Navigation – Plan du site
Corpus – Travailler plus !

Travailler plus !

Présentation du Corpus
Lionel Jacquot, Jean-Philippe Melchior et Simon Paye

Texte intégral

1Ce onzième corpus de la Nouvelle Revue du Travail s’intéresse aux durées élevées de travail et en interroge les mécanismes sous-jacents. Ce thème fait l’objet d’un débat fort animé en Amérique du Nord depuis les années 1990, suite à la parution de l’ouvrage de Juliet Schor, The Overworked American (1992). D’après l’auteure, on assisterait à un processus d’extension des durées de travail aux États-Unis depuis les années 1970. L’intérêt pour la question est amplifié par une controverse autour des analyses statistiques de J. Schor, critiquées par plusieurs économistes proposant des résultats divergents. Avec le recul, on voit à quel point les conventions adoptées par les différents auteurs (définitions, manières de mesurer, champ de l’analyse) ont pu aboutir à des conclusions différentes, voire contradictoires. Cette controverse a conduit à construire les durées élevées de travail comme un objet de recherche à part entière. Elle aura aussi cristallisé une façon d’aborder la question avec des mots-alerte (« overwork », « time-squeeze », « workaholism », etc.), qui impliquent un point de vue normatif, voire un jugement, quant à la quantité de travail implicitement raisonnable que certains dépasseraient. Le temps de travail moyen des salariés dans l’industrie, l’agriculture et les services deviendrait ainsi pour Pietro Basso (2005) toujours plus intense, prolongé, dense et difficile à supporter, tant aux États-Unis qu’en Europe.

  • 1 On pourrait même étendre ce constat à l’ensemble des pays Européens, mis à part l’ouvrage de Pietro (...)

2Face à cette mise en politique, outre-Atlantique, de la question des durées élevées de travail, sa quasi-absence de traitement médiatique et scientifique en France est d’autant plus saisissante que la thématique du temps de travail y a donné lieu à des travaux particulièrement nourris ces trente dernières années1. Les débats se sont fortement focalisés sur la réduction du temps de travail et ses conséquences après la mise en place des 35 heures (Cette & Taddéi, 1997 ; Godechot, Lurol & Méda, 1999 ; Jacquot & Setti, 2002 ; Melchior, 2007), sur les temps partiels (Maruani & Nicole, 1989 ; Angeloff, 2000) ou atypiques et les contraintes de rythme qui les caractérisent (Boisard & Fermanian, 1999 ; Dressen & Flocco, 2012). La question des durées élevées de travail ne sera traitée de manière frontale qu’à partir de 2008, avec l’article de l’économiste François-Xavier Devetter, qui dresse un premier état des lieux et estime qu’environ un actif occupé sur sept est concerné par des semaines de plus de 48 heures. Depuis, la question n’a que rarement été abordée ou elle n’a été pensée que comme un type, parmi d’autres, d’horaires de travail (Sautory & Zilloniz, 2015), ou comme une caractéristique, parmi d’autres, de certains groupes professionnels (Boussard & Dujarier, 2014 ; Goussard & Tiffon, 2016). Le champ est donc quasiment vierge.

  • 2 Pour une théorie critique de l’accélération sociale, voir Harmut Rosa (2010).
  • 3 Sur « les nouveaux visages de la disponibilité temporelle », voir Paul Bouffartigue (2012).

3Les quelques travaux existants se distinguent toutefois assez nettement de l’approche qui a prévalu outre-Atlantique par une certaine prudence quant aux façons de caractériser le phénomène des durées élevées de travail. L’enjeu autour de l’usage des mots n’est pas que cosmétique, puisque ce qui peut être perçu comme une évidence de l’allongement des durées de travail (la généralisation du « time-squeeze » – pression temporelle – par exemple) peut découler d’autres facteurs. De précieuses études empiriques permettent de prendre du recul. Ainsi, Jacobs et Gerson (2004) rappellent-ils que l’impression de manque de temps et d’accélération générale des rythmes sociaux2 est essentiellement liée à des évolutions sociodémographiques (comme la généralisation du couple biactif), à l’évolution des normes de soin et d’attention aux enfants (« intensive caretaking and moterhood »), à l’intensification du travail et de l’exigence de disponibilité temporelle3 (astreinte ou connexion), à la déstandardisation des semaines de travail et à l’augmentation des temps de travail atypiques, décalés, irréguliers. On peut avoir l’impression d’être plus souvent débordé sans pour autant consacrer plus d’heures de sa vie au travail. Enfin, comme le souligne à juste titre Jonathan Gershuny (2003), on ne peut faire l’abstraction du fait que la plupart des auteurs de recherches sur le temps de travail appartiennent eux-mêmes aux catégories sociales les plus concernées par les contraintes temporelles et ayant le plus de probabilités de ressentir un manque de temps ou une impression d’accélération. Il convient donc d’approcher la question, armé de solides études empiriques. C’est l’invitation que nous avons lancée avec le présent corpus.

Objectiver les durées élevées et leur évolution dans le temps

4L’objectivation des temps consacrés au travail pose des problèmes méthodologiques et métrologiques bien connus et documentés. Diverses stratégies d’observation qualitative ou de quantification ont ainsi pu être mises en œuvre pour rendre compte des principales évolutions historiques des temporalités du travail. Cependant, l’importance des longues durées de travail et son évolution dans le temps restent des éléments trop faiblement étayés empiriquement. Plusieurs articles de ce corpus contribuent à combler cette lacune.

5C’est d’abord le droit du travail qui est convoqué pour tenter de comprendre les enjeux de la question juridique du temps de travail. Le premier article « Quand le droit favorise l’augmentation et la flexibilité du temps de travail », de Michel Miné, montre comment les réformes législatives intervenues ces dernières années en France facilitent les durées du travail plus longues en s’appuyant sur trois mécanismes : la mesure du temps de travail, le régime des heures supplémentaires et des formes d’aménagement du temps de travail telles que le forfait jours. Si elles répondent aux orientations économiques de l’Union européenne décidées par les gouvernements des États membres pour améliorer la compétitivité des entreprises, ces réformes vont à l’encontre du droit social européen destiné à protéger la personne au travail. Aussi, le droit du travail, « alliage de tous les contraires » selon la formule d’Alain Supiot (1994), serait-il davantage forgé aujourd’hui pour remplir sa fonction de gestion des « ressources humaines » plutôt que celle de l’amélioration des conditions de travail et de protection des salariés.

6Pour objectiver les durées élevées de travail, les deux articles suivants s’intéressent aux temps de travail réel, en retenant deux échelles différentes : la semaine et la journée de travail. Dans « Les longues semaines de travail : multiplicité et inégalité des situations », Simon Paye s’intéresse aux actifs qui travaillent, occasionnellement ou habituellement, au-delà de la limite légale de 48 heures, soit un actif occupé sur cinq. L’analyse des données de l’enquête Emploi du temps (INSEE) montre que les semaines longues n’ont pas de régime temporel spécifique et qu’elles peuvent combiner différemment la durée des journées de travail et le nombre de jours travaillés. Trois classes de semaines longues sont identifiées et rapportées à trois idéaux-types d’allongement des durées de travail – la flexibilité, la densification et la concentration – qui ne renvoient pas à la même forme d’emprise temporelle du travail sur la vie des individus.

7La diversification des temps de travail, qui rend de plus en plus complexe la mesure des durées et plus floues les frontières entre temps de travail effectifs et temps « libres », s’observe également au niveau de la journée de travail. L’article d’Amandine Barrois et François-Xavier Devetter, « Durées courtes, journées longues : fragmentation du temps de travail et pression sur le salaire », se penche sur ces situations de fragmentation des temps de travail qui exposent certaines professions à des journées de travail sensiblement plus longues alors que la durée du travail s’est raccourcie. À partir de l’enquête Conditions de travail réalisée par la DARES, les auteurs construisent une mesure de la densité du temps de travail quotidien en rapportant la durée journalière à l’amplitude de la journée de travail. L’indicateur de la densité du travail leur permet de mettre au jour les horaires fortement fragmentés de certaines professions peu qualifiées (le nettoyage, la restauration, le commerce de détail et le transport par exemple) dont les rémunérations moyennes sont proches du SMIC et de souligner l’utilisation de la fragmentation du temps de travail comme mécanisme de réduction du coût du travail.

La construction des horaires de travail extensifs

8Les quatre articles suivants examinent davantage les facteurs explicatifs de l’extension des durées de travail, au premier rang desquels figurent les dispositifs gestionnaires et les instruments d’action publique, qui, à des échelles différentes, peuvent faciliter l’extension de la disponibilité temporelle des salariés.

9L’article de Timo Giotto et Jens Thoemmes, « Le compte épargne-temps. Mieux vivre ou travailler plus ? », interroge l’effet potentiel de ce dispositif sur l’extension de la durée du travail des salariés. Si cette dernière n’est pas la seule finalité du compte épargne-temps, l’analyse quantitative d’un peu moins de 900 accords d’entreprises signés entre 2006 et 2013 établit qu’elle est la plus fréquente, avec 44 % du total de l’échantillon des accords contre 35 % qui favoriseraient les « projets professionnels » et 21 % la concordance des temps du salarié avec ceux de l’entreprise. Sans occulter la diversité des négociations et des comptes que révèle la typologie des accords proposée, le dispositif qui offrait originellement une nouvelle possibilité de développer le travail à temps choisi apparaît donc davantage comme un mécanisme apportant de la flexibilité dans la gestion quotidienne du travail.

10Le rôle des dispositifs de gestion qui viennent soutenir les réformes néolibérales dans l’extension de la disponibilité temporelle des travailleurs qualifiés est directement questionné dans l’article de Lise Gastaldi et Caroline Lanciano-Morandat, « L’enseignement supérieur et la recherche. Une pression temporelle accrue ». Elles y décrivent les évolutions du profil temporel du travail des chercheurs et des enseignants-chercheurs dont l’espace professionnel se voit bouleversé par l’introduction d’une rationalité de type managérial qui passe par l’adoption d’un nouveau référentiel d’action publique. Les transformations de l’enseignement supérieur et de la recherche (« omniprésence de l’évaluation », « mise sous tension des moyens et montée en puissance du financement sur projets », « managérialisation et bureaucratisation », etc.) modifieraient les temporalités du travail des chercheurs et enseignants-chercheurs confrontés à un double mouvement d’extension des durées et d’hétéronomie croissante des rythmes de travail. Les conséquences de ces mutations sur les relations interindividuelles et les collectifs de travail, sur les inégalités et les parcours professionnels, ou encore sur les diverses productions du secteur sont également interrogées. Si elles peuvent altérer le sens du travail des chercheurs et des enseignants-chercheurs, elles ne semblent pas pour autant affaiblir leur engagement qui, à l’instar de l’élite salariale étudiée dans l’article suivant, repose sur une certaine ascèse du travail.

11C’est dire qu’au-delà des dispositifs et de l’action publique, les interactions entre pairs peuvent également, de manière plus insidieuse, engendrer des normes temporelles de facto et des comportements de surenchère. Étudier les durées élevées de travail revient alors à étudier la socialisation à celles-ci. C’est précisément ce que font Joël Laillier et Sébastien Stenger dans « Ce qui fait travailler les élites. L’engagement intensif des danseurs et des consultants ». Est mise en perspective la situation de l’élite salariale qui travaille dans les cabinets d’avocat, les banques d’affaires, les cabinets de conseil en audit ou en stratégie, soumise à des rythmes très intensifs au point de s’inscrire dans des « vies vouées » au travail avec celle de l’élite artistique se caractérisant par des engagements « corps et âme ». L’article analyse ainsi de façon comparative les formes que prend l’investissement dans le travail chez ces deux groupes que tout semble opposer, à partir de deux enquêtes menées auprès des consultants en audit dans les Big Four et des danseurs du Ballet de l’Opéra de Paris. Il montre que les ressorts de l’engagement intensif s’appuient moins sur des motifs économiques pour les uns, passionnels pour les autres, que sur des socialisations professionnelles similaires qui semblent propres aux élites.

12L’extension du temps professionnel comme objet de recherche nous conduit aussi à sortir de la sphère professionnelle, car elle suppose des ressources domestiques et familiales qu’il convient d’interroger, en convoquant une analyse en termes de rapports sociaux de sexe. Que font les conjoint·e·s des travailleurs/euses à forte disponibilité ? Quels sont les liens entre les longs horaires masculins et la surmobilisation domestique des femmes ? Quels modèles familiaux et quels modes de garde des enfants rendent possible l’extension des durées de travail ? À l’inverse, dans quelles conditions la sphère familiale peut-elle faire émerger des résistances à l’allongement des durées de travail ?

13L’article d’Isabel Boni-Le Goff « Le privé est professionnel ? Les consultant·e·s en couple avec enfants » traite de la situation des salariés qualifiés du conseil en management, exposés à de fortes exigences de disponibilité temporelle au travail. Il souligne la fluctuation des temporalités auxquelles un·e consultant·e peut être soumis·e et montre combien le cadrage organisationnel du temps remet en cause l’opposition et la frontière entre vie privée et vie professionnelle. Face aux normes de disponibilité extensive et à la figure professionnelle légitime d’un expert « sans attache », les consultant·e·s en couple avec enfant(s) font l’expérience de contradictions qui sont genrées, exposant les professionnelles à de plus grandes difficultés dans l’emploi et la carrière. Ces contradictions sont négociées différemment selon le type de configurations conjugales. Les configurations traditionnelles tendent à entériner, par une répartition du travail domestique en défaveur des femmes, les exigences de carrière formulées au masculin-neutre. Les configurations à visée égalitaire, en revanche, font du couple un lieu d’expérimentation où se construisent, au prix d’une plus grande instabilité professionnelle et conjugale, de nouvelles normes, tant en matière de division du travail parental qu’en matière de pratiques professionnelles, en particulier de temps de travail. En ce sens, le privé est non seulement politique, comme le dit un célèbre slogan féministe, mais aussi professionnel, comme le dit le titre de l’article, au sens où les normes conjugales peuvent induire une remise en cause des normes professionnelles.

Ce que « travailler plus » veut dire

  • 4 Sur la notion d’« employabilité », voir Tiffon, Moatty, Glaymann et Durand (2017).

14Pour comprendre ce que « travailler plus » veut dire, il reste à diversifier les efforts de recherche en cours dont témoigne ce corpus pour interroger également les effets sociaux des temps de travail extensifs. La montée en puissance des régulations d’entreprise au détriment de règles transversales qui ont contribué à l’homogénéisation de l’emploi s’est déjà traduite par une multiplication d’horaires atypiques qui entre en tension avec la notion de durée collective de travail. Depuis 2003, de nombreuses mesures ont par ailleurs favorisé l’allongement du temps de travail : l’augmentation des contingents annuels légaux d’heures supplémentaires, les mesures fiscales de diminution de leur coût, les dispositifs d’encouragement par les employeurs au rachat de jours de congé, etc. (Pak & Zilberman, 2013). La « modernisation » du droit du travail traduite par la loi El Khomri (2016) et continuée par les « ordonnances Macron » (2017) participe de la dynamique déjà à l’œuvre d’érosion des règles collectives d’encadrement des temps de travail et renforce la dynamique d’individualisation du travail et de division du salariat. Comment les collectifs de travail se structurent-ils quand le cadre temporel commun se relâche ? Sont-ils en mesure de réagir à l’injonction à « travailler plus » ? L’affaiblissement des protections collectives semble également favoriser le modèle de l’employabilité en reportant les décisions sur l’individu sommé d’adapter ses horaires aux demandes de l’entreprise, de se rendre disponible, de moduler son temps de travail4. La capacité à « travailler plus », l’apprentissage du changement, la culture du résultat, l’intégration de la logique de l’urgence, etc., ne renvoient-ils pas à une dimension temporelle de l’employabilité attendue dans le régime contemporain de mobilisation de la force de travail ? Quels sont les effets de ce nouveau régime temporel sur le travail et les conditions de travail ? La qualité de vie et l’articulation des temps sociaux sont également en jeu : le recadrage du travail par d’autres activités jugées importantes n’est-il pas plus difficile et le sentiment de manquer de temps au quotidien n’est-il pas plus prégnant ? Quid alors du développement d’un véritable « temps choisi » supposant la possibilité pour le salarié de déterminer de manière autonome la durée et l’aménagement de son travail ? La question est posée de savoir comment les situations d’allongement des durées du travail, qui semblent de moins en moins négociées, s’articulent à la tendance, à l’œuvre depuis plusieurs décennies, d’une flexibilisation des temps de travail et du recul d’une certaine concordance des temps dans la société.

Haut de page

Bibliographie

Angeloff Tania (2000), Le Temps partiel, un marché de dupes ?, Paris, Syros.

Basso Pietro ([1998] 2005), Temps modernes, horaires antiques : la durée du travail au tournant d’un millénaire, Lausanne, Éditions Page deux.

Boisard Pierre et Jean-David Fermanian (1999), « Les rythmes de travail hors norme », Économie et Statistique, vol. 321, n° 1, 111-131.

Boussard Valérie et Marie-Anne Dujarier (2014), « Les représentations professionnelles en question. Le cas des intermédiaires dans les fusions-acquisitions », Sociologie du travail, vol. 56, n° 2, 182-203.

Bouffartigue Paul, avec la collaboration de Jacques Bouteiller (2012), Temps de travail et temps de vie. Les nouveaux visages de la disponibilité temporelle, Paris, Presses universitaires de France.

Bunting Madeleine (2011), Willing Slaves: How the Overwork Culture is Ruling our Lives, London, HarperCollins (UK).

Cette Gilbert et Dominique Taddei (1997), Réduire la durée du travail. De la théorie à la pratique, Paris, Le livre de poche, coll. « Librairie générale française ».

Devetter François-Xavier (2008), « Travailler au-delà de 48 heures par semaine », Travail et Emploi, n° 114, avril-juin, 59-68.

Dressen Marnix et Gaëtan Flocco (2012), « Temps éclatés, urgences et nouvelles technologies : quels effets sur le travail et les travailleurs ? », La Nouvelle Revue du Travail, n° 1. [En ligne] http://nrt.revues.org/152

Gershuny Jonathan (2003), Changing Times : Work and Leisure in Postindustrial Society, Oxford, Oxford University Press.

Godechot Olivier, Martine Lurol et Dominique Méda (1999), « Des actifs à la recherche d’un nouvel équilibre entre travail et hors-travail », Premières informations et premières synthèses DARES, 99.05 – n° 20.1. [En ligne] https://www.epsilon.insee.fr/jspui/bitstream/1/16742/1/1999-20.1.pdf

Goussard Lucie et Guillaume Tiffon (2016), « Quand le travail déborde… La pénibilité du surtravail à domicile des chercheurs de l’industrie énergétique », Travail et Emploi, vol. 3, n° 147, 27-52. [En ligne] http://www.cairn.info/revue-travail-et-emploi-2016-3-page-27.htm ‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬

Jacobs Jerry A. et Kathleen Gerson (2004), « Understanding Changes in American Working Time: A Synthesis », dans Epstein Cynthia F. et Kalleberg Arne L. (dir.), Fighting for Time. Shifting Boundaries of Work and Social Life, New York, Russel Sage Foundation, 25-45.

Jacquot Lionel et Nora Setti (2002), « Réduction du temps de travail et pratique de gestion des ressources humaines », Travail et Emploi, n° 92, 115-131.

Maruani Margaret et Chantal Nicole (1989), Au labeur des dames. Métiers masculins, emplois féminins, Paris, Syros.

Melchior Jean-Philippe (2007), 35 heures chrono ! Les paradoxes de la RTT, Paris, L’Harmattan.

Pak Mathilde et Serge Zilberman, avec la collaboration de Claire Letroublon (2013), « La durée du travail des salariés à temps complet », DARES – Analyses, n° 047. [En ligne] http://travail-emploi.gouv.fr/IMG/pdf/2013-047.pdf

Rosa Harmut (2010), Accélération. Une critique sociale du temps, Paris, La Découverte.

Sautory Olivia et Sandra Zilloniz (2015), « De l’organisation des journées à l’organisation de la semaine : des rythmes de travail socialement différenciés », Économie et Statistique, n° 478, 155-188.

Schor Juliet B. (1992), The Overworked American : The Unexpected Decline of Leisure, New York, Basic Books.

Supiot Alain (1994), Critique du droit du travail, Paris, Presses universitaires de France.

Tiffon Guillaume, Moatty Frédéric, Glaymann Dominique et Jean-Pierre Durand (dir.) (2017), Le Piège de lemployabilité. Critique dune notion au regard de ses usages sociaux, Rennes, Presses universitaires de Rennes.

Haut de page

Notes

1 On pourrait même étendre ce constat à l’ensemble des pays Européens, mis à part l’ouvrage de Pietro Basso cité plus haut ([1998] 2005) et quelques études ponctuelles sur le cas britannique (Bunting, 2011).

2 Pour une théorie critique de l’accélération sociale, voir Harmut Rosa (2010).

3 Sur « les nouveaux visages de la disponibilité temporelle », voir Paul Bouffartigue (2012).

4 Sur la notion d’« employabilité », voir Tiffon, Moatty, Glaymann et Durand (2017).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Lionel Jacquot, Jean-Philippe Melchior et Simon Paye, « Travailler plus ! », La nouvelle revue du travail [En ligne], 11 | 2017, mis en ligne le 31 octobre 2017, consulté le 24 novembre 2017. URL : http://nrt.revues.org/3231 ; DOI : 10.4000/nrt.3231

Haut de page

Auteurs

Lionel Jacquot

2L2S, université de Lorraine

Articles du même auteur

Jean-Philippe Melchior

Eso, Le Mans Université

Simon Paye

2L2S, université de Lorraine

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo La NRT est soutenue financièrement par
  • Logo CNRS INSHS
  • Logo Centre Pierre Naville - Université d'Evry
  • Logo Laboratoire Printemps (professions, institutions et temporalités)
  • Logo Centre Emile Durkheim
  • Logo Laboratoire lorrain de sciences sociales - Université de Lorraine
  • Logo IRISSO - Dauphine université Paris
  • Logo Multidisciplinaria de Estudios sobre el Trabajo (UMEST) - Universidad Autónoma de Querétaro
  • Logo La NRT est aussi reconnue et soutenue par
  • Logo HCERS
  • Logo Fondation Maison des sciences de l'homme
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org