Navigation – Plan du site
Recensions et notes de lecture

Michael Burawoy, Produire le consentement (traduction/Quentin Ravelli), Paris, La Ville brûle, 2015, 303 p.

Sophie Bernard

Texte intégral

1Si on peut regretter qu’il ait fallu trente-six ans pour que l’ouvrage de référence de Burawoy soit enfin traduit en français, cette publication est toutefois l’occasion de redécouvrir un travail devenu classique en sociologie du travail. Trente ans après Donald Roy, en 1974, Burawoy découvre, non sans surprise, qu’il mène l’enquête dans la même entreprise que celle étudiée par son collègue. Il se saisit alors de cette coïncidence inespérée pour comparer les conditions de travail des ouvriers d’Allied à trois décennies d’intervalle. Procédant comme son prédécesseur par observation participante, il opère en revanche un déplacement de son questionnement. Il ne s’agit plus de comprendre « pourquoi les travailleurs ne travaillent-ils pas plus ? » mais « pourquoi travaillent-ils autant ? ». La contrainte ne suffisant pas à elle seule à l’expliquer, Burawoy en conclut que « de nos jours, c’est un mélange de consentement spontané et de contrainte qui façonne le monde du travail » (p. 22). S’inscrivant dans une perspective marxiste, il se propose ainsi de démontrer comment le consentement est fabriqué au cœur même de la production. En mobilisant « l’étude de cas élargi », consistant à extrapoler à partir d’une unique étude de cas, Burawoy ambitionne de développer une théorie du procès de travail capitaliste.

2C’est dans la première partie de l’ouvrage « De la sociologie au marxisme » qu’il expose celle-ci, commençant par dénoncer l’échec de la sociologie industrielle (citant notamment les travaux de Tannenbaum, de Etzioni, de Mayo, de Blauner, de l’institut Tavistock ou encore de Crozier). Il reproche ainsi à cette dernière son aveuglement par les concepts généraux et abstraits au détriment de ce que les organisations produisent de concret et de particulier. De cette posture émerge un paradoxe fondamental avec la coexistence de deux postulats divergents : « l’hypothèse de l’harmonie implicite et la nécessité du contrôle social » (p. 35), sans que ni l’un ni l’autre ne soit jamais expliqué. Burawoy se propose donc de rompre avec cette perspective pour appréhender le conflit et le consentement comme « des produits d’une organisation bien particulière du travail » (p. 40) et mettre en évidence le caractère spécifique du procès de travail capitaliste. Pour cela, il confronte ce dernier avec le féodalisme pour montrer qu’il se définit essentiellement « par le mouvement simultané de sécurisation et d’obscurcissement [du procès de production] de la plus-value » (p. 58). Mais alors que Marx postulait que l’effort au travail était déterminé par la contrainte, Burawoy estime que l’organisation du consentement est venue soutenir l’usage de la contrainte pour produire la coopération.

3La deuxième partie de l’ouvrage intitulée « Les transformations du procès de travail » vise à éclairer ce processus au travers du cas de l’entreprise Allied Corporation. Investiguant la même entreprise que celle où Roy avait mené son enquête (qui faisait alors partie de la Geer Company), Burawoy dispose d’un riche matériau lui permettant de retracer les évolutions de l’organisation du travail sur une longue période. Reprochant à Roy que son étude s’arrête « aux portes de l’usine », il tâche alors de retracer les transformations du contexte socio-économique ayant affecté l’entreprise. Il met ainsi en évidence les conséquences de « la consolidation des nouveaux modèles de relations industrielles nés pendant la Seconde Guerre mondiale » sur le procès de travail, ainsi que celles du « passage du capitalisme concurrentiel au capitalisme monopolitisque » (p. 74) qui marquerait celui aux Trente Glorieuses. Burawoy procède ensuite à une étude détaillée des évolutions du procès de travail et met en évidence l’importance du making out. Celui-ci consiste en un jeu au cours duquel les ouvriers, payés à la pièce, essaient d’augmenter leur salaire en dépassant le quota officiel de 100 %. Si depuis trente ans la culture d’atelier s’organise ainsi autour du making out, Burawoy observe cependant un accroissement de l’autonomie et de l’individualisme des ouvriers sur cette même période. Ce mouvement participe d’un déplacement et d’un émiettement du conflit, favorisant « une métamorphose de l’antagonisme hiérarchique en concurrence et en luttes horizontales » (p. 96) entre différents groupes de travailleurs.

4Dans la troisième partie « Produire le consentement », le lecteur entre au cœur de l’argumentation de Burawoy. Ce dernier place ainsi dos à dos marxisme et sociologie industrielle. Si le premier a eu tendance à réduire les salariés à des objets manipulés incapables de résister à l’emprise du capitalisme, la seconde a en revanche permis de dévoiler leurs capacités de résistance. Cependant, « cette réaffirmation du moment subjectif se fait au détriment du moment objectif » (p. 106). Aussi, se distanciant d’Elton Mayo, qui affirme que ces jeux d’atelier sont un moyen pour les salariés d’affirmer leur liberté et leur opposition à la hiérarchie, Burawoy estime quant à lui que s’ils émergent à l’initiative des travailleurs, ces jeux demeurent cadrés par la hiérarchie. Plus encore, le making out contribue à occulter et à garantir le surtravail. L’autonomie accordée aux travailleurs participe en effet de leur individualisation et, par là même, occulte leur appartenance commune à la classe prolétaire opposée à celle des capitalistes au profit de la figure d’un individu en situation de conflit ou de compétition avec ses collègues. Combinée à la dépendance à l’égard du personnel auxiliaire, elle déplace ainsi le conflit d’un axe vertical (hiérarchique) à un axe horizontal (entre travailleurs). Si jouer le jeu est source de gratifications financières, mais aussi et surtout sociales et psychologiques, en acceptant d’y participer, les travailleurs consentent aux rapports sociaux qui en définissent les règles. Comme Roy avant lui, Burawoy évoque ainsi le fait de réussir son making out comme un impératif qui s’impose moins sous la pression de la hiérarchie que pour éviter d’être mis à l’écart par les collègues. À partir de la métaphore du jeu, il en déduit ainsi une dynamique en apparence contradictoire permettant de mettre au jour les transformations du capitalisme qui se traduit par une « augmentation du nombre des choix à mesure que se restreint l’espace de liberté » (p. 124). C’est selon lui ce mouvement d’accroissement de l’autonomie dans un cadre de plus en plus contraignant qui constitue la base du consentement et permet que les conditions de travail se dégradent sans que cela ne suscite de contestation. L’absorption d’une partie du « marché interne » par l’entreprise participe de ce mouvement. Burawoy observe en effet en trente ans une diminution de la mobilité externe au profit de la mobilité interne. En même temps qu’elle désamorce les conflits hiérarchiques, cette dernière nourrit une forme d’individualisme concurrentiel qui accroit les conflits horizontaux. Le « marché interne » associé à « l’État interne » œuvrent conjointement à la fabrication du consentement au travail. Ce terme (l’État interne) désigne « un ensemble d’institutions qui organise, transforme ou réprime les luttes concernant les relations de production et les rapports de production à l’échelle de l’entreprise » (p. 140) et qui substitue au face-à-face employeur-salarié des négociations collectives. Sous le capitalisme monopolistique, la régulation des relations de production échappe en effet aux directions d’entreprise pour s’incarner dans les négociations collectives. Or, celles-ci éliminent le conflit de l’atelier et transforment les travailleurs en individus, « en citoyens industriels dotés de droits et de devoirs, plutôt qu’en membres d’une classe » (p. 149). En masquant les rapports de production capitalistes, le marché interne et l’État interne permettent l’opacification et la sécurisation [du procès de production] de la plus-value.

5Dans la partie suivante, Burawoy entend répondre à une critique couramment adressée à la sociologie industrielle, soit son ignorance des effets de contexte. Il s’intéresse donc ici aux effets des variations dans les rapports de production, en particulier celles du marché du travail, sur le procès de travail. Or, l’examen minutieux de ces mutations révèle qu’elles n’influencent pas directement ce dernier. De même, alors que Goldthorpe et ses collègues estiment qu’il est impossible de comprendre les comportements au travail sans tenir compte de ce que les travailleurs importent de la maison vers l’usine, Burawoy conclut à une relative autonomie du procès de travail (titre de la partie). Il s’appuie ainsi sur ses observations de terrain pour insister sur le fait que les relations sociales sont structurées par une culture d’atelier organisée au cœur de la production et indépendante de ces caractéristiques extérieures. La « conscience importée » a certes une influence sur les relations de production, mais elle varie selon la position occupée dans le procès de travail. C’est en ce sens que Burawoy indique que « si le procès de travail n’est pas entièrement autonome, il est peut-être relativement autonome » (p. 184), isolé à la fois des événements extérieurs et de la conscience acquise par les travailleurs à l’extérieur de l’entreprise.

6La dernière partie de l’ouvrage porte quant à elle sur les changements du procès de travail observés entre 1945 et 1975 dans les deux entreprises qui résultent de trois dynamiques en interaction : « les rivalités professionnelles et hiérarchiques parmi les cadres ; la concurrence entre les entreprises ; la lutte des classes » (p. 218). Ainsi, se focalisant sur les luttes d’atelier se nouant à propos de la négociation de l’effort, Burawoy constate que le bureau des méthodes s’est progressivement retiré de cet espace. Alors qu’en 1945 l’omniprésence des chronométreurs renforce les luttes économiques contre la direction et la solidarité entre travailleurs, les ingénieurs qui les remplacent trente ans après tâchent au contraire de se faire discrets et de limiter les conflits de ce type. En augmentant uniquement les quotas considérés par les ouvriers eux-mêmes comme « faiblards », ils contournent ainsi le conflit et, mieux encore, le dirigent vers les travailleurs briseurs de quotas ou à l’initiative de suggestions d’améliorations, ce qui leur permet de renforcer les règles du making out. Si, en 1945, les luttes économiques pouvaient théoriquement assurer les bases des luttes politiques, entendues comme celles prenant pour cible les relations de production, il n’en va plus de même en 1975 où les luttes économiques ne viennent que renforcer le consentement aux relations de production existantes. Quoi qu’il en soit, sur les deux périodes, Roy et Burawoy ont essentiellement observé des luttes économiques centrées sur la négociation de l’effort, mais nullement de luttes idéologiques à même de concevoir un au-delà du capitalisme. Plus encore, les luttes d’atelier sont à la source de dynamiques cycliques d’imposition et de relâchement des règles conçues par les cadres dirigeants qui peuvent être considérées comme l’expression de la spécificité du procès de travail capitaliste : « la sécurisation et l’obscurcissement simultanés de la plus-value » (p. 206). Sur le long terme, elles entraînent ainsi une profonde transformation du procès de travail dans une seule et même direction : « l’essor de l’organisation hégémonique du travail, du marché interne et de l’Etat interne » (p. 207). Par le biais de la lutte des classes et de la concurrence capitaliste, les changements sociaux plus généraux se répercutent sur le procès de travail et ont contribué à diminuer le nombre de conflits au sein de l’atelier.

7Au terme de ces réflexions, Burawoy en conclut que les transformations mises à jour à trente ans d’intervalle permettent de distinguer deux grands types de procès de travail capitaliste qu’il décrit plus en détail : « dans l’organisation despotique du travail, la contrainte l’emporte nettement sur le consentement » (p. 224), tandis que c’est l’inverse dans l’organisation hégémonique du travail. Se distanciant de Marx qui assimilait la fin du capitalisme concurrentiel à la naissance du socialisme, il estime quant à lui que « la lutte des classes n’est pas le fossoyeur mais le sauveur du capitalisme » (p. 226) qui prend dorénavant une nouvelle forme : celle du capitalisme de monopole. Ce retour du capitalisme sous cette forme relève de la capacité de l’usine à contenir les luttes et à produire le consentement. C’est donc en prenant pour point de départ les transformations du procès de travail que, d’après Burawoy, le sociologue est le mieux à même de rendre compte des mutations du capitalisme. Les résultats de l’enquête qu’il a menée en 1971 dans l’industrie minière de la Zambie qui figure dans l’appendice viennent confirmer cette posture. Le lecteur appréciera également la postface publiée en 2012 dans la Nouvelle Revue du Travail consistant en une lecture critique de l’auteur de Manufacturing consent. Celui-ci estime ainsi avoir négligé l’influence des forces externes, et notamment la pression accrue exercée par les marchés et par l’État sur le travail, conduisant à l’émergence d’un despotisme hégémonique. « Construit sur les fondements de l’hégémonie qui avait désarmé les travailleurs face à l’assaut managérial » (p. 252), celui-ci s’avère beaucoup plus coercitif. Mobilisant alors les travaux de Polanyi, Burawoy l’appréhende ainsi comme une nouvelle riposte du marché brisant les régulations protectrices du travail et de l’argent, menant à leur remarchandisation, correspondant à la fin des Trente Glorieuses.

8S’il y évoque « l’abandon de Manufacturing consent », cet ouvrage se révèle pourtant particulièrement approprié pour l’analyse des transformations contemporaines des modes de management. Comme le note Quentin Ravelli dans une préface étayée, « la question du consentement au travail fait un retour remarqué » (p. 7). Les enquêtes sociologiques décrivent ainsi des modes de mobilisation du personnel privilégiant l’autonomie au travail des salariés, que l’on peut concevoir comme procédant d’une substitution de « l’auto-exploitation » à l’exploitation exercée de l’extérieur. Le contrôle ne disparait pas pour autant, mais prend des formes en apparence moins coercitives. Les termes mobilisés pour nommer ce double mouvement paradoxal d’accroissement de l’autonomie et du contrôle sont nombreux et tous de facture oxymorique : « l’implication contrainte » (Durand, 2012), « l’autonomie contrôlée » (Appay, 2015 ; Coutrot, 1999), « la coopération forcée » (Courpasson, 2000). On peut l’appréhender comme l’expression de la fabrique du consentement au travail participant d’un processus de sécurisation et d’obscurcissement du procès de production de la plus-value. Cependant, si pour Burawoy le consentement résulte de l’articulation d’un marché interne et de l’État interne, l’accroissement du chômage et de la précarité de l’emploi associée au déclin du syndicalisme plaideraient aujourd’hui plutôt en faveur de l’émergence d’un despotisme hégémonique que d’une organisation hégémonique du travail. Indéniablement, cet ouvrage demeure d’actualité et la récente traduction invite à s’en emparer.

Haut de page

Bibliographie

Appay B. (2015), La Dictature du succès. Le paradoxe de l’autonomie contrôlée et de la précarisation, Paris, L’Harmattan.

Courpasson D. (2000), L’Action contrainte. Organisations libérales et domination, Paris, PUF.

Coutrot T. (1999), Critique de l’organisation du travail, Paris, Repères, La Découverte.

Durand J.-P. (2012), La Chaîne invisible. Travailler aujourd’hui : flux tendu et servitude volontaire, Paris, Le Seuil.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sophie Bernard, « Michael Burawoy, Produire le consentement (traduction/Quentin Ravelli), Paris, La Ville brûle, 2015, 303 p. », La nouvelle revue du travail [En ligne], 10 | 2017, mis en ligne le 01 mai 2017, consulté le 18 octobre 2017. URL : http://nrt.revues.org/3142

Haut de page

Auteur

Sophie Bernard

IRISSO – Université Paris IX

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo La NRT est soutenue financièrement par
  • Logo CNRS INSHS
  • Logo Centre Pierre Naville - Université d'Evry
  • Logo Laboratoire Printemps (professions, institutions et temporalités)
  • Logo Centre Emile Durkheim
  • Logo Laboratoire lorrain de sciences sociales - Université de Lorraine
  • Logo IRISSO - Dauphine université Paris
  • Logo Multidisciplinaria de Estudios sobre el Trabajo (UMEST) - Universidad Autónoma de Querétaro
  • Logo La NRT est aussi reconnue et soutenue par
  • Logo HCERS
  • Logo Fondation Maison des sciences de l'homme
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org