Skip to navigation – Site map
Recensions et notes de lecture

Camille Dupuy, Journalistes, des salariés comme les autres ? Représenter, participer, mobiliser, Rennes, Presses universitaires de Rennes, coll. « Res Publica », 2016, 197 p.

Antoine Machut

Full text

  • 1 Pour des illustrations de ce type de travail : Charon (1997), Devillard (2002), Leteinturier-Lapris (...)
  • 2 On pourra se reporter ici au texte inaugural de Pierre Bourdieu (1996), puis à Philippe Riutort (20 (...)
  • 3 Traduit et commenté par Gilles Bastin (2001).
  • 4 Le journalisme serait en cela une « profession à pratiques prudentielles », dans le sens que lui as (...)

1Le secteur de la presse est en crise. C’est là un diagnostic rebattu qui s’appuie notamment sur les difficultés économiques persistantes des entreprises de presse, les licenciements collectifs dans des journaux de référence (comme au Monde en 2008 et 2009, à Libération en 2014 et 2015, etc.) et la cessation de plusieurs publications (entre autres France-Soir en 2011, l’édition papier de La Tribune en 2012). Au-delà du constat, comment les travaux de sociologie du journalisme rendent-ils compte du phénomène ? Selon les traditions théoriques, on peut dégager deux types d’explication. Le premier porte sur les changements morphologiques et l’évolution des frontières du « groupe professionnel » des journalistes, et insiste particulièrement sur la précarisation des conditions d’emploi et les tentatives d’adaptation des rédactions à l’essor des supports d’information numériques1. Le second, d’inspiration bourdieusienne, introduit la question des rapports entre journalisme et économie en termes de « champs », et montre l’influence croissante des logiques habituellement à l’œuvre dans le champ économique sur la production journalistique2. Camille Dupuy estime que toutes ces problématisations ont en commun de mettre l’accent sur la dimension singulière du groupe des journalistes, qui tirerait sa spécificité soit du « flou » de ses frontières, soit de sa grande hétéronomie. Dans cet ouvrage issu de sa thèse doctorat en sociologie, elle saisit l’occasion de ce contexte de « crise » pour faire l’hypothèse que les journalistes sont, au contraire, des « salariés comme les autres » ou presque. Ce postulat met explicitement à l’écart le lien rhétoriquement constitué entre la presse et le système démocratique, pour prendre acte du lien historiquement et réellement constitué entre le développement de la presse et celui du capitalisme. Dans la veine du projet inabouti d’enquête sur la presse élaboré par Max Weber en 19103, « le journalisme constitue alors une activité économique capitaliste, c’est-à-dire exercée en toute rationalité et orientée vers le profit » (p. 11). Par conséquent, les journalistes « sont envisagés à partir de leur position de salariés dans une entreprise capitaliste d’un secteur économique en crise soumis à des impératifs de gestion et de rentabilité » (p. 179). Il s’agit donc d’observer des salariés qui revendiquent une autonomie d’exercice dans leur entreprise, c’est-à-dire qui demandent à avoir prise sur la production et la définition de l’information, fruit de leur travail collectif4. La problématique de recherche porte alors sur la tension entre cette revendication et la subordination de la plupart des journalistes à leur employeur dans une relation salariale. Deux parties principales du traitement de cette question peuvent être dégagées de l’ouvrage. Dans un premier temps, l’ambiguïté est d’abord questionnée historiquement, en retraçant la construction de la catégorie professionnelle des journalistes. L’auteure montre que l’inscription juridique durable du journalisme dans le salariat a conduit à la création d’instances collectives diverses qui entendent représenter, coordonner et défendre l’autonomie des journalistes au niveau de la branche de métier et de l’entreprise (chapitres 1 à 3). Les analyses de cette partie reposent sur des entretiens conduits avec des acteurs des syndicats et associations professionnelles, le dépouillement de bulletins syndicaux et une observation participante des réunions mensuelles de l’association de préfiguration d’un conseil de presse (APCP dans la suite de ce texte). Dans un second temps, la quête d’autonomie est observée en pratique, alors qu’elle a été menacée à l’occasion de projets de restructurations conduits dans trois entreprises de presse : l’Agence France Presse (AFP, chapitre 4), Le Monde (chapitre 5) et Le Monde interactif (chapitre 6).

  • 5 Cette définition est celle en vigueur aujourd’hui, qui correspond à peu de chose près à celle de la (...)

2Le point central de la première partie est de rappeler que l’inscription des journalistes dans le salariat est l’aboutissement de la lente conquête d’un statut professionnel légal, obtenu en 1935 par les syndicats du métier et inscrit dans le Code du travail. Contradictoire avec la revendication d’autonomie professionnelle, il est en revanche matériellement plus protecteur. Est aujourd’hui légalement reconnu journaliste professionnel – et peut en conséquence prétendre à la carte de presse –, tout individu qui exerce une activité » principale, régulière et rétribuée » dans une ou plusieurs entreprises de presse5. Ce statut ne diffère donc de celui des autres salariés que de degré, non de nature. Il est malgré tout assorti de dérogations destinées à garantir une autonomie morale : la « clause de conscience » et la « clause de cession » permettent au journaliste de rompre le contrat qui le lie avec son employeur en touchant des indemnités dans les cas, respectivement, de changement de propriétaire de l’entreprise de presse, ou d’évolution significative de la ligne éditoriale du journal. En étudiant finement les pratiques d’attribution de la commission de la carte d’identité des journalistes professionnels (CCIJP), chargée d’étudier les dossiers de candidature à l’obtention de ladite carte, Camille Dupuy montre que le salariat est souvent réputé être « la meilleure protection contre les pressions » (p. 33). Aujourd’hui, il n’est par exemple pas possible d’obtenir la carte de presse avec un statut d’autoentrepreneur, jugé trop précaire.

3Cet ancrage historique du « territoire du journalisme » (Ruellan, 1997, cité p. 38) dans le salariat a eu des effets durables sur l’organisation du « système de relations professionnelles » des journalistes. Une division du travail s’est progressivement établie entre les diverses instances qui entendent représenter les journalistes collectivement, les unes centrées sur les enjeux de conditions salariales d’exercice du métier (typiquement, les syndicats), les autres ciblant les enjeux professionnels et déontologiques. Les syndicats professionnels, actifs dans la défense des intérêts des salariés sur des thèmes classiques (revenus minimums, formation, etc.), peinent en revanche à inscrire dans les accords de branche des dispositions relatives à l’encadrement déontologique des pratiques. Le syndicat national des journalistes (SNJ), le plus important en termes d’audience et d’ancienneté, se montre certes offensif dans la régulation morale du métier, mais au prix de « glissements corporatistes, en s’instituant comme le défenseur des journalistes, considérés comme l’âme des entreprises, quitte à exclure les autres professionnels de la presse » (p. 57). Ce glissement est au principe de la dépréciation de l’organisation syndicale par l’APCP, qui se détourne de la distinction employeurs/salariés pour s’appuyer sur l’unité d’un corps professionnel capable de conduire un « dialogue civil » avec son « public ». En sortant de la négociation sociale instituée au sein de l’entreprise, l’APCP a ouvert un espace de dialogue où peut se poser la question de la légitimité du « mandat social » – pour reprendre l’expression d’Everett Hugues (Hughes and Schneewind, 1981) – confié aux journalistes et des responsabilités professionnelles qui en découlent. Installant des espaces de délibérations plus ouverts qui rassemblent journalistes, patrons de presse et « citoyens », cette déprise d’avec la négociation collective instituée se heurte néanmoins à la difficulté de représenter dans les débats les abstractions rhétoriques que sont « le public » ou « les citoyens ». La fécondité de ces espaces trouve en outre ses limites dans l’incapacité de l’APCP à faire aboutir une régulation concrète et contraignante des pratiques journalistiques, susceptible à la fois de protéger les intérêts professionnels des travailleurs de l’information et de les mettre en situation de rendre des comptes. Finalement, seuls les intérêts salariaux trouvent une traduction juridique concrète, marquant l’échec du groupe professionnel à résoudre la tension entre salariat et autonomie d’exercice. Comme le rappelle Camille Dupuy, cette tension a pourtant été résolue dans d’autres professions : c’est le cas pour les médecins du travail salarié en entreprise, dont les contrats de travail sont préalablement validés par l’Ordre, arrangement refusé aux journalistes par les éditeurs.

4L’auteure prolonge l’observation de la lutte pour l’autonomie d’exercice des journalistes à un niveau plus fin que le groupe professionnel : celui de l’entreprise. Peu disposés à mettre à distance leur droit de propriété, les patrons de presse ont toujours freiné les initiatives syndicales visant à conférer un statut spécifique aux entreprises de presse, assorti de moyens concrets pour assurer l’indépendance des journalistes. Ces derniers ont alors reporté leurs revendications au sein même des entreprises en constituant des organisations collectives originales, les sociétés de journalistes, dont l’objectif est d’orienter les discussions sur la qualité de l’information produite. Ces organisations ont dans un premier temps tiré leur pouvoir de la figure du « salarié-actionnaire » dans l’entreprise capitaliste, avant de lui préférer progressivement celle du « salarié-indépendant ». L’ouverture du capital des entreprises aux sociétés de journalistes (en fait observée dans peu de cas) a d’abord été légitimée par « l’idéal participatif » (p. 87) des années 1960 qui valorise la contribution consensuelle des salariés aux buts de l’entreprise. Tout en les maintenant à l’écart de la gestion courante des affaires, l’actionnariat salarié dote les journalistes de « capacités concrètes » (p. 90), par exemple, la possibilité de choisir le directeur de l’entreprise au Monde, en plus des droits de propriété convocables dans les conseils d’administration et de surveillance. Initialement motivé par une défiance vis-à-vis de la logique capitaliste à l’œuvre dans l’industrie de l’information, le premier mouvement des sociétés de rédacteurs finit dans ce modèle par la consacrer. Il engage en effet les salariés dans des logiques favorables à l’optimisation de la « valeur actionnariale » dont le comble est que » les journalistes actionnaires peuvent être conduits à voter leur licenciement de journalistes salariés » (p. 93). Cela renvoie plus largement au risque de dissolution de la catégorie des salariés et par conséquent de la possibilité de défendre leurs intérêts, que Frédéric Lordon avait identifiée dans les promesses de l’actionnariat salarié (Lordon, 2000). À partir des années 1990, l’organisation en association ad hoc dotée de droits spécifiques, indépendamment de la détention d’une partie du capital, est privilégiée. Légitimée cette fois-ci par l’importance du service produit (l’information) dans le système démocratique, elle substitue un « contrôle par la responsabilité » centré sur la qualité éditoriale des journaux au « contrôle par la propriété » (p. 94). Non reconnues légalement, elles disposent en revanche d’une « légitimité interne fondée sur [leur] action » (p. 100) auprès des journalistes, et jouent un rôle souvent efficace de vigilance éditoriale face aux stratégies gestionnaires et aux influences possibles d’actionnaires ou de publicitaires. En cela, les sociétés de journalistes associatives sont l’organisation la plus aboutie de défense d’intérêts spécifiques à la profession et non aux travailleurs ou aux actionnaires. Néanmoins, faute d’une légitimité statutaire, rien n’oblige les directions de presse à dialoguer avec les sociétés de rédacteurs, dont l’efficacité dépend de leur bonne coordination avec les syndicats, seuls autorisés légalement à signer des accords. Elles demeurent en outre rares : d’après la recension effectuée par l’auteure, seules 23 sociétés de journalistes ont été fondées ces 25 dernières années, une de plus que sur les seules années 1968-1969.

5Quelles que soient les difficultés attestées à institutionnaliser la défense de l’autonomie d’exercice, Camille Dupuy prend le parti d’orienter sa réflexion sur la façon dont les journalistes parviennent malgré tout « à participer, à se mobiliser, à s’opposer, mais aussi à proposer des solutions alternatives dans un contexte morose de crise économique » (p. 184). Les analyses des trois cas de restructurations sélectionnés (l’AFP, Le Monde et Le Monde interactif) font état de ces « pouvoirs réels ». Elles reposent là encore sur des entretiens menés avec des journalistes impliqués dans les restructurations, complétés par un corpus très riche de documentation interne (compte-rendu de réunions syndicales, expertise de comité d’entreprise, etc.). Chaque cas lui permet de mettre en avant un modèle de participation plus ou moins active au changement, plus ou moins contrainte, portée par des collectifs divers et dessinant in fine une « zone d’autonomie » particulière.

6L’AFP est la seule entreprise de presse à avoir un statut légal dérogatoire qui garantisse son existence et son indépendance. Elle n’a pas d’actionnaires et tire ses revenus de la vente de ses dépêches à ses clients, essentiellement l’État et les autres entreprises de presse. Depuis le début des années 2000, plusieurs tentatives de privatisation de l’agence ont mis à mal ce statut dérogatoire, dans un contexte où la pression concurrentielle se fait plus intense. Face à la mobilisation des journalistes, elles ont abouti à une réforme minimale qui laisse intacte la structure non capitalistique de l’agence. Selon l’auteure, le statut exceptionnel de l’AFP a été déterminant pour le rassemblement des journalistes dans la défense de leur autonomie lors des tentatives de restructuration, entre 2008 et 2012. L’indépendance financière de l’entreprise étant consacrée légalement, les journalistes n’ont pas à « opposer les logiques journalistique et économique » pour défendre leur autonomie rédactionnelle qu’ils peuvent « ramen[er] à ses éléments techniques les plus consensuels ». De fait, la coordination a été efficace : les débats en comité d’entreprise ont été dominés par les journalistes réunis en intersyndicale, tandis que les sociétés de rédacteur ont été actives dans l’élaboration d’une proposition alternative de réforme.

7Il s’agit là d’un principe de distinction essentiel avec les journalistes du groupe Le Monde. Historiquement actionnaires majoritaires, ils ont consenti et participé à la prise de contrôle de son capital par des actionnaires extérieurs en 2010. Il s’agit bien là d’une participation subie, face à la menace d’un dépôt de bilan. La défense de l’autonomie se limite alors pour les journalistes au choix du repreneur, à la négociation de l’indépendance et des conditions sociales du rachat. L’influence des salariés est néanmoins réelle. Les sociétés de personnels, bien que ne disposant d’aucun droit de veto légal, « ont un droit de veto moral » (p. 146) efficace, lié à leur capacité à consulter l’ensemble des salariés sur des points précis. Le trio Bergé-Niel-Pigasse (BNP) a été choisi pour les garanties qu’il offre sur le plan de l’emploi et les concessions faites à l’indépendance, acceptant la constitution d’un « pôle d’indépendance » dans l’entreprise. La perte de leur droit de propriété aura eu le mérite de permettre aux journalistes de dépasser certaines ambiguïtés de l’actionnariat-salarié. La « normalisation » des relations professionnelles, de nouveau organisées à partir des catégories « salariés » et « actionnaires », a permis aux journalistes d’obtenir un certain nombre d’avantages sur le plan de l’emploi (titularisations et conditions de départ particulièrement favorables).

8La nature de la troisième restructuration diffère des deux précédentes. Elle n’est pas motivée par des difficultés financières, mais par les changements technologiques liés au développement de la rédaction web du Monde, bouleversants tant pour les routines du travail journalistique que pour l’organisation générale de la production de l’information dans l’entreprise. C’est l’expérience de la contrainte technique plus que de la contrainte économique qui prime dans ce cas. Camille Dupuy constate de façon instructive que le changement est ici largement accompagné par les journalistes, en étroite collaboration avec le reste du personnel – en particulier celui spécialisé en informatique. La défense de l’autonomie ne s’appuie plus sur une solidarité de métier ou de profession, mais sur une identification à l’entreprise et une culture du « projet ». L’auteure décrit un versant positif de ce qui est souvent vu comme le résultat d’une politique abusive de compression des coûts. L’injonction à la polyvalence faite aux journalistes, dont on exige désormais qu’ils maîtrisent écriture texte, vidéos et photographies, n’est pas interprétée comme un nouveau mode d’exploitation ou d’aliénation, mais comme un mode de défense de l’autonomie rédactionnelle par la maîtrise technique. La collaboration, organisée spatialement par des grands espaces ouverts, est étroite entre les journalistes et le personnel technique. Elle a permis de desserrer un grand nombre de contraintes matérielles qui se posent à la presse papier. L’élargissement des formats, la combinaison possible de textes, vidéos et photographies sont perçus comme un moyen d’enrichir significativement les contenus journalistiques. L’outil technique qui a été mis en place est finalement le fruit d’un consensus large, produit de « traductions » successives entre des groupes de travail informels qui regroupent journalistes et experts informaticiens, succédant au modèle plus conflictuel et concurrentiel de la négociation par les instances classiques de représentation (syndicats, sociétés de rédacteur, comité d’entreprise, etc.). Ce processus collectif d’innovation, pour participatif qu’il soit, réduit cependant la possibilité de dire non à des objectifs qui sont toujours fixés par la direction. À ce titre, l’autonomie journalistique s’inscrit parfaitement dans les mécanismes de légitimation du capitalisme, tels que les avaient identifiés Luc Boltanski et Ève Chiapello (2011).

9Le décentrement du regard (« des salariés comme les autres ») est finalement tenu jusqu’au bout dans ce livre grâce à des appuis théoriques et empiriques puisés essentiellement dans les travaux sur les restructurations et les syndicats plus que dans la sociologie du journalisme. À force d’adopter un point de vue surplombant, les critiques sociologiques du rapport entre « journalisme » et « économie » peuvent parfois donner l’impression de ne faire que ruminer les impossibilités du journalisme. Comme le remarquait Max Weber, « peu de gens ont conscience qu’une production journalistique réellement bonne exige au moins autant d’“esprit” que n’importe quelle production savante, surtout du fait de la nécessité d’être produite sans délai, à la demande, et de devoir avoir une efficacité immédiate » (Weber, 2003, p. 152, cité dans Bastin, à paraître, p. 17). Ce travers n’est à l’évidence pas celui de Camille Dupuy. Loin d’opposer a priori logique économique et logique journalistique, elle réussit à montrer comment les journalistes, à l’instar d’autres groupes professionnels salariés, parviennent à dessiner des « zones d’autonomie » pour faire face à ces contraintes sans perdre le contrôle de la production de l’information. On pourra retenir également les pistes de questionnement qui émergent du travail de l’auteure et mériteraient d’être développées par ailleurs. La responsabilité des éditeurs, par exemple, paraît nettement engagée dans la difficulté historique à consacrer légalement l’autonomie des journalistes sur la production d’un service aussi stratégique que l’information. Plus généralement, au-delà de cas bien médiatisés, les modalités de l’engagement des hommes d’affaires dans la presse et leurs conséquences n’ont encore pas été finement mesurées dans les travaux sociologiques.

10Les limites (nécessaires) du livre tiennent peut-être au fait que l’approche orientée sur les capacités « concrètes » des journalistes se paye par la réduction de certains éléments critiques et théoriques à des références trop allusives. C’est le cas par exemple de la critique du management participatif au Monde interactif, très intéressante, mais finalement assez peu développée. Par ailleurs, les journalistes parviennent certes toujours d’une façon ou d’une autre à se mobiliser pour défendre le contenu de leur travail, mais leur « pouvoir réel » n’a-t-il pas décliné ces dernières années ? Il reste qu’en laissant de côté les singularités qu’on aime généralement prêter aux journalistes, Camille Dupuy rend justice aux difficultés inhérentes à l’activité journalistique. Elle permet en particulier de déplacer la critique, qui porte souvent sur un « système médiatique » obscur et en fait hétérogène, sur la responsabilité des journalistes, en tant que travailleurs du produit singulier qu’est l’information.

Top of page

Bibliography

Bastin Gilles (2001), « La presse au miroir du capitalisme moderne », Réseaux, n° 9, 172-208.

Bastin Gilles, Le Démon du journalisme, à paraître.

Boltanski Luc et Ève Chiapello ([1997] 2011), Le Nouvel Esprit du capitalisme, Paris, Gallimard.

Bourdieu Pierre (1996), Sur la télévision : suivi de L’Emprise du journalisme, Paris, Raisons d’agir, Liber Éditions.

Champy Florent (2011), Nouvelle Théorie Sociologique des professions, Paris, Presses universitaires de France, coll. » Le Lien social ».

Charon Jean-Marie (1997), « Journalisme : l’éclatement », Réseaux, 1992/2, n° 52, 97-114.

Devillard Valérie (2002), « Les trajectoires des journalistes détenteurs de carte de presse entre 1990 et 1998. La montée de la précarité », Communication et Langage, 133, 21-32.

Duval Julien (2004), Critique de la raison journalistique. Les transformations de la presse économique en France, Paris, Le Seuil.

Hughes Everett et Elizabeth Schneewind (1981), Men and Their Work, New edition, Westport, Greenwood Press.

Leteinturier Christine et Mathien Michel, (2010), « Une profession fragilisée : les journalistes français face au marché de l’emploi », Quaderni, 73, 97-114. doi :10.4000/quaderni.455

Lordon Frédéric, (2000), Fonds de pension, piège à cons  ?, Liber, Paris.

Paradeise Christine, (2008), « Autonomie et régulation : retour sur deux notions clefs », ResearchGate. [En ligne] https://www.researchgate.net/publication/49131874_Autonomie_et_regulation_retour_sur_deux_notions_clefs.

Parasie Sylvain et Éric Dagiral (2013), « Des journalistes enfin libérés de leurs sources  ? Promesse et réalité du “journalisme de données” », Sur le journalisme, About journalism, Sobre jornalismo, vol. 2, n° 1, 52-63.

Riutort Philippe (2006), « Les nouveaux habits du journalisme économique », Hermès La Revue, 2006/1, n° 44, 135-141.

Riutort Philippe (2000), « Le journalisme au service de l’économie », Actes de la recherche en sciences sociales, vol. 131, n° 1, 41-55.

Ruellan, D., 1997. Les pros du journalisme, Rennes, Res Publica, Presses universitaires de Rennes.

Weber Max (2003), Le Savant et le politique, Paris, La Découverte.

Top of page

Notes

1 Pour des illustrations de ce type de travail : Charon (1997), Devillard (2002), Leteinturier-Laprise et Mathien (2010), Parasie et Dagiral (2013).

2 On pourra se reporter ici au texte inaugural de Pierre Bourdieu (1996), puis à Philippe Riutort (2000, 2006) et Julien Duval (2004).

3 Traduit et commenté par Gilles Bastin (2001).

4 Le journalisme serait en cela une « profession à pratiques prudentielles », dans le sens que lui assigne Florent Champy (2011). La notion d’autonomie d’exercice, à distinguer de « l’autonomie de statut », a été dégagée dans une synthèse théorique par Catherine Paradeise (2008).

5 Cette définition est celle en vigueur aujourd’hui, qui correspond à peu de chose près à celle de la loi de 1935.

Top of page

References

Electronic reference

Antoine Machut, « Camille Dupuy, Journalistes, des salariés comme les autres ? Représenter, participer, mobiliser, Rennes, Presses universitaires de Rennes, coll. « Res Publica », 2016, 197 p. », La nouvelle revue du travail [Online], 10 | 2017, Online since 01 May 2017, connection on 24 July 2017. URL : http://nrt.revues.org/3179 ; DOI : 10.4000/nrt.3179

Top of page

About the author

Antoine Machut

UMR Pacte, Université Grenoble Alpes

Top of page

Copyright

© Tous droits réservés

Top of page
  • Logo La NRT est soutenue financièrement par
  • Logo CNRS INSHS
  • Logo Centre Pierre Naville - Université d'Evry
  • Logo Laboratoire Printemps (professions, institutions et temporalités)
  • Logo Centre Emile Durkheim
  • Logo Laboratoire lorrain de sciences sociales - Université de Lorraine
  • Logo IRISSO - Dauphine université Paris
  • Logo Multidisciplinaria de Estudios sobre el Trabajo (UMEST) - Universidad Autónoma de Querétaro
  • Logo La NRT est aussi reconnue et soutenue par
  • Logo HCERS
  • Logo Fondation Maison des sciences de l'homme
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org