérir et d’accéder à la vie active (Glaymann, 2005). L’entrée dans la Garantie jeunes de Rebecca marque son entrée dans un « nouvel âge de la vie de ces jeunes issus des classes populaires locales, caractérisé par l’allongement et l’indétermination de la période de transition entre l’école et l’emploi stable et ce à l’opposé de l’ancien calendrier des âges en milieux populaires » (Beaud & Pialloux, 2003, 35). Au moment de l’entretien téléphonique, cette jeune femme espère accéder à l’emploi stable et à temps plein tout en s’accommodant de l’intérim, du sous-emploi et en supportant les conditions de travail à l’usine.

Donc c’est moi qui te rappelle, pour savoir un peu ce que tu es devenue par rapport à la Garantie jeunes...

Euh... ben, toujours au même point, enfin, je travaille en intérim, quoi.

Qu’est-ce que tu fais en intérim ?

Euh... ben, à *** [nom d’une usine de produits de santé et de parfum]. C’est tout qu’est-ce qui est produit... comment dire... comment dire... parfums, les trucs comme ça, par exemple... Et j’ai travaillé aussi à ? ? ?, dans les livres...

Et alors, tu faisais quoi dans ton truc de parfum ? Toi, tu faisais quoi comme travail ?

Ben, en fait, c’est travail à la chaine. Y’en a un qui va mettre le flacon, l’autre qui va mettre le bouchon... enfin, un peu de tout en fait, ça tourne.

C’est. Et t’as fait ça pendant combien de temps ?

Ben, depuis que je suis à la mission locale, en fait. Enfin... à la Garantie jeunes...

D’accord. Donc ça fait quasiment un an que tu y es, toi ?

Ouais.

Et t’as fait ça combien de fois par mois ? C’était régulier comme mission ? C’était à temps complet ?

C’était... ben, en fait, ça dépend des fois. Y’a des mois où on va bien travailler, et y’a des mois où on va rien faire, quoi.

Et au plus petit mois, tu fais combien de jours par exemple ?

Ça dépend vraiment en fait. C’est... y’a une fois j’ai fait un mois complet, y’a des fois où j’ai fait qu’une journée... enfin, ça dépend, quoi.

Et t’as travaillé tous les mois ?

Euh, y’a deux mois que j’ai pas travaillé.

Et pour les livres, tu faisais quoi ?

Ben, c’était à mettre en fait en carton... pour les CP, CE1, CE2... après, ben normalement, le mois prochain, je fais pour le collège et le lycée.

Et ça, combien de fois tu l’as faite, cette mission-là ?

Ben, j’ai fait... j’ai travaillé huit jours dans ça. (…)

Et alors, c’est quand la dernière fois que tu as travaillé là ?

C’était mardi.

Et du coup, tu touches à peu près combien ? T’as touché combien ce mois-ci par exemple ?

Ce mois-ci ? Je sais même pas. J’ai pas mon cahier sous les yeux, donc...

Et ça te plaît de travailler pour les livres... par exemple ?

Ben ouais. C’est sympa, c’est... ouais, c’est sympa.

Et les horaires, c’est quoi du coup ?

Ben, à *** [nom d’une usine de produits de santé et de parfum], c’est 8 h 30-12 h 40, euh... 12 h et après on reprend à 12 h 45 jusqu’à 16 h 15 et à *** [nom d’une usine de vente de livres et de manuels scolaires], c’est 5 h-13 h, et sur l’équipe de l’après-midi, c’est 13 h-21 h. (…)

Ok. Donc du coup, t’as pas mal travaillé alors, pendant la Garantie jeunes...

Ben ouais...

Non, tu trouves que c’est pas juste de dire ça ? T’aurais aimé plus ?

Ben, ça dépend en fait des mois en fait. C’est ça le truc...

Pour l’instant, c’est pas régulier...

Ouais, voilà.

Ça t’embête que ce soit pas régulier ?

Ben ouais, parce que ça serait bien que ça soit vraiment régulier, quoi. Et en fait, on attend tous les jours un message pour savoir si on travaille le lendemain, en fait.

22Si notre protocole d’enquête s’était uniquement appuyé sur l’entretien semi-directif en face à face, nous aurions eu accès essentiellement au parcours scolaire et à la vie intime de Rebecca (son interruption de grossesse et les conditions de décès de son père). Nous aurions su qu’elle projetait de travailler à l’usine comme intérimaire sans savoir si ce projet allait aboutir. Nous aurions également considéré l’entretien semi-directif en face à face comme « assez pauvre », Rebecca verbalisant peu pendant cet entretien qui ne dépasse pas l’échange d’un « question-réponse ». Notre choix pour une approche longitudinale et notre volonté de maintenir le lien avec cette jeune femme en multipliant les rencontres et les techniques nous a permis d’en apprendre beaucoup plus sur le rapport au travail et à l’emploi de Rebecca, et d’obtenir au final un matériau riche. En effet, au cours de l’entretien collectif, sous l’effet du groupe, Rebecca s’autorise à développer un discosurs critique sur la Garantie jeunes, la photographie symbolisant sa fierté de travailler à l’usine et son rapport à la règle. Enfin, l’entretien téléphonique confirme son entrée subie dans une carrière d’intérimaire, autant d’éléments qui invalident la thèse d’une génération de « Yers », de jeunes soi-disant impatients et « zappeurs ».

  • 6 Dans son ouvrage La Distinction, Pierre Bourdieu oppose les « goûts de nécessité » aux « goûts de (...)

23La construction d’une relation d’enquête sur un temps assez long permet de saisir la modestie des aspirations professionnelles et existentielles de Rebecca, ce qui renvoie au « goût de nécessité »6 développé par Pierre Bourdieu dans La Distinction (Bourdieu, 1979, 173). Rebecca s’incline à ne pas avoir de rêves et à travailler à l’usine comme « un choix du destin, mais un choix forcé, produit par des conditions d’existence qui, en excluant comme pure rêverie tout autre possible, ne laissent d’autre choix que le goût du nécessaire. »

Top of page

Bibliography

Arborio Anne-Marie, Cohen Yves, Fournier Pierre, Hatzfeld Nicolas, Lomba Cédric et Séverin Muller (2008), Observer le travail. Histoire, ethnographie, approches combinées, Paris, La Découverte.

Barbier Jean-Claude (2002), « Peut-on parler d’“activation” de la protection sociale en Europe ? », Revue française de sociologie, vol. 43, n° 2, pp. 307-332.

Beaud Stéphane & Pialloux Michel (2003), Violences urbaines, violence sociale. Genèse des nouvelles classes dangereuses, Paris, Fayard.

Berrebi-Hoffmann Isabelle (dir.) (2009), Politiques de l’intime. Des utopies sociales d’hier aux mondes du travail d’aujourd’hui, Paris, La Découverte.

Bizeul Daniel (2007), « Que faire des expériences d’enquête ? Apports et fragilité de l’observation directe », Revue française de science politique, vol. 57, pp. 69-89 [En ligne], Consulté le 25/05/15. URL : http://www.cairn.info.

Bourdieu Pierre (1979), La distinction, critique sociale du jugement, Paris, Minuit.

Bourdieu Pierre (1984), « Espace social et genèse de classe », Actes de la recherche en sciences sociales, n° 52, 1-14.

Champagne Patrick (1986), « La reproduction de l’identité », Actes de la recherche en sciences sociales, n° 65, 41-64.

Couronne Julie (2016), « Pour un usage sociologique du dessin. Réflexion méthodologique à partir d’une étude de cas », Agora Débats/Jeunesses, INJEP.

Couronne Julie, Loison-Leruste Marie et François Sarfati (2016a), La Garantie Jeunes en action. Usages du dispositif et parcours de jeunes, rapport de recherche du Centre d’études de l’emploi et du travail.

Couronne Julie, Loison-Leruste Marie & Sarfati François (2016b), « La Garantie jeunes en action. Usages du dispositif et parcours de jeunes », Connaissance de l’emploi, n° 133, décembre, Centre d’étude de l’emploi et du travail.

Dagnaud Monique (2013), Génération Y. Les jeunes et les réseaux sociaux, de la dérision à la subversion, Paris, Presses de Sciences Po.

Dietrich Pascale, Loison Marie & Roupnel Manuella (2010), « Articuler les approches quantitative et qualitative », dans Paugam Serge (dir.), L’Enquête sociologique, Paris, PUF.

Duchesne Sophie & Haegel Florence (2004), L’Enquête et ses méthodes : les entretiens collectifs, Paris, Nathan, (version avant travail de l’éditeur), [En ligne], Consulté le 25/08/16. URL : https://halshs.archives-ouvertes.fr/

Glaymann Dominique (2005), La Vie en intérim, Paris, Fayard.

Gramain Agnès & Weber Florence (2001), Ethnographie et économétrie : pour une coopération empirique, Genèses, n 44, 127-144.

Lepoutre David (1997), Cœur de banlieue. Codes, rites et langages, Paris, Odile Jacob.

Moreau Alain, Dedianne Marie-Cécile et. al., (2004), « S’approprier la méthode du focus group ». La revue du praticien. Médecine générale, t. 18, n° 645.

Peneff Jean (1994), « Les grandes tendances de l’usage des biographies dans la sociologie française », Politix, vol. 7, n° 27, 1994, 25-31.

Sarfati François & Rosenfeld Pierre-Louis (dir.) (2014), Les jeunes, le travail et l’emploi. Le pari de la confiance, Reuil-Malmaison, Éditions Liaisons.

Schwartz Olivier (2011), « Peut-on parler des classes populaires ? », La Vie des idées [En ligne], Consulté le 15/02/16. URL : http://lectures.revues.org/6326.

Thibault Martin (2011), Une jeunesse ouvrière. Sédimentation des identités sociales des jeunes ouvriers de la maintenance des trains à la RATP, Thèse de doctorat de sociologie, Université Paris V René Descartes.

Zunigo Xavier (2010), « Le deuil des grands métiers. Projet professionnel et renforcement du sens des limites dans les institutions d’insertion », Actes de la Recherche en sciences sociales, n° 184, 58-71.

Top of page

Notes

1 Selon Olivier Schwartz, les classes populaires ont trois caractéristiques : « petitesse du statut professionnel ou social, étroitesse des ressources économiques – sans que cela signifie nécessairement précarité – éloignement par rapport au capital culturel, et d’abord par rapport à l’école […] » (Schwartz, 2011).

2 Les entretiens ont été entièrement retranscrits par Laura Spica que je remercie chaleureusement.

3 Cette méthodologie a pu être appliquée à une partie de notre échantillon, environ une quinzaine de jeunes sur les 60 rencontrés initialement.

4 Agent territorial spécialisé des écoles maternelles. Les Atsem sont des fonctionnaires territoriaux chargés d’assister les professeurs des écoles et d’effectuer des tâches d’entretien ou de surveillance auprès des enfants.

5 Un lutin est un cahier composé de feuillets plastifiés transparents dans lesquels on peut insérer une feuille de papier.

6 Dans son ouvrage La Distinction, Pierre Bourdieu oppose les « goûts de nécessité » aux « goûts de liberté » ou goûts de luxe. Ces derniers sont le « produit de conditions matérielles d’existence définies par la distance à la nécessité, par les libertés ou, comme on dit parfois, les facilités qu’assure la possession d’un capital » (Bourdieu, 1979, 173).

Top of page

List of illustrations

Title Figure  Photographie des mains de Rebecca prise par l’enquêteur à la suite de l’entretien collectif
URL http://nrt.revues.org/docannexe/image/3137/img-1.jpeg
File image/jpeg, 135k
Top of page

References

Electronic reference

Julie Couronné, « « Peu importe, du moment que je travaille » », La nouvelle revue du travail [Online], 10 | 2017, Online since 10 June 2017, connection on 23 July 2017. URL : http://nrt.revues.org/3137 ; DOI : 10.4000/nrt.3137

Top of page

About the author

Julie Couronné

Chercheure contractuelle au Cnam – Lise (UMR CNRS 3320) & Centre d’études de l’emploi et du travail

Top of page

Copyright

© Tous droits réservés

Top of page
  • Logo La NRT est soutenue financièrement par
  • Logo CNRS INSHS
  • Logo Centre Pierre Naville - Université d'Evry
  • Logo Laboratoire Printemps (professions, institutions et temporalités)
  • Logo Centre Emile Durkheim
  • Logo Laboratoire lorrain de sciences sociales - Université de Lorraine
  • Logo IRISSO - Dauphine université Paris
  • Logo Multidisciplinaria de Estudios sobre el Trabajo (UMEST) - Universidad Autónoma de Querétaro
  • Logo La NRT est aussi reconnue et soutenue par
  • Logo HCERS
  • Logo Fondation Maison des sciences de l'homme
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org