Navigation – Plan du site
Matériaux

Une travailleuse en quête de protection

Le portage salarial comme fragile outil de sécurisation
A female worker’s quest for protection: Umbrella companies as a bulwark against vulnerability
Una trabajadora en busca de protección. La actividad independiente con estatus de asalariado como herramienta frágil de seguridad
Alexis Louvion

Résumés

Cet article présente de larges extraits d’un entretien réalisé au printemps 2016 avec Martine, une ancienne enseignante de 58 ans, aujourd’hui psychopraticienne en portage salarial. Fait de bifurcations professionnelles et conjugales, son parcours est ici appréhendé comme une illustration des mutations d’un marché du travail sur lequel statuts d’emploi et activités se succèdent et se cumulent. D’abord salariée de l’Éducation nationale, puis fonctionnaire, et enfin entrepreneure salariée par l’intermédiaire d’une entreprise de portage salarial, Martine expérimente différentes formes d’emploi, pour se retrouver aujourd’hui au carrefour de l’indépendance et du salariat. En se saisissant de la spécificité de la rubrique matériau pour donner une place prépondérante au verbatim, cet article entend exposer les logiques et ressources mobilisées par Martine pour échapper à la précarité tout en donnant du sens à son travail aux différents moments de son parcours.

Haut de page

Texte intégral

1La multiplication des formes d’emploi « atypiques », qui va de pair avec la « perte d’hégémonie de l’emploi classique » (Castel, 2007) qu’est le CDI à temps complet, nourrit ces dernières années une grande quantité de recherches en sociologie du travail et de l’emploi.

  • 1 Selon la formule consacrée à de nombreuses reprises par les institutions publiques. Voir, entre aut (...)
  • 2 Guillaume Cairou, cité dans Le Monde, Didaxis et le portage salarial : l’antidote à l’ubérisation ? (...)

2Parmi ces nouvelles formes d’emploi, le portage salarial (encadré 1) vient rejoindre l’éventail des dispositifs destinés à « sécuriser les parcours professionnels1 », c’est-à-dire à faciliter le passage d’un emploi à un autre plutôt que le maintien dans le même emploi. En s’adressant à des travailleurs dont la carrière connaît des bifurcations (licenciements, changements de statuts), les promoteurs du portage salarial revendiquent ainsi la possibilité de concilier « la sécurité d’un contrat de travail et la flexibilité de l’aventure entrepreneuriale2 ».

Le fonctionnement du portage salarial

Le portage salarial est une forme d’emploi intégrée au Code du travail depuis le 25 juin 2008, dont le texte de loi a été définitivement adopté suite au vote de la loi du 8 aout 2016 relative au travail, à la modernisation du dialogue social et à la sécurisation des parcours professionnels (dite loi travail). Elle permet à des travailleurs/euses, cherchant leurs clients de manière autonome et négociant avec eux les tarifs de leurs prestations, d’être rattachés au statut de salarié par la signature d’un contrat de travail avec une entreprise de portage qui agit comme tiers employeur. Les services fournis par les entreprises de portage varient selon les structures : les degrés d’accompagnement, de formation des salariés portés sont divers, mais toutes transforment leur chiffre d’affaires en salaire.

3En présentant de larges extraits d’un entretien biographique retraçant le parcours d’une ancienne fonctionnaire de l’Éducation nationale aujourd’hui psychopraticienne en portage salarial, l’ambition de cet article est double.

4Il s’agit, tout d’abord, d’étudier le parcours d’une travailleuse dont la carrière se compose d’une multiplicité de statuts, qui se cumulent et se succèdent. Ce parcours peut ainsi être appréhendé comme un cas exemplaire, traversé par les mutations d’un marché du travail au sein duquel les expériences professionnelles se font plus courtes, nombreuses et diverses.

5En point d’orgue de ce parcours, le portage salarial est lui aussi emblématique de ces mutations : présentant des conditions de travail et d’emploi proches de celles du travail indépendant, mais classant ses utilisateurs parmi les salariés, il participe à la constitution d’une zone « grise de l’emploi, qui voit des travailleurs juridiquement dépendants ressembler, de plus en plus, à des travailleurs autonomes » (Supiot, 1999). Le caractère institutionnalisé de cette déconnexion entre conditions de travail et statut en fait même un cas idéal typique de la zone grise d’emploi particulièrement intéressant à observer. Le portage salarial explicite et dévoile les représentations que ses bénéficiaires se font du salariat et du travail indépendant, ainsi que le rapport qu’ils entretiennent à ces statuts. Montrer les affinités électives entre un statut tel que le portage et les éléments du parcours de Martine (notamment l’expérience de fonctionnaire) constitue un premier enjeu de la démonstration.

6Mais au-delà de mettre en avant la multiplicité des expériences professionnelles et de la façon dont elles débouchent sur le portage salarial, c’est la nature processuelle de ce parcours que cet article tachera de restituer. En interrogeant les influences mutuelles qu’entretiennent configurations conjugales et professionnelles, nous explorerons conjointement évolution des statuts d’emploi et ajustement des « comptes amoureux » (Martial, 2011), afin de donner à voir l’ensemble des bifurcations qui animent un parcours. Là où une focalisation sur chaque étape de ce parcours conduirait à une lecture sur le mode de la rupture, la place centrale donnée au verbatim permet ici de mettre l’accent sur les continuités du parcours. Plutôt que de paliers et de seuils, qui traduiraient le passage brutal d’un point A à un point B, le parcours de Martine sera appréhendé comme une succession d’ajustements professionnels et conjugaux qui constituent autant de situations intermédiaires entre deux états : l’enseignement en tant que fonctionnaire de l’Éducation nationale dans un premier temps, l’exercice du métier de psychopraticienne via le portage salarial dans un second temps.

L’entretien

Les extraits présentés sont issus d’un entretien réalisé dans le cadre d’une thèse de sociologie prenant pour objet le portage salarial. D’une durée de 2 h 45, l’entretien s’est déroulé au printemps 2016, au domicile de l’enquêtée (qui est aussi son cabinet), dans une ville de proche banlieue parisienne. Sur les quelque 20 000 mots que compte la retranscription totale de l’entretien, seuls un peu plus de 4 000 ont été retenus dans les extraits suivants. Ce sont donc des « morceaux choisis » qui sont présentés ici, qui visent à donner les éléments de compréhension des bifurcations du parcours. Les extraits sont organisés en trois parties chronologiques, rendant chacune compte d’une bifurcation du parcours : le passage d’un emploi réversible à la stabilité salariale ; le cumul de statuts et d’activités comme condition de la transition professionnelle ; l’accès à la sécurisation par une protection sociale « individualisée ».

7Pour appréhender le parcours professionnel de Martine, nous mobiliserons le terme de bifurcation car il rend compte, mieux que celui de reconversion, de la succession de processus transitoires qui président à ses réorientations. Plus que les ruptures, nous nous attacherons donc à mettre en avant les continuités du parcours : en nous intéressant aux cumuls d’activités et de statuts qui accompagnent les différentes bifurcations ; en montrant que le choix du statut « hybride » qu’est le portage salarial s’enracine dans un rapport à l’emploi spécifique de mise à distance de l’incertitude, enrichi par l’expérience du fonctionnariat.

8Ce questionnement, qui met au premier plan l’articulation entre le travail et le statut d’emploi (salarié ou non), se situe dans la lignée de nombreux travaux, qui, en l’abordant par différentes entrées, ont cherché à mettre en exergue les mutations du salariat. Que ce soit pour tracer les contours de formes particulières du salariat (Grégoire, 2013 sur les intermittents du spectacle ; Aubert, 2012 sur les pigistes), pour constater un renouveau du travail indépendant et mettre l’accent sur l’autonomie qu’il permet (Bureau & Corsani, 2014), ou encore pour mettre en évidence les porosités entre travail salarié et travail indépendant (Bernard & Dressen, 2014), de nombreuses analyses convergent, sans en tirer les mêmes conclusions, vers l’observation d’une déstabilisation de la société salariale. Les analyses de ces formes particulières de salariat ont très souvent cherché à positionner les travailleurs entre précarité et émancipation, et le parcours de Martine montre comme ces deux pôles sont structurants. L’ensemble des bifurcations de son parcours vise en effet à concilier ces deux aspects : échapper à la précarité tout en donnant du sens à son travail. L’appréhension de la précarité retenue dans cet article s’inspire largement de celle exposée par Robert Castel, pour qui « être protégé », consiste, à côté de protections civiles, à bénéficier de protections sociales qui « couvrent contre les principaux risques susceptibles d’entraîner une dégradation de la situation des individus » (Castel, 2003, 5). Si l’on y ajoute « qu’être protégé, c’est aussi être menacé […] car les sociétés modernes sont des sociétés d’individus, qui ne trouvent, ni en eux-mêmes ni dans leur proche entourage immédiat, la capacité d’assurer leur protection » (Castel, 2003, ibid.), on dessine une approche particulièrement adaptée à l’étude du parcours de Martine.

9La continuité de la présence de la thématique de mise à distance de la précarité montre en effet à quel point protection et incertitude sont, dans ce parcours, inséparables. La protection n’est ainsi jamais acquise une fois pour toutes, mais se recompose au gré des évolutions du parcours. Les trois bifurcations autour desquelles s’organise ce parcours présentent différentes modalités de sécurisation : les revenus de son travail, ceux de son conjoint, ceux du patrimoine et ceux de la protection sociale, sont ainsi mobilisés selon des configurations différentes à chaque étape. C’est la recherche de cet équilibre, souvent fragile, entre la mise à distance de la précarité et l’émancipation par le travail, ainsi que la façon dont différentes ressources peuvent être activées pour l’atteindre, que nous nous proposons de questionner à travers cet entretien.

De l’emploi réversible à la stabilité salariale

Martine : J’ai passé une licence de droit. En même temps, j’ai toujours voulu être chanteuse. Donc j’ai passé ma licence, je suis allée en maîtrise et puis en maîtrise je me suis dit : « bon je vais quand même essayer » [d’être chanteuse]. Puis j’avais aussi comme rêve enfant d’être prof, donc j’ai décidé de m’inscrire au rectorat de Paris car malgré tout je ne voulais pas passer le concours car je ne voulais pas atterrir à Lille ni à Verdun.

Alexis : Vous êtes dure avec Lille...

Martine : Oui, c’est l’idée que je m’en faisais. En fait, je voulais rester à Paris pour être chanteuse. En même temps que je faisais ma licence et ma maîtrise, je faisais aussi des cours de théâtre à Paris, donc je voulais rester à Paris. Donc je n’ai pas passé le concours de l’Éducation nationale, parce que je ne voulais pas partir de Paris, pour toutes les opportunités qu’on a justement au niveau artistique à Paris. [...]

  • 3 Les maîtres auxiliaires, ou « maîtraux », sont des agents de l’Éducation nationale recrutés pour ef (...)

J’ai intégré l’Éducation nationale en tant que « maîtraux3 ». C’était un statut où on était payé à peu près à peine les deux tiers de ce que gagnait un titulaire et on faisait le même boulot. Ça fait partie des injustices de l’Éducation nationale. C’était sur Paris et puis Mitterrand est arrivé au pouvoir et a organisé un plan en 1985 de titularisation de tous les maîtres auxiliaires. Et la contrepartie de la titularisation c’était : « vous atterrissez en banlieue ». Donc je me suis dit : « quitte à atterrir en banlieue, autant passer les concours », parce qu’il y a un sacré écart de salaire entre un maître auxiliaire et un titulaire.

Alexis : donc vous avez été titularisée ?

Martine : Oui, mais du coup j’ai basculé en banlieue nord avec grand effroi : on nous titularisait au rabais. On commençait comme si on n’avait jamais enseigné, au premier échelon de l’Éducation nationale… Vraiment avec une titularisation qui faisait qu’on allait galérer pendant toute notre carrière professionnelle.

J’ai bataillé juridiquement pour pouvoir refaire valider ma carrière antérieure, ce qui m’a permis au lieu d’arriver au premier échelon de l’Éducation nationale de passer au quatrième, ce qui à l’époque faisait une sacrée différence de revenu aussi.

Alexis : Vous enseigniez à quel niveau ?

Martine : J’enseignais la compta gestion, au départ en CAP/BEP puisque j’étais maîtraux sur Paris et que sur Paris les postes qui se libèrent c’est ceux dont personne ne veut. J’enseignais aux CAP/BEP et ensuite j’ai passé deux fois les concours. Un premier qui s’appelle PLP2 pour être titulaire en CAP/BEP mais comme on m’a quand même changé d’académie j’ai passé le concours de prof technologique pour enseigner en lycée (en BTS) et avoir un meilleur statut, et être mieux rémunérée aussi.

Donc voilà, j’ai fait ma carrière dans l’Éducation nationale. J’étais assez contente parce qu’on est maître dans sa classe. À l’époque on était parfaitement maître dans sa classe, même si on était inspecté régulièrement, pas si souvent que ça. J’étais fonctionnaire donc j’avais la sécu de l’emploi.

Et aussi nous avions des avantages en tant que prof de BTS qui sont tout à fait injustes par rapport aux autres profs… Mais voilà j’en ai profité aussi puisque c’était une façon pour moi d’avoir un salaire qui me permet d’être rémunérée à ce que j’estime être ma valeur, c’est-à-dire que je gagnais 3 000 euros par mois.

Et en même temps d’avoir beaucoup de temps puisqu’une fois qu’on a fait l’investissement et qu’on maîtrise parfaitement sa matière, son programme, et qu’on n’est pas dans une dynamique de vouloir faire des efforts pour pouvoir faire plaisir à l’inspecteur, mais qu’on est dans une dynamique de faire plaisir à ses élèves, alors on a du temps.

Alexis : et j’imagine que vous utilisiez ce temps pour chanter ?

Martine : Voilà, j’avais aussi du temps pour continuer à chanter, mais entretemps j’ai rencontré mon mari. Lui aussi était instit » et chanteur, mais progressivement, culturellement, la femme veut des enfants plus que son mari, et son mari pense à sa carrière plus que sa femme. Donc moi j’ai préféré miser sur mes enfants et être en retrait par rapport à la carrière artistique. Assurer pour toute la famille la sécurité des revenus puisque mon mari était finalement... il s’est désengagé de l’Éducation nationale, s’est mis en disponibilité, il était pas encore intermittent du spectacle, donc c’est moi qui faisait bouillir la marmite.

Alexis : Il est passé intermittent plus tard ?

Il est passé intermittent ensuite, mais ça a mis à peu près 15 ans avant qu’il puisse vivre correctement de son art et de l’intermittence, ce qui est quand même… [...]

Alexis : Combien d’enfants avez-vous eus ?

Martine : Deux.

Alexis : Vous aviez quel âge alors ?

Martine : J’ai eu mes enfants quand j’avais 33 et 36. J’ai connu mon mari quand j’en avais 25, mais comment dire ? La sécurité était quand même un point important par rapport à mon histoire, dans mon parcours. Et du coup je ne pouvais pas imaginer que… voilà, je dirais c’est culturel, c’est scénarique au sens psychologique du terme… Je lui ai laissé l’avant-scène et j’ai pris l’arrière-scène.

Notre deal implicite c’était : « Bon bah d’accord, ok, je te laisse la place ». Ça n’a jamais été discuté de façon consciente entre nous mais c’était un état de fait : « Je te laisse la place en tant que toi tu vas faire ta carrière, parce que moi de toute façon j’ai l’intention d’assurer pour tout le monde. » C’est mon scénario hein, je suis d’une fratrie de quatre enfants, et c’est moi et mon frère aîné qui élevions nos petits frères. Donc depuis que je suis petite j’ai été « parentifiée » et habituée à prendre en charge et subvenir aux besoins de tous ceux qui m’entourent, donc j’ai continué dans mon couple [elle rit].

Alexis : Mais sans que ce soit formalisé de façon claire ?

Martine : Ce n’était jamais formalisé mais c’était nos scénarios réciproques en fait. Lui, dans sa famille, il avait l’habitude qu’on subvienne à ses besoins, et moi dans ma famille j’avais l’habitude de subvenir aux besoins des autres, donc… Et donc voilà, mais le deal implicite c’était aussi « je participe à tes spectacles » ou en tout cas « je continue à chanter avec toi ». 

10Dans le parcours de Martine, activités artistiques et professionnelles sont étroitement mêlées. Marquée par une négociation face à l’incertitude que l’on retrouve régulièrement chez celles et ceux qui tentent de faire de leurs activités artistiques un métier (Fleuriel, 2011 ; Coulangeon, 2004 ; Menger, 2009), la première bifurcation du parcours de Martine la voit progressivement donner un statut prioritaire à sa carrière d’enseignante, tout en conservant un accès au spectacle par l’intermédiaire de son mari.

11Si carrières de chanteuse et d’enseignante se construisent conjointement, elles sont toutefois hiérarchisées aux différents moments de son parcours. Le registre de la vocation (« je rêve depuis toute petite » d’être chanteuse ; « j’ai toujours rêvé » être prof) est mobilisé pour faire référence à l’une et à l’autre de ces carrières, mais c’est dans un premier temps autour de son aspiration à devenir chanteuse que se construit la situation d’emploi de Martine. Cet élément est particulièrement visible lorsqu’elle relate la façon dont elle investit sa seconde « vocation », l’enseignement. Désireuse de poursuivre ses activités artistiques, Martine est attachée à Paris et aux opportunités qu’offre la ville en la matière. Son entrée dans la vie professionnelle enseignante répond donc à cette exigence de sédentarité, qui s’accommode mal d’une titularisation dans la fonction publique, le jeu des affectations menaçant de l’éloigner de la capitale. En exerçant comme maîtresse auxiliaire, elle donne à son parcours une certaine réversibilité (Grossetti, 2006) lui permettant de changer d’activité principale à moindre coût si l’occasion se présente. On mesure bien l’intérêt que revêt ce statut pour Martine, lorsqu’en 1985 le gouvernement lance un plan de titularisation des maîtres auxiliaires pour faire d’eux des fonctionnaires. Martine accueille tièdement cette « titularisation au rabais », et cela pour deux raisons : tout d’abord, parce qu’elle l’oblige à accepter une mobilité vers la banlieue, donc à opérer une première relégation de sa carrière artistique au profit de sa carrière d’enseignante. Ensuite, parce que l’ancienneté des maîtres auxiliaires titularisés n’est pas comptabilisée. Elle entreprend alors une démarche assez lourde visant dans un premier temps à faire reconnaître ses années d’enseignement en tant que maître auxiliaire pour accéder au quatrième échelon de l’Éducation nationale. Elle passe ensuite une série de concours qui lui permettent d’enseigner à des BTS, ce qui, en termes de salaire comme de prestige, est vécu comme une promotion par Martine. Autant d’éléments qui témoignent d’un certain engagement (au sens d’Howard Becker, 1960) dans la profession, et qui montrent bien le renversement qui s’opère entre carrière enseignante et carrière artistique. D’abord acceptée à regret, sa titularisation dans l’Éducation nationale s’accompagne ensuite de la conquête d’un statut satisfaisant Martine, tant pour le salaire (elle estime être payée à « sa valeur ») que pour la liberté offerte par cet emploi et ce travail (être maître dans sa classe ; avoir du temps pour faire des choses à côté).

12Cette bifurcation de la « carrière réversible » articulant emploi salarié et activité artistique vers la stabilité de la fonctionnaire ne peut se comprendre que si l’on y intègre le processus de division du travail au sein du couple formé par Martine et son mari. Elle rencontre ce dernier lorsqu’elle a 25 ans, alors que tous deux occupent une situation comparable : fonctionnaire au sein de l’Éducation nationale, il partage son temps entre l’enseignement et une activité de chanteur. Sans que cela ne soit explicité entre eux, Martine « prend l’arrière-scène » tandis que son mari « prend l’avant-scène ». Métaphore tout sauf anodine lorsqu’on sait que prendre l’arrière-scène signifie mettre l’activité artistique de côté pour se concentrer sur l’emploi stable (dans l’Éducation nationale), tandis que l’avant-scène signifie abandonner, au moins temporairement, l’emploi stable pour embrasser la carrière d’artiste. Une telle division du travail, qui voit la femme assurer les revenus du ménage par l’emploi salarié et le mari apporter des revenus fluctuants via le travail indépendant, a déjà été observée chez les couples d’agriculteurs et d’artisans (Bertaux-Wiame, 2004). Loin d’être autonomes l’un de l’autre, les parcours des deux membres du couple sont fortement liés, si bien qu’on peut parler de « passage à l’indépendance sous condition de salariat » (Bertaux-Wiame, 2004, 31), c’est-à-dire que l’indépendance de l’un n’est rendue possible que par le salariat de l’autre. Ces configurations, souvent englobées sous le terme de « conciliation », cachent en réalité des rapports de force qui conduisent la plupart du temps la femme à assumer la majorité du travail domestique et parental (Pailhé & Solaz, 2009). Le caractère implicite de ces arrangements, qui va de pair avec la mise à distance du conflit ou de négociations véritables, est rendu possible par la naturalisation du rôle de chacun au sein du couple conforme aux assignations de genre. Cette naturalisation est explicitement formulée par Martine, qui considère les ambitions de « la femme » « culturellement » plus axée sur les enfants, tandis que celles « du mari » seraient plus polarisées autour des enjeux de carrière.

13Si Martine accepte cet arrangement, au-delà de cette conviction d’agir conformément à un état naturel des choses, c’est parce qu’elle trouve des ressorts de satisfaction dans la carrière d’enseignante, mais aussi parce qu’il contient une forme de clause qui lui assure une place dans les spectacles de son mari. S’opère ainsi un double partage des activités : Martine est intégrée à l’activité artistique de son mari par des rôles dans ses spectacles, son mari reçoit les bénéfices du salariat de Martine par une mise en commun des revenus. Cette situation révèle donc que les ressources matérielles des deux membres du couple, tout comme leurs relations au travail et à l’emploi, peuvent difficilement être appréhendées individuellement. Les dimensions instrumentales et expressives (Méda & Vendramin, 2013) du travail sont ici satisfaites collectivement, bien que de façon différenciée pour chacun des membres du couple et en produisant une division sexuée des activités : la responsabilité financière et de l’éducation des enfants pour Martine ; la carrière artistique, précaire mais prestigieuse, pour son mari.

Cumuler statuts et travails : l’interpénétration des activités comme mode de transition professionnelle

Martine : Et puis entretemps je suis tombée dans la bassine de la psycho. J’étais fascinée par mon cours de philo en terminale. Et je me suis dit : un jour je ferai de la psychanalyse ! Donc je me suis lancée dans une psychanalyse à trente ans, et puis de fil en aiguille j’ai commencé à déterrer un certain nombre de choses de mon histoire. Entretemps, j’avais eu mes enfants qui ont rouvert des blessures, parce que forcément les enfants vont appuyer sur nos blessures sans même s’en rendre compte. Je me suis dit du coup qu’il fallait que je refasse des tranches de thérapie donc j’en ai refait et du coup j’ai à peu près expérimenté tout ce qui se fait en thérapie. Et je suis devenue thérapeute.

Alexis : Vous vous êtes donc formée (à la psychothérapie) alors que vous étiez toujours dans l’Éducation nationale ?

Martine : Oh, j’ai commencé à me former en 1998 on va dire, et je continue à expérimenter.

Du coup, je serais restée dans l’Éducation nationale toute ma vie si j’avais pu faire cette place-là de psycho et de lutte contre la violence institutionnelle et éducative dans l’Éducation nationale, mais ça n’a pas été le cas.

Alexis : C’est-à-dire que…

Martine : C’est-à-dire que moi, en BTS, j’avais mes élèves 20 h/semaine, une seule classe, donc vraiment…

Alexis : Avec des possibilités de faire des choses…

Martine : Avec des possibilités d’être là où j’étais, où je suis restée pendant 17 ans, où j’étais connue, reconnue, seule maître à bord dans ma classe. En même temps, je partageais mes expériences, mes approches, mais en même temps je me formais [à la psychothérapie], et en fait je me suis surtout formée, parce que j’ai commencé en BTS en 1992 et en fait je rencontrais chez mes élèves tellement de difficultés, que c’est grâce à eux que j’ai commencé à me former. Parce que je me suis dit : « là, mes outils de prof ont leurs limites… ». Donc j’ai mis en place dans mes classes de la relaxation, de la gestion du stress.

Ce qui fait que j’étais passé d’un taux de réussite au BTS de 30 % quand je suis arrivé dans la section à 67 % de réussite quand je suis partie.

Alexis : Vous commenciez déjà à recevoir pour des consultations à ce moment-là ?

Martine : Voilà.

Alexis : Depuis quand ça ?

Martine : Depuis 2003.

Alexis : C’est autorisé par l’Éducation nationale d’avoir une autre activité à côté ?

Martine : Aujourd’hui ça l’est. À l’époque ça ne l’était pas, mais j’étais à temps partiel, donc j’organisais mon temps comme je voulais et j’étais sous forme associative, sous forme bénévole. Et personne ne venait contrôler mes activités bénévoles, je faisais ce que je voulais.

Alexis : Donc vous ne faisiez pas payer vos consultations ?

Martine : voilà je ne faisais pas payer mes consultations. Enfin… Je les faisais payer mais pour l’association. C’est-à-dire que c’était un tarif… très abordable et lié à cette association, ce qui permettait de financer une partie de mes supervisions et de mes formations.

Puis j’ai dû changer d’établissement [de lycée], ça a été l’enfer. La proviseure mettait une pression sur les profs, les infantilisait… Au bout de deux ans, j’ai été agressée par une de mes élèves et la proviseure a considéré que c’était ma faute. Là je me suis dit « c’est bon, il faut que je parte ». Je suis partie, je me suis mise en dispo et j’ai ouvert mon cabinet à temps plein.

Alexis : Sans regrets ?

  • 4 Diplôme universitaire.

Martine : Si avec les regrets, parce que dans le même temps j’avais fait un DU4 « gestion résolution des conflits »… En fait, quand j’ai été au rectorat de Paris, j’ai dit : « Voilà, j’ai ce projet, j’aimerais pouvoir faire de la gestion du stress et gestion de conflits dans l’Éducation nationale pour faire que les choses fonctionnent mieux pour les élèves et enseignants. » Alors, au rectorat de Paris, la directrice des formations de l’époque m’a dit : « C’est très bien, mais un DU c’est pas suffisant, il faut que vous ayez un master et là on pourra vous entendre. » Donc j’ai fait un master par validation d’acquis que j’ai eu aussi, qui m’a pris deux ans. Et j’ai eu mon master. On m’a dit : « OK, vous pouvez faire ce que vous voulez, mais il faut que vous soyez à temps plein en tant que prof ». J’ai dit : « c’est complètement stupide. Ce projet me demande un investissement, un temps plein. Donc je ne vais pas faire un temps plein en plus de mon temps plein parce que là, je vais me malmener et c’est justement ce contre quoi il faut lutter, ces heures sup, cette violence institutionnelle. » « — Ah bah non, si vous faîtes pas un temps plein on ne pourra pas vous prendre ». Donc j’ai fait : « D’accord. Je vois que j’ai plus rien à faire dans l’Éducation nationale », c’est trop maltraitant à tout point de vue et je suis partie, en restant en dispo en me disant si jamais ça marche pas…

Alexis : C’est donc à ce moment que vous avez quitté l’Éducation nationale ?

Martine : Je suis partie de l’Éducation nationale en 2007, sur un congé formation dans un premier temps, en me disant : là je suis harcelée, je peux plus continuer à rester dans cet établissement, faut que je trouve une porte de sortie. J’ai donc accepté d’être payée que quatre mois sur douze.

Alexis : Au niveau des revenus, ça se passait comment ?

Martine : J’ai misé sur le fait que j’allais me développer, et mon mari à ce moment-là a accepté de jouer le jeu mais je pense que c’est ça aussi qui a fait que ça s’est délité entre nous. Du coup, je suis sortie de mon rôle de pourvoyeuse et je suis entrée dans un rôle de « je vais assurer qu’au minimum ici et c’est toi qui va assurer au plus ». Et ça je pense que ça l’a beaucoup déstabilisé, donc du coup il a décidé de partir.

Alexis : Il assurait via les spectacles ?

Martine : Oui, et c’était lui qui devait assurer pour l’ensemble de la famille. Ici on avait un budget de 3 000 euros par mois. Tant que je gagnais 3 000 euros par mois, lui il pouvait assurer… Déjà en 2000 on s’était remis d’aplomb, on assurait chacun moitié-moitié. Donc on assurait chacun 1 500.

Mais, en 2007, je lui ai dit : « Il faut que je parte, je suis en train de crever, je vais plus assurer, je ne sais pas combien je vais gagner avec mon activité de psy. Et mon congé formation va me permettre d’être payée que quatre mois sur douze donc il va falloir que t’assures au maximum. Moi, je prendrai sur mes économies pour assurer au moins 1 000 euros par mois ici, mais toi tu assureras les 2 000 qui restent. »

*    *    *

14Cette séquence illustre la dimension processuelle de la bifurcation, qui voit la psychothérapie succéder à l’enseignement au rang d’activité principale, ainsi que les ressources et « appuis » (Dodier, 1993) sur lesquels elle se fonde.

15Martine n’a pas toujours envisagé la psychothérapie comme un métier qu’il est possible d’exercer à temps plein. En important des techniques qu’elle associe à la psychothérapie (gestion du stress, relaxation) dans le cadre de ses cours, elle tente de concilier la sécurité d’un emploi stable et la dimension expressive qu’elle associe à la psychothérapie. Elle valorise d’autant plus ce procédé qu’il se matérialise par des résultats concrets : la mention du « taux de réussite » de ses étudiants, qui passe de 30 à 67 % au cours de ses années d’enseignement, donne une idée du sentiment du travail bien fait qu’elle associe à sa pratique originale du métier d’enseignante. Dans le même temps, donner des consultations par l’intermédiaire d’une association renforce cet équilibre qui permet la conciliation de la sécurité et d’une activité investie de sens. L’association par l’intermédiaire de laquelle elle donne des consultations constitue une forme de sas permettant de tester son activité de psychopraticienne sans prendre de risques économiques ou juridiques. Cette configuration souligne la nécessité de « penser le monde associatif comme un monde du travail » (Hély, 2009) et d’envisager travail associatif et travail marchand au sein d’un continuum où l’un est susceptible de venir se substituer à l’autre en tant qu’activité rémunératrice principale. Chez Martine, la psychothérapie se hisse ainsi au rang d’activité principale lorsqu’elle sent limitée la capacité de faire une place à la psychothérapie dans son activité d’enseignante.

16Ces nouvelles étapes s’accompagnent d’une recomposition des rôles entre Martine et son mari. L’organisation du budget de fonctionnement du ménage (3 000 € par mois) et de l’argent en commun (Martial, 2011) constitue un bon lieu d’observation des négociations qui président à la redéfinition de ces rôles. Si ces arrangements successifs sont marqués par la recherche d’une certaine forme d’équité caractéristique des « couples duo » (Théry, 2005), il est essentiel de mettre en avant les inégalités de genre qu’ils instituent.

17Alors que, dans un premier temps, Martine assumait la majeure partie de ce budget, de façon à sécuriser la carrière de son mari, le couple convient d’une répartition égalitaire (1 500 € chacun) au début des années 2000, au moment où le mari de Martine accède au régime de l’intermittence du spectacle. Cela permet à Martine de donner davantage d’espace à la psychothérapie en se mettant à temps partiel dans l’Éducation nationale.

18Son départ de l’Éducation nationale provoque une troisième phase d’ajustement, qui consiste en une inversion des rôles initiaux. En quittant son emploi dans l’Éducation nationale avec pour seuls stabilisateurs un congé formation et une épargne dans laquelle elle vient puiser pour assurer une participation de 1 000 € mensuels au budget du couple (laissant donc 2 000 € à la charge de son mari), Martine amène son couple à opérer des ajustements derrière lesquels se dessinent des rapports différenciés à l’argent mis en commun (Martial, 2011). Car si une certaine symétrie se dégage dans l’évolution des carrières des deux membres du couple (revenus incertains vers revenus plus stables pour le mari, revenus stables vers revenus incertains pour Martine), l’asymétrie apparaît nettement dans la façon dont l’un accompagne l’autre dans l’incertitude. Lorsque Martine juge naturel « d’assurer pour nous deux » quand les revenus du mari sont insuffisants, elle observe comment l’insécurité ressentie pas le mari suite à l’inversion des rôles initiaux fragilise son couple. Le terme de « renégociation » employé pour qualifier les arrangements passés avec le mari, ainsi que l’argumentaire mobilisé par Martine pour le convaincre (« je peux pas continuer, je vais crever »), traduit bien l’effort nécessaire pour rendre légitime sa bifurcation professionnelle auprès de son conjoint.

19Dans ces configurations de carrières où coexistent stabilité et précarité, les ruptures professionnelles peuvent s’accompagner de ruptures personnelles (Negroni, 2005). La propulsion du mari comme pourvoyeur principal provoquera ainsi partiellement, selon Martine, la rupture du couple quelques années plus tard. Ceci met bien en évidence la fragilité d’un équilibre où le conjoint joue le rôle de stabilisateur, et explique le choix de Martine de se tourner vers le portage salarial pour s’assurer une forme de sécurité par une protection sociale « individualisée ».

Le portage salarial : la sécurisation par une protection sociale individualisée

Alexis : Donc vous avez monté votre cabinet...

Martine : Oui, comme j’avais l’intention de monter un cabinet, j’ai étudié les statuts pour m’installer et donc j’ai étudié le statut d’autoentrepreneur qui était assez récent à ce moment-là. C’était en 2008. Du coup, je suis sortie de l’Éducation nationale et de mon statut d’association et j’ai décidé de me renseigner sur l’autoentrepreneur...

Alexis : Pourquoi ne pas avoir choisi autoentrepreneur ?

Martine : En fait, autoentrepreneur je me suis rendue compte que je ne pourrais pas me défrayer. Sur 100 euros qu’on touche en autoentrepreneur, on en garde 70, les 30 autres correspondant à mes charges sociales, mes impôts, mais je peux absolument rien défrayer. Or la première année, quand on s’installe, on a beaucoup de frais.

Alexis : Quel type de trucs ?

Martine : Les frais d’installation, les supervisions, les frais d’électricité, d’assurance, de loyer, tous les frais qu’on peut avoir à ouvrir un cabinet, utiliser un appartement… En l’occurrence, j’étais propriétaire aussi de mon cabinet mais en tout cas les charges de copropriété et tout ça.

Alexis : Donc, aujourd’hui vous avez cet appartement dans lequel vous vivez et un appartement qui vous sert de cabinet ?

Martine : C’est-à-dire qu’ici, aujourd’hui, j’ai rapatrié mon cabinet dans mon appartement. Comme j’ai divorcé, il a fallu qu’on se réorganise et j’ai gardé cet appartement. Mon cabinet, je suis en train de le vendre parce que je peux pas m’en sortir en conservant tout.

Alexis : Vous êtes donc propriétaire à 100 % ici ?

Martine : Oui, nous étions copropriétaires (avec son mari) sur les deux endroits. Donc je lui ai racheté la moitié de ce que nous avions en commun avec un crédit.

Et donc, le statut d’autoentrepreneur, pour retomber sur nos pieds, je me suis dit non finalement, sur 100 euros je vais en garder que 70 alors que sur 100 euros je vais pouvoir trouver 100 euros de charges. [...]

Alexis : C’est principalement pour cette raison que vous avez choisi le portage salarial ?

Martine : Oui, et il y a eu aussi un événement qui a été déclencheur, c’est que dans mon parcours de santé, on va dire, je me suis retrouvée un matin à me réveiller debout dans mon salon, complètement désorientée, en me demandant quel jour on est, qui suis-je…

Mon mari m’a emmenée à l’hôpital. Ils n’ont rien trouvé, et il s’est trouvé que je me suis assommée moi-même dans la nuit. Les souvenirs me sont revenus : j’ai fait un ictus amnésique. Ça veut dire que, si j’étais toute seule, et si j’étais pas salariée, en tant que profession libérale, j’avais droit à rien quoi. Si ça se trouve, je serais en invalidité, j’aurais le droit à rien. Il faudrait vraiment montrer l’invalidité…

Même si je connais bien le cursus de l’indemnisation, des accidents, tout ça, je vois bien aussi que les assurances, elles font tout pour ne pas avoir à indemniser. Donc je me suis dit, je vais prendre un truc de portage salarial pour être au régime général.

Alexis : C’était une façon d’assurer un revenu quoiqu’il arrive ?

Martine : Je m’étais dit : « Demain, si je me retrouve en maladie là, j’ai pas d’argent quoi. Zéro centime. » Donc, je suis entièrement dépendante de mon mari, et, ça, c’est pas possible. Puisque je voyais bien comment ça l’insécurisait déjà quand je lui disais : « Je vais mettre que 1 000 euros » [sur les 3 000 de budget mensuel du couple]. J’ai dit, ça, c’est pas possible, donc je me suis dit je passe en portage salarial. […]

Alexis : Et vous avez une clientèle régulière ?

Martine : Vraiment, j’ai mesuré à quel point la vie nous présente ce qu’on a besoin d’avoir. Il y a trois ans, je me donnais pas de limite et j’avais un grand chiffre d’affaires. Je me disais : « je veux 2 000 euros par mois, j’avais 2 000 euros par mois ». En fait, on obtient ce qu’on demande, ça c’est clair. J’ai eu ça pendant deux ans. Et puis il y a deux ans, j’avais décidé que je voulais réduire mon activité pour pouvoir écrire mon livre. J’avais décidé que je travaillerais que trois jours par semaine, et j’avais décidé que je réduirais à 1 000 euros de rentrées par mois.

Mais je redis, un chèque de 1 000 euros qui correspond à un salaire de peut-être 500. Donc si j’ai 1 000 euros, j’ai vraiment une assise salariale très très faible.

Encadré 2 : La construction du salaire en portage salarial

Pour bien comprendre le fonctionnement du portage salarial, il est nécessaire de revenir sur la construction du salaire des portés. Voici une représentation construite sur la base d’un montant de 1 600 euros mensuels, s’appuyant sur l’explication de Martine combinée à des simulations réalisables sur les sites des différentes entreprises de portage (voir figure ci-dessous) :

Salaire total = 1 072 €
Salaire brut = salaire total − cotisations patronales (372 €) = 700 €
Salaire net = salaire brut − cotisations salariales (165 €) = 535 €
Revenu net = frais remboursés (400 €) + salaire net (535 €) = 935 €

Alexis : Ça a quelles conséquences ce faible salaire ?

Martine : Il se trouve que l’année dernière, pour pouvoir obtenir un crédit, j’avais remonté en chiffre d’affaires. Je m’étais dit : là faut que j’obtienne mon crédit, la banque, elle comprend rien de ce que je lui raconte, ma conseillère financière elle veut pas me prêter, faut que je remonte en chiffre d’affaires. J’étais remontée en chiffre d’affaires pour pouvoir avoir un chèque de 2 000 euros tous les mois. Mon chèque de 2 000 euros tous les mois correspondait à un salaire de 1 200. Ma conseillère financière personnelle ne comprenait toujours pas, elle disait : « Vous ne pourrez pas avoir de crédit. » Donc j’ai été toquer à la direction de la banque en disant « voilà, je prends contact avec vous parce que Madame ne comprend pas ce que je lui dis, et j’aimerais savoir si vous vous allez pouvoir comprendre. »

Elle, elle a compris, et elle m’a donné mon crédit. Donc j’ai pu avoir un crédit de 900 euros par mois alors que j’avais un salaire que de 1 200 mais un revenu de 2 000. En plus, je lui avais fait comprendre que je pouvais avoir des loyers et que je pouvais avoir 900 euros de loyer par mois avec cet appartement vide. Donc elle m’avait dit : « OK, pas de problème ». Et donc voilà, ça va nous obliger à avoir une force de négociation importante avec notre banquier, c’est l’inconvénient du portage.

Alexis : Comment ça se passe en cas de maladie en portage salarial ?

Martine : Ça se passe que j’ai expérimenté ça parce que justement, là, en début d’année, j’ai eu un souci de santé et donc du coup, sur ce souci de santé, je me suis dit : « Je peux pas m’arrêter, faut que je continue à bosser, j’ai pas d’argent » et tout ça.

Et puis ensuite, comme j’étais sur cette base de 2 000 euros l’année dernière, et que j’avais énergétiquement plus la capacité de recevoir de la clientèle et que ma clientèle se réduisait, je me suis dit : « là, comment je vais faire », et après un moment de sidération je me suis dit : « mais tu es en portage salarial, tu peux te mettre en maladie ! » Et, du coup, j’ai demandé comment ça marche.

On a donc 3 jours de carence, ensuite on a le calcul sur des fiches de paye qui correspondent à une certaine valeur. Et, en fait, j’avais déjà commencé à réduire mon activité. Puisque juillet-août, je ne travaille pas. Tomber malade en octobre alors que juillet-août on n’a pas travaillé et que septembre c’est un peu flageolant vu que c’est la reprise, ça veut dire que les trois fiches de paye de référence elles sont merdiques !

Alexis : Ils ne prennent en compte que ces trois-là ?

Martine : Oui, ils ne prennent en compte que ces trois-là, les trois fiches de paye avant la maladie. Et du coup bah j’ai eu une indemnisation quand même, ce qui était mieux que rien, mais genre j’ai dû avoir 500 euros d’indemnisation pour 15 jours d’arrêt maladie. Vaut mieux tomber malade quand on a eu trois bons mois.

Et, à un moment donné, j’avais tellement plus d’énergie que je me suis dit : « Je vais me mettre au chômage. » Quand j’avais choisi le statut de portage… C’était ce qu’on m’avait vendu en filigrane : « vous avez un CDI donc vous pouvez bénéficier de tous les avantages du CDI et notamment quand vous êtes au chômage vous pourrez toucher le chômage ». Mais non, pas du tout, on ne peut pas toucher le chômage. Parce que pour toucher le chômage, il faut pas être au chômage de son fait. Or la société de portage ne va pas accepter de nous licencier. Puisque justement si elle commence à licencier ses personnels, l’inspection du travail va lui tomber dessus… Donc, si j’ai plus de chiffre d’affaires, j’ai pas de rentrée, je peux même pas faire une rupture conventionnelle. Et si je démissionnais, j’étais pas indemnisée.

Alexis : Vous avez essayé de négocier ça avec eux ? (de vous faire licencier)

Martine : Ah oui. J’ai négocié ça avec eux. J’ai été négocier ça avec eux et à l’ANPE. En disant à l’ANPE : « Ils m’ont dit : “Votre société doit vous licencier.” » L’entreprise de portage m’a dit : « C’est pas possible, on ne peut pas licencier parce que si on commence.... Les impôts, l’inspection du travail tout ça ne serait pas d’accord parce que si on commence à licencier, alors ça veut dire que les gens vont se mettre au chômage tous les six mois quoi. »

Mais j’ai vraiment expérimenté ces deux dernières années à quel point tout bascule, parce que mon mari s’est tiré du jour au lendemain en me disant tu te démerdes et tu payes tout ce qu’il y a à payer… Du coup j’ai remonté en chiffre d’affaires, j’ai demandé à en avoir un meilleur et j’ai remonté tout de suite, puis j’ai pu me prendre deux locataires que ça arrangeait et qui me sont tombés du ciel alors que je ne cherchais pas.

*    *    *

20La justification accompagnant le choix du portage salarial illustre la nécessité d’articuler, plutôt que de les opposer, approches du travail par le sens donné à l’activité d’un côté, et sécurité offerte par le statut de l’autre (Friot, 2004). Le sens que Martine donne à son travail était particulièrement visible lors de la phase de construction de son métier de psychopraticienne et du choix de l’indépendance. L’argumentation accompagnant le choix du portage salarial se concentre ici largement sur les garanties de sécurité offertes par ce statut et auxquelles Martine se montre attachée, en particulier pour lutter contre les risques d’inactivité que sont la maladie ou le manque de clients.

21Si elle tient relativement à distance le risque d’absence de clients, en déclarant notamment qu’en la matière, « on a ce qu’on demande », le risque de maladie est en revanche très présent à son esprit. La complexité d’accès et la faiblesse du revenu de remplacement qui vont de pair avec les statuts d’indépendants lui semblent en effet inacceptables, notamment compte tenu de l’incertitude que cela ferait supporter à son mari. Désireuse de préserver un équilibre qui lui semble déjà précaire, Martine choisit de déplacer l’incertitude financière causée par une potentielle maladie et de faire appel à la solidarité organique pour suppléer la solidarité mécanique (Durkheim, 1893). Être autoentrepreneure ou exercer en profession libérale ne lui offre ainsi pas suffisamment de garanties pour la « couvrir contre les principaux risques susceptibles d’entraîner une dégradation de la situation des individus », pour reprendre la définition de la protection donnée par Robert Castel (2007). Le portage, en la rattachant au salariat, permet ainsi à Martine de faire face à ces risques par la mobilisation des revenus de la protection sociale, que ce soit l’allocation chômage ou les arrêts maladie. Le paiement de cotisations patronales et salariales s’apparente ainsi à la constitution d’une assurance prête à être activée face à ces risques.

22Mettre l’accent sur le caractère assurantiel de la part socialisée du salaire (les cotisations) pourrait sembler anodin, mais le rapport de Martine à la protection sociale a quelque chose d’original qui témoigne des spécificités du portage salarial. Il institue en effet une relation contribution/rétribution qui apparaît très clairement aux yeux du bénéficiaire, puisque, contrairement au salarié « classique », le porté détermine lui-même en partie la part de son salaire qui sera soumise à cotisations, et module ainsi son revenu en fonction des droits qu’il souhaite ouvrir (voir encadré 2). En choisissant d’allouer une part plus importante de son chiffre d’affaires aux frais professionnels, le porté peut ainsi choisir d’augmenter son revenu total, mais diminue du même coup son salaire et l’ampleur de l’assurance que le paiement de cotisations lui offre. À l’inverse, ne pas déclarer de frais professionnels, tout en diminuant le revenu total du porté, permet de cotiser davantage et d’ouvrir plus de droits aux différentes couvertures (chômage et arrêts maladie). La construction du salaire s’effectue ainsi en fonction des besoins anticipés de ces différentes couvertures. Parce qu’il met en avant la capacité de chacun à gérer ses revenus de façon « efficace », le portage salarial institue donc une forme de protection sociale individualisée, qui laisse chacun libre d’établir sa stratégie.

23Mais le cas de Martine montre également que l’élaboration d’une telle stratégie et des anticipations qu’elle suppose est fragile et incertaine. Les conditions d’accès aux avantages du salariat, sur lesquels Martine construit son rapport à l’avenir et qui s’incarnent dans la possibilité d’un revenu de remplacement, permettent de mettre au jour les différentes ressources qu’il faut détenir et savoir manier pour jouir de cette forme de sécurité. Martine rencontre ainsi des « déceptions statutaires », c’est-à-dire qu’elle expérimente un écart entre ce sur quoi elle a bâti le choix de la modalité d’exercice de son activité et les réalités rencontrées.

24Que ce soit à propos de l’arrêt maladie ou de la possibilité de percevoir les allocations chômage, Martine se heurte en effet à des limites qu’elle n’avait pas envisagées jusqu’alors (faiblesse du revenu avant maladie et impossibilité de toucher le chômage après une rupture du contrat de travail à l’initiative du salarié). Ce cas illustre ainsi la maîtrise du droit (ici du droit du travail) qu’exige l’exercice d’une profession sous une forme d’emploi hybride. La multiplication des formes d’auto-emploi et la façon dont les dispositifs se présentent aux individus les exposent ainsi, faute d’une connaissance très poussée de leurs droits, à ces formes de déceptions statutaires. Être travailleur en portage salarial, c’est donc savoir articuler compétences professionnelles et compétences juridiques.

25Mais bien qu’ils soient plus faibles que ce à quoi Martine s’était attendue, les revenus de remplacement sur lesquels elle peut compter en cas de maladie, et auxquels elle n’aurait pas eu accès en situation d’indépendante, l’attachent au portage salarial. Ces revenus permettent en effet d’instaurer une relative sécurité, qui existe d’autant plus qu’elle est complétée par d’autres revenus : ceux de son patrimoine. La location de l’appartement acheté avec son mari en proche banlieue parisienne à deux étudiants lui permet ainsi de toucher 900 € par mois.

26L’importance de ce revenu – et par symétrie l’insuffisance des revenus issus du portage pour renvoyer l’image de stabilité – apparaît clairement lors de l’interaction avec sa banquière, qui, en dépit du fait que Martine soit détentrice d’un CDI et d’une rémunération relativement stable, refuse de lui accorder le prêt nécessaire au rachat de la moitié du patrimoine immobilier qu’elle partage avec son mari. Devant ce statut qui lui est inconnu, la conseillère bancaire, qui évalue le dossier à l’aune d’un salaire qui, en plus d’être irrégulier, est faible, refuse d’accorder un prêt à Martine. Elle finit par obtenir ce prêt à la suite d’un changement d’interlocutrice, une explication de son statut ainsi qu’une mise en avant de ses revenus patrimoniaux. Cette « épreuve du crédit » (Lazarus, 2009), qui matérialise la conception de la précarité du point de vue des institutions bancaires, illustre bien l’importance de savoir négocier lorsqu’on occupe un statut hybride tel que le portage salarial.

*    *    *

27Ce parcours met donc en exergue le rapport dynamique qu’entretiennent travail et statut. Fait de cumuls, de chevauchements, de bifurcations, il montre la diversité des ressources et des stratégies qui sont susceptibles d’être mobilisées pour échapper à la précarité tout en donnant du sens à son travail. La distinction entre sphère professionnelle et privée y est difficile à établir, tant l’une et l’autre entretiennent des influences mutuelles. Les arrangements conjugaux s’accompagnent ainsi de bifurcations professionnelles (installation dans le fonctionnariat pour permettre au mari de vivre une carrière artistique), les bifurcations professionnelles de réorganisations conjugales (rupture professionnelle causant une rupture personnelle).

28L’entrée par le statut d’emploi permet de mettre en évidence l’existence d’affinités électives entre ce statut et une relation spécifique à l’emploi où crainte de la précarité et désir de sens au travail se côtoient en permanence. En jouant sur les ressorts de la sécurité salariale, le portage salarial offre des perspectives plus stables que d’autres formes d’indépendance, mais avec certaines limites. Le cas de Martine rend compte de ces limites et présente des ressources qui, en marge de l’emploi (patrimoine, liens conjugaux), sont susceptibles de les rendre acceptables et de nourrir un parcours. Ni totalement précaire, puisque ces ressources lui permettent de se construire des sécurités, ni totalement protégée, puisque ces sécurités sont en redéfinition permanente, Martine illustre les ambivalences de situations professionnelles à la lisière du salariat.

Haut de page

Bibliographie

Aubert Clémence (2012), « L’émergence de la figure du journaliste pigiste. Analyse historico-juridique de la construction de la figure du pigiste », dans Marie-Christine Bureau et Antonella Corsani (dir.), Un salariat au-delà du salariat, Presses universitaires de Nancy, 37-58.

Becker Howard S. (2016), « Sur le concept d’engagement », SociologieS. [En ligne] http://sociologies.revues.org/642

Bernard Sophie et Marnix Dressen (2014), « Penser la porosité des statuts d’emploi », La Nouvelle Revue du Travail, n° 5. [En ligne] http://nrt.revues.org/1830

Bertaux-Wiame Isabelle (2014), « Devenir indépendant, une affaire de couple », Cahiers du genre, 2/2004, n° 37, 13-40.

Bureau Marie-Christine et Antonella Corsani (2014), « Du désir d’autonomie à l’indépendance », La Nouvelle Revue du Travail, n° 5. [En ligne] http://nrt.revues.org/1844

Castel Robert (2007), « Au-delà du salariat ou en deçà de l’emploi ? L’institutionnalisation du précariat », dans Serge Paugam (dir.), Repenser la solidarité. L’apport des sciences sociales, Presses universitaires de France, 415-433.

Coulangeon Philippe (2004), « L’expérience de la précarité dans les professions artistiques. Le cas des musiciens interprètes », Sociologie de l’art, 3/2004 (OPuS 5), 77-110 

Durkheim Émile ([1893] 2013), De la division du travail social, Paris, Presses universitaires de France.

Fleuriel Sébastien (2010), « De la vocation artistique à la précarité : devenir professeur de danse jazz », Sociologie de l’art, 1/2010 (OPuS 15), 137-157.

Friot Bernard (2004), « Liberté ou sécurité du travail », L’Homme et la Société, 2/2004, n° 152-153, 247-258.

Grégoire Mathieu (2012), « D’un “en deçà” à un “au-delà” de l’emploi ? Éléments pour une histoire salariale des intermittents du spectacle (1919-2007) », dans Marie-Christine Bureau et Antonella Corsani (dir.), Un salariat au-delà du salariat, Presses universitaires de Nancy, 21-36.

Grossetti Michel (2006), « L’imprévisibilité dans les parcours sociaux », Cahiers internationaux de sociologie, 1/2006, n° 120, 5-28.

Hely Matthieu (2009), « Présentation. Penser le monde associatif comme un monde du travail », Les Métamorphoses du monde associatif, Paris, Presses universitaires de France, coll. » Le Lien social », 1-19.

Lazarus Jeanne (2009), » L’épreuve du crédit », Sociétés contemporaines, 4/2009, n° 76, 17-39.

Martial Agnès (2008), « Les comptes amoureux : une ethnographie des finances conjugales », dans Hélène Belleau et Caroline Henchoz (dir.), L’Usage de l’argent dans le couple. Pratiques et perceptions des comptes amoureux. Perspective internationale, Paris, L’Harmattan, coll. » Questions sociologiques ».

Méda Dominique et Patricia Vendramin (2013), Réinventer le travail, Paris, Presses universitaires de France, coll. « Le Lien social ».

Negroni Catherine (2005), « La reconversion professionnelle volontaire : d’une bifurcation professionnelle à une bifurcation biographique », Cahiers internationaux de sociologie, 2005/2, n ° 119, 311-331.

Menger Pierre-Michel (2009), Le Travail créateur, s’accomplir dans l’incertain, Paris, Le Seuil, 2009.

Pailhé Ariane et Anne Solaz (2009), Entre famille et travail, Paris, La Découverte, coll. » Recherches ».

Supiot Alain (2016), Au-delà de l’emploi, Paris, Flammarion.

Haut de page

Notes

1 Selon la formule consacrée à de nombreuses reprises par les institutions publiques. Voir, entre autres, les rapports Arnoult-Brill (2007) ou Davy (2012).

2 Guillaume Cairou, cité dans Le Monde, Didaxis et le portage salarial : l’antidote à l’ubérisation ? 04/04/2016

3 Les maîtres auxiliaires, ou « maîtraux », sont des agents de l’Éducation nationale recrutés pour effectuer de façon temporaire des tâches d’enseignement ou d’éducation. Ils ne sont pas fonctionnaires.

4 Diplôme universitaire.

Haut de page

Table des illustrations

URL http://nrt.revues.org/docannexe/image/3352/img-1.png
Fichier image/png, 13k
URL http://nrt.revues.org/docannexe/image/3352/img-2.png
Fichier image/png, 22k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Alexis Louvion, « Une travailleuse en quête de protection », La nouvelle revue du travail [En ligne], 11 | 2017, mis en ligne le 03 novembre 2017, consulté le 24 novembre 2017. URL : http://nrt.revues.org/3352 ; DOI : 10.4000/nrt.3352

Haut de page

Auteur

Alexis Louvion

IRISSO, université Paris Dauphine

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo La NRT est soutenue financièrement par
  • Logo CNRS INSHS
  • Logo Centre Pierre Naville - Université d'Evry
  • Logo Laboratoire Printemps (professions, institutions et temporalités)
  • Logo Centre Emile Durkheim
  • Logo Laboratoire lorrain de sciences sociales - Université de Lorraine
  • Logo IRISSO - Dauphine université Paris
  • Logo Multidisciplinaria de Estudios sobre el Trabajo (UMEST) - Universidad Autónoma de Querétaro
  • Logo La NRT est aussi reconnue et soutenue par
  • Logo HCERS
  • Logo Fondation Maison des sciences de l'homme
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org