Skip to navigation – Site map
Recensions et notes de lecture

José-Angel Calderón, Lise Demailly et Séverin Muller, Aux marges du travail, Toulouse, Octarès, 2016, 243 p.

Julien Gros

Full text

1L’ouvrage rassemble seize textes sélectionnés parmi plus de deux cents communications prononcées lors des quatorzièmes Journées internationales de sociologie du travail (JIST) de 2014 intitulées « Les marges du travail et de l’emploi ». Une introduction et une conclusion cadrent cet ensemble, lui-même organisé en quatre parties précédées chacune d’une introduction.

2L’introduction de l’ouvrage propose, en quelques pages, un exposé bienvenu sur l’usage et le sens de la catégorie de « marges » en sociologie du travail. La réflexivité dont font preuve les auteurs est particulièrement intéressante. L’analyse qu’ils font des communications entendues au congrès indique notre forte tendance à nous représenter les marges comme des espaces dominés (travailleurs subalternes, groupes à faibles ressources). Ils soulignent également le caractère potentiellement ethnocentrique de la délimitation des cœurs et des périphéries. En effet, d’après eux, ce qui définit le centre et les marges est bel bien le droit (« cadres normatifs, modes de régulation »), un état donné, situé dans l’espace et dans le temps, des dispositifs juridiques. D’où l’utilité du regard porté par les chercheurs étrangers ou du décentrement provoqué par des terrains étrangers, nombreux dans l’ouvrage. Ceux-ci nous rappellent par exemple que lorsque nous identifions comme « informels » des « marchés du travail [qui] se caractérisent […] par la forte porosité des frontières entre travail productif et reproductif », nous exportons d’une certaine manière nos catégories juridiques. Les auteurs ne l’évoquent pas, mais le regard sur l’histoire, plus ou moins lointaine, au sujet de la constitution juridique des contours du salariat et de ses marges apporte également de l’hétérogénéité dans l’histoire des normes d’emploi (Cottereau, 2002 ; Lefebvre, 2010, ou, sur des périodes plus anciennes, Bloch, 1935). Ce regard sur l’étranger leur permet par exemple de formuler une proposition stimulante, selon laquelle les formes que prend aujourd’hui la division internationale du travail font se rencontrer, parfois avec violence, différents modes de régulation, et que la définition des cœurs et des périphéries dépend des rapports de force et des hiérarchies dans la production et la distribution des richesses.

3À de nombreuses reprises, dans l’introduction, mais également tout au long de l’ouvrage, les auteurs relèvent la difficulté gigantesque qui se pose dès que l’on s’intéresse à l’évolution des marges : sont-elles réellement plus étendues qu’auparavant (le salariat s’effritant) ou sont-elles surtout mieux éclairées (on est moins focalisé qu’avant sur la figure de l’homme blanc ouvrier de la grande industrie) ? Sont-elles plus répandues dans les catégories dominées ou le chercheur tourne-t-il plus facilement vers elles son regard lorsqu’il s’agit de penser des marges ? Raisonne-t-il plus simplement en termes de marges lorsqu’il les analyse ? Les marges se caractérisent-elles par les formes de résistance qui s’y déploient ou les cherche-t-on plus ardemment dans ces configurations ? Toutes ces questions restent, et c’est à leur honneur, sans réponse tranchée de la part des auteurs. Le dispositif empirique que solliciterait en toute rigueur une telle analyse (qui croiserait probablement une enquête historique, un travail statistique et de nombreuses monographies) dépasse d’ailleurs largement l’ambition du livre. Aussi, les auteurs donnent, dans l’introduction, certains outils nous permettant de mieux comprendre l’intérêt croissant que nous portons aux marges en tant que sociologue, en particulier le rôle du matérialisme féministe dans la réflexion sur la construction des frontières (implicitement, longtemps et encore souvent équivalentes aux contours juridiques) du travail, ou sur le caractère partiel de la société salariale.

4L’entreprise de l’ouvrage est donc modeste d’un point de vue conceptuel : le lecteur est prévenu d’emblée qu’il ne s’agit pas de définir « ce que sont les “marges” ». En fait, l’ensemble des contributions a pour propos de mieux comprendre ce qui se joue aux marges en documentant, par des monographies, différentes configurations considérées par les auteurs comme, d’une manière ou d’une autre, marginales du point de vue du travail. Si le parti pris provoque inévitablement – comme souvent dans un ouvrage collectif – une impression de patchwork, le fil et les éclairages proposés sont réellement stimulants. En outre, le choix de présenter des textes courts (environ dix pages) permet d’offrir un panorama efficace de situations.

5Les deux premiers des quatre thèmes qui organisent l’ouvrage reprennent des oppositions conceptuelles majeures en sociologie du travail : visible versus invisible, puis formel versus informel. Introduite par Anne-Marie Arborio, la première partie propose de décrire des « usages de l’invisibilité et leurs effets sur la position des groupes concernés » (p. 13). Les contributions mettent par exemple l’accent sur l’articulation de la classe, de la race et du genre dans ces processus d’invisibilisation, par une analyse des employés de salons de beauté dans deux pays d’Amérique du Sud (Luz Gabriela et Arango Gaviria) ou des ouvrières et OS immigrés (Fanny Gallot et Vincent Gay). Ce dernier cas alimente d’ailleurs l’ensemble des travaux portant le projecteur sur les zones laissées dans l’ombre par l’attention très prononcée sur une partie de la classe ouvrière. La partie documente enfin des usages moins évidents de l’invisibilité (celle dont on revêt le sale boulot), parce que situés dans les catégories supérieures, comme les conseillers en management (Isabel Boni-Le Goff) et les médecins étrangers (Christelle Fifaten Hounsou).

6La deuxième partie s’attache à décrire un espace du travail à distance des cadres juridiques que l’on désigne souvent par « informel » : travail domestique, bénévolat, travail au noir. Autrement dit, il s’agit d’un ensemble regroupant le travail légalement non rémunéré et le travail illégalement rémunéré (distinction que l’on peut rapprocher des analyses de Florence Weber sur le caractère marchand ou non des échanges [Weber, 2000]). Dans l’acception de l’informalité retenue dans l’ouvrage, la référence à la loi est constante. À cet égard, on peut regretter que revienne de manière récurrente un emploi peu critique de la notion d’informel (parfois employée entre guillemets) dont les auteurs de l’introduction soulignent pourtant le côté extrêmement problématique. Peut-être que, pour les relations d’emploi, l’expression « faiblement juridicisées » proposée dans un tout autre contexte (Pelisse, 2009) permettrait mieux de mettre au cœur ce qui définit vraiment la situation (le rapport à la loi) plus que sa forme ou sa consistance, ce qui expose à un risque de misérabilisme, comme le souligne Paul Bouffartigue dans sa contribution. Néanmoins, l’ensemble des textes a un souci très prononcé à rendre compte des structures, des logiques, des rationalités des pratiques ou relations de travail considérées comme informelles. En outre, ils montrent bien que « l’existence d’un marché du travail informel est nécessaire au fonctionnement de l’économie formelle », le marché légal du travail s’appuyant, d’une certaine manière, sur des segments où la juridicisation des relations est faible et la socialisation des risques peu assurée par l’État.

7La troisième partie porte sur les formes de résistance aux pratiques de management, en particulier lorsqu’elles sollicitent directement les émotions et les subjectivités. Elle explore également les petits arrangements en marge de la légalité qui permettent aux directions et aux salariés de s’accommoder de l’intensification du travail (voir par exemple le texte de Fanny Vincent sur les 12 heures à l’hôpital). Enfin, la quatrième partie documente la diversité des statuts d’emploi qui s’écartent de la norme du salariat stable : pluriactivité dans les espaces ruraux (Hélène Tallon), auto-entrepreneuriat (Sarah Abdelnour), emplois subalternes stables mais sans perspectives de promotion (Pascal Barbier et Pauline Seiller). Cette dernière partie s’inscrit dans la lignée de réflexion sur le travail exercé de manière globalement légale aux marges du salariat (voir par exemple le numéro 5 de la Nouvelle Revue du Travail). En cela, elle offre un contrepoint utile à la partie 2 qui, elle, décrit un travail globalement illégal aux marges du travail salarié. Dans cette perspective, deux textes dialoguent particulièrement bien, sur lesquels on peut s’attarder : celui de Denis Giordano et celui de Sarah Abdelnour.

8La contribution de Denis Giordano porte sur les mécaniciens de rue en banlieue parisienne, qui réalisent des travaux de mécanique à ciel ouvert en dehors d’un cadre légal. Il affirme la volonté de dépasser catégorisations formelles et informelles (qu’il reprend néanmoins) « pour inscrire le débat sur les catégories dans le réel des situations vécues et observées », pour prendre au sérieux les catégories indigènes mobilisées pour dire les marges. Pour cela, il rend compte de l’ensemble des pratiques marchandes qui peuvent, pour partie, être comprises comme des stratégies individuelles de protection face aux aléas. En fin de compte, il propose de considérer ces travailleurs comme des entrepreneurs d’eux-mêmes (Gorz, 2001), « plutôt flexibles, réactifs, précarisés et destinés à la multi-activité » (p. 102).

9Le texte de Sarah Abdelnour nous permet de nous convaincre que ces situations de travail ne sont pas en elles-mêmes informelles au sens où elles seraient aux marges de la légalité, puisque des dispositifs juridiques font entrer certaines d’entre elles dans le périmètre de la loi. C’est le cas du régime de l’auto-entrepreneuriat. Ce dernier éclaire une intersection entre la précarité salariale et l’indépendance professionnelle, des marges fortement adossées au salariat, mais, contrairement aux formes de « travail à-côté », adossées à un salariat éclaté et précarisé. Des situations de précarité salariale sont alors converties légalement (à l’inverse des mécaniciens de rue, par exemple) en une petite indépendance sans capital et à protection sociale amoindrie. La mise en regard de ces deux contributions permet de mesurer le caractère évolutif et complexe du périmètre de la loi et de prendre pour objet, et non comme une division sociologique, la partition administrative et fiscale des situations de travail entre formelles et informelles.

10Pour finir, il paraît nécessaire de saluer la place importante donnée dans l’ouvrage aux recherches menées par des doctorants et des chercheurs précaires, ainsi que la puissance de l’enquête de terrain lorsqu’il s’agit de documenter des activités « aux marges du travail », peu visibles, peu juridicisées, illégales. À ce sujet, un prolongement pourrait être bienvenu, qui consisterait à mettre en rapport l’évolution de ces marges et l’enregistrement statistique que l’on tente d’en faire (autant les sociologues que l’État). On apprend par exemple qu’un « taux de travail non déclaré » est calculé (p. 95) : de quelle manière, à quelle fin ? Une recherche qui, comme cela a été fait sur le chômage, prendrait pour objet les catégorisations et quantifications des marges du travail (Gazier, 2016 ; Credoc, 2016) serait tout à fait utile pour participer à la description des transformations contemporaines du travail et à la mise en relation des cœurs et des périphéries. Elle permettrait de répondre à la question que les auteurs posent en ouverture et en fermeture, à savoir : les marges du travail sont-elles le nouveau cœur à partir duquel on raisonne – comme sociologue, voire, plus généralement, comme acteur social ?

Top of page

Bibliography

Bloch Marc (1935), « Le maçon médiéval : problèmes de salariat », Annales, n° 7, 216-217.

Cottereau Alain (2002), « Droit et bon droit. Un droit des ouvriers instauré, puis évincé par le droit du travail (France, xixe siècle) », Annales. Histoire, Sciences sociales, n° 57, 6, 1521-1557.

Crédoc (2016), Le Travail dissimulé en France. Résultats d’une enquête pilote auprès des ménages.

Gazier Bernard (2016), « La diversité des formes d’emploi », Rapport du Conseil national de l’information statistique.

Gorz André (2001), « La personne devient une entreprise », Revue du MAUSS, n° 18, 61-66. [En ligne] https://www.cairn.info/revue-du-mauss-2001-2-page-61.htm

Lefebvre Philippe (2010), « Subordination et “révolutions” du travail et du droit du travail (1776-2010) », Entreprises et histoire, n° 57, 4, 45-78.

Pélisse Jérôme (2009), « Judiciarisation ou juridicisation ? Usages et réappropriations du droit dans les conflits du travail », Politix, 86.

Weber Florence (1989), Le Travail à-côté : étude d’ethnographie ouvrière, Paris, INRA/EHESS.

Weber Florence (2000), « Transactions marchandes, échanges rituels, relations personnelles. Une ethnographie économique après le Grand Partage », Genèses, 41.1, p. 85–107.

Top of page

References

Electronic reference

Julien Gros, « José-Angel Calderón, Lise Demailly et Séverin Muller, Aux marges du travail, Toulouse, Octarès, 2016, 243 p. », La nouvelle revue du travail [Online], 10 | 2017, Online since 01 May 2017, connection on 24 July 2017. URL : http://nrt.revues.org/3144

Top of page

About the author

Julien Gros

By this author

Top of page

Copyright

© Tous droits réservés

Top of page
  • Logo La NRT est soutenue financièrement par
  • Logo CNRS INSHS
  • Logo Centre Pierre Naville - Université d'Evry
  • Logo Laboratoire Printemps (professions, institutions et temporalités)
  • Logo Centre Emile Durkheim
  • Logo Laboratoire lorrain de sciences sociales - Université de Lorraine
  • Logo IRISSO - Dauphine université Paris
  • Logo Multidisciplinaria de Estudios sobre el Trabajo (UMEST) - Universidad Autónoma de Querétaro
  • Logo La NRT est aussi reconnue et soutenue par
  • Logo HCERS
  • Logo Fondation Maison des sciences de l'homme
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org