Navigation – Plan du site
Recensions et notes de lecture

M.-A. Dujarier, C. Gaudart, A. Gillet et P. Lénel (dir.), L’Activité en théories. Regards croisés sur le travail, Octarès, 2016, 256 p.

Salvatore Maugeri

Texte intégral

1Voilà assurément un ouvrage utile – qui aurait mérité d’ailleurs une fabrication plus soignée. Composé en grande partie de textes issus de communications données dans le cadre d’un colloque organisé, au Cnam, en 2014, il réunit douze contributeurs, couvrant un large spectre de disciplines des sciences humaines et sociales, et appartenant à deux générations d’auteurs. La première est connue de longue date pour ses contributions à la notion d’activité (Clot, Lhuillier, Schwartz, de Terssac, par exemple), la seconde composée de nouveaux venus dans ce champ de réflexion (Bidet, Dujarier, Lénel, Vatin, entre autres). Le résultat de leurs travaux se donne à voir à travers huit chapitres au contenu robuste, encadrés par une introduction et une conclusion bien problématisées.

2On ne trahira pas l’intention des coordinateurs en disant qu’au-delà des postures ou options particulières ce livre vise à fonder en raison « le point de vue de l’activité » dans les sciences sociales s’intéressant au travail. Il répond à une interpellation adressée aux spécialistes de l’activité : « à quoi nous sert l’activité pour comprendre le travail ? » Partant, il s’agit pour les auteurs de définir la notion et d’en révéler les intérêts heuristiques du point de vue épistémologique, anthropologique, politique, éthique et pratique. Introduction et conclusion complètent la liste des questions subsidiaires adressées aux auteurs dans la préparation de leur texte. Il y est dit qu’il s’agit d’expliciter d’abord les concepts ou notions utilisées, de dévoiler les théories ou conceptions du « sujet » (ou de la subjectivité/subjectivation) sur lesquelles ils se fondent, de préciser les liens éventuels entre ces conceptions et la question de la santé (au travail), de préciser enfin les théories du pouvoir liées à leur conception de l’activité, de définir la place des rapports sociaux dans celle-ci, sans oublier de donner les précisions utiles sur les méthodes mises en œuvre dans leurs investigations, voire de clarifier l’arrière-fond épistémologique de leurs postures scientifiques.

3Il s’agit à l’évidence d’un projet ambitieux. Il se complique d’ailleurs d’une visée politique, nous disent les auteurs de la conclusion, en ce qu’en ces temps de raréfaction de l’emploi, de mutation des modes de production, de brouillage des frontières entre le professionnel et le privé, il est temps de se poser des questions sur « de nouvelles formes de définition de la valeur et de la division sociales des tâches » (p. 224). Il n’était pas question, pour autant, de parvenir à un « consensus mou » entre les auteurs. L’ouvrage vise de manière plus intéressante à donner carte blanche à chaque chercheur ou association de chercheurs pour exposer ses vues sur l’objet et ses potentialités scientifiques. Cela fait à la fois l’intérêt et la difficulté de l’ouvrage.

4Ce livre offre au néophyte une immersion dans un courant de recherche qui semble vouloir remodeler complètement les postulats et méthodes des sciences sociales consacrées au travail. Convoquant aussi bien la philosophie, la sociologie, la psychologie, la psychosociologie, la psychodynamique, la clinique de l’activité, que l’ergonomie, l’ergologie, la linguistique, les sciences cognitives, la pragmatique ou la technologie, on comprend que ce champ de recherche n’est pas de ceux qu’on peut envisager à la légère. Cette multi/interdisciplinarité est probablement une source de difficulté pour le jeune chercheur qui comprend qu’il aura à s’acquitter d’un coût d’entrée élevé pour se familiariser avec cette galaxie en formation dans les sciences de l’homme et de la société. Il en éprouvera peut-être même un peu d’agacement devant, parfois, une érudition encombrante. Il faut souligner cependant la concision de l’introduction et la rigueur didactique de la conclusion qui aideront le lecteur à mieux cerner le sujet et s’approprier la richesse des textes. De la même façon, il y a lieu de saluer la clarté et la force de conviction de nombreux chapitres, plusieurs se pliant à l’exercice d’anamnèse qu’impose le retour réflexif sur l’« entrée en activité » de leur(s) auteur(s) ou précisant l’histoire critique du terme et la généalogie des travaux qui lui ont été consacrés.

5Il n’est évidemment pas possible dans le cadre de cette recension de rendre compte dans le détail de chacun d’eux. Il est tout aussi malaisé de prétendre en donner une vue exhaustive. Nous nous bornerons à envisager certains aspects mis au programme des discussions par les coordinateurs et qui nous ont paru les plus discutables.

6Malgré l’affirmation répétée au fil des chapitres d’une grande polysémie du terme activité, il apparaît qu’un rapprochement peut être effectué entre les contributions quant à la définition de la notion. Issue des constats initiaux de l’ergonomie et de la psychologie à propos de l’écart existant entre la « tâche » (ou « travail prescrit ») et le « travail réel », la notion d’activité désigne le moment de la subjectivation, de l’appropriation par le salarié de la tâche qui lui est confiée dans l’accomplissement de son travail, malgré les obstacles que lui opposent la matière, les conditions de travail ou les lacunes dans les instructions qui lui sont données. L’activité, c’est ce continent « intime », « secret », « mystérieux et invisible », tapi au cœur de l’être, qui fait que le travail n’est jamais pure exécution, et qu’une participation active de l’individu, au niveau physique comme psychique, est nécessaire, obligatoire, incontournable et bénéfique pour que la tâche soit accomplie. C’est dire qu’aucun individu n’est un robot déroulant mécaniquement un programme préétabli, ou, comme l’affirment plusieurs auteurs, que l’opérateur contribue toujours – aussi modestement soit-il – à l’organisation du travail.

7Une telle affirmation fait aujourd’hui l’unanimité dans les analyses du travail et son rappel pour être salutaire ne peut constituer un véritable apport aux interrogations situées aux sources de l’ouvrage. Ce sont donc d’autres dimensions de celui-ci qui en constituent l’intérêt et, peut-être, les limites.

8À poursuivre sa découverte, le lecteur comprend que, dans son acception extensive, l’activité est tout simplement conçue comme la capacité de l’être humain de penser, de pré-ordonner son action et d’interagir avec son environnement pour se jouer des résistances que dressent la matière et les conditions de vie dans l’accomplissement de ses plans. Dans le même temps qu’il produit, l’homme se produit également, s’enrichit et enrichit de sens nouveau son environnement. L’activité rendrait compte ainsi de la dialectique permanente liant la production matérielle des moyens de la vie humaine en même temps que celle de la subjectivité du travailleur, et ceci par la médiation des autres (le collectif) et des techniques – plusieurs auteurs soulignent la centralité de cette triade existentielle dans l’approche de l’activité. Avec cette notion, il s’agit d’attirer l’attention sur la dynamique de la reproduction de l’homme dans son rapport à la matière, aux techniques et aux autres, dans une production inséparablement matérielle, sociale et normative. L’activité ne se borne pas en effet à faire, à produire des biens ou des services, mais également des règles collectives, des normes, en relation avec des valeurs, dans une interaction sociale constante qui, sous la contrainte technique, réinvente sans cesse l’environnement de travail. Schwartz parle, par exemple, de « renormalisation » permanente. Certains auteurs en viennent ainsi à emphatiser l’acte créateur qui est au principe de l’action de tout individu au travail, saluant l’irrépressible capacité humaine de réinventer sans cesse le monde dans lequel on vit. « C’est que l’activité désigne toute action humaine », est-il écrit (p. 237), « et plus précisément, une manière pour le sujet “de s’affranchir des dépendances et de la règle, de démonter des vérités du moment, de mettre à l’épreuve ce qui se prétend institué” ».

  • 1 « L’activité [se déploie] dans tous les domaines de vie et non seulement dans le cadre institué du (...)

9Avec l’activité, on frise ainsi le concept omnicompréhensif, désignant simplement l’humaine capacité d’adaptation face aux aléas de l’existence dans toutes situations où l’individu est en demeure d’agir, en produisant à la fois les marchandises, les services et les techniques dont il a besoin, mais aussi les dispositions personnelles qui lui sont utiles, en même temps que les normes d’action qu’il négocie avec son environnement social, dans un affrontement à la fois normatif et axiologique. L’activité, dira-t-on, c’est le « sens proprement anthropologique du vivre » (Schwartz, p. 180)1.

10En soit, une telle conception de l’action – et de la vie sociale – ne souffre pas de contestation de principe sauf à remettre en cause une certaine idée de l’homme comme « animal social inventif » produisant l’environnement utile à sa survie à l’aide de ses ressources anthropologiques, des autres et des techniques qu’il se donne, dans une confrontation polémique autour des normes de l’action, ordonnées par les valeurs portées par chaque participant au débat. On comprend aussi que la définition qui se dégage ici de l’être humain ne peut être que celle d’un individu anthropologiquement, historiquement, socialement conditionné, porteur à ce titre d’une intériorité psychique, normative et axiologique composite, croisant une extériorité sociale tout aussi confuse et dont la rencontre produit, de confrontation en confrontation, une double évolution : celle du monde extérieur, celle de l’intériorité du sujet. On devine la difficulté qu’il y a à cerner un tel processus et la nécessaire convocation de la quasi-totalité des sciences humaines et sociales pour en réaliser l’analyse. Étudier l’activité, c’est se donner le projet de comprendre l’homme dans son action sur le monde extérieur et sur lui-même.

  • 2 Cette affirmation ne me semble pas devoir être remise en cause dans ses conclusions par les précisi (...)

11Le problème vis-à-vis des ambitions de l’ouvrage vient cependant de ce que vouloir discuter de l’activité nous oblige toujours à préciser de quelle activité on parle – autrement dit, de sortir des généralités. Le terme n’est utile pour l’analyse scientifique qu’à la condition qu’il soit suivi d’un prédicat. On peut parler d’activité ludique ou d’activité sexuelle, par exemple, comme on parlera d’activité de travail – ce qui n’est pas la même chose. Dans ce dernier cas, le recours à la notion d’activité ne clarifie en rien les imperfections sémantiques du terme travail, qui – rappelle opportunément M.-A. Dujarier – désigne, selon la convention adoptée, aussi bien un emploi, autrement dit une tâche réalisée en vue d’un revenu, qu’une tâche domestique ou bénévole, soit un travail réalisé sans rétribution pécuniaire. En somme, répondre à la question de savoir « à quoi nous sert l’activité pour comprendre le travail » suppose encore de spécifier de quel travail l’on parle. Or, il est loisible d’affirmer qu’un travail domestique accompli par un père de famille quand il repeint ses volets ou une mère de famille quand elle repasse son linge ou inversement, n’a pas grand-chose à voir avec un travail que l’on accomplit dans le cadre d’une organisation hiérarchisée régie par le contrat salarial, plaçant le salarié sous la subordination de son employeur, au sein d’un environnement saturé de technologies et dominé par des dispositifs de gestion orientés vers la production de valeur pour l’actionnaire2. Ce disant, on indique que ce même travail salarié, exécuté pour le compte d’un artisan dans le secteur des services (par exemple, la peinture ou la maçonnerie), se distingue du travail domestique ou du travail à la chaîne par une multitude de caractéristiques. On en arrive ainsi à la conclusion que les propositions universalistes accolées à la notion d’activité (comme humaines capacités de transformer l’environnement tout en produisant les règles de son activité en se jouant des difficultés de la tâche grâce à la libération des capacités anthropologiques d’invention des êtres humains) ne peuvent être validées dans toutes les situations de travail, sauf à jouer sur les mots et donner de la liberté une acception triviale. Une définition extensive de l’inventivité au travail – en particulier quand elle touche à la « renormalisation » – n’est assurément pas valide dans toutes les situations de travail et on voit par là que le concept d’activité n’est peut-être pas tellement utile pour « penser le travail » si l’on ne sort pas des généralités, car soit on évoque une compétence humaine applicable à toute situation existentielle et qui s’exerce alors dans des limites variables selon les contextes et les tâches ; soit on parle d’activité de travail, et il faut spécifier alors de quel « travail » l’on parle, car il semble peu contestable que les rapports sociaux de production, les liens de subordination déterminent fermement le degré de liberté que peut engager un individu dans l’accomplissement de sa tâche.

12Malgré ces limites, la notion d’activité est mobilisée par certains chercheurs – parfois aussi consultants – en vue d’une reconception du « travail » dans un sens plus favorable à l’inventivité humaine – inventivité qui ne serait pas, par nature, antithétique avec la productivité, dans la mesure où elle préserverait la santé et permettrait une résolution collective des problèmes du travail en se fiant aux capacités résolutives des opérateurs eux-mêmes. On voit ainsi s’ouvrir autour de l’activité un autre chantier, plus intéressant, peut-être, du point de vue pratique, celui d’une possible reconfiguration des rapports sociaux de production, d’une remise en cause de la division verticale des tâches, d’une collaboration capital-travail, à la manière d’un Taylor convaincu d’un dépassement possible des conflits de classe grâce à l’OST. Voici en somme pointer la question du pouvoir et de la domination au travail.

13C’est à propos de ces questions que la déception accompagnant la lecture de ce livre savant est la plus grande. Y. Clot, par exemple, affirme que la révélation des sous-jacents de l’activité (l’inventivité multidimensionnelle de l’homme) est en mesure de constituer un objet de discussion collectif et un « vivier d’énergie » pour un « conflit enrichi », comme il l’écrit, en vue d’un aménagement des conditions de travail au profit d’un « travail bien fait », y compris, imagine-t-on, dans les univers hypertrophiés et hyper-rationalisés de certaines grandes firmes. De même, F. Vatin et A. Bidet – défendant l’idée, comme plusieurs auteurs, qu’il existe de l’invention même dans les situations les plus aliénées – attendent des discussions autour de ce qu’ils appellent le « vrai boulot » qu’elles puissent conduire un jour à une redéfinition de l’activité de travail dans un dialogue démocratique avec la tribu des managers généreusement appointés par les actionnaires. On dira de telles attentes qu’elles pêchent au minimum par naïveté : si le travail marchand, le travail salarié, en particulier, visait le bien-être des travailleurs et la concorde sociale nul doute que depuis les débuts de l’industrialisation, il se serait trouvé déjà mille façons de contribuer à l’épanouissement du travailleur dans une société pacifiée. Il semble que les défenseurs de l’activité aient oublié la véritable vocation du travail dans le capitalisme : la valorisation du capital et en aucun cas la satisfaction des besoins humains, encore moins l’accomplissement des désirs du travailleur – on le sait au moins depuis Marx. Marteler de façon hypnotique qu’il n’existe pas de travail, aussi mécanisé et aliéné soit-il, sans « appropriation » par le travailleur ne changera rien à la barbarie des temps, emportés par la fièvre gestionnaire, qui cherche dans bien des cas à transformer l’homme en engrenage mécanique de la reproduction capitaliste – au mépris des capacités inventives de celui-ci. La dégradation des conditions de santé avec l’augmentation de la précarité, de la pauvreté et de l’exclusion, est le résultat implacable de ces visées managériales. Or, il semble que ces plaies sociales soient devenues aujourd’hui des objets d’attention collective purement incantatoires. L’omniprésence dans la littérature sociologique des thèmes de la souffrance au travail et des nouvelles pathologies du travail (avec les RPS, le burn-out ou les suicides au/du ou à cause du travail, par exemple), dans un contexte où l’enrichissement des plus riches ne connaît aucune pause tandis que le chômage ou le sous-emploi touche un nombre toujours plus grand d’entre nous, semble montrer qu’obtenir des employeurs des multinationales et de leurs représentants un effort en faveur de l’activité de travail et des travailleurs soit condamné à la déception. Il peut exister certaines entreprises aux dimensions plus réduites, gouvernées par des hommes et des femmes proches de leurs troupes et animées d’intentions humanistes. Dans ces entreprises, une réflexion autour des puissances et mérites productifs et sanitaires de l’activité peut s’envisager ; des entreprises où, comme l’écrit Clot (p. 54) « vivre au travail c’est donc pouvoir y développer son activité […] en affectant l’organisation du travail par son initiative » ; des entreprises, en somme, où la créativité humaine est encouragée, promue et valorisée. Il s’agit de situations organisationnelles exaltantes, assurément, qui sont cependant limitées par la pression systémique qu’organise le capital sur le travail et les travailleurs. Car, rappelle Dejours, un des rares auteurs à ne pas entretenir trop d’illusions sur la portée politique de l’activité, « le travail ne saurait être réduit à l’activité » (p. 86), « l’organisation du travail mobilise toujours une méthodologie rigoureuse de la domination. De sorte que si l’activité repose sur le génie de l’intelligence, la liberté de la volonté que cette dernière implique est, de façon rigoureuse, soumise à des limitations qui prennent bientôt la forme d’un carcan » (p. 87).

14Pour que l’homme devienne le sujet central des préoccupations du management, pour que l’initiative humaine soit libérée, dans le sens plein du terme, et non pas seulement de façon « microscopique » ou « infinitésimale », comme le concède Schwartz, ce sont les règles de l’économie qu’il faut changer, en même temps que les principes de gouvernance des entreprises. Et il faut les changer en faveur d’un management démocratique au service d’une autre visée que l’accumulation – ce serait, en somme, une révolution. On comprend du même coup que les aspirations d’A. Borzeix, par exemple, d’obtenir grâce à l’activité une remise en question des privilèges méthodologiques accordés par la sociologie au rapport salarial ou aux rapports sociaux dans les recherches sur le travail (p. 46), se paierait assurément d’un total renoncement à changer quoi que ce soit à l’organisation des activités de travail en entreprise. La notion d’activité a le mérite de nous rappeler le génie spécifique de l’être humain : son inventivité. Quoi qu'elle n’en soit pas elle-même dépourvue, cette notion ne nous met pas pour autant à la portée d’un changement social profond dans les règles économiques et la gouvernance entrepreneuriale – quoi qu’elle en ait. Pour cela, il faut sans doute se tourner vers d’autres ressources, celles d’une mobilisation sociale mondiale en faveur d’un changement de normes dans la gestion des actifs naturels, matériels et des êtres humains. Une telle mobilisation n’interviendra qu’à la condition que – si les mots ont bien la dimension performative qu’on leur prête – les chercheurs eux-mêmes, aux côtés de toutes les forces sociales contestatrices, en affirment la nécessité.

Haut de page

Notes

1 « L’activité [se déploie] dans tous les domaines de vie et non seulement dans le cadre institué du travail » (D. Lhuillier, p. 146) ; [ce qui précède est] « une première manière de circonscrire l’activité comme dynamisme même de la vie humaine » (Schwartz, p. 163) ; etc.

2 Cette affirmation ne me semble pas devoir être remise en cause dans ses conclusions par les précisions apportées par A. Suppiot dans sa synthèse de son rapport pour la commission européenne (Au-delà de l’emploi. https://jeanzin.fr/ecorevo/politic/revenus/supiot99.htm). Il y précise ainsi : « Le droit social ne peut plus rejeter dans l’ombre les formes non marchandes du travail. Cependant, la notion d’activité a été écartée par le groupe, en raison de son indétermination. Le travail se distingue de l’activité en ce qu’il répond à une obligation, volontairement souscrite ou légalement imposée, souscrite à titre onéreux ou gratuit, attachée à un statut ou à un contrat. Le travail s’inscrit toujours dans un lien de droit. » Les notions « d’obligation » (fut-elle volontairement souscrite), de « contrat » et de « lien de droit » sont ainsi au cœur de la définition du travail et parler de travail dans le sens de Suppiot permet, me semble-t-il, de ne pas confondre le travail domestique avec l’emploi, quelle que soit la valeur qu’on attache au travail hors emploi.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Salvatore Maugeri, « M.-A. Dujarier, C. Gaudart, A. Gillet et P. Lénel (dir.), L’Activité en théories. Regards croisés sur le travail, Octarès, 2016, 256 p. », La nouvelle revue du travail [En ligne], 10 | 2017, mis en ligne le 03 mai 2017, consulté le 19 août 2017. URL : http://nrt.revues.org/3157

Haut de page

Auteur

Salvatore Maugeri

Vallorem, Université d’Orléans

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo La NRT est soutenue financièrement par
  • Logo CNRS INSHS
  • Logo Centre Pierre Naville - Université d'Evry
  • Logo Laboratoire Printemps (professions, institutions et temporalités)
  • Logo Centre Emile Durkheim
  • Logo Laboratoire lorrain de sciences sociales - Université de Lorraine
  • Logo IRISSO - Dauphine université Paris
  • Logo Multidisciplinaria de Estudios sobre el Trabajo (UMEST) - Universidad Autónoma de Querétaro
  • Logo La NRT est aussi reconnue et soutenue par
  • Logo HCERS
  • Logo Fondation Maison des sciences de l'homme
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org