Navigation – Plan du site
Recensions et notes de lecture

Pierre-Yves Gomez, Intelligence du travail, Desclée de Brouwer, 2016, 184 p.

Salvatore Maugeri

Texte intégral

  • 1 Salvatore Maugeri (2013), « Pierre-Yves Gomez,

1Contrairement aux ouvrages précédents du même auteur, ce livre s’adresse au grand public. Débarrassé de tout appareil critique, renvois et notes infrapaginales, il vise à développer la thèse déjà explorée dans Le Travail invisible1. Composé de vingt-et-un points, l’argumentaire de l’auteur s’organise autour de l’idée d’une relégation du travail dans les anfractuosités du social, au profit de la glorification collective d’une autre « cité », celle de la consommation. Or, la consommation est incapable de combler en nous le gouffre qu’ouvre le sentiment d’inutilité sociale que suscite le refoulement collectif du travail. Le livre affirme ainsi la valeur anthropologique et sociale indépassable du travail, comme instance de production de biens et services socialement utiles et, surtout, comme moment de la construction subjective, voire spirituelle, de l’homme. Car travailler n’est pas que produire, c’est exercer son intelligence dans un acte créateur utile qui apaise et contente l’individu.

2« J’appelle travail, écrit l’auteur p. 16, l’activité de l’être humain qui, confronté à des contraintes, produit selon un projet déterminé, quelque chose pouvant servir à d’autres ». Cette définition englobe toutes les situations de travail (rémunérées, salariées, bénévoles) et est conçue comme le « fondement de notre liberté ». C’est cependant l’utilité sociale qui confère en premier lieu sa valeur au travail. Pour que le travail libère et satisfasse, il faut pouvoir l’investir d’un sens. L’individu pour s’accomplir doit pouvoir se sentir utile, répondre à la question de savoir « à quoi il sert ? »

3Le traitement de cette question ne peut être évidemment que social : c’est dans son rapport aux autres, par le travail, par un travail socialement reconnu, que l’individu se sent utile et solidaire d’un destin collectif. À l’inverse, le sans-emploi, le chômeur, voient ce lien à la communauté des hommes brisé et ne connaissent plus que la solitude et le malheur. Il en est de même de celui, de celle dont le travail – domestique, bénévole – n’est pas jugé à l’égal du travail salarié comme producteur de valeur sociale. La valeur du travail est ainsi toujours donnée socialement et le fait est que notre société attribue indument au seul travail « professionnel » (rémunéré) une valeur sociale. C’est une vue étriquée de l’utilité sociale, selon l’auteur. Pire encore.

  • 2 Cette assertion simple semble être totalement négligée par les tenants du « paradigme de l’activité (...)

4Malgré la reconnaissance du travail rémunéré à la production de la société, celui-ci est organisé dans notre économie selon des principes qui en détruisent et les richesses intrinsèques et les vertus eudémoniques : c’est que le travail professionnel, en particulier, le travail salarié, est aliéné. Historiquement, « plus le travail salarié se développe, plus la liberté du travail décline : [le travailleur] ne définit lui-même ni le contenu ni l’utilité de son travail […]. Le sens du travail se détache du travailleur » (p. 60). L’usage fait de certaines technologies y contribue avec la priorisation des fins purement comptables de l’entreprise. Aussi, pour espérer redonner au travail ses fonctions d’épanouissement, c’est tout à la fois le management et les finalités de l’économie qu’il faut repenser. Vaste chantier – en particulier en ces temps de mondialisation et de financiarisation de l’économie, où, rappelle l’auteur, « Le sens du travail se résume à l’atteinte des objectifs comptables » (p. 66)2.

5Ce passage par les rappels de l’aliénation au et du travail, sous la pression capitaliste, est crucial, car il explique, aux yeux de l’auteur, l’évolution de notre société. Notre civilisation est marquée, nous dit Gomez, par l’essor de la « cité de la consommation ». Au principe des Trente Glorieuses, cette cité s’est élaborée, en opposition à la « cité de la production », comme seul espace d’accomplissement du désir de liberté inscrit au cœur de chaque individu. L’auteur aborde ici le noyau de sa problématique.

6L’homme occidental, l’homme de l’abondance, l’homme qui s’est voulu « maitre et possesseur de la nature » ayant brimé les potentialités libératrices inscrites dans le travail croit les avoir retrouvées dans une consommation sans borne. Fonctionnant en harmonie avec les visées accumulatrices des détenteurs de capitaux, cette « idéologie » du bonheur dans la consommation a envahi, à partir des années 1960/1970, l’espace public autant que l’espace intime de nos contemporains. La jouissance consumériste s’est donnée à voir comme le dernier espace de liberté individuelle. L’aliénation dans le travail rejoint ici l’aliénation dans la consommation et la conclusion qu’il nous faut tirer du texte est que notre monde est celui, totalitaire et insensé, d’un système produisant en masse des biens superfétatoires à destination d’un agrégat d’individus privés de tout travail digne de ce nom et confrontés au vide de leur existence. Soit l’individu est relégué dans les marges du chômage et du sous-emploi, et il enrage de n’avoir pas les moyens de consommer, soit son travail n’est considéré que comme une source de revenus dont la seule vocation est d’être dépensée dans une consommation futile, alimentant sans fin un circuit de production/consommation de biens inutiles. « Dévoré de désir, le consommateur dévore sans répit » (p. 77), il est « condamné à être une bouche, un ventre, un anus […] sous peine de crise économique » (p. 76). Le système, en somme, tourne à vide – si du moins, on excepte le profit des investisseurs.

7Il faut souligner le passage (point 12) où ce triomphe du consumérisme nourri par le néo-libéralisme est présenté par l’auteur comme en parfaite adéquation avec les théories issues du courant postmoderne, « corpus d’analyse de la société souvent subtiles et stimulantes, mais aussi verbeuses et auto-référencées » (p. 93). « La critique postmoderne pousse finalement à l’extrême la logique de la consommation en revendiquant le droit de définir les usages que l’on fait de soi-même, et de s’auto-consommer en quelque sorte […] [dans un monde où tout] peut s’acheter et se vendre, se transformer et jouir » (p. 97).

8Pour en sortir, il faut briser le sortilège de la marchandise, revenir au travail, à la puissance libératrice du travail comme seule source de satisfaction et d’apaisement existentiel dans un monde qui s’est réconcilié avec la nature. « Si l’énergie dépensée aujourd’hui par le parc de machines dans le monde l’était par des êtres humains, on estime que la terre serait peuplée de l’équivalent de 30 000 milliards de travailleurs » (p. 112). Si cette information est vraie, on entrevoit l’importance du chantier écologique qui s’impose à nous et le changement de regard qui doit être porté sur les technologies. Rompre avec la technolâtrie est, à cet égard, inévitable, qui va toujours avec la foi dans le progrès et l’oubli du travail vivant qui se trouve toujours derrière le travail mort intégré dans la machine.

9L’irréligion technologique est donc le premier pas pour sortir de la cité du consommateur. Le second consiste à rapprocher l’acte de travail de l’acte de consommation, rétablir les liens, les interdépendances et restaurer dans le consommateur l’empire du travailleur. L’auteur évoque les mille initiatives favorables à cette « économie de proximité » (en opposition à l’économie de la multitude qui nous enchaîne), qui doit remettre la cité du travailleur au centre de l’attention. De nouvelles communautés de sens voient le jour, selon l’auteur, où le travail, sous toutes ses formes, constitue le nouveau lien entre des individus qui se fréquentent et se connaissent ou, s’ils ne se côtoient pas, sont rapprochés par les technologies autour d’un projet coopératif régi par un partenariat égalitaire.

  • 3 Michel Lallement, L’Âge du faire. Hacking, travail, anarchie, Paris, Le Seuil, 2015. Recension par (...)
  • 4 Pour attester de la puissance de cette « nouvelle économie », l’auteur cite l’exemple du groupe Acc (...)

10L’auteur cite évidemment Wikipédia comme exemple de ces communautés « digitales » soudées par un objectif commun en dehors de tout rapport marchand et hiérarchisé (on songe évidemment au livre de M. Lallement recensé dans le numéro 8 de cette même revue3). On peut avoir l’impression que les technologies digitales sont vues par Gomez comme le vecteur de grandes innovations conduites par des individus voulant reprendre le contrôle de leur travail et qu’elles vont changer le monde4. Mais l’auteur est tout à fait conscient des dangers d’une monopolisation des ressources du Net par quelques plateformes agissant alors comme un « filet où s’engluent les minuscules internautes » (p. 139), alimentant contre leur gré le big data qui va les mettre en fiche. La puissance des réseaux est telle d’ailleurs qu’elle fait craindre un « exode digital », c’est-à-dire la migration de millions de salariés vers le travail indépendant réalisé chez soi à partir d’un ordinateur, ressuscitant ce travail à domicile de l’ère préindustrielle, en même temps que ses formes de rémunération à la pièce ou à la tâche. Le Net est ainsi vecteur d’une évolution ambivalente, mais l’auteur ne nous explique pas comment en favoriser les usages libérateurs plutôt qu’aliénants.

11Le point 18 est consacré à une thématique voisine : la robotisation. L’impact des robots sur l’emploi est la première question. Les experts sont divisés, qui, pour moitié, considèrent que le solde des emplois après robotisation est positif, quand pour les autres il est négatif. Gomez considère que cette question doit être croisée avec celle de la géographie des emplois. La miniaturisation et la baisse de coût des robots permettent des productions unitaires à faible coût, laissant espérer une relocalisation des activités au plus près du consommateur, favorisant l’économie de proximité espérée. Les « fablabs » et autres « ateliers collaboratifs » sont là pour indiquer les voies d’un nouveau « faire ensemble » en rupture avec la production robotisée à grande échelle, délocalisées dans les pays à bas coûts et soumise au diktat managérial. Les robots, tout comme le Net, sont donc porteurs d’une double potentialité, et c’est à l’homme de savoir se saisir de celle qui sera favorable à l’intelligence du travail.

12Dernier lieu de lutte : l’entreprise. Après des décennies de travail aliéné, de délocalisation et plan de sauvegarde de l’emploi, c’est la « débandade de l’engagement » : le travailleur se vit comme un pion sur un échiquier où il n’a rien à dire. La confiance n’est plus au rendez-vous, le travail rebute, l’ennui se répand, la loyauté s’effondre, les dispositifs se multiplient pour contrôler la bonne exécution des tâches, alimentant sans fin la désincarnation et l’inintérêt du travail. Les entreprises doivent inventer les parades appropriées pour conserver un personnel impliqué. L’auteur voit poindre, avec les années 2010, un « nouveau management », porté par les manageurs eux-mêmes, las de maintenir en vie une communauté humaine qui a perdu le sens de son effort. Il faut déglobaliser, désérialiser et redimensionner les unités de production afin de donner toute sa place à l’intelligence des travailleurs dans la résolution des problèmes du travail. Il faut appuyer ce mouvement initié par les cadres eux-mêmes. Mais comment ? L’auteur ne le dit pas. Si son diagnostic de la faillite du management est limpide et convaincant, les solutions pour en sortir sont absentes ou purement incantatoires.

13Aussi, si Gomez nous convainc quand il dit qu’il faut revenir au travail, « décider du sens de notre travail » (p. 167), on n’entrevoit pas vraiment les solutions – avant tout politiques – d’un tel revirement. L’avenir est ouvert, prétend-il. Mais est-ce si sûr ? « Seule la réappropriation du sens du travail déterminera notre futur vivre ensemble » (p. 168). Certes, mais comment faire ? « Nous avons besoin que les politiques choisissent clairement leur camp » (p. 169), écrit-il. Tout à fait d’accord, mais comment ? La page 170 livre enfin quelques précisions. Trois mesures sont préconisées : la répartition des richesses, la protection des nouveaux travailleurs indépendants et le contrôle étatique des technologies digitales et robotiques.

14Concernant le premier point, la discussion s’organise autour de l’idée d’un revenu universel, pointant l’ambigüité d’une telle mesure, réductible selon les cas à la logique de la cité du consommateur ou à celle du travailleur. La même ambiguïté est au fondement des deux autres mesures, la première pour éviter l’atomisation et la précarisation du travailleur indépendant, la seconde pour encadrer par des lois l’usage de ces nouveaux « communs » que sont les robots ou les réseaux Internet. Ce sont autant de chantiers ouverts à la controverse sur lesquels l’auteur attire notre attention comme autant de pierre de touche de la validité des projets défendus par les responsables politiques, syndicaux, associatifs, etc.

15On peut s’accorder facilement sur ces propositions, en regrettant cependant qu’elles arrivent bien tard dans l’ouvrage et offrent finalement peu de prise à la discussion en raison de leur caractère purement programmatique. Ce qu’il manque à cet ouvrage, comme à bien d’autres, est l’analyse documentée des moyens de sortir de la nasse consumériste, d’en finir avec la relégation des puissances du travail et de hâter le changement écologique dont notre planète a besoin.

16L’autre absence remarquable au terme de cette tragique peinture de notre condition « postmoderne » est la question de la financiarisation. Pour avoir écrit des ouvrages savants sur cette dimension de l’économie, Gomez est parfaitement informé des dégâts sociaux et humains de celle-ci, en particulier sur les travailleurs. Il est étrange qu’il ne dise rien de la nécessité de mettre celle-ci au pas ni des moyens qui sont à notre portée pour réaliser ce saut de qualité. Elle est pourtant centrale dans la reconquête de notre intelligence du travail.

17On dira en conclusion que ce nouveau livre de Gomez excelle à dépeindre notre triste condition de travailleur dominé par le Léviatan consumériste, mais ne nous indique pas suffisamment bien les voies qui s’offrent à nous pour en sortir. Or, son travail de recherche passé offrait largement assez de données pour traiter ces questions, du moins pour ce qui est des politiques financières mondiales.

18Néanmoins, destiné à un large public, on peut dire que cet ouvrage doit être recommandé – même au sociologue qui y voit affleurer dans un langage clair les conclusions de centaines de recherches consacrées au travail.

Haut de page

Notes

1 Salvatore Maugeri (2013), « Pierre-Yves Gomez,

Le Travail invisible. Enquête sur une disparition

, Gaël Giraud,

Illusion financière

 & Pascal Chabot,

Global burn-out

 »,

La Nouvelle Revue du Travail

, 3. [En ligne] http://nrt.revues.org/1175

2 Cette assertion simple semble être totalement négligée par les tenants du « paradigme de l’activité », voir la recension dans ce volume consacré à l’ouvrage de Dujarier et al. : L’Activité en théories.

3 Michel Lallement, L’Âge du faire. Hacking, travail, anarchie, Paris, Le Seuil, 2015. Recension par Lionel Jacquot https://nrt.revues.org/2786

4 Pour attester de la puissance de cette « nouvelle économie », l’auteur cite l’exemple du groupe Accord, première entreprise d’hôtellerie au monde avec son demi-million de locations et ses 190 000 salariés, et lui oppose le million et demi de locations d’appartements réalisés par Aribnb avec ses 3 000 salariés (p. 136).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Salvatore Maugeri, « Pierre-Yves Gomez, Intelligence du travail, Desclée de Brouwer, 2016, 184 p. », La nouvelle revue du travail [En ligne], 10 | 2017, mis en ligne le 01 mai 2017, consulté le 25 juin 2017. URL : http://nrt.revues.org/3160

Haut de page

Auteur

Salvatore Maugeri

Vallorem, Université d’Orléans

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo La NRT est soutenue financièrement par
  • Logo CNRS INSHS
  • Logo Centre Pierre Naville - Université d'Evry
  • Logo Laboratoire Printemps (professions, institutions et temporalités)
  • Logo Centre Emile Durkheim
  • Logo Laboratoire lorrain de sciences sociales - Université de Lorraine
  • Logo IRISSO - Dauphine université Paris
  • Logo Multidisciplinaria de Estudios sobre el Trabajo (UMEST) - Universidad Autónoma de Querétaro
  • Logo La NRT est aussi reconnue et soutenue par
  • Logo HCERS
  • Logo Fondation Maison des sciences de l'homme
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org