Navigation – Plan du site
Recensions et notes de lecture

Patrick Cingolani, Révolutions précaires : essai sur l’avenir de l’émancipation, Paris, La Découverte, 2014 ? 164 p.

Marion Duval

Texte intégral

1Consacré à une problématique qui a pris une ampleur insoupçonnée au sortir des Trente Glorieuses, cet ouvrage de Patrick Cingolani nous invite paradoxalement à penser la précarité comme un possible ressort de l’émancipation. L’auteur souligne la polysémie du mot « précaire » dès l’introduction de son ouvrage, ainsi que sa dimension politique : « ce qui fait sa polysémie et sa polyvalence ne provient pas d’un déficit du concept, mais du fait qu’il est tout à la fois social et politique et recèle potentiellement la charge alternative de cette seconde dimension » (p. 1). Le précariat relève pour l’auteur de deux dimensions : objective et subjective. Ainsi, « il est l’expérience sociale et individuelle de leur mise en tension » (p. 14). C’est à travers le prisme de cette tension que l’auteur traite tout au long de l’ouvrage la « question précaire » en s’appuyant notamment sur les expériences individuelles des jeunes travailleurs des industries culturelles et créatives. L’ouvrage se décline en quatre chapitres dont le fil conducteur est la figure du plébéien, associée aux travaux de Jacques Rancière, qui apparaît comme une figure de résistance face à la domination engendrée par les sociétés néolibérales et le capitalisme.

2L’auteur revient, dans un premier chapitre, sur l’ambivalence du mot « précarité » à travers deux acceptions « l’une associée à la stratégie [patronale] d’assujettissement et d’exploitation du travailleur passant par la fragmentation et l’opacification des conditions de travail et de l’emploi ; l’autre associée à des pratiques et des tactiques de contournement des modes d’assujettissements et d’exploitation du travail [par les travailleurs eux-mêmes] » (p. 26). Pour l’auteur, ces acceptions antithétiques mais complémentaires du mot « précarité » émanent principalement de la sociologie du travail et des mouvements sociaux. L’auteur fait un retour historique sur les différentes formes d’exploitation ainsi que sur l’évolution des enjeux identitaires au travail dans la deuxième moitié du xxe siècle. Ce retour historique permet de souligner la reconfiguration de l’éthos populaire du travail engendrée par la massification scolaire et l’accès à l’enseignement secondaire et supérieur. Ainsi l’accès et l’allongement du temps d’étude a permis « l’épanouissement d’une multiactivité allant des loisirs récréatifs aux arts » (p. 35) et permettant la mise en place d’une « dynamique d’expériences » où « l’identité sociale » se construit par « expérimentations répétées » dans et hors travail (p. 36). Pour illustrer cela, l’auteur prend pour exemple emblématique les industries culturelles comme tout à la fois « lieu d’expérimentations majeur des pratiques néomanagériales » et « laboratoire des nouvelles figures du travailleur » (p. 45).

3Afin d’illustrer l’« autonomie » et l’« échappée hors de la subordination », Cingolani, dans le deuxième chapitre, mobilise les travaux de Jacques Rancière à partir des récits d’un « philosophe plébéien », Louis Gabriel Gauny, un ouvrier parqueteur du xixe siècle. En s’attardant ici sur le rapport de Gauny à son travail et l’ambivalence du travail à la tâche qu’il effectuait, l’auteur cherche à « approfondir ce que la figure plébéienne a à nous dire des contradictions du travail et des tensions entre émancipation et exploitation » (p. 52).

4Revenant au cas des travailleurs de l’industrie culturelle, l’auteur définit « cinq types de déplacement dans la relation de travail et au quotidien » qui caractérisent ces travailleurs qui se situent à la limite du salariat précaire et du travail indépendant. Il distingue ainsi cinq caractéristiques dans le rapport au travail qui sont autant d’options existentielles : « l’horizon d’accomplissement dans le travail », c’est-à-dire la volonté de réaliser un travail correspondant à ses aspirations ; « la relation au singulier », où le travail s’introduit dans la sphère privée ; « le rapport entre travail, connaissance et réputation », c’est-à-dire la reconnaissance par le collectif de travail et par ses pairs ; « la recherche d’intensité » liée au rythme de travail et aux délais de productions toujours plus courts ; et, enfin, « le travail gratification et la frugalité », c’est-à-dire en opposition avec un modèle consumériste. Pour Patrick Cingolani, ces caractéristiques rendent compte à la fois de la grande flexibilité et de la fréquente précarité du travail au sein des industries culturelles.

5Au début du troisième chapitre, sont mis en exergue les effets du capitalisme actuel qui configurent de façon nouvelle le travail. En effet, celui-ci participe à réduite le « caractère pyramidal des organisations » et pousse ainsi les salariés, au-delà de l’industrie culturelle, à s’auto-organiser. Ces derniers sont alors amenés à investir une certaine autonomie qui peut cependant se traduire par une forme de « marginalisation sociale » (p. 85). Cette dynamique de marginalisation prend notamment forme lorsqu’il y a « rupture avec les modèles de vies et de consommation dominants » (p. 85), par exemple lorsque des activités non rémunérées sont développées en dehors du cadre formel et dominant du travail.

6Enfin, dans le dernier chapitre, Patrick Cingolani revient sur l’ambivalence mise en avant tout au long de l’ouvrage : à savoir que si « les figures de l’autonomie […] ne sont pas une libération du travail ou du travailleur » et qu’« elles s’accompagnent de nouvelles conditions d’assujettissement et de captation du travail » (p. 119), elles peuvent néanmoins être un « ressort alternatif et adversatif » (p. 120). L’auteur nous incite d’une part, à ne pas penser l’autonomie uniquement comme « nouvelle figure d’assujettissement » (p. 120), à l’instar des sociologies contemporaines et, d’autre part, à envisager l’avènement d’une « société postindustrielle » dans laquelle des « potentialités nouvelles » émergent et permettent l’avènement d’un processus d’autoréalisation individuel et collectif des travailleurs » (p. 122). Il invite le lecteur à engager une réflexion originale sur la possible émancipation des travailleurs précaires au-delà du cadre de l’entreprise. Notamment en prenant en compte des « formes de vie nouvelles », des « manières renouvelées de faire ensemble », dont les précaires sont les témoins.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marion Duval, « Patrick Cingolani, Révolutions précaires : essai sur l’avenir de l’émancipation, Paris, La Découverte, 2014 ? 164 p. », La nouvelle revue du travail [En ligne], 10 | 2017, mis en ligne le 01 mai 2017, consulté le 23 mai 2017. URL : http://nrt.revues.org/3148 ; DOI : 10.4000/nrt.3148

Haut de page

Auteur

Marion Duval

Doctorante en sociologie, laboratoire Printemps, Université de Versailles Saint-Quentin-enYvelines

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo La NRT est soutenue financièrement par
  • Logo CNRS INSHS
  • Logo Centre Pierre Naville - Université d'Evry
  • Logo Laboratoire Printemps (professions, institutions et temporalités)
  • Logo Centre Emile Durkheim
  • Logo Laboratoire lorrain de sciences sociales - Université de Lorraine
  • Logo IRISSO - Dauphine université Paris
  • Logo Multidisciplinaria de Estudios sobre el Trabajo (UMEST) - Universidad Autónoma de Querétaro
  • Logo La NRT est aussi reconnue et soutenue par
  • Logo HCERS
  • Logo Fondation Maison des sciences de l'homme
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org