Navigation – Plan du site
Recensions et notes de lecture

Ursula Holgrewe, Vassil Kirov et Monique Ramioul, Hard Work in New Jobs, The Quality of Work and Life in European Growth Sectors, Palgrave MacMillan, Londres, 2015, 304 p. (+ XVI)

François-Xavier DEVETTER

Texte intégral

1Issu d’un programme européen ambitieux (le projet Walqing), l’ouvrage Hard Work in New Jobs : the quality of work and life in European Growthsectors, coordonné par Ursula Holtgrewe, Vassil Kirov et Monique Ramioul, constitue un travail original qui questionne plusieurs dimensions essentielles du fonctionnement des marchés du travail européens. Il s’agit en effet pour les auteurs de s’intéresser à ces « emplois difficiles » ou ces « emplois pénibles » qui se maintiennent, voire se développent, dans de nombreux pays européens tant au nord qu’à l’est et au sud. Laissés dans l’ombre de la « société de la connaissance », ces emplois constituent pourtant le quotidien de millions de travailleurs. La crise économique a d’ailleurs sensiblement renforcé les tendances à la polarisation du marché du travail qui se manifestent depuis une vingtaine d’années : la croissance des emplois qualifiés s’accompagne (voir nourrit comme le montre régulièrement l’ouvrage) le développement de situations de travail pénibles, non reconnues et sous-payées. Ce constat représente un défi non négligeable pour les pays européens. Comment expliquer cette croissance dans des sociétés marquées par la démocratisation de la formation initiale et par des systèmes de protection sociale complexes ? Tel est l’un des fils rouges de cet ouvrage qui s’organise autour de quatre parties : « Croissance de l’emploi, qualité des empois et bien-être » ; « Régulation de la qualité du travail » ; « Segmentation et vulnérabilité » ; « Autonomie et liens sociaux ».

2Deux chapitres préliminaires explicitent le cadre théorique et empirique de l’analyse. Le premier vise à rappeler les conflits possibles entre logique quantitative et qualitative des politiques de l’emploi : plus d’emplois ne signifie pas de meilleurs emplois. Le second précise les difficultés des approches comparatives et les obstacles qui se dressent pour les chercheurs engagés dans des programmes multinationaux. Il souligne l’importance de croiser de multiples critères et éléments de contexte : les cadres institutionnels nationaux mais également les rôles hétérogènes des organisations productives, des formes de négociations sociales, etc., qui croisent la diversité des secteurs d’activité étudiés. En effet, plutôt que d’analyser le marché du travail comme un tout, les auteurs adoptent une démarche mésoéconomique reposant sur l’étude approfondie de secteurs spécifiques. Ils s’inscrivent ainsi dans la lignée d’autres grandes enquêtes internationales comme celle sur les travailleurs à bas salaires (Caroli & Gautié, 2009) ou sur les « bad jobs » (Carré & Tilly, 2012).

3La première partie de l’ouvrage consiste alors à justifier le choix des secteurs ou emplois concernés (chapitre 3) puis la façon dont la qualité de l’emploi est définie et évaluée (chapitre 4). La sélection des secteurs repose sur des analyses quantitatives permettant d’isoler les métiers en forte croissance. Les analyses statistiques s’appuient sur le croisement des analyses sectorielles et en termes de professions. Elles soulignent les difficultés et ambiguïtés posées par la construction des nomenclatures à l’image des intersections, mais aussi des différences fondamentales qui caractérisent la santé et le secteur social par exemple. Plus encore ce chapitre permet de souligner les dynamiques différentes selon les secteurs en termes de bureaucratisation (croissance des postes administratifs) ou d’externalisation. La croissance des qualifications et une forme de « professionnalisation » se retrouvent de manière plus générale : la plupart des services étudiés mobilisent des compétences dont la reconnaissance sociale et institutionnelle progresse. Pour autant, la difficulté de faire ressortir des tendances générales en Europe, au-delà des dynamiques nationales, demeure et rend les conclusions plus complexes.

4Le chapitre 4 s’attaque, quant à lui, à la délicate question de la mesure de la qualité des emplois. Charlotte McClelland et David Holman s’appuient sur la construction d’un indicateur, le Total Job Quality Index qu’ils élaborent à partir de l’Enquête européenne sur les conditions de travail. On retrouve ici une démarche proche de celles menées par exemple par Munoz de Bastillo (2009) ou encore autour des syndicats européens (Green & Mostapha, 2013). Cinq éléments sont mis en avant : les caractéristiques de l’emploi, les rémunérations, la sécurité et flexibilité de l’emploi, les compétences et les opportunités de formations et enfin les possibilités de représentation et d’expression. Si cette démarche se heurte aux difficultés habituelles de la construction d’un indicateur synthétique (choix des pondérations, agrégation des réponses, normalisation des poids et des scores, etc.), les auteurs parviennent à synthétiser une multitude d’informations en un score unique qui, certes, mêlent des phénomènes très différents (avec donc les limites inhérentes à ce type d’agrégation, comme l’a par exemple souligné la commission Gollac, 2011), mais permet de classer les secteurs en termes de qualité des emplois de manière assez convaincante. Surtout, la quantification ouvre la voie à de multiples comparaisons en termes de genre, d’âge, de type de contrat, etc. Le chapitre souligne alors que certains secteurs continuent à créer des emplois bien plus dégradés que dans d’autres (comme dans le transport, l’emploi domestique ou encore l’hôtellerie-restauration).

5Les chapitres suivants élargissent l’analyse en déplaçant la question de la qualité de l’emploi vers celle du bien-être subjectif (Ambra Poggi et Claudia Villosio), puis en étudiant les interactions entre bien-être matériel et qualité des emplois (chapitre 6, Ambra Poggi, Claudia Villosio et Giulia Bizotto). Ces deux contributions soulignent combien certains segments de l’emploi (secteurs ou professions) cumulent les désavantages. Les mauvaises conditions d’emplois interagissent avec un bien-être subjectif souvent médiocre (en dépit de phénomènes de « rationalisation » ou d’adaptation à la situation) et plus encore avec des privations nombreuses en termes matériels. La situation des travailleurs pauvres est ainsi illustrée de manière riche et originale. À nouveau quelques professions apparaissent comme fortement désavantagées : travailleurs agricoles, salariés des services élémentaires (services domestiques, nettoyage, serveurs, etc.).

6La seconde partie regroupe trois chapitres portant sur les régulations possibles de la qualité des emplois. Les rôles de trois acteurs sont successivement étudiés : les partenaires sociaux engagés dans les négociations collectives (chapitre 7, Steffen Lehndorf), les parties prenantes de la relation de service notamment dans le cas du nettoyage (chapitre 8, Vassil Kirov) et enfin les pouvoirs publics, spécifiquement lorsque certains services sont externalisés (chapitre 9, Karen Jaehrling, Hanne Finnestrand, Vassil Kirov et Hans Torvatn). Ces contributions, très riches théoriquement et appuyées sur des travaux empiriques conséquents, mettent en exergue la complexité et l’hétérogénéité des formes de relations de service qui s’organisent autour d’emplois peu qualifiés comme ceux de la propreté. Loin de n’être inscrits que dans des relations d’emplois bilatérales, les salariés sont ainsi au cœur de conflits et négociations qui font intervenir une pluralité de parties prenantes. La figure du client (qu’il soit privé ou qu’il relève de la sphère publique) apparaît ainsi centrale et, si les auteurs restent souvent sur une vision un peu englobante de la figure « d’un client » (qui en réalité se décompose lui-même en plusieurs acteurs : le bénéficiaire, le donneur d’ordre, les usagers des locaux concernés, etc.), ils apportent une importante contribution à l’analyse du rôle que ces parties prenantes peuvent jouer dans la détermination de la qualité de l’emploi.

7La troisième partie, intitulée « Segmentation et vulnérabilité », s’intéresse à des populations particulières occupant des positions fragiles sur le marché du travail, à l’image des immigrés ou des femmes peu qualifiées. Le chapitre 10 (Ekaterina Markova, Karin Sardavar, Ambra Poggi et Claudia Villosio) examine le paradoxe, pour ces populations, de la coexistence de conditions d’emplois dégradés (et notamment de faibles rémunérations) et d’une satisfaction déclarée relativement élevée. Le poids des opportunités d’emplois perçues et le rôle des trajectoires dans les processus de rationalisation des déclarations en termes de satisfaction sont ici largement illustrés. Le chapitre suivant (chapitre 11, Pernille Hohnen, Jolanta Kuznecoviene, Charlotte McClelland et David Holman) approfondie l’étude des parcours individuels et met à nouveau en exergue la façon dont les travailleurs des secteurs comme le nettoyage, l’aide à domicile ou la collecte des ordures ménagères, cherchent à présenter (et se représenter) leurs emplois sous un angle positif dans le présent, refusant en revanche de s’inscrire dans des perspectives de carrières… dont ils sont largement privés. Les chapitres 12 (Alberto Recio, Sara Moreno- Colom et Alejandro Godino) et 13 (Karin Sardavar, Angelika Kümmerling et Darina Peycheva) se focalisent sur les enjeux en termes de genre. Les inégalités en termes de temps de travail, mais également en matière de répartition des tâches professionnelles sont ainsi mises en évidence et illustrées dans le cas des secteurs du nettoyage, de l’aide à domicile et de la collecte des déchets.

8Enfin, une quatrième partie conclut l’ouvrage autour de deux contributions complémentaires. La première (chapitre 14, Ole Sorensen, Monique Ramioul et Rasa Naujaniene) questionne la place de l’autonomie dans les emplois non qualifiés tandis que la seconde (chapitre 15, Ursula Holtgrewe et Pernille Hohnen) élargit la réflexion en analysant les mécanismes d’intégration sociale que peuvent mobiliser les salariés travaillant dans ces emplois pénibles et peu reconnus.

9L’ensemble de ces contributions constitue un travail très riche et cohérent. Contrairement à bien des ouvrages collectifs, ce livre réussit à donner un fil directeur à la réflexion et à dresser, par touches successives, un portait de ces emplois pénibles qui cumulent de nombreux désavantages. Deux ensembles de réflexions peuvent, notamment, s’appuyer sur et prolonger cette recherche. La première concerne la place sociale de ces emplois et la signification de leur croissance. La seconde, plus pragmatique, renvoie aux stratégies envisageables pour améliorer la qualité de ces emplois.

10Les travaux présentés dans cet ouvrage convergent en effet pour souligner le cumul de dimensions négatives qui touchent certains emplois dans des services pourtant en nette croissance : peu payés, pénibles, sans reconnaissance, sans perspectives d’évolution… La question de la compatibilité de la régulation sociale de ces professions avec les principes d’une société juste et démocratique est indirectement posée. Qu’on envisage les critères de la « redistribution » ou de la « reconnaissance » (Fraser, 2005), ces emplois semblent cantonner les personnes qui les occupent à des positions sociales très dégradées. Plus encore, le fait que cette situation négative sur le marché du travail se propage à d’autres sphères de la vie sociale parait là aussi contraire aux principes de justice au sens de Michael Walzer (1997), par exemple. Or, une part non négligeable de ces emplois fait l’objet de politiques publiques en faveur de leur développement. En France comme dans d’autres pays européens, les services à la personne ou encore l’hôtellerie-restauration et plus généralement les emplois non qualifiés sont subventionnés via des mécanismes de défiscalisation ou d’allègement de cotisations sociales. À de rares exceptions près, ces aides adressées aux clients ou aux employeurs ne sont pas assorties de conditions en termes de qualité des emplois. La situation caricaturale est celle des services domestiques en France qui bénéficient de plusieurs milliards d’euros d’aides (Devetter & Horn, 2011), alors même que plus de la moitié des salariés des particuliers employeurs (hors assistantes maternelles) relèvent des travailleurs pauvres (Bricout et Iraci). Le modèle social qui en découle, reposant finalement sur un possible « ruissellement » des riches vers les pauvres, est largement remis en cause.

11Cette limite questionne finalement les marges de manœuvre dont disposent les pays européens pour améliorer effectivement la qualité de ces emplois. Mais l’ouvrage de Ursula Hotlgrewe, Vassil Kirov et Monique Ramioul évoquent de multiples pistes et soulignent le rôle des différentes parties prenantes : État et partenaires sociaux, bien sûr, mais également les clients et les financeurs de ces services, souvent à forte dimension relationnelle. L’insertion de leur recherche dans une volonté de dialogue avec les acteurs concernés est par ailleurs un autre point original important de l’ouvrage, assumant une dimension normative et de conseil aux politiques publiques et aux acteurs engagés dans la régulation de ces emplois. La nécessité d’une plus forte régulation de certaines situations de travail est ainsi régulièrement soulignée.

12Cependant, la signification et l’utilité sociale de ces emplois mérite des investigations supplémentaires : largement liés aux inégalités de revenu (voire de statut – Devetter, 2015) de nombreux services connaissent un renouveau après avoir été jugés quasiment « obsolètes » dans les années 1970 (Coser, 1973). La possibilité de les produire dans des conditions décentes – en termes de qualité des emplois concernés – demeure problématique, leur existence même étant dépendante du consentement à payer exprimé par les bénéficiaires. Ce n’est finalement pas seulement l’organisation du système de l’emploi qui est questionné par cet ouvrage, mais, plus fondamentalement, les formes globales de la division du travail dans nos sociétés avancées.

Haut de page

Bibliographie

Caroli E. et Gautié J. (2009). Bas Salaires et qualité de l’emploi : l’exception française ?, Paris, Éditions Rue d’Ulm, Collection du CEPREMAP.

Carré F. et C. tilly (2012), « A Framework for International Comparative Analysis of the Determinants of Job Quality », dans Chris Warhurst, Françoise Carré, Patricia Findlay et Chris Tilly, Are Bad Jobs Inevitable?: Trends, Determinants and Responses to Job Quality in the Twenty-First Century, Londres, Ed. Palgrave.

Coser, LA (1973) « Servants: The Obsolescence of an Occupational Role », Social Forces, 52, 3, September.

Devetter, François-Xavier (2015), « Can Public Policies Bring about the Democratization of the Outsourcing of Household Tasks? », Review of Radical Political Economics, 48, 3, 363-395.

Fraser N. (2005), Qu’est-ce que la justice sociale ? Reconnaissance et redistribution, Paris, La Découverte, coll. « Textes à l’Appui/Politiques et sociétés ».

Gollac M. et M. Bodier (2011), Mesurer les facteurs psychosociaux de risque au travail pour les maîtriser, Rapport du collège d’expertise sur le suivi des risques psychosociaux au travail, faisant suite à la demande du ministre du Travail, de l’Emploi et de la Santé.

Green F., Mostafa T., Parent-Thirion A., Vermeylen G., van Houten G., Biletta I. et M. Lyly-Yrjanainen (2013), « Is Job Quality Becoming More Unequal? » Industrial & Labor Relations Review, 66, 753-784.

Muñoz de Bustillo R., Fernandez-Macias E., Anton J. I. et F. Esteve (2009), Indicators of Job Quality in the European Union, Brussels, Employment and Social Affairs, European Parliament.

Walzer M. (1997), Sphères de justice, Paris, Le Seuil.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

François-Xavier DEVETTER, « Ursula Holgrewe, Vassil Kirov et Monique Ramioul, Hard Work in New Jobs, The Quality of Work and Life in European Growth Sectors, Palgrave MacMillan, Londres, 2015, 304 p. (+ XVI) », La nouvelle revue du travail [En ligne], 10 | 2017, mis en ligne le 02 mai 2017, consulté le 18 octobre 2017. URL : http://nrt.revues.org/3164

Haut de page

Auteur

François-Xavier DEVETTER

MCF-HDR en Sciences économiques, Clersé

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo La NRT est soutenue financièrement par
  • Logo CNRS INSHS
  • Logo Centre Pierre Naville - Université d'Evry
  • Logo Laboratoire Printemps (professions, institutions et temporalités)
  • Logo Centre Emile Durkheim
  • Logo Laboratoire lorrain de sciences sociales - Université de Lorraine
  • Logo IRISSO - Dauphine université Paris
  • Logo Multidisciplinaria de Estudios sobre el Trabajo (UMEST) - Universidad Autónoma de Querétaro
  • Logo La NRT est aussi reconnue et soutenue par
  • Logo HCERS
  • Logo Fondation Maison des sciences de l'homme
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org