Navigation – Plan du site
Recensions et notes de lecture

Guillaume Cécile (dir.), La CFDT. Sociologie d’une conversion réformiste, Rennes, Presses universitaires de Rennes, coll. « Pour une histoire du travail », 2014, 276 p.

Marnix Dressen

Texte intégral

1Le titre du livre est explicite, il s’agit de mettre en lumière les processus par lesquels la CFDT, un des tout premiers syndicats de France par le nombre d’adhérents et par l’audience aux élections professionnelles, s’est transformé en syndicat « modéré ». Si modéré qu’il est souvent soupçonné par les organisations syndicales, en principe plus radicales, de collusion avec une partie du patronat et d’être l’interlocuteur chéri des pouvoirs publics. Deux ans après la parution de l’ouvrage, ce soupçon a été fortement conforté lors de la mobilisation sociale exceptionnelle contre la loi El Khomri, réforme du Code du travail fortement teintée de libéralisme, que la CFDT a pour l’essentiel soutenue.

2Dirigé par Cécile Guillaume, maître de conférences en sociologie du travail, l’ouvrage n’est pas un livre militant, mais un rassemblement de contributions scientifiques. Plusieurs auteurs ne cachent pas leur sympathie plus ou moins distante avec cette confédération syndicale. Le livre s’ajoute à la liste déjà longue des publications cherchant à mettre en lumière les ressorts profonds des organisations syndicales. On croit les connaître, mais on en apprend toujours en lisant les contributions de ceux qui les observent de près.

  • 1 Le sommaire détaillé de l’ouvrage est consultable ici : http://www.pur-editions.fr/couvertures/1403 (...)

3L’ouvrage regroupe les contributions de chercheurs exerçant dans quatre pays. On remarque la participation d’un chercheur québécois, d’un Luxembourgeois et d’un Belge qui joignent leur force aux chercheurs et surtout aux chercheuses exerçant en France. Si les contributions étrangères sont le fait d’hommes, sur le plan de la répartition par genre, la dominante dans l’ensemble des auteurs est nettement féminine (11 auteures sur 17, soit près de 65 %). Trois chapitres sont signés par au moins deux auteures1.

4Le livre est structuré en trois parties. La première porte sur la redéfinition des frontières de l’organisation, la seconde sur le recrutement, l’organisation et la professionnalisation et la troisième sur la production et la déclinaison du répertoire réformiste.

5Cécile Guillaume dépeint la CFDT comme une organisation ayant « fait l’objet d’un nombre conséquent d’ouvrages », sans toutefois préciser si cet intérêt a été plus grand ou moins grand que celui dont ont bénéficié la CGT et Force ouvrière. L’idée clé est que, désormais, la CFDT est tout entière d’orientation réformiste et que les deux derniers congrès n’ont guère réservé d’étonnement sur ce plan. Les oppositions internes ont été et sont réduites aux deux sens du terme. Et c’est un fait, au printemps 2016, c’est à peine si les voix dissidentes ont été audibles (quelques drapeaux de la métallurgie des Yvelines en fin de cortège à Paris), même s’il est peut-être encore trop tôt pour dénombrer les déçus qui sont partis sur la pointe des pieds.

6Cette homogénéisation de l’organisation sur une ligne réformiste, forme d’institutionnalisation, est-elle nouvelle ? La question partage les chercheurs. D’aucuns y voient un retour aux origines de la CFTC. Née en 1919, celle-ci a bénéficié de l’appui de forces sociales et économiques proches de l’encyclique de 1891, Rerum novarum (les choses nouvelles), et hostiles à la combativité et à la philosophie de la CGT. La CFDT d’aujourd’hui serait donc aux yeux de certains observateurs dans une certaine continuité historique. Pour d’autres, au contraire, il convient de pointer la rupture que manifeste l’orientation qui l’emporte désormais presque sans partage. La CFDT d’aujourd’hui n’aurait plus grand-chose à voir avec le caractère remuant qui était le sien dans les années 1960 et les années 1970. Elle était alors souvent l’une des pointes de la contestation chez les ouvriers spécialisés et les ingénieurs, comme on avait pu le voir dans des conflits du travail mémorables de la Bretagne à l’Alsace en passant par Grenoble. Elle témoignait alors d’une ouverture aux nouvelles luttes sociales.

7L’institutionnalisation de la CFDT, piège dans lequel elle s’enferme peut-être elle-même, a pris du temps. Si l’on fait remonter son assagissement au recentrage de 1978 (rapport Moreau) et qu’on observe la fin de la fuite de militants qui sont partis sur la pointe des pieds, qui ont été chassés ou en ont claqué la porte (pour fonder des syndicats SUD) ou souvent aussi pour rejoindre la CGT (surtout au moment de la « réforme » des retraites de 2003), il aura fallu près d’un quart de siècle (et non 15 ans) pour assagir durablement l’organisation. On a en effet sous les yeux une organisation syndicale bien moins hétérogène que ne l’est Force ouvrière (tiraillée entre fédérations proches du patronat et proches des lambertistes) ou la CGT (qui elle aussi peine à construire son unité, y compris au plus haut niveau).

8Comment caractériser la CFDT ? Selon C. Guillaume, il s’agit d’une organisation qui a abandonné la lutte des classes comme cœur de l’action syndicale au profit d’une activité centrée sur le syndicalisme de proposition, sur la négociation conventionnelle, sur une posture contractuelle, sur l’acceptation du marché comme principe de régulation et sur un discours teinté par l’idéologie de l’intérêt général. Il a découlé de cette réorientation une prise de distance de la CFDT avec des organisations altermondialistes et féministes. Et cela, même si la CFDT n’a pas abandonné la lutte en faveur de la parité et du droit des femmes. Elle est même à ce jour la seule confédération syndicale à avoir élu une femme comme principale dirigeante.

9Ces évolutions de fond ont été conduites par un appareil confédéral de plus en plus puissant qui se caractérise par un sens aigu de la discipline, même si, c’est évidemment une gageure de ne vouloir voir qu’une seule tête, compte tenu de la diversité des territoires et de leur histoire propre, de leur tissu socioprofessionnel spécifique, de l’hétérogénéité des branches d’activités, du caractère composite des configurations locales (autres organisations syndicales, variétés de patronats), etc.

10Cet « appareil militant puissant » est décrit comme de plus en plus technocratisé. Dotés d’un capital scolaire plus important que leurs prédécesseurs, les « fonctionnaires » de l’appareil sont de plus en plus désouvriérisés, dépolitisés, et vieillissants. Du coup, on éprouve le sentiment que l’organisation n’est plus tellement un outil de défense des salariés, mais une fin en soi. Et comme toute organisation sociale structurée par la division du travail, la confédération n’est guère épargnée par les luttes de pouvoirs et par les luttes pour les moyens, luttes jamais aussi visibles que lors de restructurations (par exemple, en cas de fusion de fédérations).

11Comme d’autres syndicalismes, la CFDT a du mal à avoir prise sur ses mandants, les salariés, et tout particulièrement dans les TPE/PME ou sur les salariés précaires et sur les femmes. La reconversion des anciens permanents est parfois difficile, car avoir été syndicaliste, même très « raisonnable », demeure un stigmate aux yeux de beaucoup d’employeurs. C’est dire le caractère progressiste d’une bonne partie du patronat de France, qui n’hésite pourtant jamais à geindre sur la dispersion syndicale et la faiblesse de ses « partenaires sociaux », mais en fait, et fondamentalement, n’aime pas les syndicats en général, souvent soupçonnés de nuire à la production de valeurs économiques.

12Cette courte note ne permet pas de faire ressortir toute la richesse d’un ouvrage qui n’a rien d’un panégyrique. Au contraire, il ne cache pas les faiblesses de la principale rivale de la CGT en vue du monopole de la légitimité syndicale. Enrichi par les contributions de certains des meilleurs spécialistes du syndicalisme de France, le livre publié dans la collection « Pour une histoire du travail » que dirige le « travailliste » (spécialiste en droit du travail) Jacques Le Goff, constitue sans doute une des plus importantes et des plus récentes contributions à la connaissance d’un syndicalisme d’accompagnement du néocapitalisme.

Haut de page

Notes

1 Le sommaire détaillé de l’ouvrage est consultable ici : http://www.pur-editions.fr/couvertures/1403527067_doc.pdf

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marnix Dressen, « Guillaume Cécile (dir.), La CFDT. Sociologie d’une conversion réformiste, Rennes, Presses universitaires de Rennes, coll. « Pour une histoire du travail », 2014, 276 p. », La nouvelle revue du travail [En ligne], 10 | 2017, mis en ligne le 01 mai 2017, consulté le 19 août 2017. URL : http://nrt.revues.org/3162 ; DOI : 10.4000/nrt.3162

Haut de page

Auteur

Marnix Dressen

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo La NRT est soutenue financièrement par
  • Logo CNRS INSHS
  • Logo Centre Pierre Naville - Université d'Evry
  • Logo Laboratoire Printemps (professions, institutions et temporalités)
  • Logo Centre Emile Durkheim
  • Logo Laboratoire lorrain de sciences sociales - Université de Lorraine
  • Logo IRISSO - Dauphine université Paris
  • Logo Multidisciplinaria de Estudios sobre el Trabajo (UMEST) - Universidad Autónoma de Querétaro
  • Logo La NRT est aussi reconnue et soutenue par
  • Logo HCERS
  • Logo Fondation Maison des sciences de l'homme
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org